L’UNEAVS a lu pour vous durant l’été 2016

image

1ère lecture d’été

Tant attendue durant le mois de juin par les agents AESH en CUI-CAE en attente de leur renouvellement de contrat courant été 2016, la circulaire N° DGEFP/MIP/2016/215 du 30 juin 2016 relative à la programmation des CUI-CAE au 2ème semestre 2016 se distingue cette fois-ci des précédentes sur 2 points :

1-Elle confirme que l’éducation nationale se voit attribuer une dotation de 67 800 contrats aidés pour la rentrée 2016-2017, en baisse à hauteur de 11 500 contrats aidés

image

Elle prend soin de rajouter  une nouvelle fois:

image

image

Commentaire de l’UNEAVS: 

La redondance de la mesure de pérennisation des AESH en CUI-CAE annoncée par le président de la république, François Hollande, lors de la conférence nationale du handicap du 19 mai 2916 reste assurément remarquable dans cette circulaire.

2- Cette même circulaire fait état du ciblage des publics prioritaires pouvant accéder au CUI-CAE. et que se doivent appliquer les préfets dans leurs arrêtés en cours :

image

Les préfets n’ont pas manqué donc de traduire dans leur arrêté leur remarquable conception du demandeur d’emploi de longue durée et de très longue durée (exemple de l’arrêté du préfet de région Bretagne, Christophe Mirmand, en date du 13 juillet 2016)

image

image

Commentaire de l’UNEAVS:

Les demandeurs d’emploi de très courte, courte durée et trop longue durée apprécieront ces nuances humoristiques préfectorales. Ben, voyons ! faire moins de 18 mois de chômage, c’est si négligeable !!!

2ème lecture d’été

image

Les conditions de mise en oeuvre du GÉVA Sco (Usages sociaux d’un outil visant à l’harmonisation de la scolarisation des élèves handicapés)
-Rapport 29 janvier 2016-

Ce rapport est l’oeuvre de 4 chercheurs en sociologie et, après lecture attentive, nous n’avons pas pu nous empêcher d’un grand éclat de rire à une  conclusion  suivante exprimée en guise de poignante désolation (si…si..)

Les résultats montrent également que si le GÉVA Sco permet la transmission uniformisée d’informations, le remplissage du document est essentiellement du fait des enseignants.
Même lorsque les acteurs du secteur médico-social sont porteurs de la scolarisation en milieu ordinaire, ils ne sont pas partie prenante de la rédaction, qu’il s’agisse d’une scolarisation à temps partagé ou de l’intervention d’un service de soins dans l’école. Dans ces conditions, le GÉVA Sco pourrait renforcer les logiques internes à l’Éducation nationale, au lieu de favoriser le rapprochement attendu sur le plan législatif avec le secteur médico-social. A contrario, le GÉVA Sco pourrait être un outil facilitant la coopération entre tous les acteurs de la scolarisation, à condition que les dimensions relatives à l’évaluation de l’école soient atténuées, permettant en cela aux acteurs extérieurs au monde de l’école d’être mobilisés et aux enseignants de ne pas être remis en cause dans leur fonction de transmission des savoirs.

Au final, collègues AESH, nous vous épargnons la lecture de ce rapport en vous le résumant  ainsi : Vous êtes bien des acteurs professionnels incontournables de l’inclusion ordinaire des élèves dans une école mais, pour que les autres acteurs (d’équipe pédagogique et éducative, secteur médico-social),et des doctes chercheurs en sociologie vous considèrent comme tels, c’est une autre paire de manche.

