C’est sorti !! Rapport "Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap" de Madame Pénélope Komitès

enfin

Communiqué de presse de Marie-Arlette Carlotti
Le groupe de travail interministériel présidé par Pénélope Komitès a remis ce mardi 25 juin 2013 à Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin son rapport intitulé « Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap ».

Ce rapport fait écho à la déclaration du Président de la République le 9 octobre 2012 : « je considère comme essentielle la valorisation du métier des personnels non-enseignants, qui accompagnent les élèves handicapés, souvent sans reconnaissance et avec des contrats précaires ».

Le 16 octobre 2012, Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin ont présidé l’installation du groupe de travail composé de parlementaires, d’élus locaux, de syndicats, d’associations et de représentants de l’Etat. C’est donc dans la concertation que ce rapport a été élaboré avec l’objectif de répondre à une double exigence du Gouvernement : le combat pour l’emploi et la priorité à la jeunesse, en particulier à la jeunesse en situation de handicap.

Cette attention aux enfants handicapés s’est traduite dans la création de 1500 postes d’auxiliaires de vie scolaire à la rentrée 2012. A la rentrée 2013, comme l’a annoncé Vincent Peillon le Ministre de l’Education nationale devant le Sénat, 8000 postes d’accompagnants supplémentaires seront financés. Il s’agit là d’un effort sans précédent puisqu’en l’espace de seulement deux ans, le Gouvernement aura augmenté de 30% le nombre des accompagnants.

Le Gouvernement met tout en oeuvre pour donner un nouvel horizon à la jeunesse. A toute la jeunesse. Le Gouvernement s’attache notamment à renforcer l’école de la République pour que chaque enfant acquière les moyens de son autonomie et de son émancipation.

Parallèlement à l’effort considérable réalisé en termes de créations de postes, le Gouvernement veut agir pour la professionnalisation des accompagnants.
Le rapport remis aujourd’hui sera examiné en perspective du Comité Interministériel du Handicap qui se tiendra sous l’égide du Premier Ministre.
Le soutien à la scolarisation des enfants handicapés participe de la volonté du Gouvernement de faire de la société française une société plus solidaire, plus soudée et plus unie

Rapport « Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap » (pdf – 440.8 ko)

L’UNEAVS, à travers son représentant, était présent lors de l’annonce de la sortie publique officielle de ce rapport, mardi 25 juin 2013, Paris.

Outre un compte rendu d’impression de la cérémonie de remise, une analyse de ce rapport a été lancée par l’UNEAVS.  De fait, nous attendons vos commentaires à ce sujet afin de refléter ultérieurement votre ressenti, vos remarques, vos commentaires, vos critiques, vos colères ou vos espoirs à venir.

Nous rappelons à nos collègues AVS que ce rapport présente un ensemble de “préconisations” et qu’il appartiendra au seul gouvernement de retenir ou non l’ensemble ou une partie de ses préconisations. Il est envisagé que les décisions définitives ministérielles sur ce projet de “professionnalisation des accompagnants jeunes handicapés” seront actées dans le courant de septembre 2013.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

60 commentaires pour C’est sorti !! Rapport "Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap" de Madame Pénélope Komitès

  1. pierre dit :

    bonjour,

    AVSI depuis 5 ans, je me demande s’il est judicieux de reconduire ma dernière année d’AVSI en septembre 2014 plutôt qu’en septembre 2013 comme me le propose l’I.A. Je peux bénéficier pendant un an du chômage et être en poste en septembre 2014 quand le gouvernement se décidera à faire quelque chose pour les avs. Est-ce judicieux?

    • briand0493 dit :

      Bonjour Pierre,

      Oup là ! nous saisissons bien votre votre réflexion mais sans trop vouloir vous offenser, votre demande de conseil s’apparente plutôt à celle d’un joueur de « poker » qui s’assurerait auprès de Madame Irma du coup gagnant à coup sûr.
      Honnêtement, ce site ne se permet pas d’établir des supputations sur l’avenir. Expérience aidant, nous nous en tenons à fournir simplement des informations fiables par source validée et actée permettant une lecture de ce qui se met en place pour les collègues EVS et AVS et non de ce qui pourrait éventuellement leur arriver.Nous estimons que vous et nos collègues ont besoin de certitudes dans le cadre de leur fonction et non d’effets d’annonce créant incertitude, incompréhension et espoirs pour de décevants lendemain.

      Aussi, à votre question dans le cas présent » Est-ce judicieux?« , nous préferons avoir l’honneteté de vous dire que ce ne serait pas judicieux par respect à votre égard de décider à votre place d’un choix de vie professionnelle et personnelle oscillant entre certitudes et incertitudes.

    • exavs dit :

      Bonjour,
      Si tu ne reconduis pas ton contrat, ça veut dire que tu démissionnes ! De fait, ça n’est pas certain que l’I.A. te réembauche…
      A ta place, je continuerai mon contrat pour être justement en poste, quand l’Etat décidera la mise en place des AJH.
      A vouloir jouer sur les deux tableaux, tu risques de tout perdre…mais ce n’est qu’un avis.
      Bon courage à toi

      Note des modératrices Anna et béa: réponse pertinente et judicieuse de notre collègue exavs et réponse alambiquée style papou de l’administrateur Yves dans le cas présent. Ce dernier faisant sa crise macho en ayant traité exavs de « chipie », nous nous chargeons pour elle de lui redresser les oreilles.

