condition d’emploi (Fonctions et lieux d’exercice)

Ce que dit la circulaire n° 2019-090 du 5-6-2019 relative au Cadre de gestion des personnels exerçant des missions d’accompagnement d’élèves en situation de handicap (AESH)

Les conditions d’exercice des fonctions d’AESH

« Membres de la communauté éducative, les AESH participent au collectif de travail des écoles et établissements. Les AESH sont des membres à part entière de la communauté éducative au sein des écoles et établissements. Leur intégration est donc primordiale.

Ainsi, au sein de l’école ou de l’établissement, les directeurs et chefs d’établissement doivent veiller à leur bonne intégration dans les équipes en leur garantissant notamment l’accès aux salles des personnels ainsi qu’aux outils nécessaires à l’exercice de leurs missions.

L’AESH doit également avoir la possibilité de participer aux échanges entre l’enseignant en charge de la classe et la famille de l’élève bénéficiant de l’accompagnement. Ils sont invités et peuvent participer, notamment, aux réunions des équipes pédagogiques et des équipes de suivi de scolarisation. »

Note de l’UNEAVS

l’Article L112-2-1 du code de l’éducation modifié par LOI n°2019-791 du 26 juillet 2019 – art. 25 précise :

Des équipes de suivi de la scolarisation sont créées dans chaque département. Elles assurent le suivi des décisions de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, prises au titre du 2° du I de l’article L. 241-6 du code de l’action sociale et des familles, et l’accompagnement des famille.

Ces équipes comprennent l’ensemble des personnes qui concourent à la mise en oeuvre du projet personnalisé de scolarisation et en particulier le ou les enseignants qui ont en charge l’enfant ou l’adolescent ainsi que les personnes chargées de l’aide individuelle ou mutualisée prescrite par la commission mentionnée à l’article L. 146-9 du même code (…)

La participation des AESH aux réunions des ESS s’impose donc de droit.

Fonctions exercées

Les missions que peuvent se voir confier les AESH sont précisées par la circulaire du 3 mai 2017 susvisée. Les agents ne doivent pas se voir confier par les services académiques, par les écoles ou les établissements des tâches ne figurant pas dans les textes qui leur sont applicables.

En particulier, outre le temps consacré à l’accompagnement de l’élève, l’AESH contribue au suivi et à la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation des élèves concernés. Il peut participer aux réunions ainsi qu’aux dispositifs École ouverte et stages de réussite, dès lors que l’élève qu’il accompagne est concerné, ainsi qu’aux réunions mentionnées au 1. de la présente circulaire.

Des temps d’échanges de pratiques entre pairs, entre AESH et enseignants ou entre membres du Rased ou de l’Ulis et visant l’amélioration des modalités de prise en charge des situations de handicap peuvent également être organisés.

Mission particulière

Les services départementaux, en lien avec les services académiques, peuvent identifier au sein de chaque département un ou plusieurs AESH référents dont la mission consiste à apporter un appui méthodologique aux AESH du territoire.

L’exercice de cette mission est spécifiquement mentionné dans le contrat des agents concernés afin :

  • d’intégrer à leurs missions l’accompagnement auprès des AESH nouvellement recrutés ;
  • d’ajuster leur temps de service. Ce dernier pourra être augmenté si nécessaire afin de prendre en considération les nouvelles missions assurées. À défaut, si le temps de service de l’AESH référent est inchangé, l’avenant précisera la nouvelle répartition du temps de travail, et notamment le nombre d’heures consacrées aux missions de référent.

Modalités d’affectation

Au moment de l’affectation des AESH et au regard des besoins, il est tenu compte de leurs compétences, de leurs parcours (formations suivies, etc.), de leurs souhaits en termes d’affectation géographique et de leurs préférences (exercice des fonctions auprès d’élèves du 1er ou du 2d degré par exemple), notamment au regard de leurs situations personnelles.

Lieux d’exercice

Le contrat précise les établissements ou écoles dans lesquels exerce l’AESH ainsi que sa résidence administrative. Ces établissements ou écoles peuvent relever d’un Pôle inclusif d’accompagnement localisé.

Note de l’UNEAVS

Apparemment anodine, fixer par contrat de travail la résidence administrative de l’AESH permet de définir « le territoire de la commune sur lequel se situe, à titre principal, le service où l’agent est affecté ». Et  comme constitue une seule et même commune « toute commune et les communes limitrophes, desservies par des moyens de transports publics de voyageurs, les possibilités de prise en charge des frais de déplacement entre établissement scolaire s’en trouvent toujours singulièrement réduites, sinon tout simplement inexistantes.

L’exercice des fonctions au sein d’un Pial

La zone d’intervention de l’AESH correspond aux différents établissements ou écoles compris dans le Pial.

Au sein d’un Pial, l’emploi du temps est alors défini sous l’autorité de l’IEN dans le premier degré et du chef d’établissement dans le second degré nommément désignés pour piloter le pôle, en lien avec les directeurs d’écoles, les équipes enseignantes et l’AESH.

L’emploi du temps de l’AESH intervenant au sein d’un Pial inter-degrés est défini par le responsable de son pilotage, nommément désigné. L’emploi du temps ainsi définit prend en compte les temps de déplacement d’un établissement ou d’une école à un autre établissement ou école au sein desquels l’AESH est affecté.

Note de l’UNEAVS

Pour couper  court à l’hypocrisie latente ce passage de la circulaire (et en s’appuyant sur le vade-mecum PIAL publié par le MEN), l’exercice des fonctions d’un AESH au sein d’un PIAL, sous autorité hiérarchique unique de son employeur, est la suivante :

  • Le PIAL premier degré

L’Inspection de circonscription , pilote du PIAL, dispose d’une simple autorité fonctionnelle pour organiser la répartition des AESH dans les écoles du PIAL. Le coordonnateur de PIAL est un directeur d’école désigné par le pilote qui organisent l’emploi du temps des AESH en fonction des besoins des élèves bénéficiant d’une notification d’aide humaine et des nécessités de service. Les emplois du temps des AESH sont transmis au pilote du PIAL premier degré.

  • Le PIAL second degré

Le chef d’établissement, pilote du PIAL, dispose  d’une simple autorité fonctionnelle pour organiser la répartition des AESH dans le ou les établissement(s) du PIAL. le coordonnateur du PIAL est un membre de l’équipe pédagogique de l’établissement scolaire  qui bénéficie d’indemnités pour mission  organise leur emploi du temps en fonction des besoins des élèves bénéficiant d’une notification d’aide humaine et des nécessités de service.

  • Le PIAL inter-degré (ou PIAL méli-mélo)

Le pilote du PIAL inter-degré peut être  L’Inspection de circonscription ou un chef d’établissement disposant d’une simple autorité fonctionnelle. 1 ou 2 coordonnateur du PIAL  dispose l’un ou l’autre des attributions soit pour le premier degré, soit pour le second degré, de concert ou non.  l’AESH, lui, est censé  intervenir  indifféremment dans le premier ou le second degré.

Quelque soit le PIAL, Le coordonnateur du PIAL peut modifier les emplois du temps des AESH au cours de l’année scolaire, en concertation avec l’équipe pédagogique, lorsque les besoins de l’élève évoluent pendant l’année scolaire (sorties scolaires sans nuitée, absence d’un élève, d’un enseignant ou d’un AESH du PIAL, périodes de formation en milieu professionnel, période d’examen…).

