Fin de contrat –Licenciement-démission

Références juridiques

Textes législatifs

Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat

Références autres

 (Source DGFAP – Guide méthodologique relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’État – édition 2016)

Les fonctions d’un agent AESH  peuvent prendre fin dans les hypothèses suivantes :

  • fin d’un contrat à durée déterminée (non renouvellement de CDD) ;
  • démission ;
  • licenciement ;
  • départ à la retraite soit par limite d’âge ou à la demande de l’agent qui remplit les conditions ;
  • atteinte de la limite d’âge fixée à 67 ans en application de l’article 6-1 de la loi n° 84-834 du 13 septembre 1984 modifiée relative à la limite d’âge dans la fonction publique et le secteur public. Le passage de 65 à 67 ans a cependant lieu de manière progressive : l’article 115, II de la loi n°2012-347 du 12 mars 2012 prévoit en effet que l’âge limite évolue dans les conditions fixées par le décret prévu au II de l’article 28 de la loi n° 2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites ;
  • décès.

Fin de CDD AESH  (non renouvellement/renouvellement)

Article 44-1 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat)

A l’expiration du contrat, l’administration délivre à l’agent un certificat qui contient exclusivement les mentions suivantes :

1° La date de recrutement de l’agent et celle de fin de contrat ;

2° Les fonctions occupées par l’agent, la catégorie hiérarchique dont elles relèvent et la durée pendant laquelle elles ont été effectivement exercées ;

3° Le cas échéant, les périodes de congés non assimilées à des périodes de travail effectif.

L’absence de droit au renouvellement du contrat

Parce que le CDD comprend un terme précis dont le renouvellement doit être expressément prévu par l’administration lorsque le besoin qui a justifié le recrutement d’un agent AESH n’a pas disparu, le juge ne reconnaîtra pas de droit au renouvellement du contrat. (CE, 23 février 2009 « Moutterlos », n° 304995; CE, 23 janvier 1981, n°17932 ; CE, 5 septembre 1990, n°82837 ; CE, du 10 avril 1991, n°77600.)

L’absence de droit au renouvellement du contrat est valable même si l’agent AESH est

  • en congé de maternité (CAA Nantes, 15 oct. 1998, n°95NT00008 : « Considérant, en deuxième lieu, que si un principe général du droit s’oppose au licenciement d’un agent en état de grossesse, ce principe ne fait pas obstacle à l’absence de renouvellement d’un contrat à durée déterminée à l’expiration de celui-ci, alors même que l’agent concerné se trouve en cet état ».)
  • en congé de maladie (CAA Marseille, 22 juin 2004, n°00MA01970.) à la date de fin de contrat initialement prévue. En application de l’article 27 du décret du 17 janvier 1986, « lorsque le contrat est conclu pour une durée déterminée, les congés prévus aux titres III, IV, V et VI ne peuvent être attribués au-delà de la période d’engagement restant à courir ».

En cas d’annulation par le juge d’une décision de non renouvellement, l’agent AESH  ne dispose pas d’un droit à réintégration au-delà du terme initialement prévu de l’engagement (CAA Bordeaux ,9 mars 2004, n°00BX02890 : « considérant qu’eu égard aux motifs de la présente décision, l’exécution de celle-ci n’implique pas nécessairement que le centre hospitalier procède à la réintégration de Mme X qui ne peut se prévaloir d’aucun droit au renouvelle­ment d’un contrat parvenu à expiration ; que, par suite, les conclusions de la requérante tendant à ce que soit ordonnée sa réintégration ne peuvent être accueillies ».)

Le fait que l’autorité administrative indique à l’agent AESH, après avoir recueilli son accord, qu’elle va lui faire parvenir un nouveau contrat, constitue une promesse d’engagement, dont le non-respect est de nature à engager la responsabilité de la collectivité, qui peut alors être condamnée à réparer le préjudice causé. (CAA Versailles, 10 nov. 2005, n°04VE00895.)

La décision de non renouvellement de contrat n’a pas être formellement motivée (CE, 23 février 2009 « Moutterlos», n°304995 : « Considérant, en premier lieu, qu’un agent dont le contrat est arrivé à échéance n’a aucun droit au renouvellement de celui-ci ; qu’il en résulte qu’alors même que la décision de ne pas renouveler ce contrat est fondée sur l’appréciation portée par l’autorité compétente sur l’aptitude professionnelle de l’agent et, de manière générale, sur sa manière de servir et se trouve ainsi prise en considération de la personne, elle n’est – sauf à revêtir le caractère d’une mesure disciplinaire – ni au nombre des mesures qui ne peuvent légalement intervenir sans que l’intéressé ait été mis à même de prendre connaissance de son dossier, ni au nombre de celles qui doivent être motivées en application des dispositions de la loi du 11 janvier 1979. »)

L’absence de droit à renouvellement du contrat ne dispense pas l’administration d’avoir à justifier, notamment en cas de contentieux, d’un motif de non renouvellement. Ainsi l’absence de droit au renouvellement et d’obligation de motivation n’ont pas pour effet de soustraire la décision et ses motifs réels au contrôle du juge. Le juge administratif a établi que les motifs du non renouvellement devaient être tirés de l’intérêt du service ou pris en considération de la personne, qu’ils aient ou non un caractère disciplinaire (CE, 4 juil. 1994, n°118298).

Motifs légaux  de non renouvellement de contrat

Les décisions de non-renouvellement des contrats des agents AESH doivent être motivées par l’intérêt du service. Les décisions de non renouvellement fondées sur les motifs suivants ont été jugées conformes à l’intérêt du service :

  • la suppression de l’emploi (CE, 29 avril 2014, n°355672) peut justifier un non renouvellement de contrat, de même qu’une réorganisation de service (CAA Nancy, 26 février 2015, n°14NC00174 : « il ressort des comptes rendus du comité technique paritaire, produits en défense par l’administration, que le service a fait l’objet d’une réorganisation au cours de l’année 2012, en raison notamment de la reprise en régie de l’exploitation des déchetteries et des activités de sélection et de valorisation des déchets ; qu’ainsi, il n’est pas établi que la décision attaquée serait intervenue pour des motifs étrangers à l’intérêt du service, ou encore la disparition ou l’évolution du besoin ayant justifié la conclusion du contrat (CAA de Paris, 31 janvier 2011, n°09PA02330 ; TA de Lyon, 14 février 2011, n°0808649) ;
  • disparition de l’activité pour laquelle l’agent avait été recruté (CAA Nantes, 8 mars 2002, n°98NT02552)
  • modification importante du poste auquel a été intégrée une fonction de comptable pour laquelle l’agent n’avait aucune compétence (CAA Paris, 9 juillet 2009, n°07PA00519) ;
  • décision de l’autorité administrative de ne pas pourvoir l’emploi dans l’immédiat, dans l’attente des résultats d’une réflexion engagée sur l’activité des services (CAA Bordeaux, 4 juillet 2005, n°01BX01672) ;
  • recrutement d’un fonctionnaire titulaire (CAA Nancy, 2 juin 2005, n°02NC00640). C’est la conséquence directe du principe de l’occupation des emplois permanents par des fonctionnaires qui impose d’accorder une priorité d’emploi aux fonctionnaires, susceptible d’être réaffirmée au moment du renouvellement du contrat à durée déterminée ;
  • recrutement d’un autre agent contractuel, à condition que ce nouveau recrutement présente un avantage déterminant pour l’intérêt du service (CAA Bordeaux, 6 juil. 2004, n°01BX00224 : au cas d’espèce, le remplacement un directeur technique contractuel par un autre contractuel également qualifié comme décorateur, a permis d’assurer une meilleure coordination avec l’atelier des décors et, par la production interne de décors, de réaliser des spectacles à moindre coût) ;
  • une décision de non renouvellement de contrat prise en considération de la personne peut être légalement fondée lorsqu’elle est justifiée par le comportement de l’agent : insuffisance professionnelle ou faits tirés du comportement de l’intéressé (CE, 5 déc. 2005, n°262948 ; CE n°17932 du 23 janvier 1981 ; CE n°118298 du 4 juillet 1994 ; CE n°126194 du 23 décembre 1994). A cet égard, il appartient au juge de rechercher si les éléments ne révèlent pas une insatisfaisante manière de servir, de nature à justifier au regard de l’intérêt du service le refus de renouveler le contrat (CE, 15 décembre 2014, n°366426) ;
  • manquements aux obligations professionnelles : absences injustifiées, refus d’exécution de tâches liées aux fonctions (CAA Bordeaux, 10 février 2004, n°00BX00997) ;
  • faute disciplinaire (CE, 23 janvier 1981, Mongin). Lorsque la décision de non renouvellement du contrat se fonde sur des fautes reprochées à l’intéressé, elle présente un caractère disciplinaire et exige, par conséquent, le respect des droits de la défense, le caractère contradictoire de la procédure et la motivation (CE, 7 décembre 1983, n°44750) ;
  • non-respect d’une stipulation du contrat de recrutement faisant obligation à l’agent de se présenter à un concours déterminé avant le terme de l’engagement (CAA Paris, 30 décembre 2005, n°01PA01793) ;
  • refus de suivre une formation pour obtenir un certificat d’aptitude professionnelle qui aurait permis à l’agent d’acquérir les compétences nécessaires pour mieux répondre aux besoins du service et d’être titularisé (CAA Lyon, 28 fév. 2006, n°01LY00864) ;
  • nécessités de service liées aux incidences sur l’organisation du service des nombreuses absences pour maladie de l’agent (167 jours sur trois ans), dont les fonctions étaient l’aide à domicile des personnes âgées et dépendantes (CAA Marseille, 22 oct. 2010, n°08MA03258) ;

……. Listes non exhaustives…

Motifs illégaux  de non renouvellement de contrat

Les décisions de non renouvellement fondées sur les motifs suivants ont été jugées non conformes à l’intérêt du service :

  • Toute décision de non renouvellement d’un contrat fondée sur la volonté de priver l’agent de la possibilité de bénéficier d’un CDI est illégal (CAA Bordeaux, 2 février 2010, n°09BX00963 : la décision par laquelle l’administration a refusé de renouveler le contrat de Mme X n’a pas été dictée par la manière de servir de l’intéressée, mais dans le but de ne pas faire bénéficier Mme X d’un contrat à durée indéterminée en application des dispositions de la loi n° 2005-843 du 26 juillet 2005 ; qu’un tel motif est entaché d’illégalité ) ; Il convient de noter que le juge sanctionne le refus de conclusion du contrat à durée indéterminée au motif qu’il entraînerait une dépense excessive pour le budget de la collectivité ou sur une trop longue durée (CAA Versailles, 21 janvier 2010, n°08VE00628) ;
  • une décision prise uniquement en raison de considérations d’ordre politique (CE, 2 février 2000, n°196157) ;
  • une décision motivée par le fait que l’agent avait obtenu des congés pour raisons de santé liés à sa grossesse et avait ensuite demandé un congé parental (CE, 9 août 2006, n°281972 « Considérant (…) que la décision du ministre de la défense en date du 27 avril 2005 confirmant le refus de renouvellement du contrat de Mme a été motivée non par l’inaptitude de l’intéressée à remplir les fonctions qui lui avaient été confiées mais par la circonstance qu’elle avait obtenu des congés prolongés imputables aux incidents médicaux qui avaient accompagné sa grossesse et qu’elle avait ensuite demandé un congé parental d’éducation ; qu’un tel motif n’est pas de nature à être retenu pour justifier la mesure prise à l’encontre de Mme» ) ;
  • L’autorité administrative ne peut refuser de renouveler l’engagement d’un agent au seul motif de sa grossesse (CE, 17 février 1992, n°96013) néanmoins, cet état n’empêche pas de refuser le renouvellement dès lors qu’un motif tiré de l’intérêt du service ou de l’insuffisance professionnelle de l’agent peut être avancé (CAA de Nantes, 15 octobre 1998, n°95NT00008) ;
  • une décision fondée sur une réorganisation des services dont l’administration ne peut prouver la réalité (CAA Lyon, 18 mars 2014, n°12LY22805 ; CAA Paris, 27 mai 1999, n°98PA00890) ;
  • une décision motivée par la réalisation d’économies budgétaires non quantifiées et non indispensables à l’équilibre des finances de la collectivité (CAA Nancy, 14 nov. 2002, n°97NC01906) ;
  • le remplacement d’un titulaire en congé de maladie, immédiatement suivi du recrutement d’un nouvel agent contractuel, sans que celui-ci n’apporte un avantage déterminant pour le service (CAA Nancy, 18 novembre 2004, n°99NC01046) ;
  • une décision motivée par le fait que l’agent a adressé un courrier à l’autorité territoriale exprimant son désaccord quant à sa condition d’emploi et son intention de saisir le juge administratif (CAA Nancy, 5 avril 2012, n°11NC00634).

…..Liste non exhaustive….

Conditions de base de renouvellement de contrat

L’article 45 du décret du 17 janvier 1986 précise les conditions dans lesquelles les CDD AESH peuvent être renouvelés.

  • Le renouvellement doit être exprès, ce qui exclut tout renouvellement par tacite reconduction.
  • Tout maintien en fonction au-delà du terme du contrat par tacite reconduction donne naissance à un nouveau contrat dont la durée est, soit égale à celle assignée par les parties, soit, à défaut, à celle du contrat initial (CE, 27 octobre 1999, n° 178412.)
  • En cas de renouvellement, il convient de noter que l’agent AESH n’a pas droit de réclamer, à ce que celui-ci ait lieu dans des conditions identiques. L’autorité administrative n’est pas tenue de renouveler un contrat pour la même durée (CE, 13 janv. 2003, n° 229251, arrêt de la CJUE, 8 mars 2012, n°C2511163)
  • la décision de proposer un nouveau contrat d’une durée substantiellement inférieure doit être fondée sur l’intérêt du service (CAA Marseille, 17 oct. 2013, n° 12MA01005.).

Le Conseil d’État a rappelé « qu’un agent public qui a été recruté par un contrat à durée déterminée ne bénéficie ni d’un droit au renouvellement de son contrat ni, à plus forte raison, d’un droit au maintien de ses clauses, si l’administration envisage de procéder à son renouvellement ; que, toutefois, l’administration ne peut légalement décider, au terme de son contrat, de ne pas le renouveler ou de proposer à l’agent, sans son accord, un nouveau contrat substantiellement différent du précédent, que pour un motif tiré de l’intérêt du service ». (Conseil d’État, 10 juillet 2015, n° 374157.)

L’obligation de respecter un délai de prévenance

Article 46 du décret du 17 janvier 1986

(…) l’administration est tenue d’informer l’agent de son intention de renouveler ou non le contrat selon des délais de prévenance ainsi fixés :

  • 8 jours précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée inférieure à six mois ;
  • un mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
  • deux mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans ;
  • trois mois précédant le terme de l’engagement pour le contrat susceptible d’être reconduit pour une durée indéterminée.

Le juge considère que le non-respect du délai de prévenance n’est pas susceptible d’entraîner l’illégalité de la décision de non renouvellement mais peut engager la responsabilité de l’administration.( CE, 12 février 1993, n° 109722 ; pour des exemples de condamnation au titre du préjudice causé par le non-respect du délai cf. CAA Versailles, du 10 novembre 2005, n° 4VE00895 ou CAA Marseille ,03 avril 2001, n° 99MA00278 du; a contrario pour un exemple de rejet de l’indemnisation du préjudice CAA Nancy, du 14 juin 2007, n° 06NC01549.)

Le délai de prévenance doit être fixé en tenant compte des droits à congés annuels non épuisés ; si l’agent ne peut, du fait de l’administration, bénéficier de tous ses congés annuels, il a droit à une indemnité compensatrice (article 10 du décret du 17 janvier 1986).

Pour la détermination du délai de prévenance, les durées d’engagement sont décomptées, compte tenu de l’ensemble des contrats conclus avec l’agent AESH, y compris ceux effectués avant une interruption de fonctions, sous réserve que cette interruption n’excède pas quatre mois et qu’elle ne soit pas due à une démission de l’agent.

Délai de réponse pour l’agent AESH

Dernier alinéa de l’article 45 du décret du 17 janvier 1986

Lorsque le renouvellement de son contrat est proposé à l’agent contractuel, celui-ci dispose d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation. En cas de non-réponse dans ce délai, il est présumé renoncer à son emploi

Le délai de huit jours dont dispose l’agent AESH pour faire connaître son acceptation de prolonger ses fonctions part du jour de la réception de la proposition de l’administration (signature de l’accusé de réception). La lettre de l’administration (qui peut être un formulaire type) doit au minimum indiquer le délai dans lequel l’intéressé est tenu d’y répondre. Il appartient à l’administration de permettre au juge d’établir, en cas de litige, la date à laquelle la proposition a été effectivement notifiée à l’intéressé. (CAA Bordeaux, 8 oct. 2007, n° 05BX01038.)

L’entretien préalable avant renouvellement de contrat AESH ?

Les décisions de renouvellement ou non de contrat ne font pas systématiquement l’objet d’un entretien préalable pour les agents AESH

Toutefois, les décisions de renouvellement de contrat devront faire systématiquement l’objet d’un entretien préalable lorsque

  • l’agent AESH remplit les conditions légales pour être reconduit en CDI
  • l’agent AESH a au moins trois ans d’ancienneté accomplis sans interruption au titre d’un ou de plusieurs contrats

(Dans sa décision n° 355 509 du 26 avril 2013 le Conseil d’Etat précise que

1/ « l’obligation d’un entretien préalable ne constitue pas pour l’agent, eu égard à la situation juridique de fin de contrat sans droit au renouvellement de celui-ci, une garantie dont la privation serait de nature par elle-même à entraîner l’annulation de la décision de non renouvellement » ;

 2/ « Considérant qu’une irrégularité affectant le déroulement d’une procédure administrative préalable, suivie à titre obligatoire ou facultatif, n’est de nature à entacher d’illégalité la décision prise que s’il ressort des pièces du dossier qu’elle a été susceptible d’exercer, en l’espèce, une influence sur le sens de la décision prise ou qu’elle a privé les intéressés d’une garantie, […]faute de rechercher, pour se prononcer sur la légalité de la décision de ne pas renouveler le contrat, si le défaut d’entretien préalable avait été susceptible d’exercer, en l’espèce, une influence sur le sens de la décision prise, la cour administrative d’appel a commis une erreur de droit »)

Démission

Article 48 (Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat)

L’agent non titulaire informe son administration de son intention de démissionner par lettre recommandée. L’agent est tenu, dans ce cas, de respecter un préavis dont la durée est identique à celle qui est mentionnée à l’article 46 ci-après …

  • (…8 jours précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée inférieure à six mois ;
  • un mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
  • deux mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans ;
  • trois mois pour l’agent recruté pour une durée indéterminée.)

…Les agents qui s’abstiennent de reprendre leur emploi à l’issue d’un congé de maternité ou d’adoption sont tenus de notifier cette intention quinze jours au moins avant le terme de ce congé

La Volonté de démissionner

Pour que la démission soit valable, la volonté de démissionner de l’agent AESH ne doit pas faire le moindre doute (volonté expresse et non équivoque de cesser ses fonctions). Ainsi, une démission peut être annulée, par exemple, si elle a été présentée sous la contrainte ou dans un état de grave dépression nerveuse empêchant d’apprécier la portée de cette décision.

Effet de la démission

  •  Décision irrévocable

Dès lors qu’elle est acceptée par l’administration, la démission est irrévocable.

À compter de sa date de démission, l’agent AESH perd son statut d’agent non titulaire d’éducation nationale. S’il souhaite par la suite retravailler dans l’éducation nationale, il doit être à nouveau recruté en tant qu’agent contractuel.

  • Droit au chômage

(Référence juridique : Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l’indemnisation du chômage et textes qui lui sont associés)

En principe, l’agent AESH ne bénéficiez pas de l’allocation de retour à l’emploi (ARE) en cas de démission. Toutefois, dans certains cas précis, la  démission peut être considérée comme légitime par Pôle emploi et ouvre droit à l’ARE dans les conditions habituelles. Si votre démission ne peut pas être considérée comme légitime, vous pouvez demander un réexamen ultérieur de votre dossier, ou éventuellement bénéficier d’un reliquat de droits à l’ARE.

Démission légitime

Lorsque vous démissionnez, vous n’avez pas droit à l’ARE, sauf si votre démission est considérée comme légitime par Pôle emploi. La démission légitime est prévue dans les cas suivants :

En cas de déménagement

La démission est légitime si vous suivez la personne avec qui vous vivez en couple qui déménage pour un motif professionnel (activité salariée ou non).

Après un mariage ou un Pacs

Votre démission est légitime en raison d’un mariage ou de la signature d’un Pacs entraînant un déménagement. Votre nouvelle adresse ne vous permet pas de conserver votre activité professionnelle. Attention  :   moins de 2 mois doivent s’écouler entre la date du mariage ou du Pacs et la date de la démission (peu importe que le mariage ou le Pacs soit conclu avant ou après la démission).

Enfant handicapé placé dans une structure éloignée

Votre démission est légitime si votre déménagement est motivé par le placement de votre enfant handicapé dans une structure d’accueil éloignée. Votre nouvelle adresse ne vous permet pas de conserver votre activité professionnelle.

Victime de violences conjugales

Votre démission est légitime si votre déménagement est justifié par des violences conjugales. À savoir: vous devez justifier avoir déposé une plainte pour ce motif (récépissé de dépôt de plainte à joindre à la demande).

Départ en formation

Votre démission est légitime si elle est justifiée par une entrée en formation (qualifiante ou non) après avoir démissionné d’un CDI AESH. (Il est fortement conseillé de consulter un conseiller pôle emploi pour vérification que le type de  formation qualifiante ou non envisagé  répond bien au critère retenu pour une démission légitime)

Non-paiement de votre salaire

Si votre employeur ne vous verse pas tout ou partie de votre salaire, votre démission est légitime dès lors que vous justifiez de cette situation

Actes délictueux au travail

Votre démission est légitime si vous êtes victime d’actes délictueux dans le cadre de votre travail (violences physiques, harcèlement…). À savoir : vous devez justifier avoir déposé une plainte pour l’un de ces motifs (récépissé de dépôt de plainte à joindre à la demande).

Création ou reprise d’entreprise

Votre démission est considérée comme légitime si :

vous quittez votre emploi pour créer ou reprendre une entreprise dont l’activité a donné lieu aux formalités légales de publicité,,

vous n’avez pas perçu l’ARE après la fin de votre activité salariée,

Si l’activité de l’entreprise cesse dans les 3 ans qui suivent votre démission, pour des raisons indépendantes de votre volonté.

Si votre démission ne peut pas être considérée comme légitime, vous ne pouvez pas percevoir l’ARE.

Toutefois, après 121 jours de chômage (4 mois environ), vous pouvez demander à Pôle emploi le réexamen de votre situation afin d’obtenir le versement de l’ARE.

Une instance paritaire régionale se charge alors de déterminer si vous remplissez les conditions d’attribution ouvrant droit à l’ARE (en dehors de la condition de privation involontaire d’emploi) et si vous apportez des éléments attestant de vos recherches actives d’emploi, vos éventuelles reprises d’emploi de courte durée et vos démarches pour entreprendre des formations.

