AVS, EVS, nous avons retenu pour vous dans la semaine du 16 au 23 septembre 2013

De la part d’une de nos partenaires syndicaux

blogAVS

Un blog pour vous écouter, vous renseigner, vous conseiller, vous accompagner le blog AVS du Sgen-CFDT

Recrutés depuis des années avec des contrats de statut différent, au hasard des politiques de l’emploi et des décisions gouvernementales, les professionnels qui remplissent les missions d’AVS ont des situations variées, mais tout aussi précaires les unes que les autres. Difficile de s’y retrouver dans ses droits, et ses interlocuteurs.

Le Sgen-CFDT n’a cessé de dénoncer cette situation scandaleuse et d’intervenir, avec la CFDT, à tous les niveaux, pour pérenniser les missions et stabiliser  les salariés.

Les propositions de contractualisation, annoncées par le Premier ministre à la fin du mois d’août, et mises en œuvre par le Ministre de l’Éducation, concernent une partie de ceux qui remplissent les missions d’AVS, ceux et celles recrutés avec des contrats d’AED, et en poste depuis 6 ans. Nous revendiquons que tous ceux qui ont rempli ces missions puissent bénéficier d’une pérennisation dans leur mission et d’une reconnaissance des acquis de l’expérience.

Au moment où s’ouvrent, enfin, des discussions sur la professionnalisation des accompagnants des enfants handicapés, ce blog a pour objectifs:

– d’accompagner tous ceux qui ont occupé les missions d’accompagnants des enfants handicapés, quel que soit leur statut, vers une stabilisation dans l’emploi.

– d’échanger sur les conditions de cette professionnalisation : statut, salaire, diplômes, validation des acquis de l’expérience, autant de sujets sur lesquels nous devrons nous engager.

Michelle Zorman, secrétaire national sgen-CFDT,

administratrice du site blog AVS du Sgen-CFDT

De la part de notre amie Isabelle Resplendino et son fils Wolfgang

ResplandinoetLangloys          Wolfgang

Veuillez trouver ci-dessous l’album photos de la journée du 17 septembre, Remise de la Légion d’Honneur à Mme Danièle Langloys, Présidente d’Autisme France et Dr Nadia Chabane, pédopsychiatre à Robert-Debré, récompenses bien méritées pour ces combattantes qui ont su tant apporter à la cause de l’autisme. Wolfgang et moi-même étions de la partie :

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10202152836768854.1073741852.1426627311&type=1&l=257e448635

Isabelle Resplendino

Publicités
Cet article, publié dans Divers, Informations syndicales, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour AVS, EVS, nous avons retenu pour vous dans la semaine du 16 au 23 septembre 2013

  1. VG dit :

    Bonjour
    Aide éducatrice puis AVS i k’ai cumulé 2 type de contrat pour au total 11 ans (5 ans d’emploi jeune et 6 ans d’AVS i) date de la fin de mon dernier contrat décembre 2010.
    Y a t-il pour nous une pérennisation envisageable ?
    Merci

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Y a t-il pour nous une pérennisation envisageable ? »
      Si on se base sur la circulaire MEN du 24 août 2013 relative au contrat « dérogatoire » pour les AED-AVS arrivant à terme légal cumulé de 6 années d’engagement dans l’éducation nationale, la cédéisation projetée courant 2014 peut être comprise comme uniquement réservée à des salariés AED-AVS en poste et à terme final de leur engagement (« dérogation incluse).
      Il n’est pas interdit de « penser » que des discussions, des réflexions, des négociations en cours ont lieu pour que les critères d’accès à la cédéisation soient élargis à d’autres salariés AVS (dont des ex-AVS en contrat AED ou contrat CUI-CAE) tenant compte de leurs compétences et savoirs faire acquis comme les votres.

  2. CHANAL dit :

    Bonjour,

    Je suis AVS depuis 8 ans :
    6 ans en contrat AED ; 2 ans en contrat CUI .
    Dans les différents commentaires, j’ai pu voir que certaines AVS obtenaient des dérogations pour pouvoir continuer un contrat.
    Devant l’impossibilité pour moi de signer un CDI (mon contrat AED s’est terminé avant janvier 2013) je souhaiterais demander une dérogation afin de terminer cette année scolaire que j’ai commencé.
    Pouvez me dire comment et où faut-il demander ses dérogations ?

