AESH NANTAIS, Vos contrats à durée déterminée ou indéterminée … aie,aie,aie

clip_image002

APRES LA « VAGUE » PRUD’HOMMALE DES EVS ……PEUT -ETRE UN « TSUNAMI » DE TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS POUR LES AESH DE NANTES ...

Est-ce vraiment ce que veut l’administration Rectorale de Nantes ? Ou s’agit-il d’une « bourde » monumentale de la part du SAE ( nouveau service des accompagnants éducatifs) logé au Rectorat ?

En effet , cher(ères) collègues AESH du département de la Loire Atlantique , c’est avec stupeur que nous avons découvert les « grandes manœuvres » par excellence du Rectorat de Nantes, qui aurait dû , nous semble t-il , bien relire NOTRE CIRCULAIRE N° 2014-083 du 8 Juillet 2014 concernant les conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap, avant de faire signer les contrats de travail .

Mais, qu’impose donc le rectorat de Nantes?

En cette rentrée scolaire nantaise, les contrats d’AESH en CDI ou CDD ont été envoyés dans les EPLE pour les agents concernés. Il faut savoir, par expérience, qu’un salarié précaire est un salarié qui « épluche » tout ce qu’il peut « éplucher » pour bénéficier de ses pleins droits. Ainsi, il a le pouvoir …oui …j’ai bien dit le pouvoir, de détecter toutes anomalies concernant ses papiers administratifs et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de sa rémunération versée en mode « peau de chagrin ». Et nos constats sont accablants

1er constat

Une baisse systématique de la quotité temps de travail attribuée (fourchette entre 2% et 20%) avec pour effet d’une baisse de la rémunération mensuelle des salariés AESH

exemple type d’une salarié AESH  étant passé en CDI pour la rentrée 2015-2016

Contrat AESH EN CDD 2O14/2015:  61 % de quotité de temps de travail attribué , soit 980 heures annuelles  rémunération de base:  733,22 euros net /mois

Contrat AESH EN CDI  2O15/2016 : 59% de quotité de temps de travail attribué, soit 948 heures annuelles –   rémunération de base: 709, 18 euros net /mois

Or, dans le cas de cette salarié AESH:

la circulaire n°2014-083 du  08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH. précise:  « La durée annuelle de travail des AESH est fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. (…) Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet. Enfin, lors du passage en CDI, il convient, sauf situation particulière, de proposer une quotité de travail au moins égale à celle fixée par le CDD précédent. »

Dans le cas présent, outre que les attendus de la circulaire ne sont pas respectés, la rémunération baisse de 24 euros par mois.

Exemple type d’une salarié AESH en CDD rentrée 2015-2016

Contrat AESH en CDD 2014-2015: 100% de quotité temps de travail attribué, soit 1607 heures annuelles – rémunération de base : 1190, 56 euros net/mois

Contrat AESH en CDD 2015-2016 : 85 % de quotité temps de travail attribué, soit 1365 heures annuelles – rémunération de base:  1011, 98 net/mois

La rémunération baisse de 178, 58 euros par mois. (6 mois de facture d’électricité)

Le rectorat a adopté la tactique comptable dite “les petits ruisseaux font des grandes rivières, puis des grands fleuves »

Comment ! Nous aurions de mauvaises pensées ? Peut-être …ou pas ?!

Un bref calcul :

980 h (2014) – 948 h (2015) = 32 heures sur une année, perdues par un agent et le rectorat gagne 32 heures en capital heures

Partons du postulat que le Rectorat de Nantes envisage à la rentrée scolaire de faire signer une cinquantaine de CDI/CDD.

32 heures X 50 agents = 1600 heures/an et un CDI/CDD supplémentaire pour le Rectorat sur l’année grâce au cumul de toutes ces petites et ses grandes heure retirées à notre insu bien évidemment .

