Le président de la république, François Hollande, rappelle sa volonté que le personnel AVS, quelque soit son statut, dispose de formation au congrès de l’UNIOPSS–25 janvier 2013

François Hollande a clôturé le congrès de l‘Uniopss vendredi 25 janvier à Lille.
Son discours a porté sur la lutte contre la pauvreté, le handicap, la jeunesse, le logement, le vieillissement et la dépendance.

Lors de son intervention, le président de  la république a rappelé le devoir rattaché à la scolarisation des enfants handicapés. Il est précisé ainsi:

Nous avons d’abord, la scolarisation des enfants handicapés qui est un devoir. Dès la rentrée 2012, nous avons créé 1.500 nouveaux postes d’accompagnateurs de vie scolaire et nous veillerons à ce que la formation puisse leur être apportée, parce que ces personnels font un travail très difficile, et qui ont été recrutés par des « contrats aidés », restent en moyenne un an pour effectuer ce service, et quand ils commencent à être suffisamment rodés, ils sont remplacés. Nous aurons dorénavant une politique de formation des personnels pour accompagner les enfants handicapés dans la vie scolaire.

Je veux aussi parler du « plan autisme » qui sera présenté par le Gouvernement au printemps prochain. Là aussi, soyons lucides, chacun connait la situation : des prises en charge en nombre insuffisant, une détection aléatoire, souvent tardive, une scolarisation très difficile et des familles – j’en ai rencontré – épuisées, se heurtant trop souvent à une absence de réponse.

Ma conviction est que nous devons favoriser une approche pluridisciplinaire, des accompagnements différents et de nouvelles approches thérapeutiques. Former, toujours former un plus grand nombre de professionnels à la connaissance de l’autisme et ouvrir davantage d’établissements. Il y a encore trop d’enfants autistes ou d’adultes autistes qui sont dans des hôpitaux psychiatriques, là n’est pas leur place

Notre commentaire

Le rappel de Monsieur le Président de la République de la situation de précarité du personnel accompagnant des enfants handicapés (tout particulièrement, le personnel AVS disposant d’un contrat CUI-CAE) n’est pas inutile.

Affirmer ainsi sa volonté présidentielle de mettre en place une politique de formation de ces personnels traduit d’une prise en compte réaliste de “l’existant” du personnel AVS (tout statut confondu) qui fait grand défaut depuis l’ouverture des travaux interministériels  sur la professionnalisation des accompagnants jeunes handicapés comme l’auront constaté, signalé  les représentants de l’UNEAVS au bout de 9 réunions plénières.

Nous espérons que ce message de volonté présidentielle aura bien été enregistré par le groupe de travail interministériel sur la professionnalisation des accompagnants jeune handicapé et qu’il aura à cœur de “rectifier” impérativement  une dérive des débats tendant à ne pas se préoccuper de  “l’existant” actuel des AVS dans son ensemble et des conséquences en découlant sur le terrain.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Le président de la république, François Hollande, rappelle sa volonté que le personnel AVS, quelque soit son statut, dispose de formation au congrès de l’UNIOPSS–25 janvier 2013

  1. thomas dit :

    En ce qui me concerne je suis AVSI depuis trois ans je me considère comme très bien formé à cet emploi car je connais le « monde » de l’handicap par connaissance familiale d’ailleurs tout mes collègues me félicite de mon travail bref, quand je lis les commentaires et ce que l’on pense de la « Fonction » AVSI cela me laisse perplexe et me laisse un goût amer. C’est bien beau de permettre à des enfants en situation de handicap d’être scolarisé en milieu ordinaire mais faudrait peut-être assurer pour ceux qui sont employés c’est-à-dire nous les AVSI et bien sûre tout ceux qui on le même « grade » assistant d’éducation. Par contre pour ceux qui ne sont pas formés et que l’on balance comme sa dans les écoles merci… . J’ai lu les précédents commentaires pour les rythmes scolaire et la fameuse prime des 400 € bien sûre nous les AVSI on pisse dans les réservoirs d’essence. Aujourd’hui je dirais qu’il faudrait être titularisés et diplômés grâce à notre expérience et acquis et avoir un salaire correct. Merci les hommes politiques qui un jours bougerons peut être leurs fesses. Fonction d’AVSI= fonction de pigeon.

