Foire aux questions AESH PL

Publicités

2 982 commentaires pour Foire aux questions AESH PL

  1. Lou dit :

    LOU,

    Académie Aix-MARSEILLE

    Bonjour,

    Je suis actuellement en maladie. J’ai reçu une lettre du lycée employeur me faisant part d’un trop perçu à rembourser. Selon mes calculs je ne retrouve pas ce trop perçu. D’autant que je suis censé avoir un maintien de salaire. J’ai eu un maintien en mars ensuite pour avril je ne l’ai pas été pendant 2 semaines pour finalement être de nouveau en maladie en mai. Je voulais savoir comment est-il possible de vérifier mis à part mes propres calculs le montant. On me demande 348 euros brut. C’est énorme. D’autant que je n’ai pas pu reprendre mon travail à cause des manques de respects à répétition de la part de la hiérarchie et du harcelement moral dont j’ai été victime.
    D’autant que j’ai envoyé un mail à l’inspection académique pour en parler, mais à ce jour je n’ai jamais reçu de réponse. Je ne comprend pas pourquoi les avs sont exclus de la prime de l’éducation nationale pour le mois de septembre 2018. Nous concernant c’est en discussion. Je trouve ça aberrant. Nous faisons partie du personnels. Mais tout ce qui nous concerne reste en discussion.
    Je vous remercie pour votre réponse.

    LOU

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir comment est-il possible de vérifier mis à part mes propres calculs le montant. »
      Faute de consultation de visu de vos bulletins de salaires (et connaissance exacte de vos dates d’arrêt maladie et ancienneté acquise), il nous est difficile de répondre avec certitude à votre question.
      1 indication utile est possible toutefois qui peut s’appliquer à votre cas
      – une application du jour de carence sur votre rémunération qui s’applique à …chaque arrêt maladie constaté. Ainsi si vous avez été arrêté 2 fois, 1 jour de carence s’appliquant par arrêt maladie, cela fera 2 jours sans rémunération.

      En réponse à votre interrogation,  » Je ne comprend pas pourquoi les avs sont exclus de la prime de l’éducation nationale pour le mois de septembre 2018. »
      Nous comprenons pour notre part que s’agissant de verser des primes à l’instar de leurs collègues enseignants, le ministère de l’éducation nationale n’en a jamais envisagé son application pour les AESH.

  2. 25.89 dit :

    Bonjour AESH dans la Nièvre,
    Il y a quelques jours, j’ai décidé de postuler dans le 21, dans l’espoir de pouvoir m’installer dans un département plus attractif que le mien, malgré mes 4 1/2 ans d’expérience, j’ai reçu une fin de non recevoir du responsable des recrutements AESH. Estimant que je devais postuler uniquement dans le 58, une fois de plus nous ne sommes plus que jamais des numéros ! Donc au sein de l’ Académie de Dijon aucune liberté de mouvements apparemment dans ce coin de France. Je trouve cela peut respectueux et vous ? Chers collègues !

  3. Libellule dit :

    33-gironde Bonjour!J ai la chance de pouvoir connaître mes affectations pour la rentrée.Une des élèves va au collège classe ulis.Avec qui dois je prendre contact au collège pour mon emploi du temps?Est ce que je peux les contacter cette semaine ou à la rentrée pour avoir mes horaires?Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Avec qui dois je prendre contact au collège pour mon emploi du temps? » et suivante « Est ce que je peux les contacter cette semaine ou à la rentrée pour avoir mes horaires? »
      Votre affectation étant connue, Vous aurez à vous présenter au chef d’établissement scolaire à date de rentrée scolaire le 03/09. Après validation de votre prise de fonction par signature PV d’installation, vous disposez de 1 mois pour fixer votre planning horaire hebdomadaire.
      Une prise de contact serait inappropriée avec le chef d’établissement scolaire cette semaine uniquement pour connaitre votre emploi du temps. Nous vous suggérons d’attendre la rentrée.

  4. Line dit :

    BONJOUR SUR mon contrat il y a noté aide individuelle dans le 1er degrés donc logiquement il ne peuvent pas m affecter dans un collège si c est le cas je fais quoi ? Il faut le signaler?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « si c est le cas je fais quoi ? » et suivante « Il faut le signaler?
      Dès prise de connaissance de votre lieu d’affectation, vous vous présenterez pour la prise de fonction à date fixée dans l’établissement scolaire désignée.
      Si vous êtes en collège, vous aurez bien le temps ensuite de signaler l’erreur qui ne prête pas à conséquence sur votre travail.

      • Line dit :

        D’accord merci pour votre réponse
        Donc à priori normalement il n’en peuvét que m affecter au 1er degrés ?

        Et dans le mail reçu il faut signaler si l école ne correspond pas au info de mon’ contrat donc il parle de quoi ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « normalement il n’en peuvét que m affecter au 1er degrés ? » et suivante « il faut signaler si l école ne correspond pas au info de mon’ contrat donc il parle de quoi ? »
          Dès réception de votre contrat, ce dernier vous indique votre établissement scolaire d’affectation. Vous avez donc à vous conformer à ce que vous indique votre contrat de travail.
          Maintenant, si un mail de votre employeur IA ASH vous précise de signaler que l’établissement scolaire d’affectation indiqué sur le contrat renouvelé n’est pas celui dont vous êtes en exercice actuellement, signalez le rapidement.
          Suite de quoi, attendez que l’employeur IA ASH confirme par écrit (très important) soit votre maintien en affectation actuelle ou bien en affectation indiquée par le contrat renouvelé.

  5. Macabiau Julie dit :

    Bonjour,
    Aesh dans le département 82, je me permets de vous contacter pour une question de « dernière minute ».
    Je suis affectée dans deux écoles primaires privées, les élèves n’auront plus classe à partir de mercredi midi dans la première école et jeudi en fin de journée pour la seconde.
    Mes questions concernent la journée du vendredi 6 juillet :
    – ma présence est-elle obligatoire ce jour-là bien qu’aucun élève ne soit présent ? Est-ce au bon vouloir du chef d’établissement ?
    – que peut exiger de moi le directeur de l’établissement comme « tâches »ce jour-là? Il m’est arrivé (sur des journées sans élèves) de devoir aider à ranger des cartons de commandes de fournitures, trier des livres de bibliothèque et les couvrir ou encore faire du secrétariat…Suis-je obligée de le faire?
    Je vous remercie d’avance de l’attention que vous porterez à mon message et pour votre réponse.
    Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « ma présence est-elle obligatoire ce jour-là bien qu’aucun élève ne soit présent ? » et suivante « Est-ce au bon vouloir du chef d’établissement ? »
      Même en l’absence des élèves dans l’établissement scolaire, vous avez à vous présenter en poste de travail conformément à votre planning horaire hebdomadaire fixé par contrat de travail. Maintenant, si le chef d’établissement n’estime pas votre présence indispensable le 6 juillet, il peut prendre sur lui de vous autoriser à rester à disposition à domicile.

      En réponse à votre interrogation, « que peut exiger de moi le directeur de l’établissement comme « tâches »ce jour-là? » et suivante «  devoir aider à ranger des cartons de commandes de fournitures, trier des livres de bibliothèque et les couvrir ou encore faire du secrétariat…Suis-je obligée de le faire? »
      Rester à disposition du chef d’établissement scolaire implique que ce dernier a toujours la responsabilité de vous désigner l’accomplissement de tâches en rapport avec votre fonction AESH, pas de vous faire acquiescer docilement à des demandes d’exécution de tâches domestiques (chasse aux araignées par exemple), de documentalistes, de secrétariat, de services divers comme vous casser le dos en trimbalant des cartons, à faire l’équilibriste sur une échelle, à laver sa voiture avant son départ en vacances ou cirer ses pompes…

  6. July dit :

    Bonjour,

    (14) , je suis à la recherche d’AESH collective qui seraient en CDI dans un dispositif Ulis, n’importe où en France , et encore plus dans l’académie de CAEN/ROUEN. J’ai besoin de votre aide, je compte sur vous et votre générosité. Un grand merci

    • briand0493 dit :

      APPEL à L’AIDE de July aux collègues AESh-Co de France et de Navarre (mais si normand, ce sera un plus apprécié).

      • VAURY virginie dit :

        Bonjour juli, Je suis aesh mutualisée dans le 21 et je travail en ULIS école depuis 9 ans. Je suis en cdi depuis 3 ans à 20h30. Que puis je faire pour vous?

        • July dit :

          Merci de votre réponse. Je vais être en CDI en septembre prochain, je suis sur l’Ulis lycée depuis 6 ans, et mon academie (14) apparemment ne fonctionnerait pas de la même façon que d’autres académies… Et donc veut que je passe en AVS-Indiv’ et que j’intervienne plus dans l’Ulis… Chose que je trouve complètement injuste par rapport aux autres académies.. Je cherche désespéramment une ou plusieurs personnes de l’académie de CAEN/ROUEN qui pourrait me prouver l’inverse… :/ Merci de votre réponse 😉

        • VAURY virginie dit :

          Bonjour july, cela fait 9 ans que je suis en ULIS école ( en cdi depuis 3 ans) Aesh mutualisé et j’ai toujours travaillé en ULIS , je suis réaffectée pour la rentrée. Je ne sais pas si les ULIS lycées fonctionnent de la même manière. Malheureusement je ne peux pas t’apporter de réponse, je suis dans l’incompréhension de leurs réponses car le poste existe. Dans mon secteur il y a deux ULIS, on vient de nous annoncer la fermeture de l’une d’entre elles ( enfin le déplacement), on se retrouve avec 12 élèves dans l’ulis, il n’y aura donc plus de place pour d’éventuels autres élèves…

        • Florence dit :

          Bonjour à toutes et tous. Ma copine Sandra est enseignante spé dans une ULIS école à Louviers (27). Elle cherche une AESH co pour la rentrée prochaine. Quelqu’un est dans le coin ? Ca intéresse quelqu’un ?

        • briand0493 dit :

          APPEL aux collègues AESH de l’académie de Rouen (département 27) susceptible d’être intéressé -contact avec Florence-mail: bachetcie(arobase)aol.com

      • océane dit :

        Je suis AESH en cdi dans un dispositif ulis dans le 72. Mais l’inspection m’a dit que cela n’était plus possible. Du coup c’est l’incertitude pour la rentrée. Sans plus d’explication. j’avoue que je ne comprends pas.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Nous même au sein de l’équipe UNEAVS, nous ne comprenons pas très bien ce qui se passe depuis 1 mois sur la présence/maintien ou non d’agent AESH en Ulis. Les informations nous parvenant des collègues AESH ou des rectorats ou des DSDEN sont contradictoires.

        • July dit :

          En effet, les Ulis n’auront plus qu’une seule AESH Co l’an prochain. Les AVS Co contrat aidé, seront affectés(es) en tant qu’AVS mutualisé(e) dans le même établissement ou autre… C’est une grosse blague…

        • Florence dit :

          Bonjour Aesh-co en CDD depuis 3 ans (+2années en CUI). Je cumule 150h de formation (Makaton, troubles des apprentissages, TED, TCC… j’ai mon PSC1, etc.) et effectivement je me demande où cela me mène, pas de contrat à ce jour. Pourquoi ?
          Pour le même salaire que mes collègue je suis en charge de 12 élèves … C’est affolant !

          Pourquoi n’est-on pas franc et honnête. J’ai des enfants, besoin de travailler…
          Je me dis que je vais adresser un message à M. Le Ministre , Mme La secrétaire d’Etat au handicap mais aussi à Mme Macron, qu’ils soient honnête et me disent que je ne fais pas « l’affaire » pour justifier la suppression de mon poste.

          J’aime beaucoup mon métier et les élèves me le rendent bien, les familles et mes collègues aussi. Pourquoi ces personnes qui ne me connaissent pas choisissent pour nous ?!? QU’ils viennent et ils vont voir que je suis utile et que je ne ménage pas mes efforts !

    • Coco dit :

      Bonjour,
      Je suis AESH co en CDI dans une Ulis Ecole de l’académie de Grenoble.
      Pour le moment je n’ai pas d’info concernant le non maintien de mon poste pour l’an prochain…

    • Lolotte dit :

      Bonjour,
      Je suis AVS-co en ULIS en contrat CUI depuis 4 ans dans un collège. Jeudi 5 juillet, on m’annonce que les dotations départementales ne permettent pas de me renouveler en contrat CUI. Début mars, j’ai fait une lettre de motivation sollicitant la transformation de mon contrat CUI en contrat AESH. La DSDEN me propose cette transformation que j’accepte. J’apprends ce jeudi ainsi que le principal du collège que mon poste en ULIS est supprimé et ce, dans tout le Calvados. Les personnes qui prennent ces décisions devraient vraiment venir sur le terrain !!!

    • florasoleil dit :

      je suis en CDI ( académie de Rennes ) affectée dans le dispositif à ma demande pour la rentrée de septembre 2018 après avoir été depuis mon entrée en poste en aide individuelle. J’avais effectué cette demande en 2011 : refusée car préférait placer des contrats cui dans les classes ulis ( ex clis) .Ma demande a été acceptée cette année car j’avais vraiment besoin de souffler. La mise en place d’un AESH en classe Ulis dépend uniquement du bon vouloir des inspecteurs académiques et ne repose pas sur une décision MDPH donc si l’inspection décide de placer un contrat de droit privé plutôt qu’un contrat de droit public la décision est sans recours. Peut être que dans votre académie il y a un manque de budget qui fait qu’il préfère positionner un aesh droit public auprès d’un élève en classe dite ordinaire plutôt qu’en Ulis car la notification mdph s’impose à l’employeur . L’employeur est dans l’obligation de placer un AESH auprès d’un élève avec notification mdph alors qu’il n’est pas juridiquement obligé de positionner un AESH en Ulis .

  7. B.... K..... dit :

    Bonjour,
    Aesh en CDI, dans le département en Alsace (68), je viens de recevoir par mail, mes affectations pour la rentrée prochaine. Dans le message reçu, voilà ce qui est écrit :
     » Soit une quotité d’embauche de 55% pour 24h30 de service rémunéré sur 39 semaines dont 22h30 d’accompagnement sur 1 établissement.
    La loi nous oblige à ne plus faire de contrats sur 36 semaines. La compensation des dépassements horaires ne sera donc plus hebdomadaire mais annuelle. » Je ne comprends pas le sens de ces 2 dernières phrases. 39 semaines au lieu de 36 : devrais-je travailler 3 semaines supplémentaires pour un même salaire ? Que veut dire « la compensation des dépassements ne sera plus hebdomadaire mais annuelle » ?
    Merci d’avance pour votre réponse… et merci pour tout ce que vous faites pour nous tous, aesh, de votre investissement.
    Cordialement
    BK

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur le message reçu, « Soit une quotité d’embauche de 55% pour 24h30 de service rémunéré sur 39 semaines dont 22h30 d’accompagnement sur 1 établissement. La loi nous oblige à ne plus faire de contrats sur 36 semaines. La compensation des dépassements horaires ne sera donc plus hebdomadaire mais annuelle. Je ne comprends pas le sens de ces 2 dernières phrases. (…) ? »
      Il est normal que vous n’en comprenez pas le sens parce que tout simplement cela relève du sac d’embrouille pur et simple.
      Explication
      Ce que doit appliquer la DSDEN Alsace
      Si un CDD dispose d’une quotité d’embauche à 55% d’un temps complet, cela implique que la quotité temps de travail effectif à réaliser sur la durée du contrat est de ((1607×55)/100)= 883,50h. Cette dernière se doit être répartie obligatoirement sur 39 semaines, soit un planning horaire hebdomadaire de 22h40 sur 39 semaines. Votre rémunération mensuelle quant à elle reste bien fixée sur la base d’un 55% d’un temps complet.

      Mise à jour le 03/07
      Le sac d’embrouille
      la DSDEN considère visiblement que le temps de travail d’un AESH se résume à du temps d’accompagnement auprès d’un élève, présent 36 semaines sur un établissement scolaire. Pour cela, elle invente la semaine temps de service AESH à 0h.
      Se dissimulant derrière une rhétorique administrative absconse , la DSDEN 68 poursuit une manoeuvre frauduleuse et crapuleuse demeurant la suivante
      1- la DSDEN 68 éclipse illégalement 3 semaines de 39 fixées par la loi en les transformant en semaine temps de service à 0 heures. Cet artifice a pour objet d’éviter de vous établir un CDD AESH à 60% d’un temps complet (955h rémunérées au lieu de 883,5h). Votre perte de rémunération mensuelle reste autour de 60 euros net.
      2- avec un CDD AESH à 55% d’un temps complet, la DSDEN 68 vous impose désormais d’effectuer 24h30 /temps de service hebdomadaire alors qu’en respect des textes, il se devait être de 22h30.

      En conclusion: la DSDEN 68 à l’image de la DSDEN du Gard prend les agents AESH pour des imbéciles.

      • sonija dit :

        Bonjour moi j’ai eu droit à la même aujourd’hui mais on me demande de m’occuper d’un élève(15h) et l’autre (16 h) puis on me rajoute : Soit une quotité d’embauche prévue à 65% pour 29h de service rémunéré sur 39 semaines dont 26h15 d’accompagnement et 0h de mise à disposition sur établissement(s).
        La loi nous oblige à ne plus faire de contrats sur 36 semaines. Ils seront rédigés en tenant compte de cette modification. La compensation des dépassements
        horaires ne sera donc plus hebdomadaire mais annuelle.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Votre commentaire rebondissant sur celle d’un commentaire d’une collègue (BK) et de la réponse que nous avions apporté nous a permis de mieux comprendre ce que mijotait la DSDEN 68.
          Explication
          Que dit la loi sur la répartition temps de travail d’un agent AESH ?
          Le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants d’élèves en situation de handicap pose un principe très général d’organisation du temps de travail dans son article 7: « Le travail des accompagnants des élèves en situation de handicap se répartit, dans le respect de la durée annuelle de référence prévue à l’article premier du décret du 25 août 2000 susvisé, sur une période d’une durée de 39 à 45 semaines. »
          La circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH précise.
          « (…) La durée annuelle de travail des AESH est fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. Comme les AED-AVS, les AESH accomplissent leur service sur la base d’un nombre de semaines compris entre 39 et 45 par an. Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet.

          La DSDEN 68 indique « La loi nous oblige à ne plus faire de contrats sur 36 semaines » Vrai. elle ne peut établir un CDD AESH imposant un temps de service sur 36 semaines. c’est à minima 39 semaines.
          La DSDEN 68 poursuit «  Ils seront rédigés en tenant compte de cette modification » aucune modification de la loi n’ayant été établie depuis sa sortie, elle n’a pas à tenir compte d’une modification qui n’existe pas et n’a jamais existé
          La DSDEN 68 affirme  » La compensation des dépassements horaires ne sera donc plus hebdomadaire mais annuelle ». elle s’autorise donc quand même à être en contradiction des textes en voulant imposer une quotité d’embauche sur 36 semaines (et non sur 39) considérant que 3 semaines de votre contrat seront d’office à 0 heures de temps de service. Elle n’a pas poussé son raisonnement jusqu’à l’incongruité en indiquant que durant les semaines consacrées à vos congés légaux, vous effectuerez aussi 0 heures temps de service

          L’objectif de cette manoeuvre frauduleuse et crapuleuse est la suivante
          Il vous est imposé tout simplement un CDD AESH rémunéré sur la base d’un 65% d’un temps complet, soit 1044 h.qui seront réparties sur 39 semaines de la manière suivante: 36 semaines avec un temps de service hebdomadaire de 29h (1044/36) et 3 semaines à 0h.

          double Conséquence:
          1- la DSDEN 68 souhaite que vous effectuez 29H/temps de service hebdomadaire sur 36 semaines, 3 semaines X 29h étant éclipsées illégalement, et au lieu de disposer d’Un CDD AESH à 70% d’un temps complet, votre perte de rémunération mensuelle sera autour de 60 euros net.
          2- Avec un CDD AESH à 65% d’un temps complet, la DSDEN 68 vous impose d’effectuer 29H/temps de service hebdomadaire sur 36 semaines, alors qu’en respect des textes, votre temps de travail hebdomadaire réparti obligatoirement sur 39 semaines se doit être de 26h 45.

          En conclusion: la DSDEN 68 à l’image de la DSDEN du Gard prend les agents AESH pour des imbéciles.

  8. Vina dit :

    56.AESH en cdd (4ém année)
    Bonjour ayant eu un arrét de lundi à vendredi, j’ai reçu un courrier concernant une non-affiliation à la MGEN qui me demande de m’affilier afin de percevoir mes indemnités journalières concernant l’arrêt, qui signifie une baisse de salaire…
    Etant affilié à la CPAM et CMUC, est-ce obligatoire de s’affilier à la mgen pour avoir droit aux remboursement? ou puis-je rester à la cpam et se faire rembourser par leur biais?
    merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Etant affilié à la CPAM et CMUC, est-ce obligatoire de s’affilier à la mgen pour avoir droit aux remboursement? ou puis-je rester à la cpam et se faire rembourser par leur biais? »
      Dans votre situation présente (CDD AESH), il n’est nullement obligatoire de vous affilier à la MGEN en lieu et place de la CPAM. En cas d’arrêt maladie, comme vous continuez à percevoir votre plein traitement (moins 1 jour de carence) de la part de votre employeur, vous avez à déclarer obligatoirement à ce dernier les indemnités journalières maladie perçues par la CPAM et à lui reverser.

  9. océane dit :

    Nous voilà à une semaine de la fin de l’année et nous n’avons toujours pas eu d’information concernant nos affectations pour la rentrée. Mes collègues et moi même avons essayés à de nombreuses reprise de joindre le service aesh sans succès ni par mail ni par téléphone . Que devons nous faire à la rentrée sans réponse de leur part?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que devons nous faire à la rentrée sans réponse de leur part? »
      Vous n’avez d’autre choix que de patienter comme tant d’autres, hélas, collègues AESH dans la même situation d’incertitudes de leur future affectation ou renouvellement de leur CDD.

    • david 11 dit :

      David 11,
      Je suis dans le même cas que toi et je voudrai savoir dans quel département tu es.
      Merci de ta réponse

  10. steunou dit :

    bonjour,je suis AESH depuis 4 ans, je travaille dans une école élémentaire dans la drôme. Tous les contrats cui de mon école ont été convoqué à un entretien afin de déterminer leur embauche éventuelle en tant AESH. On leur a dit lors de l’entretien que le contrat sera de 26h/semaine rémunéré 730 euros net/moisré et ceci pour la rentrée 2018. Mais qu’en est-il de mon contrat? vais-je rester à 22h/semaine ou vais-je basculer à 26h/semaine. Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « qu’en est-il de mon contrat? vais-je rester à 22h/semaine ou vais-je basculer à 26h/semaine »
      Il apparaît d’après vos explications fournies que vos collègues AESH en Cui-CAE vont pouvoir disposer d’une transformation de leur contrat en CDD AESH à des conditions d’heures de travail et de rémunération similaires. C’st plutôt une bonne nouvelle pour vos collègues, ne pensez-vous pas ?
      Sur ce, étant en CDD AESH, il est logique que vous ne soyez pas concerné par cette transformation de contrat CUi-CAE de vos collègues AESH en CDD AESH. Toutefois, s’agissant une augmentation de votre quotité temps de travail et la rémunération correspondante semblable à celle proposée à vos collègues en Cui-Cae, nous estimerons très légitime et pertinent que vous en effectuez la demande auprès de votre employeur actuel.

  11. Cecile dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH en CDI au collège. Les cours sont terminés mais le directeur nous demande de venir quand même au collège jusqu’au 6 juillet. Est-ce une obligation ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce une obligation ? »
      Oui. Vous devez rester à disposition du chef d’établissement scolaire d’affectation conformément à votre contrat de travail qui impose que votre temps de travail est réparti sur 39 semaines (36 semaines en période scolaire et 3 semaines en périodes non scolaires.
      Par période scolaire, il faut comprendre temps où les les élèves sont présents dans l’établissement scolaire pour suivre les cours.
      Par période non scolaire, il faut comprendre temps où les les élèves ne sont pas présents dans l’établissement scolaire pour suivre les cours (dites aussi vacances scolaires).
      A savoir: Les jours de vacances scolaires ne doivent être considérées comme vos congés légaux qui vous sont dus en cours de contrat (2,5 jours par mois travaillés au prorata si CDI à temps incomplet). Ces derniers accordés par votre employeur sont souvent confondus avec des jours de vacances scolaires.

      • Cela veut dire que l’on peut demander 2,5 jours de congé chaque mois en plus des vacances scolaires ? Comme je suis à plein temps je les poserais bien cette semaine plutôt que de jouer au mec sympa qui prépare le cafè et reste à glander en salle des profs au cas ou un fonctionnaire à besoin de main d’oeuvre.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Nous sommes désolés. Nous avons beau vérifier l’ensemble de nos commentaires, nous n’arrivons pas à comprendre par quel cheminement vous en êtes arrivé à votre interrogation « Cela veut dire que l’on peut demander 2,5 jours de congé chaque mois en plus des vacances scolaires ? »

  12. Sylvie dit :

    61 problème renouvellement aesh est ce que je peux m adresser mediateur

  13. Sylvie dit :

    61 aesh depuis 2 ans pas renouvelée car enfant va en ulis pas de propositions autre enfant est ce légal que super lettre de recommandation instits

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « aesh depuis 2 ans pas renouvelée car enfant va en ulis pas de propositions autre enfant est ce légal ? »
      Nous ne pouvons vous répondre faute d’indications suffisantes sur la nature de votre contrat (Cui-Cae ou CDD AESH ?). Nous vous invitons donc à reposer votre question en mode non SMS en y apportant les précisions souhaitées que nous pouvons aisément décrypter.

  14. Sanson dit :

    Bonjour
    J’aimerai savoir à combien de kilomètres de son domicile une AESH peut être nommée ? Peut elle refuser une école ? Si elle n’a pas de voiture ? Peut elle changer de référence scolaire pour changer de villages ?
    D’avznce Merci
    Académie de Versailles 78

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir à combien de kilomètres de son domicile une AESH peut être nommée ? »
      En tenant compte que vous ne disposez par de véhicule personnel ou que vous n’envisagez pas cette usage

      si vous habitez dans un tissu urbain bien desservi par les transports urbains (ville- agglomération urbaine), il peut être considéré comme
      – raisonnable une affectation en établissement scolaire éloignée entre 0 et 8 km de votre domicile.
      – très problématique une affectation en établissement scolaire éloignée entre 8 et 15km de votre domicile que vous pouvez légitiment refuser (motif: frais de déplacement excessif portant atteinte financièrement à votre vie privée, familiale.
      – Au delà, de 15 km, C’est de l’abus et vous pouvez légitiment refuser cette affectation (motifs: frais de déplacement excessif portant atteinte financièrement à votre vie privée, familiale.)

      si vous habitez dans un tissu rural mal ou pas desservi par des transports type urbains il peut être considéré comme
      – raisonnable une affectation en établissement scolaire éloigné entre 0 et 5 km de votre domicile.
      -Au delà, de 5 km, l’affectation peut être légitiment refuser (motifs: frais de déplacement excessif portant atteinte financièrement à votre vie privée, familiale)

      En réponse à votre interrogation, « Peut elle changer de référence scolaire pour changer de villages ? »
      Chaque enseignant-référent de l’IA ASH couvrant un secteur bien délimité, il se peut très bien qu’un agent AESH en affectation dans 2 établissements scolaires différents se retrouvent en communication avec 2 enseignants-référents de l’IA ASH.

  15. Manon dit :

    Bonjour
    Fin de mes 2 ans d avs serez t’il possible de postuler un 27 juin pour être aesh?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      <En réponse à votre interrogation, « serez t’il possible de postuler un 27 juin pour être aesh? »
      Nous vous invitons à transmettre dans les plus brefs délais votre candidature à un emploi AESH sous CDD auprès de la DSDEN (lettre de motivation + CV + lettres de recommandation professionnelles souhaitées).
      Sous réserve que votre candidature soit retenue, une proposition d’emploi AESH sous CDD peut vous être formulée. Prévoyez simplement que cette proposition ne vous parviendra au mieux fin août, sinon courant septembre-octobre.

  16. LK dit :

    Bonjour, je suis AESH en cdi depuis 1 an, je vais effectuer la rentrée scolaire dans un collège, c est une première pour moi car jusqu’à présent je travaillais en élémentaire et avait un contrat de 22h par semaine, pouvez-vous me dire si cela est possible de faire le même nombre d’heures au collège ou si forcément les heures vont augmenter. Merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » pouvez-vous me dire si cela est possible de faire le même nombre d’heures au collège ou si forcément les heures vont augmenter »
      Il se peut que vous soyez amené à faire votre mission AESH en collège sans modification de votre quotité temps de travail attribuée (autrement semblable que précédemment).
      Mais, en collège, les élèves ont à accomplir un volume d’heures de cours plus important qu’en primaire (28h au lieu de 24h). Selon les nécessités d’accompagnement d’un élève en situation de handicap en collège, il se peut que votre employeur puisse vous proposer par avenant une modification de votre CDI incluant une augmentation de la quotité temps de travail attribuée.

  17. Bonjour
    Avs en cui depuis 5 ans en école primaire à à Sxxxxxxx
    Il y a 2 ans Hxxxxxx m’a téléphoné pour me faire une promesse ,orale, me disant que vu mon âge,le texte de loi qui venait de passer me permettrait d’avoir mon contrat renouvelé jusqu’à l’âge de ma retraite à taux plein c’est-à-dire 67 ans.( j’aurai 62 ans en avril 2018).
    La semaine dernière j’ai reçu un appel D’ Hxxxxxx, qui me dit que cette loi est en effet toujours valide, mais que les dernières décisions du gouvernement Macron supprime, je crois ,180000 emploi en CUI pour les AVS à la rentrée 2018 !
    ( Sachant que la MDPH notifie 220000 nouveaux élèves nécessitant un accompagnement d’AVS, chaque année. ….!)
    On me propose un nouveau contrat AESH pour mon renouvellement( fin septembre 2018 pour le 1er octobre).
    Je devrais travailler plus d’heures et gagner encore moins c’est-à-dire 710 € par mois au lieu de 825€. Et pour ce Prix je suis censée faire des déplacements entre plusieurs écoles ,quasiment sans défraiements d’essence.
    Ma question est: est-ce légal, alors que je suis toujours sous le coup de cette loi et de cette promesse de renouvellement en CUI jusqu’à ma retraite à taux plein, de m’obliger à changer de type de contrat ?
    Personnellement je ne vois pas comment je pourrais vivre avec 710 €, entretenir une voiture, et payer l’essence pour aller jusqu’à mon travail….
    Par ailleurs on me refuse de pouvoir consulter un prototype de contrat écrit pour me permettre de prendre ma décision d’acceptation ou de refus en connaissance de cause ! Et bien sûr aucun engagement écrit de cette proposition de contrat d’embauche, juste promesse orale.
    Du même ordre que la promesse orale, reçu il y a 2 ans,de me garder jusqu’à mes 67 ans. (J’aurai 62 ans au mois d’avril.)
    Il semble décidément que l’éducation nationale n’a aucune idée de ce que veut dire le droit du travail!
    Merci pour votre travail ,votre engagement et d’avance pour votre réponse.
    Corinne Bxxxxxxx

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est-ce légal, alors que je suis toujours sous le coup de cette loi et de cette promesse de renouvellement en CUI jusqu’à ma retraite à taux plein, de m’obliger à changer de type de contrat ? »
      S’agissant le renouvellement de votre contrat CUi-Cae, il faut savoir que votre employeur ne peut s’y engager s sans, au préalable, prendre connaissance des décisions prises pour l’année civile en cours par
      – le ministère de l’emploi CIRCULAIRE N° DGEFP/SDPAE/MIP/MPP/2018/11 du 11 janvier 2018 relative aux parcours emploi compétences et au Fonds d’inclusion dans l’emploi en faveur des personnes les plus éloignées de l’emploi
      – L’arrêté préfectoral fixant les conditions d’éligibilités d’un demandeur d’emploi à un emploi AESH ou EVS sous contrat CUI-CAE ou les conditions de renouvellement du contrat CUI-CAE d’un salarié en poste (exemple : arrêté préfectoral pays de Loire du 12/O2/2018)
      or, en la matière les décisions du ministère (puis du préfet) ont introduites des chéngements noatbles en matière de renouvellement de contrat Cui-CAE (pour en savoir plus, cliquer ICI)

      Manifestement, votre employeur ne pouvant procéder au renouvellement de votre contrat Cui-CAE, une proposition de transformation de votre emploi AVS sous Cui-CAE (droit privé) en emploi AESH sous CDD ‘droit publique) vous é été formulée .Pour en savoir plus cliquer ICI.
      Or, dans ce cas présent, l’employeur éducation nationale est libre de fixer les termes d’un CDD AESH résultant de cette transformation du Cui-Cae, à charge pour vous d’accepter ou non les termes de ce contrat.
      Il en résulte effectivement une proposition tout à fait légale de CDD AESH dont les termes se révèlent moins avantageuses qu’un contrat Cui-Cae. C’est une situation qui sur le site a été décryptée avec les pièges en résultant (pour en savoir plus, cliquer ICI)

      Vous n’êtes absolument tenu de tomber dans ces pièges et d’accepter cette proposition de CDD AESH.

      En réponse à votre interrogation,  » on me refuse de pouvoir consulter un prototype de contrat écrit pour me permettre de prendre ma décision d’acceptation ou de refus en connaissance de cause ! »
      En cliquant sur le lien suivant ICI, vous trouverez des modèles de CDD AESH tels qu’ils sont proposés à ce jour par un employeur éducation nationale.
      Il faut avoir en tête qu’avec ce CDD AESH dit attractif, l’employeur Education nationale compte bien que vous travaillerez plus d’heures, gagner moins et faire des déplacements multiples entre plusieurs écoles sans remboursement de vos frais de déplacement.

      En réponse à votre commentaire, « Il semble décidément que l’éducation nationale n’a aucune idée de ce que veut dire le droit du travail! »
      commentaire pertinent que nous vous confirmons par expérience.

  18. cécile dit :

    Bonjour,
    AESH-co en CDI temps plein, en ULIS college, je voudrai échanger avec d’autres AVS-co pour savoir ce qu elle font en dehors du temps de classe.
    Pour ma part, je fais 21h en ULIS et 20h en tant qu AED, car au changement de contrat (AED vers AESH) personne a pu me die si je pouvais encore effectué des missions d’AED.

    • briand0493 dit :

      Appel aux collègues, pour échange demandé par Cécile.

      • Florence dit :

        Je suis AESh co. J’étais il y a 2 ans en ULIS collège. Ma collègue était AESH co en CDI.
        Au lycée je ne sais pas.

        • July dit :

          Très bonne info, pourrais-je savoir sur quelle académie vous êtes? Il faut que je trouve des solutions via d’autres académies… MErci de votre aide

    • July dit :

      Salut Cécile ,
      Je suis AVS Co en Ulis lycée à plein temps , je fais la même chose que toi globalement, sauf que nous on rajoute des heures dans les ateliers et les suivis de stage de nos élèves. J’ai néanmoins une question importante, je vais passer en CDI en septembre mais le rectorat me dit que je ne peux pas être en CDI en ULis lycée , que les AVS co en CDI n’existe pas dans les dispositifs Ulis. Tu peux contredire cette information?

      • Imane dit :

        Bonjour July!

        Je suis AESH co en CDI dans le dispositif ULIS collège depuis 3 ans. C’est totalement faux!

        • July dit :

          Merci de ta réponse peux tu me dire sur quelle académie tu appartiens?
          Apparemment les academies ne fonctionneraient pas de la même façon…

        • Frémondeau dit :

          Bonjour, moi je passe en cdi et je suis affectée dans une ulis avs co à la rentrée! et la personne qui occupait le poste avant était aussi en cdi !
          academie de poitiers

        • July dit :

          Merci pour votre réponse et sachez que vous avez une chance !! Si jamais vous avez des infos sur les académies de Rouen et Caen , n’hésitez pas 😉

        • Imane dit :

          Coucou July!

          De rien, avec plaisir! On m’avait dit la même chose avant de passer en CDI, et finalement j’ai été effectuée au même poste (aesh co ulis collège). Pour répondre à ta question, je travaille sur l’Académie Nancy Metz.

          N’hésite pas si tu as besoin d’autres informations.

          Cordialement

  19. Jegouic dit :

    Bonjour
    Savez vous si le decret à été modifié ? Je suis titulaire du baccalauréat et du diplôme de moniteur éducateur mais ne rentre pas dans les cases du decret de 2004 pour obtenir un poste d Aesh. J ai envoyé ma candidature mais j’ai bien peur que celle ci soit refusée

  20. Be.lette dit :

    Bonjour AVS en congé parental j’ai re postule à un poste AESH pour la rentrée. On ma répondu que ma candidature était bien prise en compte et que j’aurai un réponse mi juillet….pense vous que c’est bon signe ?

  21. Ouaddi dit :

    Bonsoir, Avs cui dans le 95
    Je suis en poste depuis décembre et j’ai été absente 1 mois cela est-il normal que l’enseignante référente ne m’ais pas contacté?
    Respectueusement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, » cela est-il normal que l’enseignante référente ne m’ais pas contacté? »
      oui, dans la mesure où un enseignante référente est d’abord l’interlocutrice privilégiée des parents de l’élève en assurant auprès d’eux une mission d’accueil et d’information. Seconde responsabilité : une rôle de mise en place, de suivi et d’animation de l’Equipe de suivi de scolarisation de l’élève.
      Pour tout ce qui relève de votre situation professionnelle, cela relève de la responsabilité exclusive de votre employeur.

  22. Karbh dit :

    Bonjour à tous,je vois remercie pour tout le travail que vous faites autant que aesh et je remercie l’administrateur de la page pour ses precieux conseils.je suis assistante d’éducation à paris depuis 3 ans en contrat aed,Je voudrais me convertir en aesh car il me reste 3ans avant la fin de mes 6ans.ma question est: est ce possible de beneficier de d’un cdi ? J’ai fais bcp de emplacements quand les avs etaient absents et ce métier me plait bcp,il est bien meilleur que d’etre surveillant et faire le vigile.je vois soihaite à tous une excellente journée.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce possible de bénéficier de d’un cdi ? « 
      Ce ne sera pas possible car pour un passage en CDI AESH, il est tenu compte des seuls 6 années passées sous CDD AESH et non sous CDD Assistant éducation « vie scolaire ou assimilé ». le fait que vous ayez effectué des remplacements de collègues AVS dans l’établissement ne pourra pas être pris en compte.

  23. angélique dit :

    17400 académie Poitiers

    Qui se moque de qui?
    J’ai terminé en février mon deuxième contrat en cui d’auxiliaire de vie scolaire, j’ai postuler dans les règles à un emploi d’AESH. On m’a répondu que ma candidature est retenue mais qu’à l’heure actuelle il n’y a pas de budget ????
    On lit actuellement partout que le budget est là mais qu’on arrive pas à recruter???

    Cela me fait penser  » au chien qui se mord la queue!!! » à rien y comprendre…….

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « On m’a répondu que ma candidature est retenue mais qu’à l’heure actuelle il n’y a pas de budget ???? » et suivante « On lit actuellement partout que le budget est là mais qu’on arrive pas à recruter??? »
      il faut comprendre dans la réponse de votre interlocuteur DSDEN (via IA ASH) que le budget spécifique pour pouvoir vous recruter en emploi sous CDD AESH n’est pas disponible avant septembre 2018.

  24. Isa dit :

    Académie de Caen

    Bonjour, 
    Je suis AVS en Ulis collège depuis le 1er septembre 2016. Mon contrat CAE arrive à son terme au 31 Aout prochain, j’ai fait la demande au rectorat pour devenir AESH-co à la rentrée 2018-2019 et j’ai aussi fait le souhait de pouvoir rester en Ulis l’année prochaine. On m’a répondu qu’il n’y aurait aucun soucis pour que je devienne AESH-i mais pas AESH-co et que rester en Ulis ne serait pas possible pour moi. J’ai demandé pourquoi cela est impossible mais je n’ai eu aucunes réponses claires.
    J’aimerais donc comprendre pourquoi je ne peux devenir AESH-co et de ce fait rester en Ulis.
    De plus, ma collègue d’ULIS qui pensait etre AESH-co depuis des années, vient d’apprendre qu’en fait elle est AESH-i (mais utilisé en AESH-co), et qu’elle ne resterai pas en ULIS non plus l’année prochaine.
    Donc nous sommes ejectées de l’ULIS alors que nous avons toutes les deux formulé le souhait de rester et nous ne comprenons pas pourquoi ils ne gardent pas l’une de nous deux, sachant qu’en plus le professeur s’en va et qu’aucun professeur spécialisé n’est encore nommé sur le poste.
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » comprendre pourquoi je ne peux devenir AESH-co et de ce fait rester en Ulis. »
      Vous avez 2 types de contrat, l’un (le contrat Cui-Cae) qui relève du droit privé et l’autre (CDD AESH) qui relève du droit publique.
      L’aide humaine aux élèves en situation de handicap se décline selon deux modalités : l’aide individuelle et l’aide mutualisée.
      L’aide individuelle
      elle est attribuée par la CDAPH, à un élève qui a besoin d’un accompagnement soutenu et continu, pour une quotité horaire déterminée.
      L’aide mutualisée
      elle est attribuée à un élève par la CDAPH, lorsqu’il a besoin d’un accompagnement sans qu’il soit nécessairement soutenu et continu.
      Dès que la notification de la CDAPH lui parvient, la DSDEN crée un emploi AESH-I ou AESH-M. Quand vous êtes un agent AESH en CDD/CDI (droit publique), vous ne pouvez occuper juridiquement qu’un emploi AESH-I ou AESH-M.

      Pour les ULIS
      L’affectation de personnels chargés d’une mission AVS-co dans une Ulis du premier ou du second degré relève de la seule autorité académique et ne dépend pas d’une décision de la CDAPH. Comme ce personnel apportent leur aide à l’ensemble des élèves du dispositif, soit au sein de l’Ulis, soit lors des temps d’inclusion dans les classes ordinaires, il est privilégié du personnel AVS sous Cui-Cae car la forme juridique (droit privé) le permet.

      En réponse à votre interrogation,  » ma collègue d’ULIS qui pensait etre AESH-co depuis des années, vient d’apprendre qu’en fait elle est AESH-i (mais utilisé en AESH-co), et qu’elle ne resterai pas en ULIS non plus l’année prochaine. »
      Votre collègue en CDD AESH-I pouvait exercer en ULIS car existence d’un ou des élèves bénéficiant d’une notification CDAPH pour un accompagnement individualisé.

      • océane dit :

        Je suis dans la même ISA sauf que j’ai un contrat AESH en cdi sur lequel est précisé « aide à l’inclusion scolaire en collectif 1er et 2de degrés » .Cependant sans me donner d’explication je viens d’apprendre que je quitte également le dispositif à la rentrée.
        Je pensais que cette précision sur mon contrat me permettait de continué à exercer en ULIS . A quoi sert donc t elle?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » A quoi sert donc t elle? »
          Il faut croire que cela ne sert plus grand chose à votre employeur Education nationale, réputée pour son application des règles sur le principe « valable tant que cela nous arrange ».

  25. Bonjour,
    Aesh dans le 27, je voudrais savoir comment sont répartis mes heures dans l’année scolaire. Car sur mon contrat mes 24h sont réparties sur 39semaines pour un total de 936 heures or si je calcule de septembre à juin cela me fait 960 h ?
    Merci de me répondre

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « répartition temps de travail hebdomadaire  »
      De la période de septembre à juin, pouvez-vous détailler mois par mois le nombre de semaines effectivement travaillées à 24H ?
      merci d’avance.

  26. lily dit :

    Bonjour,
    j’ai un cdi 35 heures annualisé depuis 3 ans . Je viens d’apprendre que je risque de passer à 24h à la rentrée prochaine . cela me fait perdre un bon tier de mon salaire c’est énorme.. ont- ils vraiment droit de me réduire à ce point mes heures? quels records puis-je avoir?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « ont- ils vraiment droit de me réduire à ce point mes heures? » et suivante « quels recours puis-je avoir? »
      Oui, c’est un droit existant pour l’employeur de proposer un avenant au CDI avec une modification substantielle de la quotité temps de travail. Dans votre situation présente, passer d’une rémunération mensuelle de 1086 euros net à 750 euros net constituerait véritablement une insulte à vous même et à l’ensemble des AESH de France et de Navarre. Votre seule situation serait un résumé parfait face à une ânerie proclamée à tout va par un ministre de l’éducation nationale et une secrétaire aux handicaps « il s’agit de rendre le métier AESH attractif »

      Sur ce, vous n’êtes pas démuni de droits de votre côté. Pour en prendre connaissance, nous invitons à consulter la page consacrée à « condition d’emploi ( Temps de travail et planning horaire de travail) » en cliquant ICI.
      Un chapitre en fin de page relatif à « Que faire face à une modification de la durée hebdomadaire de travail en cours de contrat CDD/CDI par l’employeur ? » y est consacré.

      • lily dit :

        merci pour votre réponse.
        après avoir lu votre page , si j’ai bien compris j’ai un peu le couteau sous la gorge. soit je signe l’avenant et je perds une bonne partie de mon salaire, soit je refuse et je suis licenciée. visiblement il n’y a pas d’autre recours.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation sur « avenant à signer ou pas ? »
          Le mot licenciement ne doit pas vous faire peur dans le cas présent. Votre employeur DSDEN vise justement sur cette crainte de licenciement pour vous contraindre à signer l’avenant désavantageux pour vous.
          Or, il faut savoir qu’en cas de refus de l’avenant, la perspective d »engager une procédure de licenciement à votre encontre n’est pas du tout réjouissante pour votre employeur compte tenu qu’elle risque d’être longue, contraignant et avec un résultat aléatoire. Votre seul maintien en poste AESH dans l’établissement scolaire démontrera à lui seul que le licenciement n’était pas justifié.
          A notre sens, à renvoyez un large coupe-coupe sur leur propre gorge, un refus en bonne et due forme demeure une posture pertinente.

      • Greta dit :

        Aesh 57 bonjour,
        Sur les textes il est noté au passage en cdi la quotité doit être égale ou supérieure à la précédente.. Je ne vois pas pourquoi ils se permettrait de la baisser par la suite !!
        Une collègue en cdi a eu le même cas, elle n’a pas signé l’avenant mais transmis une lettre RAR refusant cette quotité car il ne lui est pas possible de vivre avec tant de revenus en moins.. Du coup ils l’ont laissée à son poste même qu’elle effectue moins d’heures que sa quotité, c’est à la dsden de lui trouver un poste adapté à sa quotité et non le contraire ! Il y a vraiment de tout, les aesh qui n’ont pas assez d’heures pouf leurs élèves, et ceux qui ont en largement de trop ! Mais quelle organisation à l’ éducation nationale !!

  27. Lilounette84 dit :

    Aesh 84 – bonjour. Mes eleves sont absents (arret des cours en avance et stage) un autre élève m’a ete attribué et lui aussi ne vient plus. Que dois je faire ? Je ne vais pas pouvoir attendre que le temps passe longtemps ca va vite me deranger.
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que dois je faire ? « 
      Dans la situation présente, en l’absence de l’élève vous restez à disposition du chef d’établissement scolaire. ce dernier se doit vous attribuer des tâches en rapport avec vos missions AESH.

      • Pouicpouic dit :

        Il semble que ce soit différent selon les départements. Dans le 22, si élève absent et pas d’autres élèves notifiés confiés, l’AESH rentre chez elle/lui, tout en restant à disposition (pas pour partir en vacances)i. Nos missions sont bien d’accompagner des élèves en situation de handicap, s’il n’y en a pas, quelles tâches pourrait nous confier un chef d’établissement ? Y a-t-il un texte de référence à ce sujet ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, «  Nos missions sont bien d’accompagner des élèves en situation de handicap, s’il n’y en a pas, quelles tâches pourrait nous confier un chef d’établissement ? » et suivante « Y a-t-il un texte de référence à ce sujet ? »
          Réponse implicite dans la La circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions de recrutement et d’emploi des AESH: « Le temps de service de l’AESH ne se limite pas à l’accompagnement de l’élève car il contribue au suivi et à la mise en oeuvre du projet personnalisé de l’élève. Il participe aux réunions, ainsi qu’aux dispositifs Ecole ouverte et stage de remise à niveau … toutes activités pouvant être décomptées de son temps de travail. »

  28. david 11 dit :

    DAVID 11
    Bonjour,
    J’ ai lu sur votre site que le ministère envisagerait d’ augmenter le temps de travail des AESH sur du temps périscolaire. Je voudrais savoir qui payerait alors les AESH sur du temps périscolaire?
    Merci de votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » le ministère envisagerait d’ augmenter le temps de travail des AESH sur du temps périscolaire. Je voudrais savoir qui payerait alors les AESH sur du temps périscolaire? »
      Le MEN n’envisage nullement d’ augmenter le temps de travail des AESH sur du temps périscolaire. Depuis septembre 2017, Il existe simplement un discours de la secrétaire d’état aux personnes handicapés maintenant la possibilité que les AESH pourraient élargir leur mission, outre sur le temps scolaire, sur des temps péri-scolaire et à domicile de l’élèves ou d’élèves en situation de handicap.
      Le problème reste que:
      – d’abord, la secrétaire d’état aux personnes handicapés n’a jamais été en mesure d’en expliquer le comment, le pourquoi, la fiabilité financière de ce projet et l’existence avérée d’un besoin de familles pour un tel type d’accompagnement sur tout temps de vie
      -ensuite, à la question « qui financera ? », « pour les AESH, quels seront les conditions de travail rattachées ainsi que la rémunération proposée « , la réponse est toujours attendue.
      (savoir plus, cliquer ICI)

  29. De Vos Lydie dit :

    Académie de Reims

    Bonjour,

    En cette fin d’année notre collège est centre de correction les 2,3 et 4 juillet et est par conséquent fermé. Notre cheffe nous a fait savoir que le collège allait manquer de « petites mains » et qu’elle nous réquisitionnait (AESH-i) pour tout ce qui est tâches administratives du centre de correction. Cela n’est absolument pas dans notre contrat, nous rendons déjà service de nombreuses fois (surveillance brevet etc) et en avons marre d’être corvéables à merci. J’ai appelé la coordinatrice AESH qui a dit qu’il fallait bien qu’on s’occupe et qu’elle nous donnait l’autorisation (verbale) de faire tout ce que le cheffe d’établissement demandera et que même si nous n’étions pas couverts pour ces missions, de toutes façons, nous n’allons pas nous blesser avec des papiers et des agrafes.

    Est-ce bien légal sachant que ce n’est pas dans les missions stipulées sur notre contrat ? Ne faut-il pas une autorisation écrite ou ne devrais-je pas demander directement à l’I.A ?

    Merci d’avance pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce bien légal sachant que ce n’est pas dans les missions stipulées sur notre contrat ? » et suivante  » Ne faut-il pas une autorisation écrite ou ne devrais-je pas demander directement à l’I.A ? »
      Vous avez bien un droit de refus d’accomplir des tâches qui ne relèvent pas de vos missions AESH.
      Légalement, un chef d’établissement ne peut vous imposer des tâches (dites administratives) qui ne relèvent pas de cette mission AESH. Reste qu’en l’absence de tâches spécifiques AESH à accomplir, restant bien à disposition du chef d’établissement, il ne peut être reproché à ce dernier de vous proposer d’accomplir des « menus tâches » administratives pour « soulager » un service administratif manifestement au bord de l’implosion. Nul besoin d’autorisation « écrites » de l’IA (elle ne le fera pas) pour cela, il est fait appel à votre qualité de savoir adoucir les angles face à un personnel administratif débordé, prompt à accuser enseignants, AESH, le monde entier.. de se tourner les pouces, de se prélasser au soleil en leur laissant dans la mélasse des papiers administratifs lors des examens de fin d’année scolaire et de la préparation de l’année scolaire suivante.
      Nous vous reprocherons pas toutefois d’estimer qu’en tant AESH, vous vous passerez bien de savoir arrondir les angles pour les beaux yeux du personnel administratif , du chef d’établissement et de vos interlocuteurs IA ASH.