Mais la question demeure : que vont-ils faire de ces 1600 heures dégagées sur le dos des personnels précaires ? L’imagination et la pensée restent libres :

  • Ils vont nous « OFFRIR » du temps de formations supplémentaire et spécifiques que nous réclamons depuis longtemps ?
  • Ils vont nous « OFFRIR » du temps libéré pour suivre une VAE longuement réclamée sans retenue de salaire ?
  • Ils vont pourvoir RECRUTER quelques collègues AESH supplémentaires payer avec nos diminutions de salaire ?

2ème  constat

Il est relevé des contrats de travail AESH (CDD ou CDI) imposant que la quotité temps de travail attribué soit répartie sur 52 semaines

Or,  le Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’Etat  titre III Congé annuel indique dans son article 10:L’agent non titulaire en activité a droit, compte tenu de la durée de service effectué, à un congé annuel dont la durée et les conditions d’attribution sont identiques à celles du congé annuel des fonctionnaires titulaires (…).”

Or, l’article 5 du décret n° 84-972 du 26 octobre 1984 relatif aux congés annuels des fonctionnaires de l’État dispose que : « Le congé dû pour une année de service accompli ne peut se reporter sur l’année suivante, sauf autorisation exceptionnelle donnée par le chef de service […]»,

Dans ces cas présents, les droits à congés légaux des salariés AESH ont été tout simplement supprimés par les services IA du rectorat de Nantes.

Pour conclure

A ce stade des constats, nous ne sommes quand même pas loin d’imaginer que le rectorat de Nantes prend les salariés AESH carrément pour des imbéciles.

Ah ! Ne soyons pas mauvaises langue. Rappelons nous plutôt les « chouettes » discours de la prérentrée au CRDP de Nantes  (la notion de partage….le service de proximité…nous faisons au mieux …etc..).

Mais voila, une institution qui ne dispose certainement pas de la même notion de partage pour mettre en pratique des manœuvres camouflées», bassement comptables, outrageusement illégales. Pire encore, penser que des précaires ne se rendraient compte de rien pour, sans scrupule, ni état d’âme, nous imposer de signer notre nouveau torchon de contrat. ?

Mais attention, aux torchons qui « brûlent » aussi… A jouer au radin de service, à considérer des salariés comme des meubles, allez savoir quelle mouche pourrait bien nous piquer, nous les accompagnants, nous les agents de proximité, nous qui partageons sans vergogne ?

Nous pensions avoir tout vu, mais non, ce sont encore et toujours les plus pauvres qui « trinquent ». Mais rassurez vous, ce n’est pas en nous « assommant », en nous « matraquant », que nous nous découragerons. C’est même tout l’effet inverse produit.

Le Rectorat de Nantes a tenté de « nous rouler dans la farine »… c’est un fait. C’est insupportable et infernal. Maintenant, ce ne sont plus les riches qui donnent aux pauvres, mais les pauvres eux-mêmes qui doivent donner aux pauvres. Trouvez l’erreur.

Nous sommes stupéfaits de cette politique de mépris avérée envers les salariés « bas de gamme », rémunérés au niveau du troisième sous sol,( pour ne pas dire au ras des pâquerettes ce qui serait un peu plus avantageux pour nous). Nous avons bien l’intention de le crier haut et fort, notamment au Ministère de l’Éducation Nationale, au Ministère du Travail, à l’ensemble des Députés de l’Assemblée Nationale, aux Sénateurs et tous les élus de Loire Atlantique, bien sur.

Cher(es) collègues, j’imagine désormais assez mal, comment il va être possible de signer des contrats caduques et illégaux (pour ceux qui n’ont pas encore reçus leur contrat).

Pour celles et ceux qui l’ont déjà signé, attendons que l’administration réagisse de façon urgente en proposant des avenants aux contrats afin qu’ils retrouvent la voie de la légalité en appliquant les textes de loi. Le Rectorat doit faire vite. Car, rappelons que, sans contrat signé, le Trésor Public ne peut déclencher le virement de notre maigre salaire.