Si votre demande est acceptée, le point de départ du versement de l’ARE est fixé au 122e jour de chômage.

  • Droit à pension de retraite de la fonction publique

Tout fonctionnaire ayant accompli au moins 2 ans de services conserve ses droits à pension de retraite de la fonction publique. Si la durée de services est inférieure à 2 ans, l’administration procède au rétablissement au régime général.

  • Documents délivrés par l’administration

L’administration n’est pas obligée de fournir un certificat de travail et un solde de tout compte. Cependant, ces documents peuvent vous être délivrés sur demande.

Licenciement

La protection liée à la grossesse

article 49 du décret 17 janvier 1986:

Aucun licenciement ne peut être prononcé lorsque l’agent AESH se trouve :

– en état de grossesse médicalement constatée

– en congé de maternité, de paternité ou d’adoption

– pendant une période de quatre semaines suivant l’expiration du congé de maternité, de paternité ou d’adoption

L’agent AESH qui se trouverait en état de grossesse sans l’avoir signalé et qui serait licencié, doit, pour pouvoir bénéficier de cette protection, justifier de son état de grossesse par la production d’un certificat médical, dans les quinze jours de la notification de la décision. De même, l’agent AESH qui aurait présenté une demande d’adoption et qui serait licencié doit justifier, dans ce délai, de l’existence d’une procédure d’adoption en cours et solliciter l’octroi d’un congé d’adoption. Dans les deux cas, la présentation, dans les délais, des justificatifs fait obligation à l’autorité administrative d’annuler le licenciement.

Une décision de licenciement notifiée à l’intéressée durant la période de protection alors même que le licenciement ne prendrait effet qu’après son expiration est illégale. (CE, 9 juil. 1997, n°158347. )

L’administration ne peut pas non plus prendre des mesures préparatoires à un licenciement durant la période de protection. (CJCE, 11 oct. 2007, n°C-460/06)

Cependant, la protection n’est pas applicable en cas de licenciement disciplinaire, si l’administration est dans l’impossibilité de continuer à réemployer l’agent AESH pour un motif étranger à la grossesse, à l’accouchement, à la naissance ou à l’adoption et si le contrat à durée déterminée arrive à son terme (article 49 alinéa 3 du décret du 17 janvier 1986).

Les motifs de licenciement

Les articles 45-2 à 45-3 du décret du 17 janvier 1986 précisent les motifs de licenciement dont les cas de licenciement correspondant au licenciement dans l’intérêt du service, dégagé par le juge administratif

  • Le licenciement pour insuffisance professionnelle

L’insuffisance professionnelle est avérée lorsque les capacités professionnelles d’un agent AESH ne répondent pas, ou plus à ce que l’intérêt du service exige de lui ; elle doit être illustrée par des faits précis et établis. L’insuffisance professionnelle doit être appréciée au regard des fonctions AESH pour lesquelles l’agent a été recruté, telles qu’elles figurent dans le contrat.

Un licenciement pour insuffisance professionnelle ne doit pas être basé sur :

des éléments liés à l’état de santé de l’agent AESH

des faits constitutifs d’une faute disciplinaire. (CE, 16 oct. 1992, n°111381.) En revanche, l’agent AESH peut être légalement licencié dans l’intérêt du service lorsque son comportement nuit au bon fonctionnement du service, en raison notamment de difficultés relationnelles avec d’autres agents ou avec des usagers (CE, 30 janv. 2008, n°296406.) ;

une inadaptation à l’évolution des besoins du service. (CE, 29 juil. 1994, n°133701.)

De plus, l’administration doit être en mesure de pouvoir fonder sa décision de licenciement sur des éléments qui permettent de prouver clairement cette insuffisance : est estimé légal le licenciement pour insuffisance professionnelle prononcé à l’encontre d’un attaché de direction contractuel, du fait de l’insuffisance quantitative et qualitative de son travail par rapport à la mission qui lui a été confiée, alors même qu’il disposait de tout l’appui nécessaire, notamment en matière de formation et d’accès aux informations.( CAA Nancy, 19 déc. 2002, n°98NC02555.)

  • Le licenciement pour motif disciplinaire

Il s’agit de la sanction disciplinaire la plus grave applicable aux agents AESH (4° de l’article 43-2 du décret du 17 janvier 1986).

Le licenciement s’effectue sans préavis ni indemnité de licenciement. Néanmoins, l’agent a impérativement droit à la communication de son dossier individuel intégral, documents annexes compris (l’autorité doit l’informer de ce droit), et à l’assistance de défenseurs de son choix (article 44 du décret du 17 janvier 1986). Cette procédure particulière est explicitée dans la partie consacrée à la suspension et la discipline.

  • La suppression de l’emploi pour lequel l’agent contractuel est recruté peut justifier un licenciement (CE ,17 octobre 1986, n° 74694; CAA de Nantes, 25 avril 2003, n° 99NT00444 ; CAA de Bordeaux, 21 décembre 2004, n° 00BX01393.)

Une réorganisation de service ne peut justifier un licenciement dans l’intérêt du service que si elle implique une suppression de l’emploi de l’intéressé. (CE, 15 avril 1996, n° 122907 ;  CAA de Nantes, 27 octobre 2005, 04NT00536; CE, 15 mars 1996, n° 127052.)

 La suppression de l’emploi doit être fondée sur l’intérêt du service. Elle peut ainsi avoir pour motif :

une restructuration du service. (CE, 9 déc. 1987, n° 86096.)

une mesure d’économie, quelle que soit par ailleurs la situation financière de l’administration (CE, 17 oct. 1986, n° 74694.) et quelle que soit, au final, l’effectivité des économies réalisées, du moment que le motif réel de la suppression était bien le motif allégué. (CE, 12 déc. 1997, n° 144475.)

Si le motif réel n’est pas l’intérêt du service, il y a « détournement de pouvoir », ce qui rend illégale la suppression (par exemple le cas lorsque le but réel est d’évincer l’agent AESH qui occupe l’emploi par un autre agent AESH-CE, 25 mai 1992, n° 85115.)

  • Le refus d’un agent AESH d’accepter une modification substantielle de son contrat proposée dans les conditions prévus à l’article 45-4 et justifiée par l’intérêt du service est un motif de licenciement

(savoir plus, cliquer ici)

  • Impossibilité de réemployer un agent AESH, physiquement apte à l’issue d’un congé faute d’emploi vacant ou susceptible de l’être dans un délai raisonnable (.CAA de Nantes, 21 février 1996, n°94 NT0015)

La procédure de licenciement

Le décret du 3 novembre 2014 a encadré la mise en oeuvre de l’entretien préalable, le contenu de la lettre de licenciement et la tenue de la CCP.

Les articles 47 et 47-1 du décret du 17 janvier 1986 précisent la procédure de licenciement qui s’impose à l’administration hormis les hypothèses où le licenciement intervient au cours ou à l’expiration d’une période d’essai (article 9 du décret du 17 janvier 1986) ou lorsque l’administration est tenue de respecter une obligation de reclassement (articles 17-3 et 45-5 du décret du 17 janvier 1986).

  • L’entretien préalable

Le licenciement ne peut intervenir qu’à l’issue d’un entretien préalable. Cet entretien permet à l’administration de faire connaître suffisamment tôt les arguments sur lesquels elle fonde la procédure de licenciement, et à l’intéressé la possibilité de faire part de ses réactions et de ses observations préalables à l’engagement d’une telle procédure.

La convocation doit mentionner :

  1. l’objet de l’entretien : la ou les mesures envisagées à l’encontre de l’agent AESH doivent être mentionnées.
  2. la date, l’heure et le lieu de l’entretien doivent être précisés : un délai minimum de 5 jours ouvrables doit être respecté entre la réception de la lettre de convocation et l’entretien afin permettre à l’agent AESH de préparer cet entretien et éventuellement de se faire assister.
  3. le fait que l’agent AESH puisse se faire accompagner par la ou les personnes de son choix.

Au cours de l’entretien préalable, l’administration indique à l’agent AESH les motifs du licenciement et le cas échéant le délai pendant lequel l’agent doit présenter sa demande écrite de reclassement ainsi que les conditions dans lesquelles les offres de reclassement sont présentées.

  • La consultation de la CCP

L’administration doit consulter obligatoirement  la CCP ANT  en cas de licenciement d’un agent AESH survenant postérieurement à une période d’essai (Pour en savoir plus sur la CCP ANT, cliquer ICI).

La notification du licenciement

La décision de licenciement est notifiée à l’intéressé par une lettre recommandée avec demande d’avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge

Cette lettre précise le ou les motifs du licenciement et la date à laquelle celui-ci doit intervenir, compte tenu des droits à congés annuels restant à courir et de la durée du préavis.

Indemnité de licenciement

Cette indemnité est attribuée en cas de licenciement proprement dit (hormis le cas du licenciement pour motif disciplinaire), c’est-à-dire lorsque le contrat ou l’engagement est à durée indéterminée, ou lorsque, étant à durée déterminée, il est interrompu avant son terme.

L’indemnité de licenciement est égale :

  • pour chacune des douze premières années de services, à la moitié de la rémunération de base ;
  • pour chacune des années suivantes, au tiers de la rémunération de base.

Elle ne peut excéder douze fois la rémunération de base.

Exemples

Cas n° 1 :

Dernière rémunération nette 1200 euros

Ancienneté 16 ans

I = 8.800 euros

Cas n° 2

Dernière rémunération nette : 960 euros,

Travail effectué à 80 %

Ancienneté : 3 ans à 80%, 4 ans à 100% et 5 ans à 50%

Salaire rétabli à 100% = 960 x 100 / 80 = 1200 euros

I = 5.340 euros

(Décompte de l’ancienneté au prorata du temps effectué, utilisation de la rémunération correspondant à du temps plein).

Cas n° 3

Ancienneté 4 mois : pas d’indemnité

Cas n° 4

Dernière rémunération nette mensuelle : 1200 euros

Ancienneté 7 mois

Licenciement prononcé pour insuffisance professionnelle

I = 300 euros

(L’ancienneté compte pour un an puisqu’elle est supérieure à 6 mois. Le montant de l’indemnité est divisé par 2 car le licenciement est prononcé pour insuffisance professionnelle.)

Publicités

179 commentaires pour Fin de contrat –Licenciement-démission

  1. roquebernou dit :

    Bonjour je suis AESH en CDD dans l’académie de Versailles depuis six ans (début de contrat 10 septembre 2012) Le 12 juin 2018 je reçois une proposition de renouvellement de contrat CDD à partir du 1er septembre jusqu’au 31 août 2019 et dans le même courrier proposition de CDI à partir de 10 septembre 2018(le jour de terme de mes six ans)
    Bien sûr j’ai accepté et renvoyer tout de suite le courrier
    Deux jour plus tard le chef d’établissement me convoque pour m’annoncer que mon contrat ne sera pas renouvelé avec une lettre recommandée en appui dans ma boîte aux lettres.
    Impossible de joindre l’ inspection académique par téléphone donc j’ai envoyé en lettre recommandée pour demande d’un rendez-vous et explications
    Je constate que le délai légal de non renouvellement de contrat de trois mois n’est pas respecté
    Mon contrat est de 33 heures par semaine et j’espéré et je me suis investi pour le CDI
    Quelles sont mes possibilités de recourt et est-ce que cette décision de non renouvellement est inversible merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,« Quelles sont mes possibilités de recourt et est-ce que cette décision de non renouvellement est inversible »
      Dans la mesure où une proposition de renouvellement CDD AESH pour la période à partir du 1er septembre jusqu’au 31 août 2019 et suivi d’une proposition de CDI à partir de 10 septembre 2018(le jour de terme de mes six ans), l’employeur est tenu par son engagement durant une période de 8 jours correspondant à votre délai de réponse obligatoire.
      En cas de réponse positive de votre part dans le délais imparti de 7 jours, l’employeur ne peut se dédire par la suite en annonçant l’annulation de ce renouvellement de CDD AESH. Il y a manifestement entâchement de droit à renouvellement.
      Nous vous invitons à prendre contact rapidement avec une organisation syndicale qui saura vous aider et vous soutenir dans une démarche de rétablissement de vos droits à renouvellement de CDD AESH, manifestement bafoués illégalement.

  2. vivie85 dit :

    Vivie85 (Vendée)
    Bonjour
    Voilà bientôt 6 ans que je suis AESH, mon CDD arrive à son terme le 31 août 2018 (comme prévu sur le contrat, Contrat avec un collège employeur de Vendée).
    Au mois d’avril, j’ai reçu une feuille de vœux pour l’année 2018-2019 que j’ai accepté et signé, en prenant bien en compte que mon «CDD, s’il est renouvelé, pourra l’être dans des conditions différentes, compte tenu des nécessités de service.»
    La semaine dernière, Mme …………….. de l’Inspection Académique m’a contactée par téléphone me disant que si un contrat d’AESH en CDI m’intéressait, il fallait que j’écrive une lettre à leur service pour en faire la demande. Elle m’a ensuite expliquée qu’il y aurait un entretien avant de me proposer éventuellement un CDI.
    Suite à cette conversation téléphonique, il m’a été conseillée de créer une boîte mail sur le site ac-nantes, chose que j’ai immédiatement faite. Je tiens à rappeler que cela fait 6 ans que je travaille en tant qu’AESH et c’est la première fois que l’on me demande d’ouvrir une boîte mail professionnelle.
    Quelques jours après, l’Inspection Académique m’a envoyée un mail (sur ac-nantes) stipulant que pour mon éventuel renouvellement, il fallait que je constitue un nouveau dossier administratif à mon nouvel employeur, le lycée Douanier Rousseau à Laval.
    Hors, après mûre réflexion et pour des raisons familiales et personnelles, je ne souhaite pas faire la
    demande et bénéficier d’un CDI.
    Est-ce qu’il suffit d’informer l’Inspection Académique en leur écrivant un mail précisant «Je vous
    informe que je ne souhaite pas bénéficier de ce CDI» ou faut-il que je leur fasse parvenir une lettre
    recommandée ?
    Faut-il que je justifie ce refus ?
    Dans le bulletin d’un syndicat, il est spécifié : «Le refus, pour un CDI, peut donner lieu à licenciement. Dans ce cas, l’emploi sera peut-être définitivement perdu mais les droits à indemnité de licenciement et à allocation chômage restent entiers.»
    D’après les éléments que je vous ai exposé, pourrais-je prétendre au chômage ou est-ce considérer comme une démission ?

    Je vous remercie par avance pour vos réponses et informations que vous pourrez m’apporter.
    Sincèrement.
    Vivie85

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce qu’il suffit d’informer l’Inspection Académique en leur écrivant un mail précisant «Je vous informe que je ne souhaite pas bénéficier de ce CDI» ou faut-il que je leur fasse parvenir une lettre recommandée ? » et suivante « Faut-il que je justifie ce refus ? »
      Le plus pertinent (et le plus simple) serait effectivement d’informer rapidement par courrier A/R le service SAE 44 de votre souhait de ne pas bénéficier d’un CDI AESH à l’issu du CCD AESH en cours. Vous pouvez aimablement signaler que cette décision est dictée par des raisons personnelles et familiales ne vous permettant pas de continuer à assurer professionnellement avec sérénité un emploi AESH pour la rentrée scolaire 2018-2019.

      En réponse à votre interrogation, » pourrais-je prétendre au chômage ou est-ce considérer comme une démission ? »
      Si le service SAE 44 tient compte de votre souhait de ne pas être renouvelé en emploi AESH sous CDI, Arrivé au terme votre CDD AESH sans renouvellement proposé, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi à pôle emploi et y déposer une demande d’indemnisation assedic. Cette dernière sera prise en compte seulement si sur l’attestation employeur destiné aux assedics celui-ci coche à l’initiative de l’employeur.

  3. Alexandra Blanchon dit :

    bonjour, je suis AESH dans le 14 … voilà mon soucis depuis un moment et j’ai beau appeler tous les services académiques me concernant et c’est le flou surtout au niveau juridique !!! Je suis AESH co en collège ULIS sur 20h et AED dans un protocole d’inclusion/exclusion scolaire sur 15h (42h de travail pour 35h payé). mes deux contrats arrivent à leur terme et le collège ferme… mon poste d’AED s’arrête et mon poste AESH passe en CDI… mon évaluation est très positive, je demande un poste AESH CDI de 30h minimum mais si ils me proposent moins d’heure et que je ne peux m’en sortir et que je ne souhaite pas accepter que se passe t’il? démission? Voilà c’est une partie très peu clair… merci pour votre aide!!!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur passage au CDI AESH «  je demande un poste AESH CDI de 30h minimum mais si ils me proposent moins d’heure et que je ne peux m’en sortir et que je ne souhaite pas accepter que se passe t’il? démission? »
      En application du point II. de l’article 124 de la loi du 28 décembre 2013, Le CDI AESH doit prévoir une quotité de travail au moins égale à celle prévue par le CDD AESH précédent et peut modifier les lieux d’exercice de la personne.
      Autrement dit, votre employeur ne peut que s’appuyer légalement sur votre CDD AESH antérieur (et non CDD AESH/AED cumulé) pour vous proposer un CDI AESH qui ne saurait être inférieur à votre CDD AESH antérieur. Il n’est pas tenu de se soumettre à votre souhait de disposer d’un CDI AESH avec une quotité temps de travail hebdomadaire de 30h.
      Vous disposez d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, votre acceptation de proposition CDI AESH selon les clauses fixées par le rectorat. En cas de non-réponse dans ce délai, vous êtes présumé renoncer à son emploi.
      Pour l’administration, un refus d’acceptation de CDI AESH ou un renoncement à un emploi sous CDI AESH est assimilé comme une démission.(ce qui n’est pas sans poser des problèmes :absence d’indemnisation assedic en cas de chômage durant une période de 121 jours).

  4. Anna dit :

    Bonjour.
    Aesh-co 44.
    Je me pose énormément de questions en cette fin d’année scolaire..
    Je ne souhaite pas que le sae renouvelle mon CDD le 1er septembre.
    Je connais(hélas!)les conditions si nous sommes considérés comme démissionnaires (4 mois de carence d’ARE+commission qui dira si oui ou non on a finalement droit à quelques miettes..).
    J’ai eu un rdv dans la semaine avec ma conseillère Pôle emploi qui m’a dit que je devais tenter le tout pour le tout et essayer de « négocier » avec le sae pour qu’il ne me renouvelle pas et mette sur le fameux sésame du Pôle emploi « fin de CDD » et non « démission ».
    En soit je veux bien tenter le coup mais je ne sais absolument pas quoi leur dire..
    Ce que je sais juste c’est que je ne peux plus supporter ces conditions de travail presque inhumaines (nombres dheures, salaire, considération, aucune possibilité d’évolution..).
    Je souhaite faire un bilan de compétences (qui de toute façon sera très difficilement compatible avec un emploi) mais c’est pour l’instant ma seule piste, je me jette un dans le vide mais je n’ai plus le choix. Après 2 ans en cui puis 4 en tant qu’aesh de droit public je n’en peux plus.
    Je pense sincèrement ne plus pouvoir avoir de bienveillance envers les enfants dont je m’occupe si je reprends à la rentrée..
    Que faire? Je sais que cela est très délicat.. mais je sais aussi que certains aesh eux souhaitent être renouvelés et ne le sont pas alors que moi je vais très probablement l’être alors que je ne veux pas. Et, même si je sais que cela ne se passe pas comme ça, je connais des aesh très très intéressés par mon piste un ulis..
    Je suis en contact avec le snuipp 44 mais ils ne sont pas forcément spécialisés pour nous.. Ils me disent en tous cas de ne rien laisser au sae par écrit qui pourrait passer pour une volonté de démissionner.. Ils évoquent aussi la possibilité d’attendre mon contrat en septembre (puisque de toutes façons nous ne recevons jamais de courrier nous disant expressément si nous sommes renouveler ou non auquel nous pourrions nous opposer) et de pas le signer..
    Je suis vraiment perdue.
    Merci si vous pouvez m’apporter de l’aide même infime..

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « refuser un renouvellement de CDD ?comment faire au mieux ? »
      L’avis de votre interlocutrice pôle emploi est pertinent. Il s’agit bien de négocier avec le service Sae une sorte de rupture à l’amiable qui préserverait vos intérêts (perception de l’ARE).
      Pour comprendre l’enjeu
      La fin de contrat vu côté employeur education nationale
      Les AESH en CDD/CDI relèvent de dispositions règlementaires retranscrites par le Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 modifié relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat. Il ressort succinctement dans son application par l’administration 2 situations pour les fins de contrat (hormis le licenciement)
      Situation 1 :
      si aucune proposition de renouvellement de CDD AESH n’est formulée à l’AESH, alors le CDD AESH en cours prend fin à son terme prévu. La rupture est du fait de l’administration.
      Situation 2
      Si une proposition de renouvellement de CDD AESH est formulé par l’administration, alors l’ASEN dispose en principe de 8 jours pour accepter ou non la proposition de renouvellement. A l’inverse de salarié secteur privé régi par le code du travail, , l’administration interprète le refus ou l’absence de réponse à une proposition de renouvellement de CDD non comme une fin de CDD en cours maiscomme une démission. La rupture s’analyse alors pour l’administration comme étant du fait du salarié

      La fin de contrat vu côté Pôle emploi/assedic
      En fin de CDD AESH actuel, pour que vous puissiez lors de votre inscription à pôle emploi déposer un dossier en indemnisation ARE, l’administration se devra vous transmettre les documents employeurs attestations assedic. Une demande en indemnisation en ARE est prise en compte par les Assedics dès votre inscription à pôle emploi, si vous avez été involontairement privé d’emploi par votre dernier employeur. Il est vérifié ce critère dans le document employeur attestations assedic
      -Si sur l’attestation employeur celui-ci coche la case « à son initiative » ou « fin de CDD », le critère demandeur d’emploi involontairement privé d’emploi est rempli, la demande en indemnisation ARE est prise en compte immédaitement.
      -Si sur l’attestation employeur celui-ci coche la case « à l’initiative du salarié » ou « démission », le critère demandeur d’emploi involontairement privé d’emploi n’est pas rempli, la demande en indemnisation ARE n’est pas prise en compte. Il vous faut attendre 4 mois avant de pouvoir de déposer une nouvelle demande d’indemnisation ARE.