      • exavs dit :

        Merci Anna et Béa de « redresser les oreilles » à cet administrateur qui me traite de « chipie » : j’ai laissé passer cette pique ! Comme vous êtes deux, pourriez-vous, en plus, lui botter les fesses à ce malotru ?
        Merci à vous.

    • Eve dit :

      Bonjour,
      Il vaut mieux se méfier de ce genre de proposition, li y aura rupture de contrat, ce faisant tu risques de perdre certains avantages liés à l’ancienneté si quelque chose est fait !
      Je le souhaite à ceux encore en poste, mais le budget est prioritaire sur l’humain par les temps qui courent.

  2. Nathalie avs dpt17 dit :

    Ce qui est vraiment regrettable, c’est qu’un bon nombre d’AVSi et co vont se retrouver à pôle emploi à la rentrée et pour certaines à la fin de la semaine. Ces AVS expérimenté(e)s et pour beaucoup formé(e)s par leur propre initiative par le biais de VAE et autres, vont je l’espère rebondir et trouver un autre emploi car il n’est pas possible pour tout le monde d’attendre patiemment que ce rapport (ou du moins une partie) soit mis en œuvre. Je pense que c’est un beau gâchis autant pour les enfants, que pour nous, sans oublier toutes les équipes enseignantes qui nous entourent… et pour eux…une belle perte de temps. Est-il si compliqué de prolonger le personnel AVS déjà formé avec de l’expérience, le temps que les choses avancent concrètement ? Un CDD de plus au point où nous en sommes n’est pas un problème si toutefois nous devions enfin exister l’année prochaine.

    • briand0493 dit :

      Bonjour Nathalie,

      Pour répondre à votre question, « Est-il si compliqué de prolonger le personnel AVS déjà formé avec de l’expérience, le temps que les choses avancent concrètement ? Un CDD de plus au point où nous en sommes n’est pas un problème si toutefois nous devions enfin exister l’année prochaine. », nous sommes obligés de vous faire remarquer:

      1 – c’est à la demande majoritaire d’associations de parents d’enfants handicapé que les travaux interministériels sur la professionnalisation ont comporté comme objectif prioritaire de traiter d’abord à la problématique des besoins d’accompagnement exprimés par les parents en fonction des besoins repérés des enfants/jeunes adultes.
      2- l’UNEAVS, avec le soutien de quelques organisations syndicales et d’interlocuteurs plus attentifs à notre discours, a bien tenté d’alerter le groupe de travail sur l’urgence à considérer également la problématique de l’existant AVS, ses conditions de travail, les contrats AVS arrivant à terme entre le 30 juin et fin août 2013. Il vous suffit de lire le document de synthèse UNEAVS des réunions de travail (lien article ICI pour vous rendre compte par vous même toute la difficulté des représentants de l’UNEAVS à faire « émerger » ce qu’elle pressentait déjà de la situation présente.
      3- si les représentants UNEAVS ont ainsi tenté d’alerter c’est parce qu’ils avaient déjà en tête votre question « est-ce très compliqué de prolonger du personnel AVS déjà formé avec de l’expérience » et sa réponse qu’elle a largement eu d’étudier entre 2009 et 2012 qui se résume à: OUI. c’est très compliqué de prolonger du personnel AVS déjà formé avec de l’expérience »

    • Eve dit :

      Bonjour Nathalie,
      Je suis d’accord avec toi pour dire que c’est du gâchis et que ça coûte de l’argent !
      En effet les formations des AVS sont chères, le chômage des anciennes AVS plus le salaire des nouveaux et nouvelles embauchés creusent encore plus le déficit.
      Certains et certaines AVS ne retrouvent pas de travail.
      Je ne parle pas des compétences gâchées !

    • karine dit :

      entierement daccord! mon contrat s’est terminé fin juin 2013 et maintenant ils nous pondent leur titularisation!! ou est la logique moi je suis maintenant au chomage alors que jai fait ce métier pendant 2 ans et je voulais continuer mais mon contrat était maximum de 2 ans!!! alors pourquoi ne pas rapeller les anciens contrats plutot que d’en recruter à nouveau!!! je suis scandalisée!

  3. Saya dit :

    Bonjour, je suis avs i (1 an en contrat cae et 6 ans sous contrat aed) pour moi la rentrée de septembre se fera au pôle emploi!!!
    J’ai vu sur le site de la FNASEPH une attestation de compétences destinée aux avs pouvez-vous me renseigner sur ce dernier?
    Qui le délivre? À quoi nous sert ce document? Pourquoi ne me l’a t-on pas donné? Merci beaucoup.

    • briand0493 dit :

      Bonjour Saya,

      Désolé, l’UNEAVS ne souhaite pas s’exprimer sur les initiatives actuelles de la Fnaseph en direction du personnel AVS-AED en fin de contrat actuel. Nous vous invitons à vous s’adresser auprès de cette association pour la réponse à vos questions.

      • Saya dit :

        Merci pour votre réponse rapide. j’imagine que c’est un tas de papiers que je pourrai mettre au fond d’un tiroir.

        • briand0493 dit :

          Pas de commentaire.