Il ne manquerait plus que ça …

Le 29 Septembre 2015

Pour l’UNEAVS

Muriel Michelin

Présidente

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, AESH, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour AESH NANTAIS, Vos contrats à durée déterminée ou indéterminée … aie,aie,aie

  1. moi moi 94 dit :

    Bonjour, avez vous des nouvelles du nouveau diplôme aesh ?
    Tout le monde devra t il l avoir afin d exercer auprès des élèves handicapés ?
    La grille des salaires des aesh va t elle changée avec ce nouveau diplôme ?
    Merci.

    • briand0493 dit :

      Dans son rapport à ne pas diffuser pour avis relatif au PLF2016, la député Barbara Pompili note sans rire  » la commission professionnelle consultative du travail social et de l’intervention sociale a validé le nouveau diplôme de niveau V (équivalent CAP) d’accompagnant social de proximité conçu sous la forme d’un tronc commun et de trois spécialités. Enfin, ces personnels bénéficieront à compter de la rentrée scolaire 2016 d’une formation initiale en spécialité « accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire » et d’une validation des acquis de l’expérience dès l’année scolaire 2015-2016. »
      donc, en attendant la sortie de ce diplôme à l’aube de la rentrée scolaire 2016, la dispense d’obtention de ce diplôme professionnel court toujours pour le personnel AESH en poste.

      En réponse à votre interrogation, « La grille des salaires des aesh va t elle changée avec ce nouveau diplôme ? »
      la même Barbara Pompili note toujours sans rire « les auxiliaires souffrent de conditions d’emploi et de formations trop souvent précaires pour que l’on puisse faire peser sur leurs seules épaules tout le poids de l’impératif d’inclusion assigné à l’école. »
      Donc, pas d’avis sur l’état des clopinettes versées aux AESH qui se tapent un boulot de dingues.

      Elle rajoute quand même toujours sans rire: « le Gouvernement s’est attaché à développer la mutualisation des accompagnants, qui permet d’offrir aux personnels des durées de service et donc des rémunérations plus attractives. »
      donc, la rémunération au SMIC des AESH, c’est attractif et si on vous a baissé votre temps de travail avec à la clé une baisse de votre rémunération à la rentrée pour passer au dessous de moins de 700 euros net par mois, c’était un gag.

    • cassin dit :

      Barbara Pompili est prête pour la validation des acquis pour son diplôme de l’école du rire. C’est vrai qu’avec 600,75 € par mois j’ai un salaire hyper attractif.
      Plus sérieusement, à quand un compte Twitter pour l’UNEAVS afin de se faire fortement entendre? Je veux bien vous prêter main forte pour l’alimenter Yves.
      Cordialement.

      • briand0493 dit :

        Bonjour Cassin,
        Nous avons bien noté vos messages pour votre proposition de concours à l’UNEAVS. et nous y songeons bien, donc nous allons vous contacter par voie mail pour cela. Pour le compte Twitter, d’abord l’UNEAVS n’ai pas à l’aise techniquement avec ce type de média, ensuite, nous ne sommes pas très chaud de cette formule de communication compte tenu que les messages transmis restent trop condensés à notre goût dans leur contenu et difficile à contrôler la diffusion. En cause: En cas de dérapage constaté, ce n’est pas simple de rectifier le tir.

        • Cassin dit :

          Bonsoir Yves,
          Très heureux que vous ayez prêté attention à mon message.
          Pourquoi Twitter?
          Car de tous les réseaux sociaux il est le plus puissant actuellement, c’est là que sont les politiques, les syndicats, les journalistes ect…
          Concernant les messages condensés il faut bien comprendre que Twitter sert de « pont » pour interpeller un maximum de personnes, il ne s’agit pas d’y rédiger un article mais de créer un lien pour amener les internautes vers le site de l’UNEAVS afin qu’ils puissent lire les articles, connaître le site etc…
          C’est ainsi par exemple que les journaux procèdent pour amener le public à lire un article qu’ils viennent de publier. Au lieu d’avoir par exemple 100 visites on peut très facilement en espérer le double voir bien plus.
          Ensuite concernant les « dérapages » que vous redoutez il faut bien préciser que c’est le site officiel de l’UNEAVS et bien évidement travailler en échangeant, aucun message ne doit être publié sans l’accord de l’équipe.
          Je me tiens à votre disposition si vous désirez en parler plus précisément, mais croyez moi, je pratique quotidiennement ce média et si tout le monde communique à travers lui, y compris le gouvernement, ce n’est pas par hasard.
          Cordialement.