Il peut être amené à modifier les emplois du temps des AESH de manière ponctuelle ou durable, en fonction des besoins. Il prend également en compte les évolutions recommandées dans l’accompagnement humain par l’équipe de suivi de scolarisation lorsque les besoins de l’élève le nécessitent.

Les responsabilités dévolues au coordonnateur PIAL posent un sérieux problème de risque de détournement de la LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. En effet, selon l’ article L241-6 du code de l’action sociale et de la familleseule, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDPAH) est compétente pour  se e prononcer sur l’orientation de la personne handicapée et les mesures propres à assurer son insertion scolaire ou professionnelle et sociale). Or, il est bien envisagé la possibilité de modifier un accompagnement d’un élève en cours de l’année scolaire en concertation unique d’une équipe pédagogique (enseignants) et non de l’équipe de suivi de scolarisation comme il est de droit.

Avec un tel dispositif flirtant avec le détournement de la loi du 11 février 2005, l’UNEAVS constate qu’un AESH au sein d’un PIAL exerce des fonctions de simple subordonné d’un coordonnateur PIAL et non de membre à part entière d’une communauté éducative et par là, capable par lui-même de coopération avec ces membres de cette communauté éducative.  (Savoir plus, en cliquant ICI).

L’exercice des fonctions en dehors d’un Pial

Le contrat de l’AESH précise le ou les établissement(s) et/ou école(s) au sein duquel, de laquelle ou desquel(le)s l’AESH peut être amené à exercer ses fonctions.

Les choix d’affectation tiennent compte des contraintes géographiques locales ainsi que des contraintes de déplacement et familiales de l’agent.

Les périmètres d’intervention sont définis dans des limites raisonnables tenant compte de l’accessibilité des écoles et établissements concernés au regard du domicile de l’AESH.

Rattachement hiérarchique et fonctionnel des AESH

Les AESH sont sous la direction des autorités chargées de l’organisation du service.

  • Dans l’EPLE, le chef d’établissement a autorité sur l’ensemble des personnels qui y sont affectés (article R. 421-10 du Code de l’éducation). Il est donc chargé de l’organisation de son service.
  • Dans le 1er degré, cette responsabilité est exercée par l’IEN de circonscription.
  • En cas de service partagé entre plusieurs écoles ou établissements, ces autorités se coordonnent pour garantir à l’AESH une information claire et précise sur l’organisation de son service et de son emploi du temps. En particulier, une décision précisant le ou les lieux d’exercice pour une ou plusieurs périodes données est notifiée en amont à l’AESH.

Lorsque l’AESH exerce dans une école, le directeur de l’école est à son égard délégataire de l’autorité de l’employeur quant à la direction et l‘organisation de son travail, dans le cadre des attributions attachées à la fonction de directeur chargé, conformément à l’article 2 du décret n° 89-122 du 24 février 1989 modifié relatif aux directeurs d’école, de veiller à la bonne marche de l’école et au respect de la réglementation qui lui est applicable.

Dans l’établissement d’enseignement privé sous contrat, « le chef d’établissement assume la responsabilité de l’établissement et de la vie scolaire » (article R. 442-39 du Code de l’éducation) et a donc autorité sur l’AESH.

Note de l’UNEAVS

Pour ne pas se laisser impressionner par la phraséologie du passage de cette circulaire : « c’est qui le patron ? », nous éclaircissons le sujet.

L’autorité hiérarchique académique d’un AESH est toujours détenue par celui ou celle qui a le pouvoir de recrutement, d’évaluation, d’ avancements d’échelons et de grades pour la rémunération , des dispositions disciplinaires, des  décisions de  changements d’affectation impliquant une modification de contrat…. L’autorité hiérarchique s’impose de droit à l’agent AESH.

L’autorité fonctionnelle reste un pouvoir dont sont investies des personnes (Inspecteur de circonscription, chef d’établissement scolaire publique ou privé, coordonateurs PIAL, enseignant référent ASH, enseignants,….) à raison de leur seule fonction qu’elles remplissent ou qu’elles exercent dans un cadre institutionnel déterminé qui permet  le « bon fonctionnement » de la classe pour un enseignant, de l’établissement scolaire pour un proviseur ou un principal, du service contrôle activités des AESH pour un coordonnateur PIAL par exemple. Cela concerne la gestion des plannings, la conduite des entretiens professionnels, le respect des règlements intérieurs, les changements d’activités en interne….

De fait, une autorité fonctionnelle ne peut s’ imposer de droit  à un agent AESH  En cas de litiges, de différents  avec une décision prise ou imposée par une autorité fonctionnelle, un agent AESH a le droit et le devoir de s’en remettre à son autorité hiérarchique pour trancher le litige, le différent. Notre conseil : avant de s’adresser à son autorité hiérarchique en vue de trancher un litige, un différent avec une autorité fonctionnelle, se faire conseiller et accompagner par une organisation syndicale représentative de l’éducation nationale.

49 commentaires pour condition d’emploi (Fonctions et lieux d’exercice)

  1. Sapers dit :

    Bonjour,

    Je suis nouvelle aesh dans le 78 depuis septembre. C’est un emploi que je vis mal du fait de sa précarité et du manque de formation à la prise de poste, je me sens démunie. J’ai parlé de mon mal être à ma rh dsden et à l’enseignante referante qui m’ont répondu que je n’avais qu’à démissionner, ce qui bien sûr m’est impossible car je n’aurai plus de revenus.
    J’ai été changé d’affectation début novembre, on me change à nouveau d’affectation en janvier dans 2 écoles différentes..
    J’ai vu un médecin agréé qui a rédigé une lettre et demandé un examen médical spécialisé, la case pour inaptitude ne figurant pas sur le document. Tout a été envoyé à ma rh il y a plus de 15 jours et je n’ai aucune nouvelle.
    Concernant mes affectations j’ai demandé à signer des avenants, ma rh et l’enseignante referente m’ont dit que je n’avais rien à signer dépendant d’un pial, la mobilité est de mise.
    Tout cela est il normal svp ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Tout cela est il normal svp ? »
      Oui parce que vous êtes confronté à une situation difficile de vie, source de souffrance.
      Tout d’abord, entre le besoin vital de trouver un moyen lgitime de subsistance financière (rémunération mensuelle ) et la nécessité d’accomplir un travail AESH sans formation, sans réelle connaisance de ce qui est attendu de vous, vous vivez une situation de terrible dilemme, source de souffrance physique et émotionnelle. La proposition de rh dsden et de l’enseignante referante de démissionner de votre emploi AESH ne résoud pas evidemment pas ce terrible dilemme.

      Ensuite, après consultation du médecin agré, s’est profilé l’avis médical d’une possible inaptitude à un emploi AESH. entre le moment où cet avis médical du médecin agréé et sa prise en compte par votre employeur, les delais peuvent être long (2 mois en moyenne). Vous restez toujours dans la situation de dilemme : votre soufrrance, votre mal être n’est toujours pas reconnu. vous ne savez pas de quel lendemain votre chemin de vie sera fait.

      Par ailleurs, vous êtes en emploi AESH dans le cadre d’un PIAL, une organisation regroupant plusieurs écoles où vous êtes susceptibles d’intervenir. Il peut être raisonnablement envisagé que RH DSDEN et enseignante référente aient été sensible à votre mal être et le changement d’affectation (légal) intervenu aurait pour objet de vous offrir un cadre de travail moins contraignant pour vous. Mais cela ne résoud pas votre dilemme: le besoin vital de trouver un moyen élgitime de subsistance financière (rémunération mensuelle ) et la nécessité d’accomplir un travail AESH sans formation, sans réelle connaisance de ce qui est attendu reste dans cette nouvelle affectation comme dans l’ancienne.
      Votre soufrrance, votre mal être n’est toujours pas reconnu. vous ne savez pas de quel lendemain votre chemin de vie sera fait.

