“Cachez ces AVS en contrat aidé et avec CAP que nous ne saurions voir et côtoyer” par le SNUipp-FSU et le SNES-FSU

discrimination

La professionnalisation des AVS mis en oeuvre pour la rentrée prochaine est désormais dans une phase de tractation “cachée” dans les couloirs du Ministère de l’éducation nationale. Cela permet à diverses organisations syndicales de pouvoir exprimer leur position en la matière, loin des regards et des oreilles. L’équipe Uneavs a toutefois récupéré un compte rendu “très discret” du SNUIpp-FSU et le SNES-FSU, reçus en audience au MEN jeudi  5 décembre 2013.

A lecture, nous pourrions dire que la délégation SNUIpp et SNES se distingue singulièrement par un ostracisme social non dissimulé et une conception pour le moins curieuse de la défense syndicale du personnel AVS (quelque soit leur statut).

Ainsi, nous apprenons que cette délégation SNUIpp-FSU et SNES-FSU juge “normal” que l’accès à la cédéisation soit ouverte non seulement aux seuls AVS-assistant éducation étant arrivés à terme de 6 ans de contrat mais aussi aux assistants éducation au parcours mixtes (AVS-Vie scolaire)?????. Elle “oublie” (mais est-ce vraiment un oubli ?) l’existence de personnel AVS en CUI-CAE tout court dont les AVS cumulant 5 années d’expériences professionnelles.

Ainsi, nous apprenons son inquiétude nauséabonde sur un personnel AVS disposant d’un niveau de qualification de niveau V qui “pose problème, notamment pour les accompagnements comportant une dimension « pédagogique » (prise de note…) en collège ou en lycée.”???sic??? On se pince les bras ! des organisations syndicales de l’éducation nationale pratiquant l’ostracisme social et professionnel selon la nature du diplôme possédée par un personnel AVS et dénigrant implicitement la qualité de l’enseignement de leurs collègues enseignants de lycée professionnel.

Ainsi, nous apprenons l’étrangeté d’une position syndicale consistant à considérer comme acquis définitivement que le personnel AVS sous contrat CUI-CAE ne puisse avoir accès à la professionnalisation par Cédéisation et, d’une pichenette frisant l’indécence et le mépris, de les convier à entamer des procédures prudhommales, à défaut de reconnaissance professionnelle… qu’une organisation syndicale, mentalement bien constituée, doit justement « défendre » et « appuyer » dans le cadre d’une audience dans un ministère de l’éducation nationale.  

Audience au MEN SNUipp et SNES

lundi, 9 décembre 2013 / SNUipp73

 

Le SNUipp-FSU et le SNES-FSU ont été reçus par le cabinet de la ministre déléguée à la réussite éducative (Claude Coquart, directeur de cabinet, et Valérie Delestre, chargée de mission).

L’objectif est de faire le point sur le dispositif de professionnalisation des AVS, mis en œuvre à la rentrée scolaire.

La transformation des AED-AVS en AESH

La loi de finances comporte un cavalier législatif scindant les AED en deux. Ceux à mission « vie scolaire » restent AED et ceux à mission AVS deviendront « accompagnant des élèves en situation de handicap » (AESH). Leur « statut » est calqué sur celui des AED. Il prévoit par contre la transformation en CDI à l’issue des 6 ans de contrats. Ils seront recrutés par l’Etat, et non par les EPLE. Si l’accès au CDI est indéniablement un progrès par rapport à la situation existante, la délégation a pointé plusieurs problèmes :

- l’obligation d’effectuer tout d’abord 6 années de contrat d’AESH en CDD pour obtenir ensuite un CDI ;

- l’absence de statut de fonctionnaire, avec création de corps et un recrutement par concours, pour des missions qui relèvent du service public d’éducation ;

- l’absence de précisions, en l’état, sur la grille de rémunération, les conditions de travail, la carrière…

Selon le ministère, l’accès au CDI AESH pourrait évoluer une fois le diplôme et la filière de formation mise en place, au mieux à la rentrée 2015 (recrutement via les écoles de formation des travailleurs sociaux, ou par équivalence de diplômes…).