      Les ruptures à l’amiable n’existent pas dans l’éducation nationale.
      Il existe une ifime vahnce de changer la donne. Nous l’appelons ordinairement le grand jeu de l’état de désarroi total mais au su de votre situation, ce n’est plus un jeu, c’est une réalité qui vous faudra transmettre.
      Lors de la fameuse journée pré-rentrée, vous avez en effet un droit très légitime, celui d’exprimer au coordonnateur SAE ASH ou la responsable SAE de votre immense lassitude à occuper à nouveau un emploi AESH, votre sentiment d’avoir atteint un sommet de démotivation professionnelle vous rendant incapable physiquement et mentalement d’occuper un poste AESH…votre désir de prendre du recul hors éducation nationale, de passer à autre chose….vous ne pouvez pas démissionner parce que financièrement, étant en chômage, sans indemnisation ARE, vous ne tiendrez pas…Bref, il s’agit simplement d’amener votre interlocuteur à « penser » que si vous travaille comme AESHz, les absences pour arrêt maladie risquant fort d’être votre lot durant l’année scolaire 2018-2019, un renouvellement de votre CDD AESH ne sera sans doute pas la bonne solution pour les intérêts de service. Devant cette perspective peu réjouissante, il peut vous amener à vous proposer une rupture officieuse à l’amiable.
      Pour votre information: quelques rares collègues AESH arrivés au bout du rouleau ont tenté cette démarche sans grande difficulté, la fin de CDD a été acté à l’initiative de l’administration.

      • Anna dit :

        Merci de votre réponse qui me rassure un peu.
        En revanche il me paraît difficile de m’entretenir avec quelqu’un du SAE le jour de cette fameuse pré-rentrée ne serait ce que parce qu’il y a beaucoup de monde..
        Puis-je demander dès maintenant un rdv au SAE ? Dois-je me faire accompagner par quelqu’un des syndicats ou autre?
        Merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse (un peu tardive) à votre interrogation,« Puis-je demander dès maintenant un rdv au SAE ? » et suivante  » Dois-je me faire accompagner par quelqu’un des syndicats ou autre? » cette démarche en RDV au SAE avec ou sans l’accompagnement d’un ressonsable syndicale, serait pertinente.

  5. jalut dit :

    Bonjour AESH co ULIS collège en cdi depuis 1an. J ai subi indirectement un harcèlement moral par l intervenante.Mon travail attribué à une Aeshi. Un prof ou élève absent je dois attendre dans la salle des profs. Je précise que j ai mes 20h30 sur le dispositif quand je ne suis pas en inclusion avec les élèves et j en passe. J ai été convoquée le matin pour un entretien d évaluation pour l après midi sans que je le sache. Après tout était à charge. Pas investie alors que j ai subi 2 agressions physiques violentes de la part d un même élève.Manque d initiative mauvais relationnel etc… alors que je suis tout le contraire. J étais consternée abattue dégoûtée en fait une cabale pour m exclure du collège avec avis favorable. Que dois je faire? Je n ai plus envie d y retourner. Je en arrêt maladie dépressive anéantie après tant d efforts aucune reconnaissance. Merci
    pour votre réponse. J ai consulté un syndicat pour des infos.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « le contenu de l’entretien d’évaluation professionnelle »
      Au cas où le contenu d’évaluation professionnelle établi par le chef d’établissement vous apparaît par trop défavorable, vous avez un droit à contestation de 2 façons
      Par vous même
      Vous pouvez en effet saisir votre ’autorité hiérarchique (votre employeur celui qui est marqué dans votre contrat de travail et non le chef d’établissement scolaire) pour une demande de révision du compte rendu de l’entretien professionnel.
      Ce recours hiérarchique est à exercer dans un délai de quinze jours francs à compter de la date de notification du compte rendu de l’entretien. Votre employeur notifie sa réponse dans un délai de quinze jours francs à compter de la date de réception de la demande de révision du compte rendu de l’entretien professionnel.
      Généralement, un second entretien d’évaluation est organisé en présence du seul employeur (ou son représentant désigné : inspecteur IA) et vous aurez tout loisir d’exposer votre situation et de contester les éléments à décharge du 1er entretien

      « avec le soutien d’une organisation syndicale »
      sous réserve que vous ayez au préalable exercé le recours mentionné précédemment (même s’il n’a pas pu se faire car demande de revision hors délai ou une nouvelle fois défavorable),Vous pouvez saisir la commission consultative paritaire (CCP contractuel dite ANT/AED-AESH) dans un délai d’un mois à compter de la date de notification de la réponse formulée par votre employeur dans le cadre du recours précédent.
      La CCP contractuel étant composée de représentants de personnel à égalité avec des représentants de l’autorité hiérarchique, ces derniers se
      doivent recevoir tous les éléments utiles de votre dossier, éventuellement vous convoque avec votre représentant syndical pour vous entendre et établit en dernier ressort, après un délibéré à huis clos, un avis à destination de votre employeur.
      Usuellement, l’employeur suit l’avis de la CCP.
      Pour une démarche en saisine de la CCP ANT, nous vous conseillons de contacter une organisation syndicale pour un soutien à cette démarche.

  6. Boudard dit :

    Bonjour,
    Actuellement en CDI depuis 3 ans pour 28h hebdomadaire dans l’Académie de Rouen (76), je souhaite arrêter mon emploi à la fin de l’année scolaire, en plus je serai en congé maternité (du 6 juin jusqu’au 26 septembre). En effet, cela fait 1 an que j’ai validé une VAE de moniteur éducateur et mon emploi d’AESH m’empêche d’accéder à un emploi conforme à mes nouvelles compétences. J’effectue des remplacements pendant les vacances scolaires mais dès lors que l’on me propose d’autres remplacements je ne peux pas les honorés car je ne veux pas démissionner d’un CDI pour de petits contrats !! J’ai donc demandé à l’IA de faire une rupture conventionnelle mais ce n’est pas possible mais je n’ai pas de motif de refus!
    Quelle est la meilleure des solutions si je ne trouve pas un emploi sûr pendant mon congé maternité sachant que cela abaisse le délai à 2 semaines si j’ai bien compris ?
    Si vous avez d’autres conseils..
    Merci pour votre site
    Cordialement Margot

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quelle est la meilleure des solutions si je ne trouve pas un emploi sûr pendant mon congé maternité ? »
      Hélas, la seule solution reste que vous trouvez un emploi sûr durant votre période de congé maternité avant que vous soyez amené à vous s’abstenir de reprendre votre emploi à l’issue d’un congé de maternité en notifiant votre intention quinze jours au moins avant le terme de ce congé. Pour l’administration, cette intention aura valeur de démission.
      bonne chance.

  7. Justine dit :

    Bonjour,
    Je suis actuellement AESH en CDD jusqu’au 31 aout 2018 dans les bouches du rhone.
    Mon mari est muté dans le gard et nous devrions partir le 17 juin, c est donc un motif légitime de démission, cependant je me pose la question de savoir qui versera les indemnités chômage , l’académie ou pôle emploi comme j’ai pu le lire (depuis 2017),
    Je crains de me retrouver sans argent pendant plusieurs mois, si c est l’académie qui indemnise.
    Merci pour votre aide.
    Cordialement
    Justine

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir qui versera les indemnités chômage , l’académie ou pôle emploi comme j’ai pu le lire (depuis 2017) »
      Dés votre date de démission effective, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès d’une agence pôle emploi. Lors du dépôt de votre demande en indemnisation ARE, c’est l’agence pôle emploi elle même qui, au regard de votre situation vous indiquera si cette indemnisation en ARE pourra être prise en charge par les assedics ou par le service académique en charge d’indemnisation.
      Pour la durée de prise en considération de votre demande en indemnisation,elle est difficile à déterminer du fait que depuis janvier 2017, des académies ont procédé à un transfert de l’indemnisation ARE des ex-agents contractuels en la faisant transiter désormais par les assedics, d’autres ont conservé le service académique en charge d’indemnisation chômage

      Attention: Dans tous les cas de figure, nous avez à demander au service du personnel qui vous a employé de leur envoyer l’attestation employeur. L’attestation employeur remise par l’employeur à chaque fin de contrat (et ce, quelle que soit la durée de la période travaillée) ne doit plus être transmise au Pôle emploi.
      Par conséquent, il est indispensable de conserver vos attestations originales et d’établir une copie des attestations s’il vous est exiger une transmission par pôle emploi ou le service chômage académique.

  8. sabi dit :

    Bonjour
    Je suis aesh rectorat depuis le 1er septembre et en cdd jusqu’au 31 Aout 2018. Je ne souhaite pas renouveler mon cdd, que dois je faire ? Le signaler ? attendre ? J’ai entamé une formation en discontinue qui se termine en juin 2019. De plus, l’évaluation annuelle m’est parvenue et je dois la signer. Est ce que signer vaut accord de ma part pour renouvellement de contrat ? Merci pour vos réponse. Je suis dans le finistère.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  Je ne souhaite pas renouveler mon cdd, que dois je faire ? Le signaler ? » et suivante « Est ce que signer vaut accord de ma part pour renouvellement de contrat ? »
      Tout d’abord, ne pas signer la feuille d’évaluation annuelle ne s’interprétera pas comme un désaccord à un renouvellement de contrat. Au contraire, sur cette feuille, vous avez la possibilité d’apporter personnellement l’observation que vous ne souhaitez pas votre renouvellement de contrat en poste malgré avis élogieux de vos compétences par votre chef d’établissement scolaire et son souhait de maintien en poste. A charge ensuite du service IA ASH de prendre acte de votre souhait ou de celui du chef d’établissement.

      Ce qui vous amène toujours à l’une des situation suivante décrite sur la page consacrée à « Fin de contrat –Licenciement-démission » consultable ICI.

  9. RxxxxxxxxR Catherine dit :

    Bonjour
    Je suis AESH en CDD (académie de Limoges) depuis la rentrée 2017. j’étais AVS en CUI de septembre 2013 à août 2017.
    Le 20 novembre 2017, le médecin de la CPAM a constaté mon invalidité de 2ème catégorie à partir de cette date. j’ai déposé à l’inspection acadèmique mes documents de constat d’invalidité dès que j’en est eu possession (en janvier 2018). Depuis c’est le silence radio sauf qu’on me demande de me faire faire des arrêts de travail de mois en mois. Je perçois mon salaire alors que l’inspection m’envoie des notifications pour chaque arrêt de travail en me précisant « pas de traitement »??.
    Vais-je devoir procéder comme ça jusqu’à la fin de mon contrat en septembre ??
    Va t’on me demander de rembourser les rémunérations perçues ??
    On m’a seulement dit qu’on avait pas droit de me licencier ??
    Je n’y comprend rien et cette situation me stresse.
    Merci beaucoup de m’aider à y voir plus clair.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Vais-je devoir procéder comme ça jusqu’à la fin de mon contrat en septembre ?? » et suivante « Va t’on me demander de rembourser les rémunérations perçues ?? » et suivante « On m’a seulement dit qu’on avait pas droit de me licencier ?? »
      Il vous faut distinguer invalidité et inaptitude
      Votre situation résultant de votre invalidité 2ème catégorie est la suivante
      -Vous avez perdu 2/3 de vos capacités de travail, ou de gain et vous ne pouvez pas normalement pas exercer un travail quel qu’il soit. Malgré cela, le médecin conseil de la CPAM peut considérer que vous pouvez éventuellement travailler de façon réduite (ce qui nécessite un reclassement par votre employeur), autrement dit,il ne vous a pas déclaré inapte.
      L’invalidité 2ème catégorie n’étant pas considérée comme une suspension de votre CDD AESH, vous devez continuer à envoyer des arrêts de travail à votre employeur, sinon votre employeur peut vous licencier pour absence injustifiée.

      A l’inverse, l’inaptitude au travail ne peut être établie que par une commission médicale académique, qui en l’absence d’une possibilité de reclassement d’ici la fin de votre CDD AESH, pourra autoriser l’employeur à engager une procédure de licenciement pour inaptitude. En effet, l’invalidité n’autorise pas le licenciement. Un licenciement qui interviendrait parce votre employeur aurait considéré suffisant votre classement en invalidité de deuxième serait illégal.

      Conséquence sur votre traitement
      Tant que vous êtes en arrêt de travail, vous continuez à bénéficier de votre traitement ou demi-traitement selon votre ancienneté
      Après 4 mois de services, 30 jours à plein traitement et 30 jours à 1/2 traitement
      Si l’ancienneté n’est pas suffisante pour bénéficier du plein ou demi-traitement, vous serez placé en congé de maladie sans traitement et vous ne percevrez que les Indemnités Journalières (IJ) de la Sécurité Sociale.

      notre observation: ne pouvant vous licencier, et en l’absence de reclassement possible, vous devez prévoir que votre employeur ne procédera pas au renouvellement de votre CDD AESH actuel.

  10. SI..... Nathalie dit :

    Bonjour, Nathalie (10)
    Actuellement AESH en CDD depuis 6 ans jusqu’au 31/08/18 (je devrais donc être Cdisée).Je complète ce temps de travail avec un cdi temps partiel dans le privé.
    On me propose un emploi en cdi en complément de mon Cdi actuel sur un poste dans le privé.
    Je souhaite savoir s’il n’y pas moyen de préserver le droit à l’accès à la cédisation d’AESH tout en commençant le poste qu’on me propose, comme un genre de suspension pour le temps d’essai.
    Je sais que les textes le propose pour les CUI AESH !
    Merci de votre aide

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir s’il n’y pas moyen de préserver le droit à l’accès à la cédisation d’AESH tout en commençant le poste qu’on me propose »
      Que ce soit en CDD ou en CDI AESH, le cumul d’activité obéit à des règles consultables en cliquant ICI.
      Le cumul d’activité ne s’applique que si l’activité autre ne s’effectue pas sous contrat à temps complet. Si c’est le cas, vous aurez à choisir entre votre CDD/CDI AESH en cours et le CDI autre proposé. Vous ne pouvez pas mettre en suspension votre CDD AESH pour suivre une période d’essai dans le cadre d’un emploi autre en CDI temps complet. Votre aurez à présenter votre démission.

  11. nathalie neXXXXXXX dit :

    Bonjour,
    AESH depuis 2013 j’ai signé un renouvellement de contrat de deux ans( septembre 2017 jusqu’en septembre 2019), je suis donc censée signer le fameux CDI en septembre 2019. Je suis lasse de mon travail et j’ai commencé à me lancer dans une activité libérale (je me suis formée à la psychothérapie ces 5 ans), je voudrais faire une pause pour me consacrer entièrement à mon projet, je ne sais pas à qui m’adresser pour demander une dispo et si cela est possible, autrement je démissionne, que puis je faire? Merci pour vos réponses et le temps que vous y consacrez

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « que puis je faire? »
      Nous vous suggérons de formuler une demande soit de Congés pour raisons familiales ou personnelles, soit de Congé pour création d’entreprise
      pour en savoir plus, cliquer ICI

  12. Sam dit :

    Bonjour, Sam 02 ( aesh depuis plus de 3 ans a temps plein dans un lycée)
    Voilà, je suis actuellement en arrêt gros burn out.
    Cela fait maintenant 3 mois que je ne peux me rendre sur mon lieu de travail et je ne me revois pas y retourner, mon médecin ( psy) me dit que je risque de ne plus pouvoir y retourner.
    Ma question est:
    Est il possible de faire un licenciement à l’amiable.
    ( je me sens fautive de ne pas travailler, et que mon équipe doit se plier en 4 pour effectuer mes heures d’absence)

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est il possible de faire un licenciement à l’amiable ? »
      Il n’existe pas de possibilité de licenciement à l’amiable pour un contractuel AESH. Dans votre situation présente, vous n’avez nullement à ressentir de la culpabilité à être en arrêt maladie, suite à un très gros burn out constaté par votre médecin. Ce que vous avez à vous préoccuper, c’est non pas de votre absence au travail induisant pour vos collègues de s’organiser différemment mais de retrouver une meilleure santé en organisant vos journées au mieux pour ce faire.
      Dans l’immédiat, vous êtes placé en congé maladie ordinaire (CMO). La durée de vos droits à CMO peut atteindre 1 an maximum. Sur cette période de 12 mois consécutifs, votre congés de maladie est rémunérés pendant une durée qui varie selon son ancienneté ( Après 2 ans de services: 60 jours à plein traitement et 60 jours à 1/2 traitement; Après 3 ans de services: 90 jours à plein traitement et 90 jours à 1/2 traitement). Donc, si votre médecin estime que vous n’êtes pas en mesure de reprendre le travail, suivez son avis de continuer à être en arrêt de travail en recherchant ce pep qui vous fait défaut.
      Par ailleurs, Nous supposons que vous êtes en CDD AESH. Que vous soyez en arrêt maladie ou non, votre employeur se devra vous faire connaitre obligatoirement son intention de renouveler ou non votre CDD AESH avant son terme. Avant de donner votre réponse à une proposition de renouvellement, nous vous suggérons de nous contacter au plus vite et nous vous indiquerons la meilleur marche à suivre si votre pep pour reprendre ce travail AESH si harassant mentalement n’est pas présent.

  13. ya. reb. dit :

    bonjour, je suis aesh en cdd . mon fils a eut subitement de gros problème de santé avec déscolarisation totale. je suis seule à l’élever avec de tout petit moyen. j’ai donc dû poser des arrêts maladies pour me permettre de rester près de lui…. ses problèmes de santé perdurent et je crois que je ne pourrais pas reprendre le travail d’ici à la fin de l’année scolaire. Quels sont mes recours ? je suis déjà passé à mi-traitement. Démission (dans mon cas, je pers tout droit aux indemnité chômage)? prolongement de mon arret maladie ? existe t-il, avec mon contrat, des congés spéciaux pour enfant malade comme les AJPP pour les contrats du privé par ex ? Merci bcp de votre aide.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quels sont mes recours ? » et suivante  » je suis déjà passé à mi-traitement. Démission (dans mon cas, je pers tout droit aux indemnité chômage)? » et suivante « prolongement de mon arret maladie ? » et suivante « existe t-il, avec mon contrat, des congés spéciaux pour enfant malade comme les AJPP pour les contrats du privé par ex ?  »
      Vous êtes en situation délicate mais elle vous a été imposée par les circonstances présentes
      Pour résumer votre situation présente et ses conséquences
      démission -rupture de CDD et indemnité chômage
      1-Vous êtes en CDD AESH comportant un terme. Obligatoirement, votre employeur se doit avant l’expiration du contrat faire connaitre son intention de renouvellement ou non de CDD AESH.
      2-Si votre employeur ne vous propose pas de renouvellement de contrat, à l’expiration de votre contrat en cours, vous aurez à vous inscrire auprès pôle emploi et après dépôt de dossier, l’indemnisation en ARE vous sera acquis dès le premier mois de chômage
      3-Si votre employeur vous propose un renouvellement de CDD, vous disposerez de 8 jours pour donner votre réponse. En cas de refus de votre part de la proposition de renouvellement ou d’absence de réponse dans les délais interprétée comme un refus, vous serez considéré comme démissionnaire. Après votre inscription au pôle emploi, du fait de votre démission, votre demande d’indemnisation en ARE ne pourra être prise en compte dans un délai de 121 jours.

      arrêt maladie en cours et Prolongement arrête maladie
      Un arrêt maladie en cours comme un prolongement d’arrêt maladie n’a pour effet de reculer le terme actuel de votre CDD AESH. Autrement dit, que vous soyez en arrêt maladie ou prolongement d’arrêt maladie ou en cours de reprise de travail, la procédure de fin ou renouvellement de CDD indiquée ci-avant sera appliquée obligatoirement par votre employeur.

      la possibilité de congé de présence parentale en cours de CDD AESH
      Ce congé de présence parentale est accordé lorsque la maladie, l’accident ou le handicap d’un enfant à charge présente une particulière gravité rendant indispensable une présence soutenue de sa mère ou de son père et des soins contraignants.
      Nous pensons que ce congé de présence parental vous serait particulièrement bienvenu. Pour en savoir plus, cliquer ICI.
      Sachez tout de même qu’en cas d’accord de votre employeur, ce congé de présence parentale ne couvrira que sur la période restant à couvrir de votre CDD en cours.

      • yasmina dit :

        merci beaucoup pour votre réponse, vous m’aidez beaucoup ! je croyais que les AJPP étaient réservés pour les salariés du privé. Pouvez vous me confirmer que j’y ais droit dans ma situation d’AVS ? si c’est le cas, c’est donc au rectorat qu’il faut que je dépose la demande. Merci de me confirmer toutefois que j’y ais bien droit. Merci bcp bcp. yasmina

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation sur droit au congé de présence parentale
          Nous vous confirmons de l’existence de ce droit pour les salariés AESH.

  14. Charline dit :

    Bonjour,

    Je suis AVS AESH en CDD depuis 1 an après 2 années en CUI CAE dans le Val d’Oise.
    Je souhaite reprendre mes études en MEEF 1 dès la rentrée 2018.
    Les demandes de congé de formation professionnelle pour la rentrée 2018 sont clôturées depuis le 8 janvier 2018 dans l’académie de Versailles et ne cumulant 3 ans d’activité effective qu’en septembre 2018, la démission reste ma seule option (c’est celle pour laquelle j’optais de base).

    J’ai pu lire sur votre blog dans la section « démission légitime » qu’une reprise d’étude pouvait constituer un motif légitime de démission qui me permettrait de toucher l’ARE, dites-moi si j’ai bien tout compris ?

    Merci !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « «une reprise d’étude pouvait constituer un motif légitime de démission qui me permettrait de toucher l’ARE, dites-moi si j’ai bien tout compris ? »
      Nous avons noté effectivement sur le blog ces informations suivantes à date fin 2016
      Votre démission est légitime si elle est justifiée par une entrée en formation (qualifiante ou non) après avoir démissionné d’un CDI AESH. (Il est fortement conseillé de consulter un conseiller pôle emploi pour vérification que le type de formation qualifiante ou non envisagé répond bien au critère retenu pour une démission légitime)

      Il se trouve qu’à date d’ Accord d’application n° 14 du 14 avril 2017 relative à l’assurance chômage, cette clause ci-avant n’est plus applicable.

      • Charline dit :

        Sinon, espérer que mon employeur fasse parvenir mon contrat de renouvellement après les délais (mon contrat prend fin le 31 aout 2018, donc s’il arrive après le 1er juillet 2018, il est considéré tardif, non ?) – ce qui arrive assez souvent – ce qui me permettrait d’avoir la mention « fin de CDD » sur mon attestation ASSEDIC ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « espérer que mon employeur fasse parvenir mon contrat de renouvellement après les délais (mon contrat prend fin le 31 aout 2018, donc s’il arrive après le 1er juillet 2018, il est considéré tardif, non ?) ce qui me permettrait d’avoir la mention « fin de CDD » sur mon attestation ASSEDIC ? »
          Un renouvellement de contrat AESH parvenant avant le terme définitif du CDD en cours n’est pas considéré tardif ou hors délai. Un employeur est tenu d’indiquer fin de CDD sur l’attestation Assedic quand aucune offre de renouvellement n’est parvenue avant le terme définitif du CDD en cours.

  15. Méli dit :

    Bonjour,

    Je suis aesh depuis 1 an et demi. Je me suis fait une fracture plateau tibial, je suis avec attelle et béquille. Arrêt pendant 5 semaines.
    Je m’inquiète car je me demande si ce n’est pas un motif de non renouvellement de contrat pour la rentrée.
    J’adore ce que je fait.