  30. Danièle dit :

    Bonjour je suis AESH depuis 1 an et demi. On me propose un CDI hors de l’école (autre employeur). J’hésite car j’aime beaucoup ce métier mais rémunération trop juste…on m’a dit que le préavis est de 1mois et de 2mois au-de la de 2ans d’ancienneté CDD !!! Ça veut dire que si je ne pars pas maintenant, impossible de trouver ensuite un employeur qui m’attende 2mois !!! Le preavis est-il negociable ? Est-il obligatoire ou je peux juste ne pas renouveler mon CDD en ne signant pas le prochain ? Merci de votre réponse…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Le preavis est-il negociable ? Est-il obligatoire ou je peux juste ne pas renouveler mon CDD en ne signant pas le prochain ? « 
      Nous allons être direct. Ne vous embarrassez pas de votre préavis avec votre employeur éducation nationale.
      Négociez d’abord avec l’employeur autre vous proposant un CDI les conditions d’entrée en poste (quand ? où ? comment ?).
      CDI autre signé, date de prise de fonction connue, prévenez par courrier A/R votre employeur éducation nationale la date de’effet de rupture de votre CDD AESH. Si vous avez prévu d’effectuer un préavis conforme, tant mieux pour l’employeur éducation nationale, sinon et bien tant pis. Il aura d’autre chats à fouetter que de vous poursuivre devant un tribunal administratif pour rupture de CDD AESH de votre fait sans respect du délai de préavis.

      • Danièle dit :

        Merci pour votre réponse. Donc je ne risque rien du tout ? Des personnes en CDD AESH ont déjà expérimenté le non respect de préavis ? ça me fait peur… On m’a dit que c’est le droit du travail public qui est appliqué , pourtant les AESH ne sont pas fonctionnaires ! Et si on cherche du travail ailleurs c’est aussi parce qu’on nous dit toujours qu’on n’est pas sûres d’être renouvelées… Chaque 31 soit c’est le suspense et dans ce cas pas de préavis obligatoire pour l’employeur !!!

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » je ne risque rien du tout ? »
          Vous êtes assimilé fonctionnaire dans la catégorie non titulaire. Votre contrat AESH relève du droit publique. De fait, à défaut de possibilité d’une rupture écourté à l’amiable, dans votre situation évoquée où l’opportunité d’un emploi autre sous CDI s’offre, le non respect du délai de préavis de votre fait reste pour vous le seul choix possible si votre employeur autre souhaite une prise de fonction sans délai et non négociable. L »administration employeur considère simplement qu’à engager une procédure disciplinaire à votre encontre alors que vous ne serez plus sous contrat comme inutile et trop coûteuse pour elle. Elle actera votre départ sans préavis même bon gré mal gré.

  31. cocolelico dit :

    académie de Reims

    Bonsoir,

    Je suis en attente de ma cédéisation car je finis ma 6 eme année le 31 aout 2018.

    Je n’avais jamais eu aucun entretien durant ces 6 années et sur vos conseils j’ai demandé cet entretien ….on a juste demandé aux deux instits avec qui je travaille de remplir un questionnaire en vue d’un CDI ……pourquoi pas …..

    Ma question est la suivante …..on m’a fait comprendre que les personnes ayant la chance d’obtenir un cdi doivent (entre guillemets ) être rentables …..donc d’office AESH Mutualisée…..on va certainement mettre 3 enfants dans une meme classe afin que je puisse m’occuper des trois en meme temps …….

    Est ce une pratique normale ? jusqu’à combien d’enfants peut on me demander de m’occuper en étant mutualisée ? (j’ai peur de ne pas etre efficace avec 3 en meme temps ils seront en CM1 à la rentrée)

    je voulais aussi savoir …….. j’aurais souhaité plus de 20h en CDI (nombre d’heures que j’ai fait pendant les 6 années) j’ai demandé si il était possible d’être affectée sur un collège ou lycée pour avoir plus d’heures mais à l’inspection on m’a fait comprendre que ce n’était pas les mêmes contrats et ne dépendaient pas d’eux ……est ce vrai ? ou simplement pour me garder sous la main en primaire?
    Merci de votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur AESH mutualisé d’office « on m’a fait comprendre que les personnes ayant la chance d’obtenir un cdi doivent (entre guillemets ) être rentables …..donc d’office AESH Mutualisée…..on va certainement mettre 3 enfants dans une meme classe afin que je puisse m’occuper des trois en meme temps ……. Est ce une pratique normale ? »
      Non, ce n’est pas une pratique normale mais que la DEGESCO « actuelle » du MEN entend bien rendre normale, sous l’impulsion de secrétariat aux handicaps et accord du ministre de l’éducation nationale
      COMPTES RENDUS DE LA COMMISSION DES FINANCES -Mercredi 30 mai 2018 -Recours aux personnels contractuels dans l’éducation nationale – Audition pour suite à donner à l’enquête de la Cour des comptes
      M. Philippe Thurat, sous-directeur de la gestion des programmes budgétaires à la direction générale de l’enseignement scolaire.
      (…)
      -Le ministre souhaite recentrer l’accompagnement du handicap autour de l’établissement, que la référence ne soit plus la prescription individuelle, mais la réponse organisée en priorité par l’établissement, une réponse qui serait plutôt collective et mutualisée et, à défaut, s’agissant des handicaps les plus lourds ou qui posent le plus de difficultés, d’offrir un accompagnement individuel.
      Notre réponse est en effet aujourd’hui majoritairement individuelle. Elle pose des problèmes budgétaires. …)

      En réponse à votre interrogation, « j’aurais souhaité plus de 20h en CDI…si il était possible d’être affectée sur un collège ou lycée pour avoir plus d’heures mais à l’inspection on m’a fait comprendre que ce n’était pas les mêmes contrats et ne dépendaient pas d’eux ……est ce vrai ? »
      nullement.
      la circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions de recrutement des AESH le précise :
      « A l’issue de six années d’exercice effectif des fonctions, les AESH ne peuvent être reconduits que par contrat à durée indéterminée (CDI). Ce contrat est passé par le recteur d’académie ou par le directeur académique des services de l’éducation nationale agissant par délégation du recteur d’académie.« 
      Nous vous confirmons : vos interlocuteurs IA vous ont induit en erreur et souhaitent plus simplement que vous restiez cantonnée en emploi AESH sous CDI avec affectation dans établissement scolaire maternelle ou premier degré, avec la même quotité temps de travail attribuée sous CDD AESH. Il s’agit bien que vous soyez rentable

    • Lily dit :

      Aesh 13 cdi :
      3 enfants en élémentaire avec différents niveaux

  32. Lo dit :

    A la rentrée je vais être affecté dans un collège c’est le chef d’etablissement notre responsable si l academie envoie des mail pour moi c est à lui?
    Qui doit ton contacter pour établir un emploi du temps?
    j j’appréhende un peu d’aller en collège j’en veux bien vos avis, expérience

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « c’est le chef d’etablissement notre responsable si l academie envoie des mail pour moi c est à lui? » et suivante « Qui doit ton contacter pour établir un emploi du temps? »
      Votre contrat de travail indique le nom de votre employeur. C’est ce dernier qui fixe votre lieu d’affectation en établissement scolaire, indiqué sur le contrat de travail. Il est possible que votre chef d’établissement scolaire d’affectation actuel a été informé de votre nouveau lieu d’affetation pour la rentrée scolaire et vous a aimablement transmis cette information capitale pour vous
      A réception de votre nouveau contrat de travail, pour la rentrée prochaine, votre employeur vous indiquera précisément votre lieu d’affectation (établissement scolaire type collège). Au lundi 3 septembre 2019, jour de pré-rentrée scolaire, vous aurez à vous présenter auprès de nouveau chef d’établissement scolaire (principal de collège). Durant les 15 jours qui suivent, vous négocierez avec le principal du collège un planning temps de travail sur l’année. Inutile de se précipiter avant fin août à ce collège d’affectation, attendez la confirmation écrite de votre employeur d’abord.

      • Roux dit :

        J’ai travaillé en collège cette année (aussi en école primaire, 10 heures dans l’un, 10 heures dans l’autre) . J’ai du me rendre, 2 jours avant la rentrée, à l’établissement afin de rencontrer les secrétaires et le conseiller d’orientation. C’est avec eux que j’ai mis au point mon planning. Il s’est avéré que je n’ai pu mettre au point ce planning qu’une semaine après la rentrée car ils étaient tous débordés ! Panne informatique de dernière minute, beaucoup de nouveaux profs, planning pas encore au point etc… la totale ^^ Au final, j’ai pu choisir ce qu’il me convenait en me basant sur les matières principales de l’élève. Dans son cas, il fallait que je sois présente pour l’aider à écrire et pour l’aider à comprendre les cours. Il n’avait donc pas besoin de ma présence en cours de sport, d’art plastique, de musique ou de techno. J’ai passé une excellente année au collège ! Cela peut paraître fou, mais j’ai trouvé très intéressant d’écouter les cours. Les profs étaient très ouverts à la communication. Ils m’ont aidé, soutenu, demandé des conseils concernant l’élève. Une vraie relation de travail comme cela ne m’étais jamais arrivé. Je n’ai pratiquement jamais vu la directrice. Tout s’est bien passé. Après, c’est comme partout, le bon déroulement de notre job dépend beaucoup de l’élève. Celui que j’ai eu, je le connaissais déjà, mais je peux vous dire qu’il ne m’a pas toujours facilité la vie. J’ai eu envie, à 2 reprises, de tout plaquer. Il est difficile d’affronter un ado plus grand que vous et qui refuse votre présence. Les profs m’ont aidé à tenir car ils ont aussitôt réagi lorsque mon élève allait trop loin dans l’irrespect envers ma personne ! La clé d’une année sereine : discuter avec les profs, se rapprocher d’eux, oser aller en salle des profs durant la récré car nous y avons le droit.. c’est là où tout se joue, en fait, niveau relation humaine. Courage !

      • Claire dit :

        Bonjour,
        Je souhaiterais savoir à qui m’adresser pour une revalorisation de mon indice. Je suis en CDI et mon indice est toujours à 320, est-ce normal puisque c’est l’indice plancher ? Merci et bon week end.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » savoir à qui m’adresser pour une revalorisation de mon indice. Je suis en CDI et mon indice est toujours à 320, est-ce normal puisque c’est l’indice plancher ? « 
          Non, ce n’est pas normal. de passage en CDI, vous devriez être à l’indice au moins immédiatement supérieure à l’indice plancher (actuellement indice majoré 325 et non indice majorée 320).
          démarche
          -établir par une lettre de réclamation pour être rétabli à l’indice Majoré en conformité des textes relatifs aux AESH
          Le passage en CDI doit se traduire par le classement à l’indice supérieur à celui qui était détenu au titre du CDD précédent.
          – prendre contact ave une organisation syndicale pour obtenir aide et soutien à votre démarche en rétablissement de vos droits à une rémunération conforme aux droits existants.

        • Claire dit :

          Merci pour votre réponse mais à qui dois-je m’adresser : Rectorat (et à qui ? recteur ? DRh ? services financiers ?) ou DSDEN ? Ou Inspection académique. Je ne sais pas à qui m’adresser en fait ? Bon week end

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « à qui dois-je m’adresser : Rectorat (et à qui ? recteur ? DRh ? services financiers ?) ou DSDEN ? Ou Inspection académique. Je ne sais pas à qui m’adresser en fait ? « 
          Vous devez adresser votre demande auprès de votre autorité hiérarchique: votre employeur indiqué sur votre contrat de travail.

  33. Frémondeau dit :

    Bonjour

    Voici la nouveauté!!!!!
    souce : http://www.handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress.com

    8 JUIN 2018AESHJOB

    AESH: S.Cluzel envisagerait de basculer sur des temps pleins avec un complément de temps du type temps périscolaires ou encore au domicile des élèves
    Les auxiliaires de vie scolaire qui s’occupent des enfants handicapés dans les écoles demandent davantage de reconnaissance (formations, revalorisation de leur salaire…) Le gouvernement a-t-il prévu de répondre à leurs attentes ? Si oui, quand ?

    S.Cluzel : « On y répond déjà à travers les contrats aidés par exemple qui ont été transformé au profit des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap). Il s’agit de personnels essentiel pour les élèves et nous souhaitons renforcer leur présence dans les établissements mais aussi assurer une pérennisation de leur contrat. Ce sont souvent des emplois précaires dont le temps de travail n’excède pas les 24h-26h par semaine. Nous regardons l’opportunité de basculer sur des temps pleins avec un complément de temps du type temps périscolaires ou encore au domicile des élèves. Nous devrions atteindre les 4 800 contrats de ce type à la rentrée prochaine. Mais le problème majeur aujourd’hui c’est le recrutement. Un budget est ouvert mais on ne trouve pas le personnel car les conditions de recrutement sont trop lourdes. Un décret va sortir très rapidement pour assouplir ces conditions. »

    Jean-Michel Blanquer affirme aussi que son ministère « est pleinement engagé dans la revalorisation du métier d’aide humaine et la pérennisation de la fonction d’AESH ». Le ministère et le secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées « conduisent actuellement un vaste chantier de rénovation de l’accompagnement des élèves en situation de handicap », dont le ministre ne précise toutefois pas encore les contours.

    Jean-Michel Blanquer rappelle qu’ »il s’agit de professionnels aux compétences reconnues, titulaires du diplôme d’Etat d’accompagnant éducatif et social (DEAES) ». Les efforts menés par le ministère visent à « créer davantage d’emplois dans cette catégorie, afin de généraliser l’utilisation des contrats d’AESH et, ainsi, d’offrir un statut stable à la fonction d’aide humaine ».
    Sur ce point, le ministre confirme et précise les chiffres qu’il avait avancés lors de son audition par la commission des finances du Sénat à l’automne dernier, dans le cadre de la préparation de la loi de finances pour 2018 (voir nos articles ci-dessous du 28 septembre et du 9 novembre 2017). Ainsi, pour la rentrée 2018, il est prévu de transformer 11.200 contrats aidés en 6.400 emplois d’AESH. Dans le même temps, 4.500 nouveaux emplois d’AESH seront créés directement, soit un total de 10.900 nouveaux emplois d’AESH. A la rentrée 2017, 8.000 emplois supplémentaires avaient déjà été mobilisés.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Nous vous remercions, cher collègue du collectif AESH en action, pour votre information.
      Nous notons que de passage dans le Gard, la secrétaire d’état au handicap, madame Sophie Cluzel ne s’est pas offusquée d’une note administrative “crapuleuse” émanant de la DSDEN du Gard qui aurait pour objet d’imposer à des AESH des conditions de travail illégaux.
      Quand on prétend se préoccuper de leur situation, on commence d’abord par écouter ce qu’ils ont à dire.
      Par ailleurs, à affirmer que les emplois AESH «  sont souvent des emplois précaires dont le temps de travail n’excède pas les 24h-26h par semaine » tout en déclarant  » le problème majeur aujourd’hui : Un budget est ouvert mais on ne trouve pas le personnel car les conditions de recrutement sont trop lourdes », cela revient simplement à nier les préoccupations prioritaires des AESH (des conditions de travail digne et une rémunération non en dessous du seuil de pauvreté).

    • RETOL dit :

      CHRYS 76 Bonjour

      Je voulais manifester ma colère et mon indignation!!!!! depuis quelques semaines en effet dans les médias l’Education Nationale ose fait de la pub pour recruter des AESH en promettant une formation de 60 heures assurer par le ministère et j’en passe!!!! et vantant les bienfaits du métier! Comment peux t’on mentir à ce point et fait miroiter des tels choses!!! c’est prendre les gens pour des imbéciles excuse moi l’expression !

      je suis AESH j ‘entame ma troisième rentrée en septembre 2018 et je viens d’achever un module de formation à la va vite d’à sur 3 jours soit 18 heure,et ce ne sont pas des formations mais des informations la plupart du temps!!!! j’ai des collègues qui n’ont rien eu depuis leur entrée en fonctionil y 2 ans!!!

      Les salaires sont misérables, le métier n’est pas reconnu et précaire , les AESH sont mal ou peu accompagnés dans leur fonction.On aime notre métier mais à la longue c’est épuisant de devoir se battre contre un gouvernement qui fait la sourde oreille et des promesses qui ne tiennent même pas debout!!!!! au final c’est bien les enfants qui en pâtissent à travers des turn over des AESH ce qui peut se comprendre! une mise à l’écart dans les classes des enfants en situation de handicap car pas d’avs, ou pire encore une mise à l’écart de l’école!!

      Voilà je voulais partager la vrai réalité sur le terrain et la situation des AESH !!!!

      Merci

    • lili dit :

      Bonjour,depuis la Drôme( 26)

      J’ai une question concernant un éventuel futur contrat d’AVS.

      Je travaille comme AVS sous contrat CAE/CUI depuis octobre 2015:

      3 contrats sur 24 mois puis 1 contrat de 9 mois renouvelé par dérogation motivée par mon « grand âge « : j’ai 59ans.

      Mon contrat s’arrête le 30 juin 2018

      L’I A m’a laissé entendre qu’il serait fort possible que l’on me propose prochainement et après entretien , un nouveau contrat (AESH ou PEC); ce qui me conviendrait, mais ne démarrant qu’en septembre.

      Cela me renverrait à la condition de demandeur d’emploi en juillet et aout, impliquant une perte de revenus conséquente pour l’été: allocations ARE et perte prime d’activité: total perte environ 600€.

      Cette coupure sur l’été est-elle autorisée par la législation qui régit ces contrats de travail?

      Je vous remercie de me conseiller dans ma situation.

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « Cette coupure sur l’été est-elle autorisée par la législation qui régit ces contrats de travail? »
        Tout d’abord, il semble bien que l’IA n’a pas eu le choix, sans doute parce que les possibilité de renouvellement de contrat Cui-cae d’agent AVS demeurent en forte restriction pour la rentrée scolaire 2018-2019.
        Ensuite, les CDD en Cui-CAe relèvent bien du code du travail (droit privé). En l’absence de possibilité de renouvellement de votre cui-Cae (nouvelle formule PEC-CUi-cAe) accordée par Pôle emploi, votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) n’a pas d’autres choix d’acter la fin du CDD au 30 juin 2018 (pour en savoir plus, cliquer ICI). Vous aurez donc à vous inscrire à pôle emploi dès le 1er juillet et déposer un dossier en indemnisation ARE auprès des assedics.

        En revanche, d’ici la rentrée prochaine ou à compter de cette dernbière, l’IA aura la possibilité de vous proposer un emploi AESH sous un nouveau type de contrat (le CDD AESH). Celui ci relève du droit publique et non du code du travail. (pour en savoir plus, cliquer ICI et ICI)

  34. Laura dit :

    Bonjour,

    Je suis AESH dans un lycée dans l’académie de Versailles. La fin des cours au lycée est le 13 juin, j’aimerai savoir par rapport aux 3 semaines de période non scolaire, peuvent-elles être incluses durant le 14 juin (tout en sachant que les épreuves de bac se déroule du 18 au 22 juin) jusqu’au 6 juillet ?
    Par rapport au bac, j’ai été de surveillance dans un couloir l’année dernière, mais j’aurai voulu savoir si en tant qu’AESH, j’ai le droit d’effecteur cette tâche ? D’ailleurs, j’aimerai savoir qu’est-ce qu’un AESH a le droit de faire, durant ces 3 semaines de période non scolaire ? J’ai cru comprendre que les AESH ne pouvait effectuer des tâches administratives ? Pourtant, j’ai effectué des tâches administratives…
    ​D’ailleurs, par rapport à ces 3 semaines de travail en période non scolaire, comment cela se passe au sein des écoles et des maternelles ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir par rapport aux 3 semaines de période non scolaire, peuvent-elles être incluses durant le 14 juin (tout en sachant que les épreuves de bac se déroule du 18 au 22 juin) jusqu’au 6 juillet ? »
      La fin des cours fixés au 13 juin concernent les élèves de l’établissement scolaire et n’implique pas qu’étant agent AESH et non élève, votre temps de travail; effectif fixé sur 39 semaines par contrat de travail est terminé.

      En réponse à votre interrogation, « savoir qu’est-ce qu’un AESH a le droit de faire, durant ces 3 semaines de période non scolaire ? » et suivante « J’ai cru comprendre que les AESH ne pouvait effectuer des tâches administratives ? »
      Durant ces 3 semaines dite de période scolaire, vous avez à vous tenir à disposition du chef d’établissement scoalire. A charge de ce dernier de s’assurer l’attribution de tâches en rapport avec vos missions AESH. L’accompagnement durant les épreuves de baccalauréat de candidats bénéficiant des mesures d’adaptation spécifié par le rectorat participe de cette mission AESH: surveillance sous responsablité d’enseignement, secrétariat de notes par exemple…
      Nous admettons qu’un chef d’établissement puisse vous demander d’accomplir des tâches relevant du service administratif. Tant que ces tâches sont considérées comme un « service rendu » ponctuel et non comme une obligation ou une contrainte du fait de l’absence d’accompagnement d’élève, il appartient à l’AESH d’estimer seul si ce service rendu est opportun ou non. En effet, un refus de votre part peut se justifier si votre chef d’établissement scolaire mésestime un travail que vous entreprenez au titre AESH (par exemple, bilan de votre activité AESH, préparation d’outils en concertation d’enseignant pour la rentrée prochaine,…..etc….)

      En réponse à votre interrogation,  » par rapport à ces 3 semaines de travail en période non scolaire, comment cela se passe au sein des écoles et des maternelles ? »
      Les agents AESH font comme leurs collègues enseignants, ils se mettent à disposition de leur autorité hiérarchique sur lieu de leur domicile jusqu’à date de prise de congé de fait le 13 juillet.

      • Louise dit :

        Faites-vous semblant de ne pas comprendre la question de Laura ? Elle ne parle pas d’accompagnement d’élèves en situation de handicaps pendant le bac mais de surveillance des couloirs!!! Les AVS et AESH sont utilisées sans vergogne par les collèges et lycées (surtout privés catholiques) pour surveiller les examens ! Vous parlez également de « service rendu » ! Pendant 3 semaines ? Vous admettez que l’on puisse faire des tâches administratives ? Mais absolument pas !!! Dans quel camp jouez-vous ? celui des AESH multi-tâches corvéables à merci ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à vos multiples interrogations sur notre posture au sujet des 3 semaines administratives
          La posture de l’UNEAVS reste invariablement la suivante:
          1-Le planning horaire hebdomadaire d’un AESH être être obligatoirement fixé sur 39 semaines.
          2- Par son contrat de travail, un AESH demeure à disposition du chef d’établissement scolaire d’affectation sur 39 semaines A charge de ce dernier de lui désigner les tâches en rapport avec celles de sa mission AESH et non de celle en substitut d’un enseignant, d’un assistant éducation, d’un agent administratif….
          A partir de ces règles encadrées par des Textes réglementaires
          Nous admettons qu’il appartient au seul AESH d’apprécier si son droit de refuser ou non des tâches relevant du seul domaine de responsabilité d’un enseignant, d’un assistant éducation, d’un agent administratif,….sur demande formulée ou exigées par le chef d’établissement, peut s’exercer sans le mettre en difficulté dans ses rapports professionnels à venir au sein de l’établissement scolaire.
          De fait, nous admettons aussi qu’à vouloir conserver une ligne intransigible (respect strict des textes réglementaires) les membres de l’UNEAVS ne sauraient « oublier » que nous nous adressons à des acteurs du monde éducatif restant d’abord des humains avec leurs qualités comme leurs défauts.

  35. flopla dit :

    Bonjour,

    Je suis AESH depuis 6 ans. Je viens de m’apercevoir que sur mes 2 premiers contrat de travail j’ai été recrutée en tant qu’assistant d’éducation pour exercer les missions d’encadrement, surveillance des élèves….. Or j’ai toujours accompagné des élèves en situation de handicap.
    Le rectorat me refuse un CDI en disant que je dois attendre encore 2 ans.
    J’ai conservé mes emplois du temps des 2 premières années sur lesquels il est clair que je m’occupe de 3 enfants seulement. J’ai également une attestation de formation d’AVS effectuée lors de la 2ème année et un compte rendu d’entretien professionnel qui décrit mon poste.
    Est ce que ces documents peuvent prouver que je suis bien AVS depuis 6 ans?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce que ces documents peuvent prouver que je suis bien AVS depuis 6 ans? »
      La comptabilisation des 6 années pour un passage en CDI AESH s’effectuent sur la base d’années passées sous CDD actant juridiquement des fonctions AED avec mission AVS ou AESH. Or, 2 années passées sous CDD AED actent juridiquement des fonctions AED avec mission « vie scolaire », même si dans la pratique des missions AESH en définitive vous ont été attribuées.
      Dès lors, Ce sera compliqué de s’appuyer sur les documents cités même devant des juges d’un tribunal administratif. Ces derniers pourraient même vous donner tort en estimant qu’il était de votre devoir de refuser des missions AVS alors que votre CDD AED vous imposait des missions vie scolaire.

  36. chloé 59 dit :

    Bonjour ! J’ai été assistante d’éducation (pour la surveillance d’établissements) pendant 6 ans de 2004 à 2010. Puis AVS en cui cae de 2016 à 2018. On me propose un cdd aesh à partir de septembre, mais est ce possible ayant déjà effectué 6 ans de cdd au sein de l’EN ? Dois je me préparer à un refus concernant ce cdd aesh ?

    Merci beaucoup pour votre réponse !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce possible ayant déjà effectué 6 ans de cdd au sein de l’EN ? » et suivante  » Dois je me préparer à un refus concernant ce cdd aesh ? »
      (sous réserve) des modifications dans le décret relatif au recrutement des AESH sont en cours. Il se trouverait bien qu’avec votre expérience passée comme AVS sous Cui-Cae (2 ans), et du fait de la possession d’un BAc, une proposition de CDD AESH peut vous être formulée par la DSDEN. Il n’y aurait de raison qu’une telle proposition vous soit retirée d’ici la rentrée scolaire 2018-2019. Les DSDEN peinent à recruter.

  37. Libellule dit :

    33-Gironde Bonjour.Je suis aesh en cdd depuis plus d un an et j ai un entretien d évaluation prevu fin juin avec l inspecteur.ESt ce que le directeur de l école est obligé d assister à l entretien ou peut il choisir de ne pas venir?
    Est ce que des aesh ayant déjà eu cet entretien pourrait me dire comment cela s est passé car j appréhende cet entretien.Merci par avance aux aesh qui voudront bien témoigner.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « .ESt ce que le directeur de l école est obligé d assister à l entretien ou peut il choisir de ne pas venir ? »
      C’est à l’inspecteur qui revient la décision de la nécessité ou non de présence du directeur à votre entretien d’évaluation professionnel. il appartient au directeur d’ école de contacter l’inspecteur et de s’entretenir avec lui sur la nécessité ou non de sa présence à votre entretien.

      SOS de Libellule, stressée grave, aux collègues du 33 …Etat actuel: Dort plus, grignote plus que des pepitos depuis 3 jours… rase les murs de l’école…

      « Est ce que des aesh ayant déjà eu cet entretien pourrait me dire comment cela s est passé car j appréhende cet entretien.Merci par avance aux aesh qui voudront bien témoigner.

  38. Céline dit :

    Bonjour,
    Je suis Aesh depuis 2ans après 2 ans de cui. J’accompagne à mi-temps un enfant en situation de handicap, mon contrat est de 27/semaine et je fais que 24h les 3 heures qui restent ( des réunions, sortie…..). La classe de l’enfant que j’accompagne vont faire une sortie scolaire toute la journée (de 12h).Suis-je obligée d’accompagner l’enfant sachant que c’est une sortie qu’est hors temps de travail et que sa dépasse les 10h de travail par jour???
    Merci

  39. Bonsoir,

    Cela fait 4ans que je suis aesh-i dans deux lycée. Cette année mes deux élèves sont en seconde.les cours sont terminés pour eux. Je voulais savoir si les lycées peuvent nous donner une autre fonction, car mon chef d’établissement me demande de venir la semaine prochaine pour faire mon emploi du temps de la semaine à savoir qu’il n’y aura pas d’élèves pour cause de préparation du bac pour les terminales. Alors c’est pour ça que je me pose la question ce que je vais faire ?

    Merci de me répondre

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « ce que je vais faire ? »
      Votre contrat de travail implique que, conformément au planning horaire de travail établi en début de rentrée scolaire, vous restez à disposition du chef d’établissement scolaire pour accomplir des tâches ou activités en rapport avec votre mission AESH que l’élève soit present ou non.
      Toute modification de votre planning horaire hebdomadaire en cours de contrat implique nécessairement votre accord préalable. Autrement dit, lors de l’entretien avec le chef d’établissement scolaire, ce dernier ne peut vous imposer d’office une modification de votre planning horaire hebdomadaire sous prétexte d’absence de l’élève. En cas d’acceptation de votre part, la proposition de modification se doit être validé par votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail). En cas de refus de votre part, le chef d’établissement scolaire se doit renoncer au projet de modification.
      Toute la difficulté de cet entretien restera tout de même dans la définition des tâches qui pourraient vous être confiées durant l’absence de l’élève et à une période où cloture fin d’année scolaire et préparation de suivante accaparent chef d’établissement scolaire et le service administratif et le service vie scolaire. Il vous fera faire preuve de diplomatie pour bien faire comprendre que, durant cette période fin d’année scolaire, vous restez AESH et non un supplétif éventuel du service administratif ou de la vie scolaire ,même si ce dernier laisserait entendre insidieusement que ce serait mieux que passer du temps en salle de prof à vous gratter les jambes pour avoir des bas rouges.

  40. Charline dit :

    Bonjour,

    Je suis AVS AESH (1ere année) dans le 95 suite à 2 années de CUI CAE !

    Grosse déprime. Je viens d’essuyer un refus de l’ESPE de Versailles afin de reprendre mes études pour devenir professeur des écoles (je compte bien faire un recours gracieux dans un premier temps) malgré que je possède le niveau d’étude requis pour la formation demandée (mon projet professionnel n’est soit disant pas compatible, mes notes au bac d’il y a 10 ans trop basses et 1 faute d’orthographe dans ma lettre de motivation), je voulais savoir s’il était possible de passer le concours CRPE en INTERNE l’année prochaine vu que je cumule 3 années en tant qu’assistant d’éducation… ???
    Si oui, suis-je obligée de passer ce concours interne dans l’académie dans laquelle j’ai travaillé ces 3 dernières années ?

    Merci d’avance.
    Charline.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir s’il était possible de passer le concours CRPE en INTERNE l’année prochaine vu que je cumule 3 années en tant qu’assistant d’éducation… ? » et suivante « Si oui, suis-je obligée de passer ce concours interne dans l’académie dans laquelle j’ai travaillé ces 3 dernières années ?
      Oui, cela demeure une possibilité à exploiter et vous n’êtes pas tenu de passer ce concours interne dans l’académie dans laquelle vous avez travaillé ces 3 dernières années. Vous pouvez très bien passer ce concours interne dans une autre académie.

      • Charline dit :

        Merci beaucoup.

        Il est dit dans les conditions pour passer le second concours qu’il faut avoir cumuler 3 années dans un service public…

        Or les 2 premières années AVS sont de droit privé même si j’ai travaillé dans un établissement public.
        Savez vous si ces 2 années peuvent être prise en compte pour passer le second concours interne ?

        Encore merci d’avance !

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Savez vous si ces 2 années peuvent être prise en compte pour passer le second concours interne ? »
          Hélas, ces 2 années passés sous contrat de droit privé (Cui-Cae) ne peuvent être prise en compte. Seuls les années passées sous contrat droit publique sont comptabilisées.

  41. JLMD dit :

    JLMD dit :
    Aesh en occitanie (34).

    Bonjour,
    Je suis AESH depuis le 1er Janvier 2015, après 2 ans d’AVS en CUI-CAE.
    mon contrat va être renouvelé en Septembre en CDD comme chaque année, mais j’aurai 62 ans en décembre et je peux prétendre à la retraite à partir du 1er Janvier 2019.
    Je voudrai savoir si je peux rompre mon CDD pour partir à la retraite ? Vu le salaire que nous avons, il sera plus intéressant financièrement pour moi d’être à la retraite….
    Je vous remercie de votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si je peux rompre mon CDD pour partir à la retraite ? »
      Oui, tout à fait. Vous êtes tenu quand même à un préavis de 2 mois lors de votre départ en retraite pour prévenir votre employeur. il n’y a aucun formalisme particulier, mais il est prudent de le faire par écrit
      Evidemment, informer votre employeur de votre départ à la retraite suppose que vous avez vérifié, en amont, que vous pouvez bien partir à la retraite, et que vous avez déjà démarché votre caisse de retraite en ce sens, en ayant déposé une demande de retraite.

      • JLMD dit :

        Merci pour votre réponse…j’avais lu des commentaires sur internet disant qu’on pouvait rompre un CDI mais pas un CDD. Et de plus je n’étais pas sûr qu’on pouvait partir en cours d’année…

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Votre remarque est pertinente.
          Dans le secteur privé, un salarié n’a de possibilité de rompre un CDD avant son terme qu’en cas d’accord à l’amiable avec son employeur (rupture conventionnelle).
          Dans la fonction publique (cas des agents AESH en CDD/CDI), la rupture conventionnelle n’existe pas et la rupture du fait du salarié peut intervenir pendant la durée de son CDD ou de son CDI.

  42. Crudeli dit :

    Département 13 Bonsoir, je suis actuellement AVS est mon contrat de deux se termine le 30/06/18, je suis travailleur handicapé est normalement mon contrat devais durée 5 ans. Je me donc rendue à l’inspection académique est là on m’annonce que mon contrat CUI ne sera pas renouvelée mais qu’en septembre il me feront un contrat AESH. Ma question est ont-ils le droit de me mettre au chômage est me refaire un contrat en septembre. Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » ont-ils le droit de me mettre au chômage est me refaire un contrat en septembre ? »
      Ce n’est pas un problème de droit.
      Vous êtes actuellement sous contrat Cui-Cae ayant pour terme le 30/06/2018. En l’absence de possibilité de renouvellement de ce contrat Cui-Cae, votre employeur EPLE (lycée ou collège) n’a pas d’autre choix d’acter la fin de contrat. Dès 01/07/2018, vous aurez à vous inscrire à pôle emploi et déposer un dossier d’indemnisation ARE après réception des documents assedics transmis par votre employeur EPLE (lycée ou collège).
      S’agissant le service académique, mis au courant par votre employeur EPLE de la fin de votre contrat Cui-Cae, pour des raisons budgétaires très strictes, il n’a pas d’autre choix pour vous conserver en poste d’attendre courant septembre pour procéder à la transformation de votre Cui-Cae en un CDD AESH.
      Autrement dit, dès début juillet, vous connaîtrez bien une période de chômage, indemnisée Assedic, avant qu’une proposition de poste en CDD AESH vous parvienne à partir de septembre.
      notez simplement que cela a resté et reste une situation d’attente désagréable partagée par bien de vos collègues depuis 2008.

  43. July dit :

    Bonjour,
    ACADEMIE DE CAEN (14)
    Je finis ma 6ème année en tant qu’AESH Collectif dans un dispositif Ulis Lycée, en septembre prochaine j’aurai un CDI. Cependant la DSDEN veut me changer de fonction et me faire passer en AVS-I (individuelle) , alors que dans les textes rien n’est marqué de tels… Que puis-je faire?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez vous m’aider? »
      Il s’agit de distinguer de ce qui relève de la nature juridique de votre fonction (CDD ou Un CDI) de ce qui relève de la mission (i pour individuelle, M pour mutualisé,) dont le fondement résulte d’une.des notification MDPH. La mission (co en Ulis) n’a de fondement que résultant d’une nécessité de service établie par une DSDEN (via IA ASH) pour une ULIS.
      Une proposition de CDI AESH étant du domaine de responsabilité du rectorat, elle doit en définir réglementairement sa justification dans la mission i ou M résultant d’une/des seules notifications MDPH.
      Une fois établi le CDI AESH (I ou M), votre affectation en établissement scolaire étant toujours de la seule responsabilité de votre employeur (rectorat, via service IA ASH), il peut être décider ou non votre maintien en poste ULIS de cet établissement scolaire si seule existence d’élève nécessitant par notification MDPH un accompagnement individualisé ou mutualisé.

      • Roux dit :

        Il faut insister July… leur faire comprendre.
        J’ai vécu la même chose… très mal vécu et j’en garde encore rancœur à la DSDEN. J’étais AVS co dans une ULIS primaire. J’étais très heureuse de mon travail. Cela se passait extraordinairement bien. La directrice, l’enseignant et moi-même avons demandé à me maintenir en poste mais la DSDEN a refusé arguant que cela ne se faisait pas car jamais le cas ne s’était présenté avant moi !!! Comme si les AVS Co devaient obligatoirement être en contrat précaire : ou CUI-CAE ou CDD AESH !!!! Une autre dame à pris ma place en CDD. Un an après, une circulaire est sortie permettant aux DSDEN de transformer en dur un contrat AESH co !!!!!! La dame qui a pris ma suite à pu être CDIsée (elle avait d’abord fait quelques années en AESH I avant de passer en co) Donc, à moins que la classe ULIS de votre lycée ne ferme, ils auront encore besoin d’une AESH co et ils on le pouvoir de transformer votre contrat en dur ! Il ne faut pas lâcher le morceau. Depuis que je suis passée AESH I / M je suis assez malheureuse. Ce travail ne me correspond pas du tout. Je cherche à en partir. J’aurais adoré rester Co !

        • DANI 80 dit :

          DANI 80

          Bonjour

          J’ai déjà vu des AVS-CO en CDI mais ils étaient tous :
          – uniquement dans les collèges REP ou les collèges attachés aux écoles primaires REP.
          – employés par l’ELLE
          – avec un niveau d’études bac+2 minimum (souvent des personnes qui passent des concours de catégorie, donc susceptibles de quitter leur poste à chaque résultat de concours.)

          * ils sont très rares.

          CDT

        • July dit :

          Merci beaucoup pour votre réponse et je comprends totalement votre sentiment ! ! Petite question , où pourrais-je trouver la circulaire que vous me parlez?

        • Roux dit :

          Je l’ignore, July… C’est l’une de mes collègues qui a réussi à faire transformer son contrat AESH Co en dur et tout s’est passé par téléphone. Ils ne lui ont pas donné de numéro de circulaire, juste dit qu’il était désormais faisable de le faire parce qu’ils en avaient enfin la possibilité… Désolée.

        • July dit :

          Ah dommage! Vous faites partie de quelle académie?

  44. Sandy dit :

    Bonjour à tous et merci 1000 fois pour cette mine d’informations pour nous, les AESH….
    Sandy AESH en CDI à 80%, en collège dans le 13.
    Je lis, ça et là, qu’il ne peut en aucun cas nous être demandé d’effectuer des tâches administratives… Or en cette fin d’année, il vient à nos oreilles que le secrétariat du DNB (accueil des professeurs correcteurs, anonymat des copies, comptage de ces mêmes copies, réception des copies d’autres établissement vers le nôtre…), la mise sous enveloppe des bulletins scolaires, le tri des armoires des bureaux des principaux, la surveillance des couloirs lors des épreuves de DNB, le ramassage des manuels scolaires et autres tâches réjouissantes vont nous être demandées (comme l’année précédente…).
    Lorsque nous nous insurgeons (très poliment évidemment) on nous répond (tout aussi poliment bien sûr) que nous sommes à la disposition de l’établissement pendant les fameuses 3 semaines hors temps scolaire ….
    Or je lis ici que ces trois semaines doivent être consacrées à notre formation (dispensée par qui ? Notre coordonnateur d’ULIS ?), à nos réflexions sur notre posture professionnelle (analyse de pratiques ?), à la réflexion sur mise en place des projets pour l’année à venir…. Intéressant….!!!
    Concrètement ??? Que faisons-nous après le départ des élèves vers leur lieu de villégiature (les petits chanceux !!)???
    Qui doit nous attribuer ces dites tâches « en rapport avec nos fonctions »?

    Merci pour votre aide précieuse !!
    Nous sommes suspendus à vos lèvres, et attendons fébrilement votre réponse…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  ces trois semaines doivent être consacrées à notre formation (dispensée par qui ? » et suivante  » Notre coordonnateur d’ULIS ?), à nos réflexions sur notre posture professionnelle (analyse de pratiques ?), à la réflexion sur mise en place des projets pour l’année à venir…. »
      Préalable: Il vous faut distinguer
      L’autorité hiérarchique: il s’agit exclusivement votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail
      L’autorité fonctionnelle : il s’agit du chef d’établissement scolaire où vous êtes affecté
      L’autorité pédagogique : il s’agit de l’enseignant ou coordonnateur de l’Ulis sous lequel vous demeurez sous sa responsabilité dans le cadre d’activité pédagogique d’un cours.
      Votre contrat de travail implique que soit établi en concertation avec l’autorité fonctionnelle un planning horaire hebdomadaire sur 39 semaines. Durant ces 39 semaines, c’est seule votre autorité hiérarchique qui décide de votre mise à disposition auprès du chef d’établissement scolaire (autorité fonctionnelle). Ce dernier a seule responsabilité fonctionnelle que vous accomplissiez bien les tâches conformes à votre mission AESH au sein de l’établissement scolaire.
      Autrement dit, à partir du moment où un chef d’établissement scolaire demande à un AESH la réalisation de tâches administratives telles que vous les décrivez, vous avez un droit de refus car non conforme à vos missions AESH. Votre mise à disposition par votre employeur s’entend pour l’accomplissement de tâches en rapport à vos missions AESH et non l’accomplissement de tâches relevant su secrétariat administratif ou ponctuellement secrétariat examens.
      Dans la pratique:
      Il appartient au seul employeur d’un AESH d’organiser des actions de formation d’adaptation à l’emploi sur votre temps de travail. Il est constaté que les 3 semaines dites administratives ne sont pas mises à profit par l’employeur pour mettre en place ces action de formation ou autres dispositifs assimilés (regroupement ou constitution de groupes de réflexion de partiqques,…), se contentant de l’injonction  » mise à disposition du chef d’établissement scolaire ».
      D’évidence, bien de chef d’établissement scolaire assimile cette injonction mise à disposition de l’établissement de l’AESH par l’employeur pour autorisation de l’affecter à des tâches administratives supplétives selon des nécessités de service n’ayant plus rien à voir avec la fonction AESH.

      Demeure tout l’art de l’AESH de faire comprendre à un chef d’établissement scolaire, à un enseignant, à un coordonnateur d’ULIS, à un secrétariat d’ULIS, hors présence de l’élève, il continue à effectuer son service dans le souci constant d’améliorer sa pratique et en sachant trouver des moments de recul, de réflexion privilégiée pour ce faire.

      • Louise dit :

        Tout l’art de l’AESH pour faire face à un problème collectif ? ne serait-ce pas plutôt le rôle des syndicats sensés nous défendre ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Tout l’art de l’AESH pour faire face à un problème collectif ? » et suivante « ne serait-ce pas plutôt le rôle des syndicats sensés nous défendre ? »
          Pour défendre ses droits à des conditions de travail décentes et conformes aux textes réglementaires, un AESH ‘isolé » se doit d’être un sacré équilibriste face aux exigences de son employeur, de son chef d’établissement d’affectation, d’une équipe d’enseignant, d’un enseignant de classe, d’un enseignant référent, d’un parent/des parents, de l’élève/des élèves et sans compter de tous les autres acteurs d’un établissement scolaire (vie scolaire, service administratif,…) sans légitimité d’intervention sur sa mission mais estimant devoir quand même lui indiquer la « route à suivre ».
          Au sein de l’UNEAVS, nous constatons que même si certains rares employeurs ou quelques chefs d’établissement scolaire d’affectation ont bien compris ce rôle d’équilibriste de l’AESH et agirons pour protéger au mieux l’AESH, il demeure qu’il appartient bien aux organisations syndicales d’assurer ce rôle de défense et de protection. Elles le font mais avec grandes difficultés.

  45. séverine dit :

    77 seine et marne, academie de creteil
    Bonjour,
    Je me pose beaucoup de questions, et peut être pourrez vous m’aider à y voir plus clair.
    Je suis AESHco en ULIS collè.ge, à 100%, en CDD un an renouvelable. J’exerce depuis deux ans maintenant et mon contrat est renouvé pour l’année prochaine.
    A l’issu de 6 ans de CDD, nous devons être CDIser : Si le même établissement nous renouvelle, c’est en CDI; Mais si l’établissement ne veut plus de nous, peut on prétendre au CDI dans un autre établissement (les 6 ans de CDD étant faits).??
    Quelles sont les conditions pour accéder aux CDI? Faut il faire valider des entretiens annuels? faut il le DEAES?
    Je suis titulaire d’un diplôme d’aide soignante, ce qui m’a permis d’obtenir ce poste. Avec de l’experience, Dois je quand même passer le nouveau DEAES?
    J’ai la crainte comme tout le monde ici, de ne pas obtenir ce que je veux, gain de cause.
    Merci
    S.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » si l’établissement ne veut plus de nous, peut on prétendre au CDI dans un autre établissement (les 6 ans de CDD étant faits).?? »
      Une proposition de CDD/CDI formulée par un employeur éducation nationale (EPLE ou rectorat) restera toujours établie indépendamment de l’établissement d’affectation où vous exercez. Autrement dit, que ce soit en CDD en CDI, votre employeur a seule responsabilité de vous affecter en établissement scolaire là où les nécessités d’accompagnent d’un élève en situation de handicap s’impose.

      En réponse à votre interrogation, « Quelles sont les conditions pour accéder aux CDI? » et suivante  » Faut il faire valider des entretiens annuels? » et suivante «  faut il le DEAES? »
      Nous vous invitons à consulter la page consacrée à « Accès au CDI AESH  » en cliquant ICI.

  46. Nita dit :

    76, Rouen,

    Bonsoir,

    Je suis cambodgienne et je suis l’AESH d’une documentaliste depuis 1 an et demi. Elle a été très absente cette année. L’année dernière ca se passait bien et aujourd’hui j’ai appris que mon profil ne correspondait plus pour la documentaliste (maitrise de l’ordinateur et de la langue française oral). J’ai eu une évaluation positive et j’ai déjà renvoyé en avril la feuille où on doit préciser si on souhaite continuer avec la personne ou non. J’ai dit oui.

    Du coup, est-ce que l’IA va me proposer un autre poste ? Dois-je allez les voir pour leur expliquer ?

    En tout cas, je trouve cette situation assez étrange.

    Merci beaucoup pour votre aide

    • Nita dit :

      Bonsoir,

      La documentaliste m’a dit aujourd’hui que le chef d’établissement va envoyer un courrier à l’inspection académique pour mon non renouvellement.

      Ca veut dire que je serais au chômage à la fin de mon contrat le 31 aout ou l’inspection académique me trouvera un autre poste ?

      Merci et bonne soirée

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « La documentaliste m’a dit aujourd’hui que le chef d’établissement va envoyer un courrier à l’inspection académique pour mon non renouvellement. »
        Comme nous subodorons de la part de la documentaliste une posture manipulatoire en vue de vous nuire professionnellement
        1-Nous vous invitons vivement à prendre RV avec le chef d’établissement scolaire afin d’obtenir confirmation de sa part, sur la base de ce que la documentaliste vous a fait part, d’un courrier établi à votre employeur pour un non renouvellement de votre CDD AESH.
        2-Si confirmation établie, vous êtes en droit d’exiger qu’il vous expose les motifs professionnels qui ont conduit à cette demande de non renouvellement , alors qu’un entretien d’évaluation professionnelle établie précédemment ne fait pas apparaître ces motifs. Faites savoir clairement que vous saisirez votre employeur pour illégalité dans la procédure d’entretien d’évaluation et demande de sa revision.
        3-Si non confirmation, vous êtes en droit de lui exprimer ouvertement votre ressentiment, votre courroux à l’égard de la posture de votre collègue documentaliste mettant en cause votre intégrité professionnelle par des propos manifestement hostile à votre égard.

        A notre sens, à ce stade de conflit « larvé » entre la documentaliste et vous même, votre employeur choisira probablement pour un renouvellement de CDD avec une nouvelle affectation. Une fois, ce renouvellement obtenu et nouvelle affectation connue, n’hésitez pas à dire votre façon de « penser » les yeux dans les yeux à la documentaliste de la manière la plus désagréable possible.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » est-ce que l’IA va me proposer un autre poste ? » et suivante « Dois-je allez les voir pour leur expliquer ?
      Il est plus que probable que les absences répétitifs de la documentaliste se prolongeant, la nécessité de vous maintenir en poste AESH pour l’accompagner trouve difficilement sa justification. Par ailleurs, il est probable aussi qu’à se substituer à ses tâches au CDI à ses absence tant bien que mal soit mal vécu par la documentaliste car pour cette dernière, cela la renvoie ses propres insuffisances professionnelles. Aussi, c’est un mécanisme de défense mentale pour une personne en situation de handicap confrontée à ne pas pouvoir faire d’en rejeter la responsabilité sur l’accompagnant l’AESH qui ne sait pas faire pour qu’elle puisse faire.
      Votre évaluation à l’entretien restant positive, il n’est pas interdit de penser que l’IA soit amenée tout simplement à vous proposer une nouvelle affectation auprès d’un autre adulte ou d’élève en situation de handicap.

  47. DANI 80 dit :

    Dani 80

    Bonjour 🙂
    Je suis dans la 6 ème année de mon service. Mon contrat ne sera pas renouvelé. Aurai-je une prime de précarité ou de départ s’il vous plaît !?

    MERCI

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Aurai-je une prime de précarité ou de départ ? »
      Non. il n’existe pas de prime de précarité pour les agents contractuels de l’éducation nationale dont le CDD arrive à terme.

  48. Ju9le dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH collectif dans un dispositif Ulis depuis 6 ans , en septembre prochain je passerais en CDI. La DSDEN ‘impose de changer de fonction et de passer en AESH individuelle. Excepté que dans aucun texte il l’est stipulé. Pouvez vous m’aider? Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez vous m’aider? »
      Il s’agit de distinguer de ce qui relève de la nature juridique de votre fonction (CDD ou Un CDI) de ce qui relève de la mission (i pour individuelle, M pour mutualisé,) dont le fondement résulte d’une.des notification MDPH. La mission (co en Ulis) n’a de fondement que résultant d’une nécessité de service établie par une DSDEN (via IA ASH) pour une ULIS.
      Une proposition de CDI AESH étant du domaine de responsabilité du rectorat, elle doit en définir réglementairement sa justification dans la mission i ou M résultant d’une/des seules notifications MDPH.
      Une fois établi le CDI AESH (I ou M), votre affectation en établissement scolaire étant toujours de la seule responsabilité de votre employeur (rectorat, via service IA ASH), il peut être décider ou non votre maintien en poste ULIS de cet établissement scolaire si seule existence d’élève nécessitant par notification MDPH un accompagnement individualisé ou mutualisé.

  49. Fabienne dit :

    Bonjour, je suis AESH en Martinique de puis 10 ans dont 4 ans en CDI. Je souhaiterait prendre un congé de mobilité pour repartir en métropole pour novembre 2018. Es ce que je pourrai intègre une autre administration en CDI contractuelle et à qui doit t’on adresse la demande de congé et quelle date envoyé le courrier. Pourrai je récupéré mon poste dans les mêmes conditions ci je doit revenir en Martinique. Merci par avance pour vos réponses. Bien cordialement. Fabienne.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Es ce que je pourrai intègre une autre administration en CDI contractuelle et à qui doit t’on adresse la demande de congé et quelle date envoyé le courrier. » et suivant  » Pourrai je récupéré mon poste dans les mêmes conditions ci je doit revenir en Martinique.
      A priori, cela demure possible
      Pour en savoir, plus, nous vous invitons à consulter la page portail de la fonction publique consacrée à « La mobilité des agents contractuels » en cliquant ICI.

  50. Fouzia dit :

    Académie de Versailles.sarcelles 95.
    J’étais evs en cui pendant 2 ans. J’ai réussi
    A décrocher un contrat avs aesh depuis le 1 mai 2018.Par contre j étais un peu déçu car c’est juste un contrat de quatre mois allant jusqu’au 31/08/2018.
    La question que vous pose: apres un contrat de 4 mois je vais avoir un contrat 1 an???
    Avez vous eu déjà ce cas,c est bien un contrat
    Avs aesh que j’ai signé le 1 mai 2018

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » apres un contrat de 4 mois je vais avoir un contrat 1 an??? »
      Le fait que vous disposez d’un CDD AESH de quatre mois allant jusqu’au 31/08/2018 nous laisse penser que pour la rentrée scolaire 2018-2019, une proposition de CDD AESH d’un an vous parviendra.
      Les emplois en CDD AESH de moins de 1 an sont généralement des emplois en « remplacement » d’un AESH en congé (maternité, maladie, ….).