Un décret à paraître en début d’année civile fixera la grille de rémunération, ainsi que les conditions d’emploi et de recrutement. Lors des discussions d’élaboration de ce décret, le SNUipp et le SNES s’attacheront à obtenir de meilleures conditions d’embauche et de salaire pour les futurs AESH, et notamment une progression de salaire démarrant au premier jour du recrutement, et non à l’issue des 6 ans de CDD.

Prolongation actuelle des AED-AVS ayant effectué 6 ans depuis le 1er janvier 2013

Le calendrier sera tenu pour ces personnels prolongés jusqu’au 30 juin. Ils basculeraient donc AESH en CDI au 1er juillet.

Cette prolongation n’était ouverte, pour le ministère, qu’aux seuls AED ayant exercés uniquement des missions AVS, contrairement à notre lecture première de la lettre aux recteurs qui nous apparaissait plus large. L’obtention de prolongations pour des AED à parcours mixte (vie scolaire et AVS) résulte donc d’une lecture favorable aux personnels concernés par les DASEN. Le ministère est ouvert à des prolongations de contrat au-delà de 6 ans si cela permet aux personnels ayant un parcours mixte avec quelques mois de missions vie scolaire d’obtenir les 6 années exigées de missions AVS. Si vous rencontrez des difficultés, faites nous les remonter.

Le nouveau diplôme d’accompagnant.

Un groupe de travail mixte, associant des représentants associatifs du CNCPH et les membres de la Commission professionnelle consultative (CPC) du travail social a été récemment constitué, en vue d’examiner la création du nouveau diplôme de l’accompagnement, sur la base d’une fusion entre le DEAVS (diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale) et le DEAMP (diplôme d’Etat d’aide médico-psychologique). Ce diplôme sera de niveau V, et devrait comprendre un tronc commun et des modules complémentaires en fonction des domaines d’activité (accompagnement du jeune en situation de handicap, aide à la personne, personnes âgées…).

Le diplôme pourrait être prêt en décembre 2014, pour un démarrage de la formation en septembre 2015, si tout va bien.

Ce retard n’est pas sans conséquences : en l’absence de diplôme, le processus de VAE ne peut se mettre en place. Un temps envisagée, la piste d’une validation d’un diplôme « proche » (CAP petite enfance ?) semble abandonnée, car elle pourrait conduire les personnels dans une impasse.

Dans l’attente, des attestations de compétences, des mentions complémentaires pourraient être proposées. Par ailleurs, le niveau de qualification de niveau V pose problème, notamment pour les accompagnements comportant une dimension « pédagogique » (prise de note…) en collège ou en lycée. Le ministère répond que les personnels pourront être affectés sur ce type de poste en fonction de leur niveau de diplôme. Ceci est facilité par le recrutement – et la gestion – par l’Etat.

La formation des CUI-CAE à mission AVS

Le ministère a précisé la formation qu’il élabore pour les CUI-CAE sur missions AVS et qui serait effective en janvier :

- un module de 60h d’adaptation à l’emploi ;

- un module de 30h d’insertion professionnelle réalisé en Greta ;

- un module d’approfondissement pour des missions AVS.

Cette formalisation d’une formation dédiée aux CUI-CAE n’est pas étrangère aux multiples recours aux prud’hommes gagnés par les CUI dans les départements. A noter que la législation du travail prévoit 80 heures de formation professionnelle, des recours aux prud’hommes pour absence de formation professionnelle correspondant au projet du CUI seront toujours possibles.

Quelle « professionnalisation » AVS pour les CUI-CAE ?

La seule possibilité pour les CUI-CAE, qui souhaitent poursuivre leurs missions AVS, est de postuler sur un contrat AED-AVS. Cela pourra se faire notamment sur les nouveaux contrats créés (350 pour 2014) ou ceux devenant vacants (AED –AVS s’arrêtant avant le terme des 6 ans ou ne souhaitant pas intégrer le CDI). Cette possibilité va demeurer donc très restreinte, et le recours, massif dans les écoles, aux CUI-CAE pour assurer des missions d’AVS va perdurer. La « professionnalisation » reste donc au milieu du gué.