    Merci de vos réponses

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « je m’inquiète car je me demande si ce n’est pas un motif de non renouvellement de contrat pour la rentrée ? »
      Il n’y pas d’inquiétude à avoir à ce ce sujet. Certes, ces temps-çi, l’employeur Education nationale apprécie qu’un agent AESH soit toujours en parfait état de marche mais de là, il atteindrait les sommets du ridicule à considérer un arrêt pour maladie suite à une fracture du plateau tibial comme relevant de la faute professionnelle impardonnable.

  16. AngieA.Ba dit :

    Bonjour
    Je suis AVSi en CUI depuis novembre 2016 ds l’académie de Toulouse. Mon contrat a été renouvelé en novembre 2017 pour 1 an (je ne connaissais malheureusement pas la technique du silence pour ne pas être reconduit et avoir accès à l’ARE). Bref, je rencontre de vrais difficultés avec l’élève que je suis 15h/sem. Elle ira en ULIS à la rentrée prochaine, l’ITEP ayant été écarté. En attendant, je souffre au travail et ma famille en pâti. Sur les conseils d’un psy qu’initialement je suis allée voir pour les pb de sommeil de ma fille de 2 ans et demi, je me suis fait arrêter cette semaine afin de prendre du recul et savoir ce que je vais faire pour sortir de cet « enfer ».
    Etant AVSi en CUI, j’aimerai savoir si vous pouvez me confirmer ce que j’ai lu. Qd à mon arrêt de travail il semble que je relève du régime général à la SECU. Cela veut dire quoi ? Que je vais être indemnisé par la SECU des mon premier jour d’arrêt ou que je vais devoir essuyer les 3j de carence ? Je précise que je ne suis plus à la MGEN depuis janvier au bénéfice la ACS-P car les cotisations étaient bien trop chères pour nous. Moi a 680 euros par mois et mon conjoint au chômage avec 920 euros…(la loose quoi)
    Pour ce qui est du pb avec l’élève que je suis, je suis embêtée car même si je demande a suivre un autre élève pour ses 15H, je resterai 5h a suivre mon 2e élève avec qui tout se passe bien et qui se trouve ds la même école. Or je ne veux plus voir cette autre enfant qui m’a tellement poussée a bout (la pauvre est en grande souffrance et je sais qu’elle ne le fait pas exprès contre moi biensur) Mais j’ai qd même bp de colère envers elle. J’en viens a avoir envie de la frapper ou la blesser verbalement tellement je ne la supporte plus. Je souhaite donc idéalement démissionner. Savez-vous si je suis en droit de le faire et si je peux avoir droit a l’ARE voir le RSA ? Je sais que qq part ce serait vouloir le beurre et l’argent du beurre…
    Si cela n’est pas le cas, je demanderai a changer simplement d’élève…
    Je précise que je prépare le contours de professeurs des écoles et que mon projet initial est la CAPA-SH. Mes conditions de travail étant tellement difficiles, j’en suis à un point ou la certification ne m’intéresse plus…écoeurée par ce système. Je passe ce concours pour sortir de la précarité, ac de la chance tomber sur une équipe motivée et innovante ds l’école ou je serai affecté. Sinon je me mettrai en dispo pour monter une structure éducative (école hors contrat) qui rejoigne les valeurs éducatives ds lesquelles je crois.
    Merci d’avance pour vos réponses et bravo pour le travail d’information et de conseils que vous faites !
    Angela

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » je relève du régime général à la SECU. Cela veut dire quoi ? » et suivante  » Que je vais être indemnisé par la SECU des mon premier jour d’arrêt ou que je vais devoir essuyer les 3j de carence ? « 
      Vous restez affilié à la CPAM qui reste l’organisme compétent pour gérer vos prestations de base en matière d’assurance maladie. En cas d’arrêt maladie prescrit par votre médecin traitant, Sous certaines conditions et après un délai de carence de 3 jours, vous pouvez percevoir des indemnités journalières. Elles sont versées par l’Assurance Maladie pour compenser la perte de salaire pendant votre arrêt de travail. Calculées sur la base de vos salaires bruts des trois ou douze mois précédant votre arrêt, elles vous sont versées tous les 14 jours. (pour en savoir plus, cliquer ICI)
      A savoir :

      Une indemnité complémentaire maladie ou accident doit être versée par les EPLE employeurs aux salariés en contrat CUI-CAE ayant une année d’ancienneté absents en raison d’une maladie ordinaire, d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle. Pour en savoir plus, cliquer ICI.

      En réponse à votre interrogation, « Savez-vous si je suis en droit de le faire et si je peux avoir droit a l’ARE voir le RSA ? »
      Vous êtes salarié en Cui-Cae. toute démission de votre part, aura pour conséquence, que, suitevotre inscription à pôle emploi, votre demande en indemnisation ARE risque fort d’être repoussé de 4 mois et vous ne pourrez prétendre au RSA.
      Le plus simple et pertinent serait de formuler auprès de votre employeur une demande d’être déchargée des tâches d’ accompagnement de l’élève concerné en arguant avec certificat du médecin en appui, de votre impuissance physique et mentale professionnelle d’en assurer un suivi correct. Cela suppose une autre affectation auprès d’un autre élève (?) sur un probable autre établissement scolaire (?).

  17. brouard dit :

    Néréa, département 22. Bonjour, j’aurais trois questions. AESH en CDI, j’envisage de démissionner de mon poste. Je cumule deux emplois (dont 1 contrat privé, catégorie « œuvres de l’esprit », rémunéré à la tâche et donc irrégulièrement, mais pourtant considéré comme un CDI) et je n’arrive plus à tout mener de front. Dans ce cas, ma démission pourrait-elle être reconnue légitime ? Et à qui devrai-je adresser une demande d’allocations chômage : pôle emploi ou l’Inspection académique ? Qui de ces deux organismes statuent sur l’éligibilité à une ouverture de droits ? En espérant que vous aurez des réponses, merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Dans ce cas, ma démission pourrait-elle être reconnue légitime ? » et suivante «  Et à qui devrai-je adresser une demande d’allocations chômage : pôle emploi ou l’Inspection académique ? » et suivante  » Qui de ces deux organismes statuent sur l’éligibilité à une ouverture de droits ? »
      Votre démission enregistrée par votre employeur éducation nationale, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès de Pôle emploi. Lors de votre demande en indemnisation ARE, c’est Pôle emploi (via assedic) qui déterminera si vous remplissez les critères de démission légitime pour pouvoir prétendre à l’indemnisation ARE (désormais assurée par les Assedics). Les situations de démission légitime sont consultables ICI et il n’apparaît pas au su de votre situation exposée que vous rentrez dans ces critères exigées.

    • Houard dit :

      Je suis dans la même situation que toi et sur le même département. Ou en es tu suite a ton post aujourd’hui ?

  18. Stel dit :

    Bonjour,
    Je suis actuellement AESH dans l’académie de Nantes, en Cdd pour la 4ème année. Je vise bien sûr le CDI au bout des 6 ans.
    Est ce qu’une grossesse et un congé maternité arrivant au cours de ces 6 années pourraient remettre en cause mon accès au CDI ou en décaler la date d’accès ?
    Plus clairement, dois je attendre d’avoir signer mon CDI avant d’envisager un projet bébé ?

    Merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce qu’une grossesse et un congé maternité arrivant au cours de ces 6 années pourraient remettre en cause mon accès au CDI ou en décaler la date d’accès ? »
      Non. Une grossesse et un congé maternité arrivant au cours de ces 6 années ne remettent pas en cause votre accès au CDI AESH ou ni décaler la date d’accès. Mieux, le refus de votre accès au CDI AESH sur motif de votre état de grossesse et de congé maternité est illégal et punissable par la jurisprudence (CE, 17 février 1992, n°96013).

  19. mariaelue dit :

    Bonjour je suis de nationalité étrangère, je travail depuis bientôt 6ans comme AED dans des établissements du département 75. Je vais bientôt démissionner pour créer mon entreprise. Pensez vous que je peux avoir droit au chômage? Ou à une autre aide financière? Et à quel structure pourrais-je m’adressé? Bien à vous

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pensez vous que je peux avoir droit au chômage? » et suivante  » Ou à une autre aide financière? » et suivante « Et à quel structure pourrais-je m’adressé ? »
      Vous êtes AED au terme de 6 années d’engagement. il faut savoir que, passé ce terme de 6 années, il ne pourra être procéder à votre renouvellement de CDD et en conséquence, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès de pôle emploi et y déposer un dossier en indemnisation chômage (ARE). L’indemnisation en ARE vous sera acquise automatiquement dès lors que votre situation de demandeur d’emploi résulte d’une perte involontaire d’emploi AED.
      En revanche, si pendant votre période d’engagement actuel, vous envisagez de démissionner. Après inscription au pôle emploi, votre indemnisation chomage (ARE) risque d’être compromise du fait que votre situation de demandeur d’emploi résulte d’une perte volontaire d’emploi AED.
      S’agissant les aides à la création d’entreprise, nous vous invitons à consulter le site « legalstart’ en cliquant ICI consacrant un chapitre à ce sujet.
      A savoir: un employeur EPLE éducation nationale n’est pas habilité à apporter une aide financière spécifique pour un projet professionnel de création d’entreprise par un agent AED.

  20. Justine dit :

    Bonjour,
    Je suis AVS en contrat CUI dans le 06. Mon contrat prend fin le 3 janvier 2018. J’ai donc commencé à rechercher un emploi car j’arrive au bout des 2 ans. Si je trouve un emploi pendant la période des vacances de Noël avant la fin de mon contrat à qui je dois envoyé ma démission ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Si je trouve un emploi pendant la période des vacances de Noël avant la fin de mon contrat à qui je dois envoyé ma démission ? »
      S’il s’agit d’un emploi temporaire (15 jours) uniquement durant la période de vacances de Noël, il peut être considéré comme une activité complémentaire qui n’a pas lieu d’être signalé à votre employeur.
      En revanche, s’il s’agit d’un emploi en CDD de plus de 6 mois ou un CDI rendant impossible l’exercice de votre mission AVS sous CUI-CAE, vous signalez simplement à votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) la date d’effet de prise de fonction de votre nouveau emploi. Vous n’avez pas de délai de préavis à respecter avant cette date d’effet de prise de fonction de votre nouveau emploi.

    • Sybile33 dit :

      Bonjour, je viens d’être licenciée pour inaptitude physique. Les 6 années en CDD avant ma cédéisation sont elles prises en compte pour l’indemnité de licenciement ? Merci de vos réponses car mon indemnité a été fixée à 1319,85€. Ma quotité était de 80%.
      Selon Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat pris pour l’application de l’article 7 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat
      ART.54 L’indemnité de licenciement est égale à la moitié de la rémunération de base définie à l’article précédent pour chacune des douze premières années de services; ART.55 l’ancienneté prise en compte pour le calcul du montant de l’indemnité définie à l’article 54 est décomptée à partir de la date à laquelle le contrat a été initialement conclu jusqu’à la date d’effet du licenciement, compte tenu, le cas échéant, des droits à congés annuels restant à courir et de la durée du préavis. Lorsque plusieurs contrats se sont succédé auprès du même employeur sans interruption ou avec une interruption n’excédant pas deux mois et que celle-ci n’est pas due à une démission….
      Si en effet les 6 années de CDD sont prises en compte comment puis-je contester ce montant, quel est le tribunal compétent puisque mon employeur est le ministère de l’éducation nationale ?
      Merci

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « Les 6 années en CDD avant ma cédéisation sont elles prises en compte pour l’indemnité de licenciement ? »
        Oui. Elles se doivent être tenu compte lors du calcul de l’indemnité de licenciement. Plusieurs règles sont à prendre en compte pour appliquer la formule de calcul suivante en vue de vérifier son exactitude
        Formule pour un agent à temps incomplet :
        I = ( [A x T1 x R] / 2 ) + ( [A x T2 x R] / 2 ) avec la limite <= 12 R
        I = Indemnité de licenciement qui ne peut être supérieure à 12 fois la rémunération de base.
        R = Rémunération correspondant à la dernière rémunération nette mensuelle qui a été perçue avant le licenciement. la rémunération prise en compte doit être celle d’un temps complet (et non prorata du fait de vos 80% d'un temps complet). Elle ne comprend pas le supplément familial
        de traitement,
        A = Ancienneté décomptée par années, inférieure ou égale à 12 ans
        T 1 = Quotité de travail accompli : exemples : 50%, 80 %

        D I S P O S I T I O N S P A R T I C U L I E R E S
         Toute période supérieure ou égale à 6 mois est comptée pour 1 année ;
         Les périodes inférieures à 6 mois ne sont pas décomptées ;
         L’ancienneté est décomptée au prorata du temps de travail assuré durant la période considérée

        EXEMPLE pratique pour vous guider dans votre vérification
        Dernière rémunération nette : 960 €
        Travail effectué à 80 %
        Ancienneté : 2 ans CDI à 80 %, 2 ans CDD à 100 % et 4 ans CDD à 50 %
        Application
        1 ) Rétablir le salaire à 100 % : 960 x 100 / 80 = 1 200 €
        2 ) I = ( [ 2 x 80% x 1 200] / 2 ) + ( [2 x 1 200] / 2 ) + ( [4 x 50% x 1200 ] / 2) = 3360 €

        En réponse à votre interrogation, « comment puis-je contester ce montant, quel est le tribunal compétent puisque mon employeur est le ministère de l’éducation nationale ? »
        Avant d’envisager de contester le montant de l’indemnité de licenciement perçu devant le tribunal administratif, mieux vaut s’assurer que le montant est effectivement contestable après en avoir rapidement opéré une vérification simple comme décrite précédemment.

        • SYBILE dit :

          Bonjour, j’ai lu attentivement votre réponse mais si je fais selon vos calculs mes indemnités diffèrent de celles effectivement payées .
          Je vous précise ici tous mes contrats CDD
          Du 10/09/2010 au 31/08/2011 à 80% du 01/09/2011 au 31/08/2012 à 80% du 01/09/2012 au 31/08/2013 à 80% du 01/09/2013 au 31/08/2014 à 80% du 01/09/2014 au 31/08/2015 à 80% du 01/09/2015 au 31/08/2016 du 01/09/2016 au 07/09/2016 à 75%
          CDI depuis le 08/09/2016 à 75%
          Arrêt à plein traitement pour grave maladie du 09/01/2017 au 02/12/2017.
          Lettre de licenciement le 2/10/2017 pour un licenciement effectif au 02/12/2017
          J’ai compté 6 années de CDD et une année de CDI
          Mon salaire net à payer est de 914,24
          Ils ont trouvé 6 années en ancienneté et 2228,21 d’indemnité
          Moi je trouve 7 années même si j’étais en congé maladie du 09/01 au 02/12/2017 et en prenant en rémunération nette 914,24 (mon net à payer) je trouve 3 171,27
          ((6×80%*1142.80)/2)) + ((1×75%*1142,80)/2)
          Je n’y comprends rien surtout qu’il y a marqué salaire net 1485,47 pour 35h
          et en exemple pour une ancienneté de 12 ans à 100% = 8912,82 d’indemnités (ce qui est juste).
          Alors si je prends comme base le salaire net de 1485,47 je trouve encore plus
          (6×80/100×1485,47)/2 = 3565
          (1×75/100×1485,47)/2 = 557,07

          Donc lorsque vous dites rémunération nette mensuelle, est-ce le montant brut sans supplément familial et autre moins toutes les charges sociales obligatoires (c’est à dire le salaire net à payer) ?
          Mon arrêt maladie du 09/01 au 02/12/2017 doit il être pris en compte dans l’ancienneté ?

          Merci de vos réponses, c’est un véritable casse tête.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « lorsque vous dites rémunération nette mensuelle, est-ce le montant brut sans supplément familial et autre moins toutes les charges sociales obligatoires (c’est à dire le salaire net à payer) ? »
          Il s’agit du salaire net à payer sans comptabiliser le supplément familial de traitement.

          En réponse à votre interrogation, « Mon arrêt maladie du 09/01 au 02/12/2017 doit il être pris en compte dans l’ancienneté ? »
          Non. Il est pris en compte les périodes en service effectif ininterrompus or, un arrêt de maladie est considérée comme une suspension de service. Toute période de service ininterrompus au moins égale à 6 mois est considérée comme une année complète.

          En réponse à votre commentaire, « c’est un véritable casse tête »
          Cela l’est effectivement. C’est pourquoi nous vous invitons à prendre contact avec un un conseiller d’organisation syndicale qui pourra contrôler l’indemnités de licenciement perçue et votre estimation tout en se référant de visu à vos documents (bulletins de salaire, contrat de travail.

  21. kerdanet dit :

    29 avs
    mon contrat d’avs vient d’être rompu au mois de novembre pour incapacité médicale mon cdd renouvelé depuis octobre 2013 devait se terminer fin juillet.2018
    l’EPLE (Lycée thépot) m’adresse un reçu de solde de tout compte de 22.92 €sans mentionner l’indemnité de rupture.
    Qu’en pensez vous ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’en pensez vous ? »
      Le solde de tout compte est établi par l’employeur et remis (contre reçu) au salarié qui quitte son emploi. Il est dû au salarié pour tout type de contrat de travail (CDI, CDD, contrat temporaire), quel que soit le motif de la rupture (démission, licenciement…).
      Le reçu pour solde de tout compte fait l’inventaire de l’ensemble des sommes versées au salarié (par chèque ou par virement) à l’occasion de la rupture du contrat. Les mentions devant figurer sur le document sont les suivantes :
      -le total des sommes dues au salarié à la date de fin du contrat (salaire, primes, indemnités de rupture du contrat…),
      -la mention selon laquelle le reçu pour solde de tout compte est établi en double exemplaire (dont l’un est remis au salarié).

      Le reçu pour solde de tout compte doit être remis au salarié, en main propre ou par une lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR), à la date de fin du contrat de travail.
      la loi ne vous obligeant pas à le signer, dans le cas présent, vous ne signez pas ce reçu pour solde de tout compte inexact.
      Vous pourrez le contester dans les 3 ans suivant la date de sa remise. La contestation doit être adressée à l’employeur par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR).
      Dans le courrier, vous préciserez alors les motifs de la contestation et les sommes concernées (arriéré de salaire ou indemnités de congés payés, indemnité de rupture….).
      Rappel sur l’indemnité de rupture de CDD CUI-cAE à l’iniative de l’employeur
      le salarié perçoit à une indemnité de rupture, dont le montant est au moins égal :
      -soit si l’inaptitude est d’origine non professionnelle, à celui d’une indemnité légale de licenciement,
      -soit si l’inaptitude est d’origine professionnelle, au double d’une indemnité de licenciement.
      En cas d’ancienneté inférieure à 1 an, le montant de l’indemnité est calculé au prorata de la durée d’emploi.
      Vous ne pouvez disposez en sus de l’indemnité de précarité.

  22. Elise dit :

    Bonsoir
    Je suis aesh en contrat de droit public en cdd depuis novembre 2013 dans l’académie d’Aix-Marseille. Si je trouve un emploi en cdi puis-je démissionner et ne pas faire de préavis ?
    Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Si je trouve un emploi en cdi puis-je démissionner et ne pas faire de préavis ? »
      Il vous faudra lire entre les lignes. Normalement, en cas de démission, vous avez à prévoir diplomatiquement un préavis à effectuer mais nous vous dénoncerons pas si vous ne le faites pas et votre employeur restera impuissant, ne pouvant pas vous contraindre.

  23. Jkha dit :

    Bonjour AESH depuis 4 ans je souhaiterais obtenir une rupture conventionnelle car la crèche dans laquelle j’ai inscrit mon bébé me demande 1306€ par mois ! Je suis seule et n’ai pas d’autre moyen de garde… pensez vous qu’ils accepteront ma demande (facture à l’appuie) afin que je puice quand même bénéficié de l’allocation chômage ? Merci par avance de votre attention

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » pensez vous qu’ils accepteront ma demande (facture à l’appuie) afin que je puice quand même bénéficié de l’allocation chômage ? « 
      La rupture conventionnelle, qui permet à un employeur et à un salarié de rompre le contrat de travail d’un commun accord, ne s’applique pas aux agents publics, qu’ils soient fonctionnaires ou contractuels.La rupture conventionnelle est prévue uniquement par le code du travail. Par conséquent, seuls les salariés soumis à ses dispositions peuvent conclure une rupture conventionnelle. Il n’existe pas de disposition équivalente pour les agents publics.
      Dans le cas présent, la seule possibilité qui s’offre à vous reste la démission.
      Pour assurer financière le coût la garde de votre enfant à la crêche, avez vous songé à vous mettre en rapport avec une assistance sociale du CCAS (auprès de la mairie) qui pourra examiner les possibilités d’aide susceptible de vous soulager financièrement ?

  24. Mamay dit :

    Bonjour,
    Je voudrais savoir si le Pôle Emploi demanderait des renseignements au Rectorat sur le motif de non renouvellement de CDD ?
    Au début, je ne voulais pas renouvelé car l’académie de ne m’avait pas fait de proposition dans les délais, j’avais donc opté pour un autre contrat auquel j’avais finalement renoncé. Comme le non renouvellement est considéré comme une démission, je n’ouvre pas droit aux ARE. Ma femme aurait une promesse d’embauche sur une autre région, je m’étais que je pourrais peut-être justifier mon « refus de renouvellement » pour raison de déménagement « suivre son conjoint pour mobilité professionnelle » ?
    Ma crainte est que l’Académie va notifier au Pôle Emploi que je n’avais pas signaler ce déménagement…
    En vous remerciant,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si le Pôle Emploi demanderait des renseignements au Rectorat sur le motif de non renouvellement de CDD ? »
      Non et s’il l’effectuait, le rectorat ne se donne pas la peine d’y répondre.

      En réponse à votre interrogation, «  je pourrais peut-être justifier mon « refus de renouvellement » pour raison de déménagement « suivre son conjoint pour mobilité professionnelle » ? »
      C’est à pôle emploi d’apprécier les motifs légitimes ou non de votre démission à un emploi et non à l’académie.

  25. janin dit :

    Bonjour,

    j’étais AVSi entre sept 2012 et aout 2013 dans les Bouches du Rhône. A la fin de mon CDD, étant enceinte, je n’ai pas signé un autre CDD, par correction envers les élèves que je devais accompagner (il me semble que le suivi est essentiel!), j’ai donc avertie par téléphone mon responsable, mais je n’ai pas signé de lettre de démission! Comme j’étais par la suite en congé maternité puis parental, je ne me suis rendue compte qu’en février que le motif sur mon attestation employeur était « rupture anticipée à l’initiative du salarié « , ce qui fait que pôle Emploi me demande une nouvelle attestation avec la mention « fin de CDD » mais la responsable de mon dossier refuse sous prétexte que comme je n’ai pas signé un autre CDD, c’est assimilé à une démission (elle me dit que lors de mon engagement, j’ai signé un papier disant que je m’engageais à accepter un autre CDD si on me le proposais…)
    Qu’en pensez-vous? Suis-je réellement considérée comme démissionnaire et si ce n’est pas le cas, que puis-je faire pour obtenir la nouvelle attestation employeur qui me permettrait de toucher l’ARE?

