Pour les AESH et EVS, tout n’est quand même pas mauvais dans le projet de loi sur le travail ( loi El Khomri)

mendicité Marini Christian

Depuis quinze jours, l’équipe UNEAVS a lu et entendu beaucoup d’informations contradictoires sur ce que va changer le projet de loi sur Travail pour les  salariés.

Comme à son habitude de prudence, l’équipe UNEAVS s’est attachée d’abord à lire et décortiquer 181 pages du projet de loi sur le travail (1ère et 2ème mouture) pour tenter d’en comprendre les enjeux et ses répercussions éventuelles auprès de nos collègues AESH et EVS.

Il le faut reconnaitre: le texte prévoit effectivement  divers changements en matière de durée du travail, d’indemnités prud’homales, de licenciement, de négociations sociales avec les employeurs…., matières incontestables à polémiques acharnées.

Il n’en réserve pas moins quelques nouveautés qui répondraient incontestablement aux attentes  actuelles des AESH et EVS  en matière de formation, notamment l’accès au fameux diplôme DE  “accompagnant éducatif et social” par le biais de  la Validation des acquis de l’Expérience (VAE)

Rappel des références textes en vigueur à ce jour

La validation des acquis est un droit individuel inscrit dans le Code du travail et dans le Code de l’éducation.

Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification figurant sur une liste établie par la commission paritaire nationale de l’emploi d’une branche professionnelle, enregistrés dans le répertoire national des certifications professionnelles…” – Code du travail : article L.900-1

“La validation des acquis produit les mêmes effets que les autres modes de contrôle des connaissances et aptitudes”. “Peuvent être prises en compte au titre de la validation, l’ensemble des compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole en rapport direct avec le contenu du diplôme ou du titre. La durée minimale d’activité requise ne peut être inférieure à trois ans”. – Code de l’éducation : article L.335-5.I.

Tableau des nouveautés introduites par la loi El Khomri pour une VAE au DE Accompagnant Educatif et Social

Existant

projet de loi El Khomri

Durée minimale d’activité requise dans la spécialité choisie

3 ans (ou 4821h)
(en continue ou discontinue sur les 10 dernières années)

1 an (ou 1607h)

commentaire UNEAVS

Du fait du temps partiel, impossibilité d’établir pour la majorité d’AESH et EVS une durée d’activité de 3 ans sur la seule seule base de l’expérience professionnelle au titre AESH

Un AESH ou un EVS en CUI-CAE ayant cumulé  21 mois d’expérience professionnelle pourra accéder incontestablement plus aisément par VAE au diplôme DE AES

périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel

Non prises en compte

Prises en compte

commentaires UNEAVS

Les formations adaptation délivrées par les IA ASH ne pouvaient être prises en compte

Les formations adaptation délivrées par les IA ASH seraient prises  en compte

Conditions d’accès au congé VAE

(24 heures de temps de travail consécutives ou non et rémunérée par employeur)

 

Non prises  en compte pour le salarié en  CDD si ancienneté < à 24 mois

Suppression de la conditions d’ancienneté pour le salarié en  CDD.

commentaires UNEAVS

Une ineptie du code du travail qui dure…….dure…..

et qui serait supprimée

dossier  de candidature Différent selon l’organisme certificateur choisi Unique, quelque soit l’organisme certificateur choisi

commentaires UNEAVS

Le mal de crâne dû au  type de dossier ad hoc  à remplir et envoyer à  tel organisme certificateur…. serait supprimé.

 

L’équipe UNEAVS laisse nos collègues AESH et EVS apprécier à leur juste valeur ces nouveautés introduites sur le volet VAE, par  le projet de loi sur le travail (dite loi Khomeri).

Publié dans Actualités et politique, AESH, professionnalisation des AVS, UNEAVS | Tagué , , , , , , , , , | 26 commentaires

Quand le ministère de l’éducation nationale et le médico-social se ridiculisent en matière d’accompagnement des élèves en situation de handicap.