A noter qu’il n’y a pas de conditions de diplômes pour ces contrats AED-AVS si le soutien apporté aux élèves en situation de handicap n’est pas pédagogique.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour “Cachez ces AVS en contrat aidé et avec CAP que nous ne saurions voir et côtoyer” par le SNUipp-FSU et le SNES-FSU

  1. Anne dit :

    Aide à la direction depuis décembre 2014, je déchante…. je ne fais que de l’administratif (alors qu’on m’avait fait miroiter l’accompagnement auprès des enfants) ; de plus, avec le plan Vigipirate, je dois « jouer » l’agent de sécurité et rester scotcher à la porte d’entrée aux heures d’ouverture de l’école maternelle et donc la direction veut revoir mes horaires pour que je puisse être disponible à ces horaires là ; dit que je dois travailler 1 samedi sur 2 car les autres CUI CAE le font et que ce n’est pas normal que moi je ne le fasse pas (je fais déjà 22h/semaine -horaires définis par la direction- payé 20h et souvent je déborde, ce qui fait souvent 23/24h/semaine) alors si je travaille le samedi, ça me fera 27
    J’ai le vif sentiment d’avoir accepté un gâteau empoisonné, à tel point que je ne pense pas souhaiter que l’on renouvelle mon contrat à l’issue des 12 mois…

    Anne du 59

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » la direction veut revoir mes horaires pour que je puisse être disponible à ces horaires là… »
      Votre employeur visiblement prétexte lamentablement de circonstances nationales dramatiques pour vous imposer des modifications substantielles de votre contrat de travail à 2 niveaux:
      les tâches du travail : passer EVS assistant administratif à agent de sécurité sous prétexte d’application de plan de vigipirate est une modification du contrat de travail.
      la durée ou les horaires de travail : Si le changement des horaires relève en théorie du pouvoir de direction de l’employeur, ce dernier cependant ne peut pas imposer un bouleversement des horaires qui induirait des conséquences sur la vie privée, familiale ou professionnelle du salarié ( garde d’enfants, durée allongée de déplacement domicile-travail, perte ou mise en péril d’une activité complémentaire…)
      Quelles seraient les conséquences de votre refus ou du défaut de réponse à ce que voudrait mettre en place votre employeur?
      La modification d’un élément essentiel du contrat de travail ne peut être imposée par l’employeur, mais seulement proposée au salarié concerné. En cas de refus de ce dernier, il appartient à l’employeur, soit de renoncer à modifier le contrat, soit de licencier le salarié. Il doit alors respecter la procédure de licenciement, le préavis et, le cas échéant, verser des indemnités de licenciement.

      Votre témoignage constitue une de ces dérives que nous pressentions après les événements tragique de début d’année: l’esprit de l’intolérance, de la discrimination ne serait pas seulement le fait d’élèves mais s’inscrit dans un climat pervertissant l’ensemble de la communauté éducative et pédagogique. Quoi de plus normal ce jour que d’affecter un salarié précaire comme agent de sécurité à la sortie d’une école , sans formation, sans se poser la question si la peur de la communauté éducative se doit lui être humainement transférer et à sa charge de l’assumer ?

  2. Nico dit :

    C’est bien de pérenniser ces postes mais deux points sont à éclaircir
    La grille de salaire, dont personne ne parle.Peut-on vivre dignement de son travail avec 680 euros/mois. Pourquoi vouloir obtenir une VAE/diplome niveau V, pour des salariés qui sont déjà recrutés avec un niveau IV.(bac) (Quelle est l’intérêt de passer un diplome inférieur pour des gens qui exercent ces emplois avec dejà des niveaux supérieurs (bac-bac+2/3)?

