Le métier AESH désormais reconnu suite à la sortie du décret instaurant le diplôme “accompagnant éducatif et Social” avec sa spécialité version scolaire.

imageUn décret du 29 janvier 2016 instaure officiellement le métier AESH dans le paysage médico-social et tout particulièrement dans le monde de l’Education.

En fusionnant, deux diplômes d’Etat préexistants : celui d’auxiliaire de vie sociale (AVS) – et celui d’aide médico-psychologique (AMP), Le décret du 29 janvier 2016 précise que le nouveau diplôme  d’accompagnant éducatif et social – de niveau V dans la classification des emplois et des formations – comprend un socle commun de compétences et trois spécialités : « Accompagnement de la vie à domicile », « Accompagnement de la vie en structure collective », « Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire« .

Cette dernière spécialité « atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l’autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d’apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs ». Il s’agit donc  bien de la mise en œuvre de la reconnaissance et de la professionnalisation des AESH .

Ci-après le décret (version PDF téléchargeable en cliquant ICI)

image

image

L’arrêté du 29 janvier 2016 (téléchargeable en cliquant ICI) détaille les modalités d’accès à la formation conduisant à ce diplôme, le contenu et l’organisation de cette formation, les modalités de certification et la validation des acquis de l’expérience (VAE). Les annexes de l’arrêté proposent notamment le référentiel professionnel du  métier AESH.

Informations à nos lecteurs

Le décret et l’arrêté font l’objet d’étude et d’analyse intense par l’équipe UNEAVS. Il ne sera donc pas fait de commentaires dans l’immédiat.

Publié dans AESH, professionnalisation des AVS, UNEAVS | Tagué , , , , , , | 22 commentaires

Les Vœux 2016 de la présidente de l’UNEAVS

image

Chères adhérentes, chers adhérents,

Je laisse bien volontiers l’année 2015 derrière moi et vous adresse à toutes et tous mes vœux les plus prospères et les plus heureux qu’ils soient pour 2016.

Je profite de cette occasion pour vous remercier d’être aussi nombreuses et nombreux à nous suivre au quotidien sur notre blog. Le flux progressant de visites me laisse penser et imaginer que, vous, collègues émérites et courageux semblent être sensibles aux démarches et aux postures de l’UNEAVS. Les adhésions, les dons reçus par l’UNEAVS participent à notre fonctionnement et à notre intendance logistique. Ils nous permettent d’être physiquement présents, par exemple, à des audiences ministérielles ou de participer à des commissions ou travaux éloignés du siège de l’association. Ce n’est pas négligeable, nous élargissons ainsi notre réseau de partenariat.

Votre aide est donc précieuse à court, moyen et long terme et je vous en remercie.

Avec toute l’équipe, j’ai toujours à cœur de vous apporter les dernières informations les plus justes possibles. Il s’agit ainsi de transmettre tout ce qui est « transmettable » concernant notre « profession ». Et c’est justement pour notre « futur » métier à venir que le souhait de me « battre » en 2016 auprès de vous demeure.

Les années précédentes ont démontré qu’il était important de rester unis et mobilisés. Pour trouver des solutions adaptées à notre situation professionnelle, je sais qu’il va falloir faire preuve de vigilance en cette année à venir. Oui, l’année 2016 n’échappera pas à cette règle de prudence qui nous caractérise. Nous ne manquerons pas de prendre en compte le calendrier  « politique » chargé d’ici l’horizon mai 2017.

Lors de la rentrée scolaire 2015/2016 et tout spécialement dans l’académie de Nantes, les interrogations grandes, complexes sur les CDD et CDI des AESH, les constats de leur précarité accentuée, restent présentes. L’application de loi du 12 Mai 2012 concernant la résorption de la précarité dans la fonction publique n’a pas réalisée les promesses attendues. Mieux, le Rapport d’information n°772 sur la précarité dans la fonction publique, réalisé au nom de la commission des lois et de la commission pour le contrôle de l’application des lois du Sénat confirme, sans aucune ambigüité, ses interrogations et ses doutes à ce sujet.