  2. bonnet s. dit :

    Moi je m’estime très formée, puisque je bénéficie de l’aide d’éducateurs spécialisés qui m’ont appris plusieurs méthodes de travail et d’approches pour travailler auprès d’enfants autistes… J’adore ce que je fait et j’ai beaucoup de reconnaissance dans mon travail… et mon contrat se termine en juin 2013 … j’en suis bien triste et l’entourage avec qui je travaille aussi… Alors que faire ? Comment se battre ???

  3. Isabelle30580 dit :

    Les ministres George Pau-Langevin et Marie-Arlette Carlotti lancent le chantier de la professionnalisation des accompagnants des enfants et adolescents en situation de handicap
    [Réussite éducative] – Communiqué de presse – George Pau-Langevin – 16/10/2012
    George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative et Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, se sont rendues ce matin dans le lycée professionnel Marcel Deprez à Paris 11e. Les ministres ont installé le groupe de travail sur la professionnalisation des accompagnants et transmis sa lettre de cadrage Pénélope Komitès, qui présidera les travaux.

    Le rattachement aux deux ministères du groupe de travail permettra de proposer une action globale, en vue d’une continuité du parcours des jeunes en situation de handicap à l’École, dans leur vie sociale et vers l’insertion professionnelle.

    Cette démarche affirme la volonté commune des deux ministres d’oeuvrer à la réussite scolaire et au bien être des enfants et adolescents en situation de handicap.

    Pour Marie-Arlette Carlotti : « Toutes les dimensions de l’accompagnant sont importantes, dans la classe et hors de la classe ; son rôle sera aussi de prendre en compte la singularité de chaque enfant pour l’aider à vivre comme tous les autres enfants ».

    Quant à George Pau-Langevin : « dès cette rentrée scolaire, nous avons décidé de la création de 1 500 auxiliaires de vie scolaire individuels (AVS-i) supplémentaires afin d’accompagner au mieux les élèves en situation de handicap. « Nous souhaitons maintenant professionnaliser les accompagnants »

    QUAND ARRIVERA CETTE PROFESSIONNALISATION ? POUR QUI ? LES 1 500 NOUVEAUX RECRUTÉS ? NOUS ?

    • briand0493 dit :

      QUAND ARRIVERA CETTE PROFESSIONNALISATION ? POUR QUI ? LES 1 500 NOUVEAUX RECRUTÉS ? NOUS ?

      Vendredi 08 février, lors de la XIème réunion du groupe interministériel sur la professionnalisation, le représentant de l’UNEAVS a de nouveau tenté d’obtenir une réponse précise, claire s’agissant le devenir actuel du personnel AVS en place. Il n’y a pas de réponse.Seule l’analyse des besoins d’accompagnement des enfants sur tous les temps de vie restent examinée. le profil d’un accompagnant jeune handicapé tout temps de vie (compétences, formation, diplôme) a été esquissé. Quant à « l’existant » (le personnel AVS), comment il va s’inscrire dans ce profil, accéder à ce statut d’accompagnant jeune handicapé tout temps de vie, malgré nos incessantes demandes, il demeure ignoré. Cela peut vous paraitre incroyable mais c’est ainsi.

      • sylvie dit :

        On ne va tout de même pas former d’autre personne que nous,il faut nous former nous et nous garder nous les AVS en poste mais il faut réagir pour garder nos postes,il est temps de nous former après 18 mois de travail.Merci.

