Conditions d’exercice de travail

Sommaire

Nature des postes

Publicités

31 commentaires pour Conditions d’exercice de travail

  1. Bioman dit :

    bonjour je suis aesh en cdi à 70 % de temps de travail. la coordinatrice aesh vient de m’informer que je dois faire 31h / semaine. est ce normal?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce normal? »
      Absolument pas. Un CDI à 70% d’un temps complet correspond à 1115h de temps de travail effectif à accomplir obligatoirement sur 39 semaines, soit 28h 30/hebdomadaire. Votre coordonnatrice AESH a retenu une répartition illégale de votre quotité temps de travail sur 36 semaines.
      Pour en savoir plus, cliquer ICI.

  2. fatima chabane dit :

    35 rennes
    bonjour que veut dire exactement ADM. merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » que veut dire exactement ADM ? »
      Aîe…c’est une colle pour nous. Nous le savons pas alors un collègue peut-il nous éclairer et éclairer Fatima ?

  3. Claire dit :

    Bonjour je viens d’ être cédéisée. J’effectue 28h dans une ULIS et je voudrais savoir si l’on peut m’imposer 3h de coupure ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si l’on peut m’imposer 3h de coupure ? »
      Absolument pas si vous n’êtes pas d’accord. Le temps d’interruption de travail entre 2 plages horaires se doit e^tre au maximum de 2 heures.
      La loi n° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi publiée au Journal officiel du 16 juin 2013, lutte contre le temps partiel contraint et le phénomène des travailleurs pauvres. Elle impose ainsi à partir DU 1ER JJUILLET 2014 que :
      Les horaires de travail du salarié se doivent être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes (Article L3123-14-4 du code du travail)
      L’horaire de travail du salarié à temps partiel ne peut comporter, au cours d’une même journée, plus d’une interruption d’activité ou une interruption supérieure à deux heures (Article L3123-16 du code du travail)
      Le principe réaffirmé par cette loi est celui de permettre au salarié d’avoir des horaires compatibles avec un second emploi s’il le souhaite.
      C’est une loi de référence applicable pour les agents contractuels de l’éducation national à temps incomplet.

      • Rachel dit :

        Bonjour, tout d’abord veuillez m’excuser mais je n’ai pas trouver la rubrique pour vous écrire directement afin d’éviter de poser ma question sur une autre réponse..
        Je suis AESH en 24h (sr 39 sem).
        Je viens d’être affecter dans une école, le directeur m’a dit que la notification MDPH indiquait 20h d’accompagnement pour l’enfant que je dois encadrer mais ce dernier n’est présent que 15h à l’école. Alors le directeur m’a fait comprendre qu’il aimerait me placer les 5h manquantes pour « autre chose » il ne m’a rien précisé de plus.
        A t’il le droit de me faire travailler auprès d’autres enfant pour combler les 5h ou dois-je refuser et attendre que le rectorat me trouve un enfant en complément ? Logiquement je dois travailler essentiellement avec l’enfant qui m’a été indiqué par le rectorat ?
        Merci pour votre réponse.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « A t’il le droit de me faire travailler auprès d’autres enfant pour combler les 5h ou dois-je refuser et attendre que le rectorat me trouve un enfant en complément ? « 
          Dans votre situation présente, il existe un accord tacite entre votre employeur (le rectorat) et le chef d’établissement scolaire pour que des heures d’accompagnement par AESH considérées en surplus puissent être utilisées auprès d’un autre élève dont l’équipe enseignant a signalé la nécessité ou le besoin d’un accompagnement spécifique. Ces élèves détectés font partis généralement de ces élèves qui sont en difficulté scolaire passagère qu’un simple accompagnement temporaire judicieux par AESH permet de dépasser.

          En réponse à votre interrogation, « Logiquement je dois travailler essentiellement avec l’enfant qui m’a été indiqué par le rectorat ? « 
          Oui,c’est la logique qu’impose au rectorat les MDPH. Sauf que dans la réalité d’un parcours scolaire, enseignants et AESH constatent bien qu’un accompagnement en temps, lieu et espace peut évoluer en cous d’année scolaire. Autant il peut y avoir nécessité d’un accompagnement en respect total de la notification MDPH, autant il peut s’avérer utile, nécessaire d’un point de vue pédagogique et éducatif de faire varier ce nombre d’heures MDPH d’accompagnement d’un élève en fonction de ces capacités d’autonomie qu’il développe. Savoir lâcher les baskets d’un élève en situation de handicap dans un établissement scolaire en le laisser ‘vivre son autonomie avec confiance », cela restera de l’art professionnel inégalé pour un AESH, sûr de son son savoir faire et de ses compétences.