Alors, restent notre scepticisme, et notre étonnement plus que jamais, sur une réelle volonté des élus politiques et des membres du gouvernement de droite comme de gauche à « nous » sortir de cet « État Précaire ». Le plan de résorption de la précarité s’achevant en Mars 2016, je peux me demander : «  Mais, qu’est-ce qui a été fait pour nous ? » « Des promesses de propositions de CDI, mais avec des conditions de rémunération inférieure au CDD précédent». Ceci reste profondément incohérent, profondément choquant.

Je l’affirme. Cette ignominie anticipée, préméditée, calculée et actée aujourd’hui ne fait qu’accentuer les multiples désillusions et désolations des salariés AESH en CDD ou en CDI. Leur profonde lassitude avérée d’être toujours en marge de solutions ou de propositions positives les « libérant » de la précarité financière et matérielle incite l’UNEAVS à mettre en place des actions fortes durant l’année 2016.

1ère étape de l’action UNEAVS 2016 : Faire entendre notre désarroi à l’Europe

Sur le site de l’UNEAVS, je vous propose d’ouvrir le lien « utile » et « primordial » à notre bataille  et surtout pour nous faire entendre :

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=89&newsId=2421&furtherNews=yes

En effet, le 22 Décembre 2015, la Commission Européenne a lancé une consultation publique sur l’examen à mi-parcours de la stratégie européenne en faveur des personnes handicapées (2010-2020).

Elle définit 8 grands domaines d’actions au niveau de l’Union Européenne dont l’Éducation et la formation. En tant que citoyen et acteur de l’Éducation Nationale, votre avis comptera sur ce qui a été réalisé dans notre pays, les difficultés et les moyens apportés pour y remédier.

Soumettre ainsi votre contribution personnelle en ligne ou par voie postale a tout son sens pour exprimer la façon dont sont « traités » les Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap en France.

2ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Exprimer ensemble notre refus de la précarité

Une démarche de grande envergure vous sera proposée dans l’espoir d’une perspective importante pour notre avenir. Elle passera par une sensibilisation Européenne sur l’utilisation des contrats précaires utilisés dans l’Éducation Nationale à l’égale de sa « grande sœur » : une précédente pétition nationale paritaire initiée par l’UNEAVS et enregistrée par la Commission Européenne en Décembre 2009.

3ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Agir uni avec les organisations syndicales

Je souhaite également que nos collègues syndicaux « habitués » et « rodés » à ce type de bataille, viennent renforcer à bras le corps nos élans qu’ils connaissent bien. La complexité de la précarité dans l’Éducation Nationale est telle que se priver de l’aide et du soutien des organisations syndicales représentatives des salariés dans l’éducation nationale n’est pas envisageable. Leurs mandats électifs en font des acteurs essentiels pour mettre en œuvre des lignes nationales de défense salariale. Ainsi, les différents projets d’action de l’UNEAVS seront transmis aux représentants syndicaux départementaux ou régionaux … qui transmettront à leurs représentants syndicaux nationaux selon leur souhait.

Avec vous, toutes et tous, j’espère ainsi renforcer notre lutte constante contre les inégalités de traitements « en tous genres » des AESH, contre les discriminations pratiquées envers les accompagnants tous contrats confondus, et ce, avant l’arrivée de la future directive Européenne qui « voudrait » mettre un terme à ces contrats dits « atypiques ».

Non … malgré les apparences, la précarité n’est pas notre métier. Oui … notre métier est bien l’indispensable Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap dans l’école ordinaire. Oui, nous accompagnons avec cette passion du devoir à accomplir qui nous honore, plus personne ne l’ignore .Oui, nos salaires nous humilient, tout le monde le sait aussi.

Chers (es) collègues AESH, je connais, comme vous les attentes fortes et justifiées liées à la nature de nos contrats de travail. Je fais ce vœu pour 2016 qu’elle reste l’année de la satisfaction pour notre « nouveau corps » d’accompagnants et identifiés comme tel, avec des rémunérations appropriés à nos compétences et nos expertises professionnelles. Intégrer le corps des fonctionnaires titulaires pour être reconnus ne doit pas être une utopie. N’en déplaise …ou pas, je veux garder espoir de sortir de cette tourmente infernale de la précarité, de cette déchéance sociale entretenue par l’élite politique et nos gouvernants qui nous abîment et n’ont que trop duré.