        • briand0493 dit :

          depuis le début des travaux, les représentants de l’uneavs ne cesse pas de répéter à des interlocuteurs OK, pour la formation d’AVS. Une fois, formé, que faites-vous pour garder tout le personnel AVS en poste ou demandeur d’emploi ? Pas de réponses ou bien, c’est « peut être que si on fait ceci cela ou ceci cela, cela permettra de garder le personnel AVS….ou au moins une partie…ou une petite partie, en tout cas, on peut toujours essayer …. ».

  4. SAB16 dit :

    Bonjour,
    pas de raport cette semaine du groupe de travail ?
    rien de nouveau pour les CUI-CAE.

    • briand0493 dit :

      pas de raport cette semaine du groupe de travail ?

      le groupe de travai se réunit vendredi 08/02 pour des auditions complémentaires.

      rien de nouveau pour les CUI-CAE

      Dans l’immédiat, non. Des intentions gouvernementales commencent à se profiler mais il faut sans doute attendre avril-mai pour en connaitre les décisions de mesures politiques prises.

      Nous vous tiendrons au courant au mieux et au plus vite.

  5. sylvie dit :

    400 E de prime au professeur des écoles comme prime et nous les AVS rien aucun statut, pourquoi personne ne réagit.

    • briand0493 dit :

      Nous avons eu connaissance de cette prime? Elle constituerait une sorte de gage accordée par le ministère de l’éducation dans des négociations engagées avec des organisations syndicales autour de la question des rythmes scolaires. Grosso modo, depuis le début de ces négociations (fin septembre, des organisations syndicales réclament entre autres des mesures compensatoires financières aux professeurs d’école du premier degré pour les désagréments liés au passage de la semaine travaillée de 4 jours à répartir maintenant sur 4 jours et demi.
      N’ayant rien obtenu depuis, des organisations syndicales montrent leur « biscotos » à coup de déclaration de grève. Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, semble avoir lâché du lest en accordant cette prime de 400 euros annuel pour désagrément à s’organiser dans son planning professionnel et privé sur 4 jours et demi.
      Cette prime de 400 euros ne concerne pas les précaires EVS-AVS. Pour ces organisations syndicales à l’origine de la demande de compensation financière, globalement, les désagréments des salariés précaires EVS-AVS, cela n’a jamais été leur tasse de thé dans ces négociations en cours. Par contre, ils auront besoin de vous pour les manifs, les grèves à venir. La solidarité entre personnel, cela n’a pas de prix.

      Au su de la réaction de nos correspondants syndicaux ayant pris connaissance de ce commentaire, nous leur accordons le droit légitime de pouvoir tout de même s’en expliquer au préalable du pourquoi, du comment de cette prime de 400 euros annuel dans les jours à venir. Ces correspondants syndicaux nous indiquent que pour l’instant, cette prime n’a pas été actée officiellement par le MEN, regrettent que cette annonce est donnée une interprétation malcontreuse des objectifs des négociations syndicats/MEN en cours autour des rythmes scolaires auprès du personnel précaires EVS-AVS.

      • sylvie dit :

        Pour nous aussi les avs cela fera plus de frais plus de déplacement alors la prime pour nous aussi.

        • briand0493 dit :

          C’est ce que nous pensons aussi mais il s’est introduit l’idée dans l’éducation nationale que le personnel précaires AVS et EVS se déplace en tapis volant pour aller au travail.

  6. Isabelle30580 dit :

    AVS dans le département du Gard depuis la rentée 2011, en CUI se terminant le 31 Août 2013.
     » …quand ils commencent à être suffisamment rodés, ils sont remplacés. Nous aurons dorénavant une politique de formation des personnels pour accompagner les enfants handicapés dans la vie scolaire. » Je ne lis pas dans cet article que nos contrats aidés seront transformés en CDI. Une formation des personnels certe, elle nous est indispensable à condition qu’elle nous permette de continuer l’accompagnement des enfants en milieu scolaire et non d’être reconduit au Pôle Emploi.