        • exavs dit :

          Bonsoir Saya,

          Logiquement, l’attestation de compétences est envoyée par l’Inspection Académique à ton établissement. Si ton chef d’établissement ne l’a pas reçue, demande-la : c’est ton droit. Tu passes un entretien avec ton supérieur hiérarchique qui remplit l’attestation.
          Par ailleurs, non, ce n’est pas un papier qui reste au fond d’un tiroir parce que ça peut t’être utile, voire indispensable, si tu décides te passer une VAE DEME, par exemple ou apparemment, bientôt une VAE AJH.
          Alors n’hésite pas ! Prépare ton entretien en précisant quelles activités tu as mis en oeuvre avec tes élèves accompagnés, en quoi tu les aidais etc…

          Cordialement

        • briand0493 dit :

          Pour Saya,

          Je confirme l’information pertinente transmise par exavs.
          Cette attestation de compétences résulte de la circulaire n°2008-100 du 24-7-2008 relative à la formation des auxiliares de vie scolaire. NOR : MENE0800533C Elle est téléchargeable ICI.

          Elle se révèle utile dans le cas d’une démarche VAE engagée par la salariée AVS. La circulaire en précise d’ailleurs les diplomes accessibles sur la base de l’expérience acquise au titre d’AVS. Il est vraisemblable effectivement que le diplôme AJH dès qu’il sera acté officiellement par le MEN et le ministère de la Santé fera partie des diplômes accessibles.

        • Saya dit :

          Merci briand et exavs!!! Ça me donne une touche d’espoir de voir quelque chose de positif sortir des ces années de galère!!! Bon week-end!!!!

    • Silvia dit :

      Bonjour,

      Le 20 juin dernier, Vincent Peillon a annoncé la création de 8000 postes pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap pour la rentrée de septembre 2013, en savez-vous un peu plus? S’agit-il (encore) de CUI? Merci pour votre réponse!!

      • briand0493 dit :

        La question était adressée à Saya mais je me permets de répondre à la question posée:

        OUI. 8 000 postes AVS (sous contrat CUI-CAE -durée minimale du contrat: 24 mois, + si salarié engagé dans un processus de formation qualifiante ou reconnu TH). Ces 8 000 postes AVS dont la mise en place s’effectuera progressivement à compter du 1er septembre 2013 s’adresse de préférence à un public jeune (18-25 ans) primo-emploi.
        Il n’est pas inutile de « penser » que dans un contexte de chômage plus que préoccupant, l’institution éducation nationale se doit montrer l’exemple en matière de valeurs de solidarité et de justice sociale à l’égard d’une catégorie de personnes particulièrement défavorisées sur le marché de l »emploi à leur sortie de leurs études.

        • laure dit :

          Création de poste???? plutôt remplacement vu qu’au bout de deux ans on nous dit gentilment aurevoir et retour au pole emploi! Je ne vois aucune avancé et surtout arrete de dire qu’il y a création de poste c’est totalement faux!

        • exavs dit :

          Laure a raison : aucune création de postes véritables ! Il s’agit, en fait, de faire baisser les chiffres du chômage pour la rentrée. L’état jongle avec les chiffres et joue au Yo-yo avec les AVS : une fois je t’embauche, une fois je te jette…
          C’est ça que les politiciens apprennent à l’ENA : la manipulation. Seulement, il y a des gens derrière les chiffres.
          C’est désespérant que personne ne trouve de solutions.

    • Eve dit :

      Bonjour, si cela peut te console, je n’ai pas d’attestation de compétences, chaque fin d’année les enseignants avec lesquels je travaillais faisait un bilan..

  4. leroy laurence dit :

    Bonjour,
    je suis AVS depuis le 05/09/2011 en CLIS (une classe 12 élèves) mon avenant se finnissait le 30/06/2013 et ho surprise j’ai signé le 24/06/2013 un autre avenant qui prolonge mon contrat jusqu’au 04/09/2013. Je suis donc ravie de finir l’année avec ma classe et de reprendre quelques jours en septembre.
    Mais que vais-je devenir le 05/09/2013, pôle emploi ou espoir d’un autre avenant au vu du rapport publié le 25/06/2013, car pour une VAE il faut 3 ans d’activités, mais les CUI c’est 2 ans, il me manque 1 an et je rentre pas dans les critères pour un prolongement (47 ans, pas de RSA et pas de handicap).
    Faut-il èspérer ou pas ? Si quelqu’un peut me renseigner.
    Cordialement.
    Laurence.

    • briand0493 dit :

      Bonjour Laurence,

      Et bien, nous sommes quelque peu surpris que votre contrat soit prolongé de 2 mois et 5 jours, et ce, de surcroit durant la période d’été. Vous avez cette chance unique d’obtenir une prolongation de contrat de travail où au titre de votre mission, il vous est demandé de vous mettre en vacances.

      Perplexe, nous serons tenté de penser plutôt qu’il y a eu erreur manifeste lors du traitement de votre dossier,…à votre avantage. Compte tenu des données de situation que vous transmettez, vous n’étiez pas susceptible d’être reconduite aù delà de 24 mois. Reste que votre contrat est signé et l’employeur ne peut revenir en arrière. Nous vous suggérons tout de même de demander des explications auprès de votre employeur et votre référent Pôle emploi pour votre devenir à la rentrée scolaire. Nous pouvons aussi penser que cette erreur n’est pas anodine et que cette mesure pas banale de reconduction vous a été appliquée provisoirement en attendant d’autres propositions à venir.