      • Sakiti Sylvie dit :

        Gironde (33)
        Bonjour,
        N’ayant pas trouvé la rubrique pour vous écrire, je me suis permise de passer par la méthode « Réponse » et vous prie de m’en excuser.
        Je suis AESH.I ( Employeur DSDEN ) cédéisée 1205,25 hrs /annuelles / 39 semaines, 75% de temps de travail. Ma coordonnatrice m’a informé que je dois faire 32hrs /semaine, est-ce légal ?

        Ainsi j’accompagne 12h un enfant de 4 ans en situation de handicap moteur (inscrit par la mairie dans une école où il lui faut monter et descendre en tout dans une journée 66 marches pour aller en classe, en salle de motricité et dans la cour de récré; une aberration quand on sait qu’il y a une autre école de plain-pied dans le même quartier …! )
        Et une lycéenne en terminal 20h / semaine qui passera son Bac donc cette année.
        Lors de la réunion de PPS cette semaine, l’enseignant référent et le proviseur m’informe que des mesures d’aménagements d’épreuves au Bac ont été accordées à l’élève comme suit:
        ° une majoration 1/2 de temps pour les épreuves écrites
        °  »  » 1/3 de temps pour la préparation des épreuves orales
        °  »  » 1/2 de temps pour pour la préparation écrite des épreuves orales
        ° Présence de l’AESH.I (30 minutes avant le début de chaque épreuve) à toutes les épreuves avec pour rôle « secrétaire lecteur transcripteur » .
        Le proviseur compte donc mettre l’élève en condition réelle d’examen pour le Bac-blanc à venir (ce qui est tout à fait normal). Pour ce fait, il m’a été imposé un planning sans que j’ai mon mot à dire que voici :
        PLANNING : Bac-blanc valable également pour le Bac officiel

        JOURS MATIÈRES INTERVENTIONS aesh

        lundi : philosophie de: 7h30 à 14h00
        mardi: Hist-Géo de: 7h30 à 12h00
        mercredi: LV1 de: 13h30 à 19h00
        jeudi: Physique-Chimie de: 7h30 à 13h15
        vendredi: Mathématiques de: 7h30 à 14h00
        samedi: SVT de: 7h30 à 13h15
        Lundi : LV2 de: 7h30 à 11h30
        Au Total : 39h 00

        Mon EMPLOI du TEMPS Hebdomadaire avec l’élève pour les 20h
        Lundi: 10h 50 à 13h15 / Mardi : 12h50 à 17h00
        Vendredi : 8h50 à 13h15 et 13h50 à 18h00 + 40 minutes de pauses journalières

        (A la question de savoir si pendant ces périodes un remplacent est prévu pour l’enfant de 4 ans, l’enseignant référent m’a fait comprendre que cela ne me regardait pas et que tout ce qu’on attend de moi c’est d’appliquer ce qui a été décidé par l’équipe éducative dont je me sens exclure contrairement à ce que stipule le  » Livret d’Accueil » dans la fonction d’ AESH. Du mépris encore et toujours de cette fonction pourtant utile et noble. )

        J’ai besoins de votre aide svp ! Mes questions sont:
        – Mon employeur a-t-il le droit de m’imposer un tel planning ?
        – A-t-il le droit de m’imposer de travailler un mercredi après-midi et un samedi matin qui ne sont pas mes jours de travail ni les jours de classe de l’élève ?
        – Que dit la loi dans ce cas concernant les aesh accompagnant au Bac ?
        Je vous remercie d’avance pour votre réponse et pardon pour la longueur de mon courriel.
        Sincères salutations.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » Mon employeur a-t-il le droit de m’imposer un tel planning ? »
          Aïe..aie..dans le cas présent, un BAC blanc dans un lycée correspond toujours à une activité pédagogique spécifique ayant pour objet de préparer les élèves à l’épreuve finale. L’organisation d’un BAC blanc dans un lycée se révèle toujours compliqué à mettre en eouvre et le personnel enseignant/AED/AESH se retrouve confronté bon gré mal gré confronté à des nécessités de service qu’un chef d’établissemnt scolaire peut imposer légalement à titre exceptionnel.
          Sous réserve que vous n’effectuez pas de heures supplémentaires sans votre accord ou sans rattrapage prévu, le chef d’établissement peut vous imposer à titre exceptionnel un planning horaire hebdomadaire destiné à ce que vous puissiez accompagner un élève lors de passage d’épreuves d’examen blanc BAC. Dans ce cas précis, Il peut vous demander de travailler un mercredi après-midi et un samedi matin qui ne sont pas vos jours de travail ni les jours de classe de l’élève mais la compensation horaire se devra être établie ultérieurement