  51. Nathalie dit :

    Bonjour je suis aesh depuis deux ans. La semaine prochaine je suis convoqué a l’inspection de l’éducation nationale pour un entretien professionnel selon décret 2014-724
    Jaimerai savoir si cet entretien est demandé par la directrice de l’école où je travaille et si j’ai le droit de lire le compte rendu qu elle doit compléter sur mes compétences avant de me rendre à l’entretien

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si cet entretien est demandé par la directrice de l’école où je travaille et si j’ai le droit de lire le compte rendu qu elle doit compléter sur mes compétences avant de me rendre à l’entretien »
      Oui. Il est normal et sain que vous puissiez disposer de la part de directrice d’école de son point de vue écrit sur vos compétences avant de vous rendre à votre entretien. En cas de refus de sa part, vous aurez toujours la possibilité de contester ou non devant vos interlocuteurs IA qui auront à évoquer ce point de vue défavorable ou non.

    • Nathalie dit :

      Par contre les entretiens professionnels sont ils aléatoires ou sont ils demandés par les directeurs des écoles

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « les entretiens professionnels sont ils aléatoires ou sont ils demandés par les directeurs des écoles ? »
        Les entretiens professionnels ne sont par organisés à titre aléatoire et ne s’effectuent pa sur la seule initiative du chef d’établissement scolaire (ecole, collège et lycée).
        Pour en savoir plus, cliquer ICI

  52. Greta dit :

    Aesh 57 je suis désolée d’insister, mais, à moins que vous ayez eu de nouvelles directives de L’EN ou du ministère, dire que nous devons nous tenir à disponibilité, durant 3 semaines sur temps de vacances scolaires est complètement opposé à toutes les réponses que vous aviez donné jusqu ici, et opposé au texte que nous avons ds notre vade-mecum.. Vous m’aviez vous même répondu que les tâches à accomplir (réunions, comptes rendu, sorties scolaires…) font parties de l’activité normale d’un aesh.. Là circulaire 2014-083 précise bien que le temps de service de l’aesh ne se limite pas à l’accompagnement de l’élève car il participe à la mise en œuvre du projet personnalisé de l’élève, en l’occurrence les activités citées ci-dessus.. Donc pourquoi parlez vous de 36 semaines de temps scolaire et de 3 semaines de temps sur petites ou grandes vacances? En aucun cas un aesh doit être à disposition du chef d’établissement sur les vacances scolaires, et ce n’est pas le discours que vous teniez jusqu à présent. Ce temps est un reliquat qui nous sert à élaborer toutes les activités citées ci-dessus en relation avec l’élève, et non avec l’élève sur du temps scolaire.. J’ai des commentaires que vous m’avez écrits ds ce sens, j’en ai fait des copies, et tous les syndicats ont ce même discours, que se passe t-il ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Dans l’ordre car sinon on ne s’en sort plus.
      En réponse à votre interrogation, « pourquoi parlez vous de 36 semaines de temps scolaire et de 3 semaines de temps sur petites ou grandes vacances? »
      Sur une année scolaire, de septembre anX à fin août anY, les élèves ont 36 semaines en établissement scolaire (périodes scolaires) et 16 semaines hors établissement scolaires (périodes non scolaires ou vacances).
      Un agent AESH disposant d’un CDD de septembre anX à fin août anY, se doit accomplir obligatoirement son temps de travail effectif sur 39 semaines dont obligatoirement 36 semaines de la période scolaire où l’élève est présent et 3 semaines de la période non scolaire où l’élève est absent.

      En réponse à votre interrogation, « En aucun cas un aesh doit être à disposition du chef d’établissement sur les vacances scolaires, et ce n’est pas le discours que vous teniez jusqu à présent. »
      depuis 2008, notre discours a toujours été que, conformément à son contrat de travail, un agent AESH se doit tenir à disposition du chef d’établissement d’affectation pour effectuer son temps de travail effectif sur 39 semaines dont obligatoirement 36 semaines de la période scolaire où l’élève est présent et 3 semaines de la période non scolaire où l’élève est absent. A charge de l’employeur (via chef d’établissement scolaire d’attribuer des tâches conformes à la mission AESH.

      En réponse à votre interrogation sur « les 3 semaines de la période non scolaire où l’élève est absent »
      Depuis 2018, notre discours a toujours été que les heures supplémentaires effectués hors planning horaire hebdomadaire, à défaut d’être rémunérées, fassent l’objet d’un rattrapage.
      Ainsi, il est acceptable qu’avec l’accord du salarié que l’employeur propose un rattrapage sur les 3 semaines du contrat de travail de la période non scolaire où l’élève est absent.
      Il est acceptable qu’avec l’accord du salarié, que des heures de travail à effectuer sur les 3 semaines du contrat de travail de la période non scolaire où l’élève est absent, soient destinées aussi à compenser des heures de travail difficilement comptabilisables (travail invisible) sans qu’il soit tenu d’en rendre compte.

      • greta57 dit :

        AESH57,Merci, c’est bien plus clair, mais justement pour ne pas mettre de confusion dans la tête des AESH pour qui le sujet est un vrai casse-tête chinois puisque qu’à ce jour bon nombre d’académies utilisent encore cette façon de faire (calcul sur 36 semaines ou 1h de + par semaine d’office sur temps de travail avec l’élève -illégal bien sûr-) Je voulais remettre les pendules à l’heure puisque le fait de parler de 36 semaines sur temps scolaire et 3 semaines sur périodes vacances (rien à voir avec congés légaux bien sûr) est une situation complètement incohérente puisque, étant donné que nos tâches sont exclusivement l’accompagnement d’élèves, et en aucun cas de l’administratif ou de la surveillance, avouez qu’il serait difficile de rester à disposition du chef d’établissement pendant les 3 semaines dites de vacances scolaires pour faire de l’accompagnement élève, si toutefois il n’y en a pas puisqu’ils sont en vacances ! C’est pour cela que ces 3 semaines ne sont pas comme vous l’avez évoquez dans un commentaire du 26 mai : »doivent être fixées par le chef d’établissement scolaire, vous restez à disposition de ce dernier ». Comme vous l’avez dit, ces heures sont difficilement comptabilisable (travail invisible) et pourtant c’est bien cela qu’il faut mettre en avant, et que nous AESH voulont entendre.Ce temps on ne peut le prendre sur des semaines de vacances scolaires, donc on le traduit par un capital temps à réaliser, c’est aussi pour cela que nous ne rattrapons pas les heures de formation, réunions, sorties scolaires etc…
        Merci d’avoir pris tout ce temps pour me répondre à chaque fois, mais on voit bien que ce sujet est très incompris de la majeure partie des lecteurs, il revient sans cesse !!!

        • Roux dit :

          (33) Et pour nous, c’est encore autre chose… nous travaillons 20 h 36 par semaine sur 36 semaine afin d’honorer ces 3 semaines de mise à disposition. C’est y pas beau ? Les réunions : bénévolat ; les sorties qui s’étalent en-dehors de notre quota d’heure : bénévolat ! Les quart d’heure perdus parce les cours, au collège, débordent : bénévolat !

    • Marie AESH-co ULIS collège 49 (académie de Nantes)
      Bonjour,
      je fais un 20h50 et comme mon chef d’établissement n’a pas de travail à me donner en rapport avec ma fonction sur ces 3 semaines hors temps scolaire, chaque année je fais quasiment 24h/semaine ce qui revient à travailler sur 36 semaines. Personnellement je ne vois pas du tout l’avantage que nous avons à travailler sur 39 semaines. D’autant plus que je tiens à faire les portes ouvertes du collège car je considère que je fais partie de l’établissement au même titre que l’enseignant avec lequel je travaille, que le prof d’histoire ou que la CPE … Mon chef d’établissement ne s’était pas posé la question, il m’avait d’office mise à un poste ce jour là.J’ai un contrat de droit publique et je ne savais pas si ces heures effectuée un samedi matin (jour que je ne travaille jamais) était comprise, à rattraper ou à faire bénévolement. La personne du rectorat qui m’a répondu, m’a dit que je n’avais pas à faire ces heures car je n’étais pas devant élève et que ce n’était donc pas dans mes attributions ! Du coup la question de ces 3 semaines à disposition du chef d’établissement se pose, puisque nous ne serons donc jamais devant élève ! Bref, moi qui vient du social puisque Aide Médico Psychologique depuis déjà qq années, j’ai vraiment du mal avec cette façon que l’on a de toujours nous faire sentir que nous ne sommes pas en capacité d’avoir des responsabilités. Notre travail est important mais sous-estimé. A quand des AESH titularisés et attitrés à un établissement avec un responsable AESH comme pour les enseignants référents ? Quand pourrons nous enfin être considéré, quand pourrons nous enfin avoir une réelle évolution dans nos postes , quand pourrons nous avoir de réelles responsabilités ? Quand ?

  53. Greta dit :

    Aesh 57 merci pour votre réponse qui en dit long, je suis d’accord avec la circulaire mais dans votre courrier précédent je ne pouvais être d’accord avec le fait que nous devrions travailler les trois semaines restantes pendant les petites ou grandes vacances! en tous les cas c’est bien ce que votre commentaire laissait entendre ! merci pour votre implication sur ce site, mais certaines certaines réponses portent à confusion.. Et sur les groupes de collectifs, nous avons toutes sortes d’interprétation !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre commentaire
      Nous vous invitons à bien relire la position de l’UNEAVS depuis 2008 au sujet de l’annualisation du temps de travail des agents AESH (et avant 2014, ex-AED-AVS). Nous la savons difficile à l’appréhender mais pour en saisir tout le sens de cette position n’ayant jamais été remise en cause par le ministère de l’éducation nationale et dans les services déconcentrées académique, il existe une règle de base intangible valable pour l’employeur et pour l’agent AESH: ne pas confondre congés légaux d’un agent AESH (2,5 jours/mois travaillés) avec des congés scolaires dites vacances (petites ou grandes) accordés aux élèves.

  54. DANI 80 dit :

    DANI 80

    Bonjour

    Pouvons nous assurer la surveillance du baccalauréat quand l’élève part en stage et les cours sont terminés, s’il vous plaît ! ?

    MERCI

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvons nous assurer la surveillance du baccalauréat quand l’élève part en stage et les cours sont terminés, s’il vous plaît ! ? »
      Vous ne pouvez avoir des fonctions de surveillance des épreuves de baccalauréat. Elles ne peuvent l’être que par un enseignant désigné par le rectorat à cet effet.
      Pour les épreuves de baccalauréat, sur ordre de mission du rectorat (via chef d’établissement scolaire), vous pouvez simplement être amené à assurer l’accompagnement d’un élève nécessitant la présence d’une aide humaine durant les épreuves. La forme de l’accompagnement est fixée par le rectorat et notifié au chef d’établissement scolaire qui en assure sa mise en oeuvre.
      Pendant l’épreuve du baccalauréat, l’accompagnant reste sous responsabilité des surveillants désignés.
      Maintenant, il faut savoir qu’un chef d’établissement scolaire demeure généralement bien content de vous avoir sous la main pour vous affecter à une surveillance inopinée ( rassurez-vous ou pas : tout le monde fermera les yeux). Imaginez simplement le cauchemar: il suffit d’un groupe d’élève sans surveillant désigné et/ou absent le jour X du baccalauréat pour annuler l’épreuve tout court au national et son report.

    • Claire dit :

      Une question au sujet de l’accompagnement BAC. Est-ce que « légalement », on peut être seul avec l’élève dans une salle ou faut-il obligatoirement qu’il y a un surveillant ? J’écris cela, non pour gruger si j’accompagne mon élève de Terminale S (j’en serai bien incapable) mais parce qu’il manque de surveillants dans mon ets qui est centre d’exam alors je me demandais si je pouvais proposer cette solution… J’ai accompagné de nombreux élèves en exam dans différents centre et parfois j’étais seul parfois non… Manu

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, » Est-ce que « légalement », on peut être seul avec l’élève dans une salle ou faut-il obligatoirement qu’il y a un surveillant ? « 
        Lors d’une épreuve d’examen, vous pouvez être amené à accompagner un élève seul dans un salle à part mais vous restez toujours sous responsabilité d’un surveillant enseignant de l’épreuve désigné à cet effet. Ce dernier se doit pouvoir s’assurer à tout moment que l’accompagnement se fait dans le respect des règles d’examen établies.
        En principe, s’il vous est demandé d’assurer un accompagnement d’épreuve d’examen seul dans une salle, c’est que d’une part, vos capacités à faire respecter les règles de tenue d’examen par l’élève sont reconnus et d’autre part, qu’il est accordé une grande confiance à vos compétences pour assurer un accompagnement conforme.

  55. Libellule dit :

    33
    Bonjour,
    AESH en cdd j ai fait une demande d autorisation d absence pour accompagner mon fils à un rdv médical. Mon fils a une maladie génétique mais pas de reconnaissance mdph.Il suit un traitement médicamenteux prescrit par le neurologue d un centre hospitalier qu il doit voir obligatoirement d ou la demande d autorisation d absence.On me répond positivement mais on me demande de rattraper les heures d absence.J effectue 24 h semaine dans une école élémentaire.Est ce que ce seront des heures à mettre à disposition du directeur.D autre part j ai 2 h à récupérer : entretien avec enseignant et parents après heures de classes +entretien avec directeur et enseignante après heures de classe.Est ce que je peux proposer ces heures dans le planning des heures à récupérer qui me sont demandées.L année dernière pour un rdv médical pour un motif identique on m avait accordé un congé pour enfant malade.Je n ose pas trop le mentionner par retour de mail car j ai peur que mon cdd ne soit pas renouvelé….
    Merci beaucoup pour le temps pris à répondre à toutes ces interrogations……..

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce que ce seront des heures à mettre à disposition du directeur. D autre part j ai 2 h à récupérer : entretien avec enseignant et parents après heures de classes +entretien avec directeur et enseignante après heures de classe.Est ce que je peux proposer ces heures dans le planning des heures à récupérer qui me sont demandées »
      Les heures de travail à rattraper sont toujours à négocier avec le chef d’établissement scolaire ou directeur d’école, donc, vous pouvez déjà considérer pertinemment que 2 heures sont à soustraire de ces heures de travail à rattraper.

      Pour la raison qui explique vos heures à rattraper suite à votre demande d’autorisation d’absence, il a été considéré qu’une présence auprès d’un enfant à un RV médical relevait plus d’un accompagnement de confort à l’inverse d’une présence auprès d’un enfant malade nécessitant un accompagnement au traitement médical en toute sécurité.

  56. Jegouic dit :

    Bonjour
    Pouvez-vous nous dire quand le decret sera modifié ?cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous nous dire quand le decret sera modifié ? »
      Impossible de le savoir. C’est la marque de fabrique de la gouvernance politique actuelle:annoncer un projet de décret modifié bientôt mais sans fixer de date ni son contenu réel. Pour tout dire, nous savons que les organisations syndicales consultées obligatoirement au préalable du projet de décret doute fortement que ce qui leur a été présenté sera effectivement celui qui sortira.

  57. libellule dit :

    33
    Bonjour,
    Le contrat d’une collègue avs en cui cae se termine le 31 août 2018.

    Elle n a pas encore eu de réponse pour un éventuel renouvellement mais elle souhaite arrêter. Elle veut donc savoir si elle informe début juin son employeur qu’elle ne souhaite pas continuer,
    si elle sera payé jusqu’au 31 août 2018 ou s’il est possible que son contrat se termine plus tôt et qu’elle ne soit pas payé pendant les mois de juillet et d’août.
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Elle n a pas encore eu de réponse pour un éventuel renouvellement mais elle souhaite arrêter. Elle veut donc savoir si elle informe début juin son employeur qu’elle ne souhaite pas continuer? »
      Votre collègue AVS disposant d’un contrat type CUi-CAE ayant pour terme le 31 août 2018. Tant que son contrat est en cours et jusqu’à cette dernière date, elle n’est nullement tenue de formuler (oralement ou par écrit) ses intentions d’accepter une proposition de renouvellement de contrat ou de ne pas accepter cette proposition de renouvellement de contrat.
      Si son intention reste de s’arrêter au 31 août 2018, au cas où l’employeur inciterait lourdement qu’elle accepte une proposition de renouvellement de contrat, la meilleure attitude est d’être sourde, muette, aveugle et mains paralysés jusqu’au 31 août 2018, minuit (donc surtout ne pas prévenir en juin de son intention d’arrêter)

      En réponse à votre interrogation, « savoir si elle sera payé jusqu’au 31 août 2018 ou s’il est possible que son contrat se termine plus tôt et qu’elle ne soit pas payé pendant les mois de juillet et d’août.
      L’employeur est tenu par contrat de travail à assurer la rémunération mensuelle du salarié jusqu’à son terme (31 août 2018). Il ne peut prétexter de sa connaissance d’une intention de la salarié de ne pas accepter un renouvellement de contrat au 1er septembre 2018 pour interrompre le contrat en cours ou procéder à une retenue de rémunération mensuelle due pour inciter le salarié à accepter un renouvellement de contrat. L’employeur serait dans l’illégalité la plus totale, punissable lourdement par la loi pénale.

  58. Lo dit :

    Bonjour, quand on est aesh avec des’ des heures aed par exemple surveillez la cour seule ou la garderie’ a ton le droit?sous les heures aed on peux?

    Et une aesh surveiller la cour on a pas le droit?je crois

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « quand on est aesh avec des’ des heures aed par exemple surveillez la cour seule ou la garderie’ a ton le droit?sous les heures aed on peux? » et suivante « Et une aesh surveiller la cour on a pas le droit? »
      Il faut être clair dans sa tête et ne pas mélanger AED et AESH
      Les missions d’un AESH sont fixées par la Circulaire n° 2017-084 du 3-5-2017 relatives aux missions et activités des personnels AESH (voir ICI) et elles ne comportent pas des missions de surveillance de cour ou de garderie relevant de mission d’un AED.
      Maintenant, si vous disposez d’un contrat AESH cumulé avec un contrat AED, Vous avez à effectuer votre mission AESH dans le cadre fixé par le contrat AESH et les missions aed dans le cadre fixé par le contrat AED. Autant dire tout de même que cette situation de double contrat induit une posture confusionnelle.

      • Lo dit :

        J ai un contrat aesh ou il mon mit quelque heures aed

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « J ai un contrat aesh ou il mon mit quelque heures aed »
          Dans un contrat AESH, il ne peut vous être imposer d’effectuer des heures de travail relevant d’un AED vie scolaire.

  59. Anna dit :

    Bonjour.
    Une réunion d’information syndicale est organisée à Nantes le mardi 29 mai. J’aurais aimé y participer. J’ai donc fait une demande d’autorisation d’absence (à laquelle je n’ai, à ce jour, aucune réponse..). Or, quand j’ai fait cette demande je n’avais pas les horaires. J’ai donc demandé d’avoir toute la journée. Au final la réunion ne se fera que sur 2h (ne méritent-ont pas plus ?) de 13h45 à 16h. Sachant que de toute façon il n’y a pas d’autorisation à la demie-journée je ne sais pas trop quoi faire.. Dois-je aller travailler le matin ?
    Merci.
    Anna aesh-co 44

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Dois-je aller travailler le matin ? »
      Votre demande initiale d’autorisation d’absence pour participation à une réunion syndicale portait par précaution sur la journée, il est probable qu’elle vous soit accordée tacitement pour la journée. Donc, considérez que vous serez absent de la journée sur votre lieu de travail pour cause de réunion syndicale.

  60. DANI 80 dit :

    DANI 80

    BONJOUR

    Est-ce que les éducateurs du SESSAD et l’infirmière scolaire peuvent changer l’emploi du temps des élèves handicapés comme ils le souhaitent s’il vous plaît !?

    Actuellement, les enseignants de notre académie ont une proposition de formation sur  » la gestion de conflits avec les adolescents dans un établissement scolaire  » :
    … trouvez-vous cela normal que nous ne sommes pas conviés ; car certes nous n’accompagnons que quelques élèves mais nous côtoyons les autres à la longueur de journée et cela m’arrive souvent d’avoir des soucis avec les autres élèves.

    MERCI

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que les éducateurs du SESSAD et l’infirmière scolaire peuvent changer l’emploi du temps des élèves handicapés comme ils le souhaitent s’il vous plaît !? »
      Absolument pas. Un élève en situation de handicap inscrit dans un cursus scolaire ordinaire est astreint à suivre les cours selon le planning scolaire de la classe fixé en début d’année scolaire. Des aménagements dans le parcours scolaire peuvent seulement être décidé dans le cadre d’un PPS ou PAI ou PAP ou PPRE et ne relèvent en aucun cas de la responsabilité d’éducateurs de Sessad ou d’infirmières scolaires.
      Pour en savoir plus, cliquer ICI. Au plus, ces derniers peuvent s’assurer que les aménagements existent et en l’absence des aménagements fixés, le signaler à leur autorité hiérarchique.

      • Claire dit :

        Bonjour,
        Je pose ma question ici car je n’arrive pas de nouveau à aller en bas de page. Est-ce que vous pourriez changer la disposition et mettre en haut de page la case pour poser nos question ? Please 🙂
        Ma question :
        – de manière générale, quand on a un élève en stage au mois de juin et que celui-ci est en stage jusqu’à la fin de l’année,que devons-nous faire ? Considérer que l’accompagnement s’arrête donc et attendre éventuellement une autre affectation de l’IA ? Dans quelle mesure et jusqu’à quand restons-nous à la disposition (je déteste ce terme) de l’établissement à partir du moment où un accompagnement s’arrête. Est-ce que l’avs reste à dispo jusqu’à la fin officielle des cours dans cet ets ?
        Je note au passage que lorsque leurs élèves sont en stage, on ne demande aux enseignants de faire d’autres services (discrimination ?)

        – de manière particulière : si une aesh est à cheval sur deux établissements et qu’un élève est en stage, de quel établissement dépend-elle ? Celui où elle est rattachée ou les deux ? Sans rentrer dans les détails puisqu’il s’agit d’une collègue. La direction de l’établissement où elle a son élève en stage veut la déplacer sur le primaire pendant que son élève est en stage (en juin donc). 1 : elle est rattachée à un autre établissement. 2 : les directeurs du primaire et du secondaires ont-ils le droit de décider entre eux du planning des avs (nous ne sommes pas des pions). Il s’agit d’un établissement privé comprenant primaire, secondaire (Amen). Légalement, ont-ils le droit puisque le contrat nous rattache par exemple au collège et non au primaire. Ils veulent nous faire travailler jusqu’au bout donc jusqu’aux vacances du primaire même si nous sommes affectées au collège. C’est l’horreur !
        Merci de votre réponse

        • Claire dit :

          Pour résumer : que faisons-nous quand notre élève est en stage ?
          – durant l’année
          – en juin
          – jusqu’à quand devons-nous rester dans l’établissement si nous n’avons plus d’élèves à accompagner en fin d’année

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » que faisons-nous quand notre élève est en stage ? – durant l’année – en juin »
          Sur la page consacrée à « condition d’emploi ( Temps de travail et planning horaire de travail) » consultable en cliquant ICI, vous trouverez dans la rubrique temps de travail contraint matière à ce qui vous devez être à même d’assurer comme temps de travail à effectuer en ou hors présence de l’élève.

          En réponse à votre interrogation, « jusqu’à quand devons-nous rester dans l’établissement si nous n’avons plus d’élèves à accompagner en fin d’année »
          Si votre planning horaire hebdomadaire a été établi sur 39 semaines, vous restez à disposition du chef d’établissement 39 semaines (36 semaines périodes scolaires et 3 semaines périodes non scolaire)
          Si votre planning horaire hebdomadaire a été établi illégalement sur 36 semaines, vous restez à disposition du chef d’établissement 36 semaines (36 semaines périodes scolaires)

        • Greta dit :

          Aesh 57 Je ne suis pas d’accord avec cette réponse, qui n’est pas très claire… Si votre contre est sur 39 semaines vous êtes à disposition de l’établissement les 3 semaines qu’il reste.. Non, puisque le stage dont on parle et qui se situe en juin fais partie des 36 semaines de l’élève… Et il a pourtant déjà été dit que Le 3 semaines font partie du temps invisible de l’aesh, réunion, sortie scolaire, compte-rendu, conseils de classe etc !!! Nous pouvons donc refusé au directeur de faire de l’administratif si l’élève est en stage pdt cette période des 36 semaines ! Désolée mais ce commentaire porte à confusion.. Et lorsque vous dites, si votre contrat est sur 36 semaines vous ne travaillez que les 36 semaines… Non.. Vous avez évoqué à maintes reprises qu’un contrat sur 36 semaines est illegal !!!

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire
          Nous reconnaissons que notre commentaire précédent portait à confusion. Comme vous le notez avec pertinence, tout contrat AESH imposant un planning horaire hebdomadaire obligatoirement sur 39 semaines (36 semaines en périodes scolaire et 3 semaines en période non scolaire) implique de rester à disposition de l’employeur (via chef d’établissement scolaire d’affectation pour accomplir des missions AESH et uniquement celles là. Un chef d’établissement scolaire ou directeur d’école ne peut prétexter de la seule non présence d’un élève en situation scolaire dont un AESH assure l’accompagnement pour l’affecter à des tâches relevant du service administratif et/ou du service de la vie scolaire de l’établissement scolaire (école, collège ou lycée).
          Durant la durée de son contrat en cours, un AESH ne peut être rendu responsable d’ne absence de l’élève dans un établissement scolaire générée soit par un motif personnel du fait de l’élève (èvènement médical, familial, école buissonnière,….), soit par un motif pédagogique du fait de l’équipe pédagogique de l’établissement scolaire (annulation de cours d’enseignement, stage en entreprise, sortie scolaire, exclusion de l’élève à titre disciplinaire…),soit par un motif institutionnel du fait du ministère de l’éducation nationale (fixation d’un calendrier scolaire). Et une absence d’un élève dans un établissement scolaire quelque soit le motif précédent invoqué n’implique pas que le contrat AESH avec les missions qui lui sont rattachées n’a plus raison d’être.

        • Fab dit :

          Bonsoir,
          Fabienne AESH-co dans le 44.
          Je voudrais rebondir sur les 36-39 semaines. Il y a 36 semaines de cours.
          Que fait-on des 3 semaines restantes ?
          Quand doit-on effectuer ce temps de travail ?
          Je suis en college .
          Merci de votre réponse

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Que fait-on des 3 semaines restantes ? » et suivantes « Quand doit-on effectuer ce temps de travail ? »
          Votre contrat de travail implique que votre planning horaire hebdomadaire soit établi sur 39 semaines (36 semaines périodes scolaires et 3 semaines périodes non scolaires). Les périodes non scolaire correspondent aux petites et grandes vacances (temps où les élèves sont absent de l’établissement scolaire. Pendant 3 semaines choisies de ces périodes non scolaires qui se doivent être fixées par le chef d’établissement scolaire, vous restez à disposition de ce dernier.

        • Greta dit :

          Aesh 57 je suis encore outrée de votre réponse, 36 semaines de temps scolaire et 3 semaines de temps sur petites ou grandes vacances !! C’est totalement en inéquation avec vos texte que j’ai déjà lu sur humeur et fureur et ds les textes du décret ministériel et de tous les syndicat.. Voilà ce que j’ai retenu et que je m’épuise à expliquer, les 3 semaines restantes que l’on peut aussi nommer capital temps où temps invisible, est une réserve de temps attribué à l’aesh pour les réunions, les sorties scolaires, les conseils de classe, l’élaboration de comptes rendus ou de préparation pour l’élève.. Bref, ce temps n’est pas à être justifié, s’il n’est pas réalisé totalement, l’aesh n’a pas à rendre de comptes ! Donc s’il vous plaît, ne mettez pas plus en confusion les aesh qui ne savent déjà plus où ils en sont, tant les académies ont des situations divergentes du rôle, du salaire et là, en l’occurrence du temps de travail ! Permettez moi de vous demander de corriger ce commentaire et de citer ce que j’ai déjà lu ultérieurement sur votre site, la réalité du contenu de ces 3 semaines, dites « invisibles »
          Merci !

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire sur « temps de travail effectif, récupération d’heures supplémentaires et planning horaire supplémentaire »
          Sur ce sujet, vous voudriez bien noter ci-après la position de l’équipe UNEAVS développé depuis 2006, (consultable sur condition d’emploi ( Temps de travail et planning horaire de travail) ICI.
          ———————————————————————————————————————————
          Rappel
          Le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants d’élèves en situation de handicap pose un principe très général d’organisation du temps de travail dans son article 7: «
          « Le travail des accompagnants des élèves en situation de handicap se répartit, dans le respect de la durée annuelle de référence prévue à l’article premier du décret du 25 août 2000 susvisé, sur une période d’une durée de 39 à 45 semaines. »

          La circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH précise.
          « (…) La durée annuelle de travail des AESH est fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. Comme les AED-AVS, les AESH accomplissent leur service sur la base d’un nombre de semaines compris entre 39 et 45 par an. Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet.

          Heures supplémentaires

          Les heures supplémentaires effectuées par un agent AESH ne faisant pas l’objet d’aucune rémunération par son employeur, elles peuvent être récupérées sous condition de son accord écrit préalable (Décret n°2002-60 du 14 janvier 2002 relatif aux indemnités horaires pour travaux supplémentaires)
          Conséquences
          Ce qu’un employeur (via chef d’établissement scolaire d’affectation) n’est pas autorisé à imposer à un agent AESH en matière de planning horaire hebdomadaire.

          Le temps de travail des agents AESH ne relevant pas d’un régime d’obligations de service assimilé aux enseignants, il ne peut leur être imposé une répartition des heures de travail calquée sur celles de l’enseignant disposant d’un service obligatoire hebdomadaire de cours fixé sur 36 semaines et comprenant soit un nombre entier d’heures (second degré, supérieur), soit un nombre entier de demi-journées (premier degré).
          Le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants d’élèves en situation de handicap pose un principe :
          « Le travail des accompagnants des élèves en situation de handicap se répartit, dans le respect de la durée annuelle de référence prévue à l’article premier du décret du 25 août 2000 susvisé, sur une période d’une durée de 39 à 45 semaines. »

          La plupart des contrats AESH établissant le travail sur la base d’une quotité temps de travail attribuée répartie sur 39 semaines, correspondant obligatoirement à 36 semaines en période scolaire (présence de l’élève dans l’établissement scolaire) et 3 semaines en période non scolaire (absence de l’élève de l’établissement scolaire)

          Il en découle réciproquement pour le chef d’établissement scolaire et pour l’agent AESH

          Les heures de travail des 3 semaines en période non scolaire doivent être conservées au même titre que les heures de travail des 36 semaines en période scolaire par le chef d’établissement scolaire.
          En contrepartie, l’agent AESH est tenu de rester à disposition de son employeur (via chef d’établissement scolaire) durant ces 3 semaines en période non scolaire.

          A charge du chef d’établissement ou de l’employeur de lui désigner des tâches à effectuer en rapport à ses fonctions AESH (tâches administratives exclues impérativement) ou de suivre les actions de formation organisées à son intention.

          Les heures de travail des 3 semaines en période non scolaire ne peuvent être considérées comme un crédit global d’heures à seule disposition du chef d’établissement scolaire (ou de l’employeur)
          soit destinées à être réparti d’office sur 36 semaines de période scolaire,
          soit réservées uniquement au rattrapage d’heures de travail supplémentaires réalisées durant les 36 semaines de période scolaire.

          En contrepartie, un agent AESH ne peut exiger que des heures supplémentaires effectuées hors planning temps hebdomadaire soient objet de récupération de sa propre initiative sur des temps de travail à réaliser en période scolaire et non scolaire. L’accord écrit préalable de son employeur est obligatoire. Cet accord écrit de récupération au titre de repos compensateur a valeur que pour la dite-période d’heures supplémentaires effectivement réalisées.

          les jours fériés ne peuvent donner lieu à récupération lorsqu’ils tombent un jour non travaillé.
          Des heures de travail effectif non réalisées sur demande/accord tacite de l’employeur (via chef d’établissement scolaire d’affectation) du fait de l’absence de l’élève en période scolaire ou non scolaire se doivent être rémunérées et ne peuvent faire l’objet d’un récupération ultérieure.
          ———————————————————————————————————————

          Vous noterez bien que depuis 2006, l’équipe UNEAVS partage votre avis qu’une fois un planning horaire hebdomadaire fixé sur 39 semaines à un agent AESH, ce n’est pas à ce dernier d’aller rendre compte des heures de travail effectif non réalisées en période scolaire ou non scolaire à son employeur (via chef d’établissement scolaire d’affectation) sous prétexte qu’il n’y avait pas ou n’aurait pas de tâches à accomplir.

        • Fab dit :

          Bonjour et merci pour votre réponse.
          Ceci dit, c’est bien dommage que nous ne puissions pas faire ces heures sur un planning de 36 semaines.
          Étant maman de 3 enfants cela implique de devoir les faire garder avec le mince salaire que nous avons Tous et toutes.
          Je sais , c’est le cas de beaucoup de salariés du privé, mais malgré tout puisque nous sommes là pour les élèves, nous devrions avoir Cette possibilité.
          Ceci n’est qu’un avis personnel.
          Par ailleurs, si j’accompagne des élèves ULIS en sorties scolaires avec Nuitées, il est écrit que l’AESH ne peut exiger aucune contre-partie. Cela implique qu’on ne récupère pas les heures supplémentaires si il y en a ?
          Merci de nouveau pour votre réponse .
          Bon dimanche et bonne Fête des mères à toutes.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » si j’accompagne des élèves ULIS en sorties scolaires avec Nuitées, il est écrit que l’AESH ne peut exiger aucune contre-partie. Cela implique qu’on ne récupère pas les heures supplémentaires si il y en a ? »
          Nous vous invitons à consulter la page consacrée à « condition d’emploi ( Temps de travail et planning horaire de travail) » en cliquant ICI. Un chapitre sur « Temps de travail et accompagnement sorties scolaires/stage en entreprise » est développé.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Est-ce que vous pourriez changer la disposition et mettre en haut de page la case pour poser nos question ? « 
          Il n’est pas nécessaire « d’aller en bas de page  » pour poser un commentaire. Après contrôle de modérateur, le dernier le plus récent apparaît toujours en haut de page.

          En réponse à votre interrogation,  » de manière générale, quand on a un élève en stage au mois de juin et que celui-ci est en stage jusqu’à la fin de l’année,que devons-nous faire ? »
          L’élève est en stage donc toujours inscrit dans l’établissement d’affectation, en conséquence, à défaut de pouvoir l’accompagner sur lieu de stage, jusqu’à son retour en cours, vous avez à rester à disposition du chef d’établissement scolaire.En l’absence de l’élève, le chef d’établissement scolaire se doit toujours vous désigner les tâches à accomplir en rapport avec vos missions AESH.

          En réponse à votre commentaire, « Je note au passage que lorsque leurs élèves sont en stage, on ne demande aux enseignants de faire d’autres services (discrimination ?) »
          Vous noterez aussi que lorsque leurs élèves sont en stage, des enseignants s’empressent d’être aux abonnés absents ou sont mystérieusement aux abonnées absents quand le chef d’établissement demande que d’autres services dans l’établissement soient accomplis par leur soin.

          En réponse à votre interrogation,  » si une aesh est à cheval sur deux établissements et qu’un élève est en stage, de quel établissement dépend-elle ? »
          La règle à appliquer demeure que, pour l’agent AESH ayant mission d’accompagnement d’un élève dans 2 établissements scolaires, le planning horaire hebdomadaire fixée en début d’année s’impose sur toute la durée de l’année scolaire pour chaque établissement scolaire. Toute modification de ce planning horaire entre chaque établissement scolaire se doit avoir accord écrit préalable de votre collègue AESH. En cas de refus, il ne peut être retenu de fautes professionnelles à son égard

          En réponse à votre interrogation,  » La direction de l’établissement où elle a son élève en stage veut la déplacer sur le primaire pendant que son élève est en stage (en juin donc). 1 : elle est rattachée à un autre établissement. 2 : les directeurs du primaire et du secondaires ont-ils le droit de décider entre eux du planning des avs
          Qu’un élève bénéficiant d’un accompagnement en nombre d’heures fixées est absent d’un établissement scolaire n’implique certainement pas que ces heures d’accompagnement non réalisées soient réaffectées à l’autre élève présent dans l’autre établissement scolaire.
          D’une part, il s’agirait là de la part des chefs d’établissements scolaires d’un détournement illégale du contenu de notification de MDPH et d’autre part (nous le répétons) toute modification de planning horaire entre chaque établissement scolaire se doit avoir accord écrit préalable de votre collègue AESH. En cas de refus, il ne peut être retenu de fautes professionnelles à son égard.

  61. Delhaye dit :

    Bonsoir
    Je suis AVS en CUI depuis le 1er février 2018 pour une période de 10 mois renouvelable une fois dans le département du Rhône. Je souhaite partir en Gironde sur la ville de Bordeaux et je voudrais savoir si il est possible de réintégrer un poste D’AVS sur cette ville. Si oui quelles sont les démarches à suivre. Je vous remercie de me faire part de votre réponse. Sachez que mon vœu de partir est pour me rapprocher de mes enfants.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si il est possible de réintégrer un poste D’AVS sur cette ville. Si oui quelles sont les démarches à suivre. »
      Il ne peut être évoqué de réintégration.
      Vous êtes sur un emploi AVS en Cui-Cae et votre départ dans un autre département impliquera que vous aurez à présenter votre démission à votre employeur actuel. Une fois installé dans l’autre département, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès de pôle emploi et y déposer un dossier en indemnisation ARE.Ce sera le pôle emploi de votre nouveau lieu d’habitation qui fixera ou non votre nouvelle éligibilité à un PEc-Cui-Cae. Si cette éligibilité vous est accordée, vous aurez la possibilité de présenter votre candidature à un emploi AVS sous Cui-Cae proposé par la DSDEN du département.

  62. Lo dit :

    Bonjour
    La fin d année arrive approche je vois que certain ont déjà une cinvocation pour un entretien.
    Moi je l’ai eu la 1er année et la je suis à la deuxième année de cdd donc vais je voient un rdv un entretien en 2emé année ?
    L’an dernière j’avais reçu un courrier début mai pour savoir savoir si je voulais être renouvelé début mai et la je n’ài toujours rien je commence à m´m’inquiete..?
    En 2eme année a ton toujours la feuille entretien professionnel quel les directeur école complete

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » vais je voient un rdv un entretien en 2emé année ? »
      En principe, non.

      En réponse à votre interrogation, « savoir si je voulais être renouvelé début mai et la je n’ài toujours rien je commence à m´m’inquiete..? »
      Cela ne devrait pas tarder sans doute

      En réponse à votre interrogation, « En 2eme année a ton toujours la feuille entretien professionnel quel les directeur école complete »
      Oui.

      • Lo dit :

        Je n’ai toujours rien reçu pas de demande de renouvellement ni compte rendu entretien professionnel je commence a l inquieter..
        Mais sinon quad on a un contrat aesh cdd tt public peut ton être avs-i dans une école privé ?merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « quad on a un contrat aesh cdd tt public peut ton être avs-i dans une école privé ? »
          Pas de panique. Même sans entretien professionnel, les propositions de renouvellements de CDD AESH parviennent toujours tôt ou tard.
          Dans le cadre d’un CDD/CDI AESH, l’employeur peut vous amener à vous affecter dans un établissement scolaire privé. Généralement, un employeur éducation nationale choisit plutôt l’affectation d’un AVs-i en établissement scolaire privé plutôt qu’un AVS-M ou co.

  63. DANI 80 dit :

    Dani 80
    BONJOUR

    Est-ce normal qu’il y a un entretien avec un inspecteur académique et le chef de l’établissement en 2éme année de service ?

    Peuvent ils le faire à tout moment, quoi que ce soit le nombre d’année ou de mois d’ancienneté ?

    Peut on refuser un entretien professionnel ?

    MERCI

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce normal qu’il y a un entretien avec un inspecteur académique et le chef de l’établissement en 2éme année de service ? »
      Un entretien professionnel en 2ème année de service peut être fixé par votre employeur si il n’en a pas existé lors de la 1èrée année.
      l’ Arrêté du 27 juin 2014 relatif à l’entretien professionnel et à la reconnaissance de la valeur professionnelle des AESH) fixe dans les modalités d’entretien que  » Le chef d’établissement (lycée ou collège ou l’inspecteur de l’éducation nationale compétent lorsque l’agent exerce ses fonctions dans une école, établit et signe le compte rendu écrit de l’entretien qui comporte notamment une appréciation générale exprimant la valeur professionnelle de l’agent.
      Il est donc plutôt normal que votre entretien professionnel soit conduit par un inspecteur académique désigné et la présence du chef d’établissement scolaire à cet entretien reste pertinent par simple respect à son égard et votre égard, compte tenu qu’il s’agit d’apprécier la qualité réelle de vos services en situation de terrain et non dans l’imaginaire.

      En réponse à votre interrogation, «  Peut on refuser un entretien professionnel ? »
      Non. vous n’êtes pas devant des juges d’un tribunal à caractère disciplinaire mais dans un état normal de relation professionnelle (entretien) où il s’agit de vérifier la qualité de vos services rendus, d’exposer vos points forts et éventuellement vos insuffisances nécessitant à votre sens un accompagnement et des formations adaptés.

  64. Libellule dit :

    33-Gironde
    Bonjour!
    Fin juin 2018,convocation pour entretien professionnel aesh 2ème année !
    Comment s y préparer?J ai appris que le directeur serait présent mais aussi l inspecteur et que si avis défavorable pas de renouvellement de contrat?Est ce que ce non renouvellement de contrat est fréquent?Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      BOnjour,
      En réponse à votre interrogation, « Comment s y préparer? »
      pour information sur le contenu de l’entretien professionnel, consulter la page consacrée à « condition d’emploi (Appréciation de la valeur professionnelle) » en cliquant ICI.

      En réponse à votre interrogation, « si avis défavorable pas de renouvellement de contrat? »
      Oui mais vous avez un droit à Demande de révision du compte rendu de l’entretien professionnel si l’avis vous parait défavorable injustement.

      En réponse à votre interrogation, « Est ce que ce non renouvellement de contrat est fréquent? »
      non.

  65. Elodie dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour votre site qui est une aide précieuse pour des situations professionnelles bien compliquées! Ensuite, malgré mes recherches, je n’ai pas trouvé une réponse qui corresponde vraiment à ma situation. Elle concerne le département 88 (Vosges).

    Je termine ma 6ème année en tant qu’AESH (6 CDD)
    Détails des CDD :
    =>1er contrat 2013 de 12h (allant du 18/02/2013 au 31/08/2013) indice 302 majoré
    498h10 reparties sur 36 semaines – quotité 31%
    =>2ème contrat 2013/2014 de 18h indice brut 267 nouveau majoré 309
    707h5 reparties sur 36 semaines – quotité 44%
    =>3ème contrat 2014/2015 de 18h indice brut 307 majoré 313
    663h reparties sur 39 semaines (dont 18h hebdomadaires sur 36 semaines) – quotité 42%
    =>4ème contrat 2015/2016 de 20h indice majoré 315
    750h reparties sur 39 semaines (dont 20h hebdomadaires sur 36 semaines) – quotité 46.67%
    =>5ème contrat 2016/2017 de 20h indice majoré 317
    750h reparties sur 39 semaines (dont 20h hebdomadaires sur 36 semaines) – quotité 46.67%
    =>6ème contrat 2017/2018 de 20h indice majoré 320
    750h reparties sur 39 semaines (dont 20h hebdomadaires sur 36 semaines) – quotité de 46.67%

    Ma situation pour cette année :
    L’on me demande d’effectuer 750h de travail, mais si je calcule mes 20h hebdomadaires X 36 semaines, cela ne fait que 720h.

    En fait, je ne sais pas vraiment comment savoir les heures que je dois vraiment faire. Cela fait 6 ans que personne n’est capable de m’expliquer correctement et clairement et que j’ai l’impression de passer pour une profiteuse quand je demande une explication alors que je voudrais tout simplement faire mes heures en bonne et due forme!

    1ère question:
    Est ce que je peux prétendre à un CDI pour l’année prochaine ? J’ai un doute car mon 1er contrat n’a débuté que le 18/02/2013 pour l’année scolaire 2012/2013 donc je n’ai pas fait l’année complète. Est ce le nombre de contrats qui comptent ou la durée totale de 6 années?

    2ème question:
    Pourriez vous m’expliquer svp la différence de 3 semaines entre les 36 et 39 semaines et les 30h entre les 720 et 750h? Les 30h de différence sont-elles bien à effectuer au cours de l’année? (je les utilise en réserve d’heures pour les réunions, les conseils de classe, les préparations etc… donc pas devant élèves).

    Merci infiniment

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce que je peux prétendre à un CDI pour l’année prochaine ? »
      La première année n’étant pas complète, il vous faudra attendre le 18/03/2019 pour que votre CDD AESH se transforme de droit en CDI AESH.

      En réponse à votre interrogation, « Pourriez vous m’expliquer svp la différence de 3 semaines entre les 36 et 39 semaines et les 30h entre les 720 et 750h? »
      Pour un élève, l’année scolaire (52 semaines) est divisé en périodes scolaires (temps où il est présent dans l’établissement scolaire pour suivre des cours = 36 semaines) et en périodes non scolaires (temps où il n’est pas présent dans l’établissement scolaire ou en Vacances=16 semaines).
      Pour un AESH, un CDD fixe une quotité globale temps de travail rémunéré qui se doit être répartie sur 39 semaines à minima (36 semaines de la période scolaire de l’élève et 3 semaines de la période non scolaire).
      Pour un CDD AESH dont la quotité globale temps de travail rémunéré est fixée à 750h, la répartition de cette dernière sur 39 semaines conduit à un planning horaire hebdomadaire de (750/39=) 19h15, soit 19h15 sur 36 semaines périodes scolaires (total: 698h)et 3 semaines périodes non scolaires (total: 58h)
      S’il vous a été fixé d’accomplir 20h/hebdomadaire sur 36 semaines, c’est que (45 mn X 36=) 27h du planning horaire hebdomadaire des 3 semaines périodes non scolaires vous ont été retiré d’office, arbitrairement, illégalement sans votre accord. Grosso modo, il vous reste bien 30h sur 3 semaines périodes scolaires à accomplir.

      Votre situation est représentative d’un pratique abusive des services académiques en matière d’établissement des planning horaires hebdomadaire des agents AESH telle que nous dénonçons ICI.

  66. Christelle89 dit :

    Je suis AESH depuis le 18/08/2017 et mon contrat prend fin le 31/08/2018 dans l’académie de Dijon (Yonne)
    C’est ma première année en tant qu’AESH,et j’aimerais savoir à quelle période de l’année la DSDEN va me contacter pour le renouvellement ou non de mon contrat.
    Je sais que normalement c’est un mois avant la fin de mon contrat,donc ça nous mène en juillet. Mais à cette période les services sont fermés. A moins que le service AESH me prévienne fin août avant la rentrée 2018,ce ne serait pas un peu trop tard?
    Pouvez-vous m’éclairer car je suis un peu perdue et angoissée quant à mon avenir d’AESH,métier que j’adore.
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur date de renouvellement de CDD AESH « Pouvez-vous m’éclairer car je suis un peu perdue et angoissée quant à mon avenir d’AESH,métier que j’adore « 
      Su le principe, c’est bien un mois avant la fin de mon contrat sachant que chaque service ASH au sein de DSDEN a ses propres pratiques de prévenance variant de 3 mois à la veille de la rentrée scolaire.
      Nous vous confirmons qu’à l’nstar de vos collègues AESH, c’est toujours une période d’attente éprouvante surtout quand ce délai de prévenance est réduit à la dernière semaine du mois août, soit la veille de la rentrée.

      • Christelle89 dit :

        Merci pour votre réponse.
        Pensez-vous que ce soit bien que je contacte le service AESH courant juin pour connaître mon lieu d’affectation pour la rentrée? Je crains que cela passe pour du harcèlement et que ce soit préjudiciable pour un renouvellement de contrat?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Pensez-vous que ce soit bien que je contacte le service AESH courant juin pour connaître mon lieu d’affectation pour la rentrée? «  et suivante « Je crains que cela passe pour du harcèlement et que ce soit préjudiciable pour un renouvellement de contrat? »
          Vous pouvez tenter cette démarche mais c’est exact, les services AESH en fin d’année scolaire étant généralement à cran, voire au bord du burn out, il faut aller à la pêche aux renseignements dans le style ballerine légère et souriante.

        • Christelle89 dit :

          Bonjour,
          J’ai contacté la DSDEN aujourd’hui pas mail pour savoir quand le service AESH allait me communiquer mon lieu d’affectation pour la rentrée 2018. Voilà ce qu’ils m’ont répondu:
          « A ce jour,je n’ai pas encore suffisamment d’informations concernant la poursuite de votre contrat ».
          Cette réponse m’inquiète un peu. Cela signifie t-il que mon contrat ne sera pas renouvelé? Ou tout simplement,attendent-ils les notifications provenant de la MDPH pour savoir quels élèves ont besoin d’accompagnement?
          Je n’ai pas osé poser plus de questions à la responsable du service car cela peut passer pour du harcèlement. Je n’ai plus qu’à attendre. Le service donne t-il obligatoirement une réponse concernant le renouvellement ou non?
          Merci pour votre réponse.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » Cela signifie t-il que mon contrat ne sera pas renouvelé? » et suivante  » tout simplement,attendent-ils les notifications provenant de la MDPH pour savoir quels élèves ont besoin d’accompagnement? »
          Il est plus que probable que le service IA ASH attendent les notifications provenant de la MDPH pour savoir quels élèves auront besoin d’accompagnement par AESH.

          En réponse à votre interrogation,  » Le service donne t-il obligatoirement une réponse concernant le renouvellement ou non? »
          Le service se doit obligatoirement avant la fin de votre CDD AESH actuel vous apporter une réponse concernant son renouvellement ou non.
          Après, dans la pratique, la prise de connaissance de la réponse varie d’un service académique à un autre (cela va de fin juin à….fin août). Nous partageons votre avis : oh, misère….

  67. greta57 dit :

    Bonjour,
    AESH Cdi 57 Moselle
    J’aimerai votre avis, car je prépare un entretien pour mon emploi du temps de l’année prochaine, étant donné que cette année j’ai exposé le fait d’avoir des matinées ou après midi entiers vu mon temps partiel.(60%) et que cela n’a pas été respecté. Ma question est, « Puis-je exposer la loi N° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi (publiée au JO) lutte contre le temps partiel qui imposerait que les horaires de travail du salarié se doivent être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes (ne peut comporter au cours d’une même journée, plus d’une interruption d’activité supérieure à 2h) », si toutefois dans notre VADE MECUM ACADEMIQUE il est stipulé : « L’emploi du temps de l’AESH est construit avec le Directeur, à partir du projet personnalisé de scolarisation de l’élève (en tenant compte des jours et heures de présence de l’élève à l’école, des prises en charge par des services spécialisés..) ». De plus il est noté sous le paragraphe « Aide mutualisée » que « le Directeur met en place l’emploi du temps de l’AESH en fonction des besoins spécifiques de l’élève, de son PPS ».. Je suis d’accord à ce que l’accompagnement se fasse sur les besoins essentiels de l’élève,mais peut-on tout de même tenter de faire appliquer la loi ci-dessus, tout en étant raisonnable bien sûr, et d’avoir la compréhension du directeur afin de ne pas se retrouver avec un emploi du temps à trous? La plupart de mes collègues réussissent, mais tout dépend du Directeur, donc entre le VADE MECUM et la loi 2013-504, je suis perdue !
    Merci pour votre réponse !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » peut-on tout de même tenter de faire appliquer la loi ci-dessus, tout en étant raisonnable « 
      Oui et nous recommandons de s’appuyer sur cette loi N° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi lutte contre le temps partiel, car elle est la transcription obligatoire d’une directive Européenne s’imposant à l’Etat Français.
      Vous avez un droit légitime de négocier avec le chef d’établissement scolaire un planning horaire hebdomadaire qui ne soit parsemé de trous sous l’intérêt de l’élève. Dire que « le Directeur met en place l’emploi du temps de l’AESH en fonction des besoins spécifiques de l’élève, de son PPS » n’implique pas que les besoins spécifiques de l’élève déterminent la nécessité absolue de la présence physique de l’AESH auprès de l’élève dans la classe. Ce qui doit rester primordial das l ‘accompagnement d’un élève, c’est sa finalité  » lui permettre de vivre son autonomie ». Alors, lui lâcher les baskets dans des moments scolaire clés où il peut tenter de vivre cette autonomie sans le mettre en difficulté insurmontable peut s’avérer très bénéfique pour son développement personnel.

