Les EVS et AVS de l’éducation nationale rehaussent leur baromètre d’estime du président François Hollande et du gouvernement Ayrault.

baromètre

1er cran d’estime

Par ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013, la généralisation à tous les salariés (droit privé) de la complémentaire santé est acquise au plus tard au 1er janvier 2016.  (lire article de Aurélie Seigne-CFDT)

Pour les salariés EVS et AVS, en contrat CUI-CAE, l’avancée est considérable en termes d’accès aux soins mais aussi de pouvoir d’achat : Jusqu’à présent, les salariés EVS et AVS en contrat CUI-CAE se doivent financer de leur poche une couverture complémentaire individuelle… quand ils le peuvent. Reste tout de même, 2 inconnus à lever:

  • Quand les employeurs Lycée et collèges appliqueront cette généralisation de la complémentaire santé ?
  • Sera-t-elle applicable pour les salariés AVS disposant d’un contrat d’assistant éducation ?

En effet, lors du démarrage des travaux interministériels sur la professionnalisation des accompagnants jeune handicapé, nous avions soumis à lecture un document “oser lever les yeux sur la précarité des AVS”. Nous notions ainsi :

image

Ce qui sera un droit primordial acquis  pour les salariés EVS et AVS (en contrat CUI-CAE) doit l’être aussi pour nos collègues AVS  en contrat assistant éducation. Les valeurs de  justice et la solidarité sociale, essences même de l’action de l’UNEAVS, ne souffrent pas de discrimination de traitement  entre collègues.

2ème cran d’estime

Le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale a été officiellement adopté le 21 janvier 2013 lors de la réunion du Comité interministériel de lutte contre les exclusions (Cile) qui s’est tenu à Matignon.

Parmi les mesures adoptées

Une hausse simultanée, en septembre 2013, du plafond de la CMU complémentaire, de façon à faire entrer 750 000 personnes de plus dans ce dispositif et celui qui l’accompagne, l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).

L’allongement de la durée des contrats aidés (contrat CUI-CAE), qui devra tendre vers une durée moyenne de 12 mois, pour donner plus de souplesse et, quand cela est nécessaire, plus de temps aux parcours d’insertion des personnes éloignées de l’emploi durable.

Nous pourrions dire, enfin, quand même !, un président de la république, François Hollande, et un premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui ne seraient pas sourds, aveugles, muets et manchots  face à la situation de l’immense petit peuple citoyen de l’ombre qui n’en peut plus de trouver chez soi le frigo vide dès le 7ème jour du mois.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Les EVS et AVS de l’éducation nationale rehaussent leur baromètre d’estime du président François Hollande et du gouvernement Ayrault.

  1. Evelynn Leray dit :

    Bonjour; EVS, 4 années de bons et loyaux services, 4 années exploitée par le gouvernement précédent…. et cela continue avec le gouvernement actuel.
    Aussi je découvre vos propos avec stupeur et je m’interroge sur ce qui vous autorise à parler en mon nom (vous dites: « les EVS ») alors que nous n’avons jamais été présentés et que je ne fais partie d’aucune organisation qui vous aurait légitimé pour ce faire.
    Non, Monsieur Hollande ne remonte pas dans mon estime. Monsieur Hollande (et son gouvernement) maintient les EVS dans la précarité: CDD de courte durée, temps très partiel, aucune formation, aucun statut, aucune pérennisation de nos emplois, salaire de misère et au bout? Le chômage! Avec le gouvernement précédent, dîtes moi donc la différence.
    Selon vous, nous aurions gagné une aide à la complémentaire santé; Monsieur Hollande, en nous faisant cette aumône, reconnait donc que nos salaires ne nous garantissent pas une autonomie financière et se propose d’y apporter une petit lot de consolation.Ce faisant, il consacre la précarité et se satisfait de travailleurs dans la fonction publique qui sont maintenus au-dessous du seuil de pauvreté. Quelle belle avancée que celle-là! Nous ne saurions nous satisfaire d’aumônes! Il n’y a qu’un seul chemin vers l’insertion, c’est la reconnaissance de la valeur du travail effectué et cette reconnaissance ne passe elle-même que par un seul chemin: la création d’un véritable statut, une formation qualifiante, la pérennisation de nos emplois et un véritable salaire qui garantit l’autonomie financière; un seul chemin, celui de la dignité.
    Cette façon de penser, je la partage avec la grande majorité des EVS que je connais; aussi vos propos qui réhabiliteraient Mr Hollande dans notre estime n’engagent que vous.
    Merci de votre réponse…..
    ERL

    • briand0493 dit :

      Bonjour,

      je découvre vos propos avec stupeur et je m’interroge sur ce qui vous autorise à parler en mon nom (vous dites: « les EVS ») alors que nous n’avons jamais été présentés et que je ne fais partie d’aucune organisation qui vous aurait légitimé pour ce faire

      Nous nous autorisons à parler uniquement au nom des collègues adhérents EVS et AVS, ex-EVS et AVS qui se retrouvent dans les valeurs de solidarité et de justice sociale défendus par ce site depuis Janvier 2007. Nous n’avons jamais demandé à une organisation quelconque de nous légitimer sur le terrain. Ce serait plutôt l’inverse, nous légitimons les organisations désireuses d’apporter leur soutien aux salariés EVS et AVS à travers leurs attentes et leurs actions.

      Non, Monsieur Hollande ne remonte pas dans mon estime. Monsieur Hollande (et son gouvernement) maintient les EVS dans la précarité: CDD de courte durée, temps très partiel, aucune formation, aucun statut, aucune pérennisation de nos emplois, salaire de misère et au bout? Le chômage! Avec le gouvernement précédent, dîtes moi donc la différence

      Nous reconnaissons volontiers notre sympathie à l’égard de Monsieur François Hollande et de Monsieur Jean Marc Ayrault (et bien d’autres élus socialistes). une raison à cela: A notre demande (UNEAVS), François Hollande et Jean Marc Ayrault ont toujours apporté un soutien ferme, volontaire et appuyé à nos actions depuis 2007. Nous n’oublions pas aussi ces discrets mais si déterminés soutiens comme Martine Aubry, Jean jacques Urvoas, Maryvonne Blondin, Jean Jacques Auxiette, Marylise le Branchu, harlem Désir…etc..la liste est longue, très longue.Cette sympathie ne nous a jamais empêché tout le long de cette coopération d’action hier et aujourd’hui d’exprimer clairement nos désaccords comme nos approbations sur des lