Enorme pataquès en perspective à la rentrée scolaire 2017-2018

rentrée scolaire 2017

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, avait exprimé dans une note en date du 21/08/2018 que, pour la rentrée scolaire 2017-2018, les élèves soient accueillis dans les écoles primaires, collèges et lycées en “musique”.

La chorale et/ou l’orchestre des écoles maternelles et primaires, du collège ou du lycée seront au cœur de l’organisation de cet évènement. Les élèves et les parents musiciens seront aussi associés à ce temps fort de même que le milieu associatif et les collectivités locales. Cette opération se réalise en lien étroit avec le ministère de la culture de sorte que toutes les institutions culturelles pourront être sollicitées pour anticiper ce moment exceptionnel.” (dixit le ministre)

Ce sera effectivement une rentrée en fanfare si on juge l’énorme  pataquès en cours relevé par Europe 1

« A 10 jours de la rentrée, enseignants et directeurs inquiets de la baisse du nombre de contrats aidés.

Le ministère de l’Education nationale a précisé que sur 70.000 contrats aidés, plus de 20.000 seraient supprimés à la rentrée.

A 10 jours de la rentrée, enseignants et directeurs d’école sont inquiets de la baisse du nombre de contrats aidés, essentiels au fonctionnement des établissements. Concrètement dans les écoles, les contrats aidés sont les assistants administratifs des écoles et les auxiliaires de vie scolaire (AVS) qui aident les enfants handicapés au quotidien. Le ministère de l’Education nationale a précisé que sur 70.000 contrats aidés, plus de 20.000 seraient supprimés à la rentrée.

Plus du tout d’agents administratifs ? Toute la question est de savoir où seront prélevés ces 20.000 emplois, soit… 30% des personnels ! Si le ministère préserve, comme il s’y est engagé, tous les assistants de vie scolaire pour les élèves handicapés, le calcul est simple : cela signifie qu’en contrepartie, il faudra supprimer quasiment tous les contrats aidés d’agents administratifs, c’est-à-dire les secrétaires des directeurs et directrices d’écoles mais aussi des collèges et lycées. Sans oublier les documentalistes.

C’est mathématique, si on se fie au calcul du syndicat enseignant Snuipp. Ce sont des coupes budgétaires invisibles pour l’opinion publique mais qui compliqueraient considérablement la tâche des chefs d’établissement au quotidien. Par ailleurs, les maires des communes s’inquiètent pour l’ »arrêt brutal » disent-ils, d’autres types de contrats aidés : les animateurs chargés des activités périscolaires, qui dépendent, eux, des communes, mais aussi les personnels de cantine ou de surveillance.

Vers un report de la rentrée ? En Gironde, l’association des maires prévient que les petites communes devront carrément renoncer aux activités périscolaires, faute d’avoir les moyens de recruter à des salaires pleins. Dans le Gard, sans services de cantine et de transport scolaire, quatre communes envisagent ni plus ni moins de reporter la rentrée… »

Lire aussi  » Les handicapés, victimes collatérales de la baisse des contrats aidés » en cliquant ICI. 

Cet article a été publié dans Actualités et politique, AESH, la précarité au quotidien, UNEAVS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.