      S’agissant la VAE de manière globale (et cela s’appliquera pour le diplôme AJH): pour obtenir un diplome ou son équivalent, un salarié inscrit dans une démarche VAE doit pouvoir démontrer qu’il dispose d’abord de 3 années d’expériences professionnelles (taux plein) en lien avec la nature du diplôme visé. Autrement dit, si vous vous appuyez uniquement sur votre temps de contrat AVS actuel (24 mois à temps partiel), bien évidemment, ce sera insuffisant. Pour combler ce déficit, Il vous faut dès lors rechercher dans votre expérience professionnelle autre (voire expérience de bénévole attesté à titre associatif) tout ce qui est susceptible de rentrer dans le champ du diplôme visé.

      Cordialement,

      • leroy laurence dit :

        Merci de votre réponse, je ne pense pas que ce soit une erreur nous étions 18 à signer cet avenant
        il y avait quelques erreurs et mon référent à pôle emploi s’est mis en contact avec l’employeur et lui àà indiquer qu’ils avaient plus de 500 avenants à traiter en urgence (je suis dans le département de la Sarthe) . Je pense que ces avenants servent à faire nos 24 mois pour que personne ne rende compte au prud’homme des 22 mois au lieu des 24 assuré normalement par les CUI.
        Cordialement .
        Laurence

        • briand0493 dit :

          Bonjour Laurence,

          Cette décison d’allongement des contrats jusqu’à leur durée légale limite de 24 mois n’aura pas vraiment d’incidence sur une procédure ultèrieure engagée par un salarié auprès d’un tribunal des prudhommes.au contraire, il pourrait être aisément démontré que le maintien du contrat (nécessitant aucune rupture avec le contrat initial) et alors qu’il sera en période de travail non effectif que l’employeur « craint » pour le rentrée scolaire ne pas pouvoir satisfaire un besoin de travail durable et permanent dès la rentrée 2013-2014.

          Par contre, vous nous présentez une situation bizarroîde qui n’est pas « isolée ». C’est le type même d’indicateur d’alerte qui nous fait dresser les oreilles sur une possible modification d’attitudes des décideurs institutionnels (éducation nationale,ministère de travail) annonciatrices de changement à venir à l’égard du personnel EVS et AVS pour la rentrée. Merci de nous l’avoir signalé.
          Laurence,

  5. Maury dit :

    Merci pour tout votre travail, si ce texte porte ses fruits nous allons enfin être en cdi avec un diplome et un metier social reconnu, le rêve quoi, que du bonheur, j’ai hâte d’y être!

    • briand0493 dit :

      mdr. ironie mordante appréciée par l »équipe du site. Yves a noté « tiens, voilà, mon remplaçant ! qu’on le mette fissa en CDI. Je suis pressé de partir à la retraite »
      modratrice Anna

  6. ak59 dit :

    Je voulais rebondir sur ce vous disiez quant à la non obligation de faire des heures dans des activités extra-scolaires. Mais si on refuse, on sera toujours payés sur une base horaire au smic et donc quand on paye les gens en dessous du seuil de pauvreté, ne les contraint-on pas à faire des heures pour arriver à un niveau de vie décent? Quant à la prise en compte des années d’ancienneté sous des statuts précaires, je n’en parle même pas. Ce rapport ne parle pas des vrais problèmes parce qu’ils n’ont surtout pas voulu demandés aux premiers concernés leur avis c’est-à-dire aux avs. Et quand les réels problèmes ne sont pas soulevés, on ne peut pas apporter les bonnes solutions

    • briand0493 dit :

      Bonjour,

      Nous ne pouvons pas vous laisser dire que les réels problèmes ne sont pas soulevés dans ce rapport. La problématique de l’accompagnement des jeunes handicapés a été abordée sous l’angle du point de vue des parents d’enfants handicapés et des besoins de ce dernier. Sous cette angle là, les problèmes sont réels et bien identifiés dans ce rapport
      Une autre partie des réels problèmes n’a pas été abordée ou plutôt, elle a été ignorée.
      Vous y en mettez le doigt comme les représentants de l’UNEAVS l’ont tenté avec d’énormes difficultés de le faire durant la durée des travaux. Effectivement, ni les conditions de travail de l’existant ni celles à venir des AJH n’ont pu être abordé malgré nos demandes réitérées.
      De fait, nous nous en sommes aperçues tout le long des travaux. Madame Pénélope Komitès, contrainte par sa lettre de cadrage ministèriel et par un souhait majoritaire d’un lobbying associatif parent d’enfant handicapé d’ignorer cette problématique des conditions de travail du salarié AVS ou AJH pour des questions de méthode de travail, ne pouvait faire autrement que de s’en tenir aux préconisations majoritaires dégagées par ce groupe de travail telles qu’elles sont décrites dans le rapport.