    Merci Beaucoup, Joëlle

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’en pensez-vous? » et suivante  » Suis-je réellement considérée comme démissionnaire et si ce n’est pas le cas, que puis-je faire pour obtenir la nouvelle attestation employeur qui me permettrait de toucher l’ARE? »
      En principe, si votre décision de ne pas signer un CDD AESH fait suite à une proposition de renouvellement de CDD AESH précédent de la part de l’administration, cette dernière considère que vous êtes démissionnaire. Maintenant, si aucune proposition de renouvellement de CDD AESH ne vous a été formulée par l’administration alors que le CDD était en cours, l’administration ne peut considérer comme valable une démission d’un AESH que si la volonté expresse et non équivoque de cesser ses fonctions a été formulée par lettre écrite avec A/R.
      Donc, en l’absence de proposition de renouvellement de CDD AESH et de lettre de démission avec A/R de votre part, l »expiration de contrat résulte bien de la volonté de l’administration et sur l’attestation assedic se devait apparaître la mention « fin de CDD » et non « « rupture anticipée à l’initiative du salarié »

      La seule possibilité qui s’offre à vous est de saisir le tribunal administratif pour une demande en rétablissement d’une fiche d’attestation assedic conforme vous permettant de percevoir les allocations ARE à partire de la date de rupture de votre CDD du fait de l’administration.

  26. Chimo88 dit :

    Bonjour,

    En effet, j’étais contractuel du 22 septembre 2016 au 31 août 2017 et l’Académie de Versailles ne m’avait pas proposé de contrat durant la fin de l’année (mai, juin, juillet). Inquiet de ne plus trouver d’emploi, je commençais à candidater en mois d’août car mon délai de prévenance était dépassé.

    Cependant, le 29 août je découvre un message vocal datant du 23 août de la part du chargé de remplacement. Or, il était déjà trop tard pour moi car j’étais en situation de pré-embauche avec Campus France pour un court CDD (auquel j’avais renoncé par la suite). J’avais signifie à l’Académie j’étais ailleurs pour des tests, et à la réception de mon attestation Pôle Emploi, il est mentionné  » rupture de contrat à l’initiative du salarié » à la place de  » fin de CDD » ? Ont-ils le droit de noter cela ? Sachant que je n’ai ni démissionné ni refusé un contrat dans les délais ! Avec cette mention je vais perdre mes ARE, je pense donc porter ma réclamation auprès du tribunal administratif.
    Avez-vous des solutions ?
    PS: j’avais demandé à l’académie de la rectifier mais ils font la sourde-oreille

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Ont-ils le droit de noter cela ? » et suivante « Avez-vous des solutions ? »
      A notre sens, l’administration a fait délibérément une erreur d’appréciation de droit en inscrivant sur l’attestation ASSEDIC » rupture de contrat à l’initiative du salarié ».
      Explication
      L’Article 46 du décret du 17 janvier 1986
      (…) l’administration est tenue d’informer l’agent de son intention de renouveler ou non le contrat selon des délais de prévenance ainsi fixés ;
      un mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
      ….
      Dans votre situation, un message vocal datant du 23 août de la part du chargé de remplacement ne constitue en aucun cas une proposition de renouvellement de contrat effectué dans les délais de prévenance imparti et car rien n’indiquait formellement que, vous disposiez d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant,votre acceptation.
      ce qu’il faut savoire n cas de litige
      C’est toujours à l’administration de faire la preuve qu’elle a respecté le délai de prévenance.
      De fait, un juge d’un tribunal administratif, faute de preuve écrite avancée par l’administration, pourra considèrer que le non-respect du délai de prévenance (…) peut engager la responsabilité de l’administration et exiger au titre de préjudice subie la rectification de l’attestation ASSEDIC par la formule « fin de contrat sur initiative de l’employeur) et éventuellement, le paiement d’indemnités réparatrice.
      ( jurisprudence: CE, 12 février 1993, n° 109722 ; pour des exemples de condamnation au titre du préjudice causé par le non-respect du délai cf. CAA Versailles, du 10 novembre 2005, n° 4VE00895 ou CAA Marseille ,03 avril 2001, n° 99MA00278 du; a contrario pour un exemple de rejet de l’indemnisation du préjudice CAA Nancy, du 14 juin 2007, n° 06NC01549.).
      Il serait pertinent d’exercer un recours en référé contre la décision de l’administration devant le tribunal administratif.

      • Chimo88 dit :

        Bonsoir,
        Mille Mercis ! Vous êtes formidable !
        Je vais reprendre tous les arguments que m’aviez avancé et envoyer un mail à la responsable de la DPE2 et en cas de silence de sa part, j’engagerai la procédure auprès du tribunal administratif.
        Ceci dit, si je me présente au Pôle Emploi avec cette mention, ils vont systématiquement refuser mes droits aux allocations chômage ? Ils vont rien faire si je leur explique je n’avais ni démissionné ni refusé un contrat dans les délais ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « si je me présente au Pôle Emploi avec cette mention, ils vont systématiquement refuser mes droits aux allocations chômage ? » et suivante «  Ils vont rien faire si je leur explique je n’avais ni démissionné ni refusé un contrat dans les délais ? »
          Sur le principe, sur la foi des indications fournies par l’employeur sur l’attestation Assedic, cette dernière serait en droit d’estimer que vous n’avez pas quitté votre emploi involontairement et de fait, pourrait ne pas vous accorder un droit d’indemnisation ARE durant une période de 121 jours.
          Dans la pratique, vos interlocuteurs de pôle emploi pourraient tenir compte de vos explications (et de vos démarches entreprises à ce ce sujet auprès de votre employeur) pour estimer sur la base de bonne foi reconnue pour décider de ne pas appliquer un différé de 121 jours de vos droits à indemnisation à ARE.
          Bon courage.

  27. Marc dit :

    Département : 75

    Bonjour,
    Mon contrat de CDD d’AESH de droit public se terminant le 31 août 2017, j’avais émis le souhait d’arrêter mon travail d’AESH en 2017/2018 sur la fiche de vœux pour l’affectation au 1er septembre 2017. J’avais rempli cette fiche à la fin du mois d’avril et envoyé par l’établissement au plus tard le 19 avril 2017 au gestionnaire de pôle chargé des affectations.
    N’ayant eu aucune nouvelles du Rectorat depuis la remise de ce document, je leur ai envoyé un courriel au début du mois de septembre pour leur demander l’attestation employeur et le certificat de travail. On m’a alors demandé par courriel si j’avais prévenu le gestionnaire que je ne voulais pas renouveler mes fonctions d’AESH. Je leur ai répondu que non car je l’avais déjà spécifié sur la fiche de vœux pour l’affectation. On m’a alors demandé de leur adresser une lettre de non renouvellement de mes fonctions d’AESH et que seulement après réception de cette lettre, on m’enverrait mon certificat de travail et l’attestation employeur.
    Est-ce que le fait d’avoir mentionné que je souhaitais arrêter mon travail d’AESH sur la fiche de vœux était considéré comme une démission ? Est-ce que le Rectorat aurait tout de même dû me contacter par courrier ou par téléphone avant la fin de mon contrat pour clarifier la situation ? Pour la rédaction de cette lettre de non renouvellement, y a t il des précautions à prendre afin qu’elle ne soit pas assimiler à une démission si ce n’est pas déjà le cas?
    En vous remerciant d’avance de votre réponse.
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que le fait d’avoir mentionné que je souhaitais arrêter mon travail d’AESH sur la fiche de vœux était considéré comme une démission ? » et suivante  » Est-ce que le Rectorat aurait tout de même dû me contacter par courrier ou par téléphone avant la fin de mon contrat pour clarifier la situation ? » et suivante  » Pour la rédaction de cette lettre de non renouvellement, y a t il des précautions à prendre afin qu’elle ne soit pas assimiler à une démission si ce n’est pas déjà le cas? »
      Il importe peu maintenant ce que vous avez exprimé sur la fiche de voeux en avril 2017. 2 possibilités s’offrent à vous
      Soit votre contrat de travail n’a pas été renouvelé au 1er septembre par votre employeur et vous n’êtes plus en poste, auquel cas, votre employeur a obligation de vous transmettre certificat de travail + attestation employeur sans exiger la contre partie d’une lettre de non renouvellement de contrat de votre part après l’expiration dudit contrat. Le faire reviendrait à vous faire endosser la responsabilité d’un non renouvellement de contrat, alors que cette responsabilité de fin de contrat lui revient. Ce marchandage autour de la lettre de renouvellement ne vise simplement qu’à permettre à votre employeur education nationale de ne pas être tenu à vous verser l’indemnisation chômage auquel vous pouvez prétendre légitiment pour un fin de contrat sur sa décision.

      Soit votre contrat a été renouvelé et vous occupez un poste dans un établissement d’affectation au 1er septembre, dans ce cas, votre demande en cours doit s »analyser comme une démission. (pour savoir plus sur la procédure de la démission et conséquences en résultant, cliquer ICI)

  28. Lena dit :

    Bonjou. Rhône 69.je suis avs dans une école élémentaire mon premier contrat du 1/1/2016 au 31/12/2016.
    Le dexieme du 1 /1/2017 au 31 /12/2017
    Dont congé maternité jusqu au 17 mai 2017 après congé parental d education à temps plein jusqu’au 17 /07/2017 après congé parental d’éducation à temps plein du 4 septembre 2017 au 31/12/2017fin de contrat.
    Ma question : mes allocations chômage comment vont être calcule et mes indemnités vont être combien taux et duree ? ?
    Merci d’avance. Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « mes allocations chômage comment vont être calcule et mes indemnités vont être combien taux et duree ? ? »
      Durant le congé parental, vos droits à indemnisation assedics sont suspendus et reprennent en principe à compter de votre date de reprise de travail.
      Dans le cas présent, votre contrat CUI-CAE prend fin le 31/12/2017 et votre congé parental prend fin à la même date. Dès le 1er janvier 2018, vous aurez à vous inscrire comme demandeur demploi auprès de pôle emploi et le calcul de votre indemnisation chômage s’établira sur la base de vos droits ouverts avant votre arrêt pour congé parental.
      Pour estimer le montant de votre indemnisation chômage, nous vous invitons à cliquer ICI.

  29. Val dit :

    Bonjour,
    Debut juillet mon organisme payeur m’envoie un recommandé pour non renouvellement de mon 5 eme cdd aesh pour insuffisance professionnelle. J’adresse recommandé auprès Inspection Accademique pour recevoir mes evaluations afin de connaître griefs et me défendre. Pas de nouvelle … je retrouve du travail pendant l’été puis je reçois un nouveau contrat fin août pour rentrer 2017. Je tél en précisant le non renouvellement et la cause et donc ne signe pas le cdd. Viens de recevoir un recommandé le 13/09/2917 avec enfin les Evaluations inspection toujours ok pour me reprendre en remplacements mais plus en Cdd car non signé. Bref, je perds mon ancienneté pour une cdisation au bout de 6 ans et pense que les 2 organismes sont responsable de cette situation.
    Embaucher comme monitrice éducatrice avec mon nouvel employeur je dois donner une réponse en recommande à l’inspection.
    J’hesite a poursuivre au vue de la précarité et du peu de revenus bien que des remplacements pourraient être complémentaires à mon nouvel emploi.
    1) Vais-je être licenciée pour insuffisance professionnelle ? car je ne suis pas demisionnaire. L’administration cherche t-elle a m’amener à l’être ?
    2) quels sont mes droits dans une procédure de licenciement pour insuffisance professionnelle ? A R E Indemnites réduites de moitiee dans ce cadre ?
    Je vous remercie de me donner le maximum d’elements au vu d’un entretien prealable.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  Vais-je être licenciée pour insuffisance professionnelle ? » et suivante « L’administration cherche t-elle a m’amener à l’être ? »
      Non. L’administration a tout simplement fait une double « bourde » vous concernant.
      Explication
      Début juillet,elle vous a informé de sa volonté de ne pas vous renouveler en CDD AESH.
      1- la décision de ne pas renouveler le contrat a été fondée sur l’appréciation portée par votre employeur sur une insuffisance professionnelle. Or, ce motif n’est pas – sauf à revêtir le caractère d’une mesure disciplinaire – au nombre des mesures qui peuvent légalement intervenir sans que l’intéressé ait été mis à même de prendre connaissance de son dossier, ni au nombre de celles qui doivent être motivées (CE, 23 février 2009 « Moutterlos», n°304995).
      L »administration s’est rendu compte de sa 1ère bourde, après vérification et envoi de votre dossier d’évaluation professionnelle. Vous êtes en mesure de la poursuivre devant un tribunal administratif dédommagement en réparation de droits lésés.
      2-De cette décision de non renouvellement de CDD, il découle que vous ne pouviez recevoir une proposition de renouvellement de CDD AESH a la fin de votre CDD AESH fin août et en la recevant, par votre refus justifié de ne pas l’accepter ou de n’y pas répondre, elle ne peut vous considérer comme démissionnaire. Vos droits à indemnisation assedic sont conservés.
      L »administration a commis sa 2ème bourde. Elle tente de la rattraper en vous proposant un CDD AESH en remplacement auquel vous n’êtes nullement de répondre puisque vous êtes considérée en pratique comme ne faisant plus partie du personnel éducation nationale depuis le 1er septembre 2017.

      En réponse à votre interrogation, « quels sont mes droits dans une procédure de licenciement pour insuffisance professionnelle ? » et suivante  » A R E Indemnites réduites de moitiee dans ce cadre ? »
      Depuis le 1er septembre 2017, vous ne pouvez être considéré comme démissionnaire car de facto non renouvellement à cette date. l’engagement d’une procédure de licenciement pour insuffisance professionnelle par l’administration employeur n’a pas lieu d’être et ne pouvait avoir lieu d’être durant la période de CCD AESH en cours en l’absence d’entretien préalable entre l’employeur et l’agent avant l’engagement de cette procédure.
      Au 1er septembre 2017, votre situation se doit être considérée comme une fin de contrat durée déterminée (non renouvellement de CDD) et l’administration doit transmettre obligatoirement les documents attestation destinée aux assedic afin que vous puissiez réclamer vos droits à indemnisation ARE.

      • Val dit :

        Bonjour à vous suite à mon affaire concernant 2 bourdes de l’EN je reçois un courrier du rectorat me disant ne plus pouvoir être en CDD en 2017/2018 et le propose donc des remplacements.
        Dois-je accepter en complément d’une activité étant donné que j’ai trouve un emploi? Afin de ne pas perdre mon Anciennete de 4 ans ?
        Me mettre en formation professionnelle pour 1 an (plus3 ans exp)?
        Ou le mettre pour cette année en congé personnel tjrs pour cette
        Durée ? Comment trouver un terrain d’entente pour ne pas perdre mes
        Droit à Aciennete ? Avant une éventuelle procédure auprès tribunal administratif. Je vous remercie de vote collaboration

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Dois-je accepter en complément d’une activité étant donné que j’ai trouve un emploi? » et suivante  » Afin de ne pas perdre mon Anciennete de 4 ans ? »
          Pour y voir plus clair
          Si on se place de votre point de vue :
          Accepter un CDD AESH dit de remplacement en activité complémentaire suppose que ce CDD AESH ne remette pas en cause vos horaires de travail de votre emploi en cours
          Si on se place du point de vue du rectorat
          Accepter un CDD AESH dit de remplacement supposera qu’il deviendra votre activité principale et que votre emploi en cours se devra plier aux aménagements horaires fixées par le chef d’établissement scolaire d’affectation.

          Un CDD AESH dit de remplacement reste toujours un CDD AESH. Tant que la durée d’interruption entre 2 CDD AESH (quelque soit la durée de ces derniers) ne dépasse 4 mois, votre ancienneté est maintenue.

          En réponse à votre interrogation, «  Me mettre en formation professionnelle pour 1 an (plus3 ans exp)? » et suivante « Ou le mettre pour cette année en congé personnel tjrs pour cette Durée ? » et suivante  » Comment trouver un terrain d’entente pour ne pas perdre mes Droit à Anciennete ? »
          Vous mettre en formation professionnelle et en congé personnel vous fera perdre votre ancienneté de 4 ans en CDD AESH pour le passage en CDI AESH.
          Un terrain d’entente sera peut être trouvé avec le rectorat pour que vous conserviez votre emploi en cours si vous acceptez un CDD AESH dit de remplacement mais avec un chef d’établissement scolaire d’affectation, ce terrain d’entente trouvé n’aura aucune valeur.
          Par ailleurs, nous vous ferons remarquer que si l’administration vous propose un CDD AESH dit de remplacement c’est pour s’éviter que, devant un tribunal administratif que vous aurez saisi, elle soit condamnée justement pour ne pas avoir user de tous les moyens légaux à sa disposition pour rattraper sa bourde initiale.

        • Val dit :

          Bonjour je reprends contact concernant mon ancienneté de 4 ans. Non demissionnaire et demandant un conge sans solde d’un an au vu des evenements et acceptant des remplacements du rectorat alors que je depend de l’academie qui elle a fait les bourdes. La réponse : solde de tout compte non renvoyé adresse par lycée payeur. Le manque de reconnaissance m’invite a ecrire au médiateurde la république afin que mon dossier avance sinon je compte saisir le tribunal administratif dans le cadre d’un contentieux pour vice de forme dans la procédure de fin de contrat pour insuffisance professionnelle non justifiée ainsi que dommage et intérêts pour défaut de formation. Quand pensez-vous ? Sachant que des aesh ont déjà gagne leur proces dans de telle circonstance. Pour la part je suis depitee mon emploi dans le privé à mi temps me sauve la mise sinon je pointerais au chomage à 53 ans. L’EN est la pire institution qui soit à tout les niveaux.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » Quand pensez-vous ? »
          cela tient la route pour une démarche auprès du tribunal administratif.

  30. didiervi dit :

    Bonjour,
    Didier du Lot (46)
    Suite au non renouvellement de mon contrat du fait de l’Education Nationale (voir ma lettre ouverte au DASEN en dessous), je suis moi aussi dans une situation compliquée.
    J’ai bien eu les documents Pôle emploi pour ma période d’AESH co 2015 – 2017 (après les avoir réclamé et l’intervention du SGEN CFDT).
    Mais pour la période 2013 – 2015, je n’ai rien. Je suis passé d’AESH ind à AESH co le jour de la rentrée 2015, donc il n’a pas été fait de fin de contrat. Et là, j’ai beau écrire au service, aucune réaction, même pas une réponse, c’est tout simplement inadmissible :(((……
    Non seulement, on me met dehors sans explication, maisen plus, on obtient pas les documents que l’on nous doit. Je vais pas tarder de monter faire un sitting dans les bureaux…………..

  31. didiervi dit :

    Lettre ouverte au DASEN du Lot
    Copie au SGEN CFDT du Lot

    Monsieur le DASEN du Lot,

    Je me permet de vous écrire, dans l’espoir que vous apportiez une réponse à la question qui m’a travaillé durant tout cet été.

    Je suis Didier Virlogeux.
    J’ai été AVS individuel (contrat CUI) du 01/09/2011 au 30/06/2013 à l’école primaire de Castelfranc
    J’ai été AESH individuel du 01/09/2013 au 31/08/2015 toujours à l’école primaire de Castelfranc
    J’ai été AESH collectif du 01/09/2015 au 31/08/2017 à l’ULIS de l’école primaire de Prayssac.

    Le 01/07/2017, j’ai reçu une lettre m’annonçant le non renouvellement de mon contrat AESH, sans aucune explication.
    J’ai envoyé un mail à mon employeur, le collège O de Magny, pour connaitre la raison de ce non renouvellement. Je n’ai jamais eu de réponse.
    Certe, la législation, pour un non renouvellement de CDD, n’oblige nullement à donner un motif.
    Mais je trouve personnellement, qu’après 6 ans de service, on mérite un tout petit peu plus de respect. De plus, je trouve qu’il serait normal d’être informé du motif, afin que l’on puisse éventuellement se justifier, expliquer, comprendre, voir lever un malentendu.
    Ce non renouvellement n’est pas un manque de poste, de budget, puisque d’après ce que je sais, j’ai été remplacé sur cette affectation.
    Je me retrouve donc sans emploi, à 56 ans, dans un marché du travail de plus en plus complexe… et privé d’un emploi où je me sentais bien, ou le temps partiel n’était pas pour moi un poids, ce qui l’est hélas pour beaucoup d’AESH, mais c’est un tout autre
    sujet.
    Je ne demande nullement une faveur, un nouveau contrat, mais une explication, un peu de respect envers une catégorie de personnel primordial pour le grand projet de l’inclusion.
    Je vous demande de réfléchir à mettre en place un protocole, en cas de non renouvellement de CDD AESH, afin que celui-ci soit informé de la motivation de ce non renouvellement et puisse éventuellement demander un rendez-vous pour contester cette mesure. Mais comment se défendre quand on ne connait pas la raison. Je pense sincèrement que les AESH méritent un peu plus de respect par les services de l’Education Nationale.
    Cette demande est pour moi, certe, mais aussi pour les autres AESH qui pourraient se retrouver dans ma situation, et qui ne méritent certainement pas cette méthode, certe légale, mais irrespectueuse à mes yeux.
    J’ai l’espoir, à travers ce courrier, d’obtenir enfin une explication.

    Veuillez croire, Monsieur le DASEN du Lot, en ma meilleure considération.
    Didier Virlogeux

  32. Péra dit :

    Bonjour, Sophie dans le 01. J’aimerais démissionner car j’ai trouvé un CDI dans le privé. Dois-je effectuer mon préavis ou puis je demander de ne pas le faire ? Je sais que si on présente une démission pour un CDI, on n’est pas obligé d’effectuer son préavis, mais avec les contrats de droit public, je ne sais pas…Si toutefois je ne peux pas négocier, je pense « abandonner » mon poste. En effet, je ne vais pas risquer de perdre un CDI et un poste qui me convient….Quelles conséquences pourrait-il en découler ?
    Merci pour votre aide,
    Sophie

  33. Babou dit :

    Bonjour,

    L’an passé, j’occupais un poste d’AESH et on m’a demandé si je voulais un renouvellement, ce que j’ai accepté.
    J’ai reçu mon affectation le 31 Août, de 15h seulement (dans mon ancien établissement) sur les 27h stipulées sur le contrat que j’ai reçu cette semaine. (ils sont en train de chercher les 12h manquantes)
    J’ai commencé mes heures avec les élèves en me basant sur cette amplitude horaire (15h).
    Je n’ai pas encore signé le contrat, et je viens d’apprendre que j’aurai de plus lourde charges financières cette année, et je ne souhaite plus faire ce métier.
    Suis-je en tort si je ne signe pas mon contrat et que je ne reviens pas dans l’établissement (en avertissant dès demain la DSDEN et l’établissement) pour me consacrer à la recherche d’un nouvel emploi ?

