sur les AESH et EVS

le 25 août 2014, lu pour vous…

raconterletravail

un site : http://www.raconterletravail.fr/

un témoignage recueilli

MICKAËL, L’AVS ET LES AUTRES

PAR YVES

Chargé du suivi individuel d’un jeune lycéen autiste, Yves vit la friction de logiques peu conciliables.

« Mickaël ne comprend pas et ne peut pas comprendre son professeur R. Son professeur R. ne comprend pas et n’arrive pas à comprendre Mickaël. »

en savoir plus en cliquant ICI

le 8 novembre 2011
Les employés de vie scolaire réclament justice
maville.com
Soixante EVS de Mayenne et de Sarthe demandent, devant les prud’hommes, des indemnités et un emploi véritable. La salle d’audience des prud’hommes du Mans était pleine comme un oeuf, lundi après-midi. Les banderoles syndicales étaient restées dans les 
le 7 novembre 2011
A Romorantin, les parents mobilisés pour l’Emploi Vie Scolaire
maville.com
Cinq ans que l’Emploi Vie Scolaire (EVS) de l’école maternelle du Bourgeau rendait de précieux services. Vendredi pourtant, le contrat qui arrivait à son terme n’a pas été renouvelé. Hier, à la sortie des classes, les parents d’élèves, 
Afficher tous les articles sur ce sujet »
Le 5 novembre 2011
Six Fours, Handicap : L’enfant handicapé a-t-il toujours sa place 
Six-Fours.net
Les histoires se suivent et se ressemblent avec les enfants handicapés n’ayant pas à la rentrée ou en cours d’année leur auxiliaire de vie scolaire (AVS). Depuis la mi-octobre c’est le cas d’Arthur à l’école primaire de la Coudoulière. 
Afficher tous les articles sur ce sujet »

Six-Fours.net
Saint-Lys. Les assistantes de vie scolaire en quête de reconnaissance
LaDépêche.fr
Leur insertion est une réussite» Comme elle, Patricia Carn et Corinne Ducros œuvrent au collège Léo Ferré comme AVS, elles ne se sentent pas reconnues par l’Inspection Académique. «Avec les enseignants, cela se passe très bien, on est bien épaulés, 
Afficher tous les articles sur ce sujet »

LaDépêche.fr
Une remplaçante pour remplacer la remplaçante d’une maîtresse à 
La Voix du Nord
Déjà qu’on nous a supprimé le prof de sport, l’auxiliaire de vie scolaire (AVS) et la secrétaire administrative… » Et de pointer aussi d’autres dysfonctionnements : « Les toilettes pour enfants fermées depuis un an, les fuites, le manque d’interphone 
Afficher tous les articles sur ce sujet »

La Voix du Nord
Le 27/10/2011
Les parents d’élèves devant la porte des écoles
Sud Ouest
À cela vient s’ajouter les postes non pourvus c’est-à-dire celui visant à accompagner les enfants en difficulté en classe (AVS). « Nous sommes au regret de constater qu’à ce jour aucun poste n’a été attribué. En attendant le temps passe et les
Afficher tous les articles sur ce sujet »

Sud Ouest


le 26-10-2011 

L’univers complexe et precaire des AVS
La Voix du Nord
L’accompagnement d’un enfant handicapé se fait parfois en milieu scolaire ouvert. PHOTO ARCHIVES «LA VOIX» Trois éclairages sur l’affectation de ces auxiliaires de vie scolaire : > Le point de vue de Carole, AVS à Lens : … « D’un côté, l’État depuis
Afficher tous les articles sur ce sujet »

La Voix du Nord
L’affectation des auxiliaires de vie scolaire : un sujet qui
La Voix du Nord
Killian, 6 ans, … souffrant d’un retard mental et de troubles du comportement, ne devrait plus bénéficier de l’accompagnement de son auxiliaire de vie scolaire (AVS) à compter du 4 novembre, soit deux jours après la rentrée.
Afficher tous les articles sur ce sujet »
Le 1er juin 2011
Contrats aidés : des jugements favorables aux EVS
De nombreux Employés vie scolaire ont attaqué, avec succès, l’Éducation nationale pour défaut de formation. Montpellier journal publie les principales décisions judiciaires dont plusieurs sont tombées en avril et en mai. Les quatre dernières concernent 42 personnes pour des montants dépassant quasi systématiquement les 10 000 € par personne. Il y a plusieurs dizaines de milliers de personnes en position de réclamer la même chose dans tout le pays.
La suite : http://bit.ly/jtv9Uk

Jacques-Olivier Teyssier
Montpellier journal
http://www.montpellier-journal.fr

Contrats aidés dans l’éducation nationale: une bombe pour l’Etat?

14.000 euros viennent d’être attribués à 24 employés de vie scolaire (EVS) par les prud’hommes d’Angers. Deux autres décisions du même type sont tombées en avril. Fin 2010, il y avait plus de 50.000 personnes salariées sous ce type de contrat dans l’éducation nationale. Par Jacques-Olivier Teyssier.

A la une de Mediapart, le site d’investigation indépendant : www.mediapart.fr

http://www.mediapart.fr/offre-speciale/testez_nous

31 commentaires pour sur les AESH et EVS

  1. chatdow dit :

    Merci de votre réponse.
    L’ASS m’a été accordée car j’étais arrivée en fin de droit.
    Lorsque mon contrat a démarré fin novembre 2011, je bénéficiais encore de l’ARE.
    Pour répondre à votre question, mon activité salariée a été signalée au pôle emploi puisque, à la signature de mon contrat, une copie a été envoyée à Pôle emploi par l’IA. De plus, j’actualise ma situation auprès du Pôle emploi tous les mois, en déclarant mes heures travaillées (environ 80 heures) et en joignant le bulletin de paye correspondant.