    • sylvie dit :

      Je suis toute a fait d’accord avec Isabelle c’est bien d’être formée mais il faut que se soit pour un plus et pas se retrouver au chomage alors il faut que tout le personnel avs se mobilise pour que ces contrats deviennent définitif.

      • briand0493 dit :

        Allez, hop, mobilisez, alertez, hurlez, osez lever la tête et dire ce que vous pensez, ce que vous souhaitez….de la formation certes, un métier, OK, du boulot définitif à la clé sans vagues promesses d’un jour meilleur.

    • briand0493 dit :

      Lors de la réunion Groupe de travail en date du 17 janvier, il a été demandé au représentant de l’UNEAVS son avis sur le statut et cadre d’emploi d’un accompagnant jeune handicapé tout temps de vie si il était créé.

      La réponse du représentant UNEAVS a été la suivante dans l’ordre

      Déclaration préalable

      L’absence de réflexion, d’examen, de prise en compte réaliste du cadre d’emploi précaire imposé aux salariés AVS (quelque soit la nature de leur contrat) exerçant au sein de l’éducation nationale, a amené l’UNEAVS à se demander si les travaux dégagés étaient susceptibles d’engager une voie d’apaisement dans les litiges qui opposent actuellement les employeurs (lycée et collèges) et des salariés AVS et EVS devant des tribunaux prudhommaux.
      A partir des travaux interministériels dégagés à ce jour, l’UNEAVS a consulté l’ensemble de ses adhérents, partenaires, citoyens experts dans leur domaine de compétence du droit de travail des salariés (public ou privé).

      Nos conclusions: les attendus des travaux dégagés conduiraient inévitablement dans une application future espérée à renforcer considérablement les litiges prudhommaux actuels par des salariés EVS et AVS, à se traduire par des débordements en litige devant des tribunaux autres mettant en cause l’éducation nationale et autres.

      Il appartient donc au groupe de professionnalisation de « rectifier »le tir de ses travaux en conformité des attentes des salariés AVS et EVS;

      Le statut d’accompagnant jeune handicapé tout temps de vie

      Il ne pouvait que s’exprimer sur le statut souhaité par des salariés AVS arrivant en fin de leur durée légale de contrat
      1. un grand nombre de salariés AVS souhaitait une pérennisation à leur poste dans l’éducation nationale
      2. une catégorie de salariés AVS, bénéficiant d’activités complémentaires en lien avec des communes (méridiennes), se voyaient très bien pérenniser dans des collectivités territoriales (à l’image des ATSEM)
      3. Une autre catégorie de salariés AVS l’expriment ainsi: qu’importe mon employeur, pourvu que j’ai un emploi à la fin de mon contrat actuel.
      La pérennisation dans l’éducation nationale est revendiquée par l’UNEAVS. A défaut, pour des salariés AVS qui le souhaitent, une pérennisation dans des collectivités territoriales (communes ou pôle communautaire). L’UNEAVS restait pragmatique. elle n’oublie pas le contexte restreint budgétaire publique.

      Le cadre d’emploi d’un accompagnant jeune handicapé tout temps de vie

      1- que tous les salariés AVS en poste, quelque soit leur type de contrat, leur durée de contrat puissent obtenir une validation (de leurs savoirs et compétences acquises en cours de contrat)en vue d’acquérir ce titre Accompagnant jeune handicapé tout temps de vie

      2-qu’ils ne soient pas contraints à suivre des formations pour obtenir ce titre Accompagnant jeune handicapé tout temps de vie en engageant par eux-mêmes les financements pour ce faire dans une cadre d’une VAE.
      3-que cela débouche sur des obligations effectives de propositions d’emplois pérennes par des employeurs recrutant des Accompagnants jeune handicapé tout temps de vie

      4-que les conditions d’exercice de ce métier Accompagnant jeune handicapé tout temps de vie ne soient pas pire que l’existant actuel en matière de précarité professionnelle et personnelle des salariés AVS

      5-qu’un cadre d’emploi Accompagnant jeune handicapé tout temps de vie ne se traduise pas au final à être un salarié multicarte handicap à disposition 24/24h d’employeurs éventuels, rémunéré avec un salaire de misère

      Nous supposons que le président de la république, François Hollande, a bien enregistre notre déclaration avant d’exprimer son discours lors du congrès de l’UNIOPSS le 25 janvier et, même si cela n’est pas dit, qu’il partage pleinement notre avis qu’une formation AVS (quelque soit son type de contrat, sa durée) débouchant uniquement sur pôle emploi n’aurait aucun sens, aucune utilité.