  68. Christine dit :

    Bonjour
    Je suis aesh dans les haut de Seine
    J aimerais après 7ans de College travailler en lycée
    J ai fait la demande auprès de ma référence mais elle ne me répond pas
    Quelle est la démarche à suivre pour demander son affectation en lycée
    Merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quelle est la démarche à suivre pour demander son affectation en lycée ? »
      Vous pouvez exprimer par courrier (justification professionnelle à l’appui) le souhait d’une affectation en poste AESH dans un Lycée auprès de votre employeur (service IA ASH de votre département- ia DSDEN). Votre employeur n’est pas tenu légalement de répondre à votre souhait.

  69. cocolelico dit :

    bonjour

    Je suis AESH (enfin ex AVS -i et AVS ) et j’arrive à la fin de ma 6 eme année ….le 31 Aout 2018.

    Je n’ai à ce jour pas eu d’entretien ‘aucun d’ailleurs au cours des 6 ans ) avec qui que ce soit pour mon éventuel CDI …..cependant j’ai noté dans vos explications dans une autre discussion que :

    « Vous avez été recruté par un contrat à durée déterminée susceptible d’être renouvelé. l’administration se doit obligatoirement notifiée son intention de renouveler ou non l’engagement au plus tard :
    – trois mois avant le terme de l’engagement dont le contrat est susceptible d’être renouvelé pour une durée indéterminée en application des dispositions législatives ou réglementaires applicables. La notification de la décision se devant être précédée d’un entretien, à charge de l’administration d’en prendre les dispositions ad hoc. »

    Je n’ai aucune nouvelle de ce coté là et si je compte bien on doit me notifier ma prolongation ou non prolongation 3 mois avant la fin de contrat (soit avant le 31 Mai) …….si cela n’est pas le cas …dois je considérer que je suis d’office en CDI ?

    Si cela se passe comme les autres années, à savoir que l’on m’envoie une notification de non renouvellement mais qu’on m’appelle comme tous les ans le 30 Aout pour me donner ma nouvelle affectation et qu’on me fait un autre CDD que dois je faire? Celui ci sera t’il requalifié en CDI?

    j’avoue être perdue et j’ai besoin de votre aide pour m’y retrouver…..que faire?

    Merci d’avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « que faire? » et suivante « on doit me notifier ma prolongation ou non prolongation 3 mois avant la fin de contrat (soit avant le 31 Mai) …….si cela n’est pas le cas …dois je considérer que je suis d’office en CDI ? »
      Nous savons que dans certaines académies, des DSDEN ne sont pas vraiment au point pour faire appliquer la pratique de l’entretien professionnel de l’AESH dans sa 5 éme ou 6 éme année pour le passage au CDI, en conformité des textes réglementaires existants. Les excuses sont toutes trouvées (au choix: manque de moyens ou de personnel ou de temps, pas besoin « on vous connait bien », « ah! bon, cela existe ?, on n’y a pensé mais on a oublié, ne quittez pas, on va vous répondre, la fiche de votre entretien professionnel avec le chef d’établissement a bien été reçue par nos services… sic…). La DSDEN dont vous dépendez doit sans doute relever de cette catégorie.
      En attendant ce fameux entretien qui ne vient pas, dès notification de votre renouvellement en emploi AESH, considérez simplement que la DSDEN n’aura pas d’autre choix de vous faire passer en CDI AESH si vous en remplissez les conditions nécessaires.

      Si lors de réception de votre contrat AESH début septembre, vous constatez qu’il n’est pas la forme d’un CDI, signalez-le poliment à votre employeur. Il sera tenu de le requalifier en CDI AESH.

  70. Elisa dit :

    Bonjour aesh 40 cdd ..j ai une enseignante qui ne veux pas de mon aide aupres des enfants,me fais souvent des reflexions .m interdit de revenir en classe.je subit depuis octobre .et quand on va à la piscine la elle a besoin de moi je dois habillé les enfants dont je m occupe car on va être en retard alors que ils n ont pas de handicap pour cela au contraire je l ai laisse etre autonome si je dis quelques choses ça se passe mal .mon directeur ne veux pas de conflit je me sens au fond du tunnel.je vous remercie je ne savais pas ou en parlé ça affecte mon moral et je ne veux pas m arrêté car c est ce qu’ elle veux je tiens pour les enfants.merci pour vos réponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre commentaire sur « refus de coopération entre AESH et enseignant »
      En matière d’accompagnement d’un élève en situation de handicap dans une classe, le refus de coopération entre AESH et enseignant n’est pas un cas isolé ou exceptionnelle. Si L’accompagnement par AESH d’un élève en situation de handicap étant la résultante d’une notification MDPH qui s’impose à l’enseignant, ce dernier peut éprouver des difficultés sérieuses à tolérer la présence d’un adulte au sein de sa classe. Les raisons de cette attitude sont toujours multiples pas forcément liées à un rejet de votre personne en tant que telle. Nous relevons souvent dans ses difficultés de coopération la crainte d’être jugé sous le regard de l’autre, la méconnaissance du rôle de l’AESH et…la non acceptation de nécessité pédagogique et/ou éducative d’un accompagnement par AESH d’un élève en situation de handicap.
      Il est plus que probable que vous êtes victime de cette dernière forme de refus de coopération. Ce refus qui n’est pas acceptable et ne serait pas accepté par l’autorité hiérarchique, ne peut être dévoilé explicitement par l’enseignant. Mais votre seule présence quotidienne dans l’école la ramenant sans cesse à ce qui n’est pas, avouable, elle en exprimera en retour à votre égard agressivité, colère, rejet…
      Il est normal que vous éprouviez vous même une profonde lassitude devant cette situation conflictuelle. Qui ne le serait pas ?
      Aussi, le directeur d’école ne souhaitant pas ‘agir », vous avez un droit légitime et salutaire à appliquer : prendre contact avec l’enseignant référent de l’élève en situation de handicap afin que vous puissiez lui exposer votre situation professionnelle actuelle. A « dévoiler » ce qui n’est pas acceptable, ce qui n’est pas accepté de la part d’une personne, l’enseignant référent est à même de pouvoir intervenir pour que cesse sans délai les actes d’agression déplacée, voire d’harcèlement moral intolérable, à votre égard.

  71. LEBRUN sandra dit :

    59 – Nord

    Bonjour,

    J’ai été assistant d’éducation (vienscolaire) durant 6 ans jusqu’à août 2017.
    J’ai peut-être la possibilité d’un contrat AESH pour septembre 2018.
    La grande question, est ce que je peux faire un contrat de droit public aesh alors que j’ai fait un contrat AED durant 6 ans ?
    Merci pour votre aide

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce que je peux faire un contrat de droit public aesh alors que j’ai fait un contrat AED durant 6 ans ? »
      nous pourrons répondre à cette question courant juin quand il sera publié la nouvelle mouture du Décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap et modifiant le décret n° 2003-484 du 6 juin 2003 fixant les conditions de recrutement et d’emploi des assistants d’éducation.

      • Lafeuille dit :

        Bonjour, je suis dans le même cas, j’ai été assistante pédagogique dans le nord pendant 6 ans et maintenant on me propose de passer un entretien pour un contrat de droit public AESH en Bretagne. Dans mon CV j’ai bien écris que j’avais déjà fait 6 ans . je suis hyper motivée pour devenir AESH mais Est ce possible? pouvez vous me tenir au courant. merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Est ce possible? »
          Nous supposons que cela est possible compte tenu que vous avez été retenu à un entretien pour un emploi AESH malgré que les textes réglementaires rendent la chose impossible.

    • virginie dit :

      Bonjour,
      Académie de l’Hérault, AVS en Contrat PEC d’1 an à compter du 1er juin prochain, je viens de recevoir mon affectation ainsi que les coordonnées de mon enseignant référent.
      On m’a avertit que cette affectation serait valable jusqu’aux vacances d’été et durant l’été j’en recevrais une nouvelle.
      Ma question est la suivante: est-ce qu’en me notifiant une nouvelle affectation cet été, on peut m’attribuer un nouvel enseignant référent ou doit-il être le même durant tout mon contrat?
      Je vous explique le pourquoi de cette question, c’est qu’actuellement l’enseignant référent dont je dépend ne gère pas le secteur géographique le plus proche de chez moi donc si je dois le garder tout mon contrat cela veut dire que je serais affectée dans ce secteur tout mon contrat alors que s’il est possible que mon enseignant référent change il est possible que du coup je sois rattachée à celui du secteur géographique de mon domicile.
      Ce qui serait bien cool 🙂
      Merci.

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « est-ce qu’en me notifiant une nouvelle affectation cet été, on peut m’attribuer un nouvel enseignant référent ou doit-il être le même durant tout mon contrat? »
        Une nouvelle affectation dans un autre établissement scolaire entraîne de facto la nécessité d’accompagner un nouvel élève et de coopérer avec un nouveau chef d’établissement scolaire, de nouveaux enseignants et éventuellement, avec un nouvel enseignant-référent en charge du suivi de l’élève concerné dans l’établissement scolaire.

  72. 25.89 dit :

    Aesh académie de Dijon

    Bonjour, je reviens encore vers vous, mais je souhaite trouver un autre emploi mais pour le moment, je n’ai encore aucune proposition mais si je trouve un emploi, durant l’été le lycée où je travaille et bien sûr fermé alors en quoi cela gêne l’éducation nationale, tant que
    celle-ci est mise au courant que je souhaite quitter mon poste. Quand celle-ci à l’ élégance de nous prévenir le 29/08 pour une prérentrée le 31/08. Le rectorat se permet des choses qui seraient reprochées à un employeur privé. Quand l’état va-t-il se comporter en patron responsable ! D’ un point de vue sociétal.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « si je trouve un emploi, durant l’été le lycée où je travaille et bien sûr fermé alors en quoi cela gêne l’éducation nationale, tant que celle-ci est mise au courant que je souhaite quitter mon poste? »
      Vous pouvez exprimer de vives voix que vous en avez marre de votre boulot actuel et que vous êtes à la recherche d’un emploi, cela ne génera pas votre employeur. Mais tant que vous n’avez pas trouvé cet emploi autre, inutile de brandir sans cesse la menace écrite que vous démissionnez, l’employeur risque de vous prendre au mot par lassitude et vous serez sans boulot tout court et sans ARE durant 121 jours.

      • 25.89 dit :

        région académique Bourgogne Franche-comté

        Je confiais simplement mon ras-le-bol, je n’ai jamais rien dit ou écrit à mon employeur car je ne souhaite pas me retrouver dans une plus grande précarité que celle que je vis actuellement comme tant AESH. De plus pour avoir droit à son ARE suite à sa démission, pôle emploi étudie notre situation lors de notre démission et nous devons justifier d’une recherche active d’emploi. Donc oui j’ai bien compris que cela n’est pas à faire à la légère.

        Cordialement

  73. Melanie dit :

    Bonjour
    Suite aux problèmes rencontrés avec l’inspection académique j’envisage d’entamer des démarches auprès du tribunal administratif mais je suis un peu perdue devant les démarches à effectuer auriez vous un syndicat qui pourrait m’aider
    En vous remerciant

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » auriez vous un syndicat qui pourrait m’aider ? »
      Pour votre démarche d’ester au tribunal administratif nous ne pouvons vous indiquer une organisation syndicale plutôt qu’un autre. Ce choix relève de partage de convictions intimes avec les valeurs de solidarité et de justice sociale défendues par l’organisation syndicale.

  74. Libellule dit :

    33-Gironde
    Bonjour.Je suis aesh cdd contrat droit public en gironde avec 24h par semaine.Je voudrai faire en complément une garde d’enfants à domicile.ESt il obligatoire de demander une autorisation à la dsden?
    Concernant l affectation de la rentrée faut il appeler en juin la dsden ou attendre en septembre pour connaître le lieu d affectation?
    Merci d’avance à mes collègues de gironde s ils peuvent me donner des Infos car c est ma première année en cdd aesh.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « ESt il obligatoire de demander une autorisation à la dsden? »
      Non pour l’autorisation à demander mais en principe, vous êtes tenue d’en informer préalablement par écrit la DSDEN l’exercice d’une garde d’enfants à domicile.
      Sur ce, comme tous les collègues AESH s’assurant un complément de revenu en assurant occasionnellement des gardes d’enfants à domicile, nous ne vous dénoncerons pas si vous n’informez pas préalablement par écrit la DSDEN.

      En réponse à votre interrogation, « Concernant l affectation de la rentrée faut il appeler en juin la dsden ou attendre en septembre pour connaître le lieu d affectation? »
      Vous pouvez toujours tenter d’appeler en juin la DSDEN (via coordonnateur IA-ASH) pour connaitre votre affectation de rentrée. En cas de non réponse ou de silence obstinée sur la ligne n’insistez pas…c’est qu’il y a du burn-out en l’air côté interlocuteur IA-ASH.

      • Libellule dit :

        33-Gironde Bonjour.Je vous remercie pour votre réponse très rapide.
        J accompagne deux enfants dans une école élémentaire respectivement en cm2 et ce2.J aimerai bien continuer à accompagner l enfant qui est en ce2 pour qui il a été proposé un maintien en ce2 et renouvellement agrément aesh jusqu en juillet 2019.Pensez-vous que ce voeu sera pris en considération par le coordinateur?
        D autre part si coordinateur pas joignable devrai je me rendre en septembre sur mon lieu d affectation indiqué sur mon contrat et rappeler la dsden?
        Merci d’avance pour votre réponse.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Pensez-vous que ce voeu sera pris en considération par le coordinateur? »
          Oui, il peut être pris en considération mais il faudrait passer au préalable par l’enseignant référent de l’ESS qui doit donner son avis.

          En réponse à votre interrogation, « si coordinateur pas joignable devrai je me rendre en septembre sur mon lieu d affectation indiqué sur mon contrat et rappeler la dsden? »
          Votre contrat de travail précisant votre lieu d’affectation, vous avez donc à vous présenter le jour de la rentrée scolaire au lieu d’affectation fixée. Le seul motif qui vous contraindrait à joindre le service IA ASH en septembre serait pour signaler l’absence d’élève en situation de handicap sur votre lieu d’affectation. En attendant qu’une autre affectation vous soit désigné (avenant au contrat de travail nécessaire car il subira une modification substantielle), vous restez à disposition du chef d’établissement d’affectation.

  75. Melanie dit :

    Bonjour, aesh depuis le 1/10/2012 je m’adresse à vous afin de trouver de l’aide étant en congé parental depuis le 01/11/2016 j’ai fait ma demande de reintegration pour le 01/05/2018 mon contrat prenant fin à la même date (lors de mon renouvellement précèdent de congé parental pour 6 mois ils ont fixé mon contrat à la date de fin de congé parental ) sans réponse à mon courrier envoyé dans les délais et après plusieurs appels téléphoniques avec l’inspection académique me certifiant qu’ils me recherchaient des affections je les rappelle une nouvelle fois le 26 avril et cette fois on me répond qu’il n’y a pas de poste disponible mais que l’on attend de voir avec le supérieur qui revient le 7 mai. Suite à cet appel et grâce aux informations trouvées sur votre site je leur envoie un recommandé précisant qu’ils n’avaient pas respecté les delai de prevenance concernant le renouvellement ou non de mon contrat. Aujourd’hui je rappelle vu que nous sommes le 7 mai que mon contrat à pris fin le 1er mai que je n’ai pas reçu de fin de contrat et cette fois ils me proposent un renouvellement de 24h par semaine je passerai à 12h par semaine. Je me suis inscrite au pôle emploi le 2 mai sans avoir les documents de fin de contrat ma question est si je refuse leur proposition à 12h n’étant plus sous contrat actuellement est ce que je peux faire valoir le motif de la suppression de poste et être indemnisée par pôle emploi.Je suis dépitée sachant que j’ai 2 enfants à charge voir le peu de considération de la part de l’inspection académique.Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma demande et vous remercie du travail fait sur ce site qui m’est d’une grande aide pour trouver les informations concernant nos droits.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » est ce que je peux faire valoir le motif de la suppression de poste et être indemnisée par pôle emploi ? »
      Il existe 2 situations bien distinctes: le renouvellement de votre CDD AESH et la réintégration au titre du congé parental
      Au titre de votre congé parental, votre demande légale de réintégration à votre emploi AESH sous CDD correspond à la date où ce dernier prend fin.
      1-Si effectivement, un tribunal administratif vous donnera raison avec obtention d’indemnité réparatrice pour le défaut de l’employeur de prévenance de renouvellement de contrat AESH ou non et défaut d’envoi des documents relatifs à votre indeminisation en ARE du fait de non renouvellement en CDD entraînant la perte d’emploi involontairement. En revanche, votre demande de réintégration sera rejetée par les juges du tribunal administratif (le renouvellement de CDD AESH n’est pas un droit automatique).

      2-Au titre de votre congé parental, votre demande légale de réintégration à votre emploi AESH sous CDD correspond à la date où ce dernier prend fin.Or, il est plus que probable que dans un premier temps, tenant compte de cette date de fin sans renouvellement établi de CDD, votre employeur n’a pas estimé qu’il avait à répondre à votre demande de réintégration sur votre ancien emploi du fait de l’inexistence de relation contractuelle à la date de fin de CDD.

      La nouvelle proposition d’emploi sous CDD AESH faite par votre employeur est plutôt destinée à tenter un compromis avec vous. Cette proposition étant bien en deçà de votre emploi précédent (12h/hebdo au lieu de 24h/hebdo) avec une baisse de moitié de votre rémunération mensuel, vous n’êtes nullement tenue d’accepter cette proposition.
      Pour conserver vos droits à ARE.
      Vérification à faire
      la proposition de CDD AESH a pour date d’effet à compter de la date de fin de votre précédent contrat
      Votre refus se doit accompagné de la note manuscrite suivante avant la date et votre signature « je refuse ce contrat de travail qui aura pour effet de faire diminuer le temps de travail de Xxxxx/hebdomadaire à Xxxxx/hebdomadaire, entrainant un baisse de 50 % de ma rémunération nette mensuelle (XXXXX au lieu de XXXXXX).

      La proposition de CDD AESH a pour date d’effet à compter d’une date bien après la date fin de votre précédent contrat
      Normalement, vous n’êtes pas tenu d’y répondre. La relation contractuelle avec votre employeur n’existe plus. Mais, Par prudence, procédez comme précédemment.
      Ainsi formulé, votre refus de cet emploi sera considéré comme légitime par pôle emploi.
      Dans la foulée de ce courrier de refus, transmettez une lettre avec A/R exigeant la remise des documents obligatoires de votre employeur relatifs à votre fin de contrat.

      • Melanie dit :

        Je vous remercie de votre réponse rapide et vais vérifier avec pôle emploi et suivre vos conseils concernant la proposition de renouvellement à 12h par semaine. Merci beaucoup du temps que vous prenez pour nous répondre.

  76. Chacha dit :

    Bonjour actuellement AVS en contrat cui depuis bientôt 2 ans on me propose un contrat CDD aesh pour une période de 3 mois renouvelable. J’aimerai signer ce contrat de 3 mois mais si l’on me propose un deuxième contrat après ces 3 mois et que je le refuse aurai je droit à l ARE?
    Merci pour vos reponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « si l’on me propose un deuxième contrat après ces 3 mois et que je le refuse aurai je droit à l ARE? »
      Non. Votre refus de renouvellement de CDD AESH sera considéré par l’administration comme une démission et durant une période de 121 jours, vos droits à indemnisation ARE seront compromis.

      • Chacha dit :

        Et si je ne signe pas les 3 mois de cdd pourrais -je prétendre au chômage ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » si je ne signe pas les 3 mois de cdd pourrais -je prétendre au chômage ? »
          Oui et pour en être certain, ignorez la proposition de CDD en restant muet, aveugle, sourde et paralysé des mains à toutes sollicitations et invitations à signer cette proposition.
          Nous estimons cette proposition indécente plus destinée à « arranger  » les affaires de l’IA-DSDEN (pas de rupture d’accompagnement pour l’élève) qu’à sauvegarder vos droits à ARE en cas de chômage à l’issu de ce CDD de 3 mois.

  77. Bahri dit :

    Bonsoir, svp je vous prie de me repondre,actuellement aed dans un college,(c’est ma 3eme annees) j’ai souvent remplacé des avs absents quelques heures, j’avoue etre intéressée par le poste D’aesh, si je le fais pour les 3ans qui me restent puis je pretendre un cdi je continue mes 3annees restantes sur le poste d’aesh.
    Ps:j’ai un cap petite enfance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « si je le fais pour les 3ans qui me restent puis je pretendre un cdi je continue mes 3annees restantes sur le poste aesh. »
      En tant qu’assistante d’éducation (même en assurant des remplacements à l’occasion de personnel AVS absent), vous ne saurez prétendre à un CDI AESH au bout de 6 années comptabilisées.
      Rien ne vous interdit actuellement de postuler sur un emploi AESH en CDD. il vous suffit de transmettre votre candidature à un poste AESH en CDD auprès de la DSDEN (lettre de motivation + CV + éventuellement, lettres de recommandation professionnelle). Votre profil professionnel peut intéresser le service IA ASH.

  78. mariot dit :

    Bonjour,

    Actuellement AESH en CDI pour IA 17 depuis septembre 2017 j’ai un contrat de 24heures et j’aimerais passer à 32h.
    Pourriez-vous m’indiquer si cela est possible et le cas échéant les démarches necessaires à effectuer.
    Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pourriez-vous m’indiquer si cela est possible et le cas échéant les démarches necessaires à effectuer. »
      Par courrier simple, du fait que vous êtes disponible, vous pouvez exprimer le souhait de pouvoir disposer d’une quotité temps de travail supérieure (32H /hebdomadaire au lieu de 24h) auprès de votre employeur. Ce dernier n’est pas tenu légalement de répondre à votre souhait.

  79. Kira54 dit :

    Bonjour,

    J’ai une question relative à la limite des déplacements autorisés.

    J’explique brièvement mon cas mais jusqu’à maintenant j’étais en contrat CUI/CAE en tant qu’agent administratif dans une école. Hélas suite à la suppression d’une partie des contrats, le miens n’a pas été renouvelé.

    Par chance j’ai eu le numéro d’un service qui recrutais des agents pour début mai, mais en tant qu’Aseh. Ayant déjà occupé ce type de poste j’ai sauté sur l’occasion.

    Lors de mon entretien téléphonique on m’a proposé une commune qui été un peu plus loin que d’habitude mais avec un déplacement raisonnable.

    Hors il s’avère qu’il y à eu un changement de dernière minute et donc je me retrouve à devoir me déplacer dans deux établissement différents et qui sont plus éloignés de chez moi.

    J’aimerais donc savoir si une limite de déplacement été en vigueur pour ce type de contrat.

    Nous ne gagnons pas grand chose et avec les frais d’essence cela va vraiment impacté mes revenus.

    Je voulais savoir également quel démarche je devais faire auprès de l’enseignant référent pour basculé de nouveau dans le lieu de circonscription ou j’habite?

    Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si une limite de déplacement été en vigueur pour ce type de contrat »
      Il n’existe pas de limite de déplacement entre domicile-lieu de travail.
      Situation où vous ne disposez pas de contrat de travail mais simplement d’une proposition d’emploi
      Lors de la remise de votre contrat de travail pour signature par votre employeur, ce dernier est tenu de préciser sur ce contrat de travail le ou les lieux précis d’affectations. Dès signature de ce contrat de travail par vos soins, vous êtes censé en accepter les clauses fixées en toute connaissance de cause.
      Situation où vous disposez d’un contrat Cui-CAE avec une affectation en cours
      Si lors du déroulement de ce contrat Cui-Cae, l’employeur souhaite modifier le lieu ou les lieux d’affectation, il s’agit alors une modification substantielle de contrat nécessitant obligatoirement votre accord préalable. En cas de refus de votre part de cette modification de contrat, votre employeur se doit ou renoncer à sa proposition de modification ou procéder à une démarche de licenciement …sans la justifier par votre refus. (ce qui ne sera pas simple pour lui).

      • Kira54 dit :

        Bonjour, merci pour votre réponse. J’ai hélas déjà renvoyé l’avenant pour ne pas avoir de problème avec l’employeur. Je verrais avec l’enseignant référent pour basculé sur un autre poste à la rentrée prochaine.

        Merci pour tous vos renseignement.

        Cordialement.

  80. Octo13 dit :

    Bonjour. Actuellement Aesh dans l Académie de Montpellier. Notre chef d établissement a été temporairement suspendu de ses fonctions et des actions sont prévues pour le soutenir et demander sa réintégration ( manifestations parents-profs-élèves, pages sur les réseaux sociaux, tracts…). Peut-on participer à ces actions (si elles empiètent sur les heures de classe) sans risque pour notre emploi vu notre situation déjà précaire ??

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Peut-on participer à ces actions (si elles empiètent sur les heures de classe) sans risque pour notre emploi vu notre situation déjà précaire ?? »
      Du fait de votre situation précaire, il ne peut pas vous être reproché de conserver une posture de prudence et de réserve en vous abstenant de participer à des actions de la communauté éducative/pédagogique durant la réalisation de vos heures de travail quotidien. Votre solidarité à l’égard de votre collègue du chef d’établissement scolaire que vous estimez injustement suspendu dans ses fonctions peut parfaitement s’exprimer hors temps de travail.

  81. 25.89 dit :

    Bonjour,
    Aesh dans l’Académie de Dijon, j’ ai une question si nous trouvons un emploi durant l’été et que le rectorat est fermé quelles sont les démarches à faire et d’un point de vue financier ?

    Merci à vous pour votre dévouement envers les AESH.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » si nous trouvons un emploi durant l’été et que le rectorat est fermé quelles sont les démarches à faire et d’un point de vue financier ? »
      Pour un job d’été rémunéré en complément de votre maigre traitement en cours d’année, le service rectorat gestionnaire de votre contrat AESH ferme les yeux aimablement si vous oubliez de la prévenir. Il fermera d’autant les yeux que le service sera en vacances.

      • 25.89 dit :

        AESH académie de Dijon,
        Merci pour votre réponse, mais ma question concerne un CDI.
        Car je pense qu’ on ne peut pas toucher, nos salaires  » d’été  » et avoir signé un CDI dans une entreprise.

        Cordialement
        25.89

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire « je pense qu’ on ne peut pas toucher, nos salaires » d’été » et avoir signé un CDI dans une entreprise »
          Et nous vous donnons raison. Votre information supplémentaire (emploi en CDI et non job passager d’été) modifie notre réponse précédente.
          L’acceptation d’un proposition d’un emploi autre en CDI (temps plein) se doit entraîner de facto votre démission de votre emploi AESH (procédure à prendre connaissance ICI)
          En la matière, vous êtes tenue de respecter un préavis dont la durée est  » 1 mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ou 2 mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans ou 3 mois pour l’agent recruté pour une durée indéterminée.)
          Il vous appartient donc de fixer la date d’effet de votre démission et en tenant compte de votre durée de préavis (1 ou 2 ou 3 mois) de la transmettre par lettre avec A/R.
          Une lettre avec A/R ayant pour date de réception est celle qui est apposée par l’administration des postes lors de la remise de la lettre à son destinataire (même absent), le délai de préavis commencera bien à courir à compter du jour de la dite réception de la lettre.

        • 25.89 dit :

          AESH dans l’académie de Dijon, Si nous trouvons un emploi durant l’été et que nous n’avons pas encore signé de contrat pour la prochaine année scolaire, notre préavis ne concerne t-il pas que la période restant à faire avant la fin de l’année scolaire en cours à titre d’exemple l’année scolaire 2017-2018. Mais j’ai une question supplémentaire, à la fin de l’année scolaire la DSDEN dont je dépends envoie des coupons pour savoir si nous souhaitons poursuivre notre mission, cela a-t-il la valeur d’un contrat si nous cochons oui ? Car il semble que le droit public donne beaucoup de droit à notre employeur.

          Cordialement

          25.89

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, «  Si nous trouvons un emploi durant l’été et que nous n’avons pas encore signé de contrat pour la prochaine année scolaire, notre préavis ne concerne t-il pas que la période restant à faire avant la fin de l’année scolaire en cours ? »
          Oui, évidemment. Une durée de préavis ne peut pas couvrir une période où vous n’êtes plus en contrat avec votre employeur.

          En réponse à votre interrogation,« cela a-t-il la valeur d’un contrat si nous cochons oui ? »
          Non, cela n’a pas valeur de contrat mais valeur purement indicative pour la DSDEN pouvant ainsi à des fins statistiques anticiper le volume de renouvellement ou de nouveau recrutement d’agents AESH à prévoir pour la rentrée scolaire suivante.

    • 25.89 dit :

      Bonsoir,
      Merci de votre réponse, mais il est difficile de prévoir quand nous allons être recruté par un futur employeur. Il est de plus compliqué de trouver un emploi de nos jours, alors si un employeur doit patienter deux mois vu mon ancienneté.

      (donc un emploi trouver le 01/07/18 je serai donc disponible le 01/09/18 ) j’ai vraiment besoin de trouver un autre emploi.

  82. mim dit :

    Bonjour à tous
    voilà mon cas :
    on m’a proposé un poste d’avs en cui pour 23h dans le 38.
    Or c’est à 25 min de chez moi, il faut donc que je fasse garder mes 3 enfants au peri-scolaire et à la cantine, mes frais de garde sont largement plus haut que mon salaire…j’ai peur que si je refuse cette affectation on ne m’en propose plus d’autres alors qu’il y a beaucoup d’école plus près de chez moi qui me permettrais de ne pas avoir de frais de garde. Est ce un motif légitime de refus sachant que ce n’est pas un refus de travailler c’est juste le lieu qui me permet pas de retrer dans mes frais…
    Qui dois-je contacter mon référent ou mon employeur pour lui expliquer.
    Je n’ai pas encore signé mon contrat (je suis censé commencer début Mai).

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est ce un motif légitime de refus sachant que ce n’est pas un refus de travailler c’est juste le lieu qui me permet pas de resrer dans mes frais… »
      Dans le cas présent, indépendamment de votre souhait légitime de travailler, vous reconnaissez lucidement que la proposition de poste AVS en PEC-Cui formulée par l’employeur aura pour conséquence de mettre en péril financièrement votre vie privée et familiale au delà du raisonnable.
      Entre se mettre en péril et ne pas se mettre en péril, il ne peut vous être reprocher humainement d’opter pour la seconde posture et en conséquence d’opposer un refus à la proposition d’emploi dans sa forme actuelle par l’employeur.

      En réponse à votre interrogation, « Qui dois-je contacter mon référent ou mon employeur pour lui expliquer »
      En cas de refus de proposition, vous avez 2 démarches à effectuer
      1- auprès de l’employeur en signalant que votre refus de la proposition d’emploi est dicté non pas l’emploi lui-même mais par une affectation en un lieu d’établissement scalaire trop éloigné de votre domicile (en temps et en distance) mettant en péril financièrement votre vie privé et familiale. Vous exprimez le souhait d’une autre proposition d’emploi AVS plus conforme à la préservation de votre vie privée et familiale à cet employeur. Il faut savoir que ce dernier n’est pas tenu de répondre à votre souhait.

      2- pour conserver vos droits à postuler sur des emplois en Cui-Cae vous signalez votre démarche précédente auprès de votre référente pôle emploi. Il serait étonnant que votre démarche ne soit pas validée par cette dernière.

      • mim dit :

        merci beaucoup pour votre réponse.
        heureusement que des personnes comme vous renseignent des gens comme moi car cela fais 3 semaines que je tente de joindre mon référent mais malgré mes nombreux messages sur sa boite vocale et mails impossible de le contacter…je suis choquée du manque de communication. Quand j’ai expliqué à la secrétaire mon cas elle était choquée que je puisse refuser un poste car j’avais énormément de chance d’être éligible au dispositif CUI…
        Donc merci pour votre temps et de votre réponse!

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire « Quand j’ai expliqué à la secrétaire mon cas elle était choquée que je puisse refuser un poste car j’avais énormément de chance d’être éligible au dispositif CUI… »
          Nous partageons votre sentiment implicite. Ce qui demeure de plus effroyable d’un état de pensée perverse, c’est bien de savoir qu’un interlocuteur employeur en arrive à se choquer d’un refus d’un emploi AVS en Cui-Cae soumis à des conditions de travail et de rémunération indigne en estimant que cela reste une chance !!!!

  83. lolo dit :

    Lolo 57,
    Bonjour,
    Je suis AESH contrat public et contrairement à l’année dernière je n’ai pas reçu de fiche de voeux pour la prochaine rentrée, par contre j’ai reçu un courrier disant que cette année donc plus de fiche de voeux, que l’on a un jour de carence et que l’envoi des contrats se fera dernière semaine de juillet.
    Je constate que d’autres collègues dans d’autres départements l’ont reçue.
    Chaque académie fait donc sa propre soupe…?
    Merci encore pour toutes vos réponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Chaque académie fait donc sa propre soupe…?
      Oui et il arrive même que chaque DSDEN d’une académie y rajoute sa propre soupe.

  84. 25.89 dit :

    Bonjour aesh dans l’Académie de Dijon, quand je lie ce message cela me rend triste. Mais je tiens à vous dire que je trouve votre site très utile et je parle de vous à mes collègues ! Car grâce à vous nous apprenons beaucoup de choses. Quant à moi je recherche activement un autre emploi car mon salaire actuel et bien trop faible et je suis fatigué du manque de reconnaissance et cie ….

  85. DANI 80 dit :

    Dani 80
    J’ai souvent entendu parler des AESH ces derniers temps ;
    1) pourriez-vous me dire le resumé de changement de tout ce qui concerne les AESH s’il vous plaît : en bien (s’il y en a ) et en mal ?
    2) quel est le pourcentage des AESH à plein temps dans toute la France s’il vous plaît !?
    3) Qu’est ce qu’on peut faire à notre place pour vous aider ?

    MERCI

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « pourriez-vous me dire le resumé de changement de tout ce qui concerne les AESH en bien (s’il y en a ) et en mal ? »
      Notre constat global pour l’année scolaire 2018-2019 demure que la précarité professionnelle (dont financière) des AESH en poste s’est renforcée singulièrement
      -rétablissement du jour de carence en cas d’arrêt maladie
      -Hausse de CSG sur les rémunérations non compensée
      -CDD/CDI modifié avec revue à la baisse de la rémunération (par non respect de l’annualisation de travail sur 39 semaines et établie illégalement sur 36 semaines)
      -temps de travail calqué établi sur temps de présence auprès de l’élève sans prise en compte du temps de travail invisible (préparation, réunion, concertation)
      -aggravation des conditions de travail (par accompagnement généralisé de 2, 3, … élèves sur 2,3 établissement d’affectation sans compensation financière pour les frais de déplacement)
      -absence de proposition formation « sérieuse  » : des actions d’information pour les agents AESH deviennent des actions de formation (Sic…)

      Nous estimons qu’aucune améliorations n’est à prévoir dans les années à venir. La règle de la précarité imposée aux AESH reste un norme bien établie par le ministère de l’éducation nationale et singulièrement renforcée depuis Septembre 2017.

      En réponse à votre interrogation,  » quel est le pourcentage des AESH à plein temps dans toute la France »
      Pour l’année scolaire 2017-2018, les AESH en CDD/CDI sont en nombre estimée de 38 000. Moins de 1% dispose d’un CDD/CDI à temps complet. 85 % environ disposent d’un CDD/CDI variant entre 50% et 60% d’un temps complet. 14 % disposent d’un CDD/CDI variant entre 60% et 80% d’un temps complet.
      La tendance demeure que les AESH disposant d’un CDD/CDI autour de 60% d’un temps complet soient ramenés à un CDD/CDI à 50% d’un temps complet et une accentuation très nette des CDD AESH dit mutualisé (plusieurs élèves à accompagner ) au détriment des CDD AESH dits individualisé (un seul élève à accompagner).

      En réponse à votre interrogation, » Qu’est ce qu’on peut faire à notre place pour vous aider ? »
      Dans l’immédiat, nous vous demandons de faire connaitre le site au plus grand nombre de vos collègues AESH en répercutant les informations du site que nous publions régulièrement. Nous savons que Le ministère de l’éducation nationale et secrétariat aux handicaps ont ce souci actuel de vouloir faire « taire » la voix et la parole de l’UNEAVS en la dénigrant systématiquement. Il appartient à tous nos collègues AESH par leur voix, leur parole, leur témoignages de leur donner tort.

  86. Nath dit :

    Bonjour ,
    Nath AESH dans le 72
    Je suis en dispositif ULIS collège et donc AESH co.
    Mon enseignant coordonnateur d’ULIS s’est inscrit en tant qu’accompagnateur pour un voyage d’une Semaine avec des élèves de 5ème.
    3 élèves ULIS participent à ce voyage.
    Pendant son absence, on me demande d’assurer les autres élèves ULIS lors de temps dans le dispositif . Pour le reste ils iront en inclusion, Mais sans moi ne pouvant être ici et là à la fois.
    J’aurais aimé participer à ce séjour une matinée ou deux et on m’a répondu que sans moi le dispositif ne pouvait pas fonctionner !
    C’est plutôt sans le prof que le dispositif ne peut pas fonctionner !
    Finalement on me demande de prendre la fonction de coordonnateur sans en avoir le salaire …( pour la note humoristique)

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « suppléance d’enseignant-coordonnateur ULIS, possible ou non ? »
      Nous vous invitons à suivre la démarche ci-après qui, basée sur des expériences similaires de collègues AESH, remet les pendules à l’heure avec une efficacité redoutable.
      Le principe reste d’adopter une posture professionnelle respectueuse de vos collègues enseignants, du chef d’établissement scolaire (sur laquelle ils ne pourront contester) …..en invitant votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat) à intervenir (ce dont il ne pourra contester ni la justesse, ni la pertinence) et d’attendre le résultat.
      Ce que vous avez à faire
      A l’intention de votre employeur, vous transmettez un courrier avec A/R) dans lequel
      1-vous rappelez votre lieu d’affectation (établissement scolaire, coordonnées), votre mission (AESH-Co Ulis : nombre d’élèves)
      2- Vous signalez la participation de l’enseignant coordonnateur ULIS (identifiant à citer) à une sortie scolaire avec nuitées pour 3 élèves de l’ULIS.
      3- qu’en l’absence de l’enseignant coordonnateur ULIS, il vous a été demandé d’assurer sa suppléance pour les élèves ULIS non participant au voyage lors de leur temps dans le dispositif.
      4-Vous sollicitez respectueusement l’autorisation d’assurer cette suppléance d’enseignant-cordonnateur ULIS avec les conditions de rémunération propre à cette fonction d’enseignant.
      5- terminez par formule de politesse (tralala)
      6-Envoyez votre courrier avec A/R
      7-Patientez une journée
      8-Fournissez une copie de votre courrier (sans mot dire) à l’enseignant-coordonnateur ULIUS et au chef d’établissement d’affectation.
      9-Retournez à votre job en restant Zen.
      10-prévoyez un sacré remue ménage autour de vous.

  87. lyloubella dit :

    Bonjour, je dois signer prochainement un CDD AESH de quatre mois (remplacement d’un congés maternité) dans le 02. ce sera mon premier contrat en tant qu’AESH. Normalement les contrats AESH sont de un an pour aller jusqu’à six ans puis pouvoir peut être avoir un CDI. comment cela se passera-t-il vu que là j aurai un contrat que de quatre mois ? pourrai-je avoir un autre contrat de moins d’un an ou au contraire de plus d’un an pour faire six ans ? ou peut on dépasser les six ans de CDD (soit 6 contrats de un an et un de quatre mois) ? Merci d’avance pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  pouvoir peut être avoir un CDI. comment cela se passera-t-il vu que là j aurai un contrat que de quatre mois ? » et suivante  » pourrai-je avoir un autre contrat de moins d’un an ou au contraire de plus d’un an pour faire six ans ? » et suivante  » ou peut on dépasser les six ans de CDD (soit 6 contrats de un an et un de quatre mois) ? »
      En matière de CDD AESH, tout employeur est libre de fixer sa durée de (1 jour à 6 ans) selon les besoins de service qu’il doit couvrir.
      Avant le terme de votre CDD AESH, votre employeur se doit vous notifier son intention de renouvellement ou non de CDD. Il se peut très bien qu’entre 2 CDD AESH, une rupture intervienne.
      Pour les règles de passage à un CDI AESH, nous vous invitons à consulter la page consacrée à « Accès au CDI AESH » en cliquant ICI.

  88. Lebouleux charlene dit :

    Bonjour je suis AESH en cdi à 98% dans le 72. Je suis actuellement en congé maternité pour mon 2e bb. J’ai demandé à l’ia un temps partiel à hauteur de 80% pour la rentrée et ce jusqu’au 2 ans de mon enfant. Apparemment ce congé est de droit mais ils m’ont dit que si je faisais cela je risquais de ne pas retrouver mon temps plein … est ce vrai ? Merci de votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » est ce vrai ? »
      oui, cela comporte un risque compte tenu vous ne disposez pas d’un CDI à temps complet (98% éu lieu de 100%)
      ce que disent les textes réglementaires
      Le temps partiel peut vous être accordé jusqu’au 3è anniversaire de l’enfant (ou pendant les 3 ans suivant son arrivée en cas d’adoption) à l’agent contractuel employé depuis plus d’un an à temps complet ou en équivalent temps plein.
      Vous pouvez demander l’autorisation à tout moment pendant cette période, mais doit déposer sa demande 2 mois avant la date souhaitée pour le passage à temps partie de droit (50 % – 60 % – 70 % – 80 %)
      Le service à temps partiel peut être organisé dans le cadre :
      quotidien (la durée de travail est réduite chaque jour) ou hebdomadaire (le nombre de jours travaillés par semaine est réduit) ou d’un cycle de travail ou annuel.
      Le temps partiel est accordé par périodes de 6 mois à 1 an, renouvelables pour la même durée, par tacite reconduction dans la limite de 3 ans. si vous souhaitez rester à temps partiel la demande doit se faire par écrit. L’administration accepte ou refuse par écrit.

      La Réadmission à temps équivalent au CDI initial à 98% du temps complet doit se faire sur demande 2 mois avant la date souhaitée. Or, ce CDI restant assimilé à un temps partiel et non à à un temps complet, elle n’est pas de droit. En cas de refus de l’administration de réadmission au CDI initial, vous ne pourrez pas contester la décision et saisir la CCP pour faire valoir un droit inexistant.

  89. Jade dit :

    Bonjour
    Je suis aesh dans le 62 depuis 6ans .
    Je viens d être affecter à un nouvel élève en cm2 qui c est montré particulièrement violent avec son ancienne avs……
    Je souffre d une nevralgie je ne suis pas en arrêt je peux travailler sans bien entendu recevoir de coup au niveau de mon bras et mon cou.
    J aimerai savoir si il est possible de refuser cette affectation ?
    Dois je avertir l inspection de mon état de santé? ( l enseignante référente est prévenu )
    Cela remet il en cause mon cdi que je devrais signer dans les prochains mois ?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir s’il est possible de refuser cette affectation ? » et suivante « Dois je avertir l inspection de mon état de santé? »
      En principe, votre contrat de travail peut être modifié par l’employeur, au moyen d’un avenant écrit, à la condition d’obtenir une acceptation formelle de votre part dénuée d’équivoque.
      En tant qu’AESH, vous êtes contraint d’accepter une nouvelle affectation auprès d’un élève (changement des conditions de travail) mais vous devra donner votre accord pour une affectation dans un autre établissement si cela induit des déplacements domicile-travail plus importants (modification du contrat de travail)
      De même sur les horaires de travail, votre employeur ne pouvant pas vous imposer un bouleversement des horaires qui induirait des conséquences sur votre vie privée, familiale ou professionnelle( garde d’enfants, durée allongée de déplacement domicile-travail, perte ou mise en péril d’une activité complémentaire…), vous avez un droit de refus.
      Dans ces 2 situations de modification condition de travail, votre droit à refus s’exerce légalement et cela ne peut être considéré comme une faute professionnelle justifiant votre licenciement.

      En revanche, vous ne pouvez prétexter de votre connaissance de relations conflictuelles passées de l’élève avec votre collègue AVS dont vous êtes amenée à assurer son remplacement pour justifier un refus d’affectation.
      Dans le cas présent, d’avoir prévenu vos collègues enseignants et l enseignante référente que vous ne saurez accepter un comportement agressif et violent physiquement de l’élève à votre égard sa&ns risque pour votre santé est pertinent.
      Vous disposez d’un droit de retrait. Ce droit vous autorise à quitter immédiatement votre lieu de travail si vous avez un motif raisonnable de penser qu’un danger grave et imminent menace directement directement votre santé. Le danger doit être grave, c’est-à-dire risquer de causer un accident ou une incapacité permanente ou prolongée. Le danger doit être imminent, c’est-à-dire pouvant se réaliser brusquement et dans un délai rapproché (exemple : l’élève tente de vous agresser ou vous agresse physiquement)
      Le droit de retrait est un droit, et non une obligation.

      Procédure
      Quand vous utiliserez votre droit de retrait, vous devrez immédiatement alerter votre employeur par mail d’abord, courrier 5A/R) avec un rapport circonstancié des faits qui vous ont amené à exercer votre droit de retrait.
      Aucune sanction ou retenue sur rémunération ne peut vous être imposée si vous avez utilisé votre droit de retrait de manière légitime (violences physique manifestes de l’élève à votre égard: exemple :coups au niveau de votre zone névralgique). Vous avez le droit d’arrêter de travailler sans l’accord de vos collègues de l’enseignant et de son employeur et, si nécessaire, de quitter votre lieu de travail pour se mettre en sécurité. Vous n’êtes pas tenu de reprendre votre activité AESH tant que le danger persiste.

      En réponse à votre interrogation, « Cela remet il en cause mon cdi que je devrais signer dans les prochains mois ? »
      Accomplir ses fonctions AESH en usant des ses compétences et savoirs faire professionnelles selon les attendus votre employeur ne remet pas en cause un contrat de travail et son renouvellement.

  90. Ret dit :

    Bonjour, je suis à aesh CDI dans le 85. Je travaille dans une école primaire en contrat 24 heures. Le directeur de l’école m’a proposé de surveiller le temps méridien à savoir 3h par semaine rémunéré. Peut-il refuser que j’accompagne l’enfant en sortie scolaire afin que j’effectue cette surveillance à savoir trois quart d’heure par jour.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Peut-il refuser que j’accompagne l’enfant en sortie scolaire afin que j’effectue cette surveillance à savoir trois quart d’heure par jour. »
      La participation d’un AESH accompagnant d’un élève en situation de handicap à une sortie scolaire n’est pas obligatoire pour un chef d’établissement scolaire. Donc, même si vous en exprimez le souhait de participer à cette sortie scolaire, y compris à titre bénévole, il n’est pas tenu de se conformer à votre souhait.
      En revanche, la proposition d’exercice d’une activité rémunérée de surveillance sur temps méridien se doit être considérée comme une activité accessoire en plus de votre activité de AESH.
      Cela implique obligatoirement la constitution d’un contrat de travail spécifique pour l’exercice de cette activité complémentaire. Les heures de travail effectuées au titre de cette surveillance ne saurait se confondre avec celles des heures de travail effectuées sous contrat AESH.

  91. BESSAH dit :

    Lisa 13
    bonsoir

    J aimerai savoir quelle est la période idéale pour postuler à un poste d avs ou un poste d AESH?
    merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir quelle est la période idéale pour postuler à un poste d avs ou un poste d AESH? »
      Il n’y a pas de règle précise en la matière. Nous notons simplement que les besoins en accompagnement par AESH se précisent fortement à compter de juillet pour atteindre son apogée courant septembre-octobre et retour à la normale à compter de novembre-décembre.

  92. DANI 80 dit :

    DANI 80

    Bonjour,

    Quand on a un contrat CDD, est-il possible qu’on soit évalué derrière notre dos ou que l’IA contacte la direction (proviseurs, directeurs, enseignants) avant de renouveler ou non notre contrat ? :
    * est ce que l’évaluation est réservée uniquement aux collègues sous contrat CUI ?

    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quand on a un contrat CDD, est-il possible qu’on soit évalué derrière notre dos ou que l’IA contacte la direction (proviseurs, directeurs, enseignants) avant de renouveler ou non notre contrat ? « 
      Une évaluation professionnelle effectuée par un chef d’établissement scolaire se doit toujours être porter à votre connaissance fain que votre droit à contestation s’exerce si vous estimez l’évaluation professionnelle défavorable à votre sens.
      Selon l’évaluation professionnelle établie (et prise de connaissance de votre avis), le service IA conserve la possibilité de contacter direction (proviseurs, directeurs, enseignants) avant de prendre une décision de renouveler ou non notre contrat.

      En réponse à votre interrogation, « est ce que l’évaluation est réservée uniquement aux collègues sous contrat CUI ? »
      Non. Elle concerne l’ensemble du personnel AESH en CDD/CDI et en Cui-Cae.

      • Caroline 83 dit :

        Région PACA Je me pose la même question que Dani 80 ci-dessus. je suis AEnsSH (accompagnante d’Enseignant) j’effectue cette année mon 2ème CDD de droit public de 12 mois et je n’ai jamais été évaluée à ma connaissance. Le professeur m’a juste dit que l’an dernier il avait reçu un appel du rectorat lui demandant si mon service lui convenait, et qu’il avait répondu par l’affirmative…Pourtant, si j’ai bien compris, ces évaluations peuvent servir de base pour renégocier à la hausse son indice. Est-ce normal que cela ne soit pas davantage formalisé?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,« Est-ce normal que cela ne soit pas davantage formalisé? »
          Les modalités de conduite de l’entretien sont fixées par Arrêté du 27 juin 2014 relatif à l’entretien professionnel et à la reconnaissance de la valeur professionnelle des AESH. (pour en savoir plus, cliquer ICI)
          Si les textes existent bien, sa mise en oeuvre pratique dans les académies (via DSDEN) se poursuit cahin caha depuis janvier 2017 dans les académies (via DSDEN).

  93. Christelle89 dit :

    Bonjour,

    Je suis AESH dans une école maternelle de l’Yonne (89) depuis le 18 septembre 2017 jusqu’au 31 août 2018.C’est ma première année en droit public après trois ans de CUI-CAE.
    La directrice de l’école a remplie ma feuille d’évaluation fin mars et j’ai de mon côté remplie ma feuille de voeux. Mon évaluation est très satisfaisante et ces documents ont été envoyés à la DASEN début avril.
    Ce qui m »inquiète c’est de savoir quand mon contrat pour l’année prochaine va être renouvelé,à quel moment vais-je le savoir? Est-ce que ce sera en juin ou fin août (date de fin du contrat)?Cela va être encore une période d’attente…
    Comment l’Inspection Académique nous contacte dans ces cas-là? Par courrier,je suppose.

    J’ai une autre question:est-ce que les contrats de droit public AESH sont automatiquement renouvelés même si je ne suis plus le même élève?
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir quand mon contrat pour l’année prochaine va être renouvelé,à quel moment vais-je le savoir? Est-ce que ce sera en juin ou fin août (date de fin du contrat)? »
      Nous vous invitons à consulter la page consacrée à « Fin de contrat –Licenciement-démission- renouvellement de CDD  » en cliquant ICI.

      En réponse à votre interrogation, « Comment l’Inspection Académique nous contacte dans ces cas-là? Par courrier,je suppose. »
      Vous supposez très bien. Ce sera par courrier.

      En réponse à votre interrogation, « est-ce que les contrats de droit public AESH sont automatiquement renouvelés même si je ne suis plus le même élève? »
      Le renouvellement de CDD AESH n’est pas un droit automatique. Toutefois, un renouvellement de CDD AESH avec une affectation dans un autre établissement scolaire auprès d’un autre élève en situation de handicap demeure toujours possible.

      • christelle89 dit :

        Merci pour votre réponse.
        Je pensais toutefois que nos contrats étaient renouvelés automatiquement chaque année. Quand j’ai été recrutée en septembre,la responsable du service aesh m’a dit que je serai renouvelée tous les ans pendant 6 ans et après possibilité d’un CDI.. Alors j’ai mal compris…
        Je pense tout de même que pour ne pas être renouvelé,il faut vraiment faire une grosse bêtise,non?
        Votre réponse me fait un peu peur car avec la chance que j’ai,je crains maintenant de ne pas être renouvelée même si j’ai eu de bonnes évaluations .Le ministère veut pourtant recruté de nouveaux AESH? Et c’est un métier qui ne trouve pas preneur.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Je pense tout de même que pour ne pas être renouvelé,il faut vraiment faire une grosse bêtise,non? »
          Oui. une énorme.