        • jocelyne dit :

          Jocelyne (dep 85)

          Bonjour,
          Nous rapprochant de différents périodes électorales (régionales, présidentielle et législative) j’avais comme projet de prendre rendez-vous avec la députée de ma circonscription qui, le 12 mai dernier, a soumis la question n°79326 au Ministère de la décentralisation concernant la situation des AED et de leur CDI-sation. Les messages de Cassin nous sensibilise aux moyens de communication et de médiatisation. Ils peuvent être des moyens de pression importants de nos jours.
          Alors je me suis dit :(peut-être que cette idée vous semblera saugrenue mais je vous l’expose quand même ou peut-être l’avez-vous déjà fait)

          Pourquoi ne pas faire parvenir une lettre ouverte à tous les députés avec copies aux différentes associations comme :
          – association de parents d’élèves (FCPE, PEP …)
          – association œuvrant autour de l’éducation populaire (PEP, FOL…)
          – association œuvrant dans le monde du handicap (Autisme sans frontière, UNAPEI, Paralysés de France …).
          Cet envoi pourrait-être relayé par les réseaux sociaux et la presse. Rechercher le soutien d’une personne médiatique représenterait un plus (regardez ce qui s’est passé avec Francis PERRIN et son fils sur la prise en charge de l’autisme).

          L’argumentaire pourrait se développer autour des points suivants (liste non exhaustive)

          – Sur le plan quantitatif (argument qui parle le plus) nombre de personnes concernées :
          – bénéficiaires (109 100 enfants + 12 000 étudiants)= 121 100
          , – parents des bénéficiaires (109 100×2) + (12 000×2) = 242 200
          – AESH (tous types de contrat) 69 000
          – soit au total 312 300 personnes dont 203 200 adultes (donc des électeurs potentiels)
          chiffres trouvés sur le site de l’éducation nationale sauf celui du nombre de parents que j’ai déduis seule (l’AESH réfléchit)

          Sur le plan économique (les députés y sont généralement sensibles)
          – économie représentée par ce système (même avec une augmentation de salaire des AESH ) à comparer au coût qu’engendre le fonctionnement des établissements spécialisés (qui sont par ailleurs très utiles). Peut-être avez-vous connaissance des prix de journée ou autres informations susceptibles de démontrer les économies engendrées.
          – économie à plus long terme si grâce à une intégration réussie (avec la participation de tous les professionnels), l’enfant, une fois adulte, devient autonome car ayant acquis suffisamment de confiance en lui et de connaissances pour exercer un métier.

          Sur le plan social (cet argument qui semble plus ou moins les intéresser malgré leur déclaration))
          – mise à disposition de personnes qualifiées (donc reconnues) pour accompagner A L’ÉCOLE LES PERSONNES LES PLUS FRAGILES DE LA SOCIÉTÉ A SAVOIR LES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP
          – rendre ce service accessible à tous
          – développer le » vivre ensemble » auquel beaucoup de personnes politiques se réfèrent sans pour autant mettre en œuvre les moyens pour y parvenir.

          Sur le plan international (je sais c’est un grand mot mais je n’en n’ai pas trouvé d’autres)
          – comparaison avec la prise en charge par les autres pays : exemple de la Belgique récemment médiatisé avec la prise en charge des enfants autistes français.

          Tout ces éléments ne sont que des pistes de réflexions. L’idée peut être critiquée creusée ou abandonnée. C’est comme vous voulez.