    Merci
    Fabienne

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Pouvez me dire comment et où faut-il demander ses dérogations ? »
      Les dérogations exceptionnelles de prolongement de contrat CUI-CAE au delà de 24 mois relèvent de prérogatives propres au préfet du département. Une demande directe au préfet a peu de chance d’aboutir car relevant du pouvoir discrétionnaire de celui ci sensibilisé par une situation « particulière » d’une personne par des organismes tiers. Pour tout dire, la dérogation existe mais vous n’entendrez jamais un préfet l’affirmer ni dire qu’il l’a usité dans l’exercice de ses fonctions.

      • cathy01 dit :

        Bonsoir et meilleurs vœux pour 2014!
        Je confirme :il est possible d’avoir une dérogation du préfet pour une prolongation de cui même si l’on ne remplit pas les critères !Mais il faut avoir du monde derrière soi!!
        Mes 24 mois de cui se terminaient le 31/12/2013.Les parents d’élèves, les professeurs, le principal, les fédérations de parents d’élèves, le maire, le sénateur… sont intervenus auprès du cabinet du préfet,de la DASEN,du directeur de pôle emploi…pour que je puisse au moins finir l’année scolaire, et ,dans l’intérêt des élèves dont je m’occupe, cette dérogation a été accordée jusqu’au 6 juillet!! Comme vous dites: »qui ne tente rien… »
        Mais mon combat continue, je suis AVS depuis 2004 (en contrat AED puis CUI) et espère bien pouvoir bénéficier de la cédéisation!
        Avez-vous plus d’infos sur la cédéisation des AVS ayant terminé avant 2013/2014?

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          L’équipe UNEAVS apprécie beaucoup votre témoignage de votre combat pour conserver votre poste. Chapeau ! au passage. Elle démontre notre intime conviction depuis 2006: seul, le salarié EVS-AVS lui même est le mieux placé pour pouvoir rechercher les concours nécessaires pour définir, fixer, conduire avec pertinence son propre projet de vie professionnelle.
          En réponse à votre interrogation, « Avez-vous plus d’infos sur la cédéisation des AVS ayant terminé avant 2013/2014? »
          Nous venons de publier à l’instant un article sur les avancées à ce sujet. Cliquer ICI pour ledécouvrir.

  3. Djamila Merzougui dit :

    Bonjour à toute l’équipe .

    Tout d’abord, je tenais à vous féliciter pour votre site.

    J’ai commencé en mars 2011 avec un contrat CUI.
    Devant les progrès notoires de l’élève que j’accompagne, le professeur référant a sollicité auprès de l’inspection académique une demande de nouveau contrat , AVS-i Assed, au terme du CUI , avec 30heures ( justifiés par le passage de l’élève en classe de seconde).

    Je souhaitais avoir une précision ,s’il vous plait ,quand à la rémunération :
    Je viens de recevoir mon virement , une somme de 751€, pour 30 heures, cela est -il normal ?
    Nb: j’ai un enfant
    Merci pour votre réponse

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « Je viens de recevoir mon virement , une somme de 751€, pour 30 heures, cela est -il normal ? »
      Pour un salarié AED-AVS recruté pour la première année, il est usuel que la rémunération de son premier mois corresponde à un acompte. La régularisation définitive intervient lors du 2ème mois ou 3ème mois.
      En revanche, nous sommes dans l’incapacité de « déterminer » votre rémunération mensuelle sur la base de vos informations fournies. Il nous faut connaitre votre quotité annuelle temps de travail attribué par contrat de travail pour effectuer ce calcul.
      Nous vous invitons à fournir cette information pour une réponse plus précise.

      • Djamila Merzougui dit :

        Merci pour votre réponse , je vous préciserai les informations aussitôt connues.

  4. FORAY Anne dit :

    Bonjour à tous
    Sur un contrat aidé du 16/12/2009 au 15/06/2011 puis en contrat privé du 1er octobre 2011 au 1er juin 2012 puis contrat aidé de septembre 2012 à fin décembre 2013 (avec possibilité de reconduction )j’ai bien lu qu’ il y avait cotisation chômage par mon EPLE. Je suis arrivée en fin de droits au rectorat de Lyon (DPAID4C) puis-je prétendre à des indemnisations pôle emploi en tant que complément de salaire à compter de mes fins de droits au 1er septembre 2013 au rectorat ?
    Beaucoup de réponses sur les forums dans lesquelles je me perds ! Merci de votre aide à démêler tout ça…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, « puis-je prétendre à des indemnisations pôle emploi en tant que complément de salaire à compter de mes fins de droits au 1er septembre 2013 au rectorat ? »
      Nous pensons que cela ne soit pas possible. Le calcul de vos nouveaux droits à une allocation Assedic (ARE) s’effectuera à compter d’une inscription comme demandeur d’emploi à la fin de votre contrat CUI-CAE et non en cours de contrat.
      En revanche, vous avez la possibilté de vérifier auprès de la CAF de votre département si vous pouvez bénéficier du RSA activité. Ce dernier est une allocation permettant de « compenser » vos faibles revenus. Cette allocation est revisable tous les 3 mois. prenez contact avec la CAF à ce sujet.