    Lorsque l’on consulte le code du travail à ce sujet, il n’y a pourtant pas d’ambiguïté. Les articles L.5134-25-1 et L.5134-69-1 (modifiés en octobre 2012) indiquent clairement et simplement que le contrat peut-être prolongé jusqu’à 5 ans pour les plus de 50 ans bénéficiaires de minimas sociaux, ce qui est mon cas. Le Pôle emploi aurait-il d’autres références que le code du travail…? Ou bien n’appliquerait-il pas le code du travail…? Ou encore la personne qui a donné cette réponse au sein du Pôle emploi n’a-t-elle pas consulté les articles modifiés…?

    Je vous remercie encore de m’aider à y voir plus clair, je pensais pourtant que cela l’était…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Merci pour cet éclaircissement de votre situation vis à vis de pôle emploi qui a le mérite d’être clair et net. Pour tout dire, nous ne voyons pas en quoi vos interlocuteurs de Pôle emploi commenceraient à vous seriner une chansonnette à propos de votre passage de l’ARE à l’ASS, de l’avoir perçu en complément de votre rémunération CUI-CAE conformément à vos droits en la matière.

      En réponse à votre interrogation, « Le Pôle emploi aurait-il d’autres références que le code du travail…? » et suivante « Ou bien n’appliquerait-il pas le code du travail…? » et suivante « Ou encore la personne qui a donné cette réponse au sein du Pôle emploi n’a-t-elle pas consulté les articles modifiés…? »

      La référence sur laquelle doit s’appuyer le Pôle emploi pour fonder ces décisions de prescriptions de contrat CUI-CAE (reconduction incluse) est actuellement la circulaire DGEFP 2013-09 relative à la programmation des contrats CUI-CAE/CIE pour le second semestre 2013. estampillée par son ministère de tutelle: le ministère du travail. Celle ci précise bien que vous faites partie de la catégorie prioritaire des personnes (+ de 50 ans) à même de bénéficier, sur votre demande auprès de votre employeur, du maintien en CUI-CAE (durée droit à reconduction limité à 60 mois de contrat cumulé). Donc, rien ne vous interdit de mettre sous le nez de votre interlocuteur Pôle emploi un modèle de la circulaire en question et en cas d’illettrisme patenté, de dicter le passage concerné.
      Sur ce, fin décembre 2013, une nouvelle circulaire DGEFP fixera sans doute des nouvelles conditions d’éligibilité à un contrat CUI-CAE pour le 1er semestre 2014. La réponse alambiquée de votre interlocuteur à Pôle emploi pourrait s’expliquer par son attente de cette nouvelle circulaire comme par des cours de remise à niveau de « compréhension de la langue Française » non encore terminés.

  2. chatdow dit :

    Bonjour,

    J’ai signé un contrat CUI il y a 2 ans pour un poste d’EVS dans une école. Dans 2 semaines ce contrat aura atteint 24 mois. J’ai 55 ans et je suis bénéficiaire de l’ass depuis quelques mois.

    Mon contrat peut-il être prolongé ?

    Le pôle emploi semble dire que non car j’aurai dû être bénéficiaire de l’ass à la signature de mon contrat il y a 2 ans…? Cette réponse me laisse perplexe et pensive, car si cela avait été le cas, sachant que l’ass n’est versée que pendant 12 mois, la dérogation au-delà de 24 mois n’a plus lieu d’être…..

    Je vous remercie de m’éclairer à ce sujet si vous le pouvez.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Nous sommes aussi très perplexe à lecture de votre message.
      En préalable de vos interrogations
      Vous affirmez être EVS en contrat CUI depuis 2 ans et..de bénéficier de l’ASS (allocation spécifique de solidarité) depuis quelque mois. Or, l’ASS est accordée dans 2 situations possibles
      1-Chômeur de longue durée, elle peut prendre le relais de l’allocation d’aide au retour à l’emploi lorsque cette dernière est arrivée à son terme.
      ou
      2-Chômeur âgés de 50 ans et plus, elle peut, sur demande, être versée à la place de l’allocation d’aide au retour à l’emploi.

      En outre, Il est exact que dans le cadre d’une Activité salariée de 78 heures par mois et plus, l’ASS peut être versée au titre de complément de revenu au maximum pendant les 12 premiers mois d’activité professionnelle. Elle aurait du normalement démarrer à date de signature de votre contrat CUI initial.

      Résultat: à travers votre question « Mon contrat peut-il être prolongé ? »,
      Nous pouvons répondre au choix
      OUI, puisque vous relevez d’une catégorie de demandeurs d’emploi de + de 50 ans prioritaire pour une reconduction de contrat CUI-CAE au delà de 24 mois jusqu’à 60 mois maximum.
      ou
      NON, puisque vous relevez d’une catégorie de demandeurs d’emploi bénéficiaire de l’ASS dont la durée de contrat CUI-CAE est limitée à 24 mois maximum.

      Notre question: Avez-vous pensé à signaler dès signature de votre contrat initial CUI-CAE votre situation d’activité salariée aux Assedics ?

