le site UNEAVS est un long fleuve tumultueux ou bonjour, tristesse

500 000 visiteurs, 1 000 000 de consultations depuis 2010

statsbriand0493wordpress2015

Il est de ces chiffres faisant date qui feraient le bonheur et la joie de tout site soucieux de son audience. L’équipe UNEAVS n’a pas échappé à ses sentiments d’une légitime fierté à constater la confiance croissante de nos collègues AESH, AVS et EVS à la qualité des informations que nous diffusons depuis 2010.

couverturegéographiquebriand0493

Elle demeure tout aussi étonnée de constater que la parution de ces articles, uniquement dévolue pour des salariés précaires de l’Education nationale, trouve un écho d’intérêt auprès de visiteurs hors France.

Face à ces chiffres traduisant des millions de questionnement, de doute, d’espoir, de colère de citoyens AED,EVS et AVS vivant la précarité au quotidien, l’équipe UNEAVS pourrait s’imaginer que l’élite représentative politique, gouvernementale, institutionnelle, administrative ne saurait “jouer” à l’indifférence. Et bien, non ! cette élite politique, gouvernementale, institutionnelle, administrative se révèle être une méduse continuant à imposer le silence. De sa chevelure, les tentacules vipérines du mépris se déploient sans fin avec leur poison terrible,  insidieux.

chutbonjourtristesse

Elles balaient d’une pichenette les espoirs de  700 salariés EVS et AVS de l’académie de Rennes en les renvoyant au Pôle emploi fin juin 2015

“Extrait Compte rendu CTA (commission technique académique) du 15 juin 2015 par le Sgen-CFDT Bretagne”

situation des EVS:  (…)Pour le recteur il y a surchauffe, dépassement de + de 700 postes. c’est la continuation d’une dérive, liée à l’importance de la politique inclusive (AVS), la surchauffe n’est plus tenable il est nécessaire de réduire le nombre de ces emplois. Sur les 700 EVS concernés seuls 230 pourraient avoir vocation à voir leur contrat renouvelé mais plus des 2/3 ne peuvent pas être prolongés dans leur missions.(…)”

Elles imposent la discrimination de traitement sans façon

“extrait de communiqué Snuip-FSU en date du 28 mai 2015”

Le décret instituant de nouvelles indemnités pour les personnels exerçant en éducation prioritaire a été validé lors du Comité technique ministériel réuni le 28 mai. Les nouveaux taux entreront en vigueur à la rentrée 2015.

Nouveau montant: En REP, l’indemnité sera désormais portée à 1734 euros par an, soit 144,5 euros par mois. En REP+, cette indemnité sera de 2 312 euros par an, soit 192,6 euros par mois.

Qui la touche ?:  Elle est versée à tous les enseignants des écoles classées en REP ou REP+ au prorata du temps de service effectué dans ces écoles ou SEGPA.(…)

Au cours de la discussion, le SNUipp, avec la FSU, a porté (cet) amendement pour améliorer les mesures: “La perception de l’indemnité pour les contractuels, assistants d’éducation et accompagnants des élèves en situation de handicap, exerçant en éducation prioritaire et auprès des élèves.” Vote POUR unanime des organisations ( FSU, UNSA, CFDT ; CGT, FO)Note Uneavs: Tiens donc ! pas le Snalc.

Cet  amendement n’a pas été  intégré par le ministère.

Elles tuent l’espoir dans la tristesse

“jeudi 18 mai 2015 à 4h50 – de la part de F.B.