  5. guillin dit :

    Bonjour,
    AVS en contrat Cui/Cae, je voudrais savoir si je dois effectuer plus que 20h/semaine (mon contrat), pour palier le nombres d’heures que l’on ne fait pas dans l’année, vu les vacances scolaires ? Attends votre réponse. D’avance merci. Sylvie.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      en réponse à votre interrogation, « je voudrais savoir si je dois effectuer plus que 20h/semaine (mon contrat), pour palier le nombres d’heures que l’on ne fait pas dans l’année, vu les vacances scolaires ? »
      La modulation du temps de travail d’un personnel AVS en contrat CUI-CAE aus ein de l’éducation nationale peut être appliquée par l’employeur sous réserve qu’elle était envisagée par la convention préalable à la signature du contrat de travail. Le calcul des heures effectives de travail doit tenir compte des éléments suivants:
      prise en compte des jours de congé obligatoire en cours de contrat et non en fin de contrat (2,5 jours/mois), la journée de solidarité n’est pas du par le salarié, Les jours fériés durant la période de travail effectif sont à comptabiliser comme journée travaillée et ne doivent pas faire l’objet de rattrapage, les jours de formation “imposés” par l’employeur ou l’IA durant la période de travail effectif ne doivent pas faire l’objet de rattrapage.

      pour avoir une vision rapide si une anomalie sur les horaires de travail, un contrat AVS (ou EVS) CUI-CAE débutant le 1er septembre et finissant le 30 août ne peut dépasser la barre de 26h45/hebdo sur 36 semaines. Cette barre dégringole très vite si le contrat n’inclut pas la période congé scolaire d’été juillet-août ou si le nombre de semaines service effectif augmente. Ainsi, par exemple, un contrat démarrant le 1er septembre se terminant le 30 juin ne peut être modulé qu’à hauteur maximum de 22h/hebdo sur 36 semaine.
      Pour contrôler et vérifier la légalité de vos haraires de travail, téléchargez le guide « quid de mes horaires de travail 2013-2014 ? »

  6. carla dit :

    Bonjour,

    Je viens de résigner un contrat pour un poste d’EVS pour 12 mois dans mon collège employeur.
    Pole emploi m’avait que j’avait seulement droit a 6 mois de renouvellement car j’ai déjà eu deux contrats de 18 mois en tout.
    Pouvez vous me dire si ce contrat peut être remis en question?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à votre interrogation, » Pouvez vous me dire si ce contrat peut être remis en question? »
      Contrat de travail signé par les 2 parties vaut acte d’engagement réciproque jusqu’à son terme. Quelque soit le motif invoqué, dites niet fermement à toute proposition de modification de contrat de travail ayant pour effet de raccourcir son terme. Si, après coup, employeur et pôle emploi réalisent d’ une erreur sur la durée effective de vos droits à renouvellement, laissez leur « se mordre les doigts » seuls. Ils sont assez grands pour cela et survivront.

  7. magali dit :

    bonjour,

    avez vous des nouvelles pour la mise en place des contrats en CUI uniquement ! ? postes EVS assistanat à la direction d’école ?
    comme évoqué récemment, RIEN ne semble avoir changé, voire en pire pour les contrats EVS assistanat à la direction d’école; puisque soumis à un contrat hebdomadaire de 20 heures théorique, mais de 23h45 de durée hebdo effective IMPOSÉE ! ( selon l’IEN de secteur ?) …
    il s’agit bien d’un contrat de droit privé avec l’EPLE du secteur … Rappel : « l’article L 5134-26 du code du travail n’autorise pas les employeurs de droit privé ayant conclu un contrat aidé à moduler son temps de travail. Qu’il s’agisse d’un CDD de droit commun ou d’un CUI, dès lors que la durée initiale du contrat est de moins d’un an, le temps de travail ne peut être modulé et est nécessairement apprécié en temps constant. »
    En outre, si vous ne « cochez  » pas les bonnes cases sur les documents soumis, cqfd : si vous ne souscrivez pas en fait à leur volonté ou obligation ; Ex : cocher OUI pour la modulation, vous êtes tout simplement rayé des listes des candidats pour ce poste… d’autres « exigences verbales  » cette fois semblent également hors cadre du contrat de travail, comme suggérer fortement de prendre en charge  » tout SEUL  » un groupe d’élèves en cycle élémentaire ! ils ont surement prévu d’affecter le candidat à la surveillance de cour désormais ? !
    est ce que tout ceci est prévu et légitime dans le « programme  » de cette rentrée scolaire ?
    merci de répondre Yves ! 🙂
    Magali