          En réponse à votre interrogation, « Que dit la loi dans ce cas concernant les aesh accompagnant au Bac ? »
          La présence d’un AESH à un examen ou une épreuve de concours trouve sa justification dans La Circulaire n°2015-127 du 3 août 2015.
          …. . Utilisation des aides humaines
          L’octroi d’une aide humaine doit prendre en compte à la fois le besoin présenté par le candidat et son degré de familiarité avec les aménagements proposés. Afin de ne pas placer le candidat dans une situation inconfortable, il est souhaitable que les aides humaines pour les épreuves d’examen ou de concours soient, dans la mesure du possible, en cohérence avec les aides humaines dont le candidat a bénéficié pendant sa scolarité.
          Les candidats qui ne peuvent pas écrire à la main ou utiliser leur propre matériel peuvent être assistés d’un secrétaire qui écrit sous leur dictée, désigné dans les conditions prévues ci-dessous. Cette aide peut également être prévue pour des candidats qui ne peuvent s’exprimer par écrit d’une manière autonome. Le rôle du secrétaire, durant les épreuves écrites, doit se limiter strictement à :
          – l’énoncé oral du sujet ou de la consigne écrite, dans le respect de sa littéralité, sans commentaire ni explications complémentaires ;
          – la transcription par écrit, sous la dictée du candidat, du travail produit par le candidat, sans correction de la syntaxe ou de la grammaire, sans modification du choix lexical du candidat.

          Il peut être demandé au secrétaire de se placer en face du candidat et de faire un effort particulier d’articulation. Toute autre forme d’intervention relève de l’assistance, dont la nature et l’objet doivent alors être expressément définis et autorisés dans la décision d’aménagement.
          Le secrétariat est une mission qui exclut toute initiative ou intervention personnelle : il s’agit d’une mission de pure exécution.
          L’assistance est une mission plus complexe. Elle comprend une part d’autonomie de la part de l’assistant. Elle peut consister notamment en une reformulation des consignes. Dans tous les cas, la mission de l’assistant doit être précisément bornée et définie dans la décision d’aménagements d’épreuves. Il est donc souhaitable qu’elle soit élaborée en collaboration étroite avec un médecin de l’éducation nationale. Peuvent constituer notamment des missions de reformulation :
          – le séquençage des consignes complexes ;
          – l’explicitation des sens seconds ou métaphoriques.

          La mission de reformulation ne permet en aucun cas à l’assistant de se substituer au candidat.
          En fonction du besoin identifié au regard de(s) (l’)épreuve(s) dans la décision d’aménagement, le recteur ou l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’éducation nationale désigne comme secrétaire ou comme assistant toute personne paraissant qualifiée pour assumer ces fonctions et dont les liens familiaux ou la position professionnelle par rapport au candidat ne sont pas de nature à compromettre leur neutralité. Il s’assure, en fonction de l’examen ou du concours, que chaque secrétaire possède les connaissances correspondant au champ disciplinaire de l’épreuve et que son niveau est adapté à celui de l’examen ou du concours. Si la technicité de l’épreuve l’exige, le secrétaire peut être un enseignant de la discipline faisant l’objet de l’épreuve. Lorsque l’aide consiste en un accompagnement pour les actes de la vie quotidienne (installation, aide aux gestes d’hygiène…) ou pour certains troubles ayant une incidence sur la communication ou la relation à autrui, l’accompagnement par l’auxiliaire de vie scolaire qui suit habituellement l’élève peut être privilégié…..