Cet article, publié dans AESH, Divers, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour L’UNEAVS a lu pour vous durant l’été 2016

  1. padieu dit :

    Bonjour, je suis aide administrative en CUI CAE dans une école primaire de 400 élèves à La Gorgue, dans le Nord, je termine ma 5ème année le 31 octobre, j’ai 56 ans en novembre, mon contrat pourrait-il devenir contrat AESH et être pérennisé ?
    au cas ou je serai en formation, la fin de mon contrat peut-elle être reporté jusqu’à la fin de ma formation ?
    Je vous remercie de me renseigner et de m’orienter si vous le pouvez.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » mon contrat pourrait-il devenir contrat AESH et être pérennisé ? »
      Non. Les emplois EVS sous CUI-CAE n’ont pas vocation à être pérenniser (hélas !)

      En réponse à votre interrogation,« au cas ou je serai en formation, la fin de mon contrat peut-elle être reporté jusqu’à la fin de ma formation ? »
      oui, c’est une possibilité mais pas un droit du salarié qui s’impose à l’employeur.
      Article L5134-25-1 du code du travail
      « Le contrat de travail, associé à l’attribution d’une aide à l’insertion professionnelle au titre d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi, conclu pour une durée déterminée, peut être prolongé dans la limite d’une durée totale de vingt-quatre mois, ou de cinq ans pour les salariés âgés de cinquante ans et plus rencontrant des difficultés particulières qui font obstacle à leur insertion durable dans l’emploi, ainsi que pour les personnes reconnues travailleurs handicapés.

      A titre dérogatoire, ce contrat de travail peut être prolongé au-delà de la durée maximale prévue, en vue de permettre d’achever une action de formation professionnelle en cours de réalisation à l’échéance du contrat et prévue au titre de l’aide attribuée, sans que cette prolongation puisse excéder le terme de l’action concernée ou, pour les salariés âgés de cinquante-huit ans ou plus, jusqu’à la date à laquelle ils sont autorisés à faire valoir leurs droits à la retraite. »

  2. rekia13 dit :

    bonjour, je suis aide administrative et on peut me reconduire jusqu’à 5 ans mon contrat et cela fera 3 ans le 31/10. J’ai eu un différent avec le directeur au mois de avril mai et alors que l’inspection propose ma reconduction pour 6 mois. Mon directeur ne souhaite pas le reconduire suite aux différents que nous avons rencontrés mais reconnait que mon travail est toujours très correct. L’inspection me dit que je ne peux pas être affectée à une autre école primaire ou élémentaire, car pas de poste à pourvoir alors je vais me retrouver au chômage. J’ai demandé à mon directeur de réfléchir car je vais me retrouver à nouveau dans la précarité mais je crois que sa décision est ferme, il n’a même pas pris le temps d’en discuter en réunion en tête et m’a proposé de le faire après avoir donné sa réponse qui est définitive. Je lui ai demandé de bien vouloir se renseigner pour que je puisse trouver un autre travail dans une autre école mais à priori cela ne va pas être évident. De plus j’ai 58 ans j’aurai pu être reconduite jusqu’à ma liquidation de retraite. Il va m’expliquer mes erreurs pour que je puisse m’en servir pour retrouver du travail????? Je ne peux même pas revenir dans l’éducation nationale et même comme avs. Je suis surprise qu’une seule personne décide de mon avenir professionnel. Pouvez-vous me conseiller et quel recours je peux avoir. Merci par avance bien cordialement.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez-vous me conseiller ? «  et suivante « quel recours je peux avoir ? »
      Dans le cas présent, le sule conseil que nous pouvons vous soumettre serait de prendre contact pour une aide et un soutien avec une organisation syndicale. cette dernière a la possibilité de « jouer » un rôle de médiation entre vous et votre directeur d’école afin de faire revenir ce dernier a de meilleurs sentiments à votre égard.
      Nous partageons votre sentiment que la posture du directeur d’école au regard de votre situation nous apparaît singulièrement peu faire honneur aux symboles de la république ornant le fronton de son école: « liberté, égalité, fraternité ». Peut-être souhaite-t-il l’inscription plus conforme à ses yeux et ses pensées profondes : « oppression, élitisme, discrimination » ?

