Renforcement des contrôles sur les écoles hors contrat par une loi ? Paroles et actes dissimulés du gouvernement Philippe

 

ActesmasqueéesDans un article en date du 08 octobre 2017 intitulé “Les AESH, sommés d’accomplir leur mission dans des écoles hors contrat avec la bénédiction de la secrétaire d’état aux handicap, Sophie Cluzel et du ministre de l’éducation nationale,Jean Michel Blanquer ?, nous avons tenu à alerter les fortes inquiétudes des AESH résultant du dépôt à l’assemblée nationale d’ une proposition de loi  visant à leur imposer de suivre des élèves en situation de handicap dans les écoles hors contrat été présenté par un groupe de députés de droite (les Républicains).

Dans un courrier en date du 27/11/2017 aimablement transmis,  Richard Ferrand, Président du Groupe LaREM à l’assemblée nationale nous informait ainsi “ la proposition de loi est une proposition de loi rédigée par l’opposition ; le groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale, comme le Gouvernement, n’y adhère pas”.

Le 23 février 2018, une proposition de loi, déposée par la sénatrice Françoise GATEL prônant un contrôle annuel de chaque établissement hors contrat, et prévoyant que les services de l’Éducation nationale préviennent le préfet et le procureur de la République s’il apparaît que l’enseignement dispensé est contraire à la moralité, aux lois, ou que des activités menées au sein de l’établissement sont de nature à troubler l’ordre public est adoptée avec le soutien du gouvernement au sénat.(savoir plus, cliquer ICI)

A l’antenne de BFMTV, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer déclare « On a vu se déployer ces dernières années l’enseignement hors contrat avec des phénomènes de dérives, notamment fondamentalistes »…… « Nous devons protéger les enfants contre des initiatives qui aboutissent à les embrigader ». Une déclaration visiblement prudente qui se voulait non  limitée… pas qu’au contexte de la radicalisation islamiste……sauf que .lors d’une grande messe médiatique du gouvernement, cette proposition de loi visant un renforcement des écoles hors contrats se retrouve désormais inscrit dans un plan national de prévention contre le radicalisme.  

Nous pourrions tout de même applaudir cette volonté du gouvernement de renforcement du contrôle de l’enseignement des écoles hors contrats si ….elle n’était pas simplement contredite par une  secrétaire d’état aux handicaps et son cabinet qui n’estiment pas douteux au contraire de développer une coopération renforcée très active avec ces mêmes écoles hors contrats comme le dévoile le document ci-après. Cette complaisance à l’égard des écoles hors contrat majoritairement catholiques traditionnalistes, cette volonté de faciliter le développement de leur enseignement reconnu douteux en envisageant la possibilité de mettre à leur disposition des agents publics AESH sur budget de l’éducation nationale ne sauraient que nous interroger et de provoquer fortes inquiétudes.

image

lien de ce document: https://www.liberte-scolaire.com/actualites/avs-handicap-hors-contrat-nous-avons-besoin-de-vous/

Cet article, publié dans Actualités et politique, AESH, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Renforcement des contrôles sur les écoles hors contrat par une loi ? Paroles et actes dissimulés du gouvernement Philippe

  1. Cassin dit :

    Bonjour,
    J’espère qu’avec votre expertise et connaissance du terrain madame Cluzel vous a invité à la table des négociations qui s’ouvre autour du handicap.
    Cordialement.
    19

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre commentaire, »négociations qui s’ouvre autour du handicap »

      Non. Pas d’invitation formulée. Nous n’en sommes pas étonnés.
      Entre 2010 et 2012, les représentants UNEAVS avaient été très surpris par la posture hostile à leur égard de l’actuelle secrétaire aux handicaps, alors présidente de l’association Fnaseph. C’est lors des travaux interministériels sur la professionnalisation des AVS engagés par le gouvernement précédent en 2012-2013 que les représentants de l’UNEAVS invités à faire part de leur expertise du terrain ont compris les raisons de cette hostilité au bout de 2 réunions de commission. La présidente Fnaseph d’alors, Sophie Cluzel ne supportait pas notre expertise du terrain estimant que sa seule expertise (et celle des membres de son association) en matière de professionnalisation des AVS prévalait. Comme les représentants UNEAVS avaient décidé de ne pas s’en laisser conter, il s’en est ensuivi souvent des échanges houleux qui ont laissé des traces de part et d’autres depuis lors.
      Devenu secrétaire d’état aux handicaps, sa posture hostile à l’égard de l’UNEAVS est restée. cette posture d’hostilité est bien connue de l’ensemble de nos partenaires qui ne se prive pas de manière informelle de nous avertir d’être actuellement prudent dans nos initiatives d’action ayant le tort de lui déplaire.

