Conférence nationale du handicap 2020 : le pipeau s’est fait entendre

Lors de la conférence nationale sur le handicap le 11 février 2020, le président de la république, Emmanuel Macron, a prononcé un discours. Un passage était consacré aux accompagnants AESH

« …Je déteste les acronymes, comme le savent ceux qui travaillent avec moi, on appelle ça des AESH. Ce sont des accompagnants, ce sont des femmes et des hommes qui permettent aux enfants d’aller à l’école. Former, recruter. Alors le vrai sujet, c’est qu’on en manque, c’est qu’il n’y en avait pas assez, qu’il n’y en a toujours pas d’ailleurs assez, et qu’on a encore trop d’enfants qui sont en situation de ne pas avoir de solution à la rentrée ou dans l’année. En 2017, il y avait 55 000 accompagnants. Il y en aura 66 000 à la fin de l’année. Donc il y a eu un effort extrêmement important, sans équivalent sur une période de temps aussi courte. On en a recréé 11 000. En même temps qu’est-ce qu’on a fait ? On a mieux formé, on les a sécurisés dans leur statut avec de vrais contrats passés avec l’Éducation nationale, parce que souvent c’était des contrats très précaires et trop courts, pour que ce soit plus durable. Est-ce qu’on a gagné cette bataille ? Non. Pourquoi ? Premièrement, parce qu’on a encore sur trop de territoires des accompagnants qui ont des contrats à temps partiel. Ça veut dire que, je les croise à chaque fois ils me disent « j’ai 22h15 de temps de travail ». Payé au SMIC, à 22h15, ça ne marche pas. Donc nous devons — État, collectivités locales — faire des vraies plateformes d’emplois pour offrir des contrats dignes à ces personnes qui accompagnent. C’est le seul moyen de continuer à les recruter et les stabiliser dans l’emploi. Sinon en cours d’année, c’est tellement dur, ils disent « 22h15, je suis payé au SMIC à 22h15 » donc ça veut dire qu’ils ont 700-800 euros par mois. Ils abandonnent ! Et donc ce sont des enfants qui se retrouvent au mois de décembre-janvier sans contrat. Donc nous on peut dire : « on a tout bien fait dans les chiffres, en vrai ».  Non, pas en vrai. Donc nous devons travailler à la stabilisation de ces personnes, c’est-à-dire à des contrats plus durables dans l’Éducation nationale et un travail avec tous les autres employeurs pour qu’on leur donne au moins 35 heures de travail… »

Réaction de l’UNEAVS

Pffff……les inepties ont encore de beaux jours à venir. Quant à nos collègues AESH, nous leur donnerons pas tort de se mobiliser surtout pour ne pas avoir à supporter aux élections municipales à venir. l’élite LREM et leus moutons serviles apparentés. Ils feraient  oeuvre utile de les dégager au plus vite.

Cet article a été publié dans Actualités et politique, AESH, éducation inclusive, Non classé, UNEAVS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Conférence nationale du handicap 2020 : le pipeau s’est fait entendre

  1. Betty dit :

    Betty. Rectorat Amiens
    Bonjour à tous
    Suite au déclaration du Président de la république, les collèges et les écoles sont fermées jusqu’à nouvel ordre.
    Du coup, les aesh sont ils obligés de venir dans leur établissement ou pas?
    Merci pour votre soutien
    Cordialement

  2. Betty Mielle dit :

    Académie Amiens
    Bonjour à toute l equipe. Merci pour votre soutien et votre travail pour nous apporter toujours plus d informations sur nos droits.
    J ai une question qui me taraude l esprit
    Je suis aesh CD 21h dans un collège.
    Mon employeur peut t il m inposer l emploi du temps et me faire venir 2 h le matin et 2h l après midi ou puis je demander à ce que toutes mes heures soit regroupées en demie journée complète ?
    Merci de votre réponse
    Je suis sous contrat Pial.
    Peut on me demander d aller 3 ou 4 heures dans un autre établissement pour compléter mes heures?
    Nous sommes des pions, payés au lance pierre mais nous devons nous plier à toute les volontés.
    Puis faire-valoir que vu ma paie de misère ( 660 euros). J ai besoin d au moins une journée pour trouver un deuxième emploi?
    Merci pour votre réponse.
    Une aesh au fond du gouffre
    Cordialement

