Sommaire

SOMMAIRE

(Pointer et Cliquer sur le chapitre souhaité)

14 commentaires pour Sommaire

  1. Astrid RXXXXXXXX dit :

    Bonjour,
    Je ss actuellement AESH en ULIS école dans le 44. Cette année se passe très mal avec l’enseignante. J’ai fait tout ce que je pouvais pour que nos relations s’améliorent mais ça reste encore très compliqué. Au point où je pense à arrêter et donc démissionner car, de toute façon, les perspectives de cet emploi ne sont pour le moment, pas encourageantes malheureusement.On m’a dit que je ne pouvais pas partir comme ça, qu’il fallait que je finisse l’année scolaire. Cependant, en lisant le site je me ss rendue compte que je pouvais partir en cours d’année mais, ayant commencé mon contrat en décembre 2015 avec le Rectorat, j’avais un préavis d’un mois à respecter. Est-ce bien cela? Ou ai-je mal compris? Je vous remercie de votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Est-ce bien cela? » et suivante  » Ou ai-je mal compris? »
      Pour une Démission du fait de l’agent
      l’Article 48 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat précise:
      L’agent non titulaire informe son administration de son intention de démissionner par lettre recommandée. L’agent est tenu, dans ce cas, de respecter un préavis dont la durée est identique à celle qui est mentionnée à l’article 46, alinéa 1er ci-dessus.
      et
      l’article 46 précise cette durée : (…)
      – huit jours pour l’agent qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services inférieure à six mois de services ;
      – un mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services comprise entre six mois et deux ans ;
      – deux mois pour celui qui justifie auprès de l’autorité qui le recrute d’une ancienneté de services d’au moins deux ans.

    • Astrid R. dit :

      Bonjour,
      Et voilà, ce qui devait arriver, arriva…C’est pourquoi je me tourne vers vous. Hier, ma relation avec l’enseignante s’est dégradée, et oui, ça s’est fini dans le bureau de la directrice. Et je lui ai dit ce que j’avais sur le coeur. Je ne retourne donc plus en ulis. J’aimerai partir, démissionner, mais même si je recherche activement un autre emploi, je n’ai toujours pas trouvé…Je ne peux pas partir si je n’ai rien pour le moment. J’aimerai savoir quelles sont les solutions qui se présentent à moi: est-ce que l’enseignante référente peut me trouver une autre affectation (sachant que j’ai accepté cet emploi car j’avais 24H et que faire moins va être très compliqué), est ce que je peux rester dans la même école mais aider d’autres enfants pour finir l’année scolaire? Est-ce que je peux me mettre en arrêt maladie (je vais finir par faire une dépression) sans perdre mon salaire? Je suis perdue et ne sais plus à qui m’adresser…Pouvez-vous m’éclairer s’il vous plaît? Merci beaucoup.

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation,  » savoir quelles sont les solutions qui se présentent à moi: est-ce que l’enseignante référente peut me trouver une autre affectation «  et suivante  » est ce que je peux rester dans la même école mais aider d’autres enfants pour finir l’année scolaire? » et suivante « Est-ce que je peux me mettre en arrêt maladie (je vais finir par faire une dépression) sans perdre mon salaire? »
        1-Votre situation en l’état
        Si la décision(?) que vous ne retourniez plus en ULIS est de la responsabilité de la directrice (et/ou de l’enseignante), il va falloir qu’elle(s) justifie (ent) cette décision par un rapport auprès de votre employeur ou service IA ASH. Ce dernier aura son mot à dire et il est probable que vous serez amené à vous entretenir avec votre employeur (ou service iA ASH) pour fournir votre point de vue sur le litige avec votre collègue enseignante de l’ULIS.
        En attendant, jusqu’à nouvel ordre, vous restez toujours affecté à l’ULIS de cette école (que cela plaise ou non à l’enseignante et la directrice).Il ne peut vous faire grief de vous en tenir à la proposition (?), décision (?) de la directrice de ne pas retourner en ULIS par souci d’apaisement des tensions mais il reste toujours de la responsabilité de la directrice de l’établissement de vous proposer des tâches en rapport avec vos fonctions AESH (suivi d’autres élèves en difficulté particulière). Cela reste une solution alternative en attendant que le service IA ASH (ou votre employeur) intervienne et se prononce.
        2- votre situation à venir
        -Il n’est pas inutile de prendre contact dans les plus brefs délais avec l’enseignante référente pour lui exposer la situation de litige en l’état et ne pas hésiter à exprimer le souhait d’être affecté dans un autre établissement scolaire. l’enseignante référente fort de votre point de vue peut la transmettre avec pertinence auprès du service IA ASH. En effet, cette dernière peut seule décider d’une nouvelle affectation