        • Sakitis dit :

          Bonjour,
          je vous remercie infiniment pour les réponses à mes questions et également pour tout ce que vous faites pour les précaires salariés que nous sommes.
          Bien à vous.
          S.S

    • SALHI dit :

      Bonjour,

      Ne sachant pas comment communiquer avec vous, je me suis permise, de cliquer sur « réponse »…. Avec toutes mes excuses…
      Je souhaiterai occuper un poste CUI CAE dans les yvelines (78) en tant qu’AED précisément dans un collège et lycée privée Hors Contrat… Je suis bénéficiaire de l’ASS suite à deux années d’indemnisation chômage…. Trouvez des informations relève de la magie… Je suis âgée de 47 ans…
      D’avance merci

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « occuper un poste CUI CAE dans les yvelines (78) en tant qu’AED « 
        Tout d’abord, il faut savoir que pour exercer des fonctions AED (assistant éducation) dans un établissement scolaire, Il faut être titulaire du baccalauréat ou d’un diplôme de niveau 4 validé. ëtre éligible en Cui-Cae ne constituera pas le passeport pour obtenir un poste AED.
        Comme vous êtes dans les Yvelines (académie de Versailles), nous vous invitons à aller sur la page du site académique de Versailles pour présenter votre candidature à un emploi AED (cliquer ICI)

  4. léa dit :

    51 / Reims
    Bonsoir,
    Je suis AVS dans un lycée prof privé.
    Nos élèves effectuent de nombreux stages en entreprise. Surprise à la rentrée, notre employeur nous décompte les jours de ces stages et nous les ajoute dans d’autres semaines d’où des semaines de 14h à 32h !! (emploi du temps par mail le vendredi soir pour le lundi matin)
    Notre lycée est centre d’examen bac, CAP, brevet, donc en juin, très peu d’élèves dans l’établissement. Que devons-nous faire? En général, nous assistons des élèves lors des examens, nous surveillons à la place des prof (bien entendu sans avenants à notre contrat) et à certaines heures, on nous autorise à rester chez nous.
    Je dois signer mon renouvellement de mon contrat dans 15j, si je lui signale les diverses « irrégularités » et que je refuse de signer mon nouveau emploi du temps, je pense que mon contrat ne sera pas renouvelé…
    Merci pour vos réponses et votre pour les AVS démunis devant les lois.
    Merci pour ce site très instructif.
    51 / Reims

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Pour pouvoir répondre à votre interrogation, il nous serait nécessaire de connaitre la nature de vos contrats de travail (CDD AESH ou CUI-CAE ?).

      • léa dit :

        Oups, j’ai oublié de préciser que je suis en contrat aidé CUI.
        Depuis mon message, ils nous ont expliqué que c’est l’URSSAF qui oblige les AVS en contrat aidé à effectuer réellement toutes les heures de notre contrat (courrier que je n’ai pas vu à appliquer au 1er septembre suite à la décision de M Macron concernant les contrat aidé).
        Dans le lycée, nous sommes 3 AVS en contrat aidé à devoir accepter cet emploi du temps.
        Merci pour votre réponse et votre site.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Nous prenons note que vos interlocuteurs du lycée vous ont fourni une explication digne d’un âne pour mieux dissimuler leurs turpitudes
          Votre message initial
          51 / Reims
          Bonsoir,
          Je suis AVS dans un lycée prof privé.
          Nos élèves effectuent de nombreux stages en entreprise. Surprise à la rentrée, notre employeur nous décompte les jours de ces stages et nous les ajoute dans d’autres semaines d’où des semaines de 14h à 32h !! (emploi du temps par mail le vendredi soir pour le lundi matin)
          Notre lycée est centre d’examen bac, CAP, brevet, donc en juin, très peu d’élèves dans l’établissement. Que devons-nous faire? En général, nous assistons des élèves lors des examens, nous surveillons à la place des prof (bien entendu sans avenants à notre contrat) et à certaines heures, on nous autorise à rester chez nous.
          Je dois signer mon renouvellement de mon contrat dans 15j, si je lui signale les diverses « irrégularités » et que je refuse de signer mon nouveau emploi du temps, je pense que mon contrat ne sera pas renouvelé…
          Merci pour vos réponses et votre pour les AVS démunis devant les lois.
          Merci pour ce site très instructif.
          51 / Reims