    • briand0493 dit :

      Bonjour Magali,

      En réponse à tes interrogations sur l’application de la modualtion temps de travail par des EPLE.
      L’article L5134-26 du code de travail précise ainsi: « …Lorsque le contrat de travail, associé à l’attribution d’une aide à l’insertion professionnelle accordée au titre d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi, a été conclu pour une durée déterminée avec une collectivité territoriale ou une autre personne de droit public, la durée hebdomadaire du travail peut varier sur tout ou partie de la période couverte par le contrat, sans être supérieure à la durée légale hebdomadaire. Cette variation est sans incidence sur le calcul de la rémunération due au salarié….« .
      L’EPLE étant un établissement de droit public, il peut donc appliquer la modulation temps de travail pour du personnel EVS ou AVS en contrat CUI-CAE.
      En revanche, un étalissement scolaire de droit privé (cas de l’enseignement privé) ne peut appliquer la modulation temps de travail pour du personnel dont la durée totale de leur engagement contrat CUI-CAE est inférieure est moins d’un an. Un accord de branche professionnel spécifique à l’enseignement privé ne lui autorise pas cette pratique.

      Des substilités liés au code du travail qui fontt objet de longues discussions, débats et plaidoiries auprès des tribunaux des prudhommes depuis 2009 avec le succès plus ou moins favorable au salarié.

      Ainsi, ce qui caractérise la mise en place de la vague du personnel EVS au sein de l’IA29 depuis début septembre est le luxe de précaution pris par les futurs employeurs EPLE lors des recrutements et des établissements de contrat… pour s’éviter plus tard des procédures prudhommales avec des salariés EVS, particulèrement bien informés de leur droit. Expérience aidant, nous savons que tout ce luxe de précaution n’empêchera pas des dérives dans la pratique de la part d’employeur EPLE, négligent sur leurs obligations à l’égard du personnel EVS et AVS en contrat CUI-CAE.

      • magali dit :

        Sapristi ! 😉
        mais quel Courage , quelle Audace, quelle Détermination il faut !!! pour observer, identifier, déterminer, analyser pour parvenir ENFIN et surtout à « dégoupiller » tous leurs micmacs !! c’est tellement Honteux ce système ! c’est vraiment ATROCE d’avoir à « assumer » avec ces gens là qui prétendent « diriger » … pauvre France !!
        Encore et Toujours Mille Mercis à Yves 🙂 et à l’équipe qui n’ont de cesse de Proclamer, de Démontrer, de rendre publique ; toutes les aberrations, les contradictions, les effroyables réalités de ces emplois précaires à n’en plus finir !!
        Nous savons Tous ici que bien heureusement de belles rencontres parfois se réalisent certes à travers ces divers emplois, euh je veux dire ces « sous emplois » comme « ils » l’envisagent !! mais à quel prix en fin de compte ! … à Quel Prix ?
        Alors COURAGE ! jusqu’à ce que Justice soit Rendue !
        Magali