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Mon employeur peut t il m inposer l emploi du temps et me faire venir 2 h le matin et 2h l après midi ou puis je demander à ce que toutes mes heures soit regroupées en demie journée complète ? »
      Attention: il faut distinguer droit du chef d’établissement scolaire d’affectation et droit de votre employeur (DDEN).
      Un chef d’établissement scolaire ne peut pas vous imposer sans votre accord un planning temps de travail hebdomadaire du style cité (2 h le matin et 2h l après midi). Vous pouvez demander auprès du chef d’établissement scolaire que vos horaires de travail soitent regroupées en demi-journée.
      Maintenaant, tout planning horaire hebdomadaire se doit avoir l’aval de votre employeur (DDEN). C’est ce dernier qui prend en dernier recours la décision de vous imposer le planning horaire hebdomadaire temps de travail, en conformité des textes existants.

      De fait, si désaccord existant sur le planning horiare hebdomadaire établi avec le chef d’établissement scolaire ou coordonnateur/référent AESH PIAL, ces derniers comme vous même pouvaient appel à décision auprès de votre employeur DDEN.

      En réponse à votre interrogation,  » Peut on me demander d aller 3 ou 4 heures dans un autre établissement pour compléter mes heures? « 
      Seul, votre employeur dden peut décider si une affectaion dans un autre établisseùent scolaire en vue de compléter votre temps de service hebdomadaire s’impose. Autant dire déjà que le coordonnateur référent AESH PIAL sera tenu de justifier auprès de votre employeur DDEN de la validité de cette affectation en considération d’un besoin de service d’accompagnement par AESH existant et constant.
      Par aillleurs nous attirons votre attention sur vos possibiltés de refus d’un déplacement professionnel entre 2 établissemnts scolaires lle matin ou l’AM) qui ne prendrait pas en compte le temps de déplacement comme temps de travail effectif ou en l’aabsence d’un ordre de mission -pour en savoir plus sur ordre de mission, cliquer ICI)

  3. croce dit :

    philippe47, Lot-et-Garonne
    « l’affligeant reflet des analyses et propositions ineptes de la secrétaire d’état au handicap (S.Cluzel), du ministre de l’éducation nationale (J.M.Blanquer) en direction des AESH depuis 2017 »
    ————————

    Tout à fait,
    Les ministres sont directement responsables de la paralysie administrative depuis 2017 à propos des sujets liés au handicap. Toutefois j’ai du mal à imaginer que Monsieur Macron ignore la précarité qui touche les AESH alors même qu’il en expose les faits lors de la conférence. Brigitte Macron a reçu en 2017 la mission de « patronage » du Handicap en tant que première dame de France, le saviez-vous ? Elle est « chargée de maintenir un lien continu d’écoute et de relations avec les acteurs de la société civile dans les domaines du handicap… mais aussi de l’éducation, de la santé, de la culture, de la protection de l’enfance » (je vous poste le lien de https://www.faire-face.fr qui s’occupe de l’actualité des personnes handicapées):
    https://www.faire-face.fr/2017/08/22/brigitte-macron-patronne-personnes-handicapees/

    Elle s’est toujours dit « sensible » au handicap et affirme se battre pour « une société inclusive ».

    Comment donc Monsieur Macron pourrait-il ignorer les problèmes de reconnaissances professionnelles subits par les AESH, ainsi que ceux liés à la scolarité des enfants (manque de matériel, classes surchargées entraînent des difficultés pour les enfants et les professionnels, cours inadaptés etc.) alors même qu’il a prétendu en faire une priorité ? Alors même que sa femme est missionnée pour faire le lien entre la société civile et les problèmes liés au Handicap ? Rajoutons que le texte de l’Élysée souligne que la mission de Madame Macron s’inscrit dans « la ligne des priorités fixées par le président de la République » comme on peut le lire dans l’article.

    Croyez bien que je ne porte pas une grande estime pour Madame Cluzel (secrétaire d’État en charge des personnes handicapées) et Monsieur Blanquer (actionnaire chez Twitter ?) que j’accuse de laxisme moi aussi. Madame Cluzel affirmait il y a quelques mois dans un média que les recrutements des AESH étaient « durables »…

    Depuis le PIAL le nombre d’enfants non accompagnés a certes diminué, mais en contrepartie on a diminué la quotité d’accompagnement. Personnellement j’ai 4 enfants dans mon emploi du temps et je passe donc peu de temps avec chacun d’eux. On ose même vous dire que ça favorise leur « autonomie », que si l’AESH est trop présent l’enfant ne se développe pas. Mais de quoi parle-t-on ? Si certains enfants Dys « léger » sont relativement autonomes, la grande majorité d’entre-eux ont besoin d’un suivi permanent. Savoir « s’effacer » est primordial, mais supprimer le temps consacré à l’accompagnement de l’élève peut-être fatal pour l’enfant ! Beaucoup vivent de grandes difficultés, même chez les Dys dont certains troubles sont pénalisants.