  94. MANJANE dit :

    29. Bonjour. J’ai vu une annonce d’aed pour 42h/semaine : est-ce normal ? avec présence la 1ère semaine de juillet et reprise la dernière semaine d’aout .
    Ma seconde question : est-ce qu’en étant aed avec un contrat renouvelé jusqu’à six ans, peut-on prétendre à un CDI ?
    Merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est-ce normal ? avec présence la 1ère semaine de juillet et reprise la dernière semaine d’aout »
      Oui. Le temps de travail des AED fait l’objet d’une annualisation sur 39 semaines pour tenir compte des périodes scolaires (36 semaines où les élèves sont présents dans l’établissement scolaire) et les périodes non scolaires (3 semaines où les élèves ne sont pas présents dans l’établissement scolaire). Les 3 semaines évoquées correspondent à des semaines sur juillet (entre le 1er et 17 juillet) et sur août (dernière semaines d’août). Elles sont consacrées à la réalisation de tâches administratives spécifiques attribuées à la vie scolaire.

      En réponse à votre interrogation,  » est-ce qu’en étant aed avec un contrat renouvelé jusqu’à six ans, peut-on prétendre à un CDI ? »
      Non.

  95. Negazi dit :

    Bonjour!!!!
    Je suis AESH depuis septembre 2016 dans l’académie Aix Marseille j’ai été affecté dans une école primaire depuis septembre dernier ma directrice et l’enseignante de l’élève dont je m’occupe ont noté mon évaluation pour cette année par contre elles n’ont pas souhaité me la faire montrer et ça je ne trouve pas cela normal? Pourtant je pense avoir une bonne relation avec l’équipe enseignante !!!Puis je accéder à mon dossier auprès de IA afin de la consulter????
    Merci pour votre réponse !!!
    Ci joint fiche

    Fiche d’évaluation des AVS – Année scolaire 2017/2018

    A l’attention des directeurs d’école et chefs d’établissement
    Merci de remplir ce document pour chaque auxiliaire de vie scolaire

    Nom de l’AVS : ……..…………………………………………
    Prénom :……………………….………………………………..
    Date de naissance : ………………………………………
    Ecole ou EPLE d’affectation : ……………………………………………………….
    Circonscription : …………………………………………………………………
    Type de contrat de l’AVS :​​CUI​​AESH
    Nom des élèves suivis ou ULIS :
    Elève 1 : Nom :……………………………. Prénom : …………………… Classe : ………….
    Elève 2 : Nom :……………………………. Prénom : …………………… Classe : ………….
    Elève 3 : Nom :……………………………. Prénom : …………………… Classe : ………….

    Nom du référent ou tuteur de l’AVS : …………………………………………….……
    Fonction du tuteur : ………………………….. Tél. du tuteur………………………….

    INSUFFISANT
    A AMELIORER
    SATISFAISANT
    Ponctualité et assiduité

    Comportement avec les élèves

    Respect des consignes

    Implication dans la mission

    Relation avec l’équipe éducative

    Commentaire (à remplir obligatoirement si des insuffisances sont constatées ci-dessus) ……………..………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..… .……………………………………..……………………………………………………….…………..

    Etes-vous favorable au renouvellement de cet AVS (entourez votre réponse)?

    A renvoyer impérativement par FAX au bureau DPNE 2
    ou par mail :
    avant le 20/04/2018
    La présente fiche sera portée à la connaissance de l’intéressée
    Oui​ Non Cachet de l’établissement et signature de l’évaluateur

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  ma directrice et l’enseignante de l’élève dont je m’occupe ont noté mon évaluation pour cette année par contre elles n’ont pas souhaité me la faire montrer et ça je ne trouve pas cela normal? et suivante « Puis je accéder à mon dossier auprès de IA afin de la consulter???? »
      C’est absolument anormal que vous n’ayez pas eu connaissance de l’évaluation établie. Vous avez un droit celui
      1- qu’elle soit portée à votre connaissance
      2- à votre demande, vous pouvez exiger une revision de cette évaluation.
      Votre démarche serait de transmettre à votre employeur un Courrier avec A/R de demande de transmission de copie la fiche d’évaluation professionnelle que vous n’avez pa eu connaissance pour exercice du droit à revision.
      par ailleurs, nous vous invitons à contacter rapidement une organisation syndicale pour un soutien et une aide à votre démarche de consultation de votre dossier administratif.

      • Jocelyne dit :

        Bonjour,
        Que veut dire l’étoile dans les champs obligatoires. Il est dit que mes messages ne seront t pas publiés. Comment effacer ces étoiles ?
        Merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Que veut dire l’étoile dans les champs obligatoires ? » et suivante « Comment effacer ces étoiles ? »
          L’étoile indique que vous devez fournir obligatoirement votre adresse mail pour que votre question soit pris en compte. Cette adresse mail n’est pas rendue publique sur le site.
          Il participe du premier niveau de sécurité obligatoire du site pour éviter que les spams, les indésirables (envoi mail publicitaire robotisé) polluent le site.

          2ème niveau de sécurité: votre commentaire est placé en attente pour permettre au modérateur de vérifier que votre adresse mail et le contenu de message sont bien conformes (nous rejetons par exemple les messages avec une adresse mail venant d’une liste de pays indésirable ou des commentaires manifestement injurieux, incitant à la haine, non recommandables, inappropriés).

          3éme niveau de sécurité: avant toute publication de commentaires, le modérateur s’assure que des donnée personnelles identifiant nominativement une personne n’apparaissent afin de préserver sa vie privée et familiale et sa réputation professionnelle.

  96. K dit :

    Bonjour,
    Je suis aesh dans l’académie de Versailles. Je suis dans un lycée et j’accompagne deux élèves et tout se passe bien.
    Je m’entends très bien avec l’un des deux. Et ça nous arrrive de discuter en cours. Néanmoins, je veille à ce qu’il prenne bien ses notes et les exercices que donnent les enseignants en cours sont fait par mon élève. De plus il a une bonne participation en classe.
    Sauf qu’un prof est venu me voir pour me dire que je devrais arrêter de parler avec mon élève dans son cours, ça le dérange. Je tiens à préciser que je ne parle pas durant toute l’heure avec lui.Les autres profs ne sont pas gênés du fait que je discute de temps en temps avec lui dans leur cours. Alors ma question est simple une aesh a-t-elle le droit de parler avec son élève en classe ? Et moi que dois-je faire ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « a-t-elle le droit de parler avec son élève en classe ? » et suivante « Et moi que dois-je faire ? »
      Un AESH n’est pas un robot et ses relations professionnelles avec un élève, un enseignant ou tout autre membre de la communauté éducative d’un établissement scolaire ne s’établissent en langues de signes.
      Sur ce, dans le cadre d’une classe, vous êtes sous la responsabilité pédagogique d’un enseignant, et votre posture professionnelle auprès d’un élève restera toujours d’inviter l’élève à être attentif aux consignes formulées par l’enseignant, à solliciter son aide en cas de difficulté rencontrée dans les apprentissages. De même, il vous appartient de signaler discrètement à l’enseignant les difficultés rencontrées par l’élève dans l’application d’une consigne. Vous ne pouvez « dépasser » cette posture que sous invitation de l’enseignant ou accord préalable établie en concertation réciproque.
      Cela fait partie d’une relation « normale » qu’un enseignant puisse vous exprimer les limites de dépassement dans vos échanges professionnelles avec un élève dont il estimerait qu’elles ne sont pas nécessaires ou du moins n’ayant pas fait d’un accord préalable réciproque.
      Nous accordons volontiers que, n’étant ni élève ni enseignant, cela reste toujours un exercice délicat d’équilibriste pour un AESH de savoir se positionner dans une classe entre un élève plus tenté de solliciter votre aide que son enseignant et ce dernier attendant un signal de votre part quand il doit intervenir auprès de l’élève.

  97. adline dit :

    Bonjour
    Je suis AESH dans le 95 depuis septembre 2016. J’ai trouvé un CDI dans une autre région à partir du 1er juin 2018. Je me pose donc 2 questions. Puis-je poser un congé sans soldes d’un mois, revenir quelques jours en juillet pour toucher mon salaire de l’été ?
    SI je dois démissionner, vais-je toucher mes congés payés en plus de mon salaire, sachant que nos temps de travail sont annualisés ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Puis-je poser un congé sans soldes d’un mois, revenir quelques jours en juillet pour toucher mon salaire de l’été ? »
      Non, ce ne sera pas possible.

      En réponse à votre interrogation,  » vais-je toucher mes congés payés en plus de mon salaire, sachant que nos temps de travail sont annualisés ? »
      Vos congés légaux étant accordés durant les périodes non scolaire (petites et grandes vacances) en cours de contrat, à date de démission effective, si droits à congés légaux existant, il en sera tenu compte dans votre dernière rémunération.

      • Vero dit :

        Je suis nouvelle comment poser une question. Merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation « comment poser une question ? »
          De la même façon que vous avez déposer votre message mais en y mettant la question à laquelle vous souhaitez une réponse.
          Ensuite, patientez pour la réponse.

        • Vero dit :

          Je suis AESH dans le 57
          Mon élève de BTS va aller en stage de 6 semaines dans un autre département le 54 environ 60 kilomètres de mon domicile
          Ai je le droit de sortir du 57 pour l’accompagner en stage ?
          Son maître de stage veut une personne car il ne pourra pas être avec lui
          Merci d’avance pour votre réponse
          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Ai je le droit de sortir du 57 pour l’accompagner en stage ? »
          Tout d’abord, Nous allons être carré. le maître de stage de l’élève prend nettement ses désirs pour des réalités.
          Accompagnement des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP)
          Ce qui s’applique réglementairement pour un AESH
          Circulaire MEN n° 2016-186 du 30-11-2016 relative à La formation et l’insertion professionnelle des élèves en situation de handicap
          « Durant son temps de présence dans l’entreprise, un élève en situation de handicap scolarisé individuellement ou bénéficiant d’une Ulis doit pouvoir bénéficier de l’aide humaine qui lui a été attribuée par la CDAPH dans les conditions prévues à l’article L. 351-3 du code de l’éducation lorsqu’un accompagnement s’avère nécessaire lors de ces périodes de formation.
          Le projet personnalisé de scolarisation doit alors indiquer les activités et missions du personnel chargé de l’aide humaine lors des périodes de formation en milieu professionnel.
          Ainsi convient-il lors de la procédure d’affectation des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) de tenir compte du projet professionnel de l’élève et de l’accompagnement éventuel lors des périodes de formation en entreprise.
          La convention passée entre l’établissement scolaire et l’entreprise doit, par ailleurs, mentionner les modalités d’intervention des personnels chargés de l’aide humaine afin de les garantir en cas d’accident. »

          En clair, si le PPS de l’élève n’a pas prévu un accompagnement par AESH sur lieu de stage, vous n’avez pas à l’accompagner sur lieu de stage.

          Si cela a été prévu
          Vous conservez toujours le droit exclusif de refuser votre participation à l’accompagnement de élève en situation de handicap durant des périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) pour les motifs suivants :
          1-en l’absence de convention passée entre l’établissement scolaire et l’entreprise qui ne mentionne pas les modalités de ses interventions.
          2-une non prise en charge des frais de déplacement du lieu de travail au lieu de stage, et éventuellement frais de mission liés à l’éloignement du lieu des stage (hébergement, repas)
          3- En l’absence de véhicule de fonction impliquant un usage du véhicule personnel.
          4-Du fait, de l’éloignement du lieu de stage, tout temps d’accompagnement de l’élève durant lieu stage et hors stage se doit être considéré comme du temps de travail effectif et rémunéré en conséquence.

          Votre refus d’accompagner l’élève sur lieu de stage ne peut être considéré comme une faute professionnelle.

          Règles impératives à vérifier auprès de votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) et non auprès du maître de stage

          -L’autorisation écrite de votre employeur est obligatoirement requise 15 jours avant la date prévue de la période de formation en milieu professionnel (PFMP)
          -Si nécessité, un avenant à son contrat de travail élaboré par votre seul employeur précisera le cadre horaire, la période concernée, les modalités de récupération élaborées, les conditions de prise en charge des frais de déplacement, des repas et hébergement.
          -Les heures de travail supplémentaires réalisées lors de l’accompagnement ne peuvent faire l’objet d’une récupération ou de rémunération sans l’accord préalable écrit de l’employeur.
          Vous conservez toujours la possibilité de refuser l’avenant proposé par l’employeur qui ne préciserait pas ces modalités de récupération des heures supplémentaires réalisées durant l’accompagnement ou les conditions de prise en charge repas, hébergement. Le refus de l’avenant ou de non réponse à la proposition d’avenant ne peut être considéré comme une faute professionnelle.

          Autant préciser tout de suite, qu’il nous parait hautement improbable que votre employeur (ou la DSDEN) vous autorise à accompagner l’élève sur un lieu de stage dans un autre département à 54 environ 60 kilomètres de votre domicile.

  98. Laaraichi dit :

    Bonjour
    Je suis en cdd depuis le 18 septembre 2018
    20 heures par semaine et vu que c est dans un établissement scolaire on ne compte pas les vacances puisque pas travailler donc pas payer.
    fin avril j aurais travailler moins de 500 et quelques heures aurais je droit aux allocations chômage

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « aurais je droit aux allocations chômage ? »
      Attention: Durant les périodes de congés scolaires, vous êtes rémunérés au même titre que si vous accomplissez 20h/semaines.
      Pour savoir le nombre d’heures effectivement travaillée, il vous faut se référer à votre contrat de travail qui l’indique sous forme soit d’un nombre d’heures global soit, (plus couramment) sous forme d’un pourcentage par rapport à un temps complet (par exemple, 50% d’un temps complet).

      Pour être indemnisé en ARE, il faut justifier d’un minimum de 122 jours ou 610 heures de travail au cours des 28 derniers mois précédant la fin du contrat ou au cours des 36 derniers mois pour les demandeurs âgés de plus de 50 ans or nous comptabilisons vous concernant de septembre à fin avril, 34 X 5=170 jours de travail.

  99. Dorian dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH dans le 69 dans le collège d’une petite commune.
    J’ai 3 collègues AESH avec des contrats à 65%, 1044,50 heures par an, qui travaillent 27 heures par semaine.Nous connaissons une AESH qui travaille à l’école primaire communale et qui est employée par l’IA également à 65%. Sur son contrat, il est indiqué le même total de 1044,50 heures par an, seulement elle ne travaille « que » 24 heures par semaine, horaires d’une école primaire oblige !
    Comment expliquer ces 3 heures hebdomadaires de différence à salaire égal ?
    Est-ce le cas partout ?
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Comment expliquer ces 3 heures hebdomadaires de différence à salaire égal ? »
      Il n’y a pas de différence. La collègue AESH de l’école que vous citez est bien tenue de réaliser 27 heures/hebdomadaire par son employeur IA. Elle ne vous est pas redevable de vous indiquer qu’elle effectue bien
      -une réalisation d’heures en temps de présence dans l’école à hauteur de 24h auprès de l’élève en situation de handicap
      et le reste (3h) en
      -temps de formation adaptation à l’emploi organisé à l’initiative de l’employeur
      -temps de réunions de concertation éducatif/pédagogique avec le (ou les enseignants) et/ou de réunions Equipe de suivi de Scolarisation (ESS).
      -temps de réalisation des protocoles d’accompagnement de l’élève en concertation avec l’enseignant (avant, après),
      -temps de préparation de méthodes et d’outils spécifique d’apprentissage sur consignes formulées par l’enseignant
      -temps d’organisation de la logistique d’un espace ou lieu pour créer les conditions de l’accompagnement éducatif les plus favorables
      -temps de participation, dans le champ de compétences de l’agent AESH, à l’évaluation du potentiel d’apprentissage de la personne (GEVASCO) dans le cadre de la mise en œuvre des méthodes et outils d’accompagnement adaptés
      – temps d’appropriation du handicap, des difficultés spécifiques de l’élève en concertation souhaitée avec la famille, partenaires autres (enseignant référent, médecin, ergothérapeute, orthophoniste, conseiller d’orientation,…)
      – temps de réalisation et de présentation des comptes rendus d’activité professionnelle d’accompagnement sur demande formulée par le chef d’établissement scolaire, enseignant référent, DSDEN ou rectorat ou EPLE employeur

      En réponse à votre interrogation, « Est-ce le cas partout ? »
      Un planning horaire hebdomadaire qui prends en compte à la fois le temps de travail contraint et le temps f=de travail facultatif tels que nous le détaillons sur la page ICI consacrée « planning horaire hebdomadaire » devrait être le cas partout.

  100. Lilou dit :

    Bonjour
    Je suis aesh dans le 93 depuis septembre 2013 auparavant j’ai effectuée 2 années d avs en cui puis-je prétendre à un contrat cdi?
    Est-ce que mes 2 années en tant que avs sont comptabiliser ou dois-je encore attendre
    Merci

  101. Roux dit :

    Roux (33)

    Bonjour, je crois que le sujet a déjà été soulevé, mais je ne retrouve pas les posts ^^ Désolée.
    J’ai vu, avec joie et bonheur, que j’avais un compte CPF sur lequel j’ai totalisé 22 heures après avoir été AVS en CUI CAE durant 2 ans. Cool.
    Depuis que je suis AESH de droit public, la DSDEN n’a pas reporté mes heures CPF sur mon compte ! Est-ce normal ? Dois-je les solliciter pour qu’ils l’actualisent ? A moins qu’ils ne nous fassent pas bénéficier de ces heures CPF ?
    Autre question : les 22 heures sont des heures financées ? Par qui ? Comment ?
    Ces heures, sommes nous en droit d’en disposer comme bon nous semble. Si jamais ma formation devait empiéter sur mon temps de travail, aurais-je le droit de m’y rendre ?

    Merci pour vos lumières… selon la teneur de vos réponses, j’irai boire de la verveine alcoolisée ou non 😉

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Est-ce normal ? » et suivante  » Dois-je les solliciter pour qu’ils l’actualisent ? A moins qu’ils ne nous fassent pas bénéficier de ces heures CPF ? » et suivante « les 22 heures sont des heures financées ? » et suivante  » Par qui ? » et suivante « Comment ? »
      Ces heures, sommes nous en droit d’en disposer comme bon nous semble. Si jamais ma formation devait empiéter sur mon temps de travail, aurais-je le droit de m’y rendre ?
      Là, nous sommes en peine de vous renseigner avec certitude.
      Dans l’éducation nationale, le Le CPF remplace bien normalement le droit individuel à la formation (DIF) depuis le 1er janvier 2017 mais comme sa mise en application dans les académies s’effectuera à compter de la rentrée scolaire 2018-2019, il est bien difficile d’obtenir des informations fiables à ce sujet pour le personnel AESH en CDD/CDI. Contacté, beaucoup des services académique en charge de la formation du personnel peinent à nous renseigner et le silence se fait dès que les questions se font précises.
      Un membre de l’équipe UNEAVS se chargeant de cette question, il ne devrait pas tarder à nous fournir une synthèse à paraïtre sur ce site prochainement. Nous allons tout de même vérifier si son retard à nous transmettre cette synthèse attendue ne serait pas du à une impossibilité du fait d’absorption immodérée de verveine alcoolisée.

  102. Le Moal dit :

    14 Calvados
    Bonjour,
    je souhaiterai devenir AESH, mais je ne trouve aucun lien pou m’inscrire auprès de mon département. A qui dois je m’adresser ? Quelles sont les démarches à suivre ?
    Je ne suis pas éligible pour le contrat d’AVS

    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « A qui dois je m’adresser ? » et suivante  » Quelles sont les démarches à suivre ? »
      Vous devez transmettre votre candidature à un poste AESH sous CDD auprès de la DSDEN 14 (monsieur l’inspecteur académique). Cette candidature comporte une lettre de motivation + CV + recommandations professionnelles éventuelles.

      • schneider dit :

        Bonsoir,

        Je poste ma question là. je ne sais pas si je suis au bon endroit…
        J’ai eu un poste d’AESH dans un lycée de vitrolles à temps complet (AESH auprès d’un enseignant) du 14 septembre 2015 au 31 aout 2017. Mon contrat n’a pas été renouvelé.
        J’ai ouvert mes droits à pole emploi. Il me restait des droits d’années passées dans le privé qui ont pris fin le 13 mars. J’ai reçu aujourd’hui un courrier de pole emploi me disant que ce n’était pas à eux de gérer mes droits ARE mais mon ancien employeur. J’ai un dossier à faire remplir mais je ne sais pas par qui.
        Si c’est l’inspection académique, est ce qu’il vaut mieux que j’y aille directement? J’ai peur du délai qu’ils vont mettre à traiter mon dossier étant donné que je n’ai plus de droit à l’heure actuelle.
        Merci de l’aide que vous pourrez m’apporter

        Bien cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation sur « dossier demande d’ALLOCATION D’AIDE AU RETOUR A L’EMPLOI (A.R.E) prise en charge par le Rectorat »
          Dans le cas présent, il appartient à votre ancien employeur lycée de vous informer du service académique ayant à prendre en charge votre demande d’ALLOCATION D’AIDE AU RETOUR A L’EMPLOI (A.R.E) au titre de AESH.
          Ce qu’il faut savoir en règle générale
          Pour faire valoir vos droits à l’allocation d’aide au retour à l’emploi, vous devez
          -être inscrit auprès du Pôle Emploi de leur résidence dès le premier jour qui suit la fin du contrat .Cette date d’inscription est le point de départ de l’étude du dossier. L’absence d’inscription au Pôle Emploi interdit tout paiement d’allocation chômage.
          -demander au service du personnel lycée qui les a employés de leur envoyer l’attestation employeur. L’attestation employeur remise par l’employeur à chaque fin de contrat (et ce, quelle que soit la durée de la période travaillée) ne doit plus être transmise au Pôle emploi.
          En effet, à compter du 25/01/2016, les demandes d’indemnisation auprès de Pôle Emploi sont dématérialisées. Celui-ci n’a plus besoin des attestations papier et certains Pôles emplois procèdent d’ores et déjà à la destruction des attestations qui lui sont adressées.
          Par conséquent, il est indispensable de faire une copie des attestations et de transmettre directement vos attestations originales avec votre demande d’indemnisation au service en charge de cette indemnisation
          -obtenir un rejet d’indemnisation de l’aide au retour à l’emploi du Pôle Emploi au motif qu’ils dépendent du secteur public
          -recevoir un imprimé « demande d’attestation mensuelle d’actualisation »( DAMA) du Pôle Emploi
          – constituer un dossier de demande d’allocation d’aide au retour à l’emploi auprès du service académique en des indemnisations accompagné des originaux des attestations employeurs.
          Conditions d’affiliation et durée d’indemnisation
          1) Affiliation (jours de travail) :
          -Pour être indemnisé, il faut justifier d’un minimum de 122 jours ou 610 heures de travail au cours des 28 derniers mois précédant la fin du contrat ou au cours des 36 derniers mois pour les demandeurs âgés de plus de 50 ans.
          2) Durée d’indemnisation :
          1 jour d’affiliation donne droit à 1 jour d’indemnisation dans la limite de 730 jours d’indemnisation pour les moins de 50 ans et 1095 jours d’indemnisation au-delà de 50 ans.
          Indemnisation
          1) A la fin de chaque mois :
          Votre situation de demandeur d’emploi doit être impérativement actualisée auprès du Pôle Emploi ; l’attestation mensuelle d’actualisation est transmise par le Pôle Emploi au service académique . En l’absence de ce document , l’allocation est suspendue.
          2) Vérification de la condition de perte involontaire d’emploi pour chaque fin de contrat et tout au long de l’indemnisation :
          La condition de chômage involontaire est désormais vérifiée pour chaque fin de contrat de travail. En effet, l’allocation chômage repose sur le principe selon lequel seuls les salariés involontairement privés d’emploi peuvent être indemnisés.
          Attention : L’employeur public ou service acadmique peut refuser ou interrompre l’indemnisation de l’ARE en cas de refus de votre part d’un renouvellement ou de proposition de poste AESH sans motif légitime intervenant pendant votre période de chômage.

  103. GARNIER dit :

    bonjours je souhaiterais un renseignement. j ai été 2 ans en tant que avs dans un collège et là je suis dans ma 2 ème année en tant que aesh dans le même collèges.(academie de lyon).
    Mon CDD ce termine le 31 AOÛT 2018 pour reprendre (en principe) le 1 er septembre 2018.
    je viens d apprendre que je suis enceinte et bébé prévu début décembre. Es-qu’il peuvent annuler mon CDD 2018-2019?cela m ‘est déjà arriver il y a 7 ans dans un autre corps de métiers pour mon aîné et jais peur de perdre cet emploi qui me plait réellement!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  Est-qu’il peuvent annuler mon CDD 2018-2019? »
      Non. Un contrat de travail signé par les 2 parties ne peut s’annuler du fait de votre état de maternité. Non seulement ce serait illégal mais de surcroit, mais punissable par la loi.
      Vous êtes en CDD AESH et sans doute, pensez vous que votre état de grossesse serait un obstacle à un renouvellement de votre contrat.
      La jurisprudence est claire en la matière. Une autorité administrative ne peut refuser de renouveler l’engagement d’un agent au seul motif de sa grossesse (CE, 17 février 1992, n°96013) néanmoins, cet état n’empêche pas de refuser le renouvellement dès lors qu’un motif tiré de l’intérêt du service ou de l’insuffisance professionnelle de l’agent peut être avancé (CAA de Nantes, 15 octobre 1998, n°95NT00008) ;
      Nous vous invitons à vous rapprocher d’une organisation syndicale pour un soutien, une aide en cas de difficulté survenant à votre renouvellement de contrat fin Août 2018.
      Par ailleurs, ne manquez pas de nous signaler ces difficultés de renouvellement Par expérience aidant, nous savons que Les services académiques cités nommément (et par ricochet MEN) n’aiment guère que nous mettions en exergue sur ce site leurs actes discriminatoires fondés sur l’état de grossesse de l’agent AESH en matière de renouvellement de contrat.

  104. 25.89 dit :

    Bonjour, AESH dans l’Académie de Dijon, en poste depuis plus de 4 ans. Le rectorat ne doit-il pas me convoquer pour faire le faire le point sur ma situation professionnelle ou « ma manière de servir »

    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Le rectorat ne doit-il pas me convoquer pour faire le faire le point sur ma situation professionnelle ou « ma manière de servir » »
      Il est usuel que votre employeur (le rectorat) délègue la conduite de votre entretien professionnel au chef d’établissement scolaire d’affectation. Selon le résultat de cet entretien professionnel (ou sur votre contestation des avis du chef d’établissement scolaire), votre employeur (le rectorat) peut décider ou non de vous convoquer à un 2ème entretien à la DSDEN ou auprès d’un inspecteur IA désigné pour ce faire.
      Sinon, si vous êtes convoqué au rectorat pour un entretien pour faire le point sur votre situation, c’est qu’il y a une sérieuse tempête à prévoir.

  105. Bubu dit :

    Bonjour aesh 54. Quand allons recevoir notre fiche de voeux pour la rentrée 2018? Et dans l ecole où je suis les 2 enfants dont je m occupe ont des demandes pour des ecoles spéciales. Comment puis je savoir s’ils seront là a la rentrée et faire les voeux suivant tout cela. ? Bonne journée. Merci de vos réponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Quand allons recevoir notre fiche de voeux pour la rentrée 2018? »
      De manière usuelle, les services IA ASH effectuent les opérations de collectage de fiches de voeux (suite entretien professionnel) à compter de fin mars 2018.

      En réponse à votre interrogations, « Comment puis je savoir s’ils seront là a la rentrée et faire les voeux suivant tout cela. ? « 
      Indépendamment des décisions d’orientation de l’ESS des 2 élèves qui peut prôner ou non un accompagnement par AVS sans rupture, les décisions d’affectation d’AVS en établissement scolaire,avec suivi ou non des préconisation de l’ESS, restant aussi du domaine de responsabilité stricte de votre employeur, vous êtes contrainte à une stricte posture professionnelle d’attente de ces décisions sans y interférer.

  106. Hoiret dit :

    Bonjour, ayant eu un contrat de 6 ans d’assistante d’éducation dans la Somme… Puis-je prétendre à un contrat aesh sachant que je suis titulaire d’un BTS ESF? Je suis également éligible aux contrats cae cui.
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Puis-je prétendre à un contrat aesh sachant que je suis titulaire d’un BTS ESF? « 
      En principe, les candidats aux fonctions d’AESH doivent être titulaires d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne. Actuellement, il s’agit principalement des diplômes suivants : diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale, diplôme d’Etat d’aide médico-psychologique ou mention complémentaire aide à domicile. Depuis fin 2016, ces trois diplômes sont remplacés par un diplôme professionnel unique (Diplôme d’Etat d’accompagnant éducatif et social -DE AES intégrant une spécialité : Accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire).
      Sauf que, pour face face à des difficultés patentes de recrutement, le ministère de l’éducation nationale et secrétariat aux handicaps ayant annoncé le 4/12/2017 pour l’année 2018-2019, des conditions assouplies pour le recrutement en poste AESH (dont nous n’avons pas connaissance), il ne vous est donc pas interdit de déposer votre candidature à un poste AESH auprès de la DSDEN. (lettre de motivation + CV + le petit plus: lettres de recommandations professionnelles).
      Par ailleurs, étant éligible au Cui-Cae, vous avez tout intérêt à présenter votre candidature à un poste AVS faisant l’objet d’offre de recrutement par l’intermédiaire de Pôle emploi.

    • rossi dit :

      Bonjour,
      Je termine mes 6 années de AESH. Je me suis renseignée auprès de ma référente de secteur et celle-ci va me recevoir avec l’un deux directeur dans les deux écoles où je travaille. Collège (6eme) et élémentaire (CE2) pour avoir éventuellement un CDI. Pourriez-vous me donner quelques renseignements concernant cet entretien. Et dans la mesure où un CDI n’aboutirait pas, quel serait mon sort?
      Département 93500
      Cordialement

  107. Estelle dit :

    Bonjour, je suis aesh depuis le 1er septembre 2017 et j’ai fais 2 ans en tant qu’AVS avant ça, et la je suis enceinte et j’attends mon 1er enfant pour le mois d’août et sachant que le contrat CDD se finit le 31 août est-ce-que j’aurai droit au congé parentale ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « le contrat CDD se finit le 31 août est-ce-que j’aurai droit au congé parentale ? »
      Tout d’abord, s’agissant votre CDD et son renouvellement
      l’administration est tenue de vous informer de son intention de renouveler ou non le contrat selon des délais de prévenance ainsi fixés :
      1 mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à 6 mois et inférieure à 2 ans;
      L’administration employeur ne peut pas prétexter de votre état de grossesse ou de votre mise en congé maternité pour refuser le non renouvellement de votre CDD. (pour en savoir plus, cliquer ICI)

      S’agissant le congé parental d’éducation, l’Article 19 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat précise :
      L’agent non titulaire employé de manière continue et qui justifie d’une ancienneté d’au moins un an à la date de naissance de son enfant ou de l’arrivée au foyer d’un enfant a droit, sur sa demande, à un congé parental. Ce congé est accordé par l’autorité dont relève l’intéressé après la naissance de l’enfant, après un congé de maternité (…)
      Or votre ancienneté d’au moins d’un an ne vous étant acquise qu’à compter du 1er septembre 2018, votre demande de prise en compte de congé parental ne pourra être pris en compte qu’à compter de cette date de renouvellement de votre CDD AESH.
      Toute demande de congé parental devant être formulé au moins 2 mois avant le début du congé demandé, cela supposera qu’après la naissance de votre enfant, CDD AESh renouvelé au 1er septembre 2018, congé post natal se poursuivant, vous aurez à prévoir une reprise de travail temporaire (quelques jours) en poste d’affectation avant la date effective de votre congé parental.

  108. severine dit :

    AVS DANS LE 62
    Bonjour.
    Mon contrat CUI prend fin au 17 avril 2018. J’ai envoyé ma candidature pour un poste CDD AESH. Est ce que vous pensez que au mois d’avril il y a encore du budget pour un CDD, ou est-ce que quelqu’un d’autre prendra ma place en CUI. MERCI pour vos réponses apportées.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Nous ne sommes pas en mesure de répondre à vos interrogations. Depuis fin janvier 2018, nous constatons simplement que collègues AVS au terme de leur contrat Cui-Cae d’ici fin août 2018 sont en plein désarroi en attente de connaitre leur devenir.
      De même, nous constatons que les services académiques IA ASH eux-mêmes sont eux mêmes en plein désarroi du fait de leur incapacité à procéder à la transformation des postes AVS en Cui-CAE en poste AESH sous CDD, confirmer ou infirmer des renouvellements/recrutements nécessaires, faute d’instructions ministérielles.
      Le ministre de l’éducation nationale étant occupé avec la réforme du Bac et la secrétaire d’état aux handicaps étant en voyage d’agrément au Portugal, Danemarck, Suède ou petit Thé-entretien avec madame Brigitte Macron, 1ère dame de France, on peut en déduire que le devenir actuel des AVS en Cui-CAE ou AESH en CDD/CDI comme de l’accompagnement sans rupture des élèves en situation scolaire en cours d’année scolaire ne relèvent pas de leurs préoccupations prioritaires.

  109. milène dit :

    bonjour,
    aesh en cdi 47 lot et garonne

    est ce qu’après les 3 années effectuées et l’entretien nous avons une revalorisation dans l’indice car je n’en ai pas eu.
    Et va t il y avoir une aide pour nous car sans la csg j’ai perdu 2 euros.
    merci cdlt

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce qu’après les 3 années effectuées et l’entretien nous avons une revalorisation dans l’indice « 
      La Circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH ^précise bien  »
      « La rémunération de l’AESH fait l’objet d’un réexamen triennal au regard des résultats des entretiens permettant d’apprécier sa valeur professionnelle et sa manière de servir. »
      Le Guide méthodologique relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’État – édition 2016 indique bien que « (…)La fixation de la rémunération se doit prendre en considération la responsabilité et/ou la technicité particulière de l’emploi occupé par l’AESH. La prise en compte des fonctions englobe les sujétions attachées à un poste. …L’autorité administrative se doit prendre comme référence la grille indiciaire de référence AESH auquel correspondent les fonctions exercées, puis opérer des ajustements individuels en fonction du profil des agents, en prenant en compte, notamment des critères que le diplôme ou l’expérience professionnelle.(…)

      Cela est pour le principe, quant à la pratique: constat de l’UNEAVS
      Aucune prise en considération de la responsabilité et/ou de la technicité particulière de l’emploi occupé par l’AESH et….aucun ajustement individuel en fonction du profil de l’AESH, en prenant en compte, notamment des critères que le diplôme possédé ou l’expérience professionnelle acquise ne sont respectés par les autorités administratives à ce jour.

      En réponse à votre interrogation, « va t il y avoir une aide pour nous car sans la csg j’ai perdu 2 euros. »
      Non. Votre perte de 2 euros sur votre rémunération suite à la hausse de la CSG est visiblement une peccadille pour cette gouvernance politique des riches, au mépris social désormais bien affiché à votre égard et ceux de vos collègues AESH. Le ministre de l’éducation nationale, Blanquer, et la secrétaire d’état aux handicap, Sophie Cluzel, estiment que la rémunération d’un agent AESH en dessous du seuil de pauvreté se doit être la norme pour une meilleure efficacité de l’inclusion des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires.

  110. Lily dit :

    Bonjour à tous,
    AESH 13 je me suis lancée dans une démarche de VAE Moniteur Educateur et déjà stressée du fait d’en parler!!!!
    Je ne sais pas comment m’y prendre pour débuter mon livret 2, je voudrais échanger avec d’autres personnes qui comme moi se sont engagées sur cette voie.
    J’espère trouver de l’aide vraiment afin d’aboutir à une valorisation de notre métier.
    Merci infiniment et désolé que ce ne soit pas réellement une question posée !

    • briand0493 dit :

      APPEL aux collègues

      Lily, stressé et en panne de tisane de verveine, demande aide bienveillante, conseils zen aux collègues ayant vécu la même situation pour démarrer impec son livret 2 VAE Moniteur Educateur avant de se coucher béate.
      Nous assurons la prise de contact (échange adresse mail) si accord entre les 2 parties.

    • Elodie L. dit :

      Bonjour,
      Plus que de pouvoir vous destresser votre parcours m’intéresse ! La VAE le DE de moniteur educateur sont 2 projets justement peut-être en 1 que j’envisage. Je suis AESH, enfin plutôt AENSH (ass d’enseignant en situation de handicap) depuis 8 ans, en CDI depuis 2 ans donc. J’ai la chance( si on peut dire, c’est quand même hallucinant d’arriver presque à le penser) d’être à 85%. Mais voilà le prof que j’accompagne a décidé de participer au mouvement intra-accadémique … donc Quid de mon poste ? J’ai posé la question au SAE 44 mais toujours pas de réponse (3 semaines ..) à savoir que vont-ils faire de moi ? Me proposer d’accompagner un enfant à 20h alors que je ne l’ai jamais fait et qu’en 8 ans je me suis spécialisée dans l’accompagnement de personne ave des problèmes de cécité … j’ai du apprendre par moi même ce handicap, le braille, transcription de document adapté ( alors que c’est un métier autre et rémunéré en conséquence) etc … aucune reconnaissance bien sûr ! Du coup je me tourne et me pose la question de l’évolution de mon poste .. un changement de métier ?? dommage car réellement j’aime mon métier précaire et non VIABLE ! mais précaire et non viable ! encore moins si on m’oblige à retomber à 20h !

      @briand0493 : pensez vous que le rectorat puisse m’obliger à le suivre, sachant que c’est un changement de localisation d’environ 20km, pas énorme mais m’obliger à rentrer en entre ville, va me demander 1h de trajet aller et retour et des frais et e sans augmentation bien sur, don je ne le souhaite pas. Vont-ils m’obliger à accepter et si refus, c’est un motif de rupture de CDI ?
      Vont-ils me proposer un autre poste mais étant depuis 6 ans à 100% et depuis 2 ans à 85 % ont-ils le droit de me réduire considérablement ma quotité de travail ?
      Ai-je le droit de me positionner et de leur demander à me trouver une place en ULIS, e vers quoi j’aimerai m’orienter ?
      Autre question, j’ai reçu récemment un doc pour mon droit à la formation où il est stipulé que j’ai le droit de m’absenter 1 ans mais que la formation n’est pas prise en charge …. N’avons nous pas le droit à un CIF ou DIF pris en charge ? Comme les salariés du privé.

      Bref Lily je suis en recherche d’info concernant la VAE et le DE de monitrice éducatrice, voulez-vous bien que l’on échange directement à ce sujet :xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

      Bonne journée et merci pour vos retours

      Note modérateur
      La mise en relation directe entre 2 personnes par l’intermédiaire du site ne demeurera possible qu’après accord réciproque des 2 parties

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « pensez vous que le rectorat puisse m’obliger à le suivre ? » et suivante  » Vont-ils m’obliger à accepter et si refus, c’est un motif de rupture de CDI ? »
        Votre CDI AESH implique toujours que vous êtes affecté dans un établissement scolaire pour accomplir une mission particulière d’accompagnement auprès d’un professeur. Un poste AESH dans cet établissement scolaire a été créé à cet effet. ce poste AESH est supprimé quand le professeur nécessitant un accompagnement est muté.
        Il demeure donc toujours possible pour votre employeur (rectorat via sevice SAE 44) de procéder à une nouvelle affectation dans l’établissement scolaire où le professeur nécessitant un accompagnement est muté. Dans la situation présente, comme il en résultera un simple changement de condition de travail, vous ne pourrez pas légalement refuser cette nouvelle affectation.
        Article 45-4 Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat
        En cas de transformation du besoin ou de l’emploi qui a justifié le recrutement de l’agent contractuel recruté pour un besoin permanent, l’administration peut proposer la modification d’un élément substantiel du contrat de travail tel que la quotité de temps de travail de l’agent, ou un changement de son lieu de travail. Elle peut proposer dans les mêmes conditions une modification des fonctions de l’agent, sous réserve que celle-ci soit compatible avec la qualification professionnelle de l’agent. Lorsqu’une telle modification est envisagée, la proposition est adressée à l’agent par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge.
        Cette lettre informe l’agent qu’il dispose d’un mois à compter de sa réception pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation.
        A défaut de réponse dans le délai d’un mois, l’agent est réputé avoir refusé la modification proposée.

        Le refus d’un agent AESH d’accepter une modification substantielle de son contrat proposée dans les conditions prévus à cet article 45-4 et justifiée par l’intérêt du service est un motif de licenciement

        En réponse à votre interrogation, « Vont-ils me proposer un autre poste mais étant depuis 6 ans à 100% et depuis 2 ans à 85 % ont-ils le droit de me réduire considérablement ma quotité de travail ? »
        Toute nouvelle affectation par l’employeur demeurant possible en cours de CDI, S’il en résulte une modification de la durée hebdomadaire de travail, pour y faire face, nous vous invitons à consulter la page consacrée à « condition d’emploi ( Temps de travail et planning horaire de travail) » en cliquant ICI

        En réponse à votre interrogation, « Ai-je le droit de me positionner et de leur demander à me trouver une place en ULIS, e vers quoi j’aimerai m’orienter ? »
        Vous avez toujours la possibilité d’exprimer votre souhait d’une affectation en établissement scolaire conforme à votre projet professionnel auprès de votre employeur. Ce dernier n’est pas tenu légalement de répondre à votre souhait.

        En réponse à votre interrogation,  » N’avons nous pas le droit à un CIF ou DIF pris en charge ? »
        Tout agent AESH dispose du Droit Individuel de Formation ou DIF (pour en savoir plus, cliquer ICI)
        Toutefois, à compter de la rentrée 2018-2019, le DIF sera remplacé par le compte personnel de formation (CPF). le site y consacrera un chapitre spécifique à ce sujet prochainement.

  111. Arhris dans le 93 dit :

    Bonjour j avais travailler AVS durant 4 ans mon contrat à terminé le 31 janvier et j’avais passer entretien professionne lpour devenir AESH le 12 fevrier jusqu’au moment j ai eu de réponse sachant que après l’entretien ils m’ont disentque la reponse sera dans une semaine. Jusqu’à aujourd’hui pas de réponse. L’entretien cété pour une transformation de AVS en AESH.

    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation « retard dans la réponse des résultats d’un entretien de recrutement »
      Malheureusement, vous n’avez pas d’autre choix que de patienter pour recevoir cette réponse.

  112. Malika dit :

    Malika AESH13,
    Je vais bientôt passer le concours CRPE, j’aimerais savoir SVP si on a droit à des jours pour passer le concours ou si je dois au contraire sur la demande d absence indiquer les jours de récupérations merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » passer le concours CRPE, j’aimerais savoir SVP si on a droit à des jours pour passer le concours ou si je dois au contraire sur la demande d absence indiquer les jours de récupérations »
      Autorisation d’absence pour concours ou épreuve organisé par l’administration

      Cette autorisation est précisée par la circulaire n°75-238 et n°75-U-065 du 9 juillet 1975. Elle ne s’applique pas aux examens scolaires et universitaires, pour lesquels le/la chef-fe de service garde cependant la faculté d’accorder des autorisations d’absence.
      Il y a deux jours d’absence de droit, portant sur des jours ouvrables, y compris les samedis et les jours de la semaine où la personne ne travaille pas ; les dimanches, jours fériés et jours de vacances ne peuvent être comptés dans ces deux jours.
      L’absence doit normalement précéder immédiatement la première épreuve du concours ; mais à votre demande elle peut se situer avant une autre épreuve ou être fractionnée avant deux épreuves (ex/ une journée immédiatement avant l’écrit et une journée immédiatement avant l’oral).

  113. Fouzia dit :

    Académie de Versailles.ville de sarcelles.
    Je suis evs depuis près de 24 mois,mon contrat arrive bientôt à la fin jai donc postule pour un poste avs mais malheureusement un refus car pas de diplôme.
    Jai donc fais une formation d auxiliaire de vie par correspondance de 350h, jai aussi un baccalauréat + plus mon expérience en tant qu evs dans une école maternelle.
    Pensez vous que cette fois j’aurais une chance d être prise pour un poste d avs.
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pensez vous que cette fois j’aurais une chance d être prise pour un poste d avs. »
      A priori oui, cela se présente bien si votre formation d auxiliaire de vie par correspondance de 350h débouche sur le diplôme DEAES. Pour en savoir plus, cliquer ICI.

      • Fouzia dit :

        Académie de Versailles.ville de sarcelles.
        Il m’a semblé avoir lu sur un de vos commentaire que les conditions de recrutement pour les aesh ont été assouplis pour 2018.
        Pensez que ma formation auxiliaire de vie de 350h n’est pas suffisante pour un éventuel recrutement
        Merci pour toutes vos infos

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Pensez que ma formation auxiliaire de vie de 350h n’est pas suffisante pour un éventuel recrutement »
          Le secrétariat d’état aux handicaps et le ministère de l’Education nationale ont évoqué le 04/12/2017 des conditions de recrutement pour les aesh « assouplis », ouvertes à d’autres compétences.
          l’UNEAVS, nettement échaudée depuis la rentrée scolaire, par des annonces ministérielles « mensongères » successives au sujet des AESH par la secrétaire d’état aux handicaps, attend de voir dans les mois à venir si ces conditions « assouplis », ouvertes à d’autres compétences ne masquent pas au contraire des conditions restrictives de transformation des postes d’agents en Cui-Cae en poste d’agent sous CDD AESH.

  114. snoopette dit :

    Bonjour, je suis toujours sans nouvelles du déblocage du budget, pour réintégrer mon ulis, j’ai été contacté hier pour m’informer que je devais bientôt aller en formation, j’ai répondu que sans contrat, il était hors de question d’aller en formation, la personne m’a dit que c’était normal d ene pas y aller dans ce cas précis. Elle n’a aucune info sur mon retour en classe, je commence à me demander si ce fameux budget va vraiment être débloqué un jour. Dois-je chercher du taff ailleurs ou penser que cela va arriver? Merci, bonne journée

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Dois-je chercher du taff ailleurs ou penser que cela va arriver? »
      Nous savons que les IA sont confrontés à la situation budgétaire suivante:
      -Un budget spécifique destiné à la transformation en CDD AESH de 11 200 postes actuels AVS en CUi-CAE. Il se trouve que ministère de l’éducation nationale et le ministère du budget rechignent à débloquer ce budget avant fin Juin 2018, malgré les sollicitations pressantes des IA ASH (via rectorat).
      -Un budget spécifique de création CDD AESH-M (4500 ETP) destiné à compenser la suppression nette des emplois de 8300 agents AVS en Cui-CAE d’ici fin août 2018. Ce budget spécifique de création CDD AESH-M (4500 ETP) ne pourra être disponible qu’à compter de septembre 2018.

      Dans les 2 cas, les IA s’en tiennent à la prudence en l’absence d’instruction ministérielle claire pour les postes AVS en Cui-Cae arrivant à terme d’ici fin juin 2018.
      Votre urgence étant d’assurer votre quotidien familiale et privée, envisagez de chercher un emploi disponible ailleurs que l’attente d’un poste n’arrivant pas est pertinent. Vous aurez tout le temps ensuite d’étudier une proposition d’emploi AVS vous parvenant.

      • snoopette dit :

        bonjour,
        après infos prises auprès d’autres personnes dans le même cas que moi, il apparaît que suivant les départements (ou les académies plutôt), certaines collègues, tant mieux pour elles, n’ont pas de délai entre leurs deux contrats. je pensais que le budget bloqué était national. j’ai demandé le pourquoi à la personne qui gère les avs/aesh pas de réponse à ce jour. c’est quand même assez bizarre ce truc, peut-être des recteurs plus virulents que d’autres !!!

  115. Pellissier Virginia dit :

    Bonjour, AESH dans le Gard en contrat de droit public depuis 5 ans, je souhaiterais savoir si je peux passer le CRPE.
    Dans ce que j’ai trouvé sur le net, il n’est question que de contrat droit privé. Qu’en est-il des AESH droit public ?? A quoi pouvons-nous prétendre ? Pourquoi cette différence entre contrat droit privé ou public ? Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si je peux passer le CRPE. » et suivante « . Qu’en est-il des AESH droit public ?? » et suivante « A quoi pouvons-nous prétendre ? » et suivante  » Pourquoi cette différence entre contrat droit privé ou public ? »
      Le plus simple pour vous répondre serait de vous inviter à consulter la page consacrée à « devenir enseignant » en cliquant ICI.

  116. Charlotte dit :

    Bonjour,
    Des directions d’école peuves t’elles faire ce qu’elles veule avec nos emploi du temps. Par exemple je travaille dans un groupe scolaire privé qui va de la maternelle au lycée. sur mon contrat je suis affecté au lycée mais quand un des mes élèves et en stage, je passe en primaire du jour au lendemain sans que ça passe par l’enseignante référente. Les deux directeurs se sont communiqués les emplois du temps des avs et ils dispose de nous. Est-ce légale ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Des directions d’école peuves t’elles faire ce qu’elles veule avec nos emploi du temps » et suivante « Est-ce légale ? »
      1-Nous supposons que vous êtes sous CDD AESH et votre employeur demeure le rectorat ou un lycée EPLE. De fait, et c’est ce dernier qui par contrat impose que vous soyez affecté au lycée (et non à une école primaire) auprès d’un élève en situation de handicap suivant un cursus scolaire second degré. Il n’appartient donc nullement aux 2 directeurs d’outrepasser de leur fonctions pour vous imposer des changements d’affectation (même temporaire) d’un établissement à un autre qui n’aurait pas l’accord écrit de votre employeur et le votre (surtout si cela implique une modification de votre planning horaire hebdomadaire)
      2- votre mission AESH, fixée par contrat de travail, reste toujours l’accompagnement d’un élève en situation de handicap, bénéficiant à cet effet d’une notification MDPH. Il ne peut donc pas vous être imposé l’accompagnement d’élève dans un établissement scolaire ou un autre qui ne dispose pas d’une notification MDPH imposant la présence d’une aide humaine. Vous avez un droit de refus face à cette situation imposée mais de surcroit, vis à vis de votre employeur IA ou lycée, vous avez un devoir de loyauté en lui signalant dans les plus brefs délais toute situation de travail visant à vous faire détourner de votre mission AESH.

      • Claire dit :

        Bonjour,
        Je suis AESH dans le 44 en cdi de droit public. J’ai une licence de maths. Je rencontre le même problème que Charlotte. A croire que les établissements privés… Je suis en cdi dans un lycée prof. Sur mon contrat l’affectation est ce lycée pro. C’est aussi un groupe scolaire privé qui va de la maternelle au lycée. Idem la direction du lycée a donné nos emplois du temps à celle du primaire. Pire encore, dans ce groupe privé, il y en a plusieurs sur ma ville, on demande aux avs de remplacer les institutrices lorsqu’elles sont absentes. Je ne pose même pas la question de la légalité de la chose….

        Je suis un élève qui a des stages à faire. Lorsqu’il est en stage, on m’a déjà demandé de passer en primaire pour un élève qui a une notification… Est-ce normal ? Est-ce que je ne dois pas rester à la disposition du lycée puisque mon affectation sur le contrat est le lycée ?
        Je résume. :
        – que faisons-nous légalement quand un élève est en stage ?
        – quand on est en cdi sur un établissement notifié, peut-on nous faire changer d’affection : soit de manière temporaire (stage, absence de l’élève…) soit de manière définitive.
        Merci de votre réponse.
        Clare

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Préalable à savoir
          Vous disposez d’un CDI AESH. Votre employeur (le rectorat) demeurant votre autorité hiérarchique (pouvoir de nomination, disciplinaire, gestion de votre contrat), un directeur d’établissement scolaire privé a seul pouvoir fonctionnel (organisation de services des agents)

          En réponse à votre commentaire « on demande aux avs de remplacer les institutrices lorsqu’elles sont absentes. Je ne pose même pas la question de la légalité de la chose »
          C’est illégal. Il n’appartient absolument pas à un chef d’établissement scolaire privé de décider de vous nommer à un poste d’instituteur en remplacement du titulaire du poste (même momentanément). Vous avez
          -d’abord un devoir de signaler au chef d’établissement scolaire privé de l’illégalité de cette nomination contraire à vos fonctions AESH (vous ne pouvez pas vous substituer à un enseignant même momentanément absent)
          -ensuite, s’il persiste dans sa volonté que les AESH se substituent à des institutrices absentes, vous avez un droit de refus de suivre cet ordre et un devoir de loyauté de signaler dans les plus brefs délais à votre employeur (le rectorat via service IA ASH) votre situation engendrée par cet ordre illégal. Il appartiendra à votre employeur (le rectorat via service IA ASH) de prendre les décisions conformes à vos fonctions AESH qui s’imposeront à vous comme au chef d’établissement scolaire privé.
          Pa expérience passée, nous savons que le service IA ASH 44 demeurant très sensible aux signalements des agents AESH en CDD/CDI de ce type de situation sait agir avec une très grande efficacité pour rappeler sèchement à l’ordre les chefs d’établissements scolaires privés confondant AESH avec larbin à tout faire.