Tels sont les objectifs de l’UNEAVS avant 2017, année charnière qui pourrait très bien se retrouver dans la tourmente à son tour.… et comme le préconisait très bien le très regretté Stéphane Hessel

“Indignez vous”

logo1UNEAVS                                        Muriel Michelin

                                       Présidente UNEAVS

Publié dans la précarité au quotidien, UNEAVS | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 commentaires

SOS ! L’UNEAVS a besoin de votre générosité pour continuer son action.

Présentation1

Appel à la générosité

A travers son équipe, l’UNEAVS ne se maintient que grâce à ses membres salariés AESH et EVS, AED, tous bénévoles, s’impliquant activement à travers des actions locales, régionales, nationales, en coopération de ses partenaires syndicaux, associatifs, citoyens-nes élu-es…

Pour l’exercice de cette citoyenneté bénévole et exigeante, l’association UNEAVS a fait le choix d’agir, d’informer sans rien exiger en retour des collègues AESH et EVS, AED. Il trouve toutefois ses limites dans des contraintes matérielles et financières qui ne peuvent pas toujours être assurées par ses membres, tous vivant personnellement et professionnellement la précarité au quotidien.

Adhérer à l’association UNEAVS (montant de la cotisation annuelle: 10 euros), c’est donner la possibilité à ses membres actifs de leur permettre de continuer d’agir sur leur environnement, leur milieu en citoyens et citoyennes libres et respectueux-ses du dialogue social. C’est aussi manifester une volonté d’exprimer concrètement sa solidarité à l’égard de l’UNEAVS avide de justice sociale trop encore bafouée aujourd’hui dans notre nation.

Téléchargez le bulletin d’adhésion 2016 en cliquant ICI

Publié dans la précarité au quotidien, UNEAVS | Tagué , , , | 5 commentaires

Bonne nouvelle ! Le site UNEAVS redevient opérationnel.

image

Image | Publié le par | Tagué , , , , | 27 commentaires

L’équipe du site UNEAVS déménage…

image

Après la terrible période récente d’attentats, certains de nos visiteurs s’étonnent de notre absence d’activité ou silence, passé un délai respectable. D’autres visiteurs en arrivent à insinuer  désagréablement que nous nous “tournons les pouces”, sous prétexte  d’une posture  associative complaisante vis à vis d’un gouvernement socialiste (tout particulièrement la ministre de l’éducation nationale) coupable selon eux, de mieux ignorer la situation lamentable  des AESH et EVS sous couvert d’Etat d’urgence.

Mais voilà, c’était prévu pour le mois de décembre. Le local accueillant l’équipe UNEAVS devenant trop à l’étroit, un déménagement dans un lieu plus adapté et plus accueillant pour ses membres est en cours de réalisation.

L’équipe UNEAVS considère que, parfois, se taire  sur une décision collective de mener à bien en priorité  et en efficacité, un projet de vie associative important pour sa seule  existence relève de la plus simple décence et du respect vis à vis de ses visiteurs confrontés à des problèmes de vie bien plus cruciaux. Dès que possible, le site UNEAVS sera remis en route avec une meilleure qualité technique à venir.

Publié dans UNEAVS | 14 commentaires

Etat d’urgence : L’humanité assaillie par des fous meurtriers

humanitéassaillie

MESSAGE de Madame Najat Vallaud-Belkacem (20/11/2015)

madame  Najat Vallaud-Belkacem

Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Madame, Monsieur,

Après les terribles attentats de vendredi, dès lundi, les écoles, les collèges, les lycées et les établissements de l’enseignement supérieur ont ouvert leurs portes, y compris en Ile-de-France. Il était important de montrer que la vie continuait. Mais il aurait été vain de prétendre que les attentats de vendredi soir ne nous avaient pas toutes et tous bouleversés et profondément atteints.

Le week-end a été un moment particulièrement douloureux. Malgré la tristesse et le choc ressenti devant l’ampleur et la violence de ces attaques, les personnels d’encadrement, administratifs et enseignants ont su se mobiliser durant ces deux jours, pour faire face aux événements et pour préparer le retour des élèves et des étudiants.

