Des “plus” aux agents AESH/AED dans l’académie de Rennes qui méritent d’être souligné.

image

L’UNEAVS ne demeure pas toujours tendre avec les décideurs institutionnels du MEN, du rectorat, des DSDEN, des services IA ASH, des chefs d’établissement scolaire en répercutant les attentes de nos collègues AESH/AED, avides d’amélioration de leur condition de précarité, d’extrème précarité. A travers les innombrables témoignages nous parvenant, il nous est arrivé bien souvent de relever des postures de décideurs institutionnels dans des académies affichant un mépris non dissimulé et déplacé vis à vis des attentes de collègues AESH/AED. Notre intransigeance à dénoncer ces postures institutionnelles  a toujours pour objet de rappeler sans concession que les conditions premières de tout dialogue social de qualité sont le respect réciproque entre interlocuteurs dans les échanges, une volonté réelle d’amélioration de la condition trop précaire des AESH/AED, le respect de leurs droits existants. Quand ces conditions premières sont réunies, l’UNEAVS sait reconnaitre les initiatives de décideurs institutionnels du MEN, du rectorat, des DSDEN, des services IA ASH, des chefs d’établissement scolaires allant dans le sens d’une meilleure prise en considération des agents AESH/AED.

C’est un fait, L’académie de Rennes se distingue tout particulièrement depuis le début d’année 2017 par une série d’initiatives prises par le rectorat à l’égard des AESH/AED qui méritent d’être souligné à leur juste valeur.

Tout d’abord, le 26 janvier 2017 au rectorat a eu lieu l’installation officielle de la commission consultative paritaire des contractuels AED/AESH (dit CCP ANT) pour l’académie de Rennes. Une installation officielle non négligeable pour le respect des droits des AESH/AED car, en effet, la  CCP ANT se doit être obligatoirement consultée sur les décisions individuelles relatives aux licenciements intervenant postérieurement à la période d’essai et aux sanctions disciplinaires autres que l’avertissement et le blâme. Elle peut en outre être consultée sur toute question d’ordre individuel relative à la situation professionnelle des personnels AESH/AED relevant de leur compétence. De même, la CCP ANT pouvant recevoir communication du bilan des décisions relatives aux passages en CDI, ainsi que de toute information relative à la mise en oeuvre du dispositif des AESH, elle constitue incontestablement un lieu de dialogue social non négligeable entre représentants syndicaux du personnel AESH/AED et représentants désignés de l’administration. (Pour en savoir plus, cliquer ICI)

Ensuite, dans le cadre de l’action sociale académique (dit ASIA), les AESH/AED de l’académie de Rennes peuvent bénéficier désormais de 2 types d’aide spécifique

  • l’aide à l’insertion professionnelle (300 euros maximum sous condition) attribuée pour la prise en charge des frais de déplacement ou des frais d’inscription engagée par l’AESH ou l’AED  relatifs à un examen, un concours, un entretien d’embauche, une formation, une validation d’acquis d’expérience (VAE), un bilan de compétences. (pour en savoir plus, cliquer ICI)

3 initiatives remarquées du rectorat de Rennes en faveur des AESH/AED  en début d’année 2017 constituant des “plus” que l’UNEAVS ne saurait manquer de saluer, avec ce souhait que d’autres rectorats d’académies s’en inspirent avec intelligence et se donnent la volonté institutionnelle de les appliquer de même. 

 

Advertisements
Cet article, publié dans AESH, la précarité au quotidien, UNEAVS, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Des “plus” aux agents AESH/AED dans l’académie de Rennes qui méritent d’être souligné.

  1. Brillais dit :

    Bonjour , , AESH dans le département 2B (corse), j’ai assisté à une réunion « pour gevasco and cie°)et là mes bras « m’en tombent , j’ai entendu (heureusement que les enseignants enfin l’enseignante a dit ce qu’elle pensait à propos la conseillère je sais pas quoi , tellement j’étais outrée , elle rappelait cette gente dame que les AESH n’étaient qu’un béquille pour l’enfant et qu’à à un moment donné la « béquille  » fallait la mettre de côté ouf!!!!! j’ai fermé ma bouche , il y a du souci à se faire

  2. martin dit :

    Bonsoir aesh dans le 57 a 25 heures par semaine je dois surveiller pendant la récréation matin et après midi l’enfant dont je m’occupe (autiste mais ne presentant aucun danger pour lui meme ou les autres) a la demande des parents. Suis je obligé de respecter la consigne et si oui ai je le droit de prendre une pause après la récréation ? merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Suis je obligé de respecter la consigne et si oui ai je le droit de prendre une pause après la récréation ? «  >Oui, compte tenu de la nature du handicap de l’élève, c’est plus prudent et nettement conseillé d’un point de vue éducatif.
      rappel: le temps de récréation est une pause entre 2 activités scolaires appréciées par les élèves mais nullement une interruption de travail pour les enseignants et les AESH.
      S’agissant votre droit de pause, elle se résume ainsi  » Aucun temps de travail quotidien ne peut atteindre six heures sans que les agents bénéficient d’un temps de pause d’une durée minimale de vingt minutes ». Une pause de 20 mn au bout de 6 heures de travail effectué sans discontinuer.

Pour tous commentaires, Le n° de département ou votre région académique doit être fourni pour sa prise en compte.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s