  3. Arthur2028 dit :

    Bonjour,

    Actuellement j’ai 56 ans passé et je vis à Nîmes dans le Gard. Je suis demandeur d’emploi inscrit à Cap Emploi pour des raisons de santé. Mon statut est celui de RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) statut qui ne donne aucune indemnité supplémentaire mais qui reconnait mes problèmes de santé physique… Pour revenu, une indemnité de Pôle Emploi de 660€ environ mensuel me permet de survivre. J’ai une licence d’histoire que j’ai obtenue en 1997 et un diplôme universitaire de formateur que j’ai obtenu en 2006.
    J’ai été AVS Co dans une classe CLIS, pour enfants TED et porteurs du syndrome autistique, durant 3 ans (2006 à 2009), puis AVS I deux ans (2009 à 2011) en collège en milieu ordinaire en SEGPA pour accompagner deux des enfants que j’ai suivis en CLIS. En tout j’ai été AVS 4 ans en contrat Avenir de 26h/semaine, puis la dernière année en contrat CUI 26h/semaine… Tout cela au sein de l’Éducation Nationale…
    Durant l’année 2011, après avoir insisté, grâce et avec le soutien des parents et de l’équipe pédagogique avec qui je travaillais, auprès du rectorat, de l’inspecteur d’académie, du député, du ministre de l’E.N. de l’époque…, j’ai essuyé un refus général de me maintenir en poste. « Vous devez faire marcher la solidarité… », « vous devez partir avant que nous soyons obligés de vous titulariser (avant 6 années de maintien consécutif)… Je suis donc au chômage depuis juillet 2011.
    J’ai entrepris une démarche de VAE pour passé le diplôme de moniteur éducateur. J’ai travaillé plus d’un an à cet exercice de rédaction /évaluation. En avril 2013, le jury m’a accordé généreusement un domaine de compétence sur 4. J’ai donc le domaine de compétence 1 (éducatif). Aujourd’hui je repars dans la rédaction d’une VAE M.E. pour obtenir les trois autres domaines de compétence…. Et poursuivre dans l’accompagnement d’enfants porteurs du handicap de l’autisme.
    En parallèle avec la VAE, je souhaite postuler pour un nouveau contrat AVS I ou Co dans une école ou un collège. Mais c’est à nouveau un refus systématique malgré plus de deux ans d’arrêt en prétextant que j’ai « épuisé mes droits » au sein de l’Éducation Nationale étant donné que j’ai eu cinq ans de contrat aidé renouvelé.

    Sentant l’embarras, l’agacement, l’ignorance, de mes différents interlocuteurs lorsqu’il s’agit de répondre à mes questions, un doute persiste :
    Qu’en est-il réellement, puis-je prétendre à un nouveau contrat aidé AVS i ou Co (droit privé) ou en AED AVS I ou Co (droit public) étant donné que j’ai un nouveau statut celui de RQTH (qui dépend de Cap Emploi) ?
    Par rapport à leur peur de devoir me titulariser, au bout de deux années de chômage n’ai-je pas remis les compteurs à zéro ?
    Est-ce que le fait de poursuivre une VAE de Moniteur Éducateur ne jouerait pas en ma faveur (qui montre la motivation) ?
    Mis à part l’insistance avec laquelle j’ai essayé de maintenir ma mission auprès de ces enfants au sein de l’E.N., je ne vois aucune raison valable d’apposer un refus systématique à mes demandes (je n’ai eu aucune absence en cinq ans, j’ai été très bien apprécié des parents ainsi que des différentes équipes pédagogiques et éducatives avec qui j’ai œuvré pour les enfants) si ce n’est que je dois être sur une liste rouge de l’E.N. pour avoir tenté de faire bouger les décisions… Qu’en pensez-vous ?

    En vous remerciant du temps passé à me lire et essayer de me comprendre… veuillez recevoir mes salutations très sincères.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’en est-il réellement, puis-je prétendre à un nouveau contrat aidé AVS i ou Co (droit privé) ou en AED AVS I ou Co (droit public) étant donné que j’ai un nouveau statut celui de RQTH (qui dépend de Cap Emploi) ? » et suivante « au bout de deux années de chômage n’ai-je pas remis les compteurs à zéro ? »

      Tout d’abord, un préalable, quelque soit vos nombres d’années passées comme AVS en contrat avenir ou CUI-CAE, la voie de la titularisation demeure une impossibilité juridique.

      Le faux prétexte (car cela en est bien un) de l’épuisement de vos droits à bénéficier d’un contrat CUI-CAE au titre d’AVS malgré vos 5 années précédentes passées à ce titre traduit bien l’embarras de CAP emploi. 2 années se sont écoulées. Vous avez effectivement remis les compteurs à Zéro et vous êtes désormais dans la catégorie de personnes éligibles à un emploi sous contrat CUI-CAE.

      L’attitude de CAP emploi à refuser que vous fassiez acte de candidature sur des postes AVS en contrat CUI-CAE n’a pas lieu d’être. Vous êtes dans une démarche professionnelle incluant une VAE de moniteur éducateur, il nous semblerait assez paradoxal qu’un référent CAP emploi se devant faciliter vos efforts en vue d’une insertion professionnelle durable s’oppose à votre souhait d’occuper à nouveau un poste d’AVS.
      Si CAP emploi a estimé que vous n’avez pas à occuper de nouveau un poste AVS dans l’éducation nationale, que propose-t-il donc d’autres à la place ?

      Maintenant, le recrutement sur un poste AVS est toujours de la responsabilité de l’employeur ( en l’occurence ici l’inspection académique ASH de votre département). IL ne serait pas inopportun de contacter ce service IA ASH pour simplement déposer directement par courrier + lettre de motivation votre candidature à un poste AVS sans passer par Cap emploi. Au moins, un doute sera levé du côté de l’IA ASH: votre candidature l’ interresse-t-elle ou non ? »
      Nous pouvons vous assurer d’un point. Dans un service IA ASH, il n’existe pas de liste rouge, noire, blanche cataloguant le personnel AVS du plus « agréable » au plus « à éviter » en passant par  » à peu près potable ».
      Cordialement,

      • Arthur2028 dit :

        Merci beaucoup pour votre travail et vos réponses. Je vais faire ce que vous me conseillez : écrire à l’IA ASH du Gard pour présenter ma candidature à une mission d’AVS co ou i.

        Je vous tiendrai au courant.

        Cordialement, Arthur2028

  4. Catalan dit :

    Merci pour cette information …à l’île d’yeu aucun poste pourvu après la rentrée ..ils attendent les contrats et nous avons été contraint de nous inscrire au pole-emploi car ancien contrat fini au. 31/08/13…PIRE QUEl’an dernier!

  5. Catalan dit :

    AVsi et avsm depuis plus de 6ans…on m’annonce à l’inspection que 2ans de recrutement comme absolument en CAE ne compte pas…contrats privés !!! Quel recours je peux avoir…?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,« Quel recours je peux avoir…? »

      Dans l’immédiat, pas de recours possible mais nous agissons au sein de l’UNEAVS en collaboration avec nos partenaires syndicaux, élus, autres. Vos témoignages constituent une source précieuse de notre action en cours.

