La duperie de Philippe/Blanquer/Macron: Les précaires AESH de l’éducation nationale mis à contribution pour réduire le déficit budgétaire de l’Etat !!!!!

image

Dans l’art de “jouer le Pinocchio servile”, le gouvernement REM Edouard Philippe, sous présidence de son maitre jupitérien Macron, se révèle expert sans pareil.

Acte I de la duperie

En recevant leur première fiche de paie de l’année 2018, nombre AESH en CDD/CDI avaient eu la mauvaise surprise de voir leur rémunération baissée. 

La faute à une mesure décidée de longue date par Emmanuel Macron : la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG), un impôt prélevé sur tous les revenus et qui sert à financer la protection sociale. Son taux est passé de 5,1 à 6,8% depuis le 1er janvier 2018.  Le gouvernement Edouard Philippe les avaient déjà mis au régime sec dès l’automne 2017 : gel du point d’indice en 2018  et retour du jour de carence en cas d’arrêt maladie.  Sous les protestations, afin de ne pas les léser encore trop, le gouvernement avait mis en place un montage de mécanismes pour compenser la hausse de la CSG. Il a supprimé la contribution exceptionnelle de solidarité (CES, 1% des revenus) et créé une nouvelle indemnité, l’indemnité compensatrice », qui se devait, disait’’-il  “combler au centime près le manque-à-gagner”.

Le centime près s’est traduit en réalité en moyenne à 2 euros en moins pour des AESH en CDD/CDI majoritairement à temps incomplet (60%).  2 euros en moins ?  une pacotille pourrait-on penser mais quand il est perçu une rémunération mensuelle de 650 euros (net), ce n’est pas anodin de perdre 2 euros.

Acte II de la duperie

En recevant leur fiche de paie de rentrée scolaire 2018, nombre AESH en CDD/CDI découvrent une nouvelle  fois que  leur rémunération mensuelle a baissé, mais cette fois-ci, elle tourne autour de 25 euros  en moyenne (certains perdent 35 euros !!!!). Entre une rémunération  dont la hausse du smic en janvier 2018 a été limité à 1,24% (18euros en plus pour un temps complet), annulé par la hausse de la CSG (1, 7 % et compensé à hauteur de 1,2 %) et une inflation bondissant à 2,3 % fin août 2018, cette nouvelle baisse surprise de leur rémunération mensuelle provoque l’ire légitime des précaires AESH en poste dans les établissements scolaires. La baisse de leur  pouvoir d’achat prend l’allure d’un TGV sans escale.

Et on découvre l’incroyable explication de cette baisse de rémunération….

Dans la Circulaire du 15 janvier 2018 relative aux modalités de mise en œuvre de l’indemnité compensatrice de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour les agents titulaires et non titulaire, on y lit ces 2  petites phrases :

L’indemnité compensatrice est obligatoirement versée à chaque agent public bénéficiaire, conformément aux dispositions de l’article 113 de la loi de finances pour 2018. L’indemnité est due à l’agent bénéficiaire dès le premier jour travaillé et cesse d’être versée à l’occasion de la fin de la relation de travail, dans les mêmes conditions que les autres éléments de rémunération de l’intéressé.

….

Les agents publics recrutés ou réintégrés à compter du 1er janvier 2018 ne bénéficient pas de l’indemnité compensatrice lorsqu’ils sont affiliés au régime général de la sécurité sociale au titre des prestations en espèces de l’assurance maladie

Concrètement, s’appuyant sur ces 2 instructions, lors des recrutements ou renouvellements d’agent en CDD AESH ou transformation de CDD AESH en CDI AESH courant juillet-août 2018,, il a été décidé par le ministère de de l’éducation nationale qu’il n’y aurait pas continuité de versement de l’indemnité compensatrice CSG sur la rémunération mensuelle à venir des agents AESH en poste dès la rentrée scolaire 2018-2019.

Pour le ministre de l’éducation nationale, Jean Michel Blanquer, cela se traduit par une économie annuelle budgétaire autour de 15 000 000 euros (!!!!) sur le dos des 50 000 agents AESH actuellement en poste. Il peut se vanter de contribuer efficacement aux directives Macron/Philippe en matière de réduction de dépenses budgétaires de l’Etat.

Chapeau bas pour les artistes de la duperie sociale !

mise à jour en date du 02/10/2018

Vidéo Youtube

SIMPLE COMME UN COUP DE FIL ?

RUFFIN FACE AU GOUVERNEMENT !