    Pour les uns c’est la vie réelle, pour les autres le monde de Oui-Oui !!!

    La faute aux ministres ? Certainement. La faute au président ? un petit peu quand même, mine de rien c’est quand même lui le boss non ? J’encourage Madame Cluzel et Monsieur Blanquer à essayer de vivre avec 700 euros/mois, ils ne tiendraient pas deux jours les pauvres… Pour terminer je repose encore une fois la même question: Quand les médias vont-ils s’intéresser aux AESH payés pour la majorité 700€ par mois ? Il est normal de s’inquiéter à propos des enfants et de leurs familles, mais on parle peu des AESH (on continue à nous appeler AVS par méconnaissance de la circulaire 2017).

    La lutte sociale doit continuer pour les enfants, les familles, pour les AESH et le monde associatif !

    Merci à l’UNEAVS pour son soutient permanent.

  4. croce dit :

    philippe47, Lot-et-Garonne

    Bonjour l’UNEAVS, et merci pour votre engagement permanent à nos côtés.
    En tant qu’amateur de musique j’ai moi aussi envie de participer au concert de pipeau ah ah ah !!! J’ai adoré votre titre !

    Des choses positives dans le discours de la « servitude volontaire » il y en a quelques unes, notamment « faire des vraies plateformes d’emplois pour offrir des contrats dignes à ces personnes qui accompagnent » et « travailler à la stabilisation de ces personnes, c’est-à-dire à des contrats plus durables dans l’Éducation nationale ».
    Malheureusement absolument rien n’est budgetisé, avec des objectifs clairs et une feuille de route précise !? Le « non-discours » habituel se borne à recycler les banalités d’usage. C’est un long discours plein de promesses non démontrées et non financées, un discours creux dans lequel il pointe du doigt les conséquences de ses propres décisions. Quelle blague !

    – Mais qui est responsable de la précarité des AESH Monsieur le Président ?
    – Qui est responsable des salaires indignes en dessous du seuil de pauvreté ?
    – Qui est responsable des contrats aidés ?
    – Qui est responsable du soit-disant « statut AESH », inexistant dans les faits, car nous ne sommes que du personnel missionné à la disposition de l’Etat ?
    – Qui est responsable de la réforme PIAL fragilisant de plus en plus les aidants (horaires fractionnés, temps de présence divisé, frais de déplacement ) ?
    – Qui se refuse à mettre en place les formations nécessaires et l’évolution vers un statut pérenne ? Et enfin qui se moque royalement des personnes en situation de Handicap alors que la loi de 2005 prévoyait de faciliter l’accés aux lieux publics et à l’information de manière générale (Théâtres, bibliothèques etc.). Nous vivons en plein mensonge !!! On promet des choses mais absolument rien ne change. Quelle gloire d’avoir embauché 11000 accompagnants qui ne seront plus comptabilisés parmi les chômeurs… !

    Pourtant le PIAL promettait à contrario de limiter les embauches et de mieux former les AESH engagés en contrat de droit public (selon les encarts publicitaires distribués aux établissements scolaires en début d’année). Il envisageait également une évolution graduelle vers les 35 Heures.

    L’hypermenteur « Président » ne convainc plus personne.

    Bon courage à toutes et à tous, les enfants ont besoin de nous.

    • briand0493 dit :

      Bonjour Philippe,
      Nous n’irons pas jusqu’à désigner le président de la république, Emmanuel Macron, d’affabulateur. Son discours sur les conditions de travail des AESH lors de cette conférence nationale sur le handicap participe de l’affligeant reflet des analyses et propositions ineptes de la secrétaire d’état au handicap (S.Cluzel), du ministre de l’éducation nationale (J.M.Blanquer) en direction des AESH depuis 2017. Exercer et se maintenir socialement au plus haut du pouvoir institutionnel ou politique reste vital pour ces derniers, quitte à promouvoir et maintenir ces inepties auprès de leur président Macron.

Pour toute demande de renseignements, le n° du département (ou nom acaadémie) doit être fournie

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.