          En réponse à vos multiples interrogations légitimes au sujet de votre planning horaire hebdomadaire
          La règle de droit
          Vous disposez d’un contrat de travail type CUI-CAE passé avec votre employeur. Il doit indiquer la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou entre les semaines du mois ( article code du travailL. 3123-6). VOus disposez donc nécessairement un planning horaire hebdomadaire fixé sur toute la durée de votre contrat.
          Il doit fixer également les cas dans lesquels une modification de la répartition du travail peut intervenir ainsi que la nature de cette modification, faute de quoi vous êtes en droit de refuser toute modification de votre planning horaire hebdomadaire. Si existante dans votre contrat de travail, toute modification de répartition du travail entre les jours de la semaine ou entre les semaines du mois suppose de vous être notifiée au salarié, en respectant un délai de prévenance (code du travail. art. L. 3123-11). Ce délai de prévenance ne peut être inférieur à 3 jours ouvrés. Les jours ouvrés sont les jours normalement travaillés dans l’établissement scolaire (soit du lundi au vendredi).

          l’application de la règle de droit
          notre employeur nous décompte les jours de ces stages et nous les ajoute dans d’autres semaines d’où des semaines de 14h à 32h !! (emploi du temps par mail le vendredi soir pour le lundi matin)

          -il ne peut effectuer un rattrapage d’heures de travail consécutifs aux absences des élèves pour cause de stage, passage d’examen en juin ou tout autre cause (maladie, accident, école buissonnière, absence non justifié) alors que vous restez à sa disposition durant les semaines de stage des élèves, passage d’examen en juin ou tout autre cause d’absence d’élève (maladie, accident, école buissonnière, absence non justifié) dans l’établissement scolaire.
          -Si un tel rattrapage d’horaire explicite (condition, durée, date) n’est pas inscrit dans votre contrat de travail, vous avez un droit de refus et cela ne peut être considéré comme une faute professionnelle.
          -Si un tel rattrapage d’horaire explicite est inscrit dans votre contrat de travail, le délai de prévenance mimimale de 3 jours ne doit pas inclure le samedi et le dimanche et le nombre d’heures de rattrapage à effecteur ne doit pas avoir pour effet l’établissement d’un planning horaire hebdomadaire supérieur à 26h.
          – Le fait que votre employeur vous autorise à ne pas accomplir des heures de votre planning horaire hebdomadaire relève de sa seule responsabilité et ces heures d’absence accordées ne sauraient faire l’objet de rattrapage ultérieur.

          S’agissant votre commentaire « Je dois signer mon renouvellement de mon contrat dans 15j, si je lui signale les diverses « irrégularités » et que je refuse de signer mon nouveau emploi du temps, je pense que mon contrat ne sera pas renouvelé »
          Nous estimons que parfois un chef d’établissement scolaire a besoin d’entendre quels sont les règles de droit qui s’appliquent aux salariés AVS. Ne serait-ce que pour lui faire découvrir qu’à choisir entre étre considéré comme un meuble à traiter avec mépris et condescendance ou être une personne humaine sachant relever la tête avec dignité, vous choisirez toujours d’être la seconde en le trainant devant un tribunal des prudhommes pour trancher si nécessaire.

  5. betty35 dit :

    Bonjour

    je suis AVS en cui cae dans une école privée de Rennes 35

    je viens de voir votre réponse à un collègue à qui comptait 1h 20 hebdo en plus de ses 24 h payées 20h…
    les infos que vous lui avez données :

    Cela correspond effectivement à 1h20 légale (en sus des 24h hebdomadaires) mais ne pouvant être consacré uniquement qu’à du temps de concertation avec l’enseignant ou de réunion expressément défini au préalable dans le planning horaire hebdomadaire. De fait, il est considéré d’usage courant au service IA ASH29, qu’il s’agit d’un temps ponctuel et non systématiquement utilisé mais qui demeure toutefois utile pour renforcer la coopération entre un enseignant et AESH.
    Ma question c’est quoi cette 1h 20 dite de concertation ? ça existe partout ? jamais entendu parler..

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « c’est quoi cette 1h 20 dite de concertation ? ça existe partout ? »
      le temps de concertation (1h20) réservé pour des AESH en CUI-CAE ou AESH CDD/CDI est une spécificité propre de services IA ASH souhaitant en libérant ce temps hors présence de l’élève favoriser au maximum la coopération entre enseignant (s) et AESH par des échanges privilégiées réciproques sur leur pratique professionnelle, la coordination pédagogique/éducative à assurer, la répartition des tâches au mieux de l’intérêt de l’élève bénéficiant d’un accompagnement.
      Il n’existe pas partout mais quand il existe, cela se révèle indéniablement positif pour la réussite de l’inclusion de l’élève en situation de handicap.