  7. FORAY Anne dit :

    voici ma 11eme année actuellement en poste AVS-I, je suis passée par tous les contrats possibles pour durer sur ce poste qui devra finir en août 2014. j’ ai passé une VAE MONITRICE EDUCATRICE obtenue en octobre 2012. Je ne vois pas pourquoi j’irai me former plus sachant que j’ai aussi enseigné sur des remplacements après mon baccalauréat. J’avais connaissance des domaines de compétences attendus et des formations à valider pour ce diplôme d’ AJH, d’où le choix de ma VAE pour consolider mes compétences. En 2009 à la fin des années AED, j’ai signé auprès du recteur d’académie, une lettre de réembauche prioritaire si « le métier » était enfin reconnu….j’ai l’impression d’être ballottée d’ une décision ministérielle à une autre sans amélioration de statut et d’embauche. Priorité de réembauche pour qui ? sur quels critères ?….je dirai qu’on y a tous droit au vu de la précarité qu’on a du affronter et de tant de contrats qui se terminent, mais quel institution ou autre voudra bien en endosser la responsabilité…j’espère être « le bon pion » au bon endroit de l’échiquier.

    • briand0493 dit :

      Bonjour Anne,
      Nous enregistrons votre témoignage, votre questionnement dans notre réflexion en cours sur le Rapport Komitès.
      Effectivement étant monitrice educatrice,comment ou pourquoi je devrais m’astreindre à une formation AJH ou à repasser une VAE pour posséder ce diplôme AJH ?

      Cordialement,

      • Eve dit :

        Je réponds à Anne qui a obtenu le D.E.M.E par VAE.
        Je l’ai obtenu en 2009, ce qui me permet aujourd’hui d’intervenir dans des foyers de protection de l’enfance.
        Voyant que les conditions de travail et surtout la rémunération des AVS ne progressaient pas, j’ai changé de crèmerie !
        Les collégiens auprès desquels je travaillais me regrettent, moi aussi je déplore avoir du abandonner !

    • Silvia dit :

      Cela fait 8 ans que je suis AVS, mon dernier contrat a pris fin le 31 janvier 2013, j ‘ai également préparé et obtenu le diplôme de moniteur-éducateur par la VAE et je suis titulaire d’une licence pluridisciplinaire… j’espère vraiment qu’il y aura des pistes pour les personnes ayant validé leurs acquis…

      • Del dine dit :

        Comment peut-on être AVS plus de 6 ans? Je termine ma sixième année et mon vœu le plus cher ce serait de continuer en espérant que notre métier soit reconnu un jour en tant que tel.. Certaines disent qu’elles sont AVS depuis 11 ans?? Je ne comprends pas.. Eclairez-moi svp

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          La réponse est déductible du rapport page 8 et 9. En 1999, dans le cadre du plan handiscol, les premiers primo-« auxilaires de vie » sous contrat emploi jeune ont vu le jour. Ils travaillaient alors au sein d’association. En 2003, les AVS officiellement ont été créés sous contrat AED recruté par l’éducation nationale. Puis à compter de 2006 ont surgi progressivement le personnel AVS sous contrat CUI-CAE.
          Résultat: Vous rencontrerez effectivement actuellement des personnes ayant successivement occupé des fonctions d’AVS d’abord sous contrat emploi jeune, puis sous contrat AED, puis sous contrat CUI-CAE. Il est compréhensible qu’au bout de 11 années, un collègue AVS est envi d’autres choses que de vivre en perpétuelle précarité d’emploi, de conditions de travail misérables,de rémunération en guise de « survie » et de par ses compétences et savoirs faire accumulés, ne se considére plus comme un amateur de l’accompagnement scolaire des enfants handicapés mais comme un professionnel accompli.

        • Eve dit :

          BONJOUR,

          Effectivement il est possible de dépasser les 6 années.
          En changeant de département et d’inspection académique.
          La nouvelle inspection académique ne comptabilise pas les années déjà effectuées ailleurs !
          Ceci dit, la professionnalisation j’y avais cru. L’avenir nous dira si les progrès verront le jour !
          BON COURAGE à celles et ceux qui sont encore en poste.

        • briand0493 dit :

          Avis aux collègues: tout pertinente et tout simple l’information de EVE pour rester AVS (aed) au delà de 6 ans, déménagez de votre département tous les 6 ans !

  8. Yo dit :

    Bonjour,
    Je suis EVS administrative en école maternelle et le 10 septembre 2013, j’arriverai au terme de la durée légale des 24 mois.
    Je précise que j’ai 51 ans.
    Puis-je avoir l’espoir de voir mon contrat prolongé, voire pérennisé ?
    Si je me réfère à votre publication du 15 juin 2013 concernant la circulaire DGEFP 2013-09 sur les
    conditions d’éligibilité à une reconduction de contrat applicable par Pôle Emploi,
    Pour les CAE, la priorité est accordée :
    – Aux demandeurs d’emploi de très longue durée (18 mois d’inscription à Pôle Emploi dans les 24 derniers mois)
    – Aux demandeurs d’emploi seniors de plus de 50 ans
    – Aux bénéficiaires du RSA et autres minima sociaux
    Je suis donc dans les 2 premières situations, alors comment, et à qui m’adresser pour me faire entendre et mettre en pratique cette éventuelle reconduction ?
    Et si ce renouvellement est possible, quelle en est sa durée ?
    Pardon pour toutes ces questions, mais j’avoue être un peu perdue dans tout cela…
    Merci pour votre réponse.

    • briand0493 dit :

      Bonjour yo,

      En réponse à votre 1ère question « comment, et à qui m’adresser pour me faire entendre et mettre en pratique cette éventuelle reconduction ? »
      Vous devez dans un premier temps exprimer par téléphone et confirmer dans la foulée par courrier à votre actuel employeur, votre souhait d’ètre reconduit sur votre poste. Il n’est pas inutile de lui signaler votre situation : âge 51 ans, bénéficiaire du RSA socle et minima sociaux.