 

image Il existe parfois des communiqués émanant du Ministère de l’éducation nationale qui , derrière les mots, paraitraient dévoiler une reconnaissance implicite  des acteurs de terrain que sont les AESH.  Ces derniers, présents auprès d’élève en situation de handicap dans chaque école, dans chaque collège, dans chaque lycée, il ne viendrait pas effectivement l’idée à aucun membre de la communauté pédagogique (enseignant,  IA ASH, enseignant référent) et éducative (parent) de douter de leur existence indispensable comme  professionnel  du  terrain.

Aussi, en découvrant le communiqué de presse (ci-après) de la ministre Najat-Belkacem, les 71 0000 agents AESH de l’éducation nationale seraient tentés d’abord de s’exclamer “en voilà une belle chose” en parcourant les passages soulignés en rouge.

Signature d’un nouveau partenariat en faveur de la scolarisation des élèves en situation de handicap

Communiqué de presse – Najat Vallaud-Belkacem – 09/03/2016

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) a signé le 22 janvier 2016 une convention partenariale pluriannuelle (2015-2017) avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et Unifaf (Organisme paritaire collecteur agréé – OPCA – de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale).

Cette convention s’inscrit dans la continuité des travaux conduits par le comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) et notamment du rapport La scolarisation des élèves en situation de handicap publié en juillet 2013.

Elle a pour objet de réaliser une action de formation conjointe à destination des professionnels concourant à la scolarisation des élèves en situation de handicap et vise à favoriser les coopérations interprofessionnelles des acteurs d’un même territoire et le partage de références communes.

Ainsi les personnels de l’Éducation nationale, des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), des personnels des établissements et services médico-sociaux (ESMS) et des agences régionales de santé (ARS) se formeront ensemble pour travailler à la personnalisation des parcours de scolarisation des élèves en situation de handicap pour une école toujours plus inclusive.

Le programme de la formation, son contenu pédagogique, les supports de formation et les modalités d’évaluation sont définis conjointement par le MENESR, la CNSA, Unifaf et le CNFPT.

Un consortium, réunissant l’Université Blaise Pascale de Clermont-Ferrand, la fédération des APAJH, l’APF, Trisomie 21 France et l’IRTS Ile-de-France Montrouge-Neuilly-sur-Marne, piloté par l’INSHEA, a été choisi pour animer les formations.

Ces sessions de formation s’organisent à deux niveaux de responsabilité : les encadrants  et les professionnels du terrain. L’accent sera mis sur le développement d’une culture locale de partenariat et de coopération, ainsi que la compréhension du rôle et des missions des différents acteurs afin d’inscrire leur action dans une démarche partenariale et pluri professionnelle.

À la suite de la phase expérimentale qui s’est tenue en 2015 sur trois académies (Lille, Amiens, Clermont-Ferrand), ce dispositif va être déployé sur l’ensemble du territoire jusqu’en 2017. Il est d’ores et déjà programmé dans cinq académies pour le premier semestre 2016 (Caen, Rouen, Orléans-Tours, Nantes, Rennes).

Sauf, qu’en parcourant un passage  (ci-après) de la convention partenariale entre le ministère de l’éducation nationale et des organismes de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale, les acteurs de terrain AESH n’existent visiblement pas.

image

Dans  le ridicule et l’ignorance, il ne pouvait pas être mieux fait.

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , , | 8 commentaires

16 mars 2016: Invitation aux AESH à une réunion d’information par le Sgen-CFDT Bretagne

Le Sgen-CFDT Bretagne nous fait parvenir le communiqué suivant :

image

Publié dans Informations syndicales | Tagué , | 26 commentaires

Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social –communiqué de presse UNEAVS – 10 février 2016

image

« Pourquoi la création du Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social n’est qu’une petite reconnaissance d’un métier »

Trois années se sont écoulées après la participation de l’UNEAVS aux travaux de professionnalisation (2012) conduisant aux préconisations du rapport de Pénélope Komites, rendu public en 2013. Entre temps, ont demeuré obstinément des CDD AESH de nature précaire débouchant sur des propositions de CDI AESH qui le sont parfois encore plus.

Voici donc la nouvelle « mouture progressive » du nouveau métier. Nous tenons à remercier tout de même les instances ministérielles de cette parution arrivant à point nommé et se révélant d’une importance capitale dans la reconnaissance professionnelle des accompagnants d’élèves en situation de handicap dans l’Éducation Nationale.