  3. fanny dit :

    je commence à peine ce métier ,je suis passé par le siaten pour devenir assistante d’éducation , pour l’instant je suis à un poste de remplacement maternité de 4 mois a mi temps, je finis donc au mois de février ,cela veut il dire qu’il me faudra rester au chômage jusqu’à la prochaine rentrée ? et dois je rappeler le siaten a la fin du contrat pour leur signaler ma disponibilité ? lors du recrutement on m’a dit que je restais dans leur « vivier » pendant 6 ans ,est ce que cela veut dire qu’on me donnera forcément des contrats pendant ces 6 ans ? serai je cantonné au rôle de remplaçante tout le temps ? et est ce que c’est 6 ans de travail ou 6 ans « je reste sous le coude au cas ou »?
    dernière question
    comme ils vont cedeiser les aed qui ont 6 ans d’expériences ça veut dire que nous les nouveaux nous n’aurons rien car plus de place dans le futur?
    j’ai le bac ,un cap petite enfance et été 5 ans assistante maternelle est ce que ça peut jouer en ma faveur ?
    dommage qu’un si beau métier suscite tant d’interrogation et de soucis
    sur ce , bonne année à tous

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « cela veut il dire qu’il me faudra rester au chômage jusqu’à la prochaine rentrée ? » et suivante « dois je rappeler le siaten a la fin du contrat pour leur signaler ma disponibilité ? » et suivante « lors du recrutement on m’a dit que je restais dans leur « vivier » pendant 6 ans ,est ce que cela veut dire qu’on me donnera forcément des contrats pendant ces 6 ans ? » et suivante » serai je cantonné au rôle de remplaçante tout le temps ? et suivante « est ce que c’est 6 ans de travail ou 6 ans « je reste sous le coude au cas ou ? »
      Nous supposons que vous êtes AED-AVS
      Vous êtes effectivement dans la situation inconfortable d’une AED qui, en cours d’année scolaire, se voit confier des missions « diverses » en « remplacement » au pied levé de collègues AVS absent sur leur poste pour raisons X, Y …’congé maladie, maternité, autres….. ». Entre 2 missions, vous êtes placée en situation de disponibilité et il importe avant la fin d’une mission de vous signaler au plus vite auprès du coordonateur AVS du service IA ASH de votre département. Ce dernier n’a pas forcément en tête la date de fin de votre mission en cours.
      Cette situation (que nous surnommons d’AVS « à la petite semaine » ) peut perdurer durant toute la durée de votre engagement de 6 années comme il peut à une prochaine mission « s’arrêter » (l’AVS remplacé a démissionné, par exemple et pour l’établissement scolaire d’affectation, vous faites l’affaire ou vous serez affecté à la rentrée scolaire 2014-2015 sur un poste « fixe »….).
      Si chaque mission AVS effectuée est tributaire d’un contrat de travail AED spécifique, les périodes entre 2 missions impliquent que vous inscriviez comme demandeur d’emploi dès le premier jour d’arrêt de travail pour conserver vos droits à indemnisation assedics. Vous l’avez compris: c’est inconfortable comme situation et destabilisant physiquement comme mentalement.

      En réponse à votre interrogation, » comme ils vont cedeiser les aed qui ont 6 ans d’expériences ça veut dire que nous les nouveaux nous n’aurons rien car plus de place dans le futur? »
      Sur le principe:La cédéisation du personnel AED-AVS sera progressive dans le temps, c’est à dire qu’une proposition de cédéisation sera effectuée dès qu’un AED-AVS atteindra la limite légale de 6 années d’engagement. Ainsi, si vous avez « démarré » comme AED-AVS en septembre 2013, une proposition de cédéisation vous sera présentée en Août 2020 (sous réserve de modification de textes d’application de cédéisation d’ici là).
      Sur l’application effective A ce jour, l’équipe Uneavs n’est pas en mesure de vous faire part des conditions d’application de cette cédéisation prenant en compte la situation actuelle d’AED-AVS « à la petite semaine ».

      Nous pouvons simplement « signaler » que l’annonce de perspective de cédéisation du personnel AED-AVS a réveillé la curiosité de nombreux contractuels de l’éducation nationale (vacataire, assistant éducation « vie scolaire », assistant pédagogique, contractuel « professeur »…etc…etc…). Au 6 janvier 2014, au su des courriers parvenus plaidant la « cause », l’équipe UNEAVS pense être en mesure de faire le constat non négligeable que tout le personnel non titulaire de l’éducation nationale s’est découvert subitement une vocation d’accompagnant élèves handicapés et des compétences/savoirs faire avérés.