          Merci de votre attention

          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Suite à votre commentaire qui a beau coup retenu l’intérêt de l’équipe UNEAVS, un message par voie mail personnalisé vous sera adressé prochainement.
          Cordialement,

        • cassin dit :

          Quel plaisir de lire votre message Jocelyne,
          Combien de personnes en France savent qui nous sommes?
          Combien de personnes en France connaissent nos missions?
          Combien de personnes en France connaissent nos revenus?
          Combien de personnes en France ont pu lire votre merveilleux témoignage?
          Nous sommes dans un monde de communication et nous avons un gros problème, nous sommes inaudibles.
          Alors oui cette periode d’élections est une aubaine pour nous et toutes les idés sont les bienvenues à condition qu’elles soient entendues et reprises par le plus grand nombre.
          Quand on veut organiser un rassemblement par exemple nous avons du mal faire bouger les personnes pour la bonne raison que bien souvent le message n’est pas parvenu à leurs oreilles.
          Alors oui il faut nous unir,
          Alors oui il faut interpeller les politiques et les médias,
          Allors oui notre présence sur les réseaux sociaux est devenue une nécessité absolue.
          Je reste à votre disposition à tous, notre solidarité et le bon choix de nos moyens d’expression seront la condition de nos succès futurs.

  2. val 84 dit :

    Bonjour,
    Je viens de voir sur d’autres sites un appel à mobilisation intersyndicale et associatif pour le 4 novembre 2015 pour dénoncer les conditions d’emploi des AVS/AESH. Avez-vous l’intention de le relayer? Votre site est heureusement (ou malheureusement) très fréquenté et riche d’informations et réponses pertinentes à nos demandes. Peut-être une occasion d’enfin faire bouger un peu les choses…
    Par ailleurs, « on » parle de la suppression des AVS/AESH à l’école pour être remplacé par des ULIS école gérés par le secteur médico-social et donc la fin de l’inclusion scolaire en milieu ordinaire (d’où la disparition des AESH et leur reclassement auprès des personnes âgées par le biais du futur diplôme). Qu’en est-il de ces rumeurs?
    Avec tous mes remerciements, Val dans le 84.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Avez-vous l’intention de le relayer? »
      Vous faites référence à un appel national au rassemblement émis conjointement par les organisations syndicales FERC-CGT, SUD-Education, FNEC-FP-FO et FAEN. l’UNEAVS ne s’estime jamais redevable de relayer une communication nationale d’organisation syndicale qui ne lui a pas été transmise officiellement.
      En outre, L’association UNEAVS n’ayant pas été sollicitée pour avis consultatif à ce sujet, elle n’est donc pas inscrite dans cet appel à rassemblement. De fait, il est laissé à ces organisations syndicales le soin d’éprouver par eux-même leur propre capacité à agir, à s’organiser pour rassembler des salariés AESH sur la base des attentes revendicatives qu’elles ont établies.

      En réponse à votre interrogation, « Qu’en est-il de ces rumeurs? »
      Comme toute rumeurs avec auteurs indéfini « on », nous prenons cela avec des pincettes et doublement quand cette rumeur tend à vouloir établir une vérité absurde et invraisemblable.

  3. Michelin dit :

    Les salaires tardent ….. nous sommes 5 Octobre 2015 toujours rien sur le compte ? et pourtant j’ai signé mon contrat !
    Est ce qu’il y en a d’autres dans ce cas là ?

    • fh dit :

      Bonjour, Nous étions plusieurs dans ce cas et les situations restent floues pour l’équipe d’AESH de laquelle je fais partie…J’aimerai reussir à contacter Madame Michelin, a priori auteure cet article. Merci de me contacter a l’adresse f.her……..

      • briand0493 dit :

        Bonjour,
        En réponse à votre interrogation « sortir du flou en sollicitant la présidente de l’UNEAVS »

        Les représentants nationaux de l’UNEAVS dont la présidente, Muriel Michelin,ayant été récemment reçus en audience au rectorat de Nantes, ils établissent un Compte rendu écrit des éclaircissements aimablement apportés par leurs interlocuteurs académiques sur la base des questions posées. Ce compte rendu d’audience sera publié incessamment sur ce site.