    • MICHEL dit :

      Bonjour je suis dans le même cas que vous, j’ai terminé fin juillet en tant qu’ EVS faisant fonctiond d ‘ AVS cela faisait 2 ans que je suivait les 2 enfants les parents ont essayez de me faire basculer en poste d’ avs mais l’ IE a refusé,,,,car je n’est pas le bac c’est scandaleux!!!!!!!!

      • Magali dit :

        Bonjour je suis dans le même cas que vous, j’ai terminé fin juillet en tant qu’ EVS faisant fonctiond d ‘ AVS cela faisait 2 ans que je suivait les 2 enfants les parents ont essayez de me faire basculer en poste d’ avs mais l’ IE a refusé,,,,car je n’est pas le bac c’est scandaleux!!!!!!!!

      • DEPOND dit :

        Désolée de vous dire cela, mais bac ou pas, il vous reste des progrès à faire en orthographe ou conjugaison…

        • briand0493 dit :

          Sur le site, L’équipe Uneavs choisit toujours l’humain avec ses défauts et ses qualités qu’avec son paraître et sa suffisance.
          Ainsi, par élégance de style créatif, nous autorisons les innovations grammaticales et orthographiques…Par respect, nous appliquons aussi le principe que l’expression de l’angoisse, de la souffrance de bien de nos collègues EVS et AVS ne doit pas faire l’objet de remarques désobligeantes et déplacées.
          Yves, administrateur du site

  6. INGRASSIA dit :

    Actuellement EVS au sein d’une école, reconnue travailleur handicapée, je signe des contrats tous les 6 mois, d’ailleurs le prochain se termine le 31 décembre 2012. A priori je pourrais prétendre à des reconductions jusqu’au 30 juin 2014.
    Pensez-vous, que mon prochain contrat sera validé en tant qu’EVS ?

    Cordialement,
    Corinne

    • briand0493 dit :

      Bonjour Corinne,

      Comme vous le précisez bien, vos droits à reconduction de contrat s’exercent jusqu’au 30 juin 2014. sur ce, il me faut honnête, si vous exercez une mission AVS, une reconduction de votre contrat au moins jusqu’au 7 juillet 2013 est très probable. En revanche, pour une mission principale autre (adjoint administratif, autres), cela demeure problématique. Il faut attendre mi-décembre pour connaitre les décisions ministérielles (travail – éducation nationale) quant au maintien des contrats EVS ou AVS (type CUI-cAE) pour le 1er semestre 2013. Comme c’est un nouveau gouvernement qui est en place, il est probable qu’une attitude autre, dotée du sens de la justice et de la solidarité à l’égard des salariés précaires,sera adoptée sur la politique des contrats aidés, guère jusqu’à présent conditionnée par les statistiques du chômage.
      C’est regrettable à dire: il faut patienter….

  7. nickianton dit :

    bonjour!!!
    j’ai 47 ans et j’ai été evs administrave pendants 5 ans dans la même école dont le contrat qui a fini le 30 septembre 2011 et là je vous avoue que pour moi ça été très dur pour m’en remettre et encore au bout de 1 ans de chomage j’ai du mal à oublier. Heureusement j’ai gardé des contacts avec la direction et les enseignants dont ils font souvent appel pour des ateliers ou des sorties scolaires. Mais là ou ils ont été fort c’est l’inspection Academique du lot et garonne ils ont gardé une evs qui a travaillé dans le college dont c’était le college ( notre employeur) car pour eux elle avait fait ses preuves car elle s’occupait des dossiers evs avs . Moi j’appelle ça du piston car moi aussi j’ai fait mes preuves dans cette même école . Mes ces messieurs du Pôle Emploi decident aussi des renouvellements car il ya une injustice. Alors j’aimerais savoir si il ya une possibilité de refaire un autre contrat evs au bout de 1 an de chômage. Des anciennes collegues les ont mis aux prudhommes mais elles etaient à 2 ans de la retraite, car pour moi j’ai encore 17 ou 18 ans à travailler et j’espere pouvoir retravailler pour eux. Si des personnes ont reussi j’espère avoir aissi des conseils.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      les règles de reconduction appliquées par les pôles emplois pour du personnel EVS sont relativement strictes. Avant d’évoquer de délit de favoritisme de l’IA du Lot à l’égard d’une collègue EVS, adjointe administrative, peut être faut-il envisager que le maintien à son poste soit le fait de remplir les critères prioritaires d’éligibilté à reconduction de contrat, notamment sur l’âge (+ de 50 ans) ou reconnu travailleur handicapé.

      A votre question «  j’aimerais savoir si il ya une possibilité de refaire un autre contrat evs au bout de 1 an de chômage« : oui, c’est possible que le Pôle emploi vous refasse une proposition en ce sens si vous en exprimez le souhait. Toutefois, les postes d’EVS missions aide administratives au sein des écoles sont devenus pratiquement inexistants et la probabilité de retrouver un poste au sein de votre ex-école demeurera toujours très aléatoire.

      Etre en situation de travailler sur une longue période de vie ne doit pas vous empêcher d’exiger le respect de vos droits bafoués par votre employeur durant le temps vos missions comme EVS adjoint administratif. Si j’avais un seul conseil à donner, il serait: « oser lever la tête et dignement, exigez avec vos collègues devant un tribunal des prudhommes « respect » de vos droits.