      Aussi, Il nous semblerait pertinent pour sortir de ce dilemme d’envisager de consulter votre médecin traitant et de s’entretenir avec lui sur votre mal être physqiue et moral actuel qui doit être pris en considération. Avec l’aide de votre médecin, Il vous faudra envisager la possibilité de se mettre en arrêt maladie pour un temps indéterminé, le temps que vous souffliez un peu, le temps que vous preniez un recul salutaire pour réfléchir à un chemin de vie personnel et professionnel plus conforme à vos aspirations. Savoir dire un moment à son médecin à l’écoute: stop, cela ne va pas, je sens que je plonge…il faut que je respire loin de mon travail ….est la première démarche pertinente pour sortir de votre dilemme de vie actuelle.
      Bon courage.

  2. PetitesFleurs dit :

    Bonjour. Merci pour votre implication et la précision de vos réponses.
    Je suis AVSco en Ulis primaire. Si l’enseignant de la classe fait grève et qu’on me demande tout de même d’être présent dans l’établissement quelles sont les missions que l’on peut se voir attribuer ?
    Peut on nous demander d accompagner des enfants qui n’ont pas de.notifications MDPH?
    (Votre formulaire de soutien qui n est plus à la bonne date est il encore valable?)
    Merci pour vos réponses

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « quelles sont les missions que l’on peut se voir attribuer ? »
      Que votre collègue enseignant soit absent et/ou les élèves basent ou non, vous restez AESH, ce qui implique que vos missions restent celles d’un AESH.
      en cas de grève et que l’ensaignant de l’ULIS soit absent, Vous faites les heures de votre contrat pour seconder sur sollicitations les enseignants présents de l’établissement dans l’accompagnement d’autre éléve ou des élèves, en priorité en difficultés scolaires ou porteurs de handicap identifié, pas nécessairement notifié MDPH. Il s’agit là d’une activité ponctuelle, guidé par les circonstances (gréve)
      Vous pouvez aussi vous consacrer à des tâches annexes en lien avec votre mission AESH

      En réponse à votre interrogation, « Votre formulaire de soutien qui n est plus à la bonne date est il encore valable? »
      Oui. Il vous suffit de barrer la date d’adhésion (et la remplacer par année 2019-2020). C’est la date de réception de votre bulletin d’adhésion qui fait foi.
      En grand merci pour votre soutien toujours bienvenu.

  3. Cassin dit :

    19
    Bonjour, si un AESH quitte notre établissement et que l’on demande plus d’heures suite à son départ auprès du responsable du dispositif AESH, le principal de notre établissement peut-il nous reprocher de ne pas avoir respecter la voie hiérarchique en ne passant pas par lui.
    Merci.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » le principal de notre établissement peut-il nous reprocher de ne pas avoir respecter la voie hiérarchique en ne passant pas par lui. »
      Oui. Votre demande d’augmentation de votre durée annuelle de temps de service auprès de votre employeur (Rectorat via DDEN) serait justifié par le constat d’absence d’un collègue AESH au sein de l’établissement scolaire. Or, c’est du domaine de responsabilité du chef d’établissement scolaire que d’apprécier si cette absence de ce collègue AESH est susceptible de nuire au besoins de service et d’en faire état ou non auprès de son autorité hiérarchique (rectorat via DDEN).
      En clair, avant d’adresser une demande d’augmentation de votre durée annuelle temps de travail, mieux vaut s’ assurer auprès de votre chef d’établissement son avis. A votre chef d’établissement scolaire (principal) ensuite d’apprécier si votre démarche se doit être appuyé ou non.

  4. Moos dit :

    Bonjour

    Si on déménage dans un autre département et que l’on signale notre changement d’adresse, cela à t’il une incidence sur la continuité de notre emploi ? Peut-on nous contraindre à démissionner ?

    Merci de votre réponse ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « cela à t’il une incidence sur la continuité de notre emploi ? » et suivante  » Peut-on nous contraindre à démissionner ? »
      Un changement de domicile induisant un déplacement sur un autre département implique que vous aurez à présenter votre démission au préalable à date d’effet de changement de domicile.
      Dès installation sur le nouveau lieu de résidence, vous aurez à vous inscrire comme demandeur d’emploi à Pôle emploi et y effectuer une demande en indemnisation ARE (assedic). Sur votre nouveau lieu de résidence, vous pourrez déposer un dossier de candidature à un poste AESH auprès de la DDEN du département (lettre de motivation + CV + lettre de recommandation professionnelle). Si votre candidature est retenue, une proposition de CDD AESH peut vous être formulé, pas nécessairement dans les mêmes conditions que le précédent.

      • Moos dit :

        Bonjour

        Merci pour votre rapide réponse.
        J’avoue que je ne comprends pas pourquoi un changement de domicile m’oblige à poser ma démission ?
        J’assume les frais et le temps de trajet en quoi cela concerne l’administration ?
        Cela signifie qu’une personne qui est domiciliée dans le 75 ne peux travailler en tant qu’AESH que dans le 75 ?

  5. Nono dit :

    Bonjour,
    Je suis APSH, j’accompagne depuis 6 ans un professeur dans le cadre de ses missions.
    Cette année, le chef d’établissement a décidé unilatéralement de revoir complètement mon planning horaire et souhaite que j’effectue la totalité de ma quotité horaire (31h par semaine) en présence physique exclusive au sein de l’établissement sur des horaires définis à l’avance.

    Hors depuis le début (2013), j’accompagne le professeur sur l’ensemble de ses missions (déplacement, travail à domicile… comme indiqué dans la prescription du médecin).

    Je serai donc présente à certains moments quand le professeur n’y est pas, et absente quand il a besoin de moi (il effectue des déplacements depuis ces 6 ans, le soir, le samedi ou à l’étranger).

    Ma question: Est-ce que la quotité de service indiquée dans le contrat de travail (ici 31 heures à effectuer par semaine) doivent s’effectuer exclusivement au Collège (suite à une réforme peut être?) et est-ce qu’il existe des heures « hors plages classiques » « complémentaires » que je peux mettre en avant (style: conseil de classe, accompagnement extérieur…).

    Par avance, un grand merci pour vos éclaircissement
    Nono

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que la quotité de service indiquée dans le contrat de travail (ici 31 heures à effectuer par semaine) doivent s’effectuer exclusivement au Collège » et suivante « est-ce qu’il existe des heures « hors plages classiques » « complémentaires » que je peux mettre en avant »

      Pour pouvoir vous répondre avec pertinence sur la constitution de votre planning temps de travail hebdomadaire, nous devons disposer plus de précision sur votre CDI APSH : La quotité temps de travail annuel attribué ou % par rapport à un temps complet.
      Nous vous rappelons qu’il est bien du domaine de responsabilité de votre chef d’établissement scolaire d’affectation de « fixer » votre planning temps de travail hebdomadaire. Si les prescriptions du médecin de prévention concernant votre collègue professeur se doivent être respectées par le chef d’établissement scolaire, il n’en demeure pas moins que l’exercice de vos fonctions (APSH) s’effectue au sein de l’établissement scolaire, sur indication de votre chef d’établissement scolaire et non du médecin de prévenation.
      De même, toute demande ou souhait d’accompagnement hors de l’établissement scolaire par votre collègue professeur, quelque soit son objet, doit donner lieu à un ordre de mission écrit préalable, qui après avis consultatif du chef d’établissement scolaire, sera validé ou non par votre employeur.
      Concrètement, vous ne pouvez pas, par vous même ou simple souhait de votre collègue professeur, exercer des missions d’accompagnement hors établissement scolaire sans en avoir l’autorisation écrite de votre employeur (via chef d’établissement scolaire)et acté par un ordre de mission. (pour en savoir plus, sur Déplacement par nécessité de service : L’ordre de mission obligatoire « , cliquer ICI.