  4. cannelle dit :

    bonjour,

    je suis actuellement en contrat avs a mi temps jusqu’en février 2014. A cette date j’airai été 5 ans et demi avs à mi temps et 6 mois aed vie scolaire . Puis je bénéficier d’une prolongation de contrat et d’un cdi par la suite

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation,  » Puis je bénéficier d’une prolongation de contrat et d’un cdi par la suite ? »
      Si nous nous en tenons à la lecture de la circulaire évoquant la cédéisation d’un personnel AVS sous contrat assistant éducation, nous ne nous estimons pas trop analphabète pour vous répondre que cette prolongation de votre contrat AED actuel ne vous est pas acquise.
      Le compte rendu de la délégation SNUIPP-FSU et SNES laisse entendre le contraire. Nous n’irons pas jusqu’à affirmer que les membres de cette délégation syndicale étaient composés d’analphabète ne possédant pas le niveau requis pour savoir lire et compter (un CAP ?).

  5. jessy dit :

    bonjour n ‘ayant pas le bac mais 5ans d ‘anciennete travailleur handicapé cui puis je pretendre a un poste aed que faire a la fin de mon contrat juin 2014 ? merci et bonne fetes

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Puis je pretendre a un poste aed que faire a la fin de mon contrat juin 2014 ? »
      Compte tenu de vos 5 années d’expérience en tant qu’AVS sous contrat CUI-CAE, vous pouvez envisagez de postuler à un poste AVS (dit AVS-M) sous contrat assistant éducation.En effet, selon les textes relatifs aux recrutements d’AVS-AED, la condition possession d’un diplôme BAC ou 3 années d’expérience professionnelles dans l’accompagnement d’élèves handicapés est suffisante.
      Nous attirons votre attention sur les possibilités restreintes de recrutement par ce biais pour l’année 2014-2015. Mais, en raison de l’adage appliqué par l’Uneavs ‘qui ne demande rien, n’a que dalle sous la dent », osez votre chance.
      A vous aussi, bonnes Fêtes;

  6. mamax dit :

    Je vous remercie de ces questions-réponses que je consulte régulièrement. Je me réjouis de ces avancés car je suis moi-même prolongée en cdd dérogatoire, je fais donc parti des futurs cdisés. J’ai tout de même encore des questions auxquelles vous ne pourrez sans doute pas répondre mais je reste persuadée que vous ferez remonter ces questionnements.
    Il s’agit de la rémunération. Peut-on envisager une reprise de notre ancienneté de 6 ans dans le cadre de la future cdisation ? un grille de salaire, des échelons seront mis en place pour les futurs recrutés mais pour ceux déjà en poste ou bien dans leur 7ème année dans l’attente du cdi, peut-on espérer une revalorisation salariale (ou réclamer) ? Je vais plus loin dans mon questionnement, car cela me concerne plus précisément car j’ai été AVS emploi-jeune avant mes 6 années de contrats avs-aed, je suis donc dans ma 12 ème année de fonction avs, peut-on envisager une revalorisation salariale supplémentaire sur un contrat de droit privé (emploi-jeune)?
    Enfin, ma dernière question se dirige sur nos affectations. Effectivement, en ce qui me concerne, j’ai été avs sur une clis 4 pendant 11 ans (5 ans emploi-jeune, 6 ans aed) à temps complet (ce qui est assez rare dans le primaire mais le statut spécifique des clis 4 dans mon département nous le permet) bref début septembre je peux être prolongée (cdd dérogatoire), seulement mon poste a été pourvu et impossible de me renommer sur ce poste que j’occupe depuis 11 ans, car quelqu’un y a été nommé (chose que je conçois), d’un commun accord avec la personne qui positionne les avs dans mon département, j’accepte un poste d’avs-i mutualisée pour cette année de transition sur la même école que mon précédent poste, je signe un premier contrat avec une quotité de 100%( conforme à ma quotité initiale), ne pouvant faire le nombre d’heures je dois effectuer une journée complète le mercredi en lycée, d’un point de vu personnel, maman de 3 enfants avec frais de garde onéreux pour le mercredi je décide de basculer à 80 %, ma question est donc la suivante : au moment de la cdisation va t-on se souvenir qu’initialement j’occupe un temps complet ? Et puis-je bénéficier d’une priorité au prochain mouvement afin de récupérer le poste que j’ai occupé 11 ans (c’est ce qui m’a été dit en septembre 2013 au moment de ma prolongation, mais j’ai l’impression que ce n’est plus vrai)?
    Enfin, je comprend le désarroi des avs en cae-cui, et je comprend leur sentiment d’injustice et pour argumenter en leur faveur, je dirai qu’au bout de 2 ans, on commence tout juste à se sentir bien dans sa fonction d’avs d’où l’intérêt de laisser en poste tous ceux qui ressentent cette vocation et de les laisser acquérir leur compétence. Pour ma part, j’ai beau avoir un niveau d’étude convenable (une licence) c’est l’expérience qui m’a formée et certainement pas au bout de 2 ans !