    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Suis-je en tort si je ne signe pas mon contrat et que je ne reviens pas dans l’établissement (en avertissant dès demain la DSDEN et l’établissement) pour me consacrer à la recherche d’un nouvel emploi ? »
      Du fait que vous acceptez l’affectation dans l’établissement scolaire et acté par un prise de poste effective, l’administration considère que vous avez accepté le renouvellement de contrat AESH.
      Même si la formalisation dudit contrat n’est pas régularisée par votre signature, le fait de ne pas revenir en poste d’affectation pour effectuer votre service sera considéré par l’administration dans un premier temps comme une absence et vous disposerez d’un démai de 24 pour vous en justifier. En l’absence de justification de votre part, et si votre absence se prolonge sans réponse votre part, elle sera considérée comme un abandon de poste. (pour en savoir sur abandon de poste dans la fonction publique, Cliquer ICI)

  34. Biba dit :

    Lyon 69 .avs contrat cui cea
    Bonjour, j’ai pris un congé parental de 2mois juste apres mon congé maternité jusqu au 17/07/2017 après les vacances, la rentrée raproche, je me retrouve en difficulté (problème de garde. . …)j ai envoyé une deuxième demande de congé parental d education jusqu à la fin de mon contrat 31/12/2017. Si le congé ne sera pas accepter que doi je faire. .et es ce que je peux toucher le chômage juste sur mon premier contra ? ?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Si le congé ne sera pas accepter que doi je faire ? » et suivante « es ce que je peux toucher le chômage juste sur mon premier contrat ?
      Si votre employeur ne vous accorde pas une nouvelle période de congé parental, vous serez tenu de reprendre votre poste AVS en affectation désigné.
      L’ancienneté d’emploi acquise au titre du CUi-CAE compte pour le calcul de vos droits à indemnisation assedic.

  35. charlotte dit :

    Bonjour, j’ai fait part au SAE (44) de mon souhait de na pas renouveler mon CDD AESH fin juillet (un courrier m’a été réclamé). Est-il normal que figure la mention « rupture anticipée d’un cdd à l’initiative de l’employé » sur l’attestation destinée à pôle emploi? Ai-je raison de penser que je n’aurai pas de droits ARE ?
    Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Est-il normal que figure la mention « rupture anticipée d’un cdd à l’initiative de l’employé » sur l’attestation destinée à pôle emploi? » et suivante  » Ai-je raison de penser que je n’aurai pas de droits ARE ? »
      l’administration estime normal que votre souhait de ne pas renouveler votre CDD est à considérer comme une démission à votre propre initiative.
      L’UNEAVS ne considère pas cela normal. Il devrait être noter fin de CDD sur l’attestation destinée à pôle emploi. Cette dernière appréciant en dernier ressort la mention de votre employeur ouvrant la voie soit à une indemnisation ARE immédiat soit à un report d’indemnisation ARE après une période de 121 jours.

  36. Val dit :

    Bonjour,
    Pouvez-vous m’expliquer le calcul de l’anciennete après 2 ans C U I ? Ce contrat compte t-il pour la retraite ? et 4 ans AESH C D D droit public dans le cadre d’un licenciement pour insuffissance professionnelle ? Je crois savoir que les indemnitees seraient divisées par 2. Le droit a l’information du dossier de l’agent, je demande donc par recommandees mes évaluations depuis 2 mois , des 6 annees pour me defendre et connaitre avec precisions les griefs, toujours rien …quels recours ?Je ne compte pas venir à l’entretien préalable car trouver nouveau travail mieux reconnu et remunere. La fin de contrat 31 AOÛT 2017 et toujours pas de dossier : solde de tout compte, attestation employeur pour ASSEDIC etc…Quels sont les reclassements proposés par E N dans le cadre d’un tel licenciement? De plus pouvez-vous faire disparaître mon Nom Audic, je vous remercie bonne journee

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous m’expliquer le calcul de l’anciennete après 2 ans C U I ? » et suivante  » Ce contrat compte t-il pour la retraite ? »
      L’ancienneté s’entend comme la durée au cours de laquelle l’agent est au service de l’employeur. La durée des congés énumérés ci-dessous est prise en compte dans le calcul de l’ancienneté au même titre que les périodes d’exercice effectif des fonctions :
      congé annuel ;
      congé pour formation syndicale, congé pour formation de cadres et d’animateurs pour la jeunesse, congé pour formation professionnelle, congé de représentation ;
      congé de maladie « ordinaire » rémunéré ;
      congé de grave maladie ;
      congé pour accident du travail ou maladie professionnelle ;
      congé de maternité, de paternité, d’accueil de l’enfant ou d’adoption rémunéré ;
      congé de solidarité familiale ;
      congé de présence parentale ;
      congé pour raison de famille ;
      congé pour obligations du service national actif
      Le contrat CUi-CAE est un CDD et toute ancienneté acquise au titre de CDD compte pour la retraite.

      En réponse à votre interrogation,« et 4 ans AESH C D D droit public dans le cadre d’un licenciement pour insuffissance professionnelle ? »
      C’est le même principe que précédent pour le calcul de l’ancienneté pour la retraite.
      En revanche, pour les indemnités consécutives à un licenciement alors que vous étiez sous CDD AESH, le calcul de l’indemnité s’effectuera sur l’ancienneté acquise au titre du CDD AESH et non cumulé CUI-CAE + CDD AESH.

      En réponse à votre interrogation, « quels recours ?Je ne compte pas venir à l’entretien préalable »
      Le licenciement ne peut intervenir qu’à l’issue d’un entretien préalable. Cet entretien permet à l’administration de faire connaître suffisamment tôt les arguments sur lesquels elle fonde la procédure de licenciement, et à l’intéressé la possibilité de faire part de ses réactions et de ses observations préalables à l’engagement d’une telle procédure.
      Donc si vous n’envisagez pas de venir à l’entretien préalable, vous donnez une justification en or pour l’administration pour un licenciement pour motif disciplinaire avec pour conséquence que les indemnités de licenciement ne vous soient pas versées.

      En réponse à votre interrogation,  » Quels sont les reclassements proposés par E N dans le cadre d’un tel licenciement? »
      Quelque soit la forme du licenciement envisagée par l’administration, si elle est effective, vous ne serez plus sous contrat AESH et l’éducation nationale ne sera nullement tenue de vous reclasser sur un autre emploi.
      Il nous semble que vous êtes « perdu » dans cette affaire avec l’administration, aussi, nous vous invitons vivement à prendre contact avec une organisation syndicale locale pour un soutien et une aide dans le cas présent.

  37. Aesh57 dit :

    Bonjour, je suis aesh dans le 57 ,mon contrat aesh viens d’être renouvelé et je viens de savoir quel l’élève j’allais accompagner …… hors je suis enceinte ,en début de grossesse seulement et mon médecin me conseille de m’arrêter pour ne pas prendre de risque ( grossesse à risque) car ce poste n’est pas compatible .
    Es-ce un motif de licenciement ?
    Merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,« Est-ce un motif de licenciement ? »
      Non, en principe.
      Toutefois, l’administration ne pouvant pas vous proposer un emploi adapté autre, si vous souhiatez conservé votre emploi AESH, Iil sera nécessaire que vous prévoyez de vous mettre en congé maladie jusqu’à ce que vos droits à congé maternité puisse se mettre en
      A noter qu’avant votre prise de congé pré-natal, un congé supplémentaire lié à un état pathologique résultant de la grossesse peut être accordé sur certificat médical ; il est de 2 semaines maximum.

      • schneider dit :

        Bonsoir,

        J’ai été recrutée comme AESH auprès d’une personne en situation de handicap en date du 14 septembre 2015. Il m’a été notifié le 7 juin la décision de ne pas renouveler mon contrat. Jé n’ai eu aucun entretien, et toutes mes demandes sont restées lettre morte. Mon contrat est fini depuis le 31 aout. Je souhaiterais connaitre le délai dans lequel l’IA 13 doit m’envoyer les documents nécessaires à mon inscription à pôle emploi. A noter qu’à ce jour je n’ai toujours pas mes fiches de paie de mai, jin, juillet et aout
        Merci pour votre aide
        cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « connaitre le délai dans lequel l’IA 13 doit m’envoyer les documents nécessaires à mon inscription à pôle emploi ? »
          Tous les documents nécessaires à votre inscription à pôle emploi doivent vous être transmis par votre ex-employeur sans délai dès expiration de votre contrat de travail, soit le 31 août.

        • fcmschneider dit :

          Bonsoir

          Tout d’abord merci pour votre réponse des plus rapides.
          Quelles démarches puis je entreprendre, étant donné qu’à l’heure actuelle je suis sans nouvelle de l’IA?
          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Quelles démarches puis je entreprendre, étant donné qu’à l’heure actuelle je suis sans nouvelle de l’IA? »
          1-envoyer un courrier avec A/R rappellant l’obligation à la DSDEN de transmettre les documents nécessaires à votre inscription pôle emploi dans les plus brefs délais
          2- Faire les enquiquineurs en les appelant tous les jours (du matin au soir) à ce sujet.

        • fcmschneider dit :

          Bonjour

          Jai une réponse de la DSDEN13 quant aux documents qu’ils doivent me fournir stipulant que je n’aurais que Le certificat de travail que fin septembre au mieux.
          Je ne sais plus vraiment que faire
          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Pffffff….c’est galère, là vraiment.

        • fcmschneider dit :

          Bonjour

          Est ce que ça veut dire que je ne peux rien faire?
          Merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Est ce que ça veut dire que je ne peux rien faire? »
          Non. Il faut continuer à exercer la pression sans pitié par téléphone, mails, courriers sur la DSDEN pour recevoir ces fameux documents.

        • fcmschneider dit :

          Bonjour,

          Après avoir contacté une assistance juridique et un syndicat. Je vais finalement avoir les attestations de fin de contrat cette semaine et non plus dans un mois. En revanche ils m’informent que je n’aurais pas de solde de tout compte.
          Est ce normal ?
          Bien cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » ils m’informent que je n’aurais pas de solde de tout compte.Est ce normal ? »
          L’administration n’est pas tenu de délivrer un solde de tout compte.

  38. Mal51 dit :

    Bonjour mon amie eu un contrat cdd de 6 mois en tant qu’ AESH (fin le 7/7/2017) . Après avoir fait une demande d ARE auprès de Pôle emploi il a eu une notification de refus avec l invitation de voir avec l employeur (l académie ) chargé de l indemniser. Les services étant fermés pour congé. Hier il a eu une personne au rectorat qui lui a dit que ce n est pas à eu mais a pôle emploi de verser l indemnisation.
    Ca tourne en rond et aucune rentrée financière. .Très dur
    QUI EST CHARGÉ DE VERSER L INDEMNITÉ CHÔMAGE????

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « QUI EST CHARGÉ DE VERSER L INDEMNITÉ CHÔMAGE???? »
      Votre collègue se doit être persévérante. Il appartient au service académique du rectorat en charge de l’indemnisation chômage de la prendre en charge. Il faut donc qu’elle contacte ce service.

  39. Bzh13 dit :

    Bonsoir,
    J’ai une amie qui a commencé un contrat AESH 5 ans renouvelable en septembre 2016. Fin décembre 2016 elle à été hospitalisée d’urgence, elle a frôlée la mort et n’est sortie que plusieurs mois plus tard ( en ) car très affaiblie et bcp de mal à la stabiliser.
    Peu avant la fin de son contrat ( 3 semaines) son employeur lui signifier le non renouvellement de son contrat. Lors de l’entretien elle a réussi à lui faire avouer que c’était pour son hospitalisation. En lisant votre article j’ai vu que l’employeur devait clairement spécifier les délais et voies de recours; ce qui n’a pas été fait. Elle a écrit à l’Education National sans succès.
    Qu’elle recours à-t-elle? Le tribunal administratif comme précisé plus haut?
    Je tiens à préciser qu’elle à de bons états de services dans cette école et une bonne expérience puisqu’au auparavant elle travaillait dans le service à la personne.
    Merci d’éclairer ma lanterne.
    Ah le département Bouche du Rhône!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’elle recours à-t-elle? » et suivante  » Le tribunal administratif comme précisé plus haut? »
      Tout d’abord, toute notre sympathie à votre collègue qui, dans des circonstances de vie difficile aurait du s’attirer de la part de son employeur plus de considération et de respect. Nous ne pouvons pas dire que, dans ce cas présent, nous ressentirions de la considération humaine et professionnelle à l’égard d’un tel employeur de l’éducation nationale qui place les nécessités de service par dessus des nécessités humaines d’exercice de soutien et de bienveillance en pertinence.
      Oui, le seul recours qu’elle dispose est le tribunal administratif qui pourra décider si le délai de non prévenance non respecté est avéré et si la décision de non renouvellement est injustifiée de lui accorder ces indemnités réparatrices. Il serait pertinent que votre collègue AESH contacte une organisation syndicale pour une aide et un soutien à une démarche en rétablissement conformes de ses droits.

  40. Audic dit :

    56 /
    qu’elle procedure et droit pour se defendre lors d’un licenciement pour insuffisance professionnelle cdd trois quart temps aesh droit prive de 3ans ? Droit allocation chômage ? Indemnites licenciement ? Prime precarite ?
    Courrier recommandé éducation nationale reçu cependant demandé mes evaluations pour me défendre pas nouvelle faut il faire appel au syndicat

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Pour vous répondre, nous devons disposer de plus de précisions sur la nature et type de vos contrat de travail avec date de début et fin.
      merci

      • Audic dit :

        De 2010 a 2012 cui puis cdd reconductible AOÛT 2017 emploi précaire éducation
        nationale ancien AVS Auxiliaire vie scolaire maintenant AESH aide aux enfants en situation de handicap cdd sur 6 ans voir 7 pour CDIsation ensuite contrat 24 h pour 733 E mensuel

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          merci pour vos précisions
          En réponse à votre commentaire initial, « qu’elle procedure et droit pour se defendre lors d’un licenciement pour insuffisance professionnelle cdd trois quart temps aesh droit prive de 3ans ? » et suivant  » Droit allocation chômage ? » et suivant  » Indemnites licenciement ? » et suivant  » Prime precarite ? » et suivant « Courrier recommandé éducation nationale reçu cependant demandé mes evaluations pour me défendre pas nouvelle faut il faire appel au syndicat ? »
          En principe, avant de prononcer votre licenciement pour insuffisance professionnelle, du fait que vous êtes AESH en CDD (Droit publique), la Commmission paritaire consultative des non contractuels au niveau académique a du être consulter pour avis. (pour en savoir plus sur la CCP ANT, cliquer ICI)
          Si ce n’est pas le cas, il existe un vice de procédure dans votre licenciement.
          Par ailleurs, une procédure de licenciement ne peut intervenir qu’à l’issue d’un entretien préalable. Cet entretien permet à l’administration de faire connaître suffisamment tôt les arguments sur lesquels elle fonde la procédure de licenciement, et à vous la possibilité de faire part de vos réactions et de vos observations préalables à l’engagement d’une telle procédure.
          La convocation doit mentionner :
          l’objet de l’entretien : la ou les mesures envisagées à l’encontre de l’agent AESH doivent être mentionnées.
          la date, l’heure et le lieu de l’entretien doivent être précisés : un délai minimum de 5 jours ouvrables doit être respecté entre la réception de la lettre de convocation et l’entretien afin permettre à l’agent AESH de préparer cet entretien et éventuellement de se faire assister.
          le fait que l’agent AESH puisse se faire accompagner par la ou les personnes de son choix.
          Au cours de l’entretien préalable, l’administration indique à l’agent AESH les motifs du licenciement et le cas échéant le délai pendant lequel l’agent doit présenter sa demande écrite de reclassement ainsi que les conditions dans lesquelles les offres de reclassement sont présentées.
          Pour en savoir plus, cliquer ICI
          Si cet entretien préalable n’a pas eu lieu, alors il existe un vice de procédure sérieux.
          Si vous pensez que la procédure de licenciement n’a pas été respecté comme nous vous l’indiquons, nous vous invitons à prendre contact rapidement avec une organisation syndicale, qui après examen de votre situation, saura vous guider et vous soutenir dans une démarche en rétablissement conforme de vos droits.

        • Audic dit :

          Je ne depends pas du rectorat droit public mais de l’inspection accademique qui soutraite avec un lycée payeur mon contrat est de droit privé qu’elles incidences ou même proccedure évoquée que pour contrat droit prive

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire,
          Nous avouons que nous nageons désormais en plein confusion et nous nous retrouvons plus. Un examen de visu de vos contrats de travail permettrait d’éclaircir votre situation. Aussi, nous vous invitons à contacter une organisation syndicale qui, après examen de vos contrats de travail, sera à même de vous conseiller et de vous soutenir dans une démarche en rétablissement conforme de vos droits.

  41. cha dit :

    Bonjour, AESH co en CDD (contrat DSDEN) dans le 44, j’ai coché la case « souhaite le renouvellement de mon contrat » sur la feuille envoyée par la DSDEN au mois d’avril.
    Je suis aujourd’hui pleine de doutes quant à mon envie réelle de renouveler mon contrat. En effet, je suis AESHco/ AVSco depuis 9 ans et je ne m’épanouis plus dans ce travail dans lequel je me sens limitée, bien que j’aime toujours travailler avec des jeunes en situation de handicap. J’ai très envie de tenter ma chance auprès d’établissements médico-sociaux afin d’enrichir mon expérience et de prétendre ensuite à une VAE ME ou ES. J’ai 35 ans, je vois les années défiler et me vois stagner dans cette fonction d’AESH par peur ou par confort. Je vois aussi que les passerelles entre le monde de l’éducation nationale et le monde médico-social sont encore quasi inexistantes et qu’on nous maintient dans une précarité sans réelle possibilité d’en sortir.
    J’aimerais savoir, comment je dois procéder si je décide enfin de tourner la page éducation nationale: dois-je envoyer une lettre de démission à la DSDEN 2 mois avant la fin de mon contrat le 31 août ou bien dois-je juste les avertir que je ne souhaite pas renouveler mon contrat ou encore dois-je simplement attendre le futur contrat et les informer à ce moment là de ma décision?
    Je vous remercie.
    Bien cordialement,
    C.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  dois-je envoyer une lettre de démission à la DSDEN 2 mois avant la fin de mon contrat le 31 août » et suivante  » ou bien dois-je juste les avertir que je ne souhaite pas renouveler mon contrat? « et suivante  » ou encore dois-je simplement attendre le futur contrat et les informer à ce moment là de ma décision? »
      En avril, vous avez simplement formulé un voeu de renouvellement de contrat. En revanche, votre employeur doit obligatoirement vous notifier par écrit son intention de renouvellement de contrat ou non au plus tard
      -deux mois avant le terme de l’engagement pour une durée supérieure ou égale à deux ans
      -trois mois avant le terme de l’engagement pour l’agent dont le contrat est susceptible d’être renouvelé pour une durée indéterminée.
      A réception de votre nouveau contrat ou de la notification écrite de renouvellement de contrat, vous disposez d’un délai de huit jours pour faire connaître votre acceptation ou non.
      En cas de réponse écrite de votre part dans les 8 jours, votre employeur sera pleinement informé de votre décision.
      En cas de non-réponse écrite dans ce délai, vous serez présumé renoncer à l’emploi.
      Dans les 2 cas, votre contrat actuel s’arrêtera de facto le 31 août 2017 et vous aurez à vous inscrire à pôle emploi à compter du 1er septembre.
      Bonne chance et nos encouragements pour la réussite de vos projets de vie à venir.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « suis-je obliger de m’affilier à la mgen? puis-je garder ma cmuc? « 
      Nullement. L’affiliation à la MGEN n’est pas obligatoire mais uniquement conseillée. En cas d’arrêt maladie, vous devez obligatoirement déclarer et reverser à votre employeur le montant des IJ reçues par la CPAM. L’administration peut suspendre le versement du traitement jusqu’à la transmission des informations demandées.

  42. PATINIER A dit :

    Bonjour, je suis AESH dans le 27 .
    Et j’aimerais avoir un renseignement car je suis engagée par l’inspection académique en contrat d’un an renouvelable sur 6 ans et au mois d’août je serais à la fin de mon contrat de 6 ans , alors l’inspection académique me propose un CDI mais le salaire ne me convenant pas, j’aimerais trouver autre chose mais l’inspection me dit que si je ne signe pas se CDI je n’aurais pas de droit à l’allocation chômage car d’après eux c’est une perte volontaire d’emploi .
    Es normal ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce normal ? »
      Oui du point de vue de l’administration, non de notre point de vue.
      Article 45 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat
      Lorsque l’agent non titulaire est recruté par un contrat à durée déterminée susceptible d’être renouvelé en application des dispositions législatives ou réglementaires qui lui sont applicables, l’administration lui notifie son intention de renouveler ou non l’engagement au plus tard (…)
      – trois mois avant le terme de l’engagement pour l’agent dont le contrat est susceptible d’être renouvelé pour une durée indéterminée en application des dispositions législatives ou réglementaires applicables.
      La notification de la décision doit être précédée d’un entretien lorsque le contrat est susceptible d’être reconduit pour une durée indéterminée (…)
      Lorsqu’il est proposé de renouveler le contrat, l’agent non titulaire dispose d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation. En cas de non-réponse dans ce délai, l’intéressé est présumé renoncer à l’emploi.

      Pour l’administration, tout renoncement à une proposition de renouvellement de contrat qu’elle soit explicite (acte de démission exprimé par écrit) ou implicite (absence de réponse pré-cité) est assimilé à une démission volontaire.
      Or, seules les personnes involontairement privées d’emploi peuvent prétendre aux allocations de chômage et il vous faudra attendre 4 mois pour demander un réexamen de votre situation.
      Nous partageons votre avis: pfffffff….nom de zeus….

  43. Florence PXXXXXX dit :

    Florence – 31
    Bonjour,
    Je suis en contrat AESH depuis le 13 octobre 2016 et en congé maternité depuis le 27 décembre 2016. Je ne peux pas bénéficier du congé parental car au 18 avril 2017, je n’aurai pas les 1 an d’ancienneté nécessaire pour y prétendre. La dpae4 m’a suggéré de démissionner. Que dois je faire ?
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que dois je faire ? »
      Suivre la suggestion de la DPAE si vous tenez absolument à la suite de votre congé maternité bénéficier d’un congé parental.

  44. Nathaliedu11 dit :

    Bonjour
    Je suis AES en CDI depuis septembre 2016, académie de Versailles. Ce Cdi a fait suite à mes 6 ans de CDD…Seulement voilà, je ne me sens plus en adéquation avec ce travail d’une part et d’autre part, le salaire est trop bas… Comment puis-je faire pour m’en aller au mieux de mes intérêts ? J’ai 53 ans, et donc pas facile de retrouver un emploi, d’autant plus que ma santé ne me permet pas un 35h/hebdo…Merci de vos conseils !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Comment puis-je faire pour m’en aller au mieux de mes intérêts ? « 
      Hélas,la seule réponse possible se trouve être dans la démission de votre emploi AESH en CDI. Cela se traduira après votre inscription comme demandeur d’emploi auprs de Pôle emploi, l’impossibilité de percevoir l’indemnisation assedic (ARE) pendant une période de carence de 121 jours. En fin de période carence, vos droits à indemnisation sont susceptibles d’être réexaminés.