        -Il ne serait pas non plus inutile de consulter votre médecin si vous estimez que votre état de santé est dégradé (psychologiquement et physiquement) du fait d’un stress professionnel permanente et insupportable. Selon votre état de santé, si nécessaire, un médecin a toute légitimité de vous mettre en arrêt maladie.
        L’article 12 du décret du 17 janvier 1986 indique que « l’agent contractuel en activité bénéficie, sur présentation d’un certificat médical, pendant une période de douze mois consécutifs si son utilisation est continue ou au cours d’une période comprenant trois cents jours de services effectifs si son utilisation est discontinue, de congés de maladie dans les limites suivantes » :
        Quatre mois de services :- un mois à plein traitement ; – un mois à demi-traitement ;
        Après deux ans de services :- deux mois à plein traitement ;- deux mois à demi-traitement ;
        Après trois ans de services :- trois mois à plein traitement ;

        Parfois, il n’est pas inutile de rappeler à vos collègues enseignants qu’une AESH n’est pas seulement une personne accomplissant des tâches mais d’abord, un humain avec ses faiblesses, ses forces, ses propres fragilités et un arrêt maladie dûment constaté par un médecin suffit généralement à rappeler à tout le monde toute la fragilité de l’humain face à la vie.

  2. Anna dit :

    Bonjour , aprés 2 années avs co en ULIS , l’académie me propose en urgence !! un contrat aesh, je me suis dit BINGO ! Mais j’ai vite , très vite déchantée ! Affectée sur 2 écoles pour 2 enfants , les directrices se crêpent le chignon et ne trouvent pas d’accord sur mon emploi du temps …Donc je ne connais pas mes horaires de travail . J’aurai en plus « la chance  » d’avoir 2h30 de pause méridienne, trop de klms pour rentrer chez moi , pas assez d’argent pour manger en ville ! Et je suis à la porte des établissements puisqu’elles sont closes pendant ce temps …vive l’hiver que je vais passer. Il n’y a pas de parkings dans ces écoles et on me dit de prendre un abonnement 150 euros/trimestre, pour laisser ma voiture ! De plus j’ai un bambin de 3 ans qui n’attendait que moi (!!) pour faire sa rentrée , il est violent, agressif, pas encore propre, et mon rôle consiste à « protéger » les autres élèves, l’enseignante et moi même si possible de ces morsures et de ces coups . Pas question d’apprentissage me confirme la directrice ! Sic (,!) Ma question …puis je partir pendant ma période d’essai sans risqué de perdre mes droits ARE ? Cet emploi n’est ni rentable financièrement , ni enrichissant intellectuellement…Je vais retourner vers le privé car ras le bol de la galère ! Anna du 68

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « puis je partir pendant ma période d’essai sans risqué de perdre mes droits ARE ? »
      Oui. pendant la poériode d’essai, vous êtes libre de mettre fin à la relation contractuelle dans les 24h avec votre employeur sans vous avoir à vous justifier.
      après votre inscription auprès de Pöle emploi,auprès de votre interlocuteur Pôle emploi lors du dépôt s’il vous en fait la demande du pourquoi de votre départ en période d’essai, il vous faudra bien décrire l’impossibilité (financière, matérielle, physique) de se maintenir dans un emploi AESH (droit publique) plus qu’hasardeux.

      • Anna dit :

        Merci , en fait j’ai pu négocier avec l’académie (oui !!!!!?) , une rupture de contrat d’un commun accord ! Vu que j’ai signé un contrat sans en connaitre les tenants et les aboutissants….Sachez que cela est possible quand vos conditions de travail ne sont celles annoncées ! Il faut un bon argumentaire, mais cela peut vous éviter une démission ! Merci , Anna du 68

  3. mcaroline40 dit :

    J’avais un contrat d’AESH CDD de 12 mois 884h sur 39 semaines quotité 55% ; bizarrement après avoir appelé l’IA en ayant lu les échanges sur votre forum, j’ai un nouveau contrat !!!! CDD de 12 mois comme AESH aide mutualisée dans le 1er degré 964h sur 45 semaines quotité 60% ; ce ne sera plus l’académie de Bordeaux qui me paiera mais un établissement mutualisateur sur mon département ; je dépends apparemment d’un EPLE ; le nouveau contrat ne mentionne pas CUI ou CAE ; où est la différence avec mon dernier contrat ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » où est la différence avec mon dernier contrat ? »
      Votre nouveau contrat fait état d’une quotité temps de travail attribué (60%) soit supérieur à celui fixé à 55%. Ceci aura pour conséquence d’une rémunération mensuelle revue à la hausse pour un planning horaire hebdomadaire à la hausse qui se doit être réparti sur 39 semaine (et non 45 qui est manifestement une erreur). Le fait que ce soit un EPLE votre employeur et non le rectorat n’a aucune influence et n’a d’utilité que dans la gestion administrative de votre contrat.