 

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, AESH, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour La duperie de Philippe/Blanquer/Macron: Les précaires AESH de l’éducation nationale mis à contribution pour réduire le déficit budgétaire de l’Etat !!!!!

  1. Christelle dit :

    Bonjour,
    J’ai bien lu cette circulaire qui (me fait bondir autant que vous !) nous fait perdre l’indemnité de compensation de la csg, mais question… Qu’en est-il de ceux qui ne sont pas affiliés au régime général de la sécurité sociale mais à la MGEN ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’en est-il de ceux qui ne sont pas affiliés au régime général de la sécurité sociale mais à la MGEN ? »
      Cela s’applique de la même manière, la MGEN étant pour le personnel de l’éducation nationale le pendant de la CPAM.

  2. Carole Alexandre dit :

    Comme on s’en doutait , la dsden ne nous a pas donné notre prime compensatoire ce mois ci non plus!
    C’était pourtant prévu selon leurs dires.. comment peut on leur faire confiance ?
    Que doit on faire ? Quel recours avons nous ?
    Quelle action est prévue ?
    Carole, 35.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « comment peut on leur faire confiance ? » et suivante « Que doit on faire ? «  et suivante  » Quel recours avons nous ? » et suivante « Quelle action est prévue ? »
      La confiance des 80 000 salariés AESH à l’égard de l’autorité académique, MEN, gouvernement Edouard Philippe et président Macron n’existe plus, si du moins elle a existé un jour.
      Dans l’immédiat, il n’y a pas d’autre choix que d’attendre avec rage que cette duperie cesse. Nous savons simplement qu’une organisation syndicale s’active actuellement avec son service juridique pour porter l’affaire devant le tribunal administratif et au besoin au conseil d’état.

  3. Cassin dit :

    (19)
    Bonjour, seriez-vous d’accord pour vous unir avec d’autres collectifs de défense des AESH afin que nous soyons plus forts tous ensemble?
    Vous pouvez me contacter sur mon adresse perso pour plus d’infos.
    Cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « seriez-vous d’accord pour vous unir avec d’autres collectifs de défense des AESH afin que nous soyons plus forts tous ensemble? »
      Pour les demandes de soutien de l’association UNEAVS à une action engagée par un groupe AESH, collectif AESH , organisation syndicale, associations, autres…., Il est nécessaire de s’adresser auprès de madame le présidente UNEAVS, Muriel Michelin 14 Rue du Maréchal Leclerc – 44470 CARQUEFOU (uncevs(arobase)yahoo.fr). Echange ou non par téléphone, par mail pour 1er examen de la demande. Si favorable, engagement de procédure associative sur initiative de la présidente UNEAVS.
      la procédure de l’UNEAVS: examen de la demande par bureau CA, soumission ou non de la demande au CA. Envoi de décision au demandeur avec les conditions rattachées au soutien demandé.

  4. Duchesne dit :

    Bonjour,

    Je suis actuellement en contrat aesh (15h hebdo), en Seine-Maritime (76), auprès d’un enfant avec troubles du comportement. Ingérable. Je suis juste présent pour le contenir, c’est extrêmement frustrant.
    Dans la même école, un autre poste est vacant (20H hebdo) auprès d’un enfant à qui je peux apporter une véritable aide pédagogique , puis-je demander un changement ?.

    Merci d’avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Dans la même école, un autre poste est vacant (20H hebdo) auprès d’un enfant à qui je peux apporter une véritable aide pédagogique , puis-je demander un changement ?. »
      Il ne vous est pas interdit d’exprimer le souhait d’un changement d’affectation auprès de votre employeur (DSDEN). Ce dernier n’est pas tenu légalement de répondre à votre souhait et en cas de refus, il n’est pas tenu légalement non plus de s’en justifier.

      • Duchesne dit :

        Briando493,

        Merci pour votre réponse.
        J’ai posté cette question après seulement un seul jour auprès de l’enfant. Honte à moi !. Bien sûr que je peux lui apporter une aide, même si cela demande une concentration totale.
        Ne pas baisser les bras face à une situation déconcertante !. Courage à tous !.