  4. Michelin dit :

    Venez surtout très nombreuse et nombreux à la réunion du MERCREDI 7 OCTOBRE 2015 à la Maison des Syndicats de 9h30 à 12 h ( Snuipp-Fsu)

  5. Anna dit :

    Bonjour.
    Je viens de voir votre lettre au recteur pour un entretien d’urgence. C’est très bien. Mais le problème de quotité horaire ne concerne hélas pas que les cdi.. Je suis moi même en cdd, passant de 964h à 948h par an.. Un autre problème est aussi à soulever: le fait que si le non renouvellement en fin d’année est choisi par un aesh, il aura forcément une carence ASSEDIC d’eau moins 4 mois..

    Anna, aesh 44

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      La priorité est d’être reçu en audience . Certes, le courrier fait état d’un exemple lié à un CDI, certes mais dès audience obtenue, Il est bien dans notre intention d’aborder également tous les points que vous évoquez avec justesse.

  6. Cassin dit :

    Bonjour, drôle de constat en Corrèze également, je m’explique : Avant le calcul de notre temps de travail était 1600h / 39 semaines soit 21h semaine pour un 1/2 temps et 42h pour un temps plein. A présent le calcul est 1600h / 36 semaines soit 22h pour un 1/2 temps 44 h pour un temps plein.
    Pourtant à ma connaissance c’est toujours la circulaire n° 2014-083 du 08/07/20014 qui s’applique.
    Nos contrats sont donc « hors la loi ». Le problème à l’air de toucher de nombreux rectorats, ne serait-il pas nécessaire d’interpeller madame la ministre pour qu’elle fasse un « rappel à la loi » à messieurs et mesdames les recteurs afin que des avenants soient signés dans les plus brefs délais.
    J’espère avoir été clair dans mes explications.
    Salutations cordiale à toute l’équipe du site ainsi qu’aux collègues AESH.

    • didiervi dit :

      La circulaire stipule bien 39 à 45 semaines, donc surement pas 36 …. et dans ce cas, le moindre supplément (sortie à la journée, réunions, ESS …) est a récupéré, hélas, sur le temps de travail. Je crois que les dérapage et erreurs sont nombreuses en cette rentrée 2015.
      Ici, dans le Lot (46), nos contrats étaient revenus à l’indice de septembre 2014, indice 313, au lieu de 315 depuis janvier 2015. Mais les salaires ont bien été calculés sur l’indice 315. Et les contrats de renouvellement, existant en bas de la circulaire, ne sont pas utilisés, on a systématiquement un contrat de recrutement ….. Enfin, rien de bien grave par rapport à certains ….. Courage

  7. Sylvie AESH14 dit :

    Il n’y a pas que dans l’académie de Nantes qu’on applique cette « politique ». Moi, je travaille pour celle de Caen et depuis que je fais ce travail, je n’ai jamais eu de contrat au-delà de 22h/sem. J’arrive en 6e année en CDD et l’idée de signer un CDI à la rentrée prochaine avec un salaire, jusqu’à ma retraite (j’ai 52 ans) de moins de 700 euros ne me satisfait et réjouit pas du tout. Cette année, j’ai perdu 1h de travail/sem. et 12 euros de salaire. 649,10 euros de salaire mensuel, ça me mine !
    Par contre, ce que je ne comprends pas c’est que j’ai des collègues de mon âge qui, elles, sont toujours employées sous contrat de droit privé depuis bien plus de deux ans avec du 24h/sem. payées 20h/sem. (dans le cadre de l’annualisation), leurs congés d’été sont payés par l’Éducation nationale et leur salaire est bien plus élevé que le mien (+ de 700 € net) ! (?). En comparaison il n’y a aucun intérêt alors de passer sous le statut AESH en contrat public voire même d’espérer la titularisation… Nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne et ce sont les services des directions académiques qui en décident !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « ce que je ne comprends pas c’est que j’ai des collègues de mon âge qui, elles, sont toujours employées sous contrat de droit privé depuis bien plus de deux ans avec du 24h/sem. payées 20h/sem……. leur salaire est bien plus élevé que le mien (+ de 700 € net) ! (?) ».
      L’explication de différence sur la rémunération est la suivante.
      Vos collègues AESH en CUI-CAE disposent d’une quotité temps de travail attribué correspondant à 61% d’une temps incomplet
      Vous disposez par contrat de travail AESH d’une quotité temps de travail attribué correspondant à environ 53 % d’une temps incomplet.