Passera le temps de l’euphorie collective d’être reconnu quelque part … jusqu’à se rendre à une évidence, la possession du DE AES n’est pas censée remplir le « frigo vide» d’un salarié AESH, du moins pour le moment.

Mais de quoi voulons nous parler exactement ?

Plus personne ne conteste et invalide la précarité financière et économique engendrée par les emplois AESH dans l’Éducation Nationale. Nous ne saurons ignorer non plus cette petite avancée que constitue la création du diplôme AES permettant de faire de nous des accompagnants professionnels à part entière. Malheureusement, l’UNEAVS constate déjà des confusions multiples et variées provenant d’acteurs divers.

Ainsi, aux lectures d’annonces ici ou là sur la création de ce diplôme AES, l’UNEAVS réagit fermement :

  • Il serait utopique de penser que ce diplôme AES va sortir les AESH de la précarité. En effet, tant que la gestion des AESH dans chaque académie sera faite « à la quotité d’heures» calquée sur des notifications MDPH, la rémunération assortie à ces heures fera toujours de l’AESH un salarié « pauvre ». C’est un mensonge délibéré de prétendre que la possession du DE AES aurait pour conséquence d’en faire un salarié moins pauvre.
  • Il serait irresponsable de laisser entendre à des futurs diplômés AES spécialité AESH suivant la formation initiale qu’ils intègreront d’office telles ou telles institutions scolaires sans difficulté, accèderont directement à un CDI AESH ou exerceront sous statut de fonctionnaires titulaires dans l’éducation nationale.
  • Laisser croire que la possession d’un diplôme AES spécialité AESH entraine un traitement plus favorable qu’un collègue AESH déjà en poste disposant d’une dispense de diplôme… est un rêve illusoire et inutile.
  • Affirmer qu’un niveau V d’un diplôme AES ne serait pas assez élevé pour savoir établir une relation avec un élève, avec des parents, des enseignants, ou participer aux réunions d’équipes de suivi de scolarisation…, demeure une ABERRATION et une injure à l’intelligence, aux compétences, aux connaissances des femmes et des hommes, possédant un niveau V et exerçant actuellement comme AESH dans des établissements scolaires.

L’UNEAVS se félicite de cette humilité dans le niveau du diplôme puisqu’elle avait largement exprimé lors des travaux de professionnalisation (2013) la préconisation suivante : permettre à tous les AESH en poste, sans exception, la possibilité de réaliser son projet de vie professionnelle en acquérant un diplôme d’accompagnant éducatif et social, avec une spécialité librement choisie, leur permettant d’exercer leur métier d’accompagnant dans le milieu qui leur convient. 

  • Le législateur a souhaité permettre aux AESH de diversifier leurs lieux d’exercice (structures d’accueil de la petite enfance, établissements d’enseignement et de formation, lieux de stages, d’apprentissage, d’alternance, ou d’emploi, lieux d’activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs, établissements et services médico-sociaux, lieux de formation professionnelle)

A terme, il serait donc attendu une polyvalence des AESH. Ce serait oublier que la prise en charge des élèves en situation de handicap dans une classe ordinaire est déjà d’une extrême complexité ressemblant même à un « casse tête chinois  » permanent et récurrent.

Aussi, nous estimons que cette polyvalence, sans garde fou, risque de mettre en danger les professionnels AESH de l’éducation nationale dans un contexte économique qui pousserait des employeurs à confondre des professionnels qualifiés polyvalents avec des employés à qui on est en droit de demander tout et n’importe quoi.

image

Le communiqué de presse UNEAVS est téléchargeable en version PDF (cliquer ICI)

AJOUT en date du 17 février 2016

L’UNEAVS constatant l’usage de son communiqué de presse en date du 10/01/2016 à des fins de nuisance à l’égard de sa notoriété auprès des collègues AESH et des travailleurs sociaux du champ social, tient à publier ci-après ses observations: 