  5. Coco dit :

    Isère (38)
    Bonjour,
    AESH pour la 11ème année consécutive, je travaille en ULIS Troubles des Fonctions Motrice et je bénéficie d’un CDI à 75 %, ce qui représentait jusqu’alors 24 h en présence des élèves et 2 ou 3 heures de concertation/sorties/réunions/arrivées avant les enfants, départs après eux, etc… (j’avais calculé en effet que 75 % de 35 heures = 26,25 heures).
    Sauf de depuis la semaine dernière, le rectorat entérine la répartition sur 36 semaines des 39 semaines dues, et que les contrats à 60 % devront dorénavant 25 heures (sic) en présence des élèves et 2 h de concertation par semaine, soit grosso modo ce que je fais actuellement avec un contrat 75 % !!! Cherchez l’erreur….
    Dois-je m’attendre à ce que mon employeur me propose, sans rien changer à mon temps de travail, d’être payée à 60 % comme les copines ?
    S’il le fait, est-ce légal ? ai-je un recours possible ?
    Ou alors deviendrai-je une privilégiée dont il ne faut pas ébruiter les incroyables avantages ?
    Tout cela est insensé.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Dois-je m’attendre à ce que mon employeur me propose, sans rien changer à mon temps de travail, d’être payée à 60 % comme les copines ? » et suivante « S’il le fait, est-ce légal ? ai-je un recours possible ? » et suivante « Ou alors deviendrai-je une privilégiée dont il ne faut pas ébruiter les incroyables avantages ? »
      Aîe..aîe…Votre mode calcul pour établir votre planning horaire hebdomadaire se révèle erroné.
      Vous disposez d’un CDDI AESH à 75% d’un temps complet, soit un quota global d’heures de travail effectif à accomplir sur l’année scolaire 2018-2019 de 1195 heures. Ces 1195h se doivent être réparties obligatoirement sur 39 semaines (à minima) soit un planning hebdomadaire de temps de travail de 30h 30 maximum.
      Si le rectorat maintient illégalement que ces heures soient réparties sur 36 semaines, ce planning horaire hebdomadaire serait de 33h15.
      Etant en CDI AESH, pour procéder à une modification de votre contrat (ramener votre CDI de 75% à 60% aevc pour conséquence baisse de la rémunération mensuelle), votre employeur est soumis à l’obligation de prendre avis de la CCP ANT et ensuite de vous formuler une proposition d’avenant que vous êtes êtes en droit d’accepter ou de refuser. La procédure pour modifier votre CDI AERSH reste donc très contraignante et longue à appliquer pour votre employeur.
      En revanche, il peut exiger sans que vous puissiez vous opposer à ce qu’un planning horaire hebdomadaire conforme aux attendus de votre CDI soit mis en place (3Oh 3O/hebdomadaire à minima vous concernant).
      Vous êtes tenu d’effectuer le temps de travail hebdomadaire fixée d’un commun d’accord entre le chef d’établissement scolaire d’affectation et vous même, avec aval de votre employeur. Vous n’êtes pas tenu de signaler les erreurs d’application dans l’établissement de ce planning hebdomadaire qui vous avantage.

  6. angélique xxxxx dit :

    Bonjour, je suis AESH-i en CDD dans un collège du 91 et cette année pour la première fois je me retrouve avec 3 élèves dans la même classe et on nous annonce 4 élèves par AESH dans la même classe pour l’an prochain. Est-ce normal? y-a-t-il un nombre maximum d’élèves par AESH?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      en réponse à votre interrogation, « Est-ce normal? y-a-t-il un nombre maximum d’élèves par AESH? »
      Pour l’association UNEAVS, accompagner 3 élèves (et plus) en situation de handicap dans une classe en simultanée n’a plus de sens pour un travail professionnel sérieux de qualité.
      Pour le ministre de l’éducation nationale (Blanquer) et la secrétaire d’état aux handicaps (Cluzel): cela doit être normal. Leur grand projet d’enfer national relatif à l’inclusion scolaire a prévu sans doute qu’un AESH soit amené à remplacer un enseignant de classe dans les 3 prochaines années, pour cause de suppression de poste de fonctionnaire par souci d’économie budgétaire.

  7. Sylvie dit :

    Département 95
    Je comprends mieux pourquoi en plein mois de Juillet, j’ai reçu un avenant me reconduisant dans mes fonctions d’AESH en CDI ! Au même échelon et sur le même établissement ! Une reconduction de CDI pour gratter sur notre salaire , il fallait oser. Et bien sûr avec les menaces habituelles , si l’on tarde à renvoyer cet avenant surréaliste, risque de retard de salaire.
    Sans compter, la journée de prérentrée où ma coordo a essayé de m’imposer 2heures de plus par semaine , au prétexte que mon contrat était sur 39 semaines et que je n’en faisais que 36.
    Et je ne parle pas d’une mission vie scolaire sortie du chapeau de notre principale ( surveillance permanence, récréation, etc…).’cela commence à faire beaucoup. Plus le temps passe, plus l’institution nous malmène !