      Dans un deuxième temps, nous vous suggérons de vous mettre en relation avec votre référent pôle emploi ou référent suivi RSA pour exprimer également votre souhait d’être reconduit sur votre poste actuel en contrat CUI-CAE. Ce référent examinera avec vous la pertinence de votre souhait. Son accord pour une éventuelle reconduction sera déterminant pour l’employeur.

      En réponse à votre 2ème question,« Et si ce renouvellement est possible, quelle en est sa durée ? » la durée de cette reconduction doit couvrir la période effective scolaire. La durée moyenne conseillée par la circulaire MEN est de 12 mois.

      cordialement,

  9. ak59 dit :

    ce rapport est truffé de contradictions : il faudrait un cdi mais on n’en a pas parlé, il faut que les ajh interviennent partout mais tout compte fait non car cela nuirait à l’implication du personnel de l’accueil périscolaire ou autre et donc à l’inclusion des enfants.
    Cela reste encore très flou. J’ai encore eu la naiveté de croire qu’on aurait des réponses concrètes.Rdv en septembre !

  10. ak59 dit :

    Une majorité du groupe de travail a souhaité que cet accompagnement soit reconnu
    par un diplôme mais n’a pas souhaité le qualifier de métier estimant que le terme
    métier pourrait faire obstacle à la vision inclusive définie par la loi de 2005 et freiner
    les mises en accessibilité nécessaires »
    je voulais savoir si cette phrase du rapport ne choque que moi.
    Un rapport sur la professionnalisation des avs qui dit d’emblée qu’on ne pourra pas en faire un métier ! Je ne comprends pas tout. De plus, je me demande si la contrepartie au cdi ne sera pas chèrement payée par le personnel accompagnant. Je crains qu’ils ne veuillent du personnel taillable et corvéable à merci qui commencerait tôt le matin à la garderie et tard le soir avec des salaires proches du smic

    • briand0493 dit :

      Bonjour,

      Nous répondons à votre question car c’est effectivement un passage qui nous interpelle beaucoup au sein de l’UNEAVS. Jusqu’à présent dans les activités liès l’accompagnement des personnes handicapés en mileu de vie ordinaire (étude CEREQ -2008-auteur: Gayraud/Bruyère/Ulmann),il a été recensé jusqu’à 28 diplômes balayant 8 domaines d’interventions possibles. De fait, le diplôme AJH en lui même s’inscrirait dans ce paysage comme 29ème diplôme. La difficulté éprouvée par les représentants UNEAVS durant les travaux aura été d’essayer de comprendre les domaines d’intervention hors scolaires qui en définitive, malgré nos demandes réitérées, nous sont apparues considérablement floues.Cela partait un peu dans tous les sens mais sans doute est-ce plutôt lié à la « passion » des interlocuteurs désireux de couvrir à tout prix tous les champs possibles d’un accompagnement d’un jeune en situation de handicapé à travers son projet de vie. Peut être, parce justement cela reste flou, et qu’un métier c’est par définition clairement identifiable quand il est mis en pratique…qu’on ne peut pas parler encore de métier AJH…Oui, vraiment,cela interpelle.

      • exavs dit :

        Bonsoir,

        Le rapport définit un référentiel de compétences de l’AJH, ce qui n’a rien de « flou »: c’est LE point positif de ce rapport. En revanche, ce qui est troublant, c’est que tout en définissant un référentiel de compétences AJH, « clairement identifiable » donc, il réfute le métier d’AJH (p 34) ? C’est ce non-sens qui interpelle !

        Cordialement

        • briand0493 dit :

          Bonsoir,
          Oui. cela trouble beaucoup d’esprit de collègues AVS et cela nous interpelle forcément. Il faut accepter cette interpellation posant défi à notre sentiment confus d’appartenance à un corps professionnel spécifique, se la saisir pour mieux comprendre en quoi le terme « métier » pourrait faire obstacle à la vision inclusive définie par la loi de 2005 et freiner les mises en accessibilité nécessaires.

    • exavs dit :

      Bonjour,

      Un rapport s’intitulant « Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants… » et qui, finalement, refuse de qualifier cet accompagnement de « métier »… mais on marche sur la tête !
      Si j’ai bien compris, on aurait un nouveau diplôme « AJH » donc un statut avec une qualification et aussi une fonction, donc nos pratiques seraient utilisées pour la mise en œuvre du projet de vie du jeune en situation de handicap et malgré tout ça, on n’aurait pas de métier !!! sous le prétexte fallacieux que ce terme de « métier » « pourrait faire obstacle à la vision inclusive » du jeune. (p34)
      Je m’indigne, une nouvelle fois, du peu de considération que chacun fait du sort des accompagnants. Est-ce légal, d’ailleurs, de proposer une formation « diplômante » qui ne débouche sur aucun métier ?
      Ce rapport professionnalise sans professionnaliser, c’est ubuesque. Rien n’a donc changé pour les AVS, ça restera toujours un non-métier.