      • Christine dit :

        Christine du 28,
        Cela fait plusieurs années que je vous lis. Je vous ai toujours trouvés très au fait de l’actualité des AESH, très justes dans vos commentaires et souvent pondérés dans vos réponses, enfin quand cela est possible car nos conditions ne s’améliorant pas, cela devient de plus en plus difficile de rester calme.
        Aussi il est vraiment dommage que les instances dirigeantes ne vous invitent pas aux prochaines réunions sur le handicap. Peut être quelques traces anciennes, mais peut être aussi quelques vérités que vous pourriez apporter dans le débat, sur ce qui se passe sur le terrain , difficiles à entendre à haut niveau et à tenir compte.
        Nous le savions déjà, mais encore une fois, cela ne montre pas une réelle volonté en haut lieu de faire vraiment changer les choses !

  2. dominique XXXXXXXXX dit :

    C’est l’opposition qui avait fait cette demande d’intervention des AESH dans les écoles hors contrat? Foutaise!! C’est la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel qui xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx De qui se moque-t-on? C’est vraiment de la malhonnêteté de ce gouvernement que d’affirmer le contraire. On peut se souvenir également de la promesse du candidat Macron en Mai face à une collègue du Nord Pas de Calais lorsqu’elle l’a interpellé sur le manque de statut, etc Que du vent!! ET tout sourire encore en nous roulant dans la farine d’un discours supposé intelligent mais qui ne s’avère qu’arrogance.

    x note du modérateur
    Nous avons supprimé un passage concernant la secrétaire d’Etat Sophie Cluzel, estimant qu’il ne peut lui être imputer des actes, des faits sans éléments publics tangibles, vérifiables et vérifiés.

  3. martin dit :

    bonsoir dans le 54
    Des parents peuvent ils exiger que l’aesh qui suit leur enfant (droit public)parte en classe verte une semaine jour et nuit pour l »accompagner ci celle ci refuse?Peuvent ils demander une autre aesh pour l’accompagner pendant cette semaine?Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Des parents peuvent ils exiger que l’aesh qui suit leur enfant (droit public)parte en classe verte une semaine jour et nuit pour l »accompagner ci celle ci refuse? »
      Absolument pas. Ils n’ont à rien à exiger.
      Règle générale de base :
      L’agent AESH conserve toujours le droit exclusif de refuser sa participation à une sortie scolaire avec nuitées qui ne s’inscrit pas dans ses heures de travail à accomplir fixées par son planning hebdomadaire de travail.

      Règles applicables dans les académies
      L’agent AESH peut participer, avec son accord, aux sorties scolaires avec nuitées.
      L’autorisation de l’employeur est obligatoirement requise 15 jours avant la date prévue de la sortie.
      L’autorisation est généralement accordée sous réserve que l’agent AESH s’engage par écrit à ne pas solliciter ou la rémunération ou la récupération des heures de travail accomplies hors de son planning horaire hebdomadaire pendant le séjour.
      En l’absence d’engagement écrit de l’employeur sur la rémunération ou la récupération des heures de travail accomplies hors de son planning horaire fixé lors de la sortie, l’agent AESH conserve la possibilité de refuser sa participation à une sortie scolaire avec nuitées. Son refus ne peut être considéré comme une faute professionnelle.

      En réponse à votre interrogation, « Peuvent ils demander une autre aesh pour l’accompagner pendant cette semaine? »
      Absolument pas. D’abord les parents n’ont pas à exiger de connaitre le quoi, qui, pourquoi, comment de ce que leur enfant ne sera pas accompagné par l’AESH. En clair, le chef d’établissement scolaire et l’équipe enseignant se doivent acter la décision de refus ou d’acceptation de l’AESH pour une sortie scolaire avec nuitées tout court sans chercher à la commenter auprès des parents. Ensuite, il n’ appartient pas aux parents de proposer ou de décider ou de fixer si un autre AESH se doit accompagner leur enfant en sorties scolaires avec nuitées.

Les commentaires sont fermés.