      • Nono dit :

        Merci pour votre réponse. Je n’ai pas précisé que j’accompagne un professeur documentaliste et que dans le cadre de ses fonctions il doit effectuer 30 heures par semaine + 6 heures hors établissement consacrées aux relations extérieures. Qu’en est il de ces heures? Dois je avoir recours à un ordre de mission pour ce temps de travail en extérieur que j’accomplie depuis 6 ans ?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Qu’en est il de ces heures? » et suivante  » Dois je avoir recours à un ordre de mission pour ce temps de travail en extérieur que j’accomplie depuis 6 ans ? »
          Tout d’abord, s’agissant les heures de relation « extérieurs », il appartient toujours à votre collègue professeur documentaliste de formuler une demande d’accompagnement par APSH auprès de son autorité hiérarchique, ce qui suppose pour un déplacement de fournir objet de la mission, lieu départ et d’arrivée, durée et horaires prévisible
          Pour votre part, quelque soit l’objet du déplacement à effectuer hors établissement scolaire, il doit toujours doit donner lieu à un ordre de mission validé par votre employeur, après avis consultatif du chef d’établissement scolaire. Cet ordre de mission peut être permanent mais vous avez bien une obligation avant chaque déplacement à l’extérieur d’en obtenir l’autorisation au chef d’établissement scolaire.
          En fait, ces mesures n’ont pas un caractère coercitif comme vous semblez le craindre. Elles ne visent simplement qu’à assurer votre couverture en cas d’accident lors de votre déplacement et réalisation de votre mission d’accompagnement à l’extérieur. Sans un ordre de mission depuis 6 ans, il pouvait être considéré que vous étiez en déplacement privé, effectuant une mission d’accompagnement sans autorisation de votre employeur. Ainsi, effectuer un accompagnement de votre collègue professeur à domicile ne rentre pas dans vos attributions légales.

        • Nono dit :

          Un grand merci pour vos réponses. Dernière question. Etant enceinte (6 ème mois) , j’ai effectué une demande pour un aménagement des horaires qu’on m’a refusé. Je pensais que les AESH/APSH avait droit à ces aménagements sachant que je suis à temps complet 37h (quotité 94%).

          Pouvez-vous m’éclairer ?
          Ce qu’on trouve sur: https://www.fonction-publique.gouv.fr/conge-de-maternite n’est pas valable pour moi donc?

          Aménagement des horaires de travail pour femmes enceintes :
          1 h/jour maximum à partir du 3 ème mois de grossesse:
          – sur avis du médecin de prévention
          – compte tenu des nécessités des horaires du service.

          Encore merci,
          Bien cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous m’éclairer ? »
          Vous en avez bien le droit d’en bénéficier.Le refus d’accorder ce droit reste conditionné ou par l’avis du médecin de prévention de l’éducation nationale (à défaut le médecin traitant) et en dernier ressort, la fameuse nécessité de service. Cette dernière serait invoqué parce que votre employeur (via chef d’établissement scolaire) estimerait qu’un aménagement de vos horaire perturberait de manière conséquente le service d’accompagnement de l’élève ou du professeur en bénéficiant. Grosso modo, il serait estimer que l’élève ou le professeur ne saurait survivre à votre absence de 1 heure quotidienne.
          A notre sens, Vous devriez prendre contact avec une organisation syndicale au plus vite et après exposer votre situation, nous pensons qu’elle serait plus à même d’intervenir avec efficacité auprès de l’administration employeur pour que votre droit à aménagement d’horaire de travail pour femme enceinte soit respecté.

  6. Florent dit :

    Bonsoir,

    Je suis affecté sur 3 écoles. Je dois changer d’école en cours de demi-journée, mon emploi du temps (24h) ne peut pas être fait autrement. Je dois donc prendre mon véhicule pour me rendre dans une autre école en matinée ou l’après-midi . Je suis donc sur 3 écoles différentes pour une journée. Bien que ces écoles ne soient pas si éloignées les unes des autres (6/8km et 13km de chez moi) qu’en est il des assurances, des remboursements kilomètriques , du droit etc….. Merci pour votre réponse !!!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « qu’en est il des assurances, des remboursements kilomètriques , du droit etc…. »
      Nous traitons tout particulièrement ce sujet de déplacement avec véhicule personne sur la page « Déplacement par nécessité de service : L’ordre de mission obligatoire » consultable en cliquant ICI.

      Nous attirons votre attention que, malgré les textes réglementaire existant, il n’est jamais procédé par les autorités académiques le remboursement des frais de déplacement entre établissement scolaire (mi-journée) des agents AESH usant leur véhicule personnel pour ce faire (même avec autorisation).
      IL vous appartient de faire savoir aux 2 chefs d’établissement scolaire concernés qu’il leur appartient en propre de vous désigner un mode de transport autre (bus, train, taxi) que votre véhicule personnel pour les déplacements personnels et d’en assumer les frais occasionnés de déplacement sans que vous en assumiez l’avance des dits frais.
      Par ailleurs, nous vous signalons que tout temps de déplacement professionnel entre 2 établissements scolaires se déroulant en demi-journée (matin ou AM) est à comptabiliser obligatoirement comme temps de travail « fixe » dans votre planning horaire hebdomadaire.

      • Zerbib Sylvie dit :

        Bonjour,
        AESH en CDD renouvelé pour un an depuis fin avril 2019 par la DSDEN, je me retrouve sans affectation depuis la rentrée. J’ai pourtant fait ma rentrée avec l’enfant que j’accompagnais l’année dernière puisque je n’ai été informé par personne du changement d’affectation et c’est la directrice de l’école qui m’a annoncé la nouvelle en fin de semaine, après avoir travaillé une semaine sans aucune assurance.
        Je me suis mise en contact avec la DSDEN, le PIAL et l’inspection académique mais je n’ai de réponse de personne.
        Mes questions, est ce normal de ne pas être informé d’un changement d’affectation?
        Vais je percevoir mon salaire normalement en fin de mois?
        Je suis dans l’incompréhension totale de cette situation que je trouve humainement difficile à vivre, nous ne sommes pas que des numéros…
        Merci d’avance pour vos réponses.
        Sylvie.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « est ce normal de ne pas être informé d’un changement d’affectation? »
          Oui, si l’on peut dire ainsi au regard du cadre légal. Vous êtes en poste AESH dans l’école d’affectation désigné par votre contrat depuis fin avril 2019. Tant que vous n’avez pas été informé d’un changement d’affectation, vous avez à rester à disposition du chef d’établissement scolaire désigné par contrat, (y compris depuis la rentrée scolaire). A défaut d’accompagnement d’élève notifié MDPh, il appartient au chef d’établissement scolaire de vous fixer des tâches ou activités en rapport avec vos missions AESH. D’avoir informé votre employeur DDEN de votre situation est pertinent.