    • Nordine dit :

      Bonjour Nickianton, ainsi qu’à toi Yves !
      Ça fait bien longtemps, mais je continue à lire mon forum favori régulièrement🙂 Je passe vite vite donner une petite nouvelle en rapport avec votre demande Nickianton. Depuis le temps que je suis E.V.S, j’ai développé quelques trucs pour la durée des contrats.. En premier, ne rien lâché !!!! Il y a toujours un petit trou dans lequel ça passe en particulier avec votre reconnaissance T.H.
      Là c’est un peu plus compliqué,mais d’après le dernier arrêt préfectoral daté du 26/07/12, il est exigé d’avoir…..Une durée d’inscription au chômage d’au moins 12 mois dans les 24 derniers mois. Plus bien entendu une reconnaissance T.H.
      Bon, comme c’est pas terrible de quitter, durant un an, un boulot aussi chouette que le notre moi. C’est un peu dur….Et franchement une année de glandouilles à la maison « payée » a ne rien faire, C’est encore pire que le handicap !!!
      Alors…..Après avoir passé un laps de temps…(assez long pour eux !) à Pôle Emploi,j’ai fini par obtenir une dérogation « compte tenu de vos difficultés » m’informant qu’en fonction du bassin de mon P.E, je pouvais encore faire mon chouette boulot ! Après bien sûr il faut avoir les bonnes personnes devant soi…En effet, depuis ce matin,sur la couverture de mon dossier est agrafé la dérogation qui est mon Graal pour encore un an ! (voir plus…Je suis assez têtu🙂 .
      Et effectivement il y a du passe droit comme dans votre histoire, mais notre vie se résume un peu à ça. Je ne suis ni le premier ni le dernier, et ma conscience est au mieux dans la mesure ou personne ne se fait de cadeau dans ce métier. On aura beau donner le meilleur de nous même, le temps des C.D.I est encore si loin…
      Une de mes multiples propositions de P.E, était un poste à 8 km de chez moi. Le rêve dans la mesure ou le précédent était à 30 bornes. On étaient VINGT à avoir postulé en espérant au moins un entretien….Final ? Personne de convoqué ! Le poste est revenu à une personne « de retour sur le marché de l’emploi »et bien sûr connu du directeur….D’ailleurs la conclusion était très drôle au téléphone, pour ma demande de rdv :
      -Heu, là je suis dans l’envoi des lettres de refus….Je vous en mets une quand même ? »
      -Ça va aller merci…Bonne journée !
      Toujours garder la tête haute, doit être la devise du combat des E.V.S !
      Cordialement et bon courage à vous !
      Nordine

  8. Barbara dit :

    Bonjour
    Des EVS ont attaqué leur employeur aux prud’hommes pour défaut de formation et ont gagné.
    J’aimerais savoir si les »micro-formations » (12heures sur 2 jours dans l’année/ par an) qui n’apprennent rien que l’on ne sache déjà doivent être considérées comme des formations à part entière et nous empêcher d’obtenir gain de cause aux prud’hommes? Merci d’avance pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Et bien, pour répondre simplement à votre question, tous ces jugements prudhomaux (Appel inclus )établis à l’encontre de l’employeur et auquel vous faites allusion, n’ont jamais estimé comme probant des « micros-formations » de 12 heures sur 2 jours de l’année comme étant susceptible de permettre à des salariés EVS une insertion professionnelle vers un emploi durable.
      Au passage, les juges ne sont pas loin d’estimer qu’il s’agit plutôt des « micro-informations » que des « micro-formations » ce qui est proposé aux EVS en cours de leur contrat.

  9. Nordine dit :

    Bonjour !
    Dans la série « Qui fait grève ? »….Une petite histoire rigolote (?)
    Je bosse dans deux écoles différentes où il manque un demi poste dans chacune….
    Bon, un classique en cette belle rentrée…Mais depuis une semaine, mes deux p’tits mondes se posent la question existentielle de savoir si oui ou non, on ferme les portes des écoles pour le 27.
    Et là, fusent les raisonnements que seul le cerveau est capable d’inventer pour se rendre intéressant et énerver la bouche qui doit…. prendre la parole !
    -Heu, moi ça m’arrange pas trop le mardi…. (!!!!!!!!?????!!!!???!!!!!!!)
    -Bin, moi en fait, j’voudrais pas mettre les aut’ dans la (à voix basse et épelé ) m.e.r.d.e….(hum hum…)
    Etc etc etc…..Tout ça pour dire que mes chères écoles seront ouvertes demain !
    Voici donc les seuls arguments valables pour ne pas être solidaire des postes manquants ??????
    Si déjà il n’y a pas d’union dans le milieu enseignant, il ne faudra donc JAMAIS compté sur eux pour nos petits contrats ridicules, si ce n’est leur semblant d’apitoiement quand ils se rendent comptent qu’ils sont bien démunis devant un môme recroquevillé dans un coin de classe.
    Le ridicule ne tue pas heureusement !
    Au fait, demain par solidarité avec les enfants qui se retrouvent à 30 par classe, je fais grève !

    Bonne soirée !
    Nordine

  10. michalowski dit :

    Bonjour
    Eh bien voilà, tout à fait d’accord avec tout ce que vous dites, de plus j’ai moi-même dit à l’Inspection que les soi-disant mercredis de formation n’étaient pour moi que de l’information, et de plus faite par des personnes qui n’ont aucune connaissance du handicap, ayant moi-même 2 enfants handicapés, j’ai certainement une sensibilité tout autre avec mon expérience ; je pense alors être mieux armée pour aider et soutenir ces élèves en difficultés.
    On m’a fait signer un contrat d’avenir à 26 heures, renouvelables jusqu’à 36 mois et 5 ans, ayant plus de 50 ans.
    Aujourd’hui on me remercie après avoir été renouvelée 1 fois, alors que ma directrice et mes collègues sont outrées par cette décision.
    J’ai même appris que quelqu’un me remplaçait avant d’avoir été informée moi-même, et l’école n’est même pas au courant !!!

    Je dépose mon dossier près du syndicat afin qu’il soit étudié par les Prud’hommes.
    Il y a non respect des clauses initiales du contrat, donc il ne faut pas hésiter à déposer plainte.
    Courage à tous et à toutes,
    Dommage pour les enfants que nous connaissons maintenant parfaitement, ils vont se retrouver avec une autre personne, qui ne connaît pas leur fonctionnement, dommage pour l’équipe enseignante, quel gâchis !!
    A 57 ans 1/2, je me demande bien ce que je vais devenir !!