  45. lorenzo dit :

    Bonjour Yves,
    Je suis avs a brest et je compte démissionner. Mon contrat actuel d avs est sur une période de 1 an. Avant, j étais evs et j ai fait 3 ans.
    Mais tous les contrats étaient de 1 an.
    Bref, le contrat actuel étant de 1an et se fini fin juillet, comment puis je démissionner? C est a dire combien de préavis, quels sont mes possibilités assedics (c est a dire est ce que je peux faire valoir les droits des contrats précédents, sachant que les droits du contrat en cours seront perdus).
    Bref, aide pour bien démissionner dans les regles.
    Merci Yves et a bientot

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  comment puis je démissionner? C est a dire combien de préavis, quels sont mes possibilités assedics (c est a dire est ce que je peux faire valoir les droits des contrats précédents, sachant que les droits du contrat en cours seront perdus). »
      Dans le cas présent, la solution reste insoluble. Après inscription auprès de pôle emploi, tout examen de la demande d’indemnisation en ARE s’effectue sur la base des périodes du dernier emploi occupé, et éventuellement si les périodes à ouverture de droit ne sont pas suffisantes, il est remonté aux périodes d’emploi précédent. Pour les ouvertures à droit à indemnisation ARE, il faut être considéré comme demandeur involontairement privé d’emploi,ce qui n’st pas la cas avec une démission constatée sur le dernier emploi. Toutefois,certains cas de démission sont considérés comme légitimes et permettent d’être pris en charge par Pôle emploi :il est nécessaire alors de consulter l’accord d’application n° 14 du 14 mai 2014 pour les connaître et voir s’il existe une possibilité de rentrer dans ce cadre là. Bonne chance.

  46. rouquette dit :

    Bonsoir,
    je suis aesh dans les bouches du Rhône depuis 3 ans(3 CDD ) aujourd’hui on me propose un cdi qui doit démarrer dans un mois …Si je comprend bien normalement je dois envoyer ma lettre de démission 2 mois avant mais n’y a t’il pas moyen de négocier un départ anticiper avec mon lycée employeur ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « normalement je dois envoyer ma lettre de démission 2 mois avant mais n’y a t’il pas moyen de négocier un départ anticiper avec mon lycée employeur ? »
      La négociation de votre date de départ, reste la méthode de rupture de contrat effectivement à appliquer pour conserver auprès de votre employeur éducation nationale une bonne image professionnelle de sérieux et d’honnéteté et de loyauté.
      Maintenant, il y a la méthode « dure » sans appel. Pour occuper votre emploi autre en CDI, Vous fixez par vous même le jour de votre départ en respectant ou non le délai de préavis ou non, que cela plaise ou non à votre employeur. On appelle cela: abandon de poste programmée.

  47. Tiffany dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH-i en CDI (en gironde) depuis novembre 2016 après avoir effectué 6 ans en CDD. Je suis en recherche d’un emploi à temps plein car je ne peux plus vivre avec un 20h. J’ai trouvé un travail à temps plein, qui m’intéresse et qui est un CDI seulement si j’ai bien compris, on me demande un préavis de deux mois. Je trouve cela très long. Est ce qu’il existe un recourt possible pour réduire le préavis? peut-on négocier le départ?
    Merci pour vos réponses

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Est ce qu’il existe un recours possible pour réduire le préavis? » et suivante  » peut-on négocier le départ? »
      La seule possibilité de recours pour réduire la durée d’un préavis suite à une démission volontaire demeure la négociation avec votre employeur. Notre conseil « ignoble » si vous êtes certain de votre emploi autre en CDI: si aucune négociation n’est possible avec votre employeur pour raccourcir votre préavis dû, tranchez dans le vif, faites la durée de préavis qui vous convient sans l’en avertir. Votre employeur ne pourra que constater un abandon de poste en période de préavis légal (il fera « oh! la vilaine). Il vous priera par courrier de reprendre votre poste jusqu’à la date prévue mais vous n’êtes pas tenue de lire et subir son courrier réprobateur. La poubelle fera l’affaire.

  48. nina dit :

    bonjour

    ex aesh ( contrat de droit public) du 91 Académie de Versailles

    j’ai été licenciée le 15 novembre 2016 pour abandon de poste;
    Le 25 novembre 2016, ne voyant toujours pas l’ombre des papiers légaux de fin de contrat(attestation Pole emploi , certificat employeur)
    J’appelle le collège employeur qui me réponds que j ‘aurais mes papiers en « tant et en heure »sans m’indiquer de délais…Je les rappelle en insistant sur le fait que je suis en droit de demander ces documents, ils me répondent finalement que c’est le lycée payeur mutualisateur qui rédige cette attestation ASSEDIC;
    J’appelle donc ce lyçée à Corbeil dans le 91, la dame du service me réponds qu’elle ne m’enverra aucun document et qu’elle bloquera mon dossier au motif que j’ai reçu un trop perçu de salaire en septembre 2016 ( 455 euros);que je n’ai pas encore régler

    j’ai envoyé une lettre recommande pour demander ces papiers( attestation Pole emploi) le 28/11/2016 mais au 10 décembre je n’ai toujours rien reçu;
    je me retrouve sans aucun moyen de justifier de ma situation

    j’aurais donc 2 questions.

    Sont t il en droit de ne pas me remettre mon attestation,?

    Est ce le rectorat qui par la suite étudiera ma demande de chomage?

    je vous remercie d’avance de vos réponses;

    cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Sont-ils en droit de ne pas me remettre mon attestation,? » et suivante « Est ce le rectorat qui par la suite étudiera ma demande de chomage? »
      Votre employeur (le lycée mutualisateur) est tenu de mettre à votre disposition et de vous remetre les papiers légaux de fin de contrat mais comme il n’est pas tenu légalement de vous les transmettre par voie postale, cela reste souvent une manière de rétention désagréable, révélatrice d’un rapport conflictuel non résolu entre employeur et salarié.
      Un moyen de récupération reste de de se présenter au lycée employeur et d’exiger la mise à disposition de ces documents. L’employeur ne peut s’y opposer sauf à vouloir se placer en infraction au regard de la loi.

      S’agissant votre demande en indemnisation chômage, après votre inscription comme demandeur d’emploi au pôle emploi, cette dernière examine votre demande en indemnisation chômage, fixe par avis (lettre d’avis) si votre demande se doit faire l’objet d’une prise en charge par les Assedics ou par le service chômage du rectorat. Selon l’avis de Pôle emploi, le service chômage du rectorat est tenu ou non de prendre en compte votre dossier d’indemnisation chômage.

  49. JU dit :

    Bonjour,

    Je suis entrain de faire ma 4 ème année en tant qu’AESH Co et 5 ème en tant qu’AESH. Je suis actuellement en formation pour changer de métier. Cette année est compliquée d’un point de vue de l’entente entre l’enseignante et moi-même, ce qui pourrait précipiter mon départ.

    Mes questions sont donc les suivantes, si je décide de finir cette année scolaire (31 aout 2017), Je devrai envoyer une lettre stipulant ma démission courant juin 17 à mon collège employeur? Mon collège qui me rémunère ou la DSDEN? Je devrai le faire 2 mois avant c’est cela, avec lettre recommandée? Y aura t’ill écrit, démission sur ma feuille jaune que me demandera le pole emploi ou fin de CDD? Car sil y a écrit démission, je n’aurai droit à aucune aide pour la création d’entreprise et devrait retravailler 450 heures pour réouvrir mes droits.

    Maintenant, si cela n’était pas tenable et que je veuille arrêter pour ma santé mentale, dois je démissionner? 2 mois de préavis c’est cela? Est il possible de s’arranger avec la fonction publique afin de ne pas avoir à refaire 450h et bénéficier de l’aide pour ma création d’entreprise?

    Merci pour vos réponses.

    PS: Y a tel moyen d’appeler quelqu’un?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » envoyer une lettre stipulant ma démission courant juin 17 à mon collège employeur? » et suiavnte  » Mon collège qui me rémunère ou la DSDEN? » et suivante « Je devrai le faire 2 mois avant c’est cela, avec lettre recommandée? »
      vous devez transmettre votre intention de démissionner par lettre (A/R) à votre collège employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail AESH) en respectant un préavis de 2 mois (fin juin, vous concernant)

      En réponse à votre interrogation, « Y aura t’ill écrit, démission sur ma feuille jaune que me demandera le pole emploi ou fin de CDD? «  comme motif fin d’engagement, il sera indiqué démission de votre fait et, après votre inscription au Pôle emeploi votre demande de prise en compte d’indemnisation en ARE auprès du service chômage de l’académie sera compromise durant un,e période de 121 jours, à minima.

      En réponse à votre interrogation,  » si cela n’était pas tenable et que je veuille arrêter pour ma santé mentale, dois je démissionner? » Si ce n’est pas tenable pour votre santé mentale, autant se mettre d’abord en arrêt maladie et puis ensuite, réfléchir calmement avant de prendre la décision de démissionner

      En réponse à votre interrogation,  » Est il possible de s’arranger avec la fonction publique afin de ne pas avoir à refaire 450h et bénéficier de l’aide pour ma création d’entreprise? »
      Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat  
      Article 23 En savoir plus sur cet article…
      Modifié par Décret n°2014-364 du 21 mars 2014 – art. 18
      L’agent non titulaire peut solliciter dans la mesure permise par le service un congé sans rémunération pour la création d’une entreprise s’il se propose de créer ou de reprendre une entreprise au sens de l’article L. 351-24 du code du travail. La durée de ce congé est d’un an renouvelable une fois.
      La demande de congé indiquant la date de début et la durée de celui-ci ainsi que la nature de l’activité de l’entreprise qu’il est prévu de créer ou de reprendre doit être adressée à l’administration au moins deux mois avant le début du congé par lettre recommandée avec accusé de réception.

      Nous partageons votre avis: Nom de Zeus !, c’est peut être la solution qu’il me faut.

      • JU dit :

        74
        Bonjour,

        Merci pour vos réponses, qui me font avancer une petit peu, sachant que j’ai aussi cheminé depuis. Je ne savais pas qu’il était possible de prendre un congé. Néanmoins, croyez vous que je pourrai bénéficier de l’aide du Pôle emploi pour la création d’entreprise qui s’appelle « CAPITAL » à la suite de ce début de congé, sachant que le pole emploi m’a dit qu’il fallait cette fameuse feuille jaune récapitulative de mon activité passée?

        J’en reviens à la démission, puis je l’adresser plus de 2 mois avant si je suis sûre de ma décision, en donnant une date très précise. Est ce que l’Education Nationale acceptera ma date de fin d’activité sans contester? OU est ce qu’elle va voir à quelle date arrive ma lettre et ajouter deux mois à cela et mettre cette date comme fin de démission?

        Vu que nous sommes annualisées, si j’arrête en cours de contrat (1er septembre au 31 aout), est-ce que je toucherai une somme en plus à la fin de mon contrat vu que j’aurai eu plus de semaines travaillées que de semaines de congé????Si par exemple j’arrête à la fin de la période 3, après les vacances de février, est il possible de toucher quelque chose en plus?

        Ma dernière question était en fait, est ce possible de vous avoir au téléphone? J’avoue que la question portait à confusion :-).

        Merci.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « croyez vous que je pourrai bénéficier de l’aide du Pôle emploi pour la création d’entreprise qui s’appelle « CAPITAL » à la suite de ce début de congé, sachant que le pole emploi m’a dit qu’il fallait cette fameuse feuille jaune récapitulative de mon activité passée? »
          Nous sommes dans l’ignorance totale malgré les recherches documentaires effectues sur le sujet.

          En réponse à votre interrogation, » Est ce que l’Education Nationale acceptera ma date de fin d’activité sans contester? » et suivante « OU est ce qu’elle va voir à quelle date arrive ma lettre et ajouter deux mois à cela et mettre cette date comme fin de démission? »
          Votre démission prendra effet à date annoncée par vos soins dans votre courrier. Votre employeur ne peut la remettre en cause et elle est irréversible.

          En réponse à votre interrogation, « est-ce que je toucherai une somme en plus à la fin de mon contrat vu que j’aurai eu plus de semaines travaillées que de semaines de congé? »
          Non. Vous serez rémunéré normalement jusqu’à date de fin de contrat constatée, suite à votre démission dûment actée.

          En réponse à votre interrogation, « est ce possible de vous avoir au téléphone? « 
          Ce n’est pas possible compte tenu que les membres du site de l’UNEAV se veulent préserver leur domaine privé et/ou familial.

  50. BERTHON dit :

    Bonjour, je suis avs en école primaire à 20 h hebdo et cdisée. je suis 2 enfants dans la m^me classe. J’ai 5 heures de reliquat. On me demanderait d’utiliser ces heures de reliquat pour un nouvel enfant. Que se passerait-il si je refuse ?
    Merci d’avance,
    Bonne journée,
    Cricri

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que se passerait-il si je refuse ? »
      1-Si l’élève bénéficie d’une notification MDPH pour un accompagnement par AESH, vous êtes tenu d’accepter la mission d’accompagnement demandée par votre employeur. En cas de refus, il s’agira d’une faute professionnelle (refus de mission) et votre licenciement peut être envisagé.

      2-s’il s’agit d’un élève non notifié MDPH pour un accompagnement par AESH, la chance de l’élève en difficulté de pouvoir disposer d’un soutien bienvenu partirait en fumée et il s’enfoncera probablement un peu plus vers l’échec scolaire mais vous ne pouvez pas en être rendu responsable
      Ensuite, vos collègues de travail ne peuvent vous contraindre à accepter cet accompagnement ponctuel mais face à votre refus, n’espérez pas une bonne entente cordiale future
      Pour terminer, averti incidemment de votre refus, votre employeur IA ASH ne saurait rien vous reprocher mais n’espérez pas non plus une bonne entente cordiale future.

  51. VAL dit :

    Bonsoir
    on me propose un contrat aesh cdd de droit public jusqu’au 31/08/2017. (renouvelable tous les ans pendant 6 ans)
    Si au terme de ce contrat, je ne souhaite pas renouveler mon contrat (motif : je sais d’ores et déjà que je vais déménager à +de 55 km en début d’année 2018 en cours d’année scolaire ).
    l’IA me dit que l’on peut changer d’affectation : en pleine année scolaire , j’au un gros doute….).
    Suis je considérer comme « démissionaire » ou est ce que c’est considéré comme une fin de CDD ? (‘à l’heure actuelle, j’ai des droits à l’ARE qui découlent d’un contrat AVS en CUI : pourrais- je en bénéficier à la fin de ce contrat au 31/08/2017)
    merci de m’éclairer car je trouve différents avis à ce sujet
    département (33)

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Suis je considérer comme « démissionaire » ou est ce que c’est considéré comme une fin de CDD ? »
      La procédure de Fin ou renouvellement de contrat auquel vous n’échappez pas
      Etant en CDD AESH, l’administration se devra vous notifier son intention de renouveler ou non l’engagement au plus tard
      – un mois avant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
      – deux mois avant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans ;
      Lorsqu’il est proposé de renouveler le contrat, vous disposerez d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, votre acceptation. En cas de non-réponse dans ce délai, vous est présumé renoncer à l’emploi.

      pour prétendre à une indemnisation chômage suite à un CDD AESH et après inscription au pôle emploi
      1-indemnisation chômage possible si l’administration met fin au CDD avec non proposition de renouvellement ou si les motifs écrits pour un non-renouvellement de contrat fournis par vos soins sont acceptés par l’administration
      2- indemnisation chômage problématique car l’administration considéra en démission volontaire ou par votre non réponse dans les délais à la proposition de renouvellement ou par rejet des motifs fournis par vos soins pour un non-renouvellement de contrat.

      Du fait de votre déménagement prévisible en un lieu manifestement éloigné de votre lieu de travail actuel, l’IA peut parfaitement prendre en compte une demande d’affectation en un lieu de travail plus proche de votre nouveau domicile, pour peu que vous résidez dans le même département.

  52. mumlou dit :

    Bonjour
    Aesh du 59, je suis en attente de mon renouvellement a ce jour non reçu (donc non signé ! Fin du precedent contrat au 31/08 dernier).

    Ma premiere question est la suivante : Mon proviseur a t il le droit d exiger que je travaille sans contrat ?

    Ma seconde question : Ai-je recours juridique quelquonque contre ce retard sachant que pour la paye le retard risque d etre le meme topo ?

    Merci a vous

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Mon proviseur a t il le droit d exiger que je travaille sans contrat ? »
      Non. En l’absence de contrat ou de confirmation écrite signée de votre employeur d’engagement en poste à compter de la fin de votre dernier contrat, vous ne pouvez rester en poste de travail au sein de l’établissement. Votre couverture juridique n’est plus assurée et vous n’êtes nullement assurée de percevoir une rémunération sur le temps de travail effectif exercée dans l’établissement depuis la fin de votre dernier contrat.
      Si votre proviseur souhaite vous conserver en poste, il lui appartient de prendre les mesures ad Hoc pour que votre contrat arrivé au plus vite ou une confirmation écrite d’engagement de la part de la dsden

      En réponse à votre interrogation,  » Ai-je recours juridique quelquonque contre ce retard sachant que pour la paye le retard risque d etre le meme topo ? »
      Vous n’avez pas de recours juridique possible. En l’absence de contrat ou une confirmation écrite d’engagement sur poste AESH au lycée de la part de la dsden, vous êtes à considérer comme une personne inconnue et étrangère à l’établissement.

  53. god dit :

    Bonjour.
    En contrat CDD aesh jusqu’au 30 septembre, on me propose un CDI à compter de cette date. Est-ce que si je refuse, j’aurais quand même les droits chômage? N’aurait-il pas dû me le notifier 3 mois à l’avance sachant que j’ai plus de 3 ans d’ancienneté?
    Merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que si je refuse, j’aurais quand même les droits chômage? « 
      Lorsqu’il est proposé un CDI, l’agent AESH dispose d’un délai de huit jours pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation. En cas de refus ou en cas de non-réponse dans ce délai, vous êtes présumé renoncer à l’emploi. Votre refus ou non-réponse constituera un obstacle à l’indemnisation chômage.

      En réponse à votre interrogation, « N’aurait-il pas dû me le notifier 3 mois à l’avance sachant que j’ai plus de 3 ans d’ancienneté? »
      Oui. , la notification de l’intention de renouveler ou non l’engagement au plus tard trois mois avant le terme de l’engagement pour un contrat susceptible d’être renouvelé pour une durée indéterminée Dans ce cas, la notification de la décision se doit être précédée d’un entretien professionnel
      Mais cette absence de notification d’intention de renouveler ou non l’engagement ou l’absence d’entretien professionnelle n’entache pas de droit la proposition de CDI formulée par l’administration.

  54. renoult dit :

    Bonsoir,

    Je suis avs en cui dans une écolé élémentaire du 91. J’ai commencé le 1er décembre 2014. J’ai presté toute la première année. J’ai resigné pour ma seconde année au 1er décembre 2015. Je dois donc normalement finir au 30 novembre 2016. Mais je viens de réussir le CRPE et je prend mon poste à la prochaine rentrée donc pour l’année 2016-2017. Quel préavis dois-je donner?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quel préavis dois-je donner? »
      Vous êtes AESH en CUI-CAE. L’Article L5134-28 du code du travail relatif au CUI-CAE indique :
      « Par dérogation aux dispositions relatives à la rupture avant terme du contrat de travail à durée déterminée prévues à l’article L. 1243-2, le contrat d’accompagnement dans l’emploi peut être rompu avant son terme, à l’initiative du salarié, lorsque la rupture a pour objet de lui permettre : 1° D’être embauché par un contrat de travail à durée indéterminée ; 2° D’être embauché par un contrat de travail à durée déterminée d’au moins six mois ;
      C’est donc sur ce fondement de L’Article L5134-28 du code du travail relatif au CUI-CAE que vous pourrez annoncer à votre employeur votre intention de rompre votre contrat (justification à fournir : prise de poste PE suite réussite concours CRPE)
      Nous vous invitons à annoncer à votre employeur après le 5 juillet et avant le 13 juillet la rupture de contrat CUi-CAE avec date d’effet au 30 août 2016. Il vous sera gré d’abord de respecter un préavis de 1 mois et demi, même si elle correspond à la période de congé d’été, ensuite, cela lui laisse le temps de trouver un autre AESH en CUI-CAE pour vous remplacer d’ici la rentrée.

  55. ARSELANE dit :

    Bonjour.
    Je suis add dans le nord.
    Je viens de recevoir ma lettre de renouvellement pr le 1septembre 2016
    Je ne souhaite pas continuer. Vais je percevoir l’allocation chômage ?je termine mon contrat le 31 août. (J’ai effectué 3 ans).
    Mercu

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Je ne souhaite pas continuer. Vais je percevoir l’allocation chômage ? »
      Nous avons fait une erreur dans notre précédente réponse. Vous êtes sans doute agent Aide direction d’école sous contrat CUI-CAE. Vous pouvez effectivement mettre un terme à votre CDD en vous abstenant impérativement de répondre à la proposition de renouvellement de votre employeur, sans vous avoir à vous justifier.
      Ensuite, normalement vos droits à indemnisation assedic sont ouverts après votre inscription auprès de Pôle emploi. prenez toutefois la précaution auprès de votre référent pôle emploi que ce sera bien le cas.

  56. zerrougui dit :

    M 92
    19/06/2016
    Bonjour,
    J’ai terminée mon contrat cui avsco de 5 ans le 13 03 2016, j’étais aussi animatrice de cantine en plus de mon contrat d’avs .j’ai arrêtée aussi la cantine en même temps que mon contrat d’avs .Quand j’ai déposée mon dossier au pole emploi,on ma refusée l’imdéminitée chaumage, ils mon dit de me retourner ver la mairie puisq’elle étais mon premier employeur.celle si ma aussi refusée l’ imdéminitée,pour cause de démission ,ils mon proposée de représenter mon dossier dans 121 jours avec des preuves de recherche d’emploi.J’ai due reprendre mon poste d’animatrice de cantine en juin, pour me faire un peu d’argent puisque je n’ai aucune resources. Je voudrais savoir si je peu prétendre à une imdémnitée chaumage en représentent mon dossier avec des preuves recherches d’emplois. Merci par avance
    Cordialement,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si je peu prétendre à une imdémnitée chaumage en représentent mon dossier avec des preuves recherches d’emplois. « 
      Oui. Vous pouvez redéposer un dossier en indemnisation de chômage. En cas de refus une nouvelle fois, vous n’avez pas à hésiter à exercer un droit de recours contre la décision prise. Par ailleurs, nous vous invitons à prendre contact avec une organisation syndicale pour une aide et un soutien dans votre démarche en indemnisation chômage. L’organisation syndicale fait partie obligatoirement de la commission décidant des attributions d’indemnisation de chômage aux demandeurs d’emploi. A connaitre votre situation au préalable, elle pourra vous défendre plus efficacement dans cette commission.

