Les Vœux 2016 de la présidente de l’UNEAVS

image

Chères adhérentes, chers adhérents,

Je laisse bien volontiers l’année 2015 derrière moi et vous adresse à toutes et tous mes vœux les plus prospères et les plus heureux qu’ils soient pour 2016.

Je profite de cette occasion pour vous remercier d’être aussi nombreuses et nombreux à nous suivre au quotidien sur notre blog. Le flux progressant de visites me laisse penser et imaginer que, vous, collègues émérites et courageux semblent être sensibles aux démarches et aux postures de l’UNEAVS. Les adhésions, les dons reçus par l’UNEAVS participent à notre fonctionnement et à notre intendance logistique. Ils nous permettent d’être physiquement présents, par exemple, à des audiences ministérielles ou de participer à des commissions ou travaux éloignés du siège de l’association. Ce n’est pas négligeable, nous élargissons ainsi notre réseau de partenariat.

Votre aide est donc précieuse à court, moyen et long terme et je vous en remercie.

Avec toute l’équipe, j’ai toujours à cœur de vous apporter les dernières informations les plus justes possibles. Il s’agit ainsi de transmettre tout ce qui est « transmettable » concernant notre « profession ». Et c’est justement pour notre « futur » métier à venir que le souhait de me « battre » en 2016 auprès de vous demeure.

Les années précédentes ont démontré qu’il était important de rester unis et mobilisés. Pour trouver des solutions adaptées à notre situation professionnelle, je sais qu’il va falloir faire preuve de vigilance en cette année à venir. Oui, l’année 2016 n’échappera pas à cette règle de prudence qui nous caractérise. Nous ne manquerons pas de prendre en compte le calendrier  « politique » chargé d’ici l’horizon mai 2017.

Lors de la rentrée scolaire 2015/2016 et tout spécialement dans l’académie de Nantes, les interrogations grandes, complexes sur les CDD et CDI des AESH, les constats de leur précarité accentuée, restent présentes. L’application de loi du 12 Mai 2012 concernant la résorption de la précarité dans la fonction publique n’a pas réalisée les promesses attendues. Mieux, le Rapport d’information n°772 sur la précarité dans la fonction publique, réalisé au nom de la commission des lois et de la commission pour le contrôle de l’application des lois du Sénat confirme, sans aucune ambigüité, ses interrogations et ses doutes à ce sujet.

Alors, restent notre scepticisme, et notre étonnement plus que jamais, sur une réelle volonté des élus politiques et des membres du gouvernement de droite comme de gauche à « nous » sortir de cet « État Précaire ». Le plan de résorption de la précarité s’achevant en Mars 2016, je peux me demander : «  Mais, qu’est-ce qui a été fait pour nous ? » « Des promesses de propositions de CDI, mais avec des conditions de rémunération inférieure au CDD précédent». Ceci reste profondément incohérent, profondément choquant.

Je l’affirme. Cette ignominie anticipée, préméditée, calculée et actée aujourd’hui ne fait qu’accentuer les multiples désillusions et désolations des salariés AESH en CDD ou en CDI. Leur profonde lassitude avérée d’être toujours en marge de solutions ou de propositions positives les « libérant » de la précarité financière et matérielle incite l’UNEAVS à mettre en place des actions fortes durant l’année 2016.

1ère étape de l’action UNEAVS 2016 : Faire entendre notre désarroi à l’Europe

Sur le site de l’UNEAVS, je vous propose d’ouvrir le lien « utile » et « primordial » à notre bataille  et surtout pour nous faire entendre :

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=89&newsId=2421&furtherNews=yes

En effet, le 22 Décembre 2015, la Commission Européenne a lancé une consultation publique sur l’examen à mi-parcours de la stratégie européenne en faveur des personnes handicapées (2010-2020).

Elle définit 8 grands domaines d’actions au niveau de l’Union Européenne dont l’Éducation et la formation. En tant que citoyen et acteur de l’Éducation Nationale, votre avis comptera sur ce qui a été réalisé dans notre pays, les difficultés et les moyens apportés pour y remédier.

Soumettre ainsi votre contribution personnelle en ligne ou par voie postale a tout son sens pour exprimer la façon dont sont « traités » les Accompagnants des Élèves en Situation de Handicap en France.

2ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Exprimer ensemble notre refus de la précarité

Une démarche de grande envergure vous sera proposée dans l’espoir d’une perspective importante pour notre avenir. Elle passera par une sensibilisation Européenne sur l’utilisation des contrats précaires utilisés dans l’Éducation Nationale à l’égale de sa « grande sœur » : une précédente pétition nationale paritaire initiée par l’UNEAVS et enregistrée par la Commission Européenne en Décembre 2009.

3ème étape de l’action UNEAVS 2016 : Agir uni avec les organisations syndicales

Je souhaite également que nos collègues syndicaux « habitués » et « rodés » à ce type de bataille, viennent renforcer à bras le corps nos élans qu’ils connaissent bien. La complexité de la précarité dans l’Éducation Nationale est telle que se priver de l’aide et du soutien des organisations syndicales représentatives des salariés dans l’éducation nationale n’est pas envisageable. Leurs mandats électifs en font des acteurs essentiels pour mettre en œuvre des lignes nationales de défense salariale. Ainsi, les différents projets d’action de l’UNEAVS seront transmis aux représentants syndicaux départementaux ou régionaux … qui transmettront à leurs représentants syndicaux nationaux selon leur souhait.

Avec vous, toutes et tous, j’espère ainsi renforcer notre lutte constante contre les inégalités de traitements « en tous genres » des AESH, contre les discriminations pratiquées envers les accompagnants tous contrats confondus, et ce, avant l’arrivée de la future directive Européenne qui « voudrait » mettre un terme à ces contrats dits « atypiques ».

Non … malgré les apparences, la précarité n’est pas notre métier. Oui … notre métier est bien l’indispensable Accompagnement des Élèves en Situation de Handicap dans l’école ordinaire. Oui, nous accompagnons avec cette passion du devoir à accomplir qui nous honore, plus personne ne l’ignore .Oui, nos salaires nous humilient, tout le monde le sait aussi.

Chers (es) collègues AESH, je connais, comme vous les attentes fortes et justifiées liées à la nature de nos contrats de travail. Je fais ce vœu pour 2016 qu’elle reste l’année de la satisfaction pour notre « nouveau corps » d’accompagnants et identifiés comme tel, avec des rémunérations appropriés à nos compétences et nos expertises professionnelles. Intégrer le corps des fonctionnaires titulaires pour être reconnus ne doit pas être une utopie. N’en déplaise …ou pas, je veux garder espoir de sortir de cette tourmente infernale de la précarité, de cette déchéance sociale entretenue par l’élite politique et nos gouvernants qui nous abîment et n’ont que trop duré.

Tels sont les objectifs de l’UNEAVS avant 2017, année charnière qui pourrait très bien se retrouver dans la tourmente à son tour.… et comme le préconisait très bien le très regretté Stéphane Hessel

“Indignez vous”

logo1UNEAVS                                        Muriel Michelin

                                       Présidente UNEAVS

Advertisements
Cet article, publié dans la précarité au quotidien, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les Vœux 2016 de la présidente de l’UNEAVS

  1. sophie dit :

    Bonne année à tous 🙂
    Apparemment, il y a du nouveau pour le diplôme de type V : On parle de AES : Accompagnant Educatif et Social = fusion des AVS et AMP + AESH comme attendu.
    Ouais, pour légitimer le niveau V, ils gardent le terme d’Accompagnant, alors que pour les AESH, ils auraient pu appeler ça Educateur Scolaire mais du coup, ils auraient dû accepter au moins un niveau IV !
    http://mouvement-national-precaires-education-nationale.bloever.net/plus-d-aesh-mais-des-accompagnant-e-s-sociaux-de-proximite

    • briand0493 dit :

      Désolé, l’UNEAVS est tenue de vous informer qu’elle émet des très fortes réserves sur la fiabilité du contenu du référentiel de formation relatif au futur diplôme accompagnant social de proximité qui circule actuellement parmi les collègues AESH et dont se fait écho le site en question. Ce document en question émanant de la Fnaseph n’a reçu jusqu’à présent aucune validation à caractère officiel de la part du ministère de la santé et de l’éducation nationale.