Je suis une AVS-co en CUI heureuse… J’adore mon travail. Je vis de grandes et belles choses avec ces 12 élèves et l’enseignante : des journées passionnantes et passionnées. Tellement intéressant que j’ai suivi 77h de formation concernant l’élève handicapé en milieu scolaire. Autant dire que cela me plaît !!!
Et ce bonheur se termine, après 2 années scolaires… C’est terminé on met une autre AVS-CUI… Voilà cela clos le sujet ce soir.
Je suis vraiment très triste, j’ai fait les démarches pour le poste en tant qu’AESH et bien cet investissement est réduit à néant.
Je suis une AVS-co heureuse mais après le 30/09 prochain je ne serai plus AVS.
Je perds donc mon travail alors que j’ai tout mis en œuvre pour le garder et bien remplir mes fonctions.
Je suis très triste ce soir…

Elles pétrifient en fin de compte

“jeudi 18 mai 2015 à 18h30 – de la part de Cathie

Plus je vous lis plus je reçois vos com sur mon adresse mail moins j’ai confiance en vous comme je n’ai plus confiance en handiscol…. Nous nageons tous  que nous soyons AVS ou AESH ou quoi que l’on soit dans un flou artistique le plus total!!! Lorsque l’un(e) d’entre nous tous(tes) aura un vrai travail les poules auront des dents!!! Le gouvernement se fiche de nous et des enfants!! On recrute sans cesse des AVS ou AESH en CDD, sans expérience mais c’est ainsi!!! J’ai 5 ans d’expérience en collège et primaire, plus un cursus dans le scolaire plus un bac +2, plus travailleur handicapée, plus fille d’enseignants et assistante sociale, plus un dossier en béton mais cela fait six mois que j’attends un nouveau contrat!!! Miroir aux alouettes pour les enfants , les parents et nous qui nous investissons!!!! C’est honteux!!! Scandaleux!!! Je n’ai pas de mots pour dire ce que nous ressentons tous et toutes, parents, AVS et enseignants qui ns ont soutenu(es)!! Je vous laisse à votre site empli de mensonges et de promesses car même vous ne savez RIEN DE RIEN!!!!!

L’élite politique, gouvernementale, institutionnelle, administrative, cette méduse continuant à imposer le silence, a acquis un nouveau talent indéniable: détruire, même parmi les précaires, la confiance en une citoyenneté libre et réfléchie sur ce site. L’élite d’extrème droite (Marine Le Pen et consorts) peut se frotter d’aise les mains.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, Divers, la précarité au quotidien, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour le site UNEAVS est un long fleuve tumultueux ou bonjour, tristesse

  1. cassin dit :

    Pour info c’est l’indice 318 qui s’applique pour les CDI en Corrèze, soit 600€ pour les temps partiels qui sont largement majoritaires. Moralité, précarité un jour, précarité toujours.

  2. Cassin dit :

    Bonjour n’ayant pas de nouvelles de mon contrat CDI pour la rentrée 2015/2016 j’ai adressé un mail ce jour au coordinateur du dispositif AESH, Celui-ci me répond que mon contrat est prêt mais qu’il ne peut « être soumis à signature en l’absence de confirmation du contingent par le rectorat ». Comment dois-je interpréter ce message? Merci à vous de bien vouloir m’éclairer.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Comment dois-je interpréter ce message? »
      . Avec un calendrier très certainement contraint pour le renouvellement de contrat et si aucune directive académique ni orientation officielle du Rectorat sur le contingent CDI AESH n’a été donnée à l’IA ASH, Il faut interpréter sa réponse comme un signe que cela pédale grave dans la choucroute.

