« C’EST LA GUERRE" contre le coronavirus : Collègues AESH, la première ligne du front hôpital a besoin urgent de notre appui

Le chef de l’Etat s’est adressé ce lundi 16 mars aux Français.

« C’est la guerre » et la première ligne du front hôpital a besoin de notre appui.

Alors, faisons notre job d’appui citoyen sans discuter  les directives fixées par le chef de l’Etat.

  • continuer à respecter strictement les consignes sanitaires  (Se laver les mains régulièrement ;Tousser ou éternuer dans son coude , Utiliser des mouchoirs à usage unique,  contacts non rapprochés (plus de 1 m) , se saluer de la tête, s’abstenir de serrer la main, de faire la bise…)
  • Rester strictement  à domicile en s’abstenant de recevoir sa famillle proche, des amis, des connaissances….
  • déplacement strictement nécessaire (courses alimentaires, santé…)
  • adopter un comportement citoyen exemplaire en s’abstenant toute sortie privée non indispensable (réunion privée, grands rassemblements, café, restaurants, cinéma…)
  • Ne contactez le service de santé (15) que si symptômes de difficultés respiratoires, courbatures associées.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « C’EST LA GUERRE" contre le coronavirus : Collègues AESH, la première ligne du front hôpital a besoin urgent de notre appui

  1. Anna dit :

    Bonjour.
    Je suis AESH en Ulis dans le 44.
    Personnellement je veux bien aider, d’autant que je n’ai même pas d’enfants à garder chez moi 😉
    En revanche comment peut-on faire pour aider ?
    Sachant que le site de l’Académie de Nantes a tout simplement planté..il ne nous est même plus possible de consulter nos mails pro..

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « comment peut-on faire pour aider ? »
      Il vous faudra déjà pouvoir accéder au site académique et à votre adresse pro. Suite de quoi, vous pouvez aimablement signaler au service Sae que vous êtes éventuellemment volontaire pour un service d’accompagnement d’élève de parents soignants.
      Honnêtement, n’en faites pas trop. Nous estimons que les AESH ont déjà beaucoup donné en étant exposé au quotidien et en permanence en première ligne depuis début novembre, date d’apparition du coronavirus. Nous ne pensons pas en effet que MEN et secrétariat d’état aux handicaps, avec leur dispositif PIAL imposant aux AESH des multiples affectations dans des établisements scolaires, veuillent se vanter aujourd’hui d’avoir mis en péril inconsidérément leur santé et celles des autres.

Les commentaires sont fermés.