  7. aumont dit :

    Je suis avs depuis bientot 18 mois et mon contrat se termine le 31.08.13 il faut bouger pour que nos contrats deviennent définitif ,on est très utile alors il faut nous donner un statut stable. Merci.

  8. Christelle dit :

    Bonjour,
    Je suis aussi AVS en contrat cui, celui se termine le 31 aout 2013. J’espère que les choses vont bouger et que je pourrais continuer mon métier. Mais c’est pas gagné !!!

    • bonnet s. dit :

      ne rêvez pas ! vos contrats s’arrêteront comme moi au 30 juin 2013 ( moi j’ai été embauché au 1er novembre 2011..) . Nous ne serons bien évidemment pas payés en juillet et août ! nos contrats vont donc durer 19 à 20 mois au lieu de 24 . Comme beaucoup de mes collègues ou ex collègues. Et que faire ? Quel dommage alors que nous pourrions enfin être compétents… Que dire des formations!!! moi il me reste encore 30 h de formation à faire et qui le seront vraisemblablement à la fin de mon contrat ! si elles ont lieu !! formations ou nous survolons tous les cas de handicap …. très rapidement, Alors rien ne vaut notre expérience et nos propres recherches .. je m’estime chanceuse de tout le savoir que j’ai obtenu et qui sera perdu…. 😦

      • briand0493 dit :

        Pour répondre aux 2 réflexions exprimées:
        Par rapport aux années précédentes dominées par une gouvernance majoritaire de droite, la période actuelle est entremêlée de plus d’attente et d’espoir parce que le gouvernement actuel a marqué une nette volonté d’une meilleure prise en considération du personnel EVS et AVS. Depuis juin 2012, cette volonté politique existe à travers les travaux sur la refondation de l’école, les travaux interministériels sur la professionnalisation des accompagnants jeune handicapé tout temps de vie. C’est indéniable.
        Par leur participation à ses travaux,sur invitation de membre de gouvernement, les représentants de l’UNEAVS ont constaté des représentations sociales, professionnelles « faussées » de « l’existant AVS avec ses innombrables problèmes » au niveau d’acteurs institutionnels, associatifs, élus, autres…Bien entendu, les représentants UNEAVS, avec le soutien ou non d’organisation syndicale ne sont pas privés d’exprimer leur désaccord sur ces représentations « faussées ». Maintenant, ces représentants de l’UNEAVS en ont bien conscience, remettre en cause des idées préconçues d’acteurs, peu habitués intellectuellement, socialement et professionnellement, à l’être par des « simples citoyens de terrain » ne passe pas sans une certaine « violence ».
        Les mois de Mars et d’avril à venir vont être cruciaux.Des décisions politiques gouvernementales par rapport à « l’existant AVS et EVS » doivent être prises. C’est à partir de ces choix politiques opérés que nous pourrons dire si il existe une prise en compte ou un refus de la réalité de la situation de précarité du personnel EVS et AVS d’ici fin juin 2013
        Mais quelque soit ces choix, les représentants de l’UNEAVS se refusent à 2 choses:
        -rester les bras croisés à attendre, donc, nous continueront à dénoncer comme il se doit les aberrations actuelles des situations des AVS et EVS
        -ne pas combattre car cela ferait trop plaisir à des acteurs institutionnels, associatifs, élus, autres,particulièrement friands de maltraitance sociale et professionnelle, de continuer d’avoir des salariés précaires EVS et AVS jetables après usage.