  3. REYMOND V. dit :

    Ah la la ! Misère ! On en sort plus… 😦
    Pour ma part, je reviens vers vous pour un éclaircissement sur mes droits.
    Voilà mon histoire (brièvement) : j’ai été AVS dans l’académie du Rhône pendant 3 ans. Puis, l’an
    dernier, j’ai changé d’académie, pour un contrat AESH. Dernièrement, j’ai été en arrêt maladie près d’un mois. Avec stupéfaction, je découvre que mon salaire « habituel » n’est pas versé, mais qu’en plus, je dois des sous… horreur (+ de 200 euros) ! Le LPO qui gère les paies me réclame en effet cette somme. Est-ce que c’est normal ? N’y aurait-il pas une erreur ? Une rémunération à demi-traitement !
    Je ne vais pas m’en remettre ! Pfff, Misère ! Que faire ?!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Est-ce que c’est normal ? » et suivante « N’y aurait-il pas une erreur ? »
      Vous avez changé d’académie et la durée de la rupture entre le contrat AVS dans l’académie du Rhônes et l’académie actuelle a son importance.
      La règle statutaire en cas d’arrêt maladie
      L’agent non titulaire bénéficie d’un congé de maladie ordinaire pendant une période de 12 mois consécutifs ou en cas de services discontinus, au cours d’une période de 300 jours de services effectifs dans les limites suivantes avec ou sans maintien de son traitement :
      – Après 4 mois de services, au premier jour d’arrêt de travail, un mois à plein traitement et un mois à demi-traitement ;
      – Après deux ans de services, deux mois à plein traitement et deux mois à demi-traitement ;
      – Après 3 ans de services, trois mois à plein traitement et trois mois à demi-traitement.
      L’ancienneté de service prise en compte en cas de changement d’académie
      Elle correspond à la durée des services effectifs accomplis sous réserve que l’interruption de fonctions :
      – ne soit pas supérieure à 3 mois (si interruption volontaire de l’agent) ;
      – pas supérieure à 1 an (si interruption involontaire).
      Les indemnités journalières sont déduites du traitement allouées par l’employeur public.
      2 cas peut se présenter: soit l’employeur a reçu directement ces IJ auquel ou bien c’est l’agent qui les a reçues.
      Les agents ayant reçues les IJ doivent communiquer et rembourser à leur employeur le montant de ces IJ perçues par la CPAM pendant les jours d’arrêt maladie où il a perçu son traitement usuel.
      Si votre employeur a reçu directement les IJ (application de la subrogation), il ne peut exiger de votre part un remboursement de ces IJ.

      • REYMOND V. dit :

        Oui, merci pour ces éléments. Effectivement, j’ai changé de contrat et d’académie, mais sans interruption. Visiblement, il y aurait une erreur comptable… Il n’a pas été tenu compte de l’ancienneté de service puisqu’on m’indique par courrier « un congé maladie avec rémunération à demi-traitement » et « un trop perçu sur salaire » à rembourser.
        Par ailleurs, je perçois directement les indemnités maladie de la CPAM, et en principe, une écriture comptable apparaît sur la fiche de paie… j’ai déjà eu ce cas de figure ; tout allait bien (salaire maintenu)… Mais là, quelque chose m’échappe !
        J’attends de recevoir ma fiche de paie de Juin (j’espère que ce ne sera pas dans 2 mois, comme souvent!) pour comprendre. Je reste inquiète car le virement correspondant à mon salaire (effectué le 26 du mois) n’est que de 152 euros au lieu de 595 euros ! (Pourquoi m’adresser un courrier me réclamant une somme, si en plus, on me prélève quelque montant sur mon salaire?)
        C’est grave car cela accentue les difficultés financières !
        Je me demande si les « comptables » sont vraiment compétents… d’ailleurs, pourquoi cette année scolaire, je n’ai pas eu droit au supplément familial (SFT), ni à l’indemnité de résidence ? (Est-ce à moi à la réclamer ?!)
        Je suis outrée d’un tel traitement à mon égard ! 😦

        • briand0493 dit :

          Il faut contacter le service gestionnaire de paie pour éclaircir votre situation. Visiblement, il ne dispose de tous les éléments nécessaires pour le traitement de votre dossier.

    • Cassin dit :

      Sans doute la MGEN vous a versé des indemnités journalières et vous avez surement informé les services académiques de cette somme perçue ce qui explique cette retenue sur salaire. Je m’explique, si la somme perçue était de 600€ par exemple, et bien le « service paye » va vous retenir 200€ pendant 3 mois. (19)

  4. Isabelle dit :

    Qui s’occupera un jour des EVS du privé ? Elles sont les bonnes à tout faire de ces établissements, elles travaillent au minimum 8 heures de plus par mois non payées, et tout ça dans un flou artistique entretenu par les directions d’établissements mal conseillées, mal renseignées, (je ne peux croire que ces messieurs-dames aux si beaux principes puissent profiter de la misère humaine sciemment), les syndicats qui s’en foutent, et le Pole Emploi qui continue à passer des annonces de recrutement façon « fourre-tout » pour ces établissements privés sans préciser que le régime des EVS (Pole Emploi continue de les appeler comme ça) dans le privé est bien différent du public et ressemble à un piège.