  8. Magali dit :

    Moi j’ai terminé le 25 JUILLET , les parents des 2 enfants que je suivais depuis 2 ans voulait vraiment que je puisse continuer , j’ étais en cui donc on a demandé d ‘avoir un poste d ‘avs avec un contrat public mais comme je n’ai pas le bac ils ont refusé par téléphone ….Je veux continuer à me battre, pouvez vous m’aidez?? moi et les parents doit-on faire une dérogation ??où? C’ est injuste !!!! je n’ai pas le bac mais j’ai tout à fait la capacité sur le plan scolaire de pouvoir continuer à les aider…La je souhaite écrire au ministre de l’ éducation nationale et voir même le président….Bon courage à toutes les evs et avs…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      En réponse à vos interrogations, « Je veux continuer à me battre, pouvez vous m’aidez?? moi et les parents doit-on faire une dérogation ??où? »
      Votre témoignage ici même est déjà le premier pas du combat vers la reconnaissance professionnelle « oubliée » dans les mesures gouvernementales au mois d’août pour les collègues AVS CUI. Systématiquement, nous faisons remonter vos témoigagnes, vos attentes vers nos partenaires syndicaux, autres qui les répercutent vers le MEN et le ministère de la santé. Autrement dit, l’équipe UNEAVS ne se contente pas de « répondre » à vos questions, il agit en mobilsant tous les moyens dont ils disposent actuellement. Votre soutien, votre détermination, votre dignité clairement affichée, vos démarches d’action personnelles (lettre au ministre, au président…) ou collectives sur votre terrain local (école, …) seront autant de signaux fort porteurs de sens que vous souhaitez donner à votre combat: la reconnaissance professionnelle pour tous sans exclusion.

  9. DAME dit :

    Bonjour,
    Je suis EVS direction en école maternelle depuis presque 4 ans, j’ai donc les tâches administratives, et j’aide les enseignantes dans leur classe car il y a 3 ATSEM pour 4 classes, lorsque l’une d’elles est malade (délai de carence 3 jours sans remplacement) c’est moi qui la remplace.
    Cela fait également 4 ans que j’interviens pour aider les enfants avec un handicap car ils n’ont pas toujours d’ AVS. Pour arriver à joindre les 2 bouts je suis maintenant animatrice dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires donc avec un deuxième employeur, la mairie.
    Ne pensez-vous pas qu’il aurait été possible de prendre les EVS qui connaissent très bien les enfants de leur école pour intervenir dans ces nouvelles réformes?
    Dans tous ces articles je vois AVS, AED, mais les EVS/D elles sont oubliées dans l’histoire pourtant il en reste et elles passent de très mauvaises nuits…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      OUi. Les EVS ces temps ci passent de mauvaises nuits….L’équipe UNEAVS en a conscience à travers la liste des commentaires qui parlent beaucoup des AVS, des AED…Nous les « oublions » pas. Chaque membre de l’équipe UNEAVS ne peut le faire. Tous, individuellement, à différentes étapes de leur vie professionnelle passée, ils ont été eux-mêmes EVS. Ils connaissent tous le prix de l’oubli. Si ils demeurent soudés dans un combat vers plus de justice sociale, plus de solidarité envers leurs collègues EVS et AVS depuis 2006, c’est qu’ils ont compris une chose: nous n’avons rien à perdre puisque nous possédons rien, mais nous avons tout à gagner du moment qu’on ne reste pas les bras croisés à pleurer sur notre sort, à « écouter » les faiseurs de rêve et d’espoirs sans lendemain.

  10. Aurélie dit :

    Bonsoir,
    En stand-by pour la rentrée scolaire, après 6 ans de statut AVS sous contrat ASEN,
    l’Inspection Académique a reconsidéré mon dossier suite à une demande de dérogation auprès de l’Inspectrice. Le soir de la rentrée du 3 septembre dernier, l’IA m’a appelée en urgence pour m’annoncer ma reconduction suite à l’acceptation de ma dérogation…
    Reconduction au poste similaire où j’étais censée avoir terminé mon année, auprès d’une enfant déficiente motrice en PS maternelle….
    Je dois m’estimer heureuse, car les autres collègues ont été reconduites à des postes dans le Secondaire avec 41h à faire !!!
    Le cas de cette enfant n’avait visiblement pas été examiné pour la suite de son accompagnement avec une nouvelle AVS, car personne n’a été nommé pour le jour de la rentrée !!!
    ( je rappelle, que d’après l’IA, mon dossier était inéligible au 5 juillet dernier pour cause d’arrêt de contrat de 8 jours entre 2 signatures sur 6 années d’exercice, et ce, pdt des vacances scolaires !!!)
    Cette situation est lamentable pour les enfants, leurs familles, l’équipe enseignante….et pour nous les AVS ! qui sommes en attente de directives claires !
    Le contrat que je viens de recevoir hier, stipule un CDD de 10 mois, avec « une quotité de 38h30 » à faire ! Pour un temps plein, donnant droit au SMIG…
    Mon emploi du temps est déjà complet sur 5 jours, journées complètes ( cantine incluse ).
    Le max que je puisse faire est 34h40 !!!
    C’est aberrant…Dans le livret d’accueil des AVS, on parle de 32h à 80% et de 41h à 100%;
    Est-ce le cas dans d’autres académies ???
    Je vous remercie d’apporter de l’eau à mon moulin, y-a- t-il d’autres cas similaires à ma situation ?