  8. ba dit :

    Moi aussi, je suis dans le département Ain, et pour la rentrée 2014-2015 j’ai reçu une lettre de quelques lignes me demandant si j’acceptais de réduire mon contrat, de passer de 75% à 65 %. La lettre note également que si je n’accepte pas ce nouveau contrat ne serai pas renouvelée. Je n’ai pas eu le choix, j’ai signé ce contrat avec une baisse de salaire de 150 € par mois.(1800 € sur une année !!! )
    J’ai trouvé cela inacceptable, surtout que je passe autant de temps de présence à l’école auprès d’un enfant qu’avant.
    Pour cette rentrée 2015-2016, j’ai à nouveau signé pour 65%.
    Est-ce que vraiment l’inspection de l’Ain en avait le droit ? Je peux vous adresser la copie de ce courrier ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que vraiment l’inspection de l’Ain en avait le droit ? »
      En terme de légalité, l’employeur IA a effectivement la possibilité au terme de votre CDD de vous proposer une reconduction par avenant incluant une baisse de la quotité globale temps de travail. Vous disposiez de 8 jours pour accepter ou non cette proposition. En cas de refus, l’administration vous aurait considéré comme démissionnaire et….cela se serait traduit par l’impossibilité de percevoir une indemnisation chômage par la suite. C’est ce dernier point qui fait débat parmi les collègues AESH et avec raison. Qui sont ces décideurs institutionnels organisant la précarité sciemment et réduisant des salariés AESH à des esclaves digne de l’époque du XVII et XVII éme siècle sans liberté de faire eux mêmes leur propre choix de vie ?

  9. didiervi dit :

    Comme je l’ai fait savoir sur une autre discussion, il faut utiliser cette jurisprudence je pense :
    http://infosdroits.fr/un-cdd-non-signe-par-un-agent-de-la-fonction-publique-ouvre-droit-a-un-nouveau-contrat-de-meme-duree/
    De plus, vous pouvez peut être jouer aussi au « con », pour un contrat de 960h sur 40 semaines, le temps de présence est de 960 / 40 = 24h/semaine, si vos contrat sont sur 52 semaines, votre temps de présence doit être de 960 / 52 = 18h30min/semaine …..A eux de trouver comment vous occuper les 16 semaines supplémentaires, hors temps scolaire, ça va pas être facile …..

    Bon courage à tous dans le 44, je crois que vous avez la palme d’or ( et non la palme académique)
    Didier AEHS dans le 46

    • briand0493 dit :

      Bonjour Didier,
      Toujours aussi pertinent. C’est à peu près, au sein de l’équipe UNEAVS ce que nous avons pensé au sujet du contrat à quota temps de travail réparti sur 52 semaines sans avoir osé l’exprimer. Cela mettrait une belle pagaille par une démarche « con » tout à fait légale imposée par le rectorat sans avoir besoin de recourir à une grève pour les AESH. Avec la complicité et le soutien des collègues enseignants des établissements scolaires d’affectation, ce serait parfait pour obliger l’administration à revoir sa posture infâmante.

  10. Anna dit :

    Une réunion syndicale est organisée le mercredi 7 octobre de 9h30 à 12h à la maison des syndicats. Ce genre de réunion est un droit (rémunéré)! Il faut néanmoins faire une demande d’autorisation d’absence auprès du SAE (attention la feuille sur le site de l’ai est obsolète..).
    Pour ma part je n’ai toujours pas signé mon contrat (reçu depuis le 18..) effectivement la paie ne tombe pas..
    Anna aesh44

Les commentaires sont fermés.