  8. Marie dit :

    Finistère(29) Bonjour, après avoir constaté comme beaucoup d’autres, une baisse de salaire ce mois-ci, j’ai envoyé par mail une demande d’explications au rectorat de Rennes, voici leur réponse: « L’indemnité compensatrice de CSG vise à compenser la rémunération des agents publics sous contrat au 31 décembre 2017 résultant de la hausse de la contribution sociale généralisée à compter du 1er janvier 2018. Dans le même temps, la cotisation salariale déplafonnée au titre de la maladie a été supprimée. Tout agent recruté ou dont le contrat est renouvelé à compter du 1er janvier 2018 ne bénéficie pas ou plus de l’indemnité compensatrice de CSG. » Il ne s’agit donc nullement d’un « bug informatique ».

    • EloGV dit :

      Il va falloir qu’ils se mettent d’accord au rectorat de Rennes…Je suis en cdi depuis 4 ans donc bien avant le 1er janvier et donc pas de renouvellement non plus depuis et ils m’ont quand même dit que mon indemnité était supprimée…

      • Marie29 dit :

        Moi, il s’agit bien d’un renouvellement. Ce que je ne comprends pas dans leur lettre c’est le fait de justifier la suppression de l’indemnité compensatrice CSG, par la suppression de la cotisation maladie déplafonnée. Étant donné que cela a été fait en même temps, pourquoi dans ce cas avoir versé l’indemnité compensatrice jusque août pour l’enlever en septembre…

      • Carole Alexandre dit :

        Apparemment, pour les CDI, elle va nous être rendue le mois prochain… à surveiller..
        Ils devraient la rendre à tout le monde !!

        • EloGV dit :

          La supprimer pour nous la rendre ensuite…c’est d’une logique. J’imagine que si personne n’avait réagi ça n’aurait jamais été rendu! Enfin à surveiller en effet…mais je ne vois pas pourquoi les CDD n’auraient pas le droit eux aussi de récupérer cette indemnité…

  9. Dominique dit :

    Landes (40).
    Nouvellement en CDD aesh droit public après 4 ans de CUI, à ce jour, 3 octobre, le salaire n’a toujours pas été viré. Renseignement pris, il semblerait que le salaire serait versé en 2 fois: 70% le 12-10, le reste fin octobre. C’est honteux!!
    Celles et ceux qui touchent un complément de pôle emploi voient leur indemnités chômage bloquées en attendant la fiche de paye qui risque d’arriver plus tard encore que le salaire.
    Ce travail précaire à temps partiel n’est pas un choix de vie, on nous enterre dans la précarité et tout est normal!
    Dans la Dordogne, certains se sont entendu répondre qu' »ils mangeraient mieux le mois prochain » …..
    Confondant!

  10. Carole Alexandre dit :


    Intervention de François Ruffin hier..

    • briand0493 dit :

      Merci Carole pour cette information. L’intervention de François Ruffin à l’assemblée nationale est savoureuse alors nous n’avons pas résisté à l’ajouter à la suite de lecture de l’article du jour.

      • Carole Alexandre dit :

        Avec plaisir !
        C’est tellement écoeurant de voir à quel point notre ministre est peu concerné et complètement à 1000 lieues de notre réalité..c’est affligeant !
        Au travers des témoignages des collègues, on est bien conscient qu’ aucune DSDEN n a les mêmes consignes concernant les embauches, les entretiens, les calculs de salaire etc..la liste est longue!
        C’est quand même ces gens qui pondent les décrets et ils n’ont juste qu’à les faire appliquer! Mais non chacun fait à sa sauce, c’est merveilleux ! Et ils sont étonnés qu’on se plaigne!! ??
        Que faut il faire pour que juste ils appliquent leurs textes de manière uniforme au niveau national!? Il n’y a bien qu un seul MEN non??!!
        Ou alors c’est une volonté de diviser les personnels et de dégoûter les AESH de faire leur travail..avec leur proposition de loi, le groupe LR nous propose encore un nouveau texte avec des tâches supplémentaires bien sûr, mais sans compensation financière bien sûr ! Sans aucune évolution du statut, du niveau de formation, du salaire..
        Que faut il faire pour faire entendre nos voix ? Et faire valoir nos droits ?