  2. Sab dit :

    S’indigner… Je pense que nous le faisons tous… Participer au mouvement de grève de demain, une grève nationale des avs ça aurait été pas mal…

    • Reymond dit :

      Bonjour (38)
      Oui, indignée. Et même humiliée ! Trop c’est trop ! j’en ai vraiment gros de ce manque de considération… Je vous raconte brièvement ce que je vis depuis un mois : Je m’occupe d’un élève TDAH (trouble du comportement, de nombreuses situations sont sources de stress et déclenchent (de façon impulsive) chez lui un comportement exubérant, des bruits…évidemment au quotidien en classe, il est vite cataloguer « perturbateur ». Bref, mon rôle auprès de lui est de tenter de le canaliser, dans le pire des cas, on sort de la classe pour se calmer. On m’a demandé d’être plus intransigeante avec lui (mettre des mots dans son carnet, ne rien lui laisser passer lorsqu’il me parle mal…) Bref, au lieu d’arranger les choses, cela les a empirées ! Je n’ai donc pas voulu continuer ainsi mais j’ai cherché des solutions (proposer un code par signes). Sauf que la direction s’en est mêlé et a décidé de modifier mon emploi du temps. En effet, un jour par semaine, j’accompagne cet élève durant 5 heures, y compris durant midi et 2 (soit cantine et cdi ou club) ce qui ne me dérangeait pas, puisque l’élève était demandeur et que c’était un moment « éducatif » « bénéfique » car changeant du contexte classe « oppressant ». Désormais, on me dit (la Direction du collège) que je ne peux pas, qu’il faut que ces 2 heures soient sur le temps de cours… Je voudrais donc avoir votre avis. Est-ce que les « 12 heures d’AVS » attribuées par la MDPH sont forcément effectives ou sont là, à titre indicatif ? Autrement dit, est-ce que j’ai 12 heures de présence au côté de l’élève en classe à effectuer pour cet élève ?Mon sentiment actuel : plutôt que d’apporter une aide réelle au jeune, on risque encore de le perturber (avec un changement d’emploi du temps) et on met des bâtons dans les roues de l’AVS pour lui nuire ! Quand je m’entends dire « si une équipe ne marche pas, on change son entraîneur » et qu’on me tient régulièrement des propos belliqueux, alors je dis STOP. Je n’en peux plus !
      Merci de votre point de vue.
      Cdt,
      AESH du 38

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        EN réponse à votre interrogation, « Est-ce que les « 12 heures d’AVS » attribuées par la MDPH sont forcément effectives ou sont là, à titre indicatif ? » et suivante « Autrement dit, est-ce que j’ai 12 heures de présence au côté de l’élève en classe à effectuer pour cet élève ? »
        La notification de la MDPH et ses attendus s’imposent à l’équipe de suivi de scolarisation de l’élève dans l’établissement. Le nombre d’heure d’accompagnement par un AESH est fixé pour le temps de présence lors des activités scolaires et le temps de présence lors d’activités péri-scolaires (temps méridien, CDI, Club…). Si la notification MDPH n’indique pas un temps d’accompagnement sur temps péri-scolaire, il n’y pas lieu de le mettre la place par commodité pour l’équipe d’enseignant qui nous apparait avoir choisi cette solution par défaut.
        Nous comprenons bien que vous pouvez ressentir dans votre situation. Vous n’êtes ni un élève, ni un enseignant. De fait, votre posture professionnelle demeure toujours que votre action s’exerce sous la responsabilité pédagogique d’un enseignant. Si ce dernier vous demande de se substituer à lui dans des actes d’autorité d’enseignant à l’égard du comportement « perturbateur » de l’élève accompagné, votre posture professionnelle s’en retrouve faussée.
        la démarche serait dans ce cas là serait d’annoncer clairement votre posture professionnelle d’AESH à l’enseignant que vous êtes bien présent auprès de l’élève pour lui permettre de suivre ses consignes pédagogiques dans le cadre des activités scolaires mais nullement habilité à appliquer des mesures relevant de sa propre autorité comme « mettre des mots dans son carnet« .

  3. GG dit :

    Audition ce jour de mme Rossignol secrétaire d’état à la famille et à l’enfance devant le cide au siège de l’ONU à Genève! La France est comment dire…en situation de Handicap. Aurait-elle besoin d’ AESH compétents?

  4. Cassin dit :

    « Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux. Quand quelque chose vous indigne comme j’ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. » Stéphane Hessel.
    Montrez votre indignation les AESH en 2016, car personne ne le fera à votre place.

Les commentaires sont fermés.