  3. Cassin dit :

    (19) Dans la série lecture d’été je vous présente le monde merveilleux de notre chère ministre qui est visiblement persuadée que les AESH ont des contrats de 35h/semaine.
    Interpellée sur Twitter à ce sujet elle n’a pas souhaité répondre! Je vous propose un lien vers l’article en question
    Bonne rentrée à vous tous.
    http://www.essentiel-sante-magazine.fr/notre-vie/solidarite/handicap-a-lecole-donner-les-moyens-detre-un-eleve-a-part-entiere?noapp

  4. PELTIER dit :

    Bonjour,
    AESH dans le 57, dans votre dernière parution du 29 août, article concernant les heures de travail, vous mentionnez un tableau où l’on peut voir que pour un contrat à 60% on effectue 24h/semaine.. or dans une autre parution on voit un autre tableau où pour un contrat à 60%, il faut faire 24h45 par semaine. Doit-on tenir compte du plus récent ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Doit-on tenir compte du plus récent ? »
      pan ! sur nos doigts. Vous avez pointé une erreur sur le tableau publié. Pour un contrat AESH à 60%, le planning horaire hebdomadaire est au plus 24h45 sur 39 semaines et non 24h.
      Nous allons nous empresser de rectifier cette erreur faisant tâche « grave » à notre réputation d’intégrité de l’information. Nous vous le supplions: n’en dites à personne.

      • PELTIER dit :

        Merci pour votre réponse ! AESH 57; Justement aujourd’hui j’ai signé mon nouveau contrat, et oh! surprise! il s’avère que ,je dois effectué 975h sur 36 semaines, alors que l’an dernier ce fut sur 39 semaines, cela a déjà changé plusieurs fois.. le responsable me dit que ce n’est pas logique sur 39 semaines étant donné que l’élève n’est présent que 36 semaines, et non 39 et qui si le contrat est basé sur sur 39 je serai redevable de 3 semaines de travail. J’aimerai une fois pour toute savoir qui dit juste, car je fais 25h/semaine, sur un contrat à 60,67%… et rien de plus,et ma collègue fait 26h pour une quotité de 61% aussi sur 36 semaines… Merci de m’éclairer !

  5. GG(21) dit :

    Bonjour, content de vous retrouver.
    Les Contrats CAE CUI qui vont avoir la chance d’être embauchés sous contrat AESH CDD devraient constater une hausse de leur temps de travail soit 23h30 au lieu de 20h afin de palier leur baisse de salaire…
    Un collègue et ami (ex CAE) vient de se voir proposer 23h30 lors de son passage en aesh CDD soit 90 euros net de plus.
    Cette hausse va-t-elle se généraliser au AESH CDI et devrait-elle répondre à la loi sur le temps partiel qui impose 24h00 min?
    Bon courage et bonne rentrée…politicopédagogique.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Cette hausse va-t-elle se généraliser au AESH CDI » et suivante « et devrait-elle répondre à la loi sur le temps partiel qui impose 24h00 min? »
      La logique voudrait que la mesure de pérennisation des AESH en CUI-CAE annoncée par le président de la république, François Hollande, lors de la conférence nationale du handicap du 19 mai 2916 se traduise bien dans la pratique par un agent AESH en ex-CUI-CAE passant en agent AESH (CDD) à égalité en traitement et temps de travail.Il semble bien que dans votre académie, service IA ASH joue le jeu.
      Mais de là, à ce que ces propositions de CDD AESH conforme à la situation antérieure de l’agent ex-CUI-CAE puissent être étendues à minima à tous les AESH (CDD/CDI) ne semblent pas être d’actualités. Et ce serait dommage. Cela mettrait les services employeurs IA ASH en conformité de la loi sur le temps partiel qui impose 24h00 min qui ,si même ne concerne pas la fonction publique aurait le mérite de ne pas considérer la fonction publique d’état comme un champ socio-professionnel pernicieux et pervers où sévit la précarité des agents contractuels dans son ignominie.

Les commentaires sont fermés.