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation sur l’aspect « rémunération »
      En l’état actuel, il est impossible de se prononcer sur ce qu’il en sera du mode de rémunération du personnel AVS passé en CDI. Les conditions d’applications de cette cédéisation sont en cours de réflexion, de tractations, de négociations, de …..dans les couloirs, les commissions, des audiences, des entretiens au niveau des ministères. Bien sûr, à ce sujet, l’Uneavs fait remonter les questionnements, lezs analyses, les constats de terrain, les préoccupations des salariés AVS (les votres bien entendu) sur le volet très sensible de la rémunération à sa juste valeur du salarié AVS cédéisé. Mais elle a un devoir aussi d’écouter des acteurs institutionnels, ministériels, politiques, syndicaux nous faisant part de ce qui relève du possible comme de l’impossible dans un environnement budgétaire très fortement contraint.
      Vis à vis de nos collègues, nous n’estimons pas honnête de « spéculer » à cette date d’aujourd’hui sur ce que sera cette rémunération, son mode de calcul….trop de questions n’ont pas obtenu de réponses, donc nous restons sur la réserve tant qu’il ne nous sera pas présenté un document officiel de propositions du ministère pour avis.

      En réponse à votre interrogation sur « les conditions de reprise d’affectation en cédéisation ? »
      De nouveau à ce sujet, beaucoup trop d’incertitude plane à ce sujet. La position de l’UNEAVS reste la suivante au cas une proposition de CDI sera effectuée auprès d’un collègue AVS
      -Le temps complet doit être la règle, le temps partiel doit être l’exception librement choisie par le salarié AVS.
      -L’affectation en poste doit tenir compte de l’expérience et savoirs faire professionnels du salarié
      Nous attirons votre attention sur votre suggestion d’une « priorité de mouvement à accorder à une catégorie de personnel AVS cédéisé ». Cela implique la notion d’emploi permanent. Et qui dit emploi permanent dans la fonction publique implique nécessairement que tout personnel titulaire de l’éducation national est à même de revendiquer cette priorité d’occupation d’emploi.

      Au sujet de votre réflexion relative au collègues AVS sous contrat CAE-CUI, « j’ai beau avoir un niveau d’étude convenable (une licence) c’est l’expérience qui m’a formée et certainement pas au bout de 2 ans ! »
      Nous attirons simplement votre attention sur un constat réalisé par l’UNEAVS. la majorité des collègues AVS sous contrat CAE-CUI (quelque soit la nature de leur diplôme ou la durée de leur contrat: 24 mois à 60 mois) dispose d’une expérience professionnelle conséquente avant leur prise de fonction d’AVS au sein d’établissement scolaire. Ne soyez donc pas surpris si l’UNEAVS admet bien volontiers que des collègues AVS en contrat CAE-CUI, disposant d’une capacité indéniable à transférer, lors de mission d’accompagnement d’élève handicapé, des compétences, des savoirs faire, des savoirs être acquis de longue date, dépassent largement au bout de 2 ans en qualité professionnelle des collègues AVS en contrat assistant éducation arrivés à terme de 6 ans d’engagement.