  6. dupont dit :

    Bonsoir departement 51
    Dans notre contrat de travail aesh il est stipule que nous devons nous occuper de l’enfant pour les taches quotidiennes .Ayant un enfant autisme de 7 ans a encadre la mere exige que je lui ferme son manteau,mette son echarpe etc et le surveille ds la cour pendant la recreation.Je precise que l’enfant n’a pas de trouble de comportement et n’ai pas du tout agressif qu il est capable de fermer son manteau mais trouve plus pratique de le faire faire par l’avs..Suis je oblige se me plier aux exigences des parents,quelle taches exacts doit on accomplir …Ai je le droit de refuser? Merci pour votre soutien

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Suis je oblige se me plier aux exigences des parents,quelle taches exacts doit on accomplir …Ai je le droit de refuser? « 
      Dans le cadre de vos fonction d’AESH, votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) est votre seule autorité hiérachique. Affectée auprès d’un élève dans un établissement scolaire, vous demeurez sous la responsabilité du chef d’établissement qui dispose de l’autorité fonctionnelle et dans la classe où vous accompagnez l’élève, vous êtes sous la respônsabilité pédagogique de l’enseignant. Autrement dit, un parent et le parent proprement dit de l’élève ne dispose d’aucune autorité pour fixer vos règles de conduite professionnelle dans un établissement et encore moins vous fixer des tâches ou des exigences personnelles à votre égard.
      Ce que vous accomplissez dans le cadre de vos tâches d’AESH s’effectuant sous ces responsabilité ci-dessus bien précises, il appartient au parent de s’adresser ou bien à l’enseignant de la classe ou bien au chef d’établissement scolaire ou bien à votre employeur ses demandes d’intervention spécifique à l’égard de son enfant, ses exigences dans l’exercice de vos fonctions, et justifications à l’appui.
      La posture professionnelle à adopter pour vous serait d’immédiatement signaler ses exigences formulées par le parent dans l’exercice de vos fonctions à votre collègue enseignant et chef d’établissementet de convenir avec eux de la meilleure attitude à adopter, d’autre part, de vous abstenir de toute relation avec ce parent hors présence de l’enseignant ou du chef d’établissement. Il faut savoir être ferme à ce sujet: vous n’êtes pas un élève, vous n’êtes pas un enseignant mais AESH et certainement pas un larbin ou un meuble à déplacer à volonté.
      C’est votre droit professionnel le plus strict que de suggérer qu’en vue de l’acquisition de l’autonomie de l’élève, ce dernier puisse savoir apprendre à mettre seul son manteau, le fermer seul, mettre seul son écharpe, évoluer seul dans un cour de récréation sous surveillance discrète… même si cela va prendre du temps pour ce faire.

  7. Anna dit :

    Bonsoir ,
    je ne suis pas certaine d’être dans la bonne rubrique mais en désespoir de cause je poste là !
    AESH en classe ULIS (10 enfants en situations de handicap ) , je vais terminer mon contrat au bout de 2 ans , sans formation « valable » ! Et je m’inquiète !
    1 ere année avec refus de vae (pas de budget , selon le directeur , établissement privé ), remplacement de professeur spécialisé régulier quand celui çi est malade ou en formation (la veine , pour lui , il va en formation!) , temps de pause pas toujours respecté,refus de ma présence aux réunions PPS , malgré mon insistance, mais il faut bien qlq un pour « faire cours aux élèves » pendant les réunions ! j’en passe , avec une modulation plus que douteuse, j’ai commencé en débit d’heures !
    Comme çi vous alliez ouvrir un compte bancaire , de suite débiteur , avant d’y avoir touché !
    2 ieme année difficile , mais je m’accroche , j’aime mon « métier » ! Je contacte pole-emploi quant à comment réagir à un éventuel second refus de formation , un peu perdue dans une jungle et sans aucun soutient de ma hiérarchie, aucune piste concernant un futur professionnel, pas le temps , les enfants d’abord !
    Je m’accroche encore ….mais l’info du pole emploi remonte jusqu’à ma hiérarchie , et pendant un arrêt maladie on me presse par différents moyens ( mails , messages téléphoniques) de trouver au plus vite , par moi mème , une formation …En désespoir de cause je trouve un stage d’art thérapie , d’une durée de 35 h fin Mai de cette année ( mon contrat cessera le 31 Aout) ! Rien de validant , c’est juste un stage , mais pas le temps de trouver autre chose à cette période de l’année scolaire !
    Je suis désespérée , de me retrouver au chômage bientôt, sans réelle formation , de laisser tomber « mes élèves » que j’accompagne en inclusion et avec qui j’avance , bien , très bien même !
    De la précarité je vais tomber dans la misère …Une chute vertigineuse !
    Ma question , j’y viens ….Puis entamer une procédure pour rétablir me droits bafoués ?
    Merci d’exister .