    • briand0493 dit :

      Bonjour,

      En réponse à votre interrogation, « Est-ce le cas dans d’autres académies ??? » et suivante « Est-ce le cas dans d’autres académies ??? »
      La situation que vous décrivez n’est pas isolée. Des variantes similiares décrites par des collègues AED-AVS bénéficiant d’une dérogation dans le cadre de la circulaire MEN du 24 août 2013 indiquent des rappels en poste ou d’affectation établis dans l’urgence par les IA. Ces dernières, de surcroit, n’ont pas adopté des positions uniformes entre département ou académie sur l’application de cette circulaire.
      Par exemple, des collègues, AED-AVS-CO 6 années durant au sein de CLIS/ULIS se retrouvent avec un poste « imposé » d’AVS-I ou d’AVS-M au sein d’un, deux établissements scolaires……no comment
      Autre exemple: des collègues AED-AVS qui se voient refuser une dérogation pour une 7ème année de contrat car n’ayant pas accompli, entre le 1er janvier 2013 et le 31 août 2013, pile poil 72 mois de mission AVS. Vous avez échappé à cette décision.
      Autre exemple, à notre sens plus grave et injurieux au regard de nos collègues AVS en contrat CUI-CAE: des IA accordant des dérogations à des collègues AED qu’ils aient accomplis indiffémment une mission vie scolaire, assistant pédagogique, une mission AVS en cours de leur 6 années cumulées de contrat. commentaire: Les collègues AVS en contrat CAE-CUI (dont certains cumulent entre 5 ans et 11 ans d’expérience comme AVS) n’auraient pas tort de « penser » que nous ne sommes plus là dans des affectations dans l’intérêt des besoins des enfants, des attentes des familles et des équipes pédagogique mais dans une lamentable et pitoyable course à l’échalotte CDI.

      S’agissant vos horaires de travail, il faut garder raison. Vous disposez d’un contrat AED-AVS d’une durée de 10 mois. La base de calcul de votre temps effectif de travail est de 1330h et non de 1607h sur un an (base de calcul du livret cité). Sur ces 10 mois, vous bénéficiez de 2,5 jours par mois de congé soit 25 jours, accordés durant ces 10 mois de contrat. Nous vous invitons à vérifier la légalité de votre répartition de vos horaires de travail sur la période scolaire établis par votre chef d’établissement par l’intermédiaire du document « quid de mes horaires de travail -20123-2014 ». (téléchargeable en cliquant ICI).

    • Eve dit :

      Bonjour Aurélie, AVS de septembre 2003 à fin janvier 2013, j’ai travaillé au Lycée auprès d’un IMC 42 h 50 par semaine, (cours, repas, toilettes) c’est épuisant ! Au collège faire 36 heures auprès des élèves (c’est le maximum, les cours sont de 8 h 30 à 17 h 10) là aussi c’est épuisant !
      Le métier d’AVS devrait être rémunéré aux compétences et en fonction de la fatigue physique et intellectuelle que cela engendre. Quand on sait qu’un prof agrégé est présent 12 h et bien payé, ça fait réfléchir. Certes les profs ont des corrections des préparations. Mais nous il faut que nous soyons polyvalents, adaptables…
      Le SMIC est une misère comparé à ce que l’on permet, c’est à dire la scolarisation des élèves handicapés.
      Mes contrats précédents (département du 28) imposaient des heures de formation et des accompagnements en centre de loisir pour compléter les heures que nous ne pouvions pas faire à l’école primaire qui souvent ne travaillait que 4 jours.
      C’était juste personne ne se plaignait ! bien sûre tout(e)s les AVS ne suivaient pas les formations à cause des problèmes de garde d’enfants le mercredi mais bon !
      Voilà le bilan de mes dix années, je regrette sincèrement que malgré les nombreuses démarches, la reconnaissance du rôle des AVS n’ait pas eu lieu plus tôt !
      Pour info 8 jours de coupure entre 2 contrats ne comptent pas, il me semble que c’est plus.

  11. sylvie dit :

    Vous avez raison il faut nous défendre nous les avs en cui cae je suis actuellement en clis avec un enfant autiste très difficile avec aucune consigne alors il faut reconnaitre notre métier.

Les commentaires sont fermés.