Le 15 février 2016, dans la revue « faire face », Mme  Bénédicte Kail, conseillère nationale de l’APF (association des paralysés de France) déclare… » Mais ce diplôme est seulement de niveau V, [comme un CAP ou un BEP]. Ses titulaires risquent donc de se heurter à certaines limites dans l’accompagnement au savoir des collégiens et des lycéens, voire même dès l’élémentaire pour certaines tâches. ». Madame  Sophie Cluzel, la présidente de la Fnaseph. (association de parents d’élèves en situation de handicap) rajoute « ….Comment y parvenir avec des accompagnants ayant un diplôme d’un niveau inférieur au bac ? »

L’UNEAVS a clairement  exprimé auprès des administrateurs de la revue « faire face » son opposition  à  ce type de discours méprisant  à l’égard du personnel AESH en poste et des futurs titulaires du diplôme EAS (toutes spécialités confondues).

En effet, cette posture sociale de  mépris à l’égard de tout personne disposant d’un niveau V d’étude conduit à considérer en fin de compte que ce n’est ni l’expérience professionnelle acquise (de 2 ans et +), ni les compétences de l’AESH qui importent dans une fonction d’accompagnement d’un élève  mais bel et bien sa capacité à « se substituer »  ou à  » suppléer » aux fonctions d’un enseignant dispensant un savoir disciplinaire tout le long du cursus scolaire d’un élève. L’avis de l’enseignant ne sera pas requis, il va de soi. Ceci n’est pas acceptable.

Une posture sociale renouvelée de mépris social ayant atteint  son paroxysme  lors des  travaux interministériels sur la professionnalisation des AVS  (2013) puisque, à la grande stupéfaction des représentants UNEAVS,  un des collaborateurs de Madame  Sophie Cluzel, présidente de la Fnaseph (association de parents d’élèves en situation de handicap) en était arrivée à soutenir que les futurs AESH se devaient « se substituer » aux fonctions  éducatives des parents !!!!! Ceci n’était pas acceptable.

Par ailleurs, par ses propos, Mme  Bénédicte Kail, conseillère nationale de l’APF (association des paralysés de France) sous entendrait que les futurs diplomés AES (quelque soit la spécialité choisie), formés dans des centres de formation professionnelle APF (association des paralysés de France) serait d’avance inapte et incompétent à exercer leur métier AES selon leur spécialité choisie, et tout particulièrement « Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire »Ceci n’est pas acceptable.

Publié dans Actualités et politique, AESH, UNEAVS | Tagué , , , , , | 48 commentaires

Le métier AESH désormais reconnu suite à la sortie du décret instaurant le diplôme “accompagnant éducatif et Social” avec sa spécialité version scolaire.

imageUn décret du 29 janvier 2016 instaure officiellement le métier AESH dans le paysage médico-social et tout particulièrement dans le monde de l’Education.

En fusionnant, deux diplômes d’Etat préexistants : celui d’auxiliaire de vie sociale (AVS) – et celui d’aide médico-psychologique (AMP), Le décret du 29 janvier 2016 précise que le nouveau diplôme  d’accompagnant éducatif et social – de niveau V dans la classification des emplois et des formations – comprend un socle commun de compétences et trois spécialités : « Accompagnement de la vie à domicile », « Accompagnement de la vie en structure collective », « Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire« .

Cette dernière spécialité « atteste des compétences nécessaires pour faciliter, favoriser et participer à l’autonomie des enfants, adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap dans les activités d’apprentissage, et les activités culturelles, sportives, artistiques et de loisirs ». Il s’agit donc  bien de la mise en œuvre de la reconnaissance et de la professionnalisation des AESH .

Ci-après le décret (version PDF téléchargeable en cliquant ICI)

image

image

L’arrêté du 29 janvier 2016 (téléchargeable en cliquant ICI) détaille les modalités d’accès à la formation conduisant à ce diplôme, le contenu et l’organisation de cette formation, les modalités de certification et la validation des acquis de l’expérience (VAE). Les annexes de l’arrêté proposent notamment le référentiel professionnel du  métier AESH.

Informations à nos lecteurs

Le décret et l’arrêté font l’objet d’étude et d’analyse intense par l’équipe UNEAVS. Il ne sera donc pas fait de commentaires dans l’immédiat.