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « .Puis entamer une procédure pour rétablir me droits bafoués ? »
      Oui. Sans rentrer dans les détails, vous citez 2 illégalités majeures
      1-« une modulation plus que douteuse, j’ai commencé en débit d’heures ! »
      2- l’absence d’accompagnement et de proposition d’action de formation qui demeurait une obligation contractuelle obligatoire de la part de votre employeur.
      Nous vous invitons dès lors à prendre contact avec un conseiller juridique d’une organisation syndicale qui, après examen de votre dossier (convention, contrat de travail, pièces annexes) vous avisera des anomalies existantes, vous guidera dans une éventuelle démarche en saisine prudhommale contre votre employeur. A titre indicatif, le collectif AVS49 propose un service de soutien juridique en lien avec un cabinet d’avocat qui s’est spécialisé dans ce type de dossier non sans un certain succès.

  8. Anne-Sophie dit :

    Bonsoir,

    Tout d’abord, excusez-moi si je ne suis pas dans la bonne rubrique mais je ne suis pas parvenue à poster de commentaires dans la partie adéquate …

    Il y a quelques jours un délégué syndical est venu faire sa « publicité » dans l’école (École Publique) où j’exerce comme AVSi/AESH depuis 6 ans. Je vais être CDIsée le 28 Septembre de cette année et il m’a dit qu’il était bien de se syndiquer, et m’a évoquer l’intérêt d’une assurance professionnelle.
    Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais pris d’assurance professionnelle : À titre individuel, je possède bien une assurance responsabilité civile, mais cette dernière me couvre-t-elle en cas de « pépin(s) » au niveau de mon travail ?
    Se syndiquer est-il utile, nécessaire pour les AESH, que ce soit en CDD ou en CDI ?

    Merci des réponses que vous m’apporterez.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » cette dernière me couvre-t-elle en cas de « pépin(s) » au niveau de mon travail ? »
      Elle vous couvre, soyez en assuré (nous n’avons pas résisté au jeu de mot, là)

      En réponse à votre interrogation, « Se syndiquer est-il utile, nécessaire pour les AESH, que ce soit en CDD ou en CDI ? »
      Non. être adhérent à une organisation syndicale reste toujours un acte citoyen, libre et réféchi. Simplement, l’équipe UNEAVS constate que c’est bien pratique et fort utile de pouvoir recevoir soutien et aide de responsable d »organisation syndicale dès qu’un contentieux surgit dans le cadre de son travail.

    • Farida amoury dit :

      Bonjour,
      Je suis avs en cui sur l’ac Rennes ; je m’occupe de 2 enfants (1 enfant : 6 heures – 1 enfant : 12 heures) et le reste du temps en assistance à la direction.
      Il est prévu des sorties à la journée pour un des enfants ; j’ai 2 questions :
      – une sortie de 8h30 à 15 h avec obligation de manger avec l’enfant (rien n’est noté dans le pps sur ce fait). bien sûr je reste après à l’école jusqu’à 16 h 30. le directeur m’indique que je ne récupère que 20 minutes alors que d’habitude j’ai 2 heures pour manger. Qu’en est il ?

      mes horaires habituels sont 8 h 30 – 11 h 30 et 13 h 30 – 16 h 30 les lundi jeudi et vendredi, 8 h 30-11 h 30 les mardi et mercredi.

      La seconde question est la suivante :
      il est prévu une sortie à la journée de 8 h 30 à 19 h avec pique nique le midi ; il m’est indiqué que je ne peux refuser cette sortie et par contre pas de récupération possible. Qu’en est il également ?

      Merci pour vos réponse.