          En réponse à votre interrogation, « Vais je percevoir mon salaire normalement en fin de mois? »
          Oui.Tant que le CDD AESH est en cours de réalisation, l’employeur est tenu de vous rémunérer jusqu’à son terme.

  7. libellule dit :

    33 gironde
    Bonjour!
    Je suis aesh ecole élémentaire et collège.
    L éleve que j accompagne au collège est en troisième. Il passe donc son brevet fin juin.
    Ses cours s arretent donc après le brevet et donc il ne vient plus en cours la 1ère semaine de juillet. J ai demandé à la principale du collège si je devais venir.Réponse : »Je vous éjecte à la vie scolaire! »
    Peut-elle me l imposer ou est ce que je peux aller dans l autre établissement ou je suis aussi affectée ?
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Peut-elle me l imposer ou est ce que je peux aller dans l autre établissement ou je suis aussi affectée ? »
      Dans le collège, vous êtes tenu à la réalisation de votre temps fixée par planning horaire hebdomadaire, même en l’absence de l’élève. Pendant cette période, vous ne pouvez que réaliser des tâches en conformité de vos fonctions AESH, même si vous avez été « éjecté » au service scolaire par le principal du collège. Ce dernier, nous en convenons, présente cette caractéristique d’être un malotru.

      • libellule dit :

        gironde 33
        Bonjour!
        Merci pour votre réponse relative à la semaine de juillet qui m indique que je devrai être presente même si l elève que j accompagne aura passé son brevet et donc ne sera pas présent.Toutefois si on m indique que je dois aller à la vie scolaire en m imposant des tâches de surveillance ne correspondant pas aux missions d aesh?Quelle est la posture à adopter?Puis je aller en salle des profs en disant que je suis à leur disposition pour des missions aesh ou dois je accepter des missions vie scolaire pour ne pas être pénalisé par la principale ou son adjointe qui pourrait mal me noter?Pour info ces 2 personnes ne seront plus la a la prochaine rentrée. Elles changent d établissement!

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation, « Quelle est la posture à adopter? :Puis je aller en salle des profs en disant que je suis à leur disposition pour des missions aesh ou dois je accepter des missions vie scolaire pour ne pas être pénalisé par la principale ou son adjointe qui pourrait mal me noter? »
          Vu que chef d’établissement scolaire (principale) et son adjointe sont déjà sur la ligne de départ (mutation), soyez aimablement poli en leur signalant que la nouvelle circulaire n° 2019-090 du 5-6-2019 relatif aux AESH dont ils ont reçu copie dicte au chapitre 3- (Les conditions d’exercice des fonctions d’AESH) sous chapitre 3-1 Fonctions exercées « … Les agents ne doivent pas se voir confier par les services académiques, par les écoles ou les établissements des tâches ne figurant pas dans les textes qui leur sont applicables… »
          rajoutez sur mode « n’est-ce pas ? » que vous ne voudriez pas en acceptant des tâches de surveillance à la vie scolaire les contraindre à se mettre en porte à faux avec ces instructions ministérielles. Suite de quoi, tournez leur le dos fissa et filez salle des profs ou au CDI et au besoin y rester en se grattant les jambes pour avoir des bas rouges.

    • Camille dit :

      Bonjour ,
      J’étais l’année précédente en accompagnement AESH d’un élève de CM2. Cette année s’est passée . Lors d’une réunion de suivi de l’élève , avec le Psychologue , le référent scolaire , l’institutrice , le Directeur de l’Ecole , les parents , l’élève et moi même , toute l’équipe a spécifié que dans l’intérêt de l’enfant il fallait que j’assure l’accompagnement de cet élève pour son entrée en 6 ème , les parents étaient contents , l’élève aussi et je l’étais aussi !!! Le dernier jour d’école l’élève m’avait écrit quelques mots comme  » Bonnes Vacances et à très bientôt au Collège  » . Le fait de savoir que je l’accompagnerai pour cette transition Ecole / Collège semblait le rassurer . En fin d’année j’avais même envoyé un mail à l’académie pour repréciser que toute l’équipe éducative avait conseillée que ce moi qui assure l’accompagnement . Je ne sais pas si les choses dites ont été écrites quelque part ???
      2 ou 3 jours avant la rentrée ( vers 27 Août 2019) j’ai reçu un mail d’affectation sur un Collège , mais pas celui où j’aurais dù accompagner l’élève de CM2 vers la 6ème !
      Je n’ai absolument pas compris le sens de ce changement absurde , car il avait été pourtant convenu que j’assure son accompagnement sur la 6ème .

      Je me demande bien ce qu’il a pù se passer , puisque tout fonctionnait bien !!! J’ai essayé de chercher à savoir pourquoi un tel changement ? Même mon Directeur de l’Ecole semblait étonné et déçu pour moi ! Je me demande ce que l’enfant a bien pù penser à la rentrée en voyant une autre AESH ! Je suis affectée dans un Collège de 750 élèves , où je ne me plais pas ,en accompagnement de 3 ou 4 élèves .

      J’ai essayé de joindre l’académie pour comprendre cette décision , mais on m’a dis au téléphone  » rappelez dans 1 mois car Mme …. est occupée en ce moment , c’est comme ça ! ce n’est pas la priorité de Mme …. !!!  »

      Je déplore cette gestion de personnels , je me suis sentie un « vrai pion pion pion  » que l’on déplace au gré des vents sans même se préoccuper de l’intérêt de l’élève ( et de l’Aesh par la même occasion ! ) Du coup , je me demande à quoi sert ces réunions de suivi , si les actes ( affectation ) ne sont pas en adéquation avec les avis de toute l’équipe enseignante? Il se trouve que depuis ce changement d’affectation ( sans concertation ) je ne suis pas bien du tout , presque déprimée par ce non sens et ce mode opératoire , je n’ai pas encore signé ce nouveau contrat , je temporise , je souffre d’insomnies depuis ce changement absurde …je ne sais pas quoi faire , je pense même à faire un courrier au ministre de l’Education pour évoquer cette histoire absurde ? Qu’en pensez -vous ?

      Merci à vous . Bien Cordialement . Camille

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation,« Qu’en pensez -vous ? »
        C’est un fait. En matière d’inclusion d’élève en situation de handicap, il peut exister un fossé abyssal entre les préconisations formulées par une équipe de suivi de scolarisation d »un élève au sein d’un établissement scolaire et la pratique de mise en oeuvre de ses préconisations par un service IA ASH. La difficulté pour un agent AESH reste ce constat récurrent que sa parole n’étant pas entendue, ni prise considération, il se retrouve en dernier lieu à se voir imposer ou non des changements brutaux d’affectation. Les années passant, l’expérience professionnelle s’accumulant, la lassitude de ces changements brutaux s’installe…
        Pour être honnête, au sein de l’équipe UNEAVS, nous en sommes à considérer que les conditions de travail sont devenues tellement désastreuses depuis 2 ans pour les agents AESH en poste que nous ne leur donnons plus tort de se désintéresser de leurs fonctions et d’envisager de les quitter pour un autre champ de vie professionnelle. Nous estimons qu’actuellement l’inclusion des élèves en situation de handicap est un immense duperie et en voie d’échec pédagogique, éducative et sociale.

        • Pascale LENOIR dit :

          Je vous remercie de votre réponse et de la justesse de vos propos car c’est exactement ce à quoi je pensais. L’AESH peut bien bien penser ce qu’elle pense , ce n’est  » là haut  » pas le cadet de leur soucis ! J’ai pu demander un RDV pour exposer ma situation , voir même envoyer des mails , mais tout cela reste sans aucune réponse , ni même la possibilité d’entrevoir un futur RDV …..je vis de plus en plus mal cette inconsidération et cette forme de mépris ! J’envisage même maintenant au bout de quelques années, de modifier ma trajectoire professionnelle . Merçi à vous de nous aider à y voir plus clair .