  7. maury dit :

    Bonjour, peut on faire valider nos années d’EVS à fonction d’AVS sous contrat CUI-CAE (4 ans pour moi) dans le cadre des 6 années d’ AED -AVS en vue d’un CDI,,,??? Merci de votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « peut on faire valider nos années d’EVS à fonction d’AVS sous contrat CUI-CAE (4 ans pour moi) dans le cadre des 6 années d’ AED -AVS en vue d’un CDI,,,??? »
      Interrogation très pertinente. Lors des travaux interministériels sur la professionnalisation des AVS, posant la question lors d’une réunion, les réprésentants UNEAVS ont eu la surprise de constater que, du côté de la Degesco, cet aspect de valider des années de compétences et savoirs faire de salariés AVS sous contrat CAE-CUI passés ultérieurement sous contrat AED-AVS n’avait non seulement pas été imaginé mais leur paraissait impossible. Insistant pour en savoir plus sur cette étonnante « impossibilité », les représentants UNEAVS ont tout simplement constaté que, pour les representants Dagesco et une partie des acteurs assosciatifs du monde du handicap, trouvaient tout bonnement cela inconcevable, au nom de leur a-priori qu’un salarié AVS en contrat CUI-CAE ne pouvait pas être autrement qu’incompétent.
      Ce n’est nullement pas hasard si le 14 décembre 2012, lors d’une réunion de ce groupe de travail interministériel, nous avons commencé « à taper du poing sur la table » , puis en janvier, à ramener sur le tapis les faits implacables du terrain.Nous ne saurions être affirmatif: il semble bien que le MEN et le ministère de la Santé aient bien compris la position ferme de l’UNEAVS sur son refus d’une discrimination de traitement entre collègues AVS selon la nature de leur contrat (CAE-CUI ou AED) en matière de validation de savoirs faire et compétences professionnelles.
      Aujourd’hui, nous attendons toujours que lors de la mise en place du nouveau diplôme AVS à l’horizon 2014-2015, que ces savoirs faire et compétences des salariés AVS acquises lors de leurs années d’engagement professionnel au sein de l’éducation nationale soient pris en compte et quelque soit la nature de l’emploi occupée (contrat CAE-CUI ou AED).

    • cassin dit :

      Je suis stupéfait d’apprendre que les années evs fonction avs ne servent à rien dans le cadre de la « titularisation » 7,8,9 ans de CDD c’est vraiment beaucoup, ils pourraient au moins prendre une année dans le calcul.

  8. cathy dodin dit :

    Bonjour lu avec intérêt votre article, il est plus que probable que des centaines d’AVS resteront sans contrat à l’issue des deux années, tous les AVS sans le bac par exemple, et comment faire 6 années lorsque au bout de deux ans on se retrouve à la case « chômage »…..
    Je suis actuellement en CAE mais comme aide à la direction je fais 24h et je suis payée 20H , pour compenser les congés, je ne bénéficie pas de formation. Qu’en est-il donc de ces postes d’aide à la direction, je ne suis pas du tout auprès des enfants, que de l’administratif.
    Merci pour vos articles que je trouve très pertinents,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Qu’en est-il donc de ces postes d’aide à la direction ? »
      C’est bien ce qui nous inquiète. Malgré l’annonce du retour en force des EVS assistant administratif à la direction d’école lors de la rentrée, il n’apparait de perspectives claires à leur sujet aussi bien sur le plan de leur formation (pourtant annoncé conséquent) que sur le plan de leur reconnaissance professionnelle effective. Malgré les interpellations de l’UNEAVS auprès du ministère de l’éducation nationale, le silence en retour devient très pesant.

      • elodie1701 dit :

        Bonjour, il faut tout de même avouer que la formation qu’ils proposent est vraiment pour se mettre a l’abri des prud’hommes, car m’y étant inscrite, tout ce qu’il propose je l’ai déjà fait, le site fonctionne une fois sur 10, personnellement j’ai abandonné !!!! Je m’inquiète aussi pour la suite car fin juin c retour a la case chômage, alors que je suis formé sur un poste qui me plait et que le directeur va se retrouver seul ou va devoir former une autre personne.