Partout où les jeunes comme les adultes avaient besoin d’accompagnement, notamment dans les secteurs les plus touchés, l’ensemble des personnels de santé, sociaux et psychologues a été présent.

Au sein de chaque salle de classe, de chaque TD, de chaque amphithéâtre, les personnels enseignants, d’éducation et techniques ont su prendre un temps précieux. Le temps d’écouter, d’échanger, d’accompagner les élèves et les étudiants. Ils ont su dialoguer avec eux, et apporter, quand c’était nécessaire, des explications et des éclaircissements.

Vous avez tous été des repères essentiels, pour les enfants, pour les jeunes et pour leurs parents. Vous avez répondu d’une façon exemplaire à une situation difficile.

Par votre soutien, par le temps d’échange qui a précédé la minute de silence, par le soin apporté à l’adapter à chaque âge, vous avez su donner à ce moment de recueillement national un écho et un éclat particulièrement forts.

Ce considérable travail d’accueil, d’accompagnement et d’écoute se poursuit encore aujourd’hui, et il est déterminant.

Je tiens donc à vous en remercier, à saluer votre professionnalisme et votre engagement aux côtés des élèves et de leurs parents, et à vous dire l’émotion et la fierté qui sont les miennes devant cette mobilisation exemplaire de l’ensemble du personnel du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Merci à vous.

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Image | Publié le par | 4 commentaires

L’UNEAVS reçue en audience au rectorat de Nantes le mercredi 21 octobre 2015

image

Mercredi 21 octobre 2015, sur sa demande, l’UNEAVS a été reçue en audience au rectorat de l’académie de Nantes. Nous en publions ci-après le Compte rendu, également disponible en format PDF téléchargeable en cliquant ici.

 

image

image

image

image

Outre l’ensemble des témoignages, le  document de références de L’UNEAVS a été remis à l’audience.

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | 11 commentaires

Elisabeth Mignon et “Fontaines mortelles à Quimper”.

Image (240)

Elisabeth Mignon demeure une fidèle adhérente du site. Elle a exercé de nombreuses années comme EVS (assistante administrative direction d’école) dans un établissement scolaire privé, avant d’être poussée vers la sortie,  sans travail. La fin de son contrat EVS avait  été un vrai crève-cœur pour elle.

Pourtant, elle n’a pas baissée les bras. Passionnée d’histoire locale et de romans policiers, encouragée par ses amies “pousse-au crime”, elle se lance dans l’écriture de polars. et c’est plutôt réussi, ma foi !

Sa  première enquête, intitulée “Fontaines mortelles à Quimper” aux éditions Alain Bargain, fait la part belle à des personnages créées à partir de ses souvenir de personnes croisées durant sa période douce-amère d’EVS.

Les personnages principaux, OPJ Erwan Le Métayer et Christophe Guillou, enquêtent sur une série de noyades dans les fontaines de Quimper (elles existent vraiment). Et tout le long de la piste de l’enquête jalonnée de cadavres, on y croise des AVS désabusées, une ronde, rigolote, atypique Pétula Tonnerre de Brestune coordonnatrice AVS, des habitants d’un immeuble sous d’honorable apparence mais dont on devine sans peine que, nous AVS, nous pourrions aussi les croiser  dans notre travail.   Derrière le  roman policier, l’auteure se révèle au final un poil à gratter des politiques sur le dossier des précaires de l’Education Nationale.

La fin de l’enquête (rondement menée avec talent) ? Nous vous laissons le soin de le découvrir en vous invitant à acheter le premier roman policier de notre collègue Elisabeth Mignon. C’est un livre poche à 10 euros donc, un livre pas cher pour des AESH et EVS, et plaisir de lecture assuré un bon moment en salle de prof en attendant le prochain cours de notre élève, en prime !

Elisabeth nous a confié  avoir entamé un roman jeunesse dont le personnage principal est un gamin autiste. Comme si cela ne suffisait pas, son éditeur attend une suite qui se prépare: un  troisième roman et se passera en Pays Bigouden. Une EVS reconvertie en romancière, on adore !