    • VG dit :

      J’atteste Isabelle , puisque je viens de passer une année scolaire dans le privé ( 86) comme AVS à 26H45/semaine pour un contrat de 20H !
      Je travaille à la cantine où ne sont pas les enfants dont je m’occupe , en surveillance de cours toujours sans les enfants concernés et en remplacement intégral de l’instit. lorsqu’il est absent ( une semaine cette année ) .
      Après moi , une autre viendra …

  5. Hamard dit :

    bonsoir,cela fait 3 ans et demi que je suis avs avec reconnaissance TH L’IEN m’a dit qu’il n’y avait pas de souci pour le renouvellement mais qu’ils attendaient le feu vert de pole emploi car c’est eux qui décide.En début d’année,j’ai fait une demande d’AESH maintenant,j’attends une réponse.
    Je vous dit au prochaine nouvelles, en attendant ce n’est marrant pour personnes surtout que notre métier n’est pas reconnu.Bon courage à toutes et tous.(orne 61)

  6. M du 94 dit :

    Bonjour,
    Je suis aesh i en cdi à temps plein. Les élèves de mon collège ne vont plus en cours. le chef d’établissement et l’enseignante référente nous imposent des taches administratives ( classement des livres, inscription, surveillance de brevet ) jusqu’au 3 juillet. peut on refuser?. Que sommes nous sensés faire exactement? devons nous être présent sur notre lieu de travail alors que les enseignants sont libérés? y a t il un texte sur lequel nous pouvons nous appuyer ? Dans mon contrat mes missions sont aide et accueil des élèves en situation de handicap, Les aesh n’ont pas à pallier au manque de personnel de vie scolaire et pourtant c’est ce que l’on nous demande de faire. Est ce normal? Merci par avance

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « peut on refuser? » et suivante  » Que sommes nous sensés faire exactement? » et suivante « devons nous être présent sur notre lieu de travail alors que les enseignants sont libérés? » et suivante « y a t il un texte sur lequel nous pouvons nous appuyer ? »
      L’équipe UNEAVS estimant qu’un AESH est avant tout un professionnel exerçant un métier, disposant d’un contrat de travail dont les règles sont fixées par  circulaire MEN n° 2014-083 du 8-7-2014 relative aux conditions de recrutement et d’emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).
      Ce que dit la circulaire n°2014-083 du  08/07/2014 relative aux conditions d’emploi des AESH.
      « Les AESH prennent en charge les différents types d’aide à l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap :
      Sur prescription de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, l’aide individuelle auprès d’un ou plusieurs élèves, ou l’aide mutualisée lorsque les besoins des élèves n’impliquent pas une prise en charge individuelle ; l’appui à un dispositif collectif de scolarisation dans les écoles et établissements d’enseignement. Ils interviennent comme les AVS selon les modalités décrites au titre 2, point I- de la circulaire n° 2003-092 du 11 juin 2003 relative aux assistants d’éducation. 
      Le temps de service de l’AESH ne se limite pas à l’accompagnement de l’élève car il contribue au suivi et à la mise en oeuvre du projet personnalisé de l’élève. Il participe aux réunions, ainsi qu’aux dispositifs Ecole ouverte et stages de remise à niveau, …, toutes activités pouvant être décomptées dans son temps de travail.
       
      En conséquence,
      Réalisation de tâches administratives ? oui, si cela rentre dans le champ du temps de service défini ci-avant par la circulaire (exemple cité : classement des livres, non. inscription: non. surveillance de brevet: oui uniquement des élèves bénéficiant d’un tiers temps)
      Application du planning hebdomadaire fixée durant la période fixée (39 semaines) ?: oui ce qui implique notamment qu’en l’absence de l’élève, vous êtes à disposition de votre employeur et non de de l’enseignante référente qui n’a aucun autorité hiérarchique et fonctionnelle à se faire valoir à votre égard)

      Comme vous l’avez déjà compris, l’équipe UNEAVS ne considère pas normal la posture professionnelle d’un chef d’établissement ou d’une enseignante référente qui ne saurait entendre, ni comprendre qu’un « l’AESH n’est ni un enseignant, ni un personnel de vie scolaire, ni un élève et encore moins un meuble « .