  8. Avs du 91 dit :

    Bonjour

    ASEH en ulis élémentaire depuis maintenant 5 ans avec des enfants adorables. En 5 ans , 5 enseignants différents, chacun avec leurs demandes spécifiques, c’est lourd parfois.
    Cette année je pense que j’ai tiré le jackpot! Pourtant je n’ai jamais joué au loto.
    Souvent je reçoit des réflexions devant les élèves, malgré une mise au point après la première réflexion. « Je t’ai demandé hier de faire un affichage, tu ne l’as pas fait , t’exagère ». Et j’en passe…
    Concernant nos tâches il n’y a pas un article de loi précis ( ou je n’ai pas trouvé), sa reste tres flou.
    Pour ma part le matin je dois inscrire les enfants a la cantine, à l’étude. C’est moi qui prends en charge les cahiers de corespondence , c’est encore moi qui s’occupe de la coopérative scolaire, commande des photos de classe, les bordereaux à remplir pour les taxis. C’est moi les photocopies, je lui est installé sur l’ordinateur le logiciel pour pouvoir imprimer sur l’imprimante de l’établissement, du coup c’est moi qui imprime , c’est moi qui plastifie, qui découpe, qui affiche , qui lave les pinceaux et les pots de peinture. Je prépare des affichages pour la classe alors qu’en fin d’année si elle part, elle part avec. On me demande de faire de l’anglais avec un groupe des enfants, personnellement je n’ai pas la formation pour. Elle m’informe que à long terme elle aimerait que je lui prépare les seances. Je ne suis pas formé ni payé pour ! Et là elle me demande de ranger ses propres classeurs des leçons avant la fin des vacances. A mon refus elle insiste que c’est le rôle de l’avs. Je lui rappelé que mon rôle c’est d’être la pour les enfants pas son assistante.
    Je ne suis pas au courant de ses rdv, des décisions prises pour les élèves avec les intervenants extérieurs comme Sessad, Cmpp, psychologue…
    J’ai informé le directeur du l’établissement qui ne fait rien du moins pour le moment puisque l’enseignante est une personne qui change souvent d’établissement car à chaque fois sa se passe mal et je pense que la direction ne veut pas des conflits.
    Qu’est ce que je peux faire ????

    Une AVS au bord de la dépression du 91.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’est ce que je peux faire ??? »
      A lire votre témoignage, nous pensons que vous êtes tombé sur la catégorie d’enseignante ULIS type terroriste d’AVS, ayant la particularité d’être une perverse manipulatrice. Les terroristes de cet acabit ont besoin d’une victime (vous) et pour persécuter la victime, d’agir sans témoin, hors des regards. Il est inutile de chercher pourquoi un terroriste agit ainsi (il ne le sait pas lui-même),ni de tenter d’obtenir des explications de sa part (il a toujours raison), ni d’espérer un changement d’attitude (il ne vit qu’en imposant des jeux relationnels malsains sans fin).
      Maintenant que vous savez à peu près le type de personnage qui vous fait face , il s’agit dans un premier temps: être soi-même au clair sur les missions AVS fixées par l’autorité hiérarchique, votre employeur (celui qui est marqué dans mon contrat de travail) et dans un deuxième temps comment faire face à cette terroriste au quotidien.

      être soi-même au clair sur les missions AVS
      Sur la page consacrée à Conditions d’emploi (missions et activités) des AESH/AVS consultable en cliquant ICI, vous trouverez l’ensemble des tâches et activités qu’il peut vous être assigné. Comme vous le constaterez, il ne vous est pas demandé d’être le substitut de l’enseignant, ni d’être sa bonniche de service au gré de ses humeurs.
      Donc, d’emblée, en cas de désaccord sur une tâche qui ne vous parait rentrer pas dans vos attributions , toujours annoncer haut et fort au terroriste que vous demandez l’arbitrage de votre employeur et du service IA ASH. Inviter le terroriste à le faire lui même et si refus de sa part, vous lui annoncez haut et fort que vous avez le faire (et faites-le sans tarder sans écouter ses protestations éventuelles).

      comment faire face à cette terroriste au quotidien.
      Pour agir, un terroriste mental a besoin d’avoir sa victime sous la main, sans témoin susceptible d’intervenir.
      …Souvent je reçoit des réflexions devant les élèves, malgré une mise au point après la première réflexion. « Je t’ai demandé hier de faire un affichage, tu ne l’as pas fait , t’exagère ». Et j’en passe…
      premier principe de base:
      ne jamais chercher à rentrer dans le jeu d’un pervers en lui demandant des explications de sa part. La seule attitude à avoir en cas de récrimination de sa part reste de l’écouter, de ne pas répondre et de manifester sa réprobation en silence en lui tournant le dos et quitter immédiatement la classe en le laissant seul (à faire : y compris en présence des élèves).
      Vous allez ensuite voir le directeur en lui expliquant les faits et en réitérant haut et fort que vous n’êtes pas AVS pour être objet d’humiliation devant des élèves.

      … je dois inscrire les enfants a la cantine, à l’étude. C’est moi qui prends en charge les cahiers de correspondance , c’est encore moi qui s’occupe de la coopérative scolaire, commande des photos de classe, les bordereaux à remplir pour les taxis…
      Passe d’inscrire les enfants à la cantine, à l’étude mais s’agissant la prise en charge des cahiers de correspondance,de la coopérative scolaire, commande des photos de classe, les bordereaux à remplir pour les taxis… relèvent de la responsabilité stricte de l’enseignante désigné pour ce faire.
      Première mesure de santé mentale à effectuer:
      refusez net d’effectuer la prise en charge des cahiers de correspondance,de la coopérative scolaire, commande des photos de classe, les bordereaux à remplir pour les taxis… en arguant l’opposition de votre employeur pour ce type de tâches relevant de la responsabilité stricte de l’enseignante. en cas de de difficulté, inviter cette dernière à prendre avis auprès de votre employeur et service IA ASH.

      je lui est installé sur l’ordinateur le logiciel pour pouvoir imprimer sur l’imprimante de l’établissement, du coup c’est moi qui imprime…Je prépare des affichages pour la classe alors qu’en fin d’année si elle part, elle part avec.
      Deuxième mesure de santé mentale à effectuer se dégagez de l’emprise d’un terroriste
      -Désinstaller d’office le logiciel et annoncez à votre enseignante terroriste qu’en raison d’un logiciel devenu périmé, elle aura à trouver une solution par elle même pour le tirage de ses documents.
      -continuez sur demande à plastifier docs laver les pinceaux et les pots de peinture après une activité, cela présente l’avantage provisoire d’être hors de portée de la terroriste.
      -Ne plus préparer les affichages: c’est du domaine de responsabilité stricte de l’enseignante.

      On me demande de faire de l’anglais avec un groupe des enfants, personnellement je n’ai pas la formation pour. Elle m’informe que à long terme elle aimerait que je lui prépare les seances
      Dans ce cas précis, il faut annoncer haut et fort devant cette enseignant et en présence de votre directeur d’école que l’exigence d’accomplir une tâche d’enseignante (cours d’anglais à des élèves) et de la préparation de séances pédagogiques en lieu et place de l’enseignante feront de votre part l’objet d’une demande d »autorisation pour accomplir ces tâches auprès de votre employeur EPLE (autorité hiérarchique), copie au service IA ASH et la DSDEN. Faites cette demande sans tarder et sans vous préoccuper des réactions du directeur d’école et de l’enseignante.