          En réponse à votre interrogation, « on m’a déjà demandé de passer en primaire pour un élève qui a une notification… Est-ce normal ? Est-ce que je ne dois pas rester à la disposition du lycée puisque mon affectation sur le contrat est le lycée ? »
          Non, ce n’est pas normal.
          Si le chef d’établissement scolaire privé d’affectation usuel (Lycée) n’a pas reçu autorisation écrite de votre employeur (service IA ASH) pour un tel transfert momentanée et que le service IA ASH ne vous a pas transmis un ordre écrit de nouvelle affectation temporaire, vous ne pouvez pas sur ordre du chef d’établissement scolaire (Lycée pro) passer d’une mission AESH initialement prévue pour un élève du lycée pro à une mission AESH pour un élève du primaire, notifié MDPH.
          Pour faire passer votre refus d’appliquer la décision de ce chef d’établissement scolaire privé, Il vous faudra appliquer la technique « prends la corde et pends toi » c’est à dire expliciter le sourire béat au chef d’établissement scolaire privé que votre employeur (le rectorat via service IA ASH) ne vous a pas transmis un ordre écrit de nouvelle affectation temporaire allant dans son sens.
          A savoir
          Le faisant sans ordre écrit de votre employeur, vous vous rendez fautif professionnellement de détournement de votre mission AESH et donc, au pire, en cas d’incident physique survenant à l’élève dont vous assurez l’accompagnement, un licenciement pour faute grave peut être retenu contre vous.

          En réponse à votre interrogation, « que faisons-nous légalement quand un élève est en stage ? »
          Vous restez à disposition du chef d’établissement scolaire privé d’affectation. A charge de ce dernier de vous désigner les tâches en rapport avec votre mission AESH au sein de l’établissement scolaire d’affectation (lycée pro) et non en vous baladant dans le groupe scolaire au gré des besoins de service non couverts (remplacement d’enseignant,accompagnement d’élèves du primaire, remplacement de personnel d’entretien ou de restauration, ….)
          Nous vous confirmons une réflexion sous jacente » A croire que les établissements privés… », expérience aidant de longue date, c’est une plaie (voire un cauchemar) pour des agents AESH en CDD/CDI en poste dans ce type d’établissement scolaire de tenter d’exercer correctement ses missions.

      • Claire dit :

        Merci beaucoup de votre réponse très aidante.
        Juste une petite précision par rapport au CDI.
        Je suis en CDI avec une affectation au lycée X, écrite en toutes lettres dans mon contrat. Est-ce que cela veut dire que je suis affectée de manière définitive dans cet établissement ?
        Je vous souhaite un beau dimanche

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Est-ce que cela veut dire que je suis affectée de manière définitive dans cet établissement ? »
          Non. Toute affectation dans un établissement scolaire (publique ou privé) résulte d’une création de poste AESH imposée pour couvrir un accompagnement d’un élève en situation de handicap, notifié MDPH à cet effet. Votre employeur a toujours possibilité de vous affecter auprès d’un autre élève en situation de handicap d’un autre établissement (public ou privé). Dans cette dernière situation, un avenant au CDI vous est transmis par votre employeur.

  117. Jo dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH depuis Septembre 2017, (contrat CDD jusque Août 2018) actuellement en congé maternité, j’ai eu un bebe en février 2018 je souhaiterai faire la demande d’un congé parental.
    N’ayant pas un an d’ancienneté entant qu’AESH(j’ai été 2 ans AVS en contrat CUI), mon congé parental peut il être accepté?
    À la fin de mon congés parental si il est accepté, pourrai je reprendre mes fonctions d’AESH?
    Bien cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « N’ayant pas un an d’ancienneté entant qu’AESH(j’ai été 2 ans AVS en contrat CUI), mon congé parental peut il être accepté? »
      Votre CDD AESH relève du droit public. Or, le congé parental peut être accordé, à la suite de la naissance, après un congé de maternité au contractuel disposant uniquement d’un CDD/CDI droit public justifiant d’au moins une année continue de services, à la date de naissance ou d’arrivée au foyer de l’enfant. Votre ancienneté acquise au titre d’AVS sous Cui-Cae ne peut être prise en compte.

  118. Clement dit :

    Bonsoir,
    Je suis actuellement AESH 70% Depuis le debut d année scolaire 2017 j accompagne 3 élèves (1 éleve 15h par semaine et les 2 autres mutualisés)
    Ce matin je recois un mail me notifiant un changement d edt à partir du 12 mars me disant que j accompagne une éleve mutualisée supplémentaire. Mais sans ajout d heure à mon contrat je reste a 70% donc si je comprends bien il faut que je partage les heures Avec les 2 autres élèves mutualisés?????
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      EN réponse à votre interrogation sur modification de CDD en cours impliquant changement d’emploi du temps
      La modification d’emploi de temps sans modification de votre quotité temps de travail hebdomadaire ou de lieu de travail constitue un changement de condition de travail. Le changement des conditions de travail peut bien être imposé par l’employeur dans le cadre de son pouvoir de direction. Votre refus n’entraîne pas, à lui seul, la rupture du contrat mais constituerait une faute professionnelle que l’employeur peut sanctionner, au besoin par le licenciement.
      Il faut bien admettre que dans votre situation présente, votre employeur chargerait singulièrement en absurdité votre barque. Vous disposez d’un CDD pour 28 h. d’accompagnement mutualisé à assurer normalement pour 3 élèves, et il vous est demande de prendre en charge un 4ème sans connaitre le nombre d’heures d’accompagnement supplémentaire à assurer, cela devient du grand n’importe quoi ! Notre conseil: la réalisation de votre mission AESH devenant d’une telle absurdité, exigez un entretien avec votre chef d’établissement d’affectation qui se doit par lui même assumer la responsabilité de définir vos priorités d’accompagnement des 4 élèves dans le respect des attendus des notifications MDPH et respect de vos droits à des conditions de travail décentes.

  119. Anna dit :

    Bonjour.
    Pouvez-vous me dire si nous avons droit à une journée d’absence pour l’enterrement d’un grand-parent?
    Merci.
    Anna aesh 44

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous me dire si nous avons droit à une journée d’absence pour l’enterrement d’un grand-parent? »
      En principe, l’autorisation d’absence pour un grand parent décédé ne constitue pas un droit inscrit dans les textes. Toutefois, votre employeur a toujours la possibilité d’examiner avec bienveillance une demande d’autorisation d’absence exceptionnelle (justificatif nécessaire) et l’accorder avec maintien ou non de la rémunération/récupération d’heures non travaillées ou non. Usuellement, cette autorisation d’absence est accordée pour la journée d’enterrement de votre grand parent.

  120. Lou dit :

    Bonjour.
    Je vous fais ce message car je suis aesh dans un lycée. Je vais aller droit au but, je souffre énormement depuis que je suis dans celui ci. Auparavant j’étais avs en contrat cui dans jne école maternelle avec une équipe au top. Et depuis mon arrivé au lycée c’est le cauchemar. L’adjointe du proviseur me parle pour me rabaisser avec des mots très méchants. Durant l’année 2016/2017 elle m’a hurlé de dessus parceque je parlais gentille ment avec elle. Mais aussi lieu de me parler convenablement elle m’a hurlé dessus « sortez de mon bureau ». Je me retrouve dans le bureau du proviseur, croyant qu’il allait m’aider il a soutenu la méchanceté gratuite de sa collègue. Il m’a aussi manqué de respect. J’ai juste eu envie de pleurer. Mais j’ai retenue mes larmes qui se sont filament versé quand j’ai quitté l’établissement. Il a eu tout récemment encore un désagrément encore un manque de respect. Et en plus j’ai droit à une menace de me faire virer et de pointer au chômage. Je ne veux pas employer les mots que j’ai entendu parce que c’est très dur d’y repenser et même de les écrire. Je n’ai pas le droit d’être malade 3 jours par exemple si c’est ça on me dit tu te levés bien pour aller faire tes besoins pipi/caca alors tu peux nous appeler et venir
    J’ai beaucoup abrégée parce que les discours sont longs et je pense que ça choquerait de lire toutes l’histoire. Mais je souffre de cette situation. Je ne gagne que 620 euros par mois appartement cela les amusés que je sois une précaire. Je ne finis même pas les mois et quznd je n’ai plus d’argent je fais 20km par jour à pied. Même le bus c’est cher. Je voulais savoir s’il était possobjet pour cette raison là de pouvoir partir aller au pôle emploi et prétendre à avoir le chômage. Car je suis tomber malade je suis en dépression je ne dors plus je pleure j’ai pris 30 kilos en 6 mois à cause d’eux. Je ne supporte plus l’ambiance. J’en ai marre qu’on me dire que je fais de la merde. Qu’on pas bonjour qu’on me mette à l’écart d’entendre que je ne sais pas dire bonjour et donc je suis une maleleve parce que mes parents mon maleleve. Je répond quznd on me dit bonjour et ce n’est pas ma faute s’ils n’entendent rien. Moi je ne dis rien quznd on m’ignore ect ect.
    Je suis an cdd je gagne mal ma vie je n’ai pas de statut et cela les amusent. J’ai un crédit sur la tête donc je suis vraiment dans une sitraction compliquée. Quoi qu’elle fasse il l’a soutient et appuie pour faire mal. Moi je ne fais pas le poids. A chaque fois que j’essaie d’établir un dialogue on parle plus fort j’essaie d’expliquer de me respecter ça crit bin jabandonné parce que je vais moi aussi me mettre à hurler et je n’ai pas envie de gaspiller mon énergie. Je trouve plus de respect de la part des lycéens que dun proviseur et de son adjointe.
    Moi je souffre de cette situation. Je n’ai pas besoin de ça.
    Si Je vous pose la question ce n’est pas pour que vous me revoyez sur le lien licenciement démission je sais ce qu’il est écrit. Mais mon cas n’est dqns cet article. Alors je vous demande de l’aide.
    Sachant que j’ai beaucoup abrégée.
    Mais au moins vous avez l’idée générale.
    Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à vos interrogations sur « le respect du en tant que salarié AESH et la communication au sein de l’établissement scolaire d’affectation »
      Nous serons honnête. Nous peinons beaucoup à vous apporter une réponse pertinente au sujet de la relation qui s’est établie avec votre chef d’établissement (via proviseure adjointe). Ce que nous pouvons dire, c’est qu’il existe toujours une relation malsaine entre autorité hiérarchique et agent AESH quand le registre de communication n’est plus d’ordre professionnel mais personnel. Si votre posture reste toujours professionnelle en rapport aux missions que vous accomplissez, vous avez droit au respect professionnel et une autorité hiérarchique a le devoir de respect professionnel des agents AESH.
      Le seul recours que vous avez contre un abus d’autorité manifeste ou de non respect de votre personne dans votre fonction AESH reste toujours de savoir lever la tête et oser dire haut et fort devant témoins présents votre refus d’accepter des remarques désobligeantes à caractère personnel qui ne visent qu’à vous rabaisser. mais nous en convenons bien: parfois hurler sa peine demeure difficile, voire impossible
      Que faire alors ?
      La description de votre vécu actuel, votre mal être physique et moral manifeste nous incite à vous suggérer de prendre RV rapidement avec votre médecin traitant et de lui soumettre votre immense lassitude physique et morale du moment, le besoin de « souffler un peu ». Son avis, ses conseils, ses recommandations seront essentielles et il ne faut pas écarter l’idée d’un arrêt maladie salutaire qui vous permettrait de récupérer, de prendre du recul sur votre situation vécue dans l’établissement scolaire. Cet arrêt maladie aurait aussi l’avantage de provoquer (nous l’espérons ) une prise de conscience de collègues enseignants, le chef d’établissement scolaire, à savoir que vous êtes avant tout une personne humaine avec ses forces comme ses faiblesses mais certainement pas un pion à malmener à leur guise. A faire entendre avec l’appui de votre médecin, « stop, je n’en peux plus de ce que vous me faites vivre. je m’arrête », cela permet aussi à votre employeur, de réaliser que ce que vous vivez dans le cadre de votre travail a été trop loin et de demander en retour des comptes au chef d’établissement scolaire de cet état de fait.

      • MANJANE dit :

        Bonjour Lou,
        Par expérience, comme AESH, malgré les mensonges et autres « peaux de bananes » que j’ai du subir à répétition, malgré le syndicat, malgré entretiens avec les harceleurs en compagnie du syndicat, malgré le soutien de l’équipe enseignante, c’est le pot de terre contre le pot de fer. Ces personnes bien établies dans leur fonction bien confortable oublient en effet la dimension humaine de tout job car il y a forcément un humain derrière un job, avec toutes ces conséquences. Dans ma situation, c’est parole contre parole et les « plus forts » l’emportent : proviseur, adjoints divers et variés, cpe…… Bon courage en tout cas, je me suis reconnue dans ton message.

    • Gribouille dit :

      Très chère Lou (au si joli prénom)
      Quelle horreur de lire ce que tu vis. Tu as toute ma compassion ainsi que celle de tout ceux qui te lisent. Bon, je te le dire comme je le pense
      1/ Courage, personne n’a le droit de maltraiter qui que ce soit dans ce bas-monde, que ce soit au niveau personnel ou professionnel.
      2/ Ne souffre pas pour des c… qui n’en valent pas la peine. Même si je peux tout à fait imaginer comment une maltraitance peut se mettre en place dans une équipe et quels sont les mécanismes qui font qu’on la subit
      3/ xxxxxxxxxx (note modérateur: passage supprimé par respect des règles de politesse en usage sur le site)
      4/ Prend rendez-vous avec la médecine du travail
      5/ Appelle ton enseignant(e) référent(e) voir au dessus, je crois qu’il y a des coordinateurs des avs à l’inspection académique
      6/ Laisse une trace écrite en écrivant à ton enseignant réf, à la médecine du travail (peut-être aussi)
      7/ Tu n’es pas responsable car c’est trop facile de faire porter le chapeau aux avs sachant le mode de recrutement et l’absence de formation. SI ton travail ne leur convient pas, ils n’ont qu’à s’en prendre au système. Et puis ça les arrange bien d’avoir des précaires corvéables à merci
      1/ fous-toi en arrêt maladie
      2/ fous-toi en arrêt maladie
      3/ fous-toi en arrêt maladie.
      4/ Je suis sûre que tu es une super personne et une excellente avs quand les conditions de travail sont normales

      Solidarité entre avs ! On est tous et toutes avec toi.

      • Roux dit :

        Chère Lou… je rejoins tout ce qui t’a été dit.
        Cette situation intolérable ne peut pas durer ! Je partage ta souffrance. J’ai connu, moi aussi, une année difficile une fois et je peux te dire que plus jamais je ne ME laisserai revivre la même !
        Prends un vite un congé maladie, sans états d’âme ! Tu as besoin de te reposer, de te retrouver surtout, loin de cette ambiance malsaine.
        Tu as le droit aussi, sache-le, de demander à changer d’établissement !!!!!!
        Je sais qu’en Gironde, ce genre de requête est maintenant écoutée. Chez vous aussi, peut-être ?
        Ce n’est pas faire preuve de faiblesse, ce n’est pas avouer que l’on ne s’en sort pas… Il arrive simplement que, parfois, on tombe sur des gens avec lesquels cela se passe très mal. Nous sommes sous payées pour un job parfois difficile, alors si en plus nous devons supporter l’intolérable : NON !
        N’hésite pas à en parler avec ton responsable DSDEN… et, ma foi, si rien n’est possible de ce côté-là, je te souhaite de trouver autre chose.
        Bon courage à toi, Lou…

        Je suis avec toi, de tout coeur.

        Et comme l’écrit Gribouille : solidarité entre AVS !

    • Lou dit :

      Bonjour à tous !

      Je vous remercie à tous pour vos messages. Merci et je ne le répèterai jamais assez ! ça m’a fait chaud au cœur de vous lire ! Je me suis sentie seule très seule face à cette situation et de vous lire je ne me sens plus seule.
      Je rejoins tout à fait ce que vous dite, de me mettre en maladie parce que ça ne va plus du tout, vraiment plus.
      Malheureusement, j’ai laissé trop tarder, je me suis laisser faire et je les ai laissé faire. Résultat, je me suis fais lyncher une nouvelle fois, vendredi 23 février.
      Lundi 19 février à 21H, j’ai malheureusement eu un accident de voiture. Une dame a brûlée le feu rouge et bim accident. Je pense que si aussi psychologiquement j’étais en bon état, j’aurai pu éviter cela, mais je suis tellement brisée moralement par ce travail que je n’ai rien vu venir. J’en suis ressorti blessée et je suis retourné sur mon lieu de travail vendredi. Comme à chaque fin du mois, ma ligne est suspendu, parce que je ne gagne pas assez pour pouvoir payer dans les temps. Je n’ai pas pu appeler. Ce qui est normal. Mais je dois dire aussi que je ne peux pas les appeler car même au téléphone ils sont désagréables. Lorsque je me suis présentée au bureau avec ma feuille de présence, l’adjointe m’a dit « qu’est ce que vous foutez là ». Très surprise je lui répond que je viens de finir ma journée et que j’ai déposée ma feuille de présence. Et là elle me dit de la suivre dans le bureau du proviseur, dont la porte était ouverte. Mais je n’ai plus confiance en eux et j’ai bien fais. Car je n’ai mis qu’un pied dedans et l’autre dehors. Il y avait du mon de mais croyait vous que quelqu’un a prit ma défense ? Non personne. Le proviseur m’a hurlé dessus, a dit que j’était une horreur, et que c’était horrible de travailler avec moi. Je lui ai expliquée que j’avais eu un accident. J’était devant lui avec la minerve et très faible encore des suites de l’accident. Et je lui ai demandé de ne pas me crier dessus et de ne surtout pas de me mettre la pression parce que je risquais de m’écrouler. Mais il n’en avait rien à foutre. Il continuait à me crier dessus avec son adjointe. Et là j’ai pris sur moi, parce que je n’étais pas en état de ressentir une tension, mon cœur s’est accéléré je lui ai dis « ça suffit, arrêtez tout les deux, j’exige le respect et depuis le premier jour où je suis arrivée ça se passer mal ici, je ne peu plus supporter vos manques de respect, rien ne justifie vos comportements, vos manques de respect ect ect » . Et là j’ai eu comme réponse tout ça c’est dans votre tête personne ne vous manque de respect et puis c’est de votre faute.
      Là ça fait mal encore plus mal, d’entendre dire que tout ce qui me fait souffrir depuis le début, qui m’empêche de dormir, de penser, de vivre, c’est de ma faute. C’est vraiment du harcèlement moral.
      Je leur ai dis que des personnes qui sont au cœur de l’éducation d’enfants n’ont certainement pas à réagir comme ça et à être comme ça. Mais rien à faire. Il m’a dit que si je savais tout, je n’avais qu’à passer le concours de proviseur et prendre sa place.
      Je vais encore abréger, parce que c’est long et je vous en donne l’essentiel. Mais sachez que personne n’a pris ma défense. Il y avait des élèves présent, du personnels de présent. Personne. Le proviseur avait une telle haine envers moi qu’il crachait sur son bureau quand il hurlait sur moi. Il m’a hurlez dessus « venez là venez là venez là », parce que j’était à moitié de sa porte de son bureau prête à courir. Devant tout le monde. Son adjointe à côté qui surenchérissez. C’était horrible. Ça ne sert à rien d’insister. Je pars. Je récupère ma feuille de présence pour l’envoyer au lycée employeur moi-même avec les documents. Et là l’adjointe agressive m’a presque bousculée pour récupérer mes documents.
      Le proviseur est sortie de son bureau. Je suis une femme, c’est un homme. Il s’est montrée très agressif. Il me hurle et se moque de moi. Mais en plus il a levait la main à bombé son buste, j’ai bien senti que j’allais m’en prendre une. Je vous assure. J’ai sentie l’agressivité. Et là il m’a menacé. Il m’a dit « vous allez le regrettez, et toute votre vie, vous ne m’oublierez pas, vous penserez longtemps à moi, vous penserez à moi toute votre vie, pour ce que je vais vous faire, vous le regretterez ». Ce sont vraiment ses mots. Il a fallu que je sorte en rasant la porte pour l’avoir en face de moi, je lui ai dis je ne penserai pas à vous pourquoi me dites vous ça, ne vous approchez moi de moi. Voilà !
      Il m’a presque viré à coups de pieds. Il a hurlé « ne remettez plus jamais le pieds dans mon établissement, je veux plus vous voir ici, allez vous en ». Son adjointe qui faisait des menaces pour tout ce qui venait de se passer et que mon salaire allait empâter.
      Il a même dit que je n’étais pas heureuse d’avoir un travail. Je suis malheureuse d’avoir eu à travailler avec eux. J’ai un crédit sur la tête.
      Je ne peux plus remettre les pieds là bas. Je ne supporte plus. Je ne suis pas en sécurité. Je me sens en danger.

      Et j’ai osé après des menaces qui pour moi ne sont pas à prendre à la légère devant cet homme agressif qui a outre passé ses compétences professionnelles, à porter plainte contre lui. J’ai été malmené. Rien ne pourrait justifier ce que j’ai pu subir à cause d’ eux. Aujourd’hui je suis malheureuse. Il me faudra du temps pour récupérer. Je suis touché par tout ça. C’est très dur pour moi.
      Lorsque j’appelle le lycée employeur, on me répond que le 12 mars je dois retourner sur mon lieu de travail malgré ça. Alors que j’ai été menacé de plus jamais remettre le pied dans son établissement.

      Ce que je trouve incroyable, c’est qu’un proviseur qui passe à la télé pour parler, dénoncer, le cyber harcèlement, alors que lui-même harcèle et maltraite une aesh. Mon salaire est de 620 euros et pour lui il n’y a pas de respect.

      Je ne sais pas si mon action servira à ce que nous avs/aesh permettra que nous soyons respecté, mais au moins j’espère qu’il ne maltraitera plus une autre personne avec la complicité de son adjointe qui est vraiment une horrible personne.
      Merci merci merci à vous pour vous messages. Merci de ne pas me faire sentir seule. Cette vie est difficile parce que souvent des gens comme ça nous la rende difficile. Nous avons tous nos problèmes personnels et nous n’avons pas besoin de ça en plus. Je pensais que de ne rien dire, de ne rien faire, de les éviter, permettra d’éviter ça. Mais non, je n’ai fais que les conforté dans leur méchanceté.
      C’est une prise de tête avec une violence morale. Je n’ai jamais eu une discussion normale avec ce monsieur et son adjointe. Le proviseur, rien que ma présence le fait sortir de ses gons. Comme les femmes battues je lui ai trouvé des excuses, comme trop de travail, difficultés avec le publique lycée, de lui trouver excuses ça ne ma pas rendu service car il est devenu encore plus agressif. Et maintenant il me menace. Et de même pour son adjointe, à lui trouver des excuses et elle s’est conforté dans sa méchanceté gratuite.

      Le 12 MARS je suis en maladie et je ne remettrai plus le pied. Le fait d’avoir peur de ne plus pouvoir payer ma voiture, j’ai tout supporté et je n’aurai pas du, parce que c’est devenu bien grave. Conseil à vous de ne pas vous laissez faire, parce que après ils se croient tout permis, à vous insulter et même à presque vous frapper. Je suis partie parce que j’ai sentie que j’allais me faire frapper et personne ne prend ma défense. Tout les mots sorties m’ont vraiment fait mal. Je n’en reviens même pas encore. Quand j’y repense, j’ai l’impression d’être dans la cinquième dimension.
      N’hésitez à vous confier à votre entourage, si vous vivez une situation similaire. C’est ma mère qui m’a demandé qu’est ce que j’avais. Car elle me trouvait trop triste toujours à pleurer, lourde pour aller travailler. Et elle m’a dit d’essayer de lutter, d’arrêter que tout ça ce n’était pas normal. J’en ai même parlé avec une amie gendarme, qui m’a dit que les mots étaient vraiment des menaces et que c’était grave.
      J’avoue sans mon entourage je ne sais pas comment je serai aujourd’hui. Et merci à vous pour votre soutiens. MERCI. Je ne me sens plus seule.
      Département des Bouches-du-Rhône

      • Roux dit :

        Pauvre Lou…

        je suis sidérée par cette histoire ! Cela semble hallucinant !

        Vous avez eu raison de porter plainte. C’est très courageux de votre part.

        Je n’avais pas compris que vous étiez toujours en CUI. Vous ne dépendez donc pas de la DSDEN mais d’un lycée employeur. Et ils ne veulent rien entendre eux non plus ?

        S’ils ne veulent pas comprendre que vous ne pouvez pas retourner sur votre lieu de travail dans ces conditions, et bien qu’ils se passent de vous ! Après ce que vous avez vécu, on ne vous refusera pas un arrêt maladie.

        Toutes mes pensées.

        Prenez soin de vous. Profitez et abusez de la gentillesse de votre maman qui a su lire votre désarroi.

        Amicalement,

        Roux.

        • Lou dit :

          Merci beaucoup pour vos mots votre gentillesse qui me réchauffe le coeur.
          Je suis en cdd depuis le décembre 2016. J’ai été en cuir 2 ans précisément ce contrat.
          Il est vraiment incroyable de se dire qu’un proviseur puisse être comme ça avec son adjointe. Mais c’est vrai. D’ailleurs le policier n’en revenait pas.
          Au coeur de l’éducation et eux manque d’éducation.
          Resulat je ne peux plus remettre le pied la bas parce que psychologiquement je n’y arriverai pas et en plus avec les menaces et le mauvais traitements ce n’est plus faisable.
          Et le pire dans tout ça, c’est qu’à ce jour par leurs fautes je n’arrive pas et plus à exercer ma fonction. Elle est un échange entre deux personnes. Apporter du bon à un enfant. Et je suis vraiment trop triste pour çà.
          Et à cause d’eux.
          Mais bon comme on dit le temps aide à guérir.
          Merci merci merci pour cette gentillesse.
          Toutes mes amitiés.
          Lou.

        • fred dit :

          Moi, je n’aurais pas porté plainte, cela doit se régler à l’intérieur de l’institution Éducation Nationale!!
          Dans une telle situation, je me serais rapproché de mon employeur, par exemple le Rectorat ou une DSDEN. Je leur aurais exposé les faits. Je leur aurais demandé une nouvelle affectation. Dans l’attente de cette nouvelle affectation, j’aurais fait valoir mon droit de retrait.
          Compte tenu du fait que j’exerce depuis plusieurs années, et que j’ai été affecté dans plusieurs écoles, et que j’ai jusqu’à maintenant plutôt été bien noté par ma hiérarchie, il n’y aurait eu aucune raison que l’on ne me prenne pas au sérieux!!
          Car externaliser l’affaire risque de te mener vers la voix judiciaire et de compromettre sérieusement ton avenir au sein de l’institution…

        • Néréa dit :

          Fred, je me permets de réagir à votre réponse qui me heurte un peu car l’on y sent beaucoup de jugement. À défaut d’empathie. J’essaye, depuis de nombreuses années, de ne pas juger toute situation à laquelle je n’ai pas été moi-même confrontée… Celle de Lou m’a paru « énorme de souffrance ». Le harcèlement au travail peut exister et mériter une plainte. Vous avez eu bien du courage et du bon sens, Lou, telle que votre situation est exposée. Quant à laisser cette magnifique institution de l’Éducation nationale prendre cas de nos problèmes, je n’y crois plus depuis longtemps. Nous ne sommes clairement que de petits « pions » à placer à droite à gauche pour donner bonne conscience.
          Une AESH, depuis 9 ans en collège et lycée, dont les appréciations (et non pas les notes, c’est pour les profs) des principaux m’octroient le droit de poursuivre ce métier -qui pourrait être tellement gratifiant/en rêve jusqu’à présent- si je me fais aussi discrète que possible…
          Un dernier conseil, Lou, le même que Gribouille : Arrêt maladie !

        • Néréa dit :

          En complément de ma réponse à Fred :
          La première année où j’ai été AESH, il y a 9 ans, j’accompagnais, dans un lycée privé, un jeune adulte « Aspi » de 19 ans, 1 mètre 90, « charmant à sa façon » mais qui n’avait suivi aucun cursus. La majeure partie du temps, je devais l’accompagner au CDI. Et la seule chose qu’il voulait y faire, c’était regarder des « roues de BMX à bâtons ». Sinon, il fallait le poursuivre : il partait en courant du lycée, à la moindre contrariété, pour se placer au milieu de la route, faire des doigts d’honneur et insulter – il y avait aussi un petit syndrome de Tourette, semble-t-il-… Quand je le récupérai pour le calmer, il me lançait des cailloux. La principale adjointe ne m’adressait la parole que pour m’invectiver, me houspiller parce que je n’étais pas restée 1 heure pour attendre le taxi qui avait régulièrement du retard. Ou me signaler que l’AESH d’avant était bien mieux. Le principal, lui, ne me connaissait pas apparemment… Quand je le croisais, il ne répondait pas à mes « bonjour »… J’ai pensé démissionner tous les 15 jours au moins…

  121. Sonia24 dit :

    Bonjour je suis aesh en cdi en ulis college dans le 72,depuis 7 ans .J aimerais changer de département pour me rapprocher de mon ami.est ce que je peux prétendre à une mutation?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,« est ce que je peux prétendre à une mutation? »
      Le droit à mutation intra-academique ou entre académie n’existe pour le personnel contractuel AESH. Un changement de département de votre fait implique que vous aurez à présenter votre démission de votre poste actuel (voir plus sur conséquence d’une démission ICI)
      Démission établie, vous aurez à postuler à nouveau sur un emploi AESH dans le département du lieu de votre domicile sachant que la circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions de recrutement des AESH précise bien : « un AESH en CDI qui change d’académie, de département ou d’établissement d’enseignement, s’il est réemployé, peut l’être directement en CDI. »

  122. Charline dit :

    Bonjour,

    Je suis AVS AESH en CDD dans le Val d’Oise (95) en école élémentaire.

    Il pourrait être demandé par la directrice de l’école aux AVS de surveiller un élève ayant des problèmes de comportement notamment de violence sans besoin d’AVS pendant un temps de récréation aménagé pour lui seul car les maîtresses sont dépassées ou n’ont plus envie de s’en occuper.

    Je voulais savoir si c’était notre rôle de répondre à ce genre de demande ? Et si nous sommes en droit de refuser ?

    Merci !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si c’était notre rôle de répondre à ce genre de demande ? » et suivante  » Et si nous sommes en droit de refuser ? »
      La surveillance des élèves pendant les temps de récréation relève de la responsabilité stricte des enseignants. Cette responsabilité ne peut vous être confiée et vous avez un droit et un devoir de refus pour cette tâche confiée qui ne fait pas partie de vos attributions.

  123. Aesh57gaelle dit :

    Bonjour , j’aimerais savoir si les aesh avait le droit au 1% logements ? Je suis dans le 57
    Cordialement Gaëlle

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir si les aesh avait le droit au 1% logements ? »
      Ce type d’aide n’est pas accessible aux AESH.

  124. Ylang85 dit :

    Bonjour à tous! Je suis Aesh dans le 85.
    Ma question est simple : je ne souhaite pas recommencer une nouvelle année en Aesh en septembre et ce pour des raisons de santé ainsi que pour des raisons professionnelles. Sauf que… Apparemment si ne refusons le renouvellement du contrat, notre ARE de l’ami Paul Emploi saute.
    Comment éviter ce genre de désagrément qui me semble injuste… ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Comment éviter ce genre de désagrément qui me semble injuste… ? »
      Nous ne pouvons que vous renvoyer sur la page consacrée à Fin de contrat –Licenciement-démission, consultable ICI.

    • bonjour Ylan85 , vous savez que vous pouvez simplement préciser à votre Directeur ou Proviseur dans un entretien personnel votre désir de ne pas continuer , ne pas vouloir ce renouvellement comme un bilan est effectué pour chaque AESH et AVS même si vous êtes bien noter et apprécié il y a de fortes probabilités que votre renouvellement ne se fasse pas , puis lors de l’appel de l’Académie et par mail aussi vous soulignez simplement que vous n’envisagez plus un renouvellement , il y a tellement de personnes qui désireraient devenir AESH! sauf qu’une fois enclenché vu la précarité de ses contrats c’est certain qu’il vaut mieux chercher ailleurs ! bon courage

  125. badom dit :

    Bonjour,
    Je travaille dans le 44, je viens d’apprendre que je ne dois plus suivre un élève et me retrouve donc avec un sous service de 6h. Il y a 3 ans je m’étais retrouvée dans la même situation, les enseignants m’avaient dit que, pour eux, quand ils sont en sous service ils restent à la disposition des services académiques sans obligation d’être dans une école (c’est ce qu’il s’était produit pour moi à cette époque). Mais cette fois-ci on me dit oralement (aucun écrit) qu’il faudrait que je fasse ces heures dans l’un des établissements pour aider les enseignants auprès d’élèves en difficulté mais sans notification MDPH.
    Légalement qu’en est-il exactement ? Nous n’aurions pas les mêmes conditions de sous service que les enseignants ?
    Dans l’attente de vous lire, merci,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Légalement qu’en est-il exactement ? » et suivante  » Nous n’aurions pas les mêmes conditions de sous service que les enseignants ? »
      Vous êtes AESH et non enseignant. la Circulaire n° 2017-084 du 3-5-2017 relatives aux missions et activités des personnels AESH ne dit pas autre chose « Ces personnels se voient confier des missions d’aide aux élèves en situation de handicap. Ainsi, sous le contrôle des enseignants, ils ont vocation à favoriser l’autonomie de l’élève, sans se substituer à lui, sauf lorsque c’est nécessaire »
      Vous disposez d’un contrat de travail et en échange d’une rémunération, votre obligation vis à vis votre employeur reste toujours d’accomplir un temps de travail effectif de tant d’heures au sein de l’établissement scolaire selon un planning horaire hebdomadaire annexé par avenant à votre contrat de travail.
      Même si une partie de votre temps de travail effectif n’est pas réalisée auprès d’élève en situation de handicap (notifié MDPH pour accompagnement par AESH), vous avez l’obligation de rester à disposition de votre chef d’établissement scolaire. A charge de ce dernier de prendre la responsabilité de vous accorder l’autorisation de
      -rester à disposition au domicile ou à la salle des profs ou à la vie scolaire ou ……
      ou
      -vous désigner ou non des tâches en lien avec votre mission AESH. (Ainsi, par exemple, des tâches d’aide d’élèves en difficulté particulière bien que non notifiés MDPH constituent bien un lien avec votre mission AESH).

      • badom dit :

        Merci pour ces éléments de réponse qui m’éclaire.
        Et le fait que mon employeur ne m’ait envoyé aucun avenant à mon contrat de travail modifié du fait que non seulement je ne dois plus suivre un élève (sous service de 6h) mais de plus un autre élève que je suis a changé d’école (privé=>public) : est-ce que cela change quelque chose ? (par exemple je n’ai aucune confirmation de l’école dont je dépends).

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « est-ce que cela change quelque chose ? »
          le sous service de 6 heures constaté vient que il n’existait pas de nombre d’heures d’accompagnement à effectuer auprès d’un ou des élèves notifiés MDPH. Maintenant, si le sous service s’accentue du fait qu’un élève est absent (par changement d’établissement scolaire), alors que vous assuriez une mission AESH auprès de lui implique que vous signalez votre disponibilité auprès de votre employeur au non du principe de loyauté à son égard.

  126. Estève Myriam dit :

    Bonjour,

    Je suis AESH dans le 16.
    Je suis en poste depuis 5 ans dans une classe ULIS (mon contrat « basculé » avs/aesh il y a 4 ans, donc un cdi dans deux ans).
    Je voudrais présenter le concours CRPE en 2019. L’enseignante avec qui je travaille m’y encourage et m’a parlé du CIF pour intégrer l’ESPE en septembre 2018 tout en ne perdant pas mon ancienneté dans mon poste.
    Mais quelque chose me chiffonne.
    Qui me dit que mon contrat va être reconduit l’année prochaine ? (chaque année je suis prévenue de mon renouvellement et de mon affectation 1 semaine avant).
    Pour bénéficier d’un congé CIF, il faut être en poste et s’y prendre à l’avance. Mais comment avoir la garantie que je n’effectue pas des démarches dans le vide ? Ca me semble étrange de faire une demande de formation pour une année que je n’ai même pas encore signée…
    Mon affectation peut-elle être différente de celle des années précédentes ? (Je suis très très bien, là ou je suis).
    Et si je n’obtiens pas le concours à la fin de mon année de formation, est-ce que je serai réaffectée ailleurs ? (car je me doute bien qu’il va falloir une personne pour me remplacer à mon poste actuel si je suis les cours de l’ESPE).
    Est-ce que je ne risque pas, tout bêtement, d’être « remerciée » si je demande ce CIF ?
    C’est un peu avancer à l’aveuglette (déjà que le parcours et ardu car je prépare une VAPP avant de faire suivre la formation !)
    En fait, j’ai assez peur de lâcher la proie pour l’ombre. Je veux évoluer, je pense en avoir les capacités mais je ne peux pas me permettre de perdre mon emploi ou d’être « déplacée » à l’autre bout du département car j’élève mon enfant toute seule, ce qui n’est pas simple.
    Je ne sais pas si je suis très claire, désolée. Mais c’est vrai que j’aimerais des réponses un peu plus concrètes que ce que j’ai entendu à pôle emploi et autres points conseils.
    Me reste, au pire, l’option Master MEEF 1 à distance (mais il n’y a que l’ESPE de Créteil qui dispense cette formation) et le coût est prohibitif. Ne suis pas certaine non plus, d’être aussi bien encadrée qu’en présentielle.

    Qu’en pensez-vous ? Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qui me dit que mon contrat va être reconduit l’année prochaine ? » et suivante  »
      Pour bénéficier d’un congé CIF, il faut être en poste et s’y prendre à l’avance. Mais comment avoir la garantie que je n’effectue pas des démarches dans le vide ? » et suivante « Mon affectation peut-elle être différente de celle des années précédentes ? »
      Il faut séparer votre situation de salarié disposant d’un CDD AESH et votre situation personnelle impliquant la réalisation d’un projet professionnel.

      Votre situation de salarié disposant d’un CDD AESH
      Parce que votre CDD AESH comprend un terme précis, votre employeur peut décider ou bien de ne pas le renouveler ou bien de procéder à son renouvellement selon les règles en vigueur (pour en savoir plus, consulter iCI la page consacrée à Fin de CDD AESH (non renouvellement/renouvellement).
      Un CDD AESH en cours ou objet de renouvellement est toujours susceptible d’être modifié par l’employeur (par changement lieu d’affectation, durée de travail, ……)

      votre situation personnelle impliquant la réalisation d’un projet professionnel.
      Votre projet professionnel implique
      -un passage d’un concours PRPE
      -En cas de succès au concours, suivi formation à l’ESPE dans le cadre d’un congé de formation professionnel (CPF) et non le CIF relevant du secteur privé
      Résumé succincte de la problématique d’obtenir le CPF
      Ce congé peut être demandé mais le nombre en est étroitement contingenté dans chaque académie.
      -au moment de la demande, vous devez avoir accompli au moins 3 années de services effectifs de non-titulaire, s’engager à rester au service de l’Etat pendant une durée égale au triple de celle pendant laquelle vous aurez perçu une indemnité pour suivre cette formation
      – La durée du congé est au maximum de 3 ans dont 12 mois indemnisés forfaitairement à 85 % du traitement brut.
      – L’indemnité est versée mensuellement par le service gérant le traitement au moment de la mise en congé. Ce versement est soumis à la production d’une attestation mensuelle de présence à la formation.
      – En congé de formation, vous êtes censés être en position d’activité. vous continuer à accumuler de l’ancienneté et la retraite.
      – A l’issue de la première année de congé, le retour sur le poste AESH, dans l’Education Nationale, est de droit, sauf si ce poste AESH n’a pas été supprimé entretemps
      – La demande de CPF doivent être adressées au recteur par la voie hiérarchique à une date arrêtée dans chaque académie.
      Comme les pratiques diffèrent selon les académies (obtention du CPF, nombre de mois, etc…), vous aurez à contacter le service formation de votre académie pour connaitre les possibilités que votre demande de CPF puisse vous être accordée.

      Entre les contraintes liées à votre situation de salarié en CDD AESH et celles liées à la réalisation de votre projet professionnel, ce qui restera toujours déterminant restera votre capacité à accepter d’effectuer des choix lucides pour en assumer avantages et inconvénients en résultant dans votre projet de vie personnel et familial.

      • Charlotte dit :

        J’ai appelé la personne responssable des formation au rectorat. elle m’a répondu qu’ils parlaient pas de financement des CPF mais de participation à hauteur du nombre de jour de formation sans tenir compte du coût de la formation. Par exemple pour une formation de deux jours, j’aurai droit à une trentaine d’euro quelque soit le cout de la formation. Puisque ce serait basé sur mon salaire et que le reste de la formation serais à ma charge. Est-ce vraie ? Est-ce légale ? Elle a bien insistée sur le mot participation et non financement.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,

          En réponse à votre interrogation, « Est-ce vraie ? Est-ce légale ? Elle a bien insisté sur le mot participation et non financement »
          Votre interlocutrice n’a pas tort (mais nous aimerions bien ne pas lui donner raison)
          Pour un usage des droits à CPF, il appartient à l’employeur d’examiner votre demande au regard des seuls disponibilités financières et des priorités qui ont définies au préalable par le rectorat, qui constitue le plan de formation académique. Il lui est possible de déterminer une enveloppe de financement des actions de formation nécessaires à la mise en oeuvre de projets individuels d’évolution professionnelle, hors plan de formation. Dans le cadre du décret n°2017-928 du 6 mai 2017, un rectorat a ainsi la possibilité de
          déterminer des plafonds de prise en charge des frais dans le cadre de l’utilisation du compte personnel de formation.
          A titre d’exemple, il leur est possible de déterminer un plafond de prise en charge par action de formation (soit une action de formation CPF égale X euros maximum). C’est probablement, cette formule de prise en charge qui a été retenue pour votre demande d’usage de CPF dans l’action de formation projetée. Il faudrait évoquer effectivement d’une participation financière forfaitaire, bien éloignée d’un financement de formation incluant une prise en charge par l’employeur des frais pédagogiques + frais annexes (frais de déplacement + repas + hébergement)

  127. lbs dit :

    Bonjour
    Je dépends de l’académie du Finistère, j’ai fait 2ans de AVS (cae/cui) et actuellement, je suis AESH en CDD,, dans la même école depuis 2015, cette année, je suis enceinte de 6mois et suis en arrêt depuis 1février jusqu’au 11mars, suite à une grosse fatigue, ma question est la suivante; est ce que le faite que je soit en arrêt je risque de perdre mon poste?? Est ce que à la rentrée de 2018/2019 je peux garder le même statut actuel «  » AESH » dans cette école ou dans une autre??

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est ce que le faite que je soit en arrêt je risque de perdre mon poste?? »
      Non. restez zen à ce sujet.

      En réponse à votre interrogation,  » Est ce que à la rentrée de 2018/2019 je peux garder le même statut actuel « » AESH » dans cette école ou dans une autre? »
      tout d’abord, dès la fin de votre congé maternité, vous aurez à reprendre vote poste actuel. S’agissant le renouvellement de votre CDD AESH pour la rentrée 2018-2019, l’employeur doit vous annoncer son intention de renouveler ou non le contrat selon des délais de prévenance ainsi fixés :
      un mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à six mois et inférieure à deux ans ;
      deux mois précédant le terme de l’engagement pour l’agent recruté pour une durée supérieure ou égale à deux ans

      Comme il est probable que le rectorat souhaitera renouveler votre CDD AESH, vous pouvez être maintenu soit en affectation sur poste actuel dans l’établissement scolaire soit sur un autre établissement scolaire.

  128. labbay dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH dans le 35. Je souhaiterais savoir si je ne renouvelle pas mon contrat à la fin de mon CDD, puis-je toucher pole emploi? Car j’ai des problèmes de santé et ce métier ne me correspond plus et détériore petit à petit ma santé (car depuis plus de 5 ans, je travaille comme AESH et j’ai toujours eu des enfants lourdement handicapés ou violents). Je n’arrive pas à me soigner et je dois arrêter de travailler quelque temps.
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.
    Bien cordialement,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si je ne renouvelle pas mon contrat à la fin de mon CDD, puis-je toucher pole emploi? »
      Votre refus de proposition de renouvellement de CDD AESH sera considéré pour l’administration comme une démission. Vous vous retrouverez dans la situation décrite en page consacrée à « Fin de contrat –Licenciement-démission », consultable en cliquant ICI.

  129. Le Mée dit :

    Bonjour,
    Je travaille dans une école privée dans le 27 en tant qu ‘AVS depuis 2 ans et demi en contrat CUI avec pôle emploi. Je suis payée 20h et je fais 25h par semaine. Il y a une autre AVS embauchée par le rectorat qui travaille 20h payée 20h. J’ai essayé d’en parler au comptable qui a démenti. Que puis je faire ?
    Merci pour votre aide.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que puis je faire ? »
      Rien. Vous disposez d’un contrat Cui-Cae qui relève du droit privé (code du travail) et la collègue AVS embauchée par le rectorat dispose d’un CDD/CDI relevant du droit privé (code de l’éducation).
      Pour en savoir plus, cliquer ICI.

      • Charlotte dit :

        C’est illégale ! Beaucoup d’avs ont gagné des procès parce qu’on les faisaient travailler 24 heures payé 20. Regarde sur le site avs en colère que nos amis humeur et fureur des précaire doive connaitre

        • Nini777 dit :

          Merci Charlotte …….J’ai bien lu à ce sujet. J’ai confié mes contrats à un avocat en droit du travail pour avoir les bons arguments et m’y prendre correctement. J’aimerais éviter les prud’hommes. ….si possible !

  130. anne dit :

    Bonjour.

    J’exerce dans un établissement dans le 31.
    J’ai lu dans plusieurs documents que les Aed n’ont pas à faire de surveillance d’examen ou de devoir, sauf ordre de mission du Rectorat.
    Or, notre établissement nous sollicite sans cesse à ce sujet. Pouvez-vous me dire sur quels textes précis m’appuyer pour refuser svp? Et en cas d’accord, j’ai également lu que c’est un temps que l’on doit récupérer, même si c’est effectué sur notre temps de service, dans la mesure où cela est une obligation par ailleurs pour les profs et que cela sort de notre champ de compétence.
    Pouvez-vous m’en dire plus svp?

    Merci par avance!

    Anne

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous me dire sur quels textes précis m’appuyer pour refuser svp? »
      La difficulté demeure qu’il n’existe pas textes d’appui pour qu’un AED puisse refuser en toute tranquilité de droit d’assurer la surveillance d’épreuve d’examen. il s’avère même que Le chef de centre (c.a.d. le chef d’établissement scolaire du lieu d’examen) désigne bien les surveillants parmi le personnel enseignant de l’établissement, centre d’examen. Il peut, toutefois, compléter les équipes de surveillants par des professeurs échangés avec un établissement voisin ou, à titre exceptionnel, par tout personnel relevant de l’éducation nationale. Pour des raisons évidentes d’égalité de traitement des candidats, il veille personnellement à ce que les surveillants de salle ne soient pas les professeurs des élèves qui composent. ( circulaire n° 2012-059 du 3-4-2012 relative Préparation, déroulement et suivi des épreuves)
      En tant que tel, votre rôle doit se cantonner à ‘assurer une surveillance dans les couloirs, accompagner les élèves aux toilettes,..

      En réponse à votre interrogation, «  temps de surveillance que l’on doit récupérer ? Pouvez-vous m’en dire plus svp? »
      Et bien, nous sommes désolés. Nous ne trouvons aucun texte officiel spécifique précisant qu’un temps de surveillance d’examen ou devoir assuré par un AED se doit être récupéré ou rémunéré, réalisé ou non sur temps de service effectif.

      • JEAN PIERRE MARKxxxxxxxx dit :

        Bonjour,
        je me permets de venir vers vous en espérant que vous pourrez répondre à ma question.
        Mon contrat aidé se termine le 30 juin 2018, mais actuellement j’ai des problèmes de santé et mon médecin veut me faire un certificat pour un aménagement de poste.
        Je suis bien ennuyé étant donné que ce serait surprenant que ce type de certificat puisse faire quelque chose, si ce n’est qu’à me pousser à démissionner, mais dans ce cas je ne pourrais prétendre à l’ARE. A 59ans sans emploi et sans ressource çà va être très compliqué pour moi.
        Que pouvez vous me conseiller?
        Merci d’avance pour votre aide.
        Bien cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Que pouvez vous me conseiller? »
          Notre réponse serait un plus complète si vous nous précisiez si vous êtes en poste ou en arrêt maladie avec une date de reprise envisagée

          Dans l’immédiat, il vous savoir que pour un maintien en poste d’un salarié, l’employeur est tout de même tenu par une obligation de résultat en matière de santé au travail et il doit agir sur la prévention afin d’éviter que les risques ne surviennent au salarié.
          Seul le médecin du travail peut se prononcer sur votre aptitude médicale au poste et si besoin propose les aménagements nécessaires, le plus souvent sous forme de « réserves », sur le fondement de l’article L.4624-1 du CT. L’employeur est bien tenu de prendre en considération les recommandations et propositions de mesures individuelles d’un médecin de travail mais nullement lui parvenant de votre médecin traitant.
          Un certificat d’aménagement de poste établi par le médecin traitant aurait avant tout un effet d’alerte à l’employeur qui serait ainsi prévenu que vos problèmes de santé sont susceptibles de s’aggraver. Ce certificat peut aussi constituer de preuve devant des juges prudhommaux qu’en l’absence de prise en considération de cet avis médical, une démission éventuelle de votre part résulterait d’une contrainte imposée par votre employeur assimilable selon une jurisprudence constante à un licenciement et condamnable en tant que tel.

        • JEAN PIERRE MARKOWSKI dit :

          Bonjour et merci pour votre réponse.
          Pour compléter actuellement je suis en arrêt avec une date de reprise normalement prévue pour le 16 février prochain, mais je revois mon médecin chaque vendredi pour adapter mon traitement actuel.
          J’ai bien pris note dans votre réponse qu’il fallait que je me rapproche de la médecine du travail.
          Je ne sais pas si ma question va être claire pour vous, à qui s’adresser pour avoir les coordonnées de cette médecine du travail, quand j’ai été recruté je suis passé devant un médecin généraliste agréé, est ce lui?
          Merci encore pour vos informations précieuses.
          Cordialement,
          jpm

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, «  à qui s’adresser pour avoir les coordonnées de cette médecine du travail, quand j’ai été recruté je suis passé devant un médecin généraliste agréé, est ce lui? »
          Comme vous êtes en contrat type Cui-Cae, 3 situations peuvent se présenter lors de votre reprise de travail
          situation 1 Votre arrêt de travail est inférieur à 30 jours
          Vous n’êtes pas tenu de passer une visite médicale au terme de votre arrêt de travail. Ainsi, vous reprenez votre travail dans les conditions habituelles. Votre employeur n’est pas tenu normalement de tenir compte de l’avis de votre médecin traitant pour un amémagement de poste mais des employeurs humains et compréhsensifs, cela existe.
          Situation 2 votre arrêt de travail est inférieur à 30 jours
          votre médecin traitant (ou le médecin qui a prescrit les arrêts de travail) estime que la reprise du travail est de nature à favoriser l’amélioration de votre état de santé. Il s’agit d’une repris de travail pour motif thérapeutique.
          Avant la reprise du travail, votre médecin traitant vous prescrit une reprise à temps partiel pour motif thérapeutique. Vous adressez ensuite cette prescription à la CPAM (volets 1 et 2) et à votre employeur (volet 3).
          L’employeur donne son accord de principe, sous réserve de l’avis favorable du médecin du travail et dans le respect des préconisations émises. Vous devez vous accorder avec votre employeur sur la répartition des heures de travail et la rémunération versée.
          Le médecin conseil de la CPAM donne un avis favorable ou non au paiement d’indemnités journalières (IJ).