    • briand0493 dit :

      Merci de rejoindre notre combat pour la dignité et la justice sociale envers les salariés précaires EVS-AVS.

      Note pour nos lecteurs:

      Certains commentaires de collègues EVS-AVS ne sont pas affichés sur ce blog car soit nécessitant une réponse personnalisée directement à son auteur soit exprimant des situations professionnelles trop identifiables risquant de les placer en position de délicatesse si exposées en public.
      Rappelons qu’à tous nos lecteurs, ayant soumis un commentaire et affiché sur site après contrôle, ils disposent le droit de le faire modifier ou de le supprimer sur simple demande.

    • meunier dit :

      Je peux tout simplement vous dire soyez courageuse, je suis dans le même cas, il faut se tenir la main et ne pas se laisser faire ! jai aussi crié mes droits auprès d’une action collective aux prud’hommes, mais malgré tout nous nous sentons blaissées tout au fond de nous même, nous nous sommes investies à fond dans notre travail sans formation avec les moyens du bord, nous avons obtenu des résultats positifs en ce qui concerne la progression des élèves accompagnés , les enfants, les parents, l’équipe éducatives nous ont faits confiances ILS ONT FAIT CONFIANCE DANS L’EDUCATION NATIONALE!
      BRAVO! quel bel exemple pour nos enfants! il n’y a pas pire que le mensonge et la trahison mais il semblerait que se soit tres courant pour ne pas dire normal dans notre sociétè moderne.

  11. Nordine dit :

    Bonjour,
    C’est encore Nordine !
    Merci à Yves et Marie-Agnès pour vos petits messages de soutien, C’est vrai que c’est rageant de voir tout ce gâchis de la part de notre (in fichu) gouvernement et de sa « belle » Éducation Nationale…..
    Malgré la bonne volonté des E.V.S rencontrés dans mon entourage, une certaine lassitude au combat, pointe malheureusement le bout de son nez….De mon coté, il me reste une année à terminée, et la suite est pour l’instant, un grand trou noir. Mais bon, la vie continue, et je souhaite qu’un jour, ce métier soit enfin reconnu à sa vraie valeur, et que les futurs E.V.S, deviennent les portes-drapeaux d’une nouvelle aire de l’intégration de ces enfants en difficultés….par une institution handicapé elle aussi !
    Bon courage à vous ainsi qu’aux divers syndicats qui apportent leurs soutiens aux plus précaires.
    Cordialement
    Nordine

  12. Nordine dit :

    Aie aie aie !!!
    Après lecture et relecture du compte rendu de la reconduction de contrat E.V.S, et si j’ai bien tout lu, c’est en effet ce cher monsieur de Pôle Emploi, qui est dans le vrai….😦
    60 mois, ce sera l’exact temps passé à être E.V.S après ce renouvellement….
    Les phrases qui fâchent sont :  » Le droit à reconduction se calcule à compter de la date de signature du contrat initial « (du 1er contrat donc). Et,  » à date de signature de contrat reconductible « …..
    Alors que pour moi, c’était : à la signature du 1er contrat C.U.I. (mon tout nouveau contrat !)…
    La fin d’un joli rêve ?
    Affaire à suivre….
    Cordialement🙂
    Nordine

    • briand0493 dit :

      Bonjour Nordine,

      Je suis désolé que la lecture de ce compte rendu est gâché ton rêve. Ces contrats EVS-AVS sont si complexes qu’il est parfois difficile de se retrouver tout de suite.
      Le combat doit continuer car il est inadmissible que des milliers de salariés précaires EVS soient laissés depuis 200- dans la confusion dès leur entrée en fonction dans les écoles. Il appartient aux acteurs (préfets, recteurs, directeurs régionale DIRRECTE) d’apporter cette exigence de clarté du dispositif « contrat aidé », et tout particulièrement aux salariés EVS-AVS
      en coordination étroite avec les employeurs et les IA. ces derniers aussi ont une forte responsablité qu’ils se doivent assumer par respect des salariés : une information et une formation fiable.