  4. mcaroline40 dit :

    bonjour
    mon contrat d’AESH de 12 mois s’est terminé le 31 aout 2015 sans être renouvelé ; des personnes de mon entourage dont le même contrat n’a pas été reconduit cette rentrée scolaire 2015-2016 ont reçu une LR/AR les informant de cette non reconduction un à 2 mois avant l’expiration. Je n’ai rien reçu. J’ai contacté l’IA de bordeaux pour récupérer mes bulletins de salaires (juin, juillet, aout) et attestation de l’employeur pour constitution de dossier d’ARE auprès de Pole Emploi. La personne en charge des salaires est surprise de ma demande, m’informe de sa crainte de saisie des syndicats par moi , de procédure administrative car sans lettre la non reconduction ne serait pas valable et qu’une interruption de contrat verrait la non cdi-sation de mon statut dans le futur ; dans le collège où j’étais affectée à ce jour il y a 4 élèves ayant à eux tous 56h d’accompagnement, pour un cui-cae basculé en CDD aesh de 24h. Il n’y aurait pas de dotation pour un cdd AESH mais pour un (des) cui-cae même fonction oui !
    Que dois je penser de la réaction de la personne de l’IA ?
    pourquoi préférer un CUI au lieu de mon CDD ? j’ai 56 ans, bassin d’emploi peu développé dans mon environnement, un fils universitaire en 6e année (encore 4 ans) toujours à charge

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Afin de vous apporter une réponse conforme, Pouvez vous indiquer la nature de votre dernier contrat AESH en CDD ou AESH en CUI-CAE ?
      merci

  5. MENJANE dit :

    AESH dans le 29 à 80% sur 39 semaines, j’entame ma 6ème année. J’ai plusieurs questions : Est-ce que pour un 80%, les heures de travail doivent se suivent impérativement, c’est-à-dire sans coupures ? Est-ce que ce sont les CPE qui gèrent les AESH ou la 2ème adjointe du proviseur ? Si ce sont les CPE, peuvent-elles établir les emplois du temps ? S’il reste 2 ou 3 heures à combler, peut-on nous imposer de les travailler à la vie scolaire ? En raison des fameuses 39 semaines, le proviseur nous a proposé d’augmenter nos heures hebdomadaires, de 33h à 35h afin de quitter le lycée à la fin des cours début juillet. Faut-il faire confiance ?
    Merci pour vos conseils.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que pour un 80%, les heures de travail doivent se suivent impérativement, c’est-à-dire sans coupures ? « 
      En dehors des principes généraux du droit et de quelques exceptions législatives et réglementaires, le principe selon lequel le Code du travail ne s’applique pas aux agents contractuels demeure la règle dans l’éducation nationale. De fait, à la différence du secteur privé,la pratique de l’horaire gruyère (plus d’un trou dans le planning horaire d’une journée) existe dans l’éducation nationale pour les AESH et l’équipe UNEAVS n’a et n’aura de cesse de dénoncer fermement cette pratique.

      En réponse à votre interrogation,  » Est-ce que ce sont les CPE qui gèrent les AESH ou la 2ème adjointe du proviseur ? « 
      Vous êtes affecté sur un lycée, vous n’agissez que
      • sous la responsabilité « fonctionnelle » du chef d’établissement proviseur principal, et par délégation, le proviseur adjoint
      • sous la responsabilité « pédagogique » globale du professeur principal de1ère STI2D, Monsieur Pascal Drillet
      • sous la responsabilité « pédagogique » de chaque professeur assurant un cours.

      Un CPE, n’étant pas membre de direction d’un établissement scolaire, ne peut exercer ni de responsabilité fonctionnelle, ni de responsabilité pédagogique à l’égard des AESH.

      En réponse à votre interrogation, « les CPE, peuvent-elles établir les emplois du temps ? « 
      Non. les emplois de temps d’un AESH ne peuvent être établis que par le proviseur de l’établissement, et par délégation, le proviseur adjoint.

      En réponse à votre interrogation,« S’il reste 2 ou 3 heures à combler, peut-on nous imposer de les travailler à la vie scolaire ? » oui, si les tâches confiées ont un lien direct avec votre fonction d’AESH. Il ne peut pas être exigé des tâches relevant d’un assistant éducation  » vie scolaire ». Sur ce, l’AESH est censé disposer des qualités relationnelles indéniables, un sens développé du travail d’équipe et des talents de diplomatie confirmée pour savoir composer avec des tâches occasionnels confiés qui ne relèveraient pas de ces fonctions quand il est disponible. A offrir ses services à des collègues « débordées », vous attire de la sympathie et ans un monde de brute, la tendresse humaine reste une valeur appréciée.

Les commentaires sont fermés.