Publié dans AESH, professionnalisation des AVS, UNEAVS | Tagué , , , , , , | 24 commentaires

Les Vœux 2016 de la présidente de l’UNEAVS

image

Chères adhérentes, chers adhérents,

Je laisse bien volontiers l’année 2015 derrière moi et vous adresse à toutes et tous mes vœux les plus prospères et les plus heureux qu’ils soient pour 2016.

Je profite de cette occasion pour vous remercier d’être aussi nombreuses et nombreux à nous suivre au quotidien sur notre blog. Le flux progressant de visites me laisse penser et imaginer que, vous, collègues émérites et courageux semblent être sensibles aux démarches et aux postures de l’UNEAVS. Les adhésions, les dons reçus par l’UNEAVS participent à notre fonctionnement et à notre intendance logistique. Ils nous permettent d’être physiquement présents, par exemple, à des audiences ministérielles ou de participer à des commissions ou travaux éloignés du siège de l’association. Ce n’est pas négligeable, nous élargissons ainsi notre réseau de partenariat.

Votre aide est donc précieuse à court, moyen et long terme et je vous en remercie.

Avec toute l’équipe, j’ai toujours à cœur de vous apporter les dernières informations les plus justes possibles. Il s’agit ainsi de transmettre tout ce qui est « transmettable » concernant notre « profession ». Et c’est justement pour notre « futur » métier à venir que le souhait de me « battre » en 2016 auprès de vous demeure.

Les années précédentes ont démontré qu’il était important de rester unis et mobilisés. Pour trouver des solutions adaptées à notre situation professionnelle, je sais qu’il va falloir faire preuve de vigilance en cette année à venir. Oui, l’année 2016 n’échappera pas à cette règle de prudence qui nous caractérise. Nous ne manquerons pas de prendre en compte le calendrier  « politique » chargé d’ici l’horizon mai 2017.

Lors de la rentrée scolaire 2015/2016 et tout spécialement dans l’académie de Nantes, les interrogations grandes, complexes sur les CDD et CDI des AESH, les constats de leur précarité accentuée, restent présentes. L’application de loi du 12 Mai 2012 concernant la résorption de la précarité dans la fonction publique n’a pas réalisée les promesses attendues. Mieux, le Rapport d’information n°772 sur la précarité dans la fonction publique, réalisé au nom de la commission des lois et de la commission pour le contrôle de l’application des lois du Sénat confirme, sans aucune ambigüité, ses interrogations et ses doutes à ce sujet.

Alors, restent notre scepticisme, et notre étonnement plus que jamais, sur une réelle volonté des élus politiques et des membres du gouvernement de droite comme de gauche à « nous » sortir de cet « État Précaire ». Le plan de résorption de la précarité s’achevant en Mars 2016, je peux me demander : «  Mais, qu’est-ce qui a été fait pour nous ? » « Des promesses de propositions de CDI, mais avec des conditions de rémunération inférieure au CDD précédent». Ceci reste profondément incohérent, profondément choquant.

Je l’affirme. Cette ignominie anticipée, préméditée, calculée et actée aujourd’hui ne fait qu’accentuer les multiples désillusions et désolations des salariés AESH en CDD ou en CDI. Leur profonde lassitude avérée d’être toujours en marge de solutions ou de propositions positives les « libérant » de la précarité financière et matérielle incite l’UNEAVS à mettre en place des actions fortes durant l’année 2016.

1ère étape de l’action UNEAVS 2016 : Faire entendre notre désarroi à l’Europe

Sur le site de l’UNEAVS, je vous propose d’ouvrir le lien « utile » et « primordial » à notre bataille  et surtout pour nous faire entendre :

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=89&newsId=2421&furtherNews=yes

En effet, le 22 Décembre 2015, la Commission Européenne a lancé une consultation publique sur l’examen à mi-parcours de la stratégie européenne en faveur des personnes handicapées (2010-2020).

Elle définit 8 grands domaines d’actions au niveau de l’Union Européenne dont l’Éducation et la formation. En tant que citoyen et acteur de l’Éducation Nationale, votre avis comptera sur ce qui a été réalisé dans notre pays, les difficultés et les moyens apportés pour y remédier.