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires

L’UNEAVS demande d’urgence une audience au recteur d’académie de Nantes.

image

Image | Publié le par | Tagué

AESH NANTAIS, Vos contrats à durée déterminée ou indéterminée … aie,aie,aie

clip_image002

APRES LA « VAGUE » PRUD’HOMMALE DES EVS ……PEUT -ETRE UN « TSUNAMI » DE TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS POUR LES AESH DE NANTES ...

Est-ce vraiment ce que veut l’administration Rectorale de Nantes ? Ou s’agit-il d’une « bourde » monumentale de la part du SAE ( nouveau service des accompagnants éducatifs) logé au Rectorat ?

En effet , cher(ères) collègues AESH du département de la Loire Atlantique , c’est avec stupeur que nous avons découvert les « grandes manœuvres » par excellence du Rectorat de Nantes, qui aurait dû , nous semble t-il , bien relire NOTRE CIRCULAIRE N° 2014-083 du 8 Juillet 2014 concernant les conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap, avant de faire signer les contrats de travail .

Mais, qu’impose donc le rectorat de Nantes?

En cette rentrée scolaire nantaise, les contrats d’AESH en CDI ou CDD ont été envoyés dans les EPLE pour les agents concernés. Il faut savoir, par expérience, qu’un salarié précaire est un salarié qui « épluche » tout ce qu’il peut « éplucher » pour bénéficier de ses pleins droits. Ainsi, il a le pouvoir …oui …j’ai bien dit le pouvoir, de détecter toutes anomalies concernant ses papiers administratifs et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de sa rémunération versée en mode « peau de chagrin ». Et nos constats sont accablants

1er constat

Une baisse systématique de la quotité temps de travail attribuée (fourchette entre 2% et 20%) avec pour effet d’une baisse de la rémunération mensuelle des salariés AESH

exemple type d’une salarié AESH  étant passé en CDI pour la rentrée 2015-2016

Contrat AESH EN CDD 2O14/2015:  61 % de quotité de temps de travail attribué , soit 980 heures annuelles  rémunération de base:  733,22 euros net /mois

Contrat AESH EN CDI  2O15/2016 : 59% de quotité de temps de travail attribué, soit 948 heures annuelles –   rémunération de base: 709, 18 euros net /mois

Or, dans le cas de cette salarié AESH:

la circulaire n°2014-083 du  08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH. précise:  « La durée annuelle de travail des AESH est fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. (…) Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet. Enfin, lors du passage en CDI, il convient, sauf situation particulière, de proposer une quotité de travail au moins égale à celle fixée par le CDD précédent. »

Dans le cas présent, outre que les attendus de la circulaire ne sont pas respectés, la rémunération baisse de 24 euros par mois.

Exemple type d’une salarié AESH en CDD rentrée 2015-2016

Contrat AESH en CDD 2014-2015: 100% de quotité temps de travail attribué, soit 1607 heures annuelles – rémunération de base : 1190, 56 euros net/mois

Contrat AESH en CDD 2015-2016 : 85 % de quotité temps de travail attribué, soit 1365 heures annuelles – rémunération de base:  1011, 98 net/mois

La rémunération baisse de 178, 58 euros par mois. (6 mois de facture d’électricité)

Le rectorat a adopté la tactique comptable dite “les petits ruisseaux font des grandes rivières, puis des grands fleuves »

Comment ! Nous aurions de mauvaises pensées ? Peut-être …ou pas ?!

Un bref calcul :

980 h (2014) – 948 h (2015) = 32 heures sur une année, perdues par un agent et le rectorat gagne 32 heures en capital heures

Partons du postulat que le Rectorat de Nantes envisage à la rentrée scolaire de faire signer une cinquantaine de CDI/CDD.

32 heures X 50 agents = 1600 heures/an et un CDI/CDD supplémentaire pour le Rectorat sur l’année grâce au cumul de toutes ces petites et ses grandes heure retirées à notre insu bien évidemment .