      amicalement,

  13. Nordine dit :

    Bonjour !
    Est ce que ça compte dans votre sujet les cas de non renouvellement de contrat dans le privé ? Si oui, il y a le sujet des contrats CAE-CUI financés à un bon taux par exemple, les écoles privés…..A la base, y a une promesse d’embauche au bout de deux trois années d’activité. Pour les personnes reconnues COTOREP, et c’est mon cas, étant en fauteuil roulant, on renouvelle ces contrats régulièrement de façon à cacher la misère des 6% d’obligation d’embauche….qu’on aura pas avec ce genre de contrat….Ce matin j’ai joint mon histoire à une amie qui bosse dans un journal de ma belle Bretagne. Oh, ce n’est pas grand chose. Juste un coup de blues…..Si vous avez cinq minutes pour lire, je vous joins cette histoire!
    Cordialement
    Bonjour Yolande !
    Cela fait bien longtemps n’est ce pas! J’espère tout d’abord que tout va bien et pour le mieux chez toi.
    Ce petit mail est aussi pour te donner des nouvelles fraiches de mon boulot d’EVS. Il y a tant à dire….🙂
    Je me souviens aussi qu’à un moment, tu voulais faire un article sur le sujet. Je crois que le moment s’y prête, dans la mesure ou les promesses faites pour l’intégration des enfants handicapés au sein d’établissement scolaire, et l’évolution des contrats d’intégration des travailleurs handicapés adultes, dans la vie active, se trouvent, aujourd’hui, non tenues en raisons, entre autre, de cafouillages aberrants et administratif ! A ce propos, et pour faire court, si le sujet t’intéresse, voici un petit résumé de la situation actuelle.
    Cela fait maintenant plus de 5ans que je passe de contrats minables à renouvelés tout les six mois, à l’espoir de décroché ce fichu CDI impossible à obtenir pour ce job. Mais chaque matin, au réveil, je pense aux enfants qui on besoin de ce petit quelque chose de plus, pour finalement être intégrés comme les autres. C’est plus dans la motivation que nous trouvons le plaisir d’aidé l’enfant à réussir une bonne journée scolaire. Étant moi-même en fauteuil roulant, c’est aussi un autre regard que le môme peut avoir sur sa propre différence. Alors je me « lève » (!), et me dis, que ma journée aussi, sera réussi, si mes petits deviennent « aussi chiants » que les autres, et bien, j’aurai rempli mon contrat !!!!
    Ces rencontres inoubliables m’ont apporté une forme d’estime de soi rassurante. Comme se dire qu’on a raison d’être là et de faire ce pourquoi on est présent auprès d’eux. Ce petit dyslexique, de 10 ans, dont la mère dépassée par son travail, rentrant trop tard le soir pour une aide aux devoirs, et dont le père est incapable d’apporté une aide du fait d’avoir le même souci que son fils, et lui disant que de toute façon, l’école ne sert à rien quand on à ce souci là.
    Alors vite, trouver comment détourner cette obscure logique qui interdit la calculatrice au CM2, alors qu’après deux mois de vacances d’été, il faudra aux parents déboursés soixante euros pour une, haute précision, calculant, la racine carré, les nombres algébriques, voire, le nombre irrationnel de polynômes à coefficients entiers…. Alors que nous deux, on avait déjà du mal à enregistrer la table de neuf…..
    Quand cette maman cherche une approbation discrète, me demandant jusqu’où il pourra aller, si le bac est accessible pour lui. Me parlant de ses durs matins, constatant les devoirs non faits de la veille. Et prendre le rôle de celui qui rassure en restant bien à ma petite place, sans prendre celle de l’institutrice, comme précisé sur mon contrat….Alors, hors service, souvent sur le parking de l’école, j’écoute ses douleurs, constatant horrifié, que celles ci, n’ont jamais étaient discutées lors des réunions d’équipes éducatives. Qu’elle doit être tombée bien bas pour se confier à la personne la plus basse à l’échelle de l’éducation nationale !
    Pourtant, tous ces parents rencontrés, ils nous font confiance et nous n’avons pas le droit de les décevoir. Nous ne pouvons en aucun cas les laisser au bord du chemin en ne tenant pas nos promesses… Ma petite crédibilité est en jeu, alors, comme je peut, je rassure, avec des mots simples, qui n’apporteront rien sinon un semblant de rayon de soleil, un petit moment de réconfort dans leur parcours pleins d’embuches.
    Expliquer que ce n’est pas le plus important l’école, que sa difficulté, il l’assume de plus en plus, que nous travaillons bien ensemble, que dans la cour de récré, c’est leur fils qui a le plus de filles autour de lui, Que Bill Gates est lui aussi atteint de dyslexie, que Tom Cruise est pareil. Que plus loin encore, il y avait Albert Einstein, Léonard De Vinci et Edison. Et que déjà…., Il faut qu’il passe en 6eme !
    Et le jour de son départ pour le collège : Grandiose ! Il me serre la main en disant « Bon hé Nono, oh, on ne va pas en pleuré hein ! Larguons les amarres! ». Plus tard, rejoignant ma voiture garée plus loin, je trouve un petit sac plastique accroché au rétroviseur de celle ci , et dans lequel se trouve la maquette d’un …..Petit voilier ! C’est ma plus belle récompense pour une année de labeur. Et il y en aura d’autres ! Et chaque année, on me paie à coups de merci sincères, de fous rires en classe, de regards plus profonds, de confiance, de mains franches serrées, de chocolats…
    Bien d’autres enfants suivront par la suite. Des hyperactifs, à qui il faudra apprendre tout bêtement à écouter la consigne en restant assis sur leur chaise dans la classe. Cela parait simple comme ça, mais bien gérer, cela permet au professeur de ne pas entendre en continu l’éternel : « J’ai pas compriiiiiiiiiis !!!! ». Et leur répéter la consigne autant de fois qu’il le faut, leur refaire répéter cette même consigne autant de fois qu’il le faut pour être sur qu’il est bien dans le sujet….Parfois, c’était usant tellement s’en était drôle…Et lors des recréations, mes deux diables pouvaient alors s’adonner aux joies du  » je cours vite et dans n’importe quelle direction pourvu que rien ne m’arrête ! » Transformation classique du rôle d’EVS en celui de fournisseur officiel de pansements ! Mais quelle joie que de rendre les enfants aux parents à la sortie de l’école…..
    Un autre atteint de maladie génétique réunissant une malformation cardiaque et déficience intellectuelle…et dont le visage ressemble à celui d’un magnifique elfe !!!! Un sourire comme un aimant magnétique !
    Sa motricité étant très déficiente, avec lui on a enfilé des perles sur des kilomètres de colliers ! C’était son dada ! Lorsque son travail été bien fait, il été possible, vers la fin de l’année, de nous retrouver avec tous les enfants de notre classe, portés avec fierté, un collier fait par lui ! Il n’y avait alors que du bonheur dans ses yeux….
    Là, j’ai un petit avec un autiste sévère de 6 ans dans une classe de 28 enfants. Il faut être en permanence avec lui, car à la moindre difficulté, cela peut aller de crises aiguës à l’automutilation ! Lorsqu’il se mord, les doigts par exemple, je fais « étau » avec les miens, afin de retiré les siens de sa bouche, et c’est vrai que parfois, durant une fraction de seconde, je pense aux miens qui vont encore être marqués pour la journée….! Mais à chaque fois, il repart avec ses dix doigts, et là, je sais pourquoi je suis venu au boulot ce matin. Se frapper la tête a coups de poings ou se l’envoyer contre un bord de table font parti de notre lot de moments incertains…La maitresse, elle, fait un boulot remarquable, mais vu la classe surchargée, il lui est difficile de gérée ces situations inattendues. Elle est très fière de lui lorsque nous arrivons à terminé une fiche de travail. Et moi aussi j’avoue !
    En effet, les profs ne sont pas spécialement formés à ce genre de situation, tout en ayant l’obligation d’accueillir ces mômes, et pour diverses raisons, dont celle que toutes les formations sont à faire hors du temps de travail, Il faut être sacrément motivé et intéressé pour s’y rendre. Ce n’est pas dit par méchanceté, mais c’est la dure loi du travail…
    Et comment sélectionné ces formations s’ils n’ont pas les mêmes handicaps dans leurs classes? Et soi dit en passant, j’ai parfois du mal, mes mercredi de formations, à trouvé le moindre intérêt à celles-ci….C’est de l’information plus que de la formation…C’est dans la motivation et l’expérience que nous trouvons le plaisir d’aidé l’enfant à réussir une bonne journée scolaire. Étant moi-même en fauteuil roulant, c’est aussi un autre regard que le môme peut porter sur sa propre différence. D’un handicap, faire un privilège, une utilité, un atout ! Voire un bienfait ! D’ailleurs, les parents du petit sont très chouettes et trouvent que lui et moi faisons une superbe équipe !….
    Sauf que…..Mon contrat est arrivé à terme le 27 janvier et qu’un nouveau ne sera possible qu’après les vacances…..Quatre semaines plus deux autres de vacances. C’est autant de perdu en apprentissage pour lui et moi. Perdue, toute cette confiance mise en place entre nous deux. Perdu ce rythme pris pour terminer nos fiches en même temps que les autres. Perdus nos techniques pour rester calme et détendu quand la maitresse explique les consignes de travail aux autre élèves.
    Et encore ce matin, la nouvelle est tombée comme un couperet. Le représentant de Pole Emploi de Vannes, par le biais d’un message téléphonique, laisse entendre que je n’aurai plus le droit au nouveau contrat après ce dernier….. Pourtant d’après les dernières conventions passées avec l’état, il me reste 4 ans a faire en temps que travailleur handicapé. Et dans la mesure où la seule chose que je sache bien faire, est bien ce travail…..
    Après tant d’années, cela sera trop dur de retourner caissier en grande surface, ou personnel de maintenance à nettoyé, au karcher, les murs d’établissements scolaire. Réparer la plomberie, nettoyer les sanitaires et les boules de papier toilette jetées et collées par les collégiens, sur les toits de préaux. Passer la serpillère dans des kilomètres de couloirs, Réparer l’électricité des salles des profs, ou chacun constata avec quelle énergie je voulais donner une autre image du handicap et pour me prouver à moi même que j’étais le meilleur dans mon domaine !
    Mais Employé de Vie Scolaire, c’est le seul travail que je sache faire !
    Tout cela risque de prendre fin parce que personne ne prends en compte sa propre responsabilité qui n’est pas seulement un fait, mais aussi une valeur morale, et renvoi le sujet a un autre service. D’accord, personne n’est jamais indispensable, mais pourtant, chacun est unique et nous sommes « naturellement » tenus à un ensemble de devoirs et d’obligations. Et pour tous ces enfants, je me sens responsable.
    Cordialement
    PS: svp, faire suivre si je ne suis pas dans la bonne rubrique ! 🙂