          Situation 3: votre arrêt de travail est supérieur à 30 jours
          Vous devez passer une visite de reprise du travail auprès de la médecine du travail. Elle doit avoir lieu, à l’initiative de votre employeur, au plus tard dans les 8 jours qui suivent votre reprise du travail.
          La visite de reprise du travail a pour objet :
          -de vérifier si votre poste de travail (ou, si c’est le cas, le poste de reclassement auquel vous êtes affecté) est compatible avec votre état de santé,
          -d’examiner les propositions d’aménagement, d’adaptation du poste ou de reclassement faites par votre employeur à la suite des préconisations émises par le médecin du travail (voir coordonnées dans annuaire téléphonique local)
          -de préconiser l’aménagement, l’adaptation de votre poste ou votre reclassement,
          d’émettre, si nécessaire, un avis d’inaptitude.
          La visite de reprise du travail est obligatoire. Elle se déroule pendant les heures de travail. Votre absence est rémunérée dans les conditions habituelles. Si la visite de reprise du travail ne peut pas avoir lieu pendant les heures de travail le temps nécessaire aux examens médicaux est alors rémunéré comme du temps de travail effectif.

          A noter que le médecin généraliste agréé consulté lors de votre recrutement n’est pas le médecin du travail.

        • jeanpierre.markowski dit :

          Merci pour votre rapidité à répondre. J’ai déjà eu un arrêt de travail supérieur à 30 jours mais je n’ai jamais été convoqué à la médecine du travail .J’ai demandé au lycée de rattachement dont je dépends mais pas de réponse au sujet de la médecine du travail à qui je dois m adresser.Bien cordialement. 

          Envoyé depuis mon smartphone Samsung Galaxy.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation sur médecine de travail.
          Vous pouvez sur votre initiative prendre RV avec la médecine deu travail avant votre reprise du travail. Votre employeur ne peut s’y opposer.

        • jeanpierre.markowski dit :

          Bonjour Je voulais vous demander si on a le droit dans la continuité d’un arrêt maladie d être arrêté pendant les vacances scolaires. Cordialement 

          Envoyé depuis mon smartphone Samsung Galaxy.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « savoir si on a le droit dans la continuité d’un arrêt maladie d être arrêté pendant les vacances scolaires »
          Oui.

        • JEAN PIERRE MARKOWSKI dit :

          Bonjour,
          je suis désolé de venir vous embêter avec mes questions.
          Que puis je faire si mon lycée de rattachement ne veut pas me communiquer
          les coordonnées de la médecine du travail?
          Je me suis rapproché du pôle santé de mon domicile mais mon employeur et le collège où je travaille n’ont aucune convention signée.
          Merci d’avance pour votre réponse.
          Bien cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Que puis je faire si mon lycée de rattachement ne veut pas me communiquer les coordonnées de la médecine du travail? »
          consultez par vous même les pages jaunes pour obtenir les coordonnées de la médecine du travail.

        • JEAN PIERRE MARKOWSKI dit :

          Bonjour,
          j’ai eu confirmation par mon employeur me disant qu’ils n’avaient pas d’affiliation avec la médecine du travail mais simplement avec des généralistes agréés pour les visites d’embauche.
          Désormais je ne sais pas à qui demander une visite de reprise.
          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Nous avons l’impression que certaines de nos réponses vous ont échappé. Nous les réitérons en copier-coller

          En réponse à votre interrogation sur médecine de travail.
          1-Vous pouvez sur votre initiative prendre RV avec la médecine du travail avant votre reprise du travail. Votre employeur ne peut s’y opposer.
          2- Pour trouver l’adresse de la médecine du travail de votre département, consulter les pages jaunes
          3- la visite de reprise suite à votre congé maladie est à effectuer sur votre initiative auprès de la médecine du travail et non auprès d’un médecin agréé pour les visites d’embauche (sic) par votre employeur.

  131. snoopette dit :

    bonjour,
    savez-vous quand le ministère a prévu de voter le budget. Mon contrat s’est terminé le 31 janvier 2048 et depuis je suis à la maison, je me suis réinscrite chez mon ami Paul!!!! (Pôle emploi), mon retour dépendrait de ce vote, avez-vous des infos. je suis enfin plutôt , j’étais AVSCo dans le 73. Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savez-vous quand le ministère a prévu de voter le budget. « 
      Le budget MEN 2018 est voté depuis le 21 décembre 2017 et sa mise en application trouve ses effets usuels à compter de Mars 2018. Il semblerait simplement que les DSDEN (via services IA ASH) étant confrontés à de très grandes difficultés dans la gestion des AESH (tout contrat confondu) ont alerté pour une application budgétaire 2018 plus rapide au MEN, sauf que ce dernier n’a toujours pas compris les urgences…..

      • snoopette dit :

        Merci bcp pour votre réponse, j’espère donc pouvoir reprendre début mars, si tout se passe bien.

  132. Qz dit :

    Région Toulousaine
    Bonjour,
    Je travaille actuellement en Service Civique dans un établissement scolaire du 2nd degrés le rôle de ma mission est « aide documentaliste » principalement.
    J’aimerais continuer ma mission en tant qu’AED l’an prochain cependant cela suppose que l’établissement me donne un poste d’AED et donc il y en aura un en moins. Leur est il possible de faire une demande de plus d’AED ? Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Leur est il possible de faire une demande de plus d’AED ? »
      ce n’est pas tout à fait comme cela fonctionne. A chaque rentrée scolaire, les EPLE (lycée et collèges) connaissent leur dotation en poste AED fixée par le rectorat pour l’année en cours. Ainsi, si le chef d’établissement scolaire EPLE vous attribue sur votre demande un poste AED, c’est qu’il n’était pas occupé ou ne l’est plus. il ne peut donc que vous attribuer un poste AED déjà inscrit dans le budget de l’établissement et ne peut, parce que vous attribuant ce poste AED, exiger la création d’un poste AED supplémentaire auprès du rectorat.

  133. Ruffier dit :

    Bonjour,
    Je suis vas en cui depuis 2ans dans la Loiret (45) mon contrat prend fin le 28/02/2018. Contrat de 20h semaine sur la fiche de paye mais 24h effectives.
    Sur le contrat la modulation n’est pas cochée.

    J’ai eu un entretien pour continuer en cdd aesh un vendredi, on me rappelle le lundi pour me confirmer mon embauche. Le vendredi de la même semaine nouvel appel ou l’on m’annonce que l’on ne peux plus d’embaucher faire de budget. On m’informe que je suis prioritaire si les budgets sont débloqués.
    3 semaines passent et l’on me rappelle de nouveau pour m’informe que je peux être finalement embauchée et que mon contrat sera de mars 2018 au 14 juillet ou bien au 31aout 2018. Sans être assurée bien sure d’être renouvelé en septembre. On me dit que si mon contrat s’arrête en juillet je n’ai qu’à retourner au chomage en attendant septembre car ils ne veulent pas me payer à je cite « ne rien faire et m’offrir en paye en vacances » (propos de la coordonatrice avs).
    Depuis ces « mésaventures » et après être allée à la pêche aux renseignements J’ai quelques questions.

    Je ne souhaite plus continuer dans cette voie et passer en cdd aesh, ai-je le droit de refuser se contrat et puis-je retourner au chomage et toucher celui-ci ?

    Ils ont réussi à me dégoûter aux vues de leur façon de traiter les gens comme des pions.

    Mon contrat en cui était-il légal au niveau des horaires de travail ?

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « je ne souhaite plus continuer dans cette voie et passer en cdd aesh, ai-je le droit de refuser se contrat et puis-je retourner au chomage et toucher celui-ci ? »
      Oui. Vous êtes en Contrat Cui-Cae (droit privé). Le contrat CDD AESH relevant du droit public, il n’est pas évoqué dans ce cas là de renouvellement de contrat Cui-CAE mais de sa transformation en CDD AESH. Au terme définitif de votre contrat Cui-CAE,votre employeur actuel ne peut que constater la fin de contrat, ce qui vous ouvre après votre inscription à pôle emploi, la voie à une indemnisation en Are des Assedics. D’autre part,Pôle emploi (si elle a vent de votre refus du CDD AESH) sera plus enclin à admettre la validité de votre refus d’acceptation de la proposition de CDD AESH car établi pour 4 mois et demi avec une hypothétique reprise 2 mois après.
      Nous partageons votre avis;: cette façon de procéder à une embauche sous CDD AESH en précisant que ls ne veulent pas me payer (je cite) « ne rien faire et m’offrir en paye en vacances »relève tout simplement du mépris à votre égard et à vos collègues AVS et AESH dans leur ensemble.

      S’agissant vos horaires de travail, il est nécessaire de vérifier la convention préalable au contrat de travail (et non ce dernier) pour vérifier si la case modulation temps de travail é été cochée. Si cela n’est pas le cas, vous êtes fondé à engager une procédure en référé auprès du conseil des prudhommes prudhommal à l’encontre de votre employeur pour application illégale de la modulation temps de travail et en exiger réparation financière pour préjudice subi. Contacter une organisation syndicale pour étudier cette possibilité de saisine prudhommale.

      • Ruffier dit :

        Un grand merci pour votre réponse. Je vais donc finir mon contrat et donner à pôle emploi les documents de fin de contrat afin de me réinscrire dès qu’ils seront en ma possession. D’ailleurs quels documents me faut-il imperativement ? Avec ma date de fin de contrat pdt les vacances j’ai peur de devoir attendre la rentrée des vacances d’hiver. Je vais également me rapprocher d’un syndicat rapidement. J’aimais très sincèrement ce métier mais je ne conçois pas que l’on traite ainsi les gens. Je vais donc me battre si nécessaire, peut être que cela ne changera pas grand chose, mais j’ose espérer que cela les fera réfléchir quand aux contrats qu’ils proposent pour les prochaines personnes engagées en cui.

  134. VRI dit :

    Région Bretagne.

    Bonjour,
    Quelle est là de distance maximum entre le/ les établissements ?
    Je viens d’apprendre que j’avais une nouvelle affectation en plus de mon établissement d’origine j’en vais donc effectuer 60km aller/retour. Au vu du prix du carburant me voilà un peu embêtée de faire 60km 4jours/semaine pour 700€.
    Le rectorat m’a répondu que je n’étais pas là seule à faire de la route et que certaine avs faisaient bien plus!
    Est ce vraiment légal?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quelle est là de distance maximum entre le/ les établissements ? » et suivante « Est ce vraiment légal? »
      Une nouvelle affectation en plus de votre affectation actuelle dans le cadre de votre contrat en cours implique obligatoirement que votre employeur établisse un avenant au contrat impliquant votre acceptation non dénuée d’équivoque, après signature de votre part. Autrement dit, vous avez un droit de refus pur cette nouvelle affectation en plus de la nouvelle affectation. En cas de refus de votre part, l’employeur ne pouvant vous l’imposer, se doit soit renoncer à sa proposition, soit engager une procédure de licenciement à votre encontre.
      Pour un CDD AESH à temps incomplet (autour de 60%), un déplacement domicile travail en Bretagne sur 1 établissement scolaire au delà de 20km est manifestement préjudiciable pour l’agent sur le plan privé, familiale car astreints à des frais de déplacement hors proportion avec sa rémunération. Quant à la réponse formulée par votre interlocuteur du rectorat, elle relève de la pure mauvaise foi et irrespect à votre intelligence.
      notre conseil: opposez un refus à cette nouvelle affectation en plus de votre actuelle affectation. Maintenez qu’en cas d’insistance de votre interlocuteur à vous imposer cette nouvelle affectation malgré votre refus, cela serait assimilable à un harcèlement moral.
      Il serait pertinent de contacter une organisation syndicale pour un soutien éventuel et faire « bouh » à l’employeur qui aurait la mauvaise intelligence d’envisager une procédure de licenciement votre encontre sur seul motif que vous avez refusé une nouvelle affectation en plus de celle existante transformant ainsi votre maigre rémunération mensuelle en frais de déplacement à devoir.

  135. Charlotte dit :

    Bonjour,
    Je m’occupe de plusieurs élève. Un des élève a plus sa notification. Je dois change d’école dès demain pour remplacer les heures perdus. Est-ce qu’il y a un délai à respecter quand on fait changer un avs d’école ?
    Est-ce que pendant le temps de récréation, si rien n’est notifié pour l’élève, on est obligé d’aller en récréation ou c’est notre pause ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce qu’il y a un délai à respecter quand on fait changer un avs d’école ? »
      Mieux que cela. Les changements d’affectation du jour au lendemain sont illégaux
      En cas de transformation du besoin ou de l’emploi qui a justifié votre contrat actuel, l’administration peut certes proposer la modification d’un élément substantiel du contrat de travail tel que la quotité de temps de travail de l’agent, ou un changement de son lieu de travail. Lorsqu’une telle modification est envisagée, la proposition doit vous êtes adressée à l’agent par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge.
      Cette lettre doit vous informer que vous disposez d’un mois à compter de sa réception pour faire connaître, le cas échéant, votre acceptation.A défaut de réponse dans le délai d’un mois, vous est réputée avoir refusé la modification proposée. »
      Article 45-4 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat

      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que pendant le temps de récréation, si rien n’est notifié pour l’élève, on est obligé d’aller en récréation ou c’est notre pause ? »
      Le temps de récréation constitue un temps d’activité scolaire hors classe se déroulant sous surveillance de l’enseignant désigné à cet effet. En tant qu’AESH, vous n’êtes nullement tenu d’accompagner l’élève sur ce temps de récréation et d’en assurer sa surveillance. Toutefois, il peut vous être demandé d’être à disposition, en vigilance, sur ce temps de récréation. Ce dernier n’a pas à être considéré comme un temps de pause (et par les AESH et par vos collègues enseignants).

  136. Nanta dit :

    Bonjour,
    Je suis actuellement dans ma deuxième année de contrat AESH en CDD et j’aimerais passer le concours CRPE.
    Cela sera t’il possible au bout de quelques années de contrat AESH ?
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Cela sera t’il possible au bout de quelques années de contrat AESH ? »
      Six concours du CRPE peuvent être organisés, pour des profils différents, chaque année.
      Au su des informations que vous nous fournissez, le second CRPE interne qui concerne des personnes qui ont déjà travaillé dans la fonction publique (dont les AESH), justifiant de trois ans d’expérience dans un service public et détenant une licence (ou équivalent) pourrait vous convenir. Pour en savoir plus, cliquer ICI.

      • Sandrine Nothxxxxxxxx dit :

        Bonjour, je suis avs aesh en CDD dans le 13 depuis janvier 2018, avant ça j’ai été avs en cui pendant deux ans. Je souhaiterai passer le concours d’adjoint administratif et je sais qu’on peut le passer en interne ou en réservé. En tant qu’AESH, notre contrat si je me trompe pas relève du droit public, de ce fait peut-on passer ce concours en interne et au bout de combien de temps et qu’en est-il pour les concours réservés ? Doit-on attendre d’être en CDI ou peut-on y prétendre en CDD ? Je cherche des textes, des lois concernant ce sujet, mais je ne trouve rien. Merci par avance pour votre réponse. Sandrine

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation concours adjoint administratif, « peut-on passer ce concoursen interne et au bout de combien de temps et qu’en est-il pour les concours réservés ? Doit-on attendre d’être en CDI ou peut-on y prétendre en CDD ? »

          possibilité 1
          recrutement sans concours 2018 d’adjoints administratifs de l’Éducation nationale (ouverture pour 2018, cliquer ICI pour en prendre connaissance)

          Possibilité 2
          recrutement par voie de concours interne d’adjoint administratif principal de deuxième classe
          Le concours est bien ouvert aux agents non titulaires de la fonction publique d’État qui sont en position d’activité, de détachement ou de congé parental. Cette condition s’apprécie à la date de l’épreuve écrite d’admissibilité du concours.
          Ces candidats doivent justifier d’au moins une année de services publics effectifs au 1er janvier de l’année au titre de laquelle le concours est organisé.
          Pour en savoir plus, cliquer ICI.

        • Sandrine dit :

          Merci beaucoup pour votre réponse. Et merci pour tous les renseignements que vous donnez aux multiples questions qui vous sont posées. Car dans ce métier pas vraiment facile, et pas assez considéré, au salaire minime, vos réponses et les commentaires que vous laissent mes collègues m’aident beaucoup. Bonne continuation

  137. Gribouille dit :

    Hello,
    Etes-vous au courant de la grève des précaires de l’éducation nationale prévue le 5 avril ? La soutenez-vous ?
    Gribouille 75

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Etes-vous au courant de la grève des précaires de l’éducation nationale prévue le 5 avril ? » et suivante  » La soutenez-vous ? »
      Nous sommes au courant de de la grève des précaires de l’éducation nationale prévue le 5 avril. Il n’apparaît pas que les organisateurs officiels de cette grève aient sollicité officiellement le soutien de l’association UNEAVS donc nous laissons le soin aux collègues AESH d’apprécier par eux-mêmes l’opportunité et la pertinence de suivre cette grève du 5 avril.

      • Gribouille dit :

        Stupéfaite, déçue, et encore ce sont des euphémismes, de votre réponse. Pour une querelle d’égo (on ne vous a pas sollicités officiellement !!!), une bataille de chapelle, vous ne soutenez pas cette grève ! Vous ne nous avez même pas informés !!! Finalement, ce n’est pas nos intérêts qui sont au centre de votre action ! Bref, un grand classique politique vu et revu. A votre façon, vous agissez comme ceux qui nous exploitent.
        Merci de ne pas me censurer.

        • briand0493 dit :

          Bonjour Gribouille,
          En réponse à ton commentaire en respect de paroles librement exprimées
          Nulle question d’égo de tels ou tels membres de l’équipe du site. L’UNEAVS étant une association avec des membres et des partenaires syndicaux, associatifs, autres, suite à ton message précédent que nous avons transmis en respect des règles de fonctionnement, nous avons été prévenu de l’inexistence d’une demande de soutien parvenant des organisateurs (origine et à quel titre) de l’action (date et objet) que tu cites.

  138. Bri dit :

    Bonjour je viens de passer en cdi aesh. Mon contrat est établi sur 52 semaines ( pour 1125 heures). Est ce normal?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Mon contrat est établi sur 52 semaines ( pour 1125 heures). Est ce normal? »
      Non mais nous savons que cette indication absurde résulte d’un bug informatique (impossible à rectifier) d’un logiciel gestion AESH très coûteux, fourni par le MEN aux services académiques. Ce logiciel était censé avoir été conçu par une société privé informatique, payé à très grand frais, pour faciliter la gestion des contrats AESH. C’est une réussite dans le monde ubuesque de l’administration.
      Il vous faut traduire 39 semaines au lieu de 52 semaines.

  139. Marine dit :

    Bonjour.
    Je suis AVS en CUI et je passe AESH en mars.
    Plusieurs de mes collègues sont passées AESH récemment. On leur avait proposé un contrat de 20h mais elles ont demandé un 24h ce qui leur a pour la plupart était acceptés.
    Mais quand moi j’ai demandé on me la refusé, j’ai voulu savoir pourquoi, mais on ma dit : c’est trop compliqué à expliqué je peux pas vous en parler  » alors que j’estime que ça me concerne et que j’ai le droit de savoir. Pourtant je n’ai pour le moment qu’une affectation de 10h par semaine donc je ne vois pas ce qui bloque.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur les propositions en cours de contrat AESH
      Vous êtes pour l’instant en contrat CUI-CAE et, quelque soit le nombre d’heures d’affectation auprès d’un élève, vous restez rémunéré mensuellement sur la base de 20h/hebdomadaire.
      Quand une proposition de CDD AESH vous parviendra, pour disposer la rémunération équivalente à votre Cui-CAE, il vous faudra disposer d’un CDD stipulant que vous soyez rémunéré sur la base de 24H hebdomadaire, réparti sur 39 semaines.
      Nous voulons bien à l’admettre. Ce qui est difficile à comprendre reste qu’un contrat CUI-CAE et un CDD AESH n’étant pas établis de la même façon par un employeur, il faut être attentif à ce qui est proposé dans le cadre d’un CDD AESH pour pouvoir disposer de l’équivalent du CUI-CAE. (pour en savoir plus, cliquer ICI)

  140. Alexia dit :

    Bonjour,
    Je suis titulaire du diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale. Or, depuis 2016, celui-ci a été remplacé par le diplôme d’Etat d’accompagnant éducatif et social. Puis-je néanmoins être recrutée en tant qu’AESH? Ou est-il obligatoire d’avoir le nouveau diplôme?
    Merci d’avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Puis-je néanmoins être recrutée en tant qu’AESH? » et suivante  » Ou est-il obligatoire d’avoir le nouveau diplôme? »
      Vous pouvez l’envisager sérieusement. 4 raisons à cela:
      – Du fait que vous possédez le DE AVS, vous êtes titulaire automatiquement du DE AES Spécialité Accompagnement de la vie à domicile. C’est la possession du DE AES et non sa spécialité qui constitue la condition nécessaire d’accès à un emploi AESH.
      – Les académies sont confrontées à un problème sérieux de recrutement en personnel disposant de compétences et savoirs faire en matière d’accompagnement de personnes handicapées.
      – Malgré les propositions d’emploi AESH formulées par des services académiques, les candidats, (même disposant d’un DE AES, d’expériences professionnelles confirmées en accompagnement d’élèves en situation de handicap) ne se bousculent pas au portillon.
      – Les démission d’agents de leur emploi AESH sont légions désormais, du fait de conditions de travail intenables et de rémunérations (moyenne autour de 600 euros/net. Ce qui vous laisse la place pôur postuler.

  141. Mme dup dit :

    Bonjour.
    Voilà je viens de commencer à un poste de ses dans le 91. Mais voilà, personne n’a pu me dire quel serait exactement mon salaire….??!!
    Pourriez vous m’aider svp.. c un cdd de 6 mois 20h30 par semaine. Et j’ai le droit au supplément familial avec 3 enfants…
    Ça me fera un salaire de combien ?
    Merci d’avance pour votre réponse..

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Ça me fera un salaire de combien ?
      Pour pouvoir vous renseigner, il nous faudrait disposer de votre quotité temps de travail attribué sur l’ensemble de la durée du contrat ou le pourcentage + nombre de semaines de travail retenu. Cette information figure obligatoirement dans votre contrat de travail.

  142. Fimus dit :

    Bonjour,

    Académie de Poitiers

    Je viens de débuter dans un nouveau lycée mais deux trois petites choses dans l’organisation et ce que l’on nous demande me posent question (cela est confirmé par mes collègues qui travaillent dans cet établissement depuis un moment). Je précise que mon contrat s’élève à 1205h annuelles réparties sur 40 semaines et que je travaille en internat + externat. Je débute la semaine le mercredi à 11h30 pour terminer le vendredi à 17h30 – journées et nuits incluses (les nuits commençant à 22h pour se terminer le matin à… nous ne savons pas trop. Nous savons juste qu’un créneau de nuit commence à 18h30 et compte pour 8h) – avec 2h15 de pause le jeudi de 14h à 16h15 et 2h45 le vendredi de 8h45 à 11h30 soit, selon les CPE, 37h par semaine (j’ai le statut d’étudiant alors que mes collègues qui ne l’ont pas doivent faire 42h par semaine).

    – Concernant les heures hebdomadaires, le calcul des CPE est-il exact ?
    – Tout d’abord concernant la journée de solidarité, les CPE nous disent qu’il faudra travailler cette journée. Elles nous demandent donc de tous venir un samedi pour la journée portes ouvertes de notre établissement (le samedi 3 mars). Est-ce normal sachant que j’ai lu sur plusieurs pages de syndicats que les 7h de la journée de solidarité étaient comprises dans notre quota d’heures annuelles et que nous n’avions par conséquent pas à travailler davantage). Si ce n’est pas normal, quels sont les textes de référence ?
    – Sur nos heures de repas, aucun créneau officiel n’est prévu. Comme nous devons assurer la surveillance des élèves, l’administration refuse de nous accorder un temps de pause officiel pour manger. Nous nous organisons entre AED pour qu’une moitié d’entre nous puisse manger le midi et le soir mais tout ceci est officieux. Sachant que l’administration refuse également de nous fournir une salle avec un frigo, un micro-onde et un point d’eau pour nous restaurer ni que nous amenions nos propres repas et nous oblige par conséquent à payer les repas au self. Quant aux collègues qui ne veulent pas manger au self, et vu qu’il nous est impossible de ramener notre nourriture, ils doivent travailler sans temps de pause. Est-ce normal ?
    – Concernant les jours fériés du mois de mai (en particulier les 8 et 10 mai), l’administration veut fermer l’internat (faute d’élèves) mais souhaite quand même que nous faisions acte de présence la journée. Pourquoi faire, nous ne savons pas sachant qu’il n’y aura aucun élève dans l’établissement. Ont-ils le droit de nous demander cela ? (sachant que j’ai 3h de train pour venir, j’aimerai éviter de faire l’aller-retour 3 fois dans la semaine si ceci n’est pas légal)

    Un grand merci d’avance pour votre réponse !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Après lecture de votre commentaire, nous nous sommes longuement penchés sur votre interrogation sur le calcul de la CPE pour la constitution de votre planning horaire, puis …sur vos interrogations sur les exigences de votre employeur lycée (journée de solidarité, jour fériés)

      Notre constat demeure que votre planning horaire cumule un tel nombre invraisemblable d’illégalités que les exigences formulées par votre employeur EPLE sur votre participation à la journée de solidarité, les temps de repas sans pause accordée, actes de présence jour férié en deviennent totalement déplacées.

      Aussi, nous vous invitons tout d’abord de toute urgence à prendre contact avec une organisation syndicale pour un examen de votre situation de visu de votre contrat de travail, planning horaire fixé. Avec l’aide et le soutien de l’organisation syndicale, une démarche en rétablissement de vos situation de travail conforme à vos droits existants est plus que nécessaire et doit être mené tambour battant

  143. tutin dit :

    TUTI 03
    Bonjour,
    AESH en cui de 11 mois, je souhaite faire un abandon de poste dès lundi. Que se passera-t-il ?
    Serais-je licenciée pour absence injustifiée, ou recevrai-je des fiches de paie avec 0 euros et au terme de mon contrat aucun papier pour percevoir l’Are ?
    Est-ce que je risque des poursuites par l’employeur autre que le licenciement ?
    Je ne peux être en arrêt car j’ai un second emploi, après l’école.
    Merci pour vos réponses et bravo à votre site.
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur abandon de poste, « Que se passera-t-il ? » et suivante « Serais-je licenciée pour absence injustifiée, ou recevrai-je des fiches de paie avec 0 euros et au terme de mon contrat aucun papier pour percevoir l’Are ? «  et suivante « Est-ce que je risque des poursuites par l’employeur autre que le licenciement ? »
      Nous vous invitons à consulter la page consacrée à « L’abandon de poste : Les réponses d’une avocat  » en cliquant ICI.

      • julien lXXXXX dit :

        Bonjour, je suis AESH dans le 59
        Je suis dans une école, ou il y a une vingtaine d’avs. On nous demande pour des raisons de sécurité (plan vigipirate, ceveso…) de signer à la loge en entrant à 8h puis à midi quand nous avons terminé notre matinée puis quand on revient à 13h et enfin en fin d’après midi quand nous avons fini notre journée.
        Nous voudrions savoir si c’est normal et légal.
        Cordialement et merci pour ce site

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, sur pointage systématique au travail, « savoir si c’est normal et légal. »
          Absolument pas. C’est totalement illégal. S’ il appartient bien au chef d’établissement de s’assurer par lui même de votre présence au sein de l’établissement scolaire dans le cadre de vos obligations de service, en aucun cas, il n’a à exiger votre signature d’ une feuille de présence, quelque soit le motif invoqué (dont relevant de la parano: plan vigipirate, plan ceveso -sic…).
          Rappel: Votre directeur d’école n’est pas votre supérieur hiérarchique.. Ce dernier demeure votre employeur, celui indiqué dans votre contrat de travail. La décision de pointage de vos entrées et sorties dans l’ établissement par le directeur n’ayant aucun caractère réglementaire et plutôt caractère d’intolérable abus de pouvoir, de mépris professionnel à l’égard de vos fonctions AESH. Vous n’êtes absolument pas tenu de suivre cette décision et nous vous l’invitons à le faire individuellement et collectivement, tout en prévenant une organisation syndicale en appui de votre démarche.

  144. Legras dit :

    Bonjour je vous remercie de votre réponse j’ai reçu mon contrat aujourd’hui il y a marqué que c’est 36 semaines pour 20h semaine 49 % c’est un salaire de 572 plus Complément familiale et comme j’ai du trajet indemnités kilométriques. Ma quedtion c’est pourquoi je vois partout que c’est illégal 36 semaines.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « c’est pourquoi je vois partout que c’est illégal 36 semaines.? »
      la réponse se trouve dans les textes ci-après:
      Rappel
      Le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants d’élèves en situation de handicap pose un principe très général d’organisation du temps de travail dans son article 7: «
      « Le travail des accompagnants des élèves en situation de handicap se répartit, dans le respect de la durée annuelle de référence prévue à l’article premier du décret du 25 août 2000 susvisé, sur une période d’une durée de 39 à 45 semaines. »

      La circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH précise.
      « (…) La durée annuelle de travail des AESH est fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. Comme les AED-AVS, les AESH accomplissent leur service sur la base d’un nombre de semaines compris entre 39 et 45 par an. Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet.

      Sauf à être illettré, myope,aveugle, dyslexique, malhonnête, de mauvaise foi, truand, on ne peut pas être plus clair. C’est bien 39 semaines à minima et non 36.

  145. Alexia Bxxxxx dit :

    Bonjour
    Je suis aesh cdd depuis cette année dans,le 76. Je suis tombé enceintes dès le début de mon contrat
    Ayant eu un début de grossesse difficile, j’ai eu beaucoup d’arrêt
    Je viens de recevoir par email une convocation par l’inspection académique avec objet « votre situation professionnel »
    J’aimerai savoir a quoi m’attendre..
    Peuvent ils me sanctionné ?

    Merci par avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « savoir a quoi m’attendre.?  » et suivante « Peuvent ils me sanctionné ?
      Votre convocation avec son objet étant très peu explicite, il est effectivement difficile de savoir de ce qu’il en retourne. Toutefois, nous vous conseillons vivement de ne pas aller seul à cette convocation. Vous avez droit d’être accompagner par une personne de votre choix pour cet entretien afin que ce dernier ne se transforma pas en un entretien préalable à un licenciement. (en savoir plus, cliquer ICI)
      Il nous apparaît pertinent et judicieux de prendre contact rapidement avec une organisation syndicale qui vous apporterait une aide, conseil et accompagnement indispensable pour cet entretien professionnel.

  146. brouard dit :

    Néréa 22, Bonjour et merci pour vos nombreuses réponses éclairantes. Une question : sauriez-vous quels aménagements sont envisageables pour les étudiants, donc en post-bac, en situation de handicap ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « sauriez-vous quels aménagements sont envisageables pour les étudiants, donc en post-bac, en situation de handicap ? »
      Pour les étudiants en situation de handicap poursuivant leur cursus post-bac au sein d’un lycée (prépa, BTS), les aménagements demeurent similaires qu’en cursus scolaire (collège-lycée).
      Pour les étudiants en situation de handicap poursuivant leur cursus post-bac au sein d’une université, nous vous invitons à consulter ICI le Guide de l’accompagnement de l’étudiant handicapé à l’université. il date un peu (2012) mais reste toujours fiable.
      Pour les étudiants en situation de handicap poursuivant leur cursus post-bac au sein d’établissement supérieure privée, autre, la mise en place d’aménagement demeure propre à l’établissement, plus ou moins calquée sur ce qui est mis en place au sein d’une université.

  147. Gribouille dit :

    Re,
    Quel est le nombre de jours de carence pour un arrête maladie. SVP ? Je crois que je suis en train de « craquer »… Qui peut supporter sur le long terme d’être un pion finalement ?

    Quand je pense à notre statut, à tout ceux qui ferment les yeux aux seins de l’éducation nationale et des DSDEN, IA, sur notre misère, je suis profondément écoeurée. Tout ceux qui ne sont pas comme nous des précaires, qui ne risquent pas de se faire virer mais qui ferment leur g… et les yeux sur notre misère pour ne pas risquer leur carrière.

    Et puis vous avez vu ? Le thème des Cahiers pédagogique : la bienveillance ! L’éducation nationale est le plus grand pourvoyeur de précarité. La bienveillance, elle doit être avant tout économique et politique. Elle commence dans le porte-monnaie en offrant un salaire décent et un statut qui ne soit pas indigne.

    Sinon, excellent votre article sur les justificatifs d’absence, très drôle (je n’ai pourtant pas le coeur à rire) votre modèle d’autorisation d’absence.
    Bon dimanche à tous.

    • brouard dit :

      Bonjour Gribouille, il me semble que c’est une journée (quelqu’un confirme ?)… Bon courage

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        Nous confirmons
        Le 1er janvier 2018, le gouvernement a mis en place un jour de carence pour les trois fonctions publiques : Etat, territoriale et hospitalière. Concrètement, le premier jour de l’arrêt maladie d’un agent AESH n’est désormais plus rémunéré.

    • Roux dit :

      Bonjour Gribouille… si je ne me trompe pas, le nombre de jours de carence est de 3 !

      Je suis navrée de te trouver au bout du rouleau. N’hésite pas, oui, à te faire arrêter pour recharger les batteries. Notre métier n’est pas facile et il l’est d’autant plus qu’autour l’institution n’est pas forcément clémente, juste et parfois compétente.

      Tu as des projets de reconversion il me semble ? Dans quel domaine si tu peux / veux en parler ? Accroche-toi à ça ! Je sens en toi une personne pleine de ressource et d’énergie. Courage.

      Une pensée de l’une des tes collègues de galère.

      Ah oui… pour les modérateurs, j’ai adoré le modèle d’autorisation d’absence . Je n’oserai jamais m’en servir ^^

  148. Legras dit :

    Bonjour, je suis actuellement evs d j’ai eu un entretien avec une personne de l’academie pour devenir aesh et aesh co.
    Il me propose un 20h / semaine sur 36 semaines. Ce qui me ferait un salaire de 572 e net par mois. Plus un complet familial mais je ne sais de combien j’ai deux enfants mon mari ne touche pas de complément sur son salaire.
    Avec tout ce qui est dit sur internet je suis perdue. (Illégalité etc)

    Pourriez vous m’eclairer sur ce point ?

    Merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur complément familiale, « Pourriez vous m’eclairer sur ce point ? »
      Selon vos indications fournies, votre CDD AESH correspondra en réalité à
      soit à un 44,8% d’un temps complet (36 semaines retenues – rémunération mensuelle nette de base: 462,50 euros + complément familial: 28,50 euros net)
      soit à un 48,5 % d’un temps complet (39 semaines retenues – rémunération mensuelle nette de base :550 euros + complément familial : 30,88 euros net)
      Pour en savoir plus, cliquer ICI.

  149. Gribouille dit :

    Question salariale pour une collègue AESH.

    Elle est en CDI depuis deux ans et son point d’indice n’a jamais évolué depuis des années. Je croyais que lorsqu’on passait en CDI, on passait à l’indice supérieur.
    D’autre part son indice (comme le mien d’ailleurs) est 317 majoré. Nous n’avons aucune idée de ce que cela veut dire. Où trouver un grille de référencement
    Et bien sûr : à qui s’adresser pour que l’indice soit réajusté ?

    Merci d’avance de votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation sur indice majoré, « Où trouver un grille de référencement ? » et suivante « à qui s’adresser pour que l’indice soit réajusté ? »
      Le montant de la rémunération d’un AESH est fixé selon un échelon d’une grille indiciaire qui lui a été accordé (minimum échelon 0). À chaque échelon est associé un indice brut qui détermine sa place sur l’échelle indiciaire. À chaque indice brut correspond un indice majoré qui permet le calcul de sa rémunération.
      Pour les agents en CDD AESH, il est constant que l’administration les maintient à l’échelon 0 (indice brut 307, Indice majoré 317) correspondant à une rémunération équivalent au SMIC. Le passage en CDI devant se traduire par le classement à l’indice supérieur à celui qui était détenu au titre du CDD précédent, votre collègue AESH en CDI est d’évidence lésé en droit.
      Il serait nécessaire de prendre contact avec une organisation syndicale pour une démarche, avec leur soutien, de rétablissement de droits.
      Pour en savoir plus sur grille indiciaire AESH, cliquer ICI.

      • mo dit :

        Bonjour,
        Je confirme. Je devrais passer d’échelon étant en cdi depuis 3 ans.J’ai appelé le rectorat service gestionnaire qui m’a répondu qu’en réalité ce n’est pas effectif, EST ce juridiquement légal?
        De plus les aesh du pas de calais ne touchent pas les indemnités de résidence contrairement à ceux du Nord. Reponse./ Parceque vous êtes du pas de Calais….
        -Ah et? ce n’st pas écrit dans le décret
        et ben on considere que tous les Aesh du pas de calais font leur service sur Arras et non pas sur leur vrae residence adminstrative (et comme ça on ne vous paye pas. Dommage je travaille dans une zone qui doit en beneficier
        Y A T-il un recours juridique, est-ce légal?
        Merci

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à l’interrogation,  » EST ce juridiquement légal? »
          Non. La circulaire n°2014-083 du 08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH indique :
          « L’arrêté relatif à la rémunération des AESH détermine l’espace indiciaire à l’intérieur duquel est fixée la rémunération de l’AESH.
          Lors de son premier recrutement en CDD, l’AESH est rémunéré à l’indice plancher, soit l’indice brut 299, majoré 311, correspondant à l’indice actuel de rémunération des AED-AVS.
          Le passage en CDI doit se traduire par le classement à l’indice supérieur à celui qui était détenu au titre du CDD précédent.(…) »

          Depuis 2014, l’indice majoré minimale ayant évolué (cause: augmentation du smic), l’indice majoré minimale auquel peut prétendre un agent en CDD AESH est de 317 (échelon 0) et pour un agent en CDI AESH est 320 (échelon 1) lors de son passage du CDD au CDI.
          Nous vous invitons à prendre contact avec une organisation syndicale pour une aide et un soutien au rétablissement de votre droit à une rémunération conforme.

          En réponse à votre interrogation indemnité de résidence et résidence administrative « Y A T-il un recours juridique, est-ce légal? »
          Il n’existe pas de définition réglementaire de la résidence administrative. Toutefois, on considère qu’il s’agit du lieu d’affectation de l’agent.
          Dans un arrêt du 4 avril 2001 (Delpech et autres), le Conseil d’État a précisé la notion de résidence administrative applicable en matière de mutation.Il a considéré que :
          en l’absence de toute disposition légale définissant la résidence administrative pour l’application de l’article 60 (de la loi du 11 janvier 1984), il appartient au ministre, en sa qualité de chef de service, de déterminer, sous le contrôle du juge, les limites géographiques de la résidence administrative ; si la résidence administrative s’entend en général de la commune où se trouve le service auquel est affecté l’agent, il en va différemment dans le cas où l’activité du service est organisée sur plusieurs communes (…) ; dans cette hypothèse, il appartient au ministre, sous le contrôle du juge, d’indiquer à ses services quelles communes constituent une résidence administrative unique au sens de l’article 60.
          Autrement dit, un ministre de l’éducation nationale détermine lui même les limites géographiques de la résidence administrative incluant les communes où le service IA ASH est amené à y affecter des agents AESH sous sa responsabilité. Si ces limites géographiques actuelles sont uniquement le Pas de Calais (ce qui est probablement le cas), la réponse de votre interlocuteur service gestionnaire rectorat reste habile mais franchement désagréable et créant une discrimination de fait d’accès à l’indemnité de résidence entre agent AESH inclut réglementairement dans les limites géographiques pas de calais et agent AESH non inclus dans ces limites géographiques pas de calais.
          Là, la possibilité de recours juridique restera à notre sens hasardeuse au sens du droit strict. Une intervention syndicale auprès du ministère pour une redéfinition des limites géographiques de la résidence administrative des agents AESH exerçant sur le pas de Calais et le Nord serait plus pertinente.

  150. DENOLLE dit :

    Bonjour et meilleurs vœux !

    Je suis AESH en CDD dans le 76.

    Mes contrats (de un an) se renouvellent tous les ans le 1er septembre.

    Cependant, au vu du peu de reconnaissance de cet emploi, du salaire etc. je m’interroge sur la possibilité de mettre fin au renouvellement du CDD. Si je décide de ne pas accepter le renouvellement du contrat en septembre 2018, vais-je bénéficier des droits aux chômages ?
    Mon projet étant d’être plus disponible pour d’autres opportunités d’emploi.
    Lors du questionnaire que l’on m’a remis pour la préparation de la rentrée 2017-2018, il était indiqué « qu’un refus de proposition de renouvellement de contrat peut-être considéré comme perte volontaire d’emploi et vous exclure du bénéfice de l’assurance chômage » ce document a t-il une valeur juridique ?

    Merci à toute l’équipe de ce site, vous êtes d’une grande aide !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Si je décide de ne pas accepter le renouvellement du contrat en septembre 2018, vais-je bénéficier des droits aux chômages ? »
      Il faut savoir simplement que le refus d’une proposition de renouvellement de CDD AESH est assimilable pour l’administration à une démission.
      Nous vous incitons à consulter la page consacrée à « Fin de contrat –Licenciement-démission » en cliquant ICI pour connaitre les effets d’une démission (ou assimilé comme démission).

      En réponse à votre interrogation sur questionnaire indiquant, « un refus de proposition de renouvellement de contrat peut-être considéré comme perte volontaire d’emploi et vous exclure du bénéfice de l’assurance chômage » ce document a t-il une valeur juridique ? »
      un questionnaire n’a jamais valeur juridique. Il peut en revanche faire état d’information ayant pour source juridique (loi, décret, circulaire, arrêt de jurisprudence). ce qui est le cas présentement.

  151. Gribouille dit :

    Un message pour Roux au sujet du DIF.
    Déjà merci ton message, c’est sympa. Je tenterai la verveine de cette jolie ville de Puy. Je me demande d’ailleurs si la couleur verte de maître Yoda n’est pas due à une intoxication à la verveine.
    Pour le DIF, j’ai eu des infos contradictoires. Première info : le DIF ne s’appliquerait plus mais le CPF. Le CPF ne s’appliquerait pas pour nous car pour l’instant il ne concerne que les salariés de droit privé. Mais cela devrait être réglé d’ici mai 2018.
    Autre info : ouais on aurait encore droit au DIF tant qu’on ne bascule pas sur le CPF
    J’ai contacté la DRH de mon rectorat (suis tombée sur une personne sympa pour une fois). Elle m’a réorientée sur la personne chargée de la formation tout au long de la vie. Qui était en vacances, il faut donc que je rappelle… Je te tiendrai au courant.
    Pour ce qui est de l’interdiction de s’absenter sur nos temps scolaire… Je me pose des questions. Car la formation est un droit pour tous les salariés. Mais je manque de connaissances juridiques précises.
    J’en reviens au DIF-CPF, il faut que tu t’inscrives sur le site officiel. Bien sûr chaque salarié était censé avoir de son employeur son compte DIF fin 2015… Bref nos droits, c’est comme l’Arlésienne, on en entend parler mais on ne voit jamais rien venir.
    Un petit mot à maître Yoda, enfin une citation que j’ai notée dans un resto : « ici, l’eau sert à laver les salades »…
    Bonne rentrée à tous

    • Tison dit :

      Maryline, du 50
      Bonjour
      Je suis désolée d’avoir cliqué ici mais je ne sais comment faire pour exposer mon problème…Merci d’avance!

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation, « comment faire pour exposer mon problème… »
        Il vous suffit simplement d’exposer votre préoccupation sous forme de nouveau commentaire. Après avoir cliqué définitivement, votre demande sera placée en attente de lecture par un membre de l’équipe du site, et selon la nature de votre demande, une réponse vous sera apportée dans le respect des règles strictes de confidentialité et d’anonymat si nécessaire.

  152. CLOCLO dit :

    Bonjour ,

    Je suis AESH dans le 31. Je suis individuelle dans une classe ULIS. L’élève ne vient plus depuis 1 mois à l’école. On ne sait pas pour le moment s’il reviendra, s’il ra en ILE ou s’il va changer d’établissement ?
    Savez-vous si l’AESH est affecté à l’enfant pour l’année scolaire, affectée à un secteur géographique ou pas ?
    Je suis sur Toulouse. J’ai demandé un rapprochement géographique de mon domicile qui m’a été refusé.
    Merci de me répondre si quelqu’un a la réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Savez-vous si l’AESH est affecté à l’enfant pour l’année scolaire, affectée à un secteur géographique ou pas ? »
      tout d’abord, même si l’élève est absent de l’établissement scolaire, il en demeure inscrit pour l’année scolaire tant que les parents n’ont pas informé le chef d’établissement scolaire (ou l’inspection académique DSDEN) de son inscription obligatoire dans une autre établissement scolaire.
      Pour votre part, en l’absence de l’élève, vous avez à rester à disposition du chef d’établissement tant que votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) ne vous a pas proposé un avenant écrit pour un changement d’affectation auprès d’un autre élève de l’établissement scolaire ou d’un autre établissement scolaire.

  153. david 11 dit :

    Bonsoir à tous et mes meilleurs voeux pour 2018.
    Je suis aesh en 5ème année et je voulais savoir si l’ entretien professionnel en vue de la cdisation se fait toujours lors de cette 5 ème année ou en 6ème année ou ne se fait pas.
    Merci de votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation, « savoir si l’ entretien professionnel en vue de la cdisation se fait toujours lors de cette 5 ème année ou en 6ème année ou ne se fait pas. »
      Les textes réglementaires dictent (pour en prendre connaissance, cliquer ICI)

      Dans la pratique: L’entretien professionnel pour le passage en CDI intervient lors de la 6ème année de CDD AESH. Conduite par le chef d’établissement scolaire d’affectation, cet entretien peut se dérouler et osciller entre cadre professionnel très formel et un cadre professionnel convivial selon ses dispositions d’esprit du moment.

  154. Gribouille dit :

    Re,
    Autre question encore à propos de nos droits à la formation. A part le DIF, à quoi avons-nous droit ? Pouvons-nous demander une formation dans l’objectif d’une reconversion pro par exemple ? Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation, « à quoi avons-nous droit ? » et suivante « Pouvons-nous demander une formation dans l’objectif d’une reconversion pro par exemple ? »
      L’article 1er du Décret n° 2007-1942 du 26 décembre 2007 relatif à la formation professionnelle des agents non titulaires de l’Etat précise bien que  » Les agents civils contractuels auxquels (…) bénéficient de la formation professionnelle tout au long de la vie » et l’article 2 ajoute  » Les agents (…) peuvent être admis à participer aux actions de formation organisées à l’initiative de l’administration ou de l’organisme employeur (…) »…L’agent admis à participer à l’une de ces actions est tenu de suivre l’ensemble des activités qu’elle comporte. Le temps qu’il y consacre est assimilé à un temps de service effectif. »

      Ce qui se traduira dans la pratique par  » si c’est une formation organisée par nos soins,faites toujours la demande aimablement à la DSDEN, et si elle a bon caractère, remerciez là d’avoir une réponse, même négative. Pour le reste, des clous ! »

  155. Gribouille dit :

    Je rajoute une question à celle que je viens de poser au sujet des DIF.
    Je viens d’aller m’inscrire sur le site compte formation du gouvernement. J’ai saisi mes coordonnées, n° de sécu, etc, bref tout ce qui m’est demandé et le nombre d’heures de DIF indiqué est 0.
    Est-ce normal ?????

    • Gribouille dit :

      Et au sujet du DIF, je viens de lire sur un site que « Le DIF s’exerce hors du PAF (Plan Académique de Formation), pour acquérir de nouvelles compétences dans le cadre d’un projet de mobilité, établir un bilan de compétences, soutenir une VAE (Validation des Acquis et de l’Expérience), et se préparer aux concours ou examens professionnels de la fonction publique. » Alors que j’ai lu le contraire sur un autre site. Qu’en dites vous ?

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à l’interrogation, « Qu’en dites vous ? »
        cela résume la totale illisibilité de l’usage du DIF dans les académies pour un contractuel AESH. Ce qui est applicable dans l’une ne l’est pas dans l’autre et vice-versa. Et en prime de demandes d’éclaircissement auprès d’interlocuteurs académiques, ce qui s’applique ne s’applique pas, et ce qui ne s’applique pas s’applique aux dires de l’interlocuteur académique A mais pas pour B, sans doute pour C.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation, « Est-ce normal ????? »
      Non mais comme ce site compte formation du gouvernement normalement opérationnel à partir du 10 mai 2017 se devait être repris en main par le gouvernement actuel, nous ne sommes pas certain qu’il en connait même l’existence.

  156. Gribouille dit :

    Tout d’abord, un peu à l’avance, je vous souhaite à tous une belle année 2018 et je nous souhaite des avancées sociales pour que nous puissions sortir de la précarité.
    Une (ou plutôt deux) question(s) concernant notre droit à la formation :
    1/ à qui devons-nous envoyer une demande de DIF ? Direction des ressources humaine ? Recteur ? Inspecteur académique ? Y’a t-il des trucs pour appuyer cette demande comme se faire soutenir par un syndicat, citer un texte de loi ?
    2/ Nous n’avons pas encore accès au CPF je crois ?

    Enfin, je crois au Père Noël, à qui doit-on s’adresser pour demander une augmentation d’heures ? recteur ? DRH ? …

    Happy saint silvestre à tous
    Ah oui j’oubliais, je ne reçois pas dans ma boite email les nouveaux commentaires bien que je coche la case à chaque fois.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation,  » à qui devons-nous envoyer une demande de DIF ? » et suivante « Nous n’avons pas encore accès au CPF ? »
      Le CPF (compte personnel de formation) dans la fonction publique a fait l’objet normalement d’une mise en oeuvre d’ici fin 2ème semestre 2017 depuis la sortie de la Circulaire du 10 mai 2017 relative aux modalités de mise en œuvre du compte personnel d’activité dans la fonction publique.
      Dans l’éducation nationale, une période transitoire entre dispositif DIF et dispositif CPF (un DIF amélioré) perdure d’ici fin août 2018 dans chaque académie, ce qui rend le dispositif « illisible » dans l’immmédiat.
      concrètement, que faire ?
      Il demeure nécessaire de contacter son employeur (DSDEN) pour obtenir des informations complémentaires dans l’utilisation de ce dispositif CPF ou DIF ? ). On conviendra aisément qu’obtenir ses fameuses informations complémentaires auprès de la DSDEN ne sont pas simples. En effet,comme le souligne suavement la circulaire, l’initiative de l’utilisation du DIF ou de son compte personnel de formation revenant à l’agent (…), Il lui appartient d’effectuer la demande auprès de son employeur, selon la procédure définie par ce dernier, dont l’accord est requis et porte sur la nature, le calendrier et le financement de la formation souhaitée. (…)Toute demande peut être acceptée dès lors qu’elle respecte les conditions définies, et sous réserve que l’employeur dispose des disponibilités financières au regard du volume des demandes et des priorités qui ont pu être définies.
      Pour résumer: « faites toujours la demande aimablement à la DSDEN, et si elle a bon caractère, remerciez là d’avoir une réponse, même négative »

      En réponse à l’interrogation, « à qui doit-on s’adresser pour demander une augmentation d’heures ? recteur ? DRH ? … »
      La réponse se trouve aussi dans le résumé précédent.

      • Gribouille dit :

        Merci de votre réponse et de votre humour (l’humour est la politesse du désespoir). Mais j’ai l’esprit encore embrumé par la verveine du réveillon. Mon employeur est la DSDEN, ça ok mais à qui dois-je m’adresser (pour augmentation horaires » père noëleque ») au sein de la DSDEN ? Peut-être au plus haut dans la hiérarchie, c’est à dire le directeur académique ? Mieux vaut toujours s’adresser au bon Dieu qu’à ses saints disait ma grand-mère….