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        Préalable: Vous disposez d’un contrat CUI-CAE et votre employeur (celui qui est indiqué dans votre contrat de travail) est votre supérieur hiérarchique. Le directeur d’un établissement solaire où vous êtes affecté n’est pas votre supérieur hiérarchique et ne dispose d’aucune autorité pour modifier ou vous imposer des horaires de travail (modification ou suppression) à sa seule convenance personnelle.
        Par ailleurs, votre contrat de travail inclut obligatoirement un planning horaire de travail avec des plages horaires de travail effectif. Toute modification de ce planning horaire hebdomadaire en cours de contrat nécessite votre accord.

        En réponse à votre interrogation, « Qu’en est il ? »
        Votre participation à une sortie scolaire occasionnelle ayant pour conséquence une modification de votre planning horaire hebdomadaire (ici, une sortie de 8h30 à 15h alors que votre planning indique 8h30-11h30 et 13h30-16h30) est conditionnée par votre accord préalable.
        En cas de refus de participation, cela ne peut constituer une faute professionnelle.
        En cas d’acceptation,
        Il faut avoir en tête que vos horaires étant fixés dans le contrat, vous ne pouvez effectuer plus que le volume horaire hebdomadaire défini dans ce dernier. En effet, toute heures complémentaires effectuées en sus de vos heures de travail ne vous sont pas rémunérées et vous ne pourrez en exiger le paiement auprès de votre employeur. Par ailleurs, les rattrapages d’heures supplémentaires en sus des heures de travail usuel nécessitent l’accord préalable de votre employeur.
        Dans le cas présent, votre directeur vous demande d’effectuer pour cette sortie scolaire 8h de travail en continu (8h30-15h) + 1h30 (15h-16h30) au lieu de 6h30. C’est une situation anormale et illégale si elle vous est imposée.

        En réponse à votre interrogation,  » Qu’en est il également ? »
        même cas de figure que précédemment. Votre directeur d’établissement scolaire ne peut vous imposer votre participation une sortie scolaire. cela nécessite votre accord préalable, ne lui en déplaise.

        • Farida dit :

          Bonjour

          Tout d’abord excusez-moi, mais je n’arrive pas à vous contacter via le site.

          J’aurai une question sur mon contrat de travail :

          Je suis du 35; Je travaille en école élémentaire depuis 2 ans en CUI . Ma fonction indiquée sur mon dernier avenant : CUI ASEH ET ADM Mon contrat et avenants indiquent bien « Ecole élémentaire PU (nom de l’école) » et son adresse. A la rentrée 2016, il a été créé le groupe scolaire reprenant élémentaire et maternelle. (elles sont située à côté l’une de l’autre même si elles ne sont pas situées à la même adresse). Jusqu’ici, je travaillais uniquement en élémentaire. A la pré-rentrée, il m’est indiqué que je dois faire 6 h à l’école maternelle en ASEH. Ma question est la suivante : dans la mesure où mon contrat indique « école élémentaire », suis-je obligée d’accepter de travailler en école maternelle ?

          Une autre petite question : Les TAP pour la maternelle sont le mardi après midi, les TAP pour l’élémentaire sont le jeudi. Depuis la rentrée, je ne travaille pas le jeudi après-midi puisque ce sont les TAP de l’élémentaire. Si je dois effectuer les 6 heures d’ASEH en école maternelle, peut-on m’obliger à changer d’après-midi non travaillé, c’est à dire ne pas travailler le mardi après-midi et travailler le jeudi après-midi.

          Merci de vos réponses. Bien cordialement.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « dans la mesure où mon contrat indique « école élémentaire », suis-je obligée d’accepter de travailler en école maternelle ? » et suivante «  peut-on m’obliger à changer d’après-midi non travaillé, c’est à dire ne pas travailler le mardi après-midi et travailler le jeudi après-midi. »
          Dans le cas présent, il ne peut pas être évoqué de modification de contrat de travail mais d’un changement des conditions de travail qui rendra difficile unrefus de votre part. Pour en savoir, plus cliquer ICI.

  9. ginger dit :

    Ardèche
    je viens d’obtenir un poste d’avs en cui-cae, c’est un contrat de 20h.
    du 29.09 au 30.06.15. L’enfant dont je m’occupe a droit à 15h d’avs.
    La directrice me demande de faire 24h, payées 20h, comme les autres AVS, elles payées aussi en juillet -août? combien d’heures dois-je effectuer?

Pour tous commentaires, Le n° de département ou votre région académique doit être fourni pour sa prise en compte.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.