      Beaucoup de flou, encore, dans ce rapport : CDI à l’EN Non car l’accompagnement s’effectue au-delà de l’école, après Oui peut-être… (page 46)

      Ac59 a raison, l’état veut « du personnel taillable et corvéable à merci qui commencerait tôt le matin à la garderie et tard le soir, avec des salaires proche du smic », vu le niveau V préconisé!

      Bon courage à tous et merci pour la mise en ligne du rapport.

      • briand0493 dit :

        Bonjour,

        Attention ! le rapport est le résultat d’un travail de réflexion d’un groupe de travail (associations parents enfant handicap, parents d’élèves, associations autres, organisations syndicales, élus, administration MEN et Sante, élus, experts du monde socio-médical ou autres….) et dont les préconisations dégagées sont issues de d’avis majoritaire.Nous notons simplement que madame Komitès a bien voulu prendre en considération la singularité du souhait de l’UNEAVS qu’un accompagnant AJH tel que défini dans le rapport puisse avoir la possibilité à sa demande d’exercer uniquement sur temps scolaire et ne soit pas contraint d’exercer sur des temps péri-scolaires ou extra-scolaires.

        Par ailleurs, lors de cette remise publique mardi 25 juin de ce rapport par Pénélope Komitès aux ministres Georges Pau-Langevin et Marie-Arlette Carlotti, cette dernière a bien précisé qu’il n’était pas acté par le gouvernement. Les préconisations feront l’objet d’une étude par le gouvernement, certaines préconisations peuvent être rejetées ou modifiées et les décisions définitives prendront forme courant septembre 2013.

        Ces réserves émises, nous enregistrons avec attention votre réflexion et impression sur ce rapport et ses préconisations dégagées.

        Cordialement,

        • exavs dit :

          Bonsoir,

          Je suis d’accord sur le fait que le rapport soit issu d’une réflexion commune entre les parents, les associations, les syndicats… et qu’il prend en compte la majorité mais il est, aussi, signé par Pénélope Komites, socialiste, adjointe à la mairie de Paris du 12ème, chargée des « affaires sociales…et des personnes en situation de handicap ». Il s’agit, donc, de quelqu’un de compétent, qui représente l’Etat, et qui, pourtant, laisse passer cette « bourde », à savoir que les AJH auront une formation (p37) un référentiel de compétences (p38) « un diplôme » (p34) mais pas de « métier » ! (p34) C’est incohérent.

          J’espère que le gouvernement remédiera à ces incohérences parce qu’avoir un métier, c’est avoir une dignité et c’est ce que nous voulons, depuis longtemps, nous les AVS : un vrai métier, un vrai salaire et de la considération.

          Merci à vous.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,

          Attention encore une fois au jugement hâtif. Madame Pénélope Komitès, de par ses compétences reconnues et non de sa casquette citoyenne qui lui appartient en propre, a été désignée par les Ministres Marie Arlette Carlotti et Georges Pau-Langevin comme présidente d’un groupe de travail en charge d’en effectuer le rapport final. Les ministres auraient pu tout aussi bien désigner un autre membre du groupe de travail pour cette mission : par exemple, la présidente de l’association Fnaseph ou de l’association Uneavs ou….
          Quand aux représentants de l’Etat (DGESCO,DGRH MENESR,CIH,DCGS,CNAF,….),ils étaient présents soit comme membres qualifiés du groupe de travail soit comme membres invités à donner leur expertises.
          Sur ce sujet qui vous interpelle et nous interpelle tous collègues AVS, dire que madame Pénélope Komitès a laisse « passer une bourde » nous apparait injurieux à son intelligence et sa compétence. Nous pensons au contraire que cela aurait été une « énorme bourde » de ne pas faire état d’un avis « majoritaire » du groupe de travail sur ce questionnement tout de même d’importance. Et c’est bien là qui est le trouble. Un trouble similaire consécutif à la création dans les année 1970 du DUT carrières sociales qui aura vu des promotions de diplômés attendre seulement par une pratique professionnelle constante sur le terrain et une réflexion qualitative de cette pratique la reconnaissance effective de leurs savoirs faire et compétences. Nous partageons votre point de vue: ‘…ce que nous voulons, depuis longtemps, nous les AVS : un vrai métier, un vrai salaire et de la considération… ».Ce sera la tâche du gouvernement de s’atteler à la satisfaction de cette attente dans les mois, les années à venir. Une première à l’édifice serait posée avec la création de ce diplôme AJH.

        • exavs dit :

          Bonjour,

          Désolée, je ne pensais pas que Mme Komites n’avait que ce rôle de rapporteur mais, plutôt, de par ses compétences, qu’elle pilotait les réunions de travail et que, par conséquent, elle aurait pu pointer les incohérences de ce type, à savoir qu’une nouvelle formation, qu’un nouveau diplôme ne conduiraient pas un « métier ».
          Désolée, il est vrai que toutes les propositions sont à relever, même les plus ridicules.
          Après, vous irez expliquer aux nouveaux étudiants en école sociale, que la filière AJH offre une formation, un diplôme mais pas de métier !
          Désolée d’insister mais cette énormité ne passe pas.

          Par ailleurs, je crois avoir compris entre les lignes de ce rapport, que l’Etat n’a guère les moyens de créer un nouveau métier, parce que ça impliquerait un concours national ou territorial et qu’il veut, à tout prix, éviter ça. Déjà en 2007, M. Fillon annonçait être « à la tête d’un état en faillite », ça n’a guère dû s’arranger depuis. Alors, les AVS ou les AJH resteront précaires, voilà la vérité, non ?