      …elle me demande de ranger ses propres classeurs des leçons avant la fin des vacances. A mon refus elle insiste que c’est le rôle de l’avs. Je lui rappelé que mon rôle c’est d’être la pour les enfants pas son assistante...
      Vous l’avez déjà compris. Si cette enseignante vous demande de ranger ses propres classeurs avant la fin des vacances, c’est qu’elle a soif d’exercer une emprise sur vous même pour mentalement et physiquement afin vous détruire par perversité manipulatrice. C’est le propre d’un terroriste enseignant, pour masquer ces propres insuffisances, il ne peut s’empêcher de chercher une victime pour la détruire.
      Pour vous, vous avez dans les plus brefs délais à vous en écarter sans lui donner de quoi ronger un os.

  9. douceargile dit :

    Dans le 59….
    Bonjour, une question un peu bête : qui change les couches d’un enfant en petite section de maternelle : l’AESH ou l’ATSEM ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « qui change les couches d’un enfant en petite section de maternelle : l’AESH ou l’ATSEM ? »
      Cela relève de la responsabilité de l’ATSEM. Soyons direct: grandir en petite section maternelle hors présence de maman est une haute entreprise périlleuse. Un incident malodorant au fondement d’un héros de la maternelle surtout les 3 premiers mois pouvant arriver, il faut savoir être bienveillant à son égard pour un changement de la couche pour suppléer l’ATSEM absente ou indisponible.

  10. Aesh en colère du 95 dit :

    Bonsoir, suite à un cui, j’ai accepté un cdd d’AESH i à 50 % comprenant une seule notification de 14h auprès d’un élève.
    Lorsque j’ai parlé des 6h restantes à la directrice, elle m’a répondu que j’aiderai les enseignants ou elle-même. Hors mon élève notifié étant absent depuis la rentrée, je me retrouve à faire le travail de préparation d’une enseignante de CP (préparation des cahiers, étiquetage de manuel, pointage des formulaires rendus par les parents…). L’utilisation des avs/aesh en tant que « petite main » est apparemment une habitude dans cette école.
    Que dit la réglementation dans mon cas ?
    Que puis-je faire ? Sachant que je n’ai pas d’enseignant référent en poste actuellement.

    Je pense sérieusement à stopper ma période d’essai.

    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Que dit la réglementation dans mon cas ?  » et suivante « Que puis-je faire ? »
      Il n’y a pas de réglementation mais des instructions académiques (DSDEN) indiquant qu’en cas d’absence momentanée de l’élève dont vous assurez l’accompagnement, vous avez à rester à disposition du chef d’établissement. A charge de ce dernier de vous confier des tâches en rapport avec votre mission AESH. Les tâches que vous nous signalez restent plutôt basiques, un passage obligé, en ce début de rentrée scolaire dans les classes. l’activité scolaire (apprentissage), proprement dite, ne démarrant véritablement en douceur qu’à partir de la 2ème semaine.

  11. Lilounette04 dit :

    Vaucluse – bonjour. je suis encore en vacance a letranger et je commence cette année en tant quaesh dans le public mais je n’ai aucune nouvelle de lacademie pr la signature du contrat initialement prevu le 31 mais je netais pas dispo! De plus il faut se présenter directement aux établissements ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, «  je n’ai aucune nouvelle de lacademie pr la signature du contrat initialement prevu le 31 mais je netais pas dispo! De plus il faut se présenter directement aux établissements ? »
      La pré-rentrée des AESH en CDD/CDI s’effectuait le 04/09 et la rentrée des élèves s’effectuait le 04/09, sans doute faudrait-il penser à être dispo pour contacter l’académie pour savoir où vous en êtes avec votre contrat et affectation ?

  12. Christelle Hxxxxxx dit :

    Bonjour, je suis aesh sur 2 collèges dans le xxxxxx. Je fais les deux établissements dans la même journée.certains jours je fais même des allés retour entre ces deux collèges. Je voulais savoir si on devait me prendre en compte financièrement les déplacements? On m’a répondu que cela n’était pas possible car les établissements se trouvés sur deux communes limitrophes. Je trouve un peut abuser, car en attendant j’utilise mon véhicule.
    Merci par avance de votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » savoir si on devait me prendre en compte financièrement les déplacements? « 
      La réponse apportée est conforme. Maintenant, cela relève de l’abus de pouvoir (de la part des 2 chefs d’établissement) que de vous imposer des allers-retours entre ces deux collèges le même jour autrement que sur temps méridien.
      Donc, soyez tout aussi conforme sans être la poire de service en annoncant bien en retour la couleur au 2 chefs d’établissement
      1- le temps de déplacement entre 2 établissements accompli sur demi-journée (matin et/ou AM) est à comptabiliser comme temps de travail effectif (au même titre qu’un déplacement entre cours dans un établissement)
      2-Vu votre salaire mensuel de tant (mettez sous les yeux votre bulletin de salaire du mois), votre budget personnel ne vous permettant pas l’usage d’un véhicule personnel à usage professionnel entre 2 établissements scolaire (hors temps méridien), vous vous déplacerez désormais
      avec ordre de mission obligatoire écrit de leur part incluant la prise charge frais de déplacement professionnel (voiture)
      A défaut, vous vous déplacerez entre les 2 établissements scolaires concernés en transport collectif (bus). Si refus de la première, faites la seconde sans état d’âme.
      Croyez moi, cela leur fera les pieds à cette annonce tout ce qui a plus de conforme pour vous.

  13. AESH précaire et en colère du 92 dit :

    Bonjour,
    Existe t’il une dérogation pour un ou une AESH voulant travailler en ULIS( anciennement CLIS) sous contrat de droit public signer à la DSDEN ?
    Avez-vous eu vent du changement concernant le fonctionnement des ULIS pour septembre 2016? A savoir que les élèves seraient en classe lambda une bonne partie du temps et en inclusion en ULIS avec un enseignant spécialisé le reste du temps ?

    Merci d’avance pour la réponse.
    AESH 92

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Avez-vous eu vent du changement concernant le fonctionnement des ULIS pour septembre 2016? » et suivante «  A savoir que les élèves seraient en classe lambda une bonne partie du temps et en inclusion en ULIS avec un enseignant spécialisé le reste du temps ? »
      Oui, depuis la parution de la circulaire n° 2015-129 du 21-8-2015 dont vous pouvez en prendre connaissance en cliquant ICI.

  14. AESH92 dit :

    Bonjour

    Existe-t’il une dérogation pour travailler en ULIS (anciennement CLIS)en tant qu’AESH ayant un contrat de droit public (signer à la DSDEN)?
    Car je n’ai pas trouvé sur votre site.
    Merci d’avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Existe-t’il une dérogation pour travailler en ULIS (anciennement CLIS)en tant qu’AESH ayant un contrat de droit public (signer à la DSDEN)? »
      La transformation des CLIS en ULIS ne devrait pas avoir d’incidence sur les nominations AESH qui y sont affectées. Ces affectations sont toujours conditionnées par l’existence d’un besoin d’accompagnement auprès d’élèves notifiés MDPH qui se doivent passer des périodes spécifiques d’apprentissage scolaire au sein d’une ULIS.