  57. Sarra dit :

    Bonjour. Je suis AED dans le 92.
    J’arrive au terme de mes six années d’AED. Mon contrat prend fin le 09/06/2016 et j’ai besoin de l’attestation employeur pour effectuer mes démarches auprès de pôle emploi.
    J’ai donc pris contact avec le lycée en charge de la gestion des aed pour savoir quand cette attestation me serait envoyée. On m’a répondu que je la recevrai à la fin du mois de juin en même temps que le bulletin de paie vu que les paies n’avaient pas encore été traitées.
    Est ce légal? Car je dois quand même effectuer les démarches assez rapidement et attendre tout ce temps me paraît aberrant.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce légal? »
      Non. Dès la fin de votre contrat, votre employeur se devait vous transmettre l’attestation employeur ASSEdIC, notamment.
      Donc, le plus simple serait d’aller sur place auprès du service gestionnaire de paie de l’établissement pour exiger la remise de cette attestation (au besoin d’une provisoire). La justification que les paies n’ont pas été traitées n’a pas lieu d’être.

  58. Aurélie dit :

    J’ai besoin d’aide !
    Je suis perdue, si on pouvait m’aiguiller…

    Je suis AVS co depuis Janvier 2013.
    J ai trouvé un emploi en CDI mieux payé.
    La personne a besoin de moi au plus vite. Jai une grande opportunité mais elle ne me..prendra pas si le délai de préavis est trop long !!!!

    Dois je attendre 1 ou 2 mois pour quitter le poste ou puis je avoir un délai de preavis plus court avec.la promesse d embauche en.cdi ???

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Dois je attendre 1 ou 2 mois pour quitter le poste ou puis je avoir un délai de preavis plus court avec.la promesse d embauche en.cdi ??? »
      Nous supposons que vous disposez d’un CDD/CDI type AESH (fonction publique).
      L’article 48 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat précise bien dans le cas d’une démission: »L’agent non titulaire informe son administration de son intention de démissionner par lettre recommandée. L’agent est tenu, dans ce cas, de respecter un préavis dont la durée est:
      – huit jours pour l’agent qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services inférieure à six mois de services ;
      – un mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services comprise entre six mois et deux ans ;
      – deux mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services d’au moins deux ans.

      Il importe peu pour l’administration les motifs qui vous conduisent à démissionner. C’est cet article 48 qui se doit être appliqué pour elle.
      Maintenant, soyez pragmatique ! si vous êtes certain d’obtenir l’emploi en CDI de vos rêves, il faut savoir s’asseoir sur des règles contraignantes quand cela empêche de concrétiser ce rêve au plus vite. L’administration survivra à votre départ précipité si nécessaire.

  59. Dalla Palma dit :

    01 Pauline

    Actuellement AED embauchée depuis le 1/09/2015 jusqu’au 31/08/2016.
    J’ai passé un concours et j’ai été reçu.
    Problème: il faut que je sois au chômage pour intégrer la formation et mon employeur ne veut pas rompre mon contrat.
    De quel moyen est ce que je dispose?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « De quel moyen est ce que je dispose? »
      La difficulté de vous répondre vient que vous êtes dans la situation de la charrue avant les boeufs. En effet, comme vous ne vous êtes pas assurés au préalable des conditions de financement de votre formation, vous mettez au pied du mur votre employeur.
      Or, Il n’a plus beaucoup de choix dans le cas présent s’il allait dans votre sens, à savoir: obtenir le chômage pour intégrer la formation. Rompre ainsi votre contrat AED impliquerait qu’au regard de l’administration, il doit justifier cette rupture pour des manquements professionnels de votre part. Situation malaisée pour votre employeur qui a pris la décision d’une fin de non recevoir.

      Il ne vous reste plus qu’une solution à étudier: la démission de votre poste AED, s’inscrire à Pöle emploi, dépôser une dossier Assedic (en se croisant les doigts pour son acceptation au mieux immédiatement, au pire dans 121 jours) et prendre contact avec le centre de formation pour faire part de votre situation et des possibilités d’intégrer tout de même ma formation suite à v otre succès au concours.

    • Marianne dit :

      Contactez les délégués syndicaux XXXXXX
      Ils m’ont beaucoup aidé, j’étais dans la même situation que vous. On a négocié une rupture de contrat à l’amiable, les délégués ont contacté le rectorat, il existe cette possibilité, surtout si vous quittez votre emploi pour entrer dans une formation !
      Ne démissionnez surtout pas sinon vous n’aurez pas de chômage, même en croisant les doigts comme on vous le suggère naïvement ici.
      Cependant vous devez un préavis à votre employeur, sa durée varie en fonction du temps durant lequel vous avez exercé.


      Note administrateur:
      Si votre proposition de contacter une organisation syndicale pour un soutien en vue d’une démarche de négociation de rupture à l’amiable est pertinente, l’équipe UNEAVS n’est pas assez naïve pour faire la pub de votre seule organisation syndicale de préférence.

  60. florence dit :

    Bonjour,

    je suis du 59, et aprés 6 ans de cdd comme avs co ,j’ai signé mon cdi le 1er septembre 2015 cela fait donc 2 mois, je viens de trouver un poste de monitrice educatrice en cdi a temps plein et souhaite donc demissionner, a combien de temps correspond mon preavis? est ce que je prend en compte la date du 1er septembre 2015 ou est ce que je dois remonter 6 ans en arriere, merci de m’aider

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » a combien de temps correspond mon preavis? »
      Votre service sous CDI AESH est la continuité de vos services sous CDD AED-AVS et AESH.
      Compte tenu que vous justifiez auprès de l’autorité éducation nationale d’une ancienneté de services d’au moins deux ans, vous êtes tenu, dans ce cas, de respecter un préavis dont la durée sera de deux mois.

      • florence dit :

        Merci pour votre réponse, est ce qu’il est possible de négocier son préavis avec l’éducation nationale?

        • briand0493 dit :

          Bonkour;
          Zn réponse votre interrogation, « est ce qu’il est possible de négocier son préavis avec l’éducation nationale? »
          En principe, non mais vous pouvez toujours essayer.

        • florence dit :

          Merci pour votre réponse si rapide, j’aimerai négocier le fait qu’il ne prenne en compte que le départ de mon contrat en cdi a compter du 1er septembre j’aurai donc juste 8 jours de préavis, car si je dois deux mois de préavis je ne pourrai pas prétendre au poste de moniteur éducateur que j’ai trouvé, il n’y a aucune autre solution possible? comme congé sans solde, ou autre?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « mince, préavis de 8 jours à refiler ? »
          La rupture conventionnelle n’existe pas dans le secteur public et pas de négociation possible du fait des délais trop court.
          Dans votre situation, votre choix de vie s’apparente à un sabrage radical, sentiment à mettre de côté. Parfois, comme cela fait du bien de penser rien qu’à soi même, vous avez au choix
          – soit, respecter le délai de préavis de 2 mois et l’administration y sera sensible : vous leur permettez ainsi de s’organiser, de chercher un remplaçant. Et ils n’auront pas l’impression que vous leur donnez un coup dans le dos. Sauf, que cela servira à rien en respectant votre préavis: vous perdrez le poste de moniteur éducateur et démissionnaire, vous vous retrouvez en chômage sans possibilité de toucher les Assedics.

          -soit, vous faites style « c’est 8 jours de préavis et pas autre chose. je ne vais pas rater un job mieux rémunéré pour vos beaux yeux ». D’abord, l’administration ne sera pas contente mais, rassurez-vous, elle saura survivre à votre départ précipité. Ensuite, à part le risque d’un « blâme » disciplinaire inscrit sur votre dossier, vous conservez au moins votre job de moniteur éducateur. Tertio, il ne faut pas espérer tout de même revenir sur le poste AESH en CDI dans ce cas là.

  61. le floch dit :

    bonjour
    est-il possible de démissionner d’un contrat AESH en CDI pour suivre une formation
    cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est-il possible de démissionner d’un contrat AESH en CDI pour suivre une formation »
      Quelque soit le motif, il est toujours possible de démissionner d’un contrat AESH en CDD ou CDI. Maintenant, le fait de vouloir suivre une formation supposant de démissioner de votre CDI ne constituera pour l’administration une droit légitime pour percevoir une allocation chômage au titre de demandeur d’emploi involontairement privé d’emploi. Par ailleurs, à l’issu de votre formation, vous ne pourrez prétendre à re-postuler sur un poste AESH en CDI.

      • Anonyme dit :

        Bonjour Merci de votre réponse. Nous avons trouvé une solution avec les délégués syndicaux. J’étais un peu perdue quand j’ai posté sur votre site. J’ai dévoilé trop de détails sur ma vie privée et je regrette. Pouvez-vous supprimer le post de Jeanne 27 dans fin de contrat licenciement svp ?

  62. spfavespfave dit :

    prada29 pardon , après relecture , je corrige  » si mon délai de préavis EST trop court  » Merci encore

  63. spfavespfave dit :

    Prada29 bonjour Briand29,
    actuellement AESH (droit public) depuis septembre 2014 : 1 CDD 1an , renouvelé sept 2015 pour 1 an .Educatrice spécialisée diplômée , j’ai enfin (après 5ans successifs CAE-CUI,/ assistante d’éducation/AED/AESH) l’opportunité d’être embauchée 30h/semaine en CDI (youpi !!!) en tant qu’éduc. auprès de personnes âgées handicapées et donc de retourner à mon métier initial .J’ai eu la bonne nouvelle aujourd’hui .MAIS problème : ma prise de fonction doit se faire le 5 octobre (situation d’urgence) et je serai donc hors délai pour mon préavis quant à ma démission ( 1 mois en ce qui me concerne, pour 1 contrat d’1 an me semble t-il) .Je souhaiterais un conseil et un avis de votre part : le lycée payeur et l’IA peuvent-ils intenter quoi que ce soit contre moi si mon préavis et trop court ? je ne peux pas passer à côté d’une telle opportunité qui correspond -à mon âge avancé- à mon désir (réfléchi) de réorientation professionnelle ( accompagnement éducatif de personnes vieillissantes) . Merci de m’éclairer une fois de plus , je sais que vous êtes débordés mais c’est URGENT ….

    • briand0493 dit :

      Foncez et ferme …..après avoir envoyé votre lettre de démission (et tant pis pour le délai de préavis trop court). Le lycée payeur et l’IA feront la tête, c’est certain mais de là, à vous importuner, chipoter……Ne vous en faites pas. Ils survivront à votre décision de lâcher la barque AESH.

  64. lenaa dit :

    Bonjour
    J aimerais savoir si après un refus de renouvellement de contrat cdd on a le droit au chômage ?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si après un refus de renouvellement de contrat cdd on a le droit au chômage ? »
      En principe, L’agent non titulaire dispose d’un délai de 8 jours pour faire connaître son acceptation de la proposition de renouvellement. En cas de non-réponse dans ce délai, l’intéressé est présumé renoncer à son emploi (Art.38 du décret 88-145 du 15 février1988). Ce renoncement à l’emploi permet à l’administration de vous considérer comme démissionnaire. Or pour percevoir les assedics (ARE), il faudra que vous soyez considéré comme demandeur d’emploi privé involontairement d’emploi: fin de CDD sans renouvellement ou démission légitime.
      C’est cette notion de démission légitime qu’il vous faudra faire admettre auprès de l’administration qui est tenu lors de votre renoncement à l’emploi, les motifs.
      Toujours, en principe, l’administration est tenu de vous considérer en démission légitime dans les cas suivants
      changement de résidence professionnelle du conjoint ou pacsé, suivi de conjoint ou pacsé muté pour raison professionnelle, changement de résidence justifié par une situation où l’agent est victime de violences conjugales…
      Se rajoute les démissions légitimes plus difficile à faire reconnaitre par l’administration: raisons personnelles, modification substantielle du contrat de travail (baisse conséquente de la quotité temps de travail avec rémunération en baisse (30%), acceptation d’un emploi dans le secteur privé ou public à une autre fonction.

  65. Craig dit :

    Bonjour,
    Avs en isere depuis 6 ans, mon 6e contrat s’achève fin août et j’ai communiqué à l’inspection Académique que je ne souhaitais pas renouveler mon contrat. J’ai fait mes six ans et souhaite faire autre chose. Je suis AESH embauchée par l’inspection académique. J’ai reçu une notification de fin de contrat, en trois exemplaires, à signer et retourner, un document sans en-tête de l’académie, mais surtout où est coché que mon contrat s’achève  » à l’initiative du salarié » avec motif  » fin de contrat à durée déterminée » , alors que sur la ligne au dessus il aurait pu être coché et indiqué la même chose mais  » à l’initiative de l’employeur ». Je ne comprends pas pourquoi on veut me faire signer quelque chose qui précise que c’est à mon initiative, c’est une simple fin de CDD et si c’était à l’initiative de quelqu’un , ça devrait être du fait de l’employeur, non? Je n’ai pas l’habitude de ce genre de document, mais après six ans, j’ai une forte tendance à me méfier de la façon dont on nous traite, c’est à dire, le côté le plus favorable pour notre employeur. Je vais , entre autres, rechercher du travail à la fin de mon contrat,et m’inscrirai à Pôle Emploi et crains qu’on me dise que j’ai démissionné.
    Je vous remercie de votre aide, vous êtes toujours précis et d’une grande efficacite pour répondre à toutes nos questions.
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « je ne comprends pas pourquoi on veut me faire signer quelque chose qui précise que c’est à mon initiative, c’est une simple fin de CDD et si c’était à l’initiative de quelqu’un , ça devrait être du fait de l’employeur, non? « 
      Il est difficile de reprocher à L’inspection académique d’établir une notification faisant état de votre fin de contrat sur la base d’un motif que vous avez vous même communiqué.
      Pour tout dire dans la franchise, il aurait été souhaitable de rien communiquer sur votre souhait de ne pas renouveler votre contrat. La raison de notre réflexion est que, dès votre inscription comme demandeur d’emploi, votre demande d’ARE auprès des Assedics risque fort d’être problématique. En effet, pour percevoir l’ARE, il faut être demandeur involontairement privé d’emploi. Or, la notification de l’IA fait apparaître que vous avez effectivement implicitement démissionné. lors du RV avec le référent pôle emploi, il vous faudra user d’arguments solides pour justifier cette démission.

  66. Didine34 dit :

    34- Sandrine
    Recrutée en janvier 2015 en cdd aesh faisant suite à un contrat cui du 01/01/2014, j’ai donc démissionné du contrat cui en décembre 2014 et réembauché en CDD aesh du 01/01/2015 au 30/08/2015.
    Un changement heureux intervient dans ma vie, je suis enceinte de 3 mois, j’ai donc informé mon enseignante référente en lui disant que je souhaiterai reprendre après mon congé mater. Sa réponse n’a pas été du tout celle que j’attendais. Elle m’a gentiment expliqué que cela ne les arrangez pas que Mon congé débutant le 24/09, la coordinatrice ne me renouvellera pas mon contrat et qu’en plus on me demanderai de démissionner. Je suis scandalisée par cette façon de faire qui ne me semble pas légale, en aucun cas le fait d’être enceinte est incompatible avec mes projets pro. J’ai bcp travaillé et fait en sorte d’apporter un travail sérieux et finalement pour rien. Je ne sais pas non plus vers qui me tourner et quelles sont vraiment mes droits.
    Je compte téléphoner à la coordinatrice du rectorat et envoyer ma lettre de déclaration de grossesse en LR, mais j’ai peu d’espoir.

    Je vous remercie par avance de votre écoute et de vos éventuels conseils qui me seraient d’une grande aide.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation , situation de grossesse et « la coordinatrice ne me renouvellera pas mon contrat et qu’en plus on me demanderai de démissionner »
      Vous êtes ni plus ni moins en situation de discrimination du fait de votre situation de grossesse et, punissable par la loi.
      Dans ce cas là, il ne faut pas hésiter à user des grands moyens en contactant d’abord pour un soutien et une aide une organisation syndicale. Ensuite, ne pas hésiter à prévenir par courrier avec A/R et copie à l’IA ASH, cette enseignante référente d’avoir pris note de son souhait d’exercer de la discrimination à son égard du fait de votre état de grossesse, de votre intention de vous réserver le droit d’en saisir directement de ces faits les organisations syndicales, le recteur d’académie, la ministre de l’éducation nationale, et qu’en tout état de cause, plainte auprès du procureur de la République sera déposée afin que les agissements dont elle serait effectivement victime soient pénalement sanctionnés et le défenseur des droits de la Halde (la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) serait également saisi.
      Cela calmera cette référente enseignante.

  67. Amelie dit :

    bonjour, AESH en collège depuis octobre 2014, je vais devoir donner ma demission car j’ai trouvé un autre emploi (a temps complet, aussi en cdd dans la fonction publique mais cette fois dans ma branche de formation, avec un bien meilleur salaire et conditions de travail…) je ne comprend pas (malgres la lecture de votre article) si ayant moins de 6 mois de service je dois faire un preavis de 8 jours ou d’un mois étant donné que j’ai moins de 6 mois de service (je ne suis pas en CUI CAE mais en nouveaux contrat AESH, ceux qui ont remplacé les contrats AED)
    Car rien n est noté sur mon contrat concernant la durée de preavis en cas de demission, et en me renseignant sur tous les textes concernant la fonction publique il est bien noté (pour les agents non titulaires): 8 jours de preavis pour les agents ayant moins de 6 mois de service, 1 mois pour ceux ayant plus de 6 mois…
    Pourquoi la règle serait elle différente à l education nationale? Car sur beaucoup d autre forums je lis que pour les preavis de demission des AED et AVS il faut faire un preavis de 1 mois pour un contrat d’un an (le mien est de 11mois), le preavis d une semaine ne concernant que les agents ayant signé un contrat de moins de 6 mois…
    Bref je suis perdue…
    Si vous pouviez m’éclairer sur ce point je vous en remercie par avance car je ne veux surtout pas rater l’occasion d’enfin signer un contrat dans ma branche (des années que je cherche…) a cause d’une histoire de preavis qui ne semble visiblement pas très claire, ce dont les établissements jouent et profitent bien…
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « le méli-mélo règle de préavis avant démission »
      Tout d’abord, toutes nos félicitations pour avoir « trouvé » un autre emploi... »dans ma branche de formation, avec un bien meilleur salaire et conditions de travail… »

      Préalable:
      Il est nécessaire de distinguer
      – un contrat droit public (votre CDD aesh en est un, l’ex-contrat AED-AVS en était un autre)
      – un contrat droit privé (AVS en CUI-CAE en est un)

      Vous avez un CDD AESH (droit public) en prolongement d’ex-contrat AED-AVS (droit public)
      Règle de préavis applicable à partir de l’ensemble de l’engagement effectué sous contrat droit public (ex-AED-AVS + CDD AESH)
      – huit jours si ancienneté de services inférieure à six mois de services ;
      – un mois si ancienneté de services comprise entre six mois et deux ans ;
      – deux mois si ancienneté de services d’au moins deux ans.

      Vous avez un CDD AESH (droit public) en prolongement d’ex-contrat AVS sous CUI-CAE (droit privé)
      Règle de préavis applicable uniquement sous engagement de votre contrat droit public « CDD AESH »
      – huit jours si ancienneté de services inférieure à six mois de services ;
      – un mois si ancienneté de services comprise entre six mois et deux ans ;

  68. léa dit :

    Bonjour,
    Je suis aesh en cdd et je souhaiterai avoir des informations sur la démission. Quels sont mes obligations etc
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « je souhaiterai avoir des informations sur la démission. Quels sont mes obligations ? »
      Sans doute, la lecture du passage suivant vous a échappé sur la page où apparait votre interrogation
      Démission du fait de l’agent
      Article 48 :
      L’agent non titulaire informe son administration de son intention de démissionner par lettre recommandée. L’agent est tenu, dans ce cas, de respecter un préavis dont la durée est identique à celle qui est mentionnée à l’article 46, alinéa 1er ci-dessus.
      Les agents qui s’abstiennent de reprendre leur emploi à l’issue d’un congé de maternité ou d’adoption sont tenus de notifier cette intention quinze jours au moins avant le terme de ce congé.

      Important:
      Début juillet 2014, les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur une nouvelle convention d’assurance-chômage. Elle s’applique aux demandeurs d’emploi dont la date de fin de contrat sera postérieure au 30 juin 2014. De fait, Les causes de demandeur « involontairement privé d’emploi » sont modifiées
      Jusqu’à présent, le départ volontaire (démission d’un emploi sous contrat CUI-CAE) pouvait ne pas constituer un obstacle définitif à l’indemnisation, s’il était observé après une certaine période que le demandeur d’emploi recherche effectivement un emploi. Au terme d’un délai de 121 jours (environ 4 mois), à la demande de l’intéressé, l’Instance paritaire régionale (IPR) pouvait, après étude du dossier, accorder le versement des allocations si elle constatait que l’intéressé avait réellement accompli des efforts pour retrouver un emploi. Désormais, ce n’est plus possible.

      Durée de préavis
      – huit jours pour l’agent qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services inférieure à six mois de services ;
      – un mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services comprise entre six mois et deux ans ;
      – deux mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services d’au moins deux ans.

      Pour la détermination de la durée du préavis, l’ancienneté est décomptée jusqu’à la date d’envoi de la lettre de notification de démission.

  69. Desrumaux Béatrice dit :

    78 – Béatrice
    Recrutée AED/AVS le 10/10/2011 (quotité 50%), mon contrat a été renouvelé le 31/08/2012 puis le 31/08/2013. Le 01/07/14, je reçois LRAR m’informant que mon contrat AED arrivant à échéance le 31/08/14 ne sera pas renouvelé. J’ai contacté le coordinateur qui m’a dit que le non renouvellement avait été décidé par l’IEN. On arrive fin septembre et je n’ai toujours rien reçu : ni attestation d’emploi, ni solde de tout compte (j’ai néanmoins été payée normalement jusqu’au 31/08/14), ni attestation Pole Emploi mentionnant motif rupture et relevé salaires des 12 derniers mois. Est-ce normal ? Quelles sont les obligations de l’employeur dans ce cas ? Que dois-je faire ? L’attestation d’emploi m’est indispensable pour retrouver du travail dans les services à la personne.
    Pour être honnête et tout à fait complète, j’ai eu des « mots » avec le directeur d’établissement fin juin 2014 qui en a référé à l’IEN. Mais apparemment, cela n’a rien à voir avec quelque sanction disciplinaire que ce soit.
    Merci de vos lumières.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Est-ce normal ? » et suivante « Quelles sont les obligations de l’employeur dans ce cas ? » et suivante « Que dois-je faire ? »
      Vous avez dressé la liste des obligations que l’employeur se devait réaliser impérativement en fin de contrat AED le 31/08/2014. Nous vous invitons à lui transmettre un courrier avec A/R lui rappelant ces obligations et ne pas hésiter à le contacter par téléphone à ce sujet Vous lui signalez votre intention de transmettre votre dossier à un conseiller syndical des salariés. Dans la foulée, vous contactez une organisation syndicale de votre choix pour une aide et un soutien à ce sujet.
      Le fait d’avoir des « mots » avec son employeur ne doit pas lui faire oublier que vous n’avez pas à subir des maux du fait de sa négligence professionnelle à vous transmettre obligatoirement des documents de fin de contrat dans les délais impartis.

Pour tous commentaires, Le n° de département ou votre région académique doit être fourni pour sa prise en compte.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.