          Cordialement.

        • briand0493 dit :

          Bonjour,
          Nous continuons à enrgistrer ces questionnements au sujet ce passage du rapport. S’agissant les travaux sur la professionnalisation, ne vous étonnez pas que des incohérences puissent surgir dans un rapport, les représentants de l’UNEAVS tout le long des travaux ont relevé eux mêmes tellement d’incohérences d’interlocuteurs visiblement peu au fait de la réalité vécue du terrain par nos collègues AVS/enseignants qu’ils en étaient arrivés à dire parfois « là, vous vous trompez mais comme vous ne voulez pas l’admettre, allez y, ne vous génez pas, foncez droit dans le mur… »

          Sur votre dernière questionnement, le rapport ne mentionne pas le financement et indique uniquement que « des arbitrages politiques devront être pris sur des mesures qui peuvent impacter la simplification ou la cohérence des réformes à venir dans le champ de l’accompagnement social et/ou de la répartition des ressources et des financements ». Nous ne pouvons pas extrapoler, supputer, imaginer, déduire ce qu’il en est de ces arbitrages politiques. Au sein de l’UNEAVS, nous ne nous étonnons pas simplement que dans un contexte budgétaire extrément contraint, ces arbitrages politiques se révèlent compliqués au vu des préconisations dégagées sur la base des attentes des associations de parents de jeunes handicapés en matière d’accompagnement sur tous leurs temps de vie.
          Alors, pour votre question « les AVS ou les AJH resteront précaires, voilà la vérité, non ? », tout le long des travaux, quand les représentants de l’UNEAVS ont eu la possibilité de le dire, la question a été posée ainsi » très bien, les besoins des jeunes doivent être prise en compte, très bien l’attente des familles doit être prise en compte, et le salarié précaire AVS ou AJH ? il est pris en compte quoi ? »
          C’est ce que nous recherchons activement actuellement dans le rapport.

  11. sylvie dit :

    Je suis avs depuis 2 ans cui cae rsa plus de 50 ans je suis renouvelée pour une troisième année mais j’espère qu’il y aura une suite et que l’on ne sera pas remplacé par des jeunes merci de tous les renseignements.

  12. Eve dit :

    Bonjour,

    Création de postes oui mais dans quelles conditions ?
    J’ai rencontré une collègue (assistant pédagogique) dont le contrat de 35 heures sera réduit à 20 heures !
    Si la création de postes supplémentaires doit entraîner la précarisation d’autres postes aussi utiles il n’y a pas de quoi se réjouir !

  13. Corinne dit :

    Toutes ces propositions sont très intéressantes, cependant, après 6 années de bons et loyaux services (AVSi puis AVSco en contrat AED), je viens de recevoir le méchant courrier me rappelant que mon contrat prend fin au 31 août 2013, sans possibilité de reconduction… Alors, pour les personnes qui sont dans mon cas, Pôle Emploi ou pas Pôle Emploi ???

    • briand0493 dit :

      Bonjour Corinne,

      Oup…misère de misère….Avez-vous penser à suivre la piste de la reprise par voie associative ? Nous avons reçu confirmation qu’il existerait des conditions moindres restrictives apportées dans le cadre d’une reprise par biais associatif.

      • Corinne dit :

        La reprise par des associations est uniquement réservée à des cas particuliers où une AVSi ne peut être remplacée auprès d’un enfant parce qu’elle à des compétences très spécifiques (braille ou LPC). Elle est en tout cas absolument fermée aux AVSco, l’Inspection Académique de l’Isère me l’a confirmé.
        Donc, Pôle Emploi n’est-ce-pas ?
        Je pense à tous les espoirs que ce groupe de travail a fait naître depuis le mois d’octobre, pour arriver à cela ! C’est désespérant.

        • briand0493 dit :

          Bonsoir Corinne,

          Nous enregistrerons votre commentaire dans la réflexion en cours. Le cadre de la convention cadre 2010 fixant les règles de reprise personnel AVS par biais associatif n’a effectivement pas envisagé la situation du personnel AED-AVSCO en fin de contrat. Notre interrogation à ce jour sans réponse:que signifie un AJH sensé d’intervenir sur tous les temps de vie d’un jeune handicapé pour un salarié ayant développé uniquement des comoétences st savoirs faire auprès d’élèves d’une clis, d’une ULIS ?
          Oui. ce n’est pas agréable de le constater. Pour un AED-AVSCOen fin de contrat légal, la perspective de rejoindre le Pôle emploi au final est plus que probable.

          Cordialement,

        • martineau dit :

          Même tarif pour une AVSi, la coordinatrice du département 17 m’a confirmé qu’aucunes associations n’étaient repreneuses sur notre département….

        • briand0493 dit :

          Nous nous retrouvons donc comme en 2010 dans la même configuration de « frilosité » des associations locales pourtant demanderesses de la convention cadre « reprise associative d’AVS » à appliquer la solidarité à l’égard du personnel AED-AVS sortant.

  14. PAT dit :

    Je veux bien y croire !
    Mais je reste craintive sur l’espoir d’avoir un CDI à la rentrée, aprés ces huit années , ce serait bien mérité.

Les commentaires sont fermés.