      • AESH précaire et en colère du 92 dit :

        Merci pour la réponse.
        Cependant après renseignement auprès de la responsable à la DSDEN ,cette dernière m’a dit qu’il faut soit être en CUI ou avoir signer un contrat avec le Collège employeur .Ce qui est dommage car travailler en Co permet de travailler autrement qu’en individuel et donc une expérience pour la VAE voir le nouveau diplôme AES.
        C’est pour çà que je vous ai posé cette question.Avec le changement de fonctionnement peut-être serons nous éligible aussi?
        Merci encore
        AESH 92

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre commentaire « la responsable à la DSDEN ,cette dernière m’a dit qu’il faut soit être en CUI ou avoir signer un contrat avec le Collège employeur » C’est exact.Nous n’avons jamais prétendu le contraire.

          En réponse à votre commentaire,  » travailler en Co permet de travailler autrement qu’en individuel et donc une expérience pour la VAE voir le nouveau diplôme AES. » la VAE pose tout simplement pour principe que toute expérience professionnelle acquise en lien partiellement ou en, totalité en lien avec des compétences et savoirs faire propre au diplôme visé peut être peut être prise en compte. Pour acquérir le diplôme AES, vous pouvez donc vous appuyer, entre autres, sur toute expérience professionnelle acquise au titre d’AESH-CO ou M ou I, et quelque soit la nature de vos contrats (CUI-CAE ou CDD ou CDI).

        • AESH précaire et en colère du 92 dit :

          Bonjour
          Merci pour votre réactivité et disponibilité .
          AESH

  15. Isabelle H. dit :

    Bonjour à tous
    Je suis aesh-co depuis 6 ans en clis et en cdi depuis novembre 2016.
    quelles ne sont pas mes désillusions et ma colère au fur et à mesures des années qui passent malgré le fait que j’aime ce travail et ces enfants!
    On me demande de ne pas dire la vérité lors
    des équipes de suivi:il faut appliquer  » la politique du verre a moitié plein » selon le
    terme de la maîtresse referente.dire que
    certains enfants sont violents physiquement
    ,dire que d’autres se masturbent en classe ou
    dans les vestiaires de la piscine choquant
    ainsi les autres enfants et les parents
    accompagnateurs,dire que vous vous faites
    insulté par l’enfant et menacé..non c’est
    impossible.la realite est complètement
    masquée et si vous défendez votre point de
    vue malgre le soutien de l’enseignante alors la
    maitresse referente appelle les services de
    l’inspection pour se plaindre de votre
    comportement lors des ess et exige
    que soit je n’assiste plus aux ess, soit je me taise ,soit je répète comme un perroquet ce
    que la psychologue scolaire m’aura dit lors
    d’un debriffage.
    Est ce normal?
    Depuis quelques jours nouvelle colère
    puisque Ma directrice qui est nouvelle depuis la rentree 2015 me demande d’aller ouvrir la
    porte aux parents ou intervenants qui viennent
    chercher les enfants dans la journée a la
    place du gardien car cela le dérange.
    Ainsi je dois arrêter le travail que je fais avec
    les enfants.mais cela ne dérange que
    l’enseignante les enfants et l’avs.
    pourtant il me semble que c’est le travail d’un gardien et que cela fait partie de ses fonctions
    et de sa rémunération
    Là aussi est ce normal?
    Y a t il d’autres avs dans mon cas
    merci pour vos réponses.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, positionnement professionnel face à des actes délictueux d’élève « Est ce normal? »
      La nature des actes commis par des élèves (violents physiquement, se masturbant en classe ou dans les vestiaires de la piscine…) dont vous faites état sont suffisamment en soi choquant. Il est donc sain que votre positionnement professionnel reste celui d’abord d’en avoir prévenu l’enseignante de la classe (vous êtes sous sa responsabilité pédagogique) de ces faits s’étant déroulés durant une ou des activités scolaires. Il appartenait ensuite à cette enseignante seule de prendre les mesures adaptées en signalant les faits délictueux auprès de l’enseignante référente, de sa hiérarchie éventuellement.
      Ou cela se complique pour vous même, c’est qu’une fois votre positionnement professionnel clairement établi vis à vis de votre collègue enseignante, il ne vous appartient plus de « rentrer » ou de « s’immiscer » dans la démarche professionnelle en cours des autres acteurs institutionnels se devant intervenir sur demande de l’enseignante. Votre positionnement professionnelle par rapport à l’enseignante référente, à l’IA demeure celui du devoir de réserve et de discrétion professionnelle, même si vous avez à penser que leur propre positionnement professionnel par rapport à une situation scolaire pour le moins malsaine et violente n’est franchement pas adapté.

      En réponse à votre interrogation, «  aller ouvrir la porte aux parents ou intervenants qui viennent chercher les enfants dans la journée a la place du gardien, est ce normal? »
      Non, ce n’est pas normal. Vous êtes AESH, pas gardien de l’établissement scolaire. En outre, l’ouverture et la fermeture d’un établissement scolaire est du domaine de responsabilité stricte d’un chef d’établissement scolaire ou de l’enseignant désigné à cet effet. C’est une responsabilité qui n’est absolument pas transférable à un AESH.

      En réponse à votre interrogation, « Y a t il d’autres avs dans mon cas ? »
      Oui et en nombre. Les acteurs éducatifs d’un établissement scolaire (chef d’établissement scolaire, enseignants,…) se doivent vivre une révolution silencieuse, celle de l’apparition d’un acteur professionnel de l’accompagnement d’élèves en situation de handicap, l’AESH. Ce dernier se doit trouver sa place dans un établissement scolaire et il ne peut le faire que si les autres acteurs éducatifs de l’établissement scolaire acceptent en respect de ce qu’il est: ni un enseignant, ni un élève mais surtout pas un meuble, un objet corvéable et malléable à merci.

      • Émilie dit :

        Bonjour , je suis esvd dans une école maternelle dans le 44, depuis 6mois je m’occupe d’ouvrir le portail de l’école et de le fermer à chaque horaires et
        à cette rentrée le directeur m’a présenté devant tous les parents en disant que j’ étais le plus plans vigipirate de c l’école ce que je trouve absolument scandaleux c’est qu’elle me demande de d
        fouiller les sacs si besoin et demander une pièce d’identité surtout que je suis toute seule devant le portail portail et que toute l’équipe se trouve dans un immeuble un peu loin et que je n’ai aucun moyen de les appeler à distance que dois-je faire ? j’ai pris la décision de ne pas accepter le renouvellement de mon contrat si on me le propose.
        Merci d’avance

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          En réponse à votre interrogation,  » que dois-je faire ? »
          Refusez cette tâche de surveillance au portail exigée par votre directeur d’école. C’est une tâche inappropriée qui ne relève absolument pas de vos compétences et de votre responsabilité mais de la sienne et de vos collègues enseignants. Le contrôle d’identité et la fouille des sacs réalisée par vos soins vous (comme aux enseignants) sont formellement interdits par la loi.
          Il faut avoir en tête que votre directeur d’école n’est pas votre supérieur hiérarchique. Ce dernier est indiqué dans votre contrat de travail. Lors de l’annonce de votre refus d’accomplissement de cette tâche de surveillance auprès de votre directeur, informez lui que vous avez averti d’avance votre employeur et l’inspection académique (DSDEN) de son exigence et de votre refus (faites-le). Et que jusqu’à nouvel ordre, vous attendez un ordre écrit express de l’employeur et de la DSDEN pour la réaliser.

commentaires ouverts: Pour toutes demandes de renseignement, le N° de département est obligatoire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.