  11. Raspal dit :

    Mum 30
    Bonsoir,

    Je voudrais savoir si on a droit à une autorisation d absence pour décès d une tante?
    Merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « droit à une autorisation d absence pour décès d une tante? »
      Cela rentre dans la catégorie Autorisations d’absence ou congés exceptionnels
      L. 84-16 du 11/01/1984 (Art 34) •I. 7 du 23/03/1950 Les fonctionnaires peuvent obtenir dans certains cas des autorisations d’absence ou des congés avec ou sans traitement.

      Toute demande doit être formulée par écrit (ou remplissage de document ad hoc) auprès de votre chef d’établissement d’affectation (qui peut exprimer son avis et accord= laquelle demande sera acheminée par de votre employeur ( l’I.E.N qui accordera ou non l’autorisation d’absence avec ou sans rémunération. Il vous faudra fournir le certificat de décès de votre tante en appui de votre demande ou par la suite.

  12. aline rochard dit :

    Pour moi passage cdd au cdi au mois de juin et cette indemnité a été supprimé. Bug informatique ? On m’a répondu qu’elle n’était pas prévu en CDI ….. pour l’instant… ,
    enfin ils nous prennent vraiment pour des imbéciles

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      L’UNEAVS ne croit nullement à l’existence d’un bug informatique. Nous pensons que cette suppression de l’indemnité compensatrice est une décision délibérée de la DRH du MEN (approuvée tacitement par le ministre de l’éducation nationale, Blanquer et soutenue par le 1er ministre E.Philippe).

  13. Alexandre dit :

    Bonjour,
    AESH en CDI depuis 4 ans, en collège dans le 35.
    J’ai en effet vu que j’ai eu 9 euros de moins sur ma paye de septembre 2018, mais n ayant pas eu ma fiche de paye encore, je ne sais pas pourquoi.. je suppose donc qu’il s agit du non versement de cet indemnité compensatrice.
    Tous les aesh sont donc concernés, CDD, cdi…

  14. Cassin dit :

    (19) Moi c’est pas mal aussi.
    Fin de ma 3°année en CDI , entretien passé et positif, je fais un courrier début septembre pour rappeler que J’ai droit à un échelon, fin du mois rien, je téléphone au service gestion et là tranquille la fille me dit mais comme on a pas augmenté ceux de l’an dernier on a pas envie de faire une exception!!!
    Je pense envoyer un autre courrier avec A.R, je ne sais plus quoi en penser ni que faite.
    Tom

    • Agnès dit :

      Tout comme toi, même situation… Envoyé courrier en ARà la DSDEN et au rectorat. Que du mépris. Je suis écoeurée. Mais je ne vais pas m’arrêter là. Je suis appuyée par mon syndicat. Ce que la fille te dit est illégal ! Je vais sans doute passer par le tribunal administratif. Je vous tiendrai au courant. Avant, je demanderai un rdv avec l’inspecteur (conseil de mon syndicat). Agnès

      • Cassin dit :

        Oui c’est anormal de ne même pas avoir son échelon d’ancienneté, nous n’avons droit qu’au mépris. (19)

    • Carole Alexandre dit :

      En Ille et vilaine, nous attendons toujours nos entretiens..c’est quand même dingue qu’ils pondent des textes pour ne pas les appliquer! Apparemment la GRH de la DSDEN 35 n’était pas au courant en juin qu’on devait avoir des entretiens…c’est incroyable..
      Carole, 35.

  15. Maurice dit :

    A reblogué ceci sur Collectif AESH En action!.

  16. Florence Coutand dit :

    Faux beaucoup perçoivent encore après renouvellement l’indemnité compensatrice de Csg . Il s’agit d’un bug informatique. Loin de moi de défendre le gouvernement actuel.,mais en l’occurrence il n’y est pour rien.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre commentaire
      Si le gouvernement actuel n’y est pour rien, il reste seul responsable d’un bon état de service informatique, qu’il s’en explique ouvertement de l’erreur produite et rectifie le tir dans les plus brefs délais.

    • EloGV dit :

      Et bien moi je suis en cdi pour la 4e année et je ne la reçois plus et le rectorat ne m’a pas parlé de bug informatique mais bien d’un retrait de cette indemnité…

  17. Vievie dit :

    Vous savez moi aesh 2ans cdd et 4 cae au chômage depuis septembre le reste dep 61je rêve que de retrouver un poste mais aucune aide l inspection fait ce qu elle veut

Les commentaires sont fermés.