        • bonnet S. dit :

          oui il faut se battre, pour les enfants, pour nous, car pour certaines, et c’est mon cas passer 40 ans il est et sera de plus en plus difficile de trouver un métier ! Marre de la précarité, marre de ne pas savoir ce que nous ferons dans 6 mois.. marre de n’être formés que quand ils y pensent… voire en fin de contrat quand cela ne sert plus à rien à part, pour eux, à respecter leurs lois ! Je fais un métier que j’adore, mais qui n’est pas considéré ! Pensons aussi et surtout aux enfants que nous accompagnons qui ont enfin des personnes qui savent s’occuper d’eux, qui prennent soins d’eux, pour au final nous voir partir. Certes nous devons les rendre autonomes, mais cela passe aussi par de la confiance, difficile à établir…. Bref je ne vais pas raconter notre métier, mais croisons les doigts pour qu’enfin nous soyons respectés et entendus et très vite !!!

  9. Sylvie dit :

    Encore et Toujours les AVS, c’est la mort pour les EVS et aucune chance pour moi de retrouver du travail dans cette branche un jour ! Comment en 20 h, les AVS vont pouvoir faire de l’administratif et s’occuper d’un enfant ?????????????????????????????????

  10. laurent dit :

    En Charente, un mail a été envoyé a tous les assedu_avs ainsi qu’a tous les établissements pour leur faire part d’une réunion ayant pour objectif un plan de formation le 15 janvier. A leur arrivée, les EVS qui avaient eu l’aval de leur établissement ce sont entendu dire que cette journée ne les concernait pas. Je ne parle pas de la journée de non accompagnement pour les élèves, ni du transport qu’ont du faire les EVS, ni du non déplacement des Assedu-avs qu’on ne sollicitait pas dans le mail, ni de l’effort de communication déployé…

    • briand0493 dit :

      Toute l’absurdité des mises en place des formations actuelles en direction du personnel AVS, avec en toile de fond cette discrimination larvée qui n’ose pas dire son nom entre le personnel disposant d’un contrat CUI-CAE et celui disposant d’un contrat assistant éducation.
      Cette même discrimination « larvée » se retrouve dans les travaux interministériels sur la professionnalisation des accompagnants jeunes handicapés.Au sein de l’UNEAVS, il nous est bien connu ce schéma de « pensée » confusionnelle d’interlocuteur consistant à donner un semblant sens commun au mot AVS pour mieux dissimuler une volonté d’établir une discrimination idéologique, professionnelle basée sur leur statut (contrat cui-CAE/assistant éducation) ou bien sur leur savoirs faire et compétences professionnelles en cours de leur contrat(durée de leur contrat/expériences professionnelles supposées acquises). Sous le gouvernement de Sarkosy, ce schéma de « pensée » confusionnelle battait les records, on ne sait pas si il faut se rassurer qu’elle perdure actuellement sous le gouvernement Ayrault.

  11. SAB16 dit :

    Bonjour,
    Je suis AVS en contrat cui-cae , sa me rassure qu’on parle un peut de nous.
    merci.

    • briand0493 dit :

      oui et il était plus que temps car ses travaux interministériels sur la professionnalisation des accompagnants tout temps de vie se dirigeaient insidieusement vers une forme de discrimination sociale et professionnelle entre salariés AVS plus que préoccupante quand elle est souhaitée être une norme institutionnelle appliquée en indignité de valeurs de justice et de solidarité sociale revendiquées par des responsables de gauche.

      • caussignac dit :

        Donc avance recul stagnation???

        • briand0493 dit :

          Et bien, nous comprenons qu’une professionnalisation d’accompagnant jeune handicapé tenant compte du personnel AVS quelque soit sa durée et la nature de son contrat reste une obligation morale impérative quand on souhaite faire avancer les valeurs de solidarité et la justice sociale dans les esprits des personnes quelques peu enclines à les oublier.

Les commentaires sont fermés.