Soumettre ainsi votre contribution personnelle en ligne ou par voie postale a tout son sens pour exprimer la façon dont sont « traités » les Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap en France.

2ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Exprimer ensemble notre refus de la précarité

Une démarche de grande envergure vous sera proposée dans l’espoir d’une perspective importante pour notre avenir. Elle passera par une sensibilisation Européenne sur l’utilisation des contrats précaires utilisés dans l’Éducation Nationale à l’égale de sa « grande sœur » : une précédente pétition nationale paritaire initiée par l’UNEAVS et enregistrée par la Commission Européenne en Décembre 2009.

3ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Agir uni avec les organisations syndicales

Je souhaite également que nos collègues syndicaux « habitués » et « rodés » à ce type de bataille, viennent renforcer à bras le corps nos élans qu’ils connaissent bien. La complexité de la précarité dans l’Éducation Nationale est telle que se priver de l’aide et du soutien des organisations syndicales représentatives des salariés dans l’éducation nationale n’est pas envisageable. Leurs mandats électifs en font des acteurs essentiels pour mettre en œuvre des lignes nationales de défense salariale. Ainsi, les différents projets d’action de l’UNEAVS seront transmis aux représentants syndicaux départementaux ou régionaux … qui transmettront à leurs représentants syndicaux nationaux selon leur souhait.

Avec vous, toutes et tous, j’espère ainsi renforcer notre lutte constante contre les inégalités de traitements « en tous genres » des AESH, contre les discriminations pratiquées envers les accompagnants tous contrats confondus, et ce, avant l’arrivée de la future directive Européenne qui « voudrait » mettre un terme à ces contrats dits « atypiques ».

Non … malgré les apparences, la précarité n’est pas notre métier. Oui … notre métier est bien l’indispensable Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap dans l’école ordinaire. Oui, nous accompagnons avec cette passion du devoir à accomplir qui nous honore, plus personne ne l’ignore .Oui, nos salaires nous humilient, tout le monde le sait aussi.

Chers (es) collègues AESH, je connais, comme vous les attentes fortes et justifiées liées à la nature de nos contrats de travail. Je fais ce vœu pour 2016 qu’elle reste l’année de la satisfaction pour notre « nouveau corps » d’accompagnants et identifiés comme tel, avec des rémunérations appropriés à nos compétences et nos expertises professionnelles. Intégrer le corps des fonctionnaires titulaires pour être reconnus ne doit pas être une utopie. N’en déplaise …ou pas, je veux garder espoir de sortir de cette tourmente infernale de la précarité, de cette déchéance sociale entretenue par l’élite politique et nos gouvernants qui nous abîment et n’ont que trop duré.

Tels sont les objectifs de l’UNEAVS avant 2017, année charnière qui pourrait très bien se retrouver dans la tourmente à son tour.… et comme le préconisait très bien le très regretté Stéphane Hessel

“Indignez vous”

logo1UNEAVS                                        Muriel Michelin

                                       Présidente UNEAVS

Publié dans la précarité au quotidien, UNEAVS | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 commentaires

SOS ! L’UNEAVS a besoin de votre générosité pour continuer son action.

Présentation1

Appel à la générosité

A travers son équipe, l’UNEAVS ne se maintient que grâce à ses membres salariés AESH et EVS, AED, tous bénévoles, s’impliquant activement à travers des actions locales, régionales, nationales, en coopération de ses partenaires syndicaux, associatifs, citoyens-nes élu-es…

Pour l’exercice de cette citoyenneté bénévole et exigeante, l’association UNEAVS a fait le choix d’agir, d’informer sans rien exiger en retour des collègues AESH et EVS, AED. Il trouve toutefois ses limites dans des contraintes matérielles et financières qui ne peuvent pas toujours être assurées par ses membres, tous vivant personnellement et professionnellement la précarité au quotidien.