Mais la question demeure : que vont-ils faire de ces 1600 heures dégagées sur le dos des personnels précaires ? L’imagination et la pensée restent libres :

  • Ils vont nous « OFFRIR » du temps de formations supplémentaire et spécifiques que nous réclamons depuis longtemps ?
  • Ils vont nous « OFFRIR » du temps libéré pour suivre une VAE longuement réclamée sans retenue de salaire ?
  • Ils vont pourvoir RECRUTER quelques collègues AESH supplémentaires payer avec nos diminutions de salaire ?

2ème  constat

Il est relevé des contrats de travail AESH (CDD ou CDI) imposant que la quotité temps de travail attribué soit répartie sur 52 semaines

Or,  le Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat  titre III Congé annuel indique dans son article 10:L’agent non titulaire en activité a droit, compte tenu de la durée de service effectué, à un congé annuel dont la durée et les conditions d’attribution sont identiques à celles du congé annuel des fonctionnaires titulaires (…).”

Or, l’article 5 du décret n° 84-972 du 26 octobre 1984 relatif aux congés annuels des fonctionnaires de l’État dispose que : « Le congé dû pour une année de service accompli ne peut se reporter sur l’année suivante, sauf autorisation exceptionnelle donnée par le chef de service […]»,

Dans ces cas présents, les droits à congés légaux des salariés AESH ont été tout simplement supprimés par les services IA du rectorat de Nantes.

Pour conclure

A ce stade des constats, nous ne sommes quand même pas loin d’imaginer que le rectorat de Nantes prend les salariés AESH carrément pour des imbéciles.

Ah ! Ne soyons pas mauvaises langue. Rappelons nous plutôt les « chouettes » discours de la prérentrée au CRDP de Nantes  (la notion de partage….le service de proximité…nous faisons au mieux …etc..).

Mais voila, une institution qui ne dispose certainement pas de la même notion de partage pour mettre en pratique des manœuvres camouflées», bassement comptables, outrageusement illégales. Pire encore, penser que des précaires ne se rendraient compte de rien pour, sans scrupule, ni état d’âme, nous imposer de signer notre nouveau torchon de contrat. ?

Mais attention, aux torchons qui « brûlent » aussi… A jouer au radin de service, à considérer des salariés comme des meubles, allez savoir quelle mouche pourrait bien nous piquer, nous les accompagnants, nous les agents de proximité, nous qui partageons sans vergogne ?

Nous pensions avoir tout vu, mais non, ce sont encore et toujours les plus pauvres qui « trinquent ». Mais rassurez vous, ce n’est pas en nous « assommant », en nous « matraquant », que nous nous découragerons. C’est même tout l’effet inverse produit.

Le Rectorat de Nantes a tenté de « nous rouler dans la farine »… c’est un fait. C’est insupportable et infernal. Maintenant, ce ne sont plus les riches qui donnent aux pauvres, mais les pauvres eux-mêmes qui doivent donner aux pauvres. Trouvez l’erreur.

Nous sommes stupéfaits de cette politique de mépris avérée envers les salariés « bas de gamme », rémunérés au niveau du troisième sous sol,( pour ne pas dire au ras des pâquerettes ce qui serait un peu plus avantageux pour nous). Nous avons bien l’intention de le crier haut et fort, notamment au Ministère de l’Éducation Nationale, au Ministère du Travail, à l’ensemble des Députés de l’Assemblée Nationale, aux Sénateurs et tous les élus de Loire Atlantique, bien sur.

Cher(es) collègues, j’imagine désormais assez mal, comment il va être possible de signer des contrats caduques et illégaux (pour ceux qui n’ont pas encore reçus leur contrat).

Pour celles et ceux qui l’ont déjà signé, attendons que l’administration réagisse de façon urgente en proposant des avenants aux contrats afin qu’ils retrouvent la voie de la légalité en appliquant les textes de loi. Le Rectorat doit faire vite. Car, rappelons que, sans contrat signé, le Trésor Public ne peut déclencher le virement de notre maigre salaire.

Il ne manquerait plus que ça …

Le 29 Septembre 2015

Pour l’UNEAVS

Muriel Michelin

Présidente

Publié dans Actualités et politique, AESH, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | 25 commentaires