  7. fredyoba dit :

    Et voila après quatre années d’espérance (reconnaissance …)
    de combat (je ne suis pas un pion…)
    et d’implication (soutien à la famille, valorisation de l’enfant , travail en équipe,actions de sensibilisation..)

    J’ai fait l’amer choix de partir (en aout 2014) et même dans mon départ on m’a sali , humilier , et bafouer mes droits de citoyenne .

    Je me suis alors battu pour faire valoir ma fin de contrat comme une » non démission » , il y a bien un décret pour cela le BCRF du 21 février 2011 page 14 « le refus d’accepter un renouvellement de poste » (dans mon cas il me restait 2 ans ) doit être étudier si l’agent à un motif légitime .

    Et le motif était la , user de cette « profession » j’avais mis en place un autre projet professionnel qui devrait prendre effet en cours d’année scolaire , pour ne pas pénaliser le « futur enfant » accompagner je décidais d’arrêter fin aout et non en milieu d’année scolaire .

    L’empathie et le professionnalisme n’est pas de rigueur dans l’administration , c’est un panier de crabe quand tu y rentres c’est eux seul qui décide quand et comment tu doit partir (que j’avais été présomptueuse , je n’avais toujours pas assimiler je n’étais que du » petit peuple »…).

    L’inspection académique s’en est laver les mains, l’ANPE était peu intéresser ,le rectorat m’a ri au nez , les syndicats m’ont abandonner , la ministre de l’éducation a fait sourde oreilles et même le tribunal administratif à engraisser le système.

    Je me suis retrouver à constater que mon combat avait déjà mis à sac l’avenir de plusieurs de mes anciens consœurs et confrère AVS , tous et toutes dans le même cas aucune indemnisation assedic pour avoir décider de ne pas continuer ….

    Ce décret est un leurre!!!!!

    Des que nous rentrons dans leur système nous sommes à leur merci , accepter et courber l’échine !

    Sachez le c’est un pacte avec le diable non un contrat que vous avez signer .

    Vous n’aurez aucun droit pendant vos missions et si vous prend l’envie d’ arrêter , votre punition sera de devenir inexistant aux yeux du très grand système administratif français .

    J’espère qu’un jour les associations pour le handicap se rallieront pour mettre l’État le nez devant son incompétence et son abus de pouvoir et que les choses changeront…

    En attendant je pleure en pensant à toute ses familles qui ont un enfant handicaper et que l’État veut cacher honteusement au reste des citoyens ,(moutons de Panurge tu sera ou alors tu restera chez toi !)

    Laissons ces enfants n’être que des enfants et non des charges pour leurs parents !!!!!

    Et merci pour votre site , mais je crois bien que la morosité gagne du terrain en ces temps sombres…

  8. Mnémosyne dit :

    Choix pertinent qu’une élite à tête de Gorgone… Pour mon cas, jusqu’à l’annonce libératrice qui m’a été faite vendredi, je me suis pétrifiée un peu plus chaque jour, supportant de moins en moins l’idée de quitter cette équipe qui m’a accueilli à bras ouverts (et qui craignait elle aussi mon départ) et de quitter ce travail qui m’aide à me reconstruire. Et encore, je ne suis que partiellement soulagée, ne pouvant m’ôter de la tête celles et ceux qui n’auront pas eu ma chance…

  9. Cassin dit :

    C’est un bien triste constat, 9 années de combat en ce qui me concerne et je suis toujours aussi désolé du mépris que l’on nous porte ainsi que de la précarité qu’on nous impose.
    Bonjour tristesse… (19)

    • Vievie dit :

      Moi j ai eu droit qu a 3 ans et je me bats pour avoir un poste plus de 50 ans mais dans l orne 61 l expérience ne compte pas

Les commentaires sont fermés.