Adhérer à l’association UNEAVS (montant de la cotisation annuelle: 10 euros), c’est donner la possibilité à ses membres actifs de leur permettre de continuer d’agir sur leur environnement, leur milieu en citoyens et citoyennes libres et respectueux-ses du dialogue social. C’est aussi manifester une volonté d’exprimer concrètement sa solidarité à l’égard de l’UNEAVS avide de justice sociale trop encore bafouée aujourd’hui dans notre nation.

Téléchargez le bulletin d’adhésion 2016 en cliquant ICI

Publié dans la précarité au quotidien, UNEAVS | Tagué , , , | 5 commentaires

Bonne nouvelle ! Le site UNEAVS redevient opérationnel.

image

Image | Publié le par | Tagué , , , , | 27 commentaires

L’équipe du site UNEAVS déménage…

image

Après la terrible période récente d’attentats, certains de nos visiteurs s’étonnent de notre absence d’activité ou silence, passé un délai respectable. D’autres visiteurs en arrivent à insinuer  désagréablement que nous nous “tournons les pouces”, sous prétexte  d’une posture  associative complaisante vis à vis d’un gouvernement socialiste (tout particulièrement la ministre de l’éducation nationale) coupable selon eux, de mieux ignorer la situation lamentable  des AESH et EVS sous couvert d’Etat d’urgence.

Mais voilà, c’était prévu pour le mois de décembre. Le local accueillant l’équipe UNEAVS devenant trop à l’étroit, un déménagement dans un lieu plus adapté et plus accueillant pour ses membres est en cours de réalisation.

L’équipe UNEAVS considère que, parfois, se taire  sur une décision collective de mener à bien en priorité  et en efficacité, un projet de vie associative important pour sa seule  existence relève de la plus simple décence et du respect vis à vis de ses visiteurs confrontés à des problèmes de vie bien plus cruciaux. Dès que possible, le site UNEAVS sera remis en route avec une meilleure qualité technique à venir.

Publié dans UNEAVS | 14 commentaires

Etat d’urgence : L’humanité assaillie par des fous meurtriers

humanitéassaillie

MESSAGE de Madame Najat Vallaud-Belkacem (20/11/2015)

madame  Najat Vallaud-Belkacem

Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Madame, Monsieur,

Après les terribles attentats de vendredi, dès lundi, les écoles, les collèges, les lycées et les établissements de l’enseignement supérieur ont ouvert leurs portes, y compris en Ile-de-France. Il était important de montrer que la vie continuait. Mais il aurait été vain de prétendre que les attentats de vendredi soir ne nous avaient pas toutes et tous bouleversés et profondément atteints.

Le week-end a été un moment particulièrement douloureux. Malgré la tristesse et le choc ressenti devant l’ampleur et la violence de ces attaques, les personnels d’encadrement, administratifs et enseignants ont su se mobiliser durant ces deux jours, pour faire face aux événements et pour préparer le retour des élèves et des étudiants.

Partout où les jeunes comme les adultes avaient besoin d’accompagnement, notamment dans les secteurs les plus touchés, l’ensemble des personnels de santé, sociaux et psychologues a été présent.

Au sein de chaque salle de classe, de chaque TD, de chaque amphithéâtre, les personnels enseignants, d’éducation et techniques ont su prendre un temps précieux. Le temps d’écouter, d’échanger, d’accompagner les élèves et les étudiants. Ils ont su dialoguer avec eux, et apporter, quand c’était nécessaire, des explications et des éclaircissements.

Vous avez tous été des repères essentiels, pour les enfants, pour les jeunes et pour leurs parents. Vous avez répondu d’une façon exemplaire à une situation difficile.

Par votre soutien, par le temps d’échange qui a précédé la minute de silence, par le soin apporté à l’adapter à chaque âge, vous avez su donner à ce moment de recueillement national un écho et un éclat particulièrement forts.

Ce considérable travail d’accueil, d’accompagnement et d’écoute se poursuit encore aujourd’hui, et il est déterminant.

Je tiens donc à vous en remercier, à saluer votre professionnalisme et votre engagement aux côtés des élèves et de leurs parents, et à vous dire l’émotion et la fierté qui sont les miennes devant cette mobilisation exemplaire de l’ensemble du personnel du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Merci à vous.

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Image | Publié le par | 4 commentaires