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, «  à qui dois-je m’adresser (pour augmentation horaires » père noëleque ») au sein de la DSDEN ? Peut-être au plus haut dans la hiérarchie, c’est à dire le directeur académique ? »
          L’employeur étant celui indiqué dans votre contrat de travail, c’est auprès de l’employeur que vous pouvez exprimez le souhait de disposer d’une quotité temps de travail plus importante ou une augmentation de votre indice majoré au regard de vos compétences et savoirs faire.
          Dans le cas où l’employeur est le rectorat, la demande doit être adressée à son représentant attitré : le directeur académique de la DSDEN.

        • Roux dit :

          Bonjour Gribouille… c’est toujours un plaisir, pour moi, collègue AESH, de lire tes posts bourrés d’humour ^^
          Concernant l’augmentation du volume horaire, chez nous, en Gironde, il suffit que nous nous adressions à notre coordinateur AVS. La demande est acceptée selon qu’il y ait ou non beaucoup de demandes d’accompagnement d’élève. En ce moment, nous serions plus dans le cas de : trop d’AVS en place et pas assez de demandes d’accompagnement… Donc, nous restons à 20 Heures, sauf en ce qui concerne les AVS Co qui passent automatiquement à 24 h 47 ou 25 heures 47 (un truc dans ce goût, je ne sais plus)
          Tu n’as pas la possibilité de faire une demande pour être AVS Co ? Les places sont rares, ceci dit, car les ULIS ont tendance à fermer plus qu’à ouvrir.

          En ce qui concerne les formations, la DSDEN Gironde a été très claire lors de notre embauche : ZERO formation possible ! Nous ne devons en aucun cas prendre sur notre temps de travail pour nous former (même pour le concours d’instit’ !!!! )
          En revanche, nous avons le droit d’être absent pour passer ledit concours.

          Pour le DIF etc… je n’y connais rien. Mais si jamais tu as des réponses, je suis fortement intéressée !
          Petite info : la verveine du Puy En Velay est absolument divine !)

        • briand0493 dit :

          Conseil avisé de maitre Yoda
          A dégustation divine de liqueur de verveine du puy en Velay, force deviendra molle
          A dégustation sereine de tisane de verveine du jardin, force deviendra top.

  157. Fleur dit :

    Bonjour
    je suis aesh en cdi depuis 2016 dans le 29 (finistère) .J’envisage de démarrer une vae pour le diplôme de moniteur éducateur, et j’aimerais savoir si pour l’accompagnement du livret 2 je peux prendre quelques jours sur mon temps de travail (en étant rémunérée) des jours de formations en quelque sorte?
    merci pour votre réponse
    cordialement
    Fleur

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si pour l’accompagnement du livret 2 je peux prendre quelques jours sur mon temps de travail (en étant rémunérée) des jours de formations en quelque sorte? »
      Pour que cela reste « jouable » une demande d’autorisation d’absence pour jour de formation dans le cadre d’un VAE (accompagnement au livret 2), il faudrait que ces jours de formation s’inscrivent dans un accompagnement spécifique d’un organisme de formation tel que le Greta.
      Dans ce cadre (justifié par convocation à jour de formation VAE), l’employeur IA 29 pourrait vous accorder une autorisation d’absence selon les nécessités de service, avec ou sans maintien de rémunération, avec ou sans récupération des heures de travail non effectues.

  158. lolo dit :

    lolo 57,
    Bonjour à tous et meilleurs voeux de santé et aussi enfin de reconnaissance…
    Je suis tout à fait d’accord avec l’idée de Gribouille, mais je pense que cela va être long avant d’y arriver, on devrait déjà tous être payés 24 h au lieu de 20 pour les aesh et accéder à un cdi beaucoup plus rapidement au lieu de devoir faire 6 ans en cdd sous statut aesh.
    Mais si par miracle nous accédions à un statut encore plus valorisant, ce serait génial !!
    Alors ne lâchons rien et bonne année et de santé à toute l’équipe qui est un grand soutien pour nous.

  159. labbay dit :

    Bonjour,
    AESH dans le 35 à 60%. J’ai un enfant de 18 mois et mon conjoint n’a pas de congés enfant malade. J’ai téléphoné à l’inspection académique et ils m’ont dit que j’ai le droit à 7 jours pour un 60% et seulement 3 jours si mon conjoint avait des jours enfant malade. Cependant, des AESH dans l’école ou je travaille me disent que l’on peut avoir 12 jours si notre conjoint n’en avait pas. Je vous remercie de m’éclairer car la personne de l’IA était très désagréable.
    Bien cordialement et merci pour votre aide et votre travail car ce forum est la seule source pour bien connaitre nos droits.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « Autorisation d’absence pour soigner un enfant malade ou en assurer momentanément la garde »
      LES TEXTES :
      La circulaire
      circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_2302.pdf
      L’article du site des Fonctions publiques :
      http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F489.xhtml

      DUREE DES ABSENCES :
      Les autorisations d’absences se décomptent en demi-journées effectivement travaillées (et non en journées). La durée maximale annuelle susceptibles d’être accordée est fixée au nombre de demi-journées hebdomadaires travaillées plus un jour, quels que soit sa quotité de travail et le nombre d’heures de travail à assurer pour chacune des demi-journées considérées.
      Cette durée d’absence reste calculé au prorata de votre contrat de travail
      Ainsi
      – Pour un service complet : 9 demi-journées + 2 demi-journées = 11 demi-journées
      – Pour un service à temps partiel (type 60 %) : 5 demi-journées + 2 demi-journées = 7 demi-journées

      Si vous assumez seul la charge de votre enfant (justificatif à l’appui) ou que votre conjoint ne bénéficie pas, de par son emploi, d’autorisation d’absence rémunérée pour soigner son enfant (attestation de l’employeur du conjoint à l’appui) ou qu’il est sans emploi (justificatif pôle emploi), vous bénéficierez du doublement des jours prévus réglementairement (soit 10 demi-journées + 4 demi-journées = 7 journées)
      Le décompte se fait par année civile, sans report possible sur l’année suivante. Vous devez informer votre IEN, dans les plus brefs délais, et transmettre sous 48h le certificat médical correspondant = justificatifs. Les autorisations d’absence pour enfants malades sont accordées avec traitement.

  160. Gribouille dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire avec intérêt le communiqué sur votre page d’accueil. Je reprends cette partie qui m’intéresse « Notre 1ère question a été très directe: « que faites-vous pour les personnels AVS-AESH qui aiment leur métier et qui hésitent actuellement à continuer leurs missions? Le salaire proposé ne leur permet pas de vivre décemment. »

    Alors que nous n’attendions pas tout de suite des éléments de réponse, Mme Reynier a immédiatement pris la parole en questionnant l’administration: « Pourquoi des contrats de 20 ou 24 heures? Il y a un cadre pour recruter à ce nombre d’heures? ». Réponse du SG: cela est calé sur la quantité d’heures d’une semaine scolaire d’un élève. Les AESH du Lot (pas partout en France) en ULIS ont 30 heures pour effectuer des tâches et préparations complémentaires. »

    La réponse était attendue de la part d’un politique. Mais pourquoi ne pas revendiquer qu’un temps plein d’aesh soit calquée sur un temps plein semaine scolaire ? Puisque nous sommes du « personnel scolaire et non du personnel administratif. Ne pourrait-on pas collectivement agir en justice (voir jusqu’au tribunal européen) sur la base d’une discrimination ? En effet, pourquoi notre temps plein n’est-il pas calqué sur celui des enseignants ? Avez-vous déjà songé à cette piste ? Elle me semble intéressante et elle n’a peut-être jamais été tenté.
    Joyeux Noël collègues précaires !

    • briand0493 dit :

      Bonjour Gribouille,
      L’équipe UNEAVS n’a pas souhaité établir de commentaires au sujet de l’article récent paru « Communication de la fédération Sgen-CFDT et du collectif précaire AESH-AVS du Lot à l’UNEAVS ». Cette communication syndicale importante par son contenu est l’objet de discussions très vives au sein de l’équipe et après synthèse des points de vue (nous prendrons en compte la tienne),une commnunication officielle à venir de l’UNEAVS paraîtra courant janvier 2018.
      Bonne fêtes de fin d’année à toi.

      • Roux dit :

        Oui Gribouille, voilà une proposition qui nous donnerait enfin la place que nous méritons en passant par la revalorisation de salaire.
        Personnellement, je n’ai aucune envie d’avoir un contrat de 28 heures ou de 30 ou de 35 heures. Surtout parce que le travail est trop stressant. Je me vois mal passer plus de temps auprès de certains élèves. L’année dernière, avec mon 20 heures hyper stressant, j’étais à la limite de la dépression. J’avais deux véritables horreurs sur les bras et les enseignants ne m’aidaient pas du tout. Brrrrrrrrr
        Je préfère rester à 20 heures… voire tabler sur un 24 mais bon… suivant les élèves que l’on nous donne, moi ça me donnerait à réfléchir sur un abandon de poste ou pas.
        Joyeuses fêtes de fin d’année à vous aussi.

      • Gribouille dit :

        Oui, il me semble que cette piste serait LA clé pour nous sortir de la précarité : calquer un temps plein avs sur une semaine scolaire et non sur 35 heures. Je suis certaine qu’il y a des pistes juridiques à ce sujet. Je ne m’y connais pas mais il me semble qu’on pourrait trouver du côté de la discrimination car nous ne sommes pas personnels administratif. C’est comme si pour un même type de travail, une personne était sur 35 heures et une autre sur 28. Le noeud est là quand-même (si si si j’insiste 😉 ) . Bonnes fêtes à vous et merci de votre aide en tout cas

  161. 25.89 dit :

    Bonjour,
    (Académie de Dijon)
    Voici ma question : j’ai une collègue AESH en CUI ( reconnu travailleur handicapé) depuis bientôt 5 ans, son contrat prendra fin le 31/08/18. Elle souhaiterait continuer son travail sous le statut AESH CDD. Je lui ai conseillé d’adresser un courrier (lettre de motivation + CV) à la DSDEN dont nous dépendons. Celui-ci doit être adressé au service ASH. Mais à qui ? Au directeur adjoint en charge de ce service ou à la coordinatrice des AESH ? Ne faut-il pas envoyer ce courrier dès le mois de janvier et ne pas attendre mai ?

    Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « à qui ? » et suivante « Au directeur adjoint en charge de ce service ou à la coordinatrice des AESH ? » et suivante  » Ne faut-il pas envoyer ce courrier dès le mois de janvier et ne pas attendre mai ? » »
      Le courrier doit toujours être transmis nominativement au directeur (ou directrice) de la DSDEN. Le secrétariat de la DSDEN se charge lui même ensuite de répercuter le courrier au service IA compétent pour traiter la candidature à un poste AESH.

  162. Dd dit :

    Bonjour je suis Avs mon contrat se termine en février donc 2 ans je voulais postulé pour un poste d’aesh ont ma dit qu’il fallait un diplôme ou le bac je voudrai savoir si cela est bien une rumeur ou pas ? Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation poste AESH, « avoir le Bac ou non ? »
      textes officiels
      Nous vous invitons à consulter la page consacrée à « recrutement par CDD AESH » en cliquant ICI.

      rumeur de on
      Nous ne pouvons pas confirmer que la mesure MEN et secrétariat aux handicaps « Conditions de recrutement assouplies, ouvertes à d’autres compétences. Accès facilité au statut AESH pour les emplois aidés d’ici à 2019 » est à traduire en réalité par un durcissement des conditions de recrutement (obligation de possession du baccalauréat) et accès bloqué au statut AESH pour les agents en CUI-CAE car estimés au final non compétents.

  163. Jesfred123 dit :

    Bjr avs dans le 91. Je travaille dans un college j’ai commencé le 1er décembre 2017,je voudrais savoir si mon salaire sera versé en décembre ou en janvier svp

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si mon salaire sera versé en décembre ou en janvier ? »
      Il est plutôt probable que vous percevrez un accompte sur rémunération en décembre (autour de 80%), la régularisation intervenant le mois suivant.

  164. Gabriela dit :

    Bonjour,

    Je tiens d’abord à vous remercier pour ce site où les AVS peuvent trouver et partager de précieuses informations et expériences.

    Je suis AVS, en CAE dans un lycée privé sous contrat dans le 94. Je m’occupe de deux élèves entre 16-18 ans. L’un des deux élèves est harcelé par de nombreux camarades depuis la rentrée.. (on le bouscule, se moque de ses tics, l’intimide, l’insulte, lui pique ses affaires, etc.) et donc j’ai énormément de mal à faire mon travail car en classe cet élève n’arrive pas à ignorer les provocations et a du mal à se concentrer (déjà qu’il a des difficultés de concentration !). Les choses sont devenues pires car ses camarades lui jettent carrément des objets en classe, entre stylos, gommes, boules de papier.. au début ça se passait soit quand les profs ont le dos tourné ou bien quand je ne suis pas présente à certains cours. Maintenant ils lui jettent des trucs même quand je suis à côté de lui. Aucun respect sans oublier que cette classe est pourrie (95% des élèves sont insolents et perturbateurs). Subissant cet énorme stress, je me sens pas bien du tout. Je suis surmenée, souffre de maux de tête et de palpitations. Les parents de l’élève sont au courant de ce qui se passe et ont vu le CPE, prof principal et dernièrement le chef d’établissement. Deux profs harcelés et stressés ont rédigé des rapports dénonçant les parasites de la classe. Moi même jai écrit un rapport directement à mon employeur l’informant de l’abus subi par l’élève porteur d’handicap et les conditions horribles dans lesquelles j’exerce mon travail. Certains élèves ont reçu des avertissements et d’autres sont en conseil de discipline. Mais cela ne règle pas le problème.. pas vraiment car certains élèves, ayant appris je ne sais comment que j’ai fait un rapport à la direction, ont commencé à me harceler et essayer de me provoquer. Je crains le pire dans les prochaines semaines.. déjà il y a un grand perturbateur en classe (une vraie vermine) qui essaie coûte que coûte de s’asseoir juste derrière l’élève pour nous embêter et provoquer.. ou de chanter/raconter des trucs sexuels derrière moi pour me choquer ou narguer. Les profs ne sont pas toujours conscients de ce qui se passe. Et moi je n’ai pas le pouvoir de faire la loi en classe à la place des profs.. et mon élève a peur de dénoncer ceux qui le harcèlent car il sera encore plus harcelé.

    Je ne sais pas si quelqu’un peut me conseiller quoi faire dans ce cas car je souffre à deux niveaux : je souffre de voir des injustices envers l’élève non sanctionnées, et je souffre de frustration énorme de ne rien pouvoir faire et de subir moi-meme le non respect et des bras de fer de la part de garçons qui n’ont vraiment rien à faire dans une classe (genre délinquants et même des racistes)..

    J’ai aussi une question. J’ai peur qu’on m’envoie un objet à la figure et que je sois blessée ou qu’on me casse mes lunettes (je dépend de mes lunettes pour voir car je suis très myope)… je suis bénéficiaire de la CMU-C (la CMU a payé la base pour que je fasse mes lunettes mais moi jai dû payer bien plus de ma poche pour affiner et compresser les verres que je porte). Quels sont mes droits et que dois-je faire si jamais une élève me casse mes lunettes en classe? Quelle reaction dois-je adopter et que faire exactement si ce drame arrive ?

    Je suis déprimée et dors très mal la nuit. Je sens que je suis en train de faire un burnout.

    Merci d’avance pour votre assistance.
    Et joyeuses fêtes de fin d’année.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur « constat de situation de harcèlement dans le cadre du travail »
      Le moins que l’on puisse dire est que d’abord, vous vivez une situation de travail désastreuse, hautement dangereuse pour votre santé mentale et physique. Comme il ne semble pas non plus que le chef d’établissement scolaire (malgré vos alertes) a pris la juste mesure de ce qui se passe dans la classe. L’harcèlement de l’élève dont vous assurez l’accompagnement + menaces de représailles à votre égard pour avoir avec pertinence dénoncer cet harcèlement inqualifiable se doit obliger un chef d’établissement scolaire à des mesures fortes en retour dont il dispose (convocation élèves et parents, conseil de disciplines, renvoi de l’établissement, signalement au besoin des auteurs de harcélement auprès du procureur de la république). Si cela n’est pas fait et cela n’est pas fait puisque vous craignez maintenant de subir un harcélement, nous vous invitons à appliquer immédiatement votre devoir d’alerte suivi de votre droit de retrait

      Le devoir d’alerte consiste par un simple avis écrit à votre employeur sur le fait que vous pensez qu’un danger grave et imminent menace votre santé ou vie sur votre lieu de travail et vous décrivez brièvement le pourquoi (certains élèves, ayant appris je ne sais comment que j’ai fait un rapport à la direction, ont commencé à me harceler et essayer de me provoquer…Je crains le pire dans les prochaines semaines.il y a un grand perturbateur en classe (nom prénom) qui essaie coûte que coûte de s’asseoir juste derrière l’élève pour nous embêter et provoquer.. ou de chanter/raconter des trucs sexuels derrière moi pour me choquer ou narguer…J’ai peur qu’on m’envoie un objet à la figure et que je sois blessée ou qu’on me casse mes lunettes (je dépend de mes lunettes pour voir car je suis très myope…)

      En suite, dans la foulée, vous lui annoncez qu’en application de l’Article L4131-1 du code du travail et de la jurisprudence applicable (,(Cass. Soc. 22 octobre 2008, n°07-43.740) vous exercez votre droit de retrait, c’est à dire que vous refusez d’effecteur votre travail AVS dans la classe tant que la situation de danger pour votre santé mentale et physique existe.
      En invoquant explicite ce droit de retrait, votre employeur ne pourra ni vous imposer de reprendre le travail dans cette classe tant que la situation de danger existe et il aura interdiction de procéder à une retenue sur votre salaire.
      L’exercice du devoir d’alerte et du droit de retrait dans ce cas présent est radical, votre employeur ne peut pas faire autre chose que d’agir pour que la cadre d’exercice de votre travail soit respecté par les élèves.

      Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec votre médecin traitant et de lui évoquer votre santé, vos préoccupations par rapport à votre travail. Par certificat médical, elle pourra constituer un appui solide pour appuyer auprès de votre employeur votre démarche en devoir d’alerte et droit de retrait.

    • Louison dit :

      Bonjour,
      Je me permet de réagir au commentaire de Gabriella et lui apporter tout mon soutien. Il m’a beaucoup touchée. Être AESH dans un tel contexte est inacceptable, triste et alarmant. Merci de nous donner des nouvelles concernant votre situation. Soutien d’une autre AESH

  165. Nanou dit :

    Bonjour, j’ai commencé mon CDD AESH le 01/12/17 sans signer de contrat. Le 8/12 n’ayant tjrs pas eu de contrat à signer je demande où ça en est. La DSDEN me réponds qu’il est parti par voie postale direction l’école pour que je le signe. Je demande à avoir un double du contrat pour un justificatif que je devais donner à l’assistante sociale ( la dame me dit ok par téléphone); là, je reçois un email de leur part me stipulant qu’il fallait un extrait de casier judiciaire. Je leur envoie par réponse que je faisais la demande et leur envoyais dès que je l’avais.( Je ne savais pas qu’il le demandait directement) Le lundi 11/12 j’étais en poste à l’école et à 10h30 en allant voir le Directeur pour demander s’il avait reçu le contrat, il me dit oui qu’il l’a eu au courrier et on allait le signer quand sur son écran d’ordinateur il reçoit un email de la DSDEN marqué « urgent rupture de contrat ».Il ouvre le mail et surprise : « rupture à effet immédiat du contrat »
    Coup de massue++. On téléphone pour savoir pourquoi, et la dame dit  » casier judiciaire ».
    Voilà, je n’ai tjrs pas signé de contrat ni la prise de fonction.
    Auparavant j’ai travaillé 4ans en tant qu’AVS et EVS ,je faisais l’aide aux devoirs, j’ai un DEAVS.
    Entre-temps je reçois l’extrait n°3 qui est barré.
    Quels recours ? Que dois-je faire ? J’ai 45ans, je viens de perdre mon concubin suite à une longue maladie, je reprenais espoir avec cet emploi.
    Quel beau cadeau de Noël !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Quels recours ? » et suivante « Que dois-je faire ?
      Nous restons profondément ému par votre désarroi et ce, aussi parce que nous éprouvons un grand sentiment d’impuissance car, malheureusement il ne peut y avoir de recours à cette décision de la DSDEN.
      Il faut savoir qu’en matière de casier judiciaire, il existe 3 types de bulletins. Seul le bulletin n°3 vous est accessible et généralement les condamnations et décisions de justice vous concernant (simple amende…) y compris lorsque vous étiez mineure sont effacées passées un certain délai. En revanche, le bulletin n° 2 qui conservent toutes les condamnations et décisions de justice vous concernant peut être délivré au service IA en charge du recrutement des AESH. Donc ce service IA peut prétexter (même sans le lire) sa connaissance du bulletin N°2 pour bloquer une candidature sans avoir à se justifier.
      De surcroît, ce qui nous étonne tout de même, c’est que vous avez travaillé 4 ans en tant qu’AVS et EVS, vous faisiez l’aide aux devoirs…sans que votre employeur et ce service IA qui se devait alors avoir connaissance de votre bulletin N°2 n’a trouvé rien à redire.
      Nous sommes vraiment désolés….nous ne trouvons pas de solution pour contester cette décision de refus de votre recrutement.

      • DANI 80 dit :

        Bonjour
        Je pense que le casier Numéro 2 vierge n’est pas obligatoire pour les contrats de droits privés, tels que les CUI. xxxxxxxxxxxxxxxx
        Il faut peut être chercher dans le privé maintenant.

        Bon courage

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          le casier N°2 d’un agent en CUI-CAE dans l’éducation nationale est toujours consulté par le service du rectorat sur demande avant d’accorder à l’employeur EPLE l’autorisation de recruter cet agent. Il faut aussi savoir qu’une personne ne peut accéder à son casier N°2 et N°1, même s’il en fait la demande.

  166. jocelyne dit :

    jocelyne 85

    Bonjour,

    Dans l’académie de Nantes est sortie une note de service n°24-2017 du 04/07/2017 indiquant une nouvelle grille de rémunération.
    – Celle-ci est-t-elle valable pour tous les AESH de France ou uniquement pour les AESH de l’académie de NANTES; ? Je ne l’ai pas trouvée dans votre document concernant la rémunération.

    – Suite à la revalorisation du SMIC pour 2018, l’indice 317 devrait disparaitre car inférieur au nouveau SMIC. Le nouvel indice devait se situer à 319 ou 320.(1498,47/4,69 = 319,50).
    Cette réévaluation sera t-elle aussi faite pour les échelons suivants ?
    Gardera t-on les mêmes écarts entre les différents échelons ?

    – Concernant les cotisations sociales, maladies, CSG, comment cela va t-il se traduire sur la fiche de paye ? Allons nous avoir une compensation suite à la hausse de la CSG non compensée par la suppression des cotisations chômage ? Si oui sous quelle forme ?

    Merci et bonnes fêtes de fin d’année à tous.
    Cordialement
    Jocelyne

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » est-t-elle valable pour tous les AESH de France ou uniquement pour les AESH de l’académie de NANTES; ? »
      Associée avec les conditions fixées pour passer d’un échelon à un autre, elle est applicable uniquement dans l’académie de Nantes, même si on en trouve de similaires dans d’autres académies.

      En réponse à votre interrogation, « Cette réévaluation sera t-elle aussi faite pour les échelons suivants ? » et suivante « Gardera t-on les mêmes écarts entre les différents échelons ? »
      oui et oui, mais il est souvent constaté un retard à l’allumage dans les académies pouvant aller…jusqu’à 6 mois

      En réponse à votre interrogation,  » Concernant les cotisations sociales, maladies, CSG, comment cela va t-il se traduire sur la fiche de paye ? » et suivante  » Allons nous avoir une compensation suite à la hausse de la CSG non compensée par la suppression des cotisations chômage ? »
      Le gouvernement a affirmé que la hausse de la CSG sur les rémunérations des contractuels AESH ferait bien l’objet de compensation qui est ….toujours attendue.

  167. mdomie dit :

    Bonjour. AESH dans le 19, j’aimerai comprendre ma fiche de paie et notamment mon salaire horaire brut et la formule de calcul. Mon traitement brut est de 742.73€ avec un temps partiel de 50.
    Mon contrat stipule 803 heures / 39 semaines donc 20.50 heures / semaines. Je ne m’y retrouve pas. Merci pour votre aide

  168. Delattre dit :

    Bonjour, ce matin j’ai eu un entretien pour devenir AESH pour m’occuper de deux enfants en situation d’handicap, elle m’a donné une feuille c’est un carnet de bord, je voulais de l’aide pour m’aider, m’expliquez comment remplir cette feuille merci beaucoup

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » un carnet de bord, je voulais de l’aide pour m’aider, m’expliquez comment remplir cette feuille « 
      Un carnet de bord est généralement un outil bien pratique (à notre sens) pour le suivi quotidien d’un élève.Il consiste à noter heure par heure (ou par tranche d’heure d’activité fixé par votre collègue enseignant) l’activité en cours, les observations sur la manière dont l’élève suit l’activité (difficultés ou non constatées à suivre les consignes de l’enseignant, comportement….); les aides apportées (consigne reformulée, mise en attention,…etc…) et éventuellement (expérience et connaissance de l’élève aidant) des appréciations plus ou moins positives sur le travail de l’élève ou des réflexions plus professionnelles sur sa propre méthode de travail, sur ses propres difficultés à accompagner l’élève.
      Votre collègue enseignant établit pour lui même un carnet de bord des élèves de sa classe. Lors de concertation quotidienne avec votre collègue enseignant, croiser les notes du carnet de bord avec le vôtre permet déjà d’établir une coopération en intelligence. En effet, pouvant ‘voir » et « noter » les effets positifs ou négatifs de votre aide à l’élève dans la classe ce que votre collègue enseignant ne peut « voir » et « noter » et inversement, les stratégies d’accompagnement de l’élève maintenues ou modifiées selon les difficultés ou non rencontrées ne peuvent être que positive pour son inclusion.

  169. Libellule dit :

    Departement Gironde
    Bonjour!Le terme de mon contrat aesh cdd est le 15 janvier 2018.C est ma première année et je n ai aucune proposition de renouvellement de la dsden. Ayant connu la précarité avec un cui cae j ai peur que mon cdd ne soit pas renouvelé!Me conseillez vous d attendre ou de contacter la dsden?Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Me conseillez vous d attendre ou de contacter la dsden? »
      Aie..aie…il existe sûrement du retard à l’allumage du côté de votre employeur (pour en savoir plus sur les conditions de renouvellement ou fin de CDD AESH, cliquer ICI)
      Nous vous invitons d’abord à signaler à votre chef d’établissement scolaire d’affectation la date de fin de contrat, ensuite de prendre contact avec votre employeur (celui qui est marqué dans votre contrat de travail) pour s’enquérir de votre situation à date de fin de contrat le 15 janvier.
      L-avantage de prévenir de vos démarches au sujet de votre devenir en fin de contrat votre chef d’établissement scolaire d’affectation est que ce dernier, dans un intérêt de service bien compris, pourra lui même de son côté chercher à en savoir plus auprès de la DSDEN ou de votre employeur.

      • Roux dit :

        Bonjour libellule,
        je suis de la Gironde… pas de panique, votre contrat sera renouvelé ! Par chez nous, ils sont très, très désorganisés, ce qui est hyper speedant, j’en conviens ! Le mieux pour vous c’est d’appeler la DSDEN le plus tôt possible afin de leur envoyer une piqure de rappel ! Ils ne répondent pas toujours… il va vous falloir vous armer de patience. Multiplier les coups de fil ! Nous procédons toutes ainsi !

        • Libellule dit :

          Bonsoir!Merci beaucoup pour cette précieuse réponse.C est important la solidarité entre collègues. J en ferai part à une amie aesh qui est dans le même cas!

  170. Aesh57gaelle dit :

    Bonjour je suis aesh dans le 57 , enceinte de 5mois j’ai déclaré ma grossesse à mon employeur , j’ai repris le travail après un arrêt de travail sur un nouveau poste à 20km de chez moi ( j’ai accepté )mon précédent poste étant à 5km….,. Mais bon à priori pas trop le choix, ils me font un avenant à mon contrat.
    J’ai donc pris mon poste lundi dans une nouvelle école mais quand j’arrive il n’y a pas d’élèves à suivre dans cette école tout les postes étant pourvu….. la directrice me garde la semaine où j’aide quelques élèves en difficulté dans sa classe mais mon employeur étant prévenu de la situation lui répond que je ne peux pas rester dans cette école et que donc je dois en changer ….. Donc ont me propose un nouvel avenant à mon contrat et encore plus éloigné de mon domicile es-ce légal ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « est-ce légal ? »
      Oui. le contrat de travail peut être modifié par l’employeur, au moyen d’un avenant écrit, à la condition d’obtenir une acceptation formelle de l’agent dénuée d’équivoque.
      En principe, un agent AESH doit accepter les changements de lieu de travail qui interviennent dans le même secteur géographique. En tant qu’AESH par exemple, vous êtes bien contraint d’accepter une nouvelle affectation auprès d’un élève (changement des conditions de travail) mais vous devez donner votre accord pour une affectation dans un autre établissement si cela induit des déplacements domicile-travail plus importants (modification du contrat de travail et/ou un bouleversement des horaires ayant des conséquences sur la vie privée, familiale ou professionnelle du salarié (frais supplémentaire de garde d’enfant, frais de déplacement plus important, perte ou mise en péril d’une activité complémentaire….)
      La modification d’un élément essentiel du contrat de travail ne pouvant pas être imposée par l’employeur, mais seulement vous être proposée. Vous disposez de 1 mois à a partir de date de réception avec AR de l’avenant, pour prendre votre décision d’accepter ou non cet avenant. En cas de refus de votre part, il appartient à l’employeur, soit de renoncer à modifier le contrat, soit de vous licencier. Il doit alors respecter la procédure de licenciement applicable aux agents non titulaire , respecter le préavis et, verser des indemnités de licenciement.

      A notre sens, la meilleure posture que vous avez à adopter serait de ne pas vous précipiter pour donner votre réponse à la proposition d’avenant. Restez en poste d’affection actuelle et négociez avec la directrice des tâches à accommplir et vos horaires de travail. Maintenez un délai de 1 mois avant de prendre une décision en respect de vos droits existants en prévenant votre employeur , cela le calmera.Pendant ce délai de 1 mois, vous avez largement le temps de prendre contact avec une organisation syndicale pour une demande de soutien, d’aide et de soutien si vous envisagez le refus d’avenant. Habitués de ce genre de situation, l’organisation syndicale saura intervenir avec efficacité auprès de l’employeur, y compris auprès du rectorat pour que vos droits à un travail décent soit respecté et non transformés en un enfer.

      • Aesh57gaelle dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse, par contre heu question bête mais à quel syndicat puis-je m’adresser ?
        Aujourd’hui j’ai appelé mon employeur pour prévenir de mon absence jeudi en raison d’un examen obligatoire lié à la grossesse, la personne au téléphone me réponds que je dois remplir une demande d’absence , je l’informe que l’école où je suis n’en à pas …… Il me répond que je dois lui envoyer et qu’il décide si oui où non il accepte . Bref je lui demande comment me procurer une demande d’absence ? J’habite à+de 60 km du lycée qui l’emploie ….. Donc il me répond de faire la demande par mail , je n’ai pas leur adresse mail comme je lui dis mais il me soutient que si sur mon contrat étant au travail je lui dis d’accord je vais voir , mais en fait ben non il n’y à pas d’adresse mail sur le contrat …😓 Je ne sais plus quoi faire …..la coordinatrice aesh me renvoie systématiquement au lycée employeur . …..
        C’est décourageant

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « à quel syndicat puis-je m’adresser ? »
          Il nous appartient de vous désigner un syndicat plutôt qu’un autre. la liste des organisations syndicales que vous pouvez contacter est consultable généralement sur site internet en tapant  » oragnisation syndicale syndicat enseignant + (nom du département) ? ». sinon demander ce renseignement auprès d’un collègue enseignant.

          En réponse à votre interrogation, « mail de mon employeur »
          Les coordonnées de votre employeur étant inscrit sur votre contrat de travail, le plus simple pour récupérer son adresse mail serait de vous adresser à votre chef d’établissement scolaire d’affectation le renseignement souhaité en expliquant le motif. Une demande d’absence se doit toujours au préalable être signer par votre chef d’établissement scolaire d’affectation, il n’est pas inutile de faire part à ce dernier de votre démarche et il vous fournira de surcroît les formulaires ad Hoc pour une demande d’autorisation d’absence (et s’il demeure aimable et attentionné à votre égard du fait de votre état de grossesse, il saura lui même transmettre cette demande d’autorisation d’absence.).

  171. Rg dit :

    AVS depuis 24 mois mon contrat prend fin le 28 février 2018. Je viens d’appren Que je n’aurais pas droit à un contrat AESH faute de budget je n’arrive pas à comprendre pourquoi surtout en milieu d’année, je m’occupe de 2 élèves en situation d’handicap. Avez vous eut déjà le cas et quel recours avoir.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Avez vous eut déjà le cas et quel recours avoir ? »
      Oui. Il nous est fait état régulièrement de collègues AESH en CUI-CAE dont la transformation en CDD éducation nationale n’a pu être pros$posé par la DSDEN du département par défaut d’un quota en emplois AESH (type CDD éducation nationale) suffisant. Il leur faut attendre courant 2018 des instructions ministérielles (via rectorat) pour que ces DSDEN puissent prendre connaissance de leur nouveau quota d’emploi AESH attribué.
      Dès lors, Il est difficile pour un AESH d’exercer un recours envers une instruction ministérielle qui n’existe pas encore.

  172. Julie dit :

    Bonsoir je suis avs cui depuis févier 2016 mon contrat s arrête le 31 janvier 2018 j’ai fais mes deux années sachant que avant j’ai fait un ans 2010 2011 j’étais il mon pas reconduit et en 2013 j’ai eu un deuxième contrat cui et j’ai fais qu une année je voulais le renouvellement car je fesais 25 h payer 20h et j’ai le bac niveau 4 ma question j’ai 4ans expérience aux près d’élèves en situation d handicap je veux passer à aesh mais j’ai contacter mon directeur établissements il a rien reçu et j’ai appelé inspecion académique on a pas encore reçu les enveloppes pour 2018 comment faire pour passer a aesh je veux pas être au chomage et je suis parent isolé tt le monde me dit reste chez toi ocoupe toi de tes enfants et une fois grands trouve un boulot solide j aime pas rentrer dans le système social et rester chez moi je sert à rien ni pour la société ni pour l’équilibre de mon foyer j’aime beaucoup mon travail aider les enfants et les voir leurs progression c’est que du bonheur bonne soirée

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « comment faire pour passer a aesh ? »
      Compte tenu des réponses obtenues de votre employeur et la réponse de l’IA pour la transformation de votre contrat actuel en CDD AESH, vous n’avez guère le choix de patienter jusqu’au 31 janvier 2018 (terme de votre contrat CUI-cAE actuel) pour connaitre ce qu’il adviendra par la suite. Vous disposez le droit de définir et conduire votre projet de vie familial et professionnel à votre convenance sans considération du jugement d’autres personnes pour qui cela ne convient pas. Donc, votre démarche professionnelle pour vous maintenir en poste AESH est tout ce qui a plus d’honorable et se doit être respecté.

  173. Morel dit :

    Bonjour, AESH depuis 5ans dans la dordogne, a-t-on le droit légalement de me refuser dans une classe sous pretexte que mon enfant s’y trouve?! Je me pose cette question qui me turlupine. La maîtresse a un double niveau et me dit que l’année prochaine je ne pourrais continuer a suivre l’enfant en question car mon propre enfant sera dans la classe qu’en est-il au niveau de la loi?! Dois-je changer encore une fois mon enfant d’école (fait en cours de l’année dernière pour raison financière j’ai mis mon enfant dans l’école où je travaille)?! Que dois-je faire?! Aucun article pour repondre a mes interrogations.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « a-t-on le droit légalement de me refuser dans une classe sous pretexte que mon enfant s’y trouve ? »
      Non d’un point de vue strict au regard des textes réglementaires. Oui (et il faut en admettre la pertinence pédagogique), votre collègue enseignante peut estimer que votre posture professionnelle en tant qu’accompagnant AESH pour un élève et posture de parent d’un élève dans la même classe peut être objet de troubles dans les activités pédagogiques pour tous les élèves, y compris votre propre enfant.

      En réponse à votre interrogation, « ! Dois-je changer encore une fois mon enfant d’école?! » et suivante  » Que dois-je faire?!
      Il apparaît que Le problème n’est pas que votre enfant demeure dans l’établissement scolaire où vous êtes affecté mais bien cette double posture (professionnelle et familiale) évoquée ci-avant. la seule possibilité serait de négocier avec vos collègues enseignantes que vous ne soyez justement pas dans cette double posture et à examiner cet état possible « ouvertement » d’un point de vue professionnel permet de prendre les bonnes décisions à venir.

      • paul dit :

        71
        Bonjour,
        Je pense que dans l’intérêt de votre enfant et pour son épanouissement, il serait préférable que vous ne soyez pas dans la même classe ni dans le même établissement. (sauf si grande école)
        Etre à la fois AESH et parent d’élève n’est pas forcément une bonne idée et posera surement plus de problèmes…
        (Idem pour les instituteurs qui ont leurs enfants dans leur classe).

        • Roux dit :

          Bof… je trouve qu’on se complique inutilement la vie. Chacun est à même de faire la part des choses. Enfant comme parent et enseignant ! Cela s’appelle vivre ensemble et aussi s’accommoder de la vie… ou rendre la vie plus simple quand on le peut, dès qu’on le peut , ou apprendre de la vie ! Que vous soyez dans la même classe que votre enfant ne me choque absolument pas ! Chez nous, c’est la campagne et ce genre de situation s’est souvent présenté. Dans le cas où les écoles n’ont fait aucune difficulté pour qu’un enseignant ou un autre employé (ATSEM, AVS) soit dans la même classe que leur chérubin, cela n’a provoqué aucune catastrophe, aucun désordre affectif ou psychologique dans aucune des parties concernées ! Sérieux… arrêtons de mettre des barrières et des problèmes là où il n’y en a pas. Hélas, vous n’aurez sûrement pas le choix. je vous plains de tout mon coeur…

  174. Gribouille dit :

    Je viens de lire cela dans le Café pédagogique (lien : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017/12/05122017Article636480553968151316.aspx) . Ils se f… de nous au ministère ? Et Sophie Cluzel, est-elle vraiment de notre côté ? Et de celui des élèves ?
    ci-dessous copie de l’article :

    « Le qualitatif et le quantitif

    La principale annonce c’est le recrutement de 11 200 AESH, accompagnateurs d’élèves handicapés, c’est à dire 4 800 nouveaux contrats. 4 500 étaient déjà inscrits dans la loi de finances. L’apport des deux ministres est mince : 300 postes.

    Si tous les élèves qui en ont besoin n’ont pas encore d’AVS ou d’AESH c’est parce qu’ion n’arrive pas à recruter, affirme JM Blanquer. « C’est pourquoi on veut faire une école inclusive ne reposant pas que sur l’accompagnement mais aussi sur les enseignants et les services de soin.. Il ne faut pas avoir que les yeux rivés sur le quantitatif le qualitatif est essentiel », ajoute le ministre. Mais rien de précis n’est dit sur la formation des enseignants par exemple si ce n’est qu’il faudrait y passer plus de temps en espe. « Il faut une prise de conscience collective » pour permettre de trouver des stages pour les élèves handicapés, répond S Cluzel. »

    • briand0493 dit :

      Bonjour Gribouille,
      En réponse à tes interrogations relatives à l’article du café pédagogique
      Merci pour ce lien.
      Cet article fait suite à un déplacement de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, qui se sont rendus au lycée professionnel Gustave-Eiffel, à Paris, le lundi 4 décembre 2017, à l’occasion de la journée internationale du handicap. Plusieurs déclarations ont été faites pendant cette journée par le ministre de l’éducation nationale et la secrétaire d’état aux personnes handicapés dans un cadre d’un plan com’.
      Nous retiendrons surtout un communiqué officiel de jean Michel Blanquer en date du 4 décembre où sont détaillées des mesures relatives à l’inclusion des élèves handicapés dans les écoles, établi en concertation avec Sophie Cluzel.
      A lecture de ce communiqué, nous pouvons faire déjà un premier constat d’évidence
      Les préoccupations actuelles des AESH (tout contrat confondu) en poste ne sont nullement la tasse de thé du ministre de l’éducation nationale et de la secrétaire d’état aux handicapés. Il est dévoilé tout simplement conjointement une posture d’indifférence profonde, méprisante et arrogante à l’égard de la précarité subie des AESH, déjà décelée à maintes reprises par le passé par les représentants de l’UNEAVS.

    • Satyne 16 dit :

      C est un comble alors que j ai repostule plusieurs fois ils osent dire que le recrutement est difficile !!!pffff

  175. Gribouille dit :

    Bonjour Yoda and co,
    Une question pour une collègue (en CDI à 75%). Elle a trouvé un mi temps dans une association. Le poste est pour février. Peut-elle demander de diminuer son temps de travail et passer à 50 % afin de pouvoir cumuler deux travail et arriver enfin à un salaire décent ? Autrement dit : en CDI, peut-on demander une diminution du quota horaire. L’IA accepte-t-elle ce type de demande ? Et fait-elle des avenants ?
    Merci d’avance.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à l’interrogation, « Peut-elle demander de diminuer son temps de travail et passer à 50 % afin de pouvoir cumuler deux travail  » et suivante  » en CDI, peut-on demander une diminution du quota horaire ? » et suivante « L’IA accepte-t-elle ce type de demande ? » et suivante « Et fait-elle des avenants ? »
      Au préalable
      Découlant du Décret n°2007-658 du 2 mai 2007 relatif au cumul d’activité des fonctionnaires, des agents non titulaires de droit public et des ouvriers des établissements industriels de l’État),tout agent AESH occupant un emploi à temps non complet ou exerçant des fonctions à temps non complet et pour lesquels la durée du travail est supérieure à 70% de la durée réglementaire du travail des agents publics à temps complet peuvent exercer une activité privée lucrative dans des conditions compatibles avec leurs obligations de service, sous condition d’autorisation de leur administration employeur.(pour en savoir plus, cliquer ICI)

      De fait, pour pouvoir exercer l’activité complémentaire souhaitée, votre collègue est astreint d’en demander l’autorisation à son administration employeur.
      Par ailleurs, il est toujours possible d’exprimer le souhait de disposer d’un CDI avec une quotité temps de travail attribuée revue à la baisse (de 75 % à 50%) auprès de son employeur rectorat. Ce dernier n’a nul obligation légale de répondre à ce souhait mais en cas d’acceptation, un nouvel avenant au CDI se doit être établi.
      En passant à un CDI à 50% d’un temps complet, l’exercice d’une activité complémentaire est conditionné par une simple information préalable par écrit à son employeur rectorat. Ce dernier peut à tout moment s’opposer à l’exercice d’une activité privée qui contreviendrait avec leurs obligations de service et/ou portant atteinte au fonctionnement normal, à l’indépendance ou à la neutralité du service.

      • Gribouille dit :

        Merci de vos réponses toujours précises. Mais demander une autorisation pour travailler, pour « arrondir ses fin de mois » alors qu’on est des précairere réponses ? Comment le dire ? Lol ? Cette loi n’est-elle pas anticonstitutionnelle et n’enfreint-elle pas le droit au travail ? En plus nous ne sommes même pas titularisés donc nous n’avons que les désavantages des contrats de droit public. C’est halluciant quand on y réfléchit bien, cette loi maintient les précaires dans la précarité. Demander une autorisation pour travailler plus ? Je rêve ! Quel est l’esprit de la loi ? Le pire étant ce taux à 70 %. Comme si à 70 %, on avait un salaire de ministre.
        Autre question c’est 70 % de combien d’heures ? 41 heures ou 35 heures ?
        bonne journée

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, » Cette loi n’est-elle pas anticonstitutionnelle et n’enfreint-elle pas le droit au travail ? «  et suivante « Demander une autorisation pour travailler plus ? » et suivante « Quel est l’esprit de la loi ? »
          Non. En fait cette loi s’applique à tout le personnel titulaire et non titulaire de la fonction publique et n’a rien d’anticonstitutionnelle. Elle permet simplement d’éviter qu’apparaisse des conflits d’intérêts entre la sphère publique et la sphère marchande/non marchande.

          En réponse à votre interrogation,  » c’est 70 % de combien d’heures ? 41 heures ou 35 heures ? »
          C’est 70% d’un temps complet, soit 70% de 1607h sur une année civile. Pour comprendre: vous avez un CDD AESH à 70% d’un temps complet (soit 1125h à consacrer à vos fonctions AESH) et il restera 482h (+10% de 482h tolérés) pour une activité complémentaire.

  176. Céline dit :

    Bonjour,
    Je suis AESH depuis presque 6 ans (+ 2 ans en CUI) et en poste depuis Septembre dans une commune proche de mon domicile (5km), ce qui me change puisque j’ai fait 6 ans dans une école à 15km de ma commune et où il devenait difficile de gérer les frais inhérents à ces déplacements. J’étais donc très heureuse et j’avais organisé mon emploi du temps professionnel et personnel en fonction de ce nouveau lieu. Vendredi à 12h45, je reçois un mail m’annonçant que je change d’école, à compter de lundi, et que je dois à nouveau faire plus de 13km pour m’y rendre. Aucune explication de la part de l’IA et surtout aucune réponse à mes mails où j’explique que c’est un bouleversement pour les enfants dont je m’occupe, pour les enseignantes avec qui je travaille (qui ne sont d’ailleurs pas d’accord avec cette décision) et pour mon organisation familiale… Que puis-je faire pour contester ce changement de lieu (sachant que je dois signer un CDI au mois de Janvier) ? Sont-ils dans leur droit ?
    Merci pour votre réponse très très attendue.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que puis-je faire pour contester ce changement de lieu (sachant que je dois signer un CDI au mois de Janvier) ? » et suivante « Sont-ils dans leur droit ? »
      L’Article 45-4 du Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat stipule:
      En cas de transformation du besoin ou de l’emploi qui a justifié le recrutement de l’agent contractuel recruté pour un besoin permanent, l’administration peut proposer la modification d’un élément substantiel du contrat de travail tel que (…) un changement de son lieu de travail. (…) Lorsqu’une telle modification est envisagée, la proposition est adressée à l’agent par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge.
      Cette lettre informe l’agent qu’il dispose d’un mois à compter de sa réception pour faire connaître, le cas échéant, son acceptation.

      A défaut de réponse dans le délai d’un mois, l’agent est réputé avoir refusé la modification proposée.

      Déjà, donc, sans attendre votre avis, l’IA ne peut vous imposer un changement de lieu de travail avec un délai de prise de fonction dans les 4 jours !!!! Vous avez 1 mois à partir de réception de la lettre avec A/R pour prendre votre décision d’accepter ou non cette proposition de modification substantielle de contrat de travail. Donc, là-dessus, nous vous invitons à ne céder en rien face une posture malsaine de votre interlocuteur IA à l’origine de cet ordre d’affectation s’apparentant fort pour notre part à un abus d’autorité inqualifiable et méprisable par le déni de droits à votre égard.

      Ensuite, durant ce 1 mois de réflexion, vous avez tout le temps de justifier un éventuel refus de cette proposition du fait qu’elle entraîne des changements notables dans votre vie familiale et privée (déplacement plus important, frais de garde en plus, …).
      Votre employeur IA n’aura pas d’autre solution face à votre détermination légitime de respect de vos droits, soit de renoncer à sa proposition de nouvelle affectation, soit d’envisager votre licenciement.
      Toutefois, en janvier intervient la reconduction de votre CDD en CDI. Il vous faudra admettre que la situation demeurera toujours délicate. Si ce dernier ne pourra se prévaloir légalement de votre refus d’affectation pour justifier un non renouvellement de CDD en CDI, il peut mettre fin au CDD sans proposer une reconduction en CDI sans en indiquer le motif. (pour en savoir plus, sur Fin de CDD AESH (non renouvellement/renouvellement), cliquer ICI)

      A notre sens, rechercher rapidement le soutien de la communauté éducative et pédagogique de votre établissement scolaire actuel + d’organisation syndicale en renfort resterait pertinent dans votre démarche de respect de vos droits.

  177. Ilhame dit :

    Bonjour. Aesh35
    Le professeur principal de la classe de l’élève que j’accompagne organise un séjour de trois jours en fin d’année scolaire. L’ élève est en centre hospitalier (ou il a un traitement) la semaine et famille d’accueil le week-end. Mes questions sont : comment je dois procéder pour savoir ci il peut participé à ce séjour? Ci je dois partir en séjour avec lui? Ci j’ai le droit de lui administré sont traitement ? Ci je dois suivre une formation pour cela? Merci d’avance.

  178. Anna dit :

    Bonjour.
    J’ai une opportunité de formation suivi d’un contrat en CDDpour commencer.
    Le problème est que la formation commence début janvier. Avez-vous déjà vu le cas où notre préavis (2 mois me concernant) n’ont pas été jusqu’au bout?
    Le rectorat est-il plutôt indulgent pur ce genre de cas (entrée en formation)?
    De plus, je le pose la question de la rémunération. Cette formation sera payée par Pôle emploi. Mais quid de ma rémunération personelle? Comme je serais démissionnaire est-ce je n’aurais droit à rien ou comme c’est une formation Pôle emploi peut être un petit quelque chose par eux? (Pour cette partie de la question je m’adresse également auprès de mon conseiller).
    Merci d’avance.
    Anna du 44

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Avez-vous déjà vu le cas où notre préavis (2 mois me concernant) n’ont pas été jusqu’au bout? » et suivante « Le rectorat est-il plutôt indulgent pur ce genre de cas (entrée en formation)? »
      C’est une situation fréquente qu’un préavis puisse être écourté d’un commun d’accord entre l’agent AESH, démissionnaire et l’employeur rectorat surtout quand ce dernier a prévu votre remplacement en poste de manière certaine par un candidat immédiatement disposnible
      Il est donc toujours possible de négocier un raccourcissement de préavis, sachant qu’il ne faut pas trop insister pour l’obtenir à tout prix si on souhaite conserver une bonne image professionnelle.

      En réponse à votre interrogation,  » quid de ma rémunération personelle? Comme je serais démissionnaire est-ce je n’aurais droit à rien ou comme c’est une formation Pôle emploi peut être un petit quelque chose par eux? »
      ce serait effectivement la question prioritaire et urgente à poser et à éclaircir auprès de votre interlocuteur pôle emploi. Démissionnaire à votre propre initiative de votre emploi AESH, inscrite à pôle emploi, vous ne pourrez disposer de l’indemnisation ARE auprès des Assedics durant une période minimum de 121 jours.
      Nous voyons mal dans votre situation présente, comment vous pourriez disposez de l’AREF, équivalent ARE, réservé au demandeur d’emploi en cours de formation.

      • Anna dit :

        Bonjour et merci de votre réponse.
        Ma conseillère Pôle emploi me dit qu’en tant que démissionnaire (étant donné que je travaille plus de 17h semaine) je ne pourrais même pas intégrer cette formation..
        Elle me dit que pour que je l’intègre il faudrait une rupture de contrat à l’amiable..
        Avez vous déjà entendu parler de ce genre de cas? Une rupture à l’amiable est elle possible avec le rectorat ?
        En ce qui concerne les deux mois de préavis comment peut on faire concrètement pour raccourcir le délai? Parce que là je ne peux pas dire oui pour commencer début janvier si au final la rectorat n’accepte pas un seul mois de préavis.. D’ailleurs quel recruteur attendrait deux longs mois pour nous employer??
        C’est écœurant ce préavis digne d’un cadre!
        Je savais que j’étais coincée dans cet emploi d’aesh mais je ne pensais pas à ce point là.. On ne peut pas rompre un CDD, on ne peut pas accéder à une formation..écœurant !

        Anna 44

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Avez vous déjà entendu parler de ce genre de cas? » et suivante  » Une rupture à l’amiable est elle possible avec le rectorat ? »
          Oui, nous connaissons plusieurs cas de ce type en vous précisant de suite qu’une rupture à l’amiable n’étant pas prévu réglementairement pour les agents contractuels de l’éducation nationale, elle n’est donc pas envisageable.
          la rupture de votre CDD AESH à votre initiative sera considérée par l’administration comme une démission pure et simple.

          En r