  9. Ten de la Bidouille dit :

    Comment s’investir professionnellement auprès d’élèves en difficulté, les aider à s’insérer scolairement, faire preuve d’ingéniosité didactique pour les aider à acquérir une expertise scolaire à leur niveau, gérer leurs émotions, leurs débordements comportementaux, recevoir leur histoire souvent douloureuse, la relation avec les professeurs, les horaires, faire face à de multiples situations et une demande de souplesse à notre égard…alors qu’on est maltraité par une administration : salarié pauvre, jetabilité, côtoyer des collègues trois fois mieux payés, être embauché par un collège, payé par un autre et travailler dans un troisième, avoir un contrat d’AED et travailler comme AVS CO, courir après des formations qu’on ne vous propose jamais…Hein ? Comment ?…Ah oui, les élèves…

  10. munck corinne dit :

    bonsoir peux t on avoir plus de précision sur le dernier paragraphe  » La seule possibilité pour les CUI-CAE, qui souhaitent poursuivre leurs missions AVS, est de postuler sur un contrat AED-AVS. Cela pourra se faire notamment sur les nouveaux contrats créés (350 pour 2014) ou ceux devenant vacants (AED –AVS s’arrêtant avant le terme des 6 ans ou ne souhaitant pas intégrer le CDI). Cette possibilité va demeurer donc très restreinte, et le recours, massif dans les écoles, aux CUI-CAE pour assurer des missions d’AVS va perdurer. La « professionnalisation » reste donc au milieu du gué.

    A noter qu’il n’y a pas de conditions de diplômes pour ces contrats AED-AVS si le soutien apporté aux élèves en situation de handicap n’est pas pédagogique  »
    si toute fois on peux postuler pour ces contrat comment faire
    merci pour tous les renseignements donner sur votre site
    a une petite precision moi je suis avs depuis 3 ans et je peux allez jusqu a 5 ans

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « si toutefois on peux postuler pour ces contrat (AED-AVS) comment faire ? »
      2 démarches à effectuer:
      1ère démarche
      -Les candidatures aux fonctions d’AED-AVS sont recueillies par les académies, via l’application internet (SIATEN de votre académie) dédiée au recrutement d’agents non titulaires du ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche ; les candidats précisent :
      – les fonctions postulées ;
      – leurs voeux géographiques (par département, le cas échéant par bassin d’éducation et de formation) ;
      – le type d’établissement demandé ;
      – les éléments d’information concernant leur situation personnelle.
      2ème démarche
      Postuler à un poste AED-AVS auprès du service IA ASH de votre département
      -lettre de candidature (et de motivation)
      -joindre un CV
      Le fait de disposer de 3 années d’expériences professionnelles en matière d’accompagnement d’enfants handicapés permet de lever la restriction possession diplôme BAC nécessaire pour être recruté au titre de AED-AVS. Par ailleurs, sous condition d’éligibiltés précédentes, depuis septembre 2012, les postes d’assistants de scolarisation sont prioritairement accordés aux salariés AVS arrivés à terme de leur contrat CUI-CAE. Donc, ce n’est pas un scoop de première annoncé par les organisations syndicales SNUI-pp et le Snes dans leur CR d’audience relaté dans l’article.

      Vous précisez: CUI-CAE, je suis avs depuis 3 ans et je peux allez jusqu a 5 ans
      Il est probable que votre candidature à un poste AVS sous contrat AED sera pris en compte mais suspendu car vous êtes Ssusceptible d’être reconduite sur poste AVS en contrat CUI-CAE. le motif de cette suspension serait alors « bassement » budgétaire. Vous rentrez dans une catégorie budgétaire de personnel de l’éducation nationale qui demeure moins coûteux à assumer qu’un personnel AED-AVS.

  11. Cassin dit :

    Il me tarde de connaître la grille de salaire qui sera proposée, en sachant que la plupart des AVS/AED ont des contrats à temps partiel, les fins de mois risquent d’être compliquées!

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Attention ! le passage du Compte rendu d’audience sur la grille de salaire est relative à une « expression syndicale » défendant son point de vue et ne signifiant en rien qu’il sera retenu dans la pratique.

  12. sylvie dit :

    C’est une honte je suis actuellement avs de deux élèves dont un autiste et un trouble du comportement en classe clis très difficile on ne va tout de même pas nous jeter avec tout le mal que l’on se donne . Un peu de considération merci

Les commentaires sont fermés.