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Je dois te le dire ton témoignage m’a désarçonné et « outré » sur un passage.
      A ta question très directe « Est ce que ça compte dans votre sujet les cas de non renouvellement de contrat dans le privé ? « , ma réponse sera oui, milles fois oui. A des variantes près, que ce soit dans l’Education nationale, dans l’enseignement privé, en passant par le secteur associatif, médico-social, culturel, tous ces employeurs « consommateurs de contrat aidé » ont les mêmes dispositions à appliquer fixées par le pôle emploi.
      Si je suis désarçonné et outré, c’est tout simplement je m’interroge : « comment un représentant de pôle emploi puisse se permettre d’annoncer à un salarié ayant souscrit avec son approbation un contrat aidé (CUI-CAE) que ses droits légitimes et éventuels à reconduction ne peuvent s’appliquer si ce salarié avec l’appui de l’employeur le souhaitent ?
      Il s’agit là d’une inqualifiable tentative sournoise de détourner un salarié de ses droits. C’est inadmissible !
      Je suis désarconné parce que depuis quelques temps, je reçois des appels de salariés en contrat aidé me rapportant le même témoignage visant le Pôle emploi. Pôle emploi dépend de Dirrecte (ex-direction départemental du travail). Dirrecte dépend du ministère du travail. Il semble bien qu’à écouter ce témoignage et d’autres, il existe une volonté manifeste du ministère de travail de « réduire » par tous les moyens le nombre de salariés précaires en contrat aidé. Des directives « cachées » auraient été données en ce sens s’il fallait s’en tenir au propos de ce représentant du Pôle emploi ?
      Le 10 février, le président de la république a annoncé un plan de relance des contrats aidés (60 000 remis en jeu). Manifestement, cette annonce ne semble pas avoir été enregistrée par le ministre du travail, Xavier Bertrand, qui maintiendrait donc la réduction d’ici fin juin 2011, de 80 000 contrats aidés. En tout état de cause, il y aurait tout de même 20 000 contrats aidés qui passeraient à la …guillotine. 20 000 contrats aidés, c’est 20 000 salariés, c’est 20 000 personnes humaines une nouvelle fois plongées dans les affres du chômage.. il y a tout de même quelque de chose de scandaleux à se prévaloir de son pouvoir d’élu présidentiel de la nation de décider du sort de salariés l’espace d’une chiquenaude médiatique.

      La situation que tu me signales et celles d’autres collègues exigent désormais des explications claires de Pôle emploi, de Dirrecte, du préfet et du gouvernement. Ces explications seront demandées incessamment localement, régionalement et au national, sois en certain ! Cela suffit ces mensonges sur le dos des centaines de milliers précaires en contrat aidé, ces pseudo-annonces officielles pour asseoir une image compassionnelle de candidat-présidentiel 2012 « proche du peuple » qui n’en est pas une mais s’avérerait être une fois encore plus méprisable pour les salariés précaires!

Pour tous commentaires, Le n° de département ou votre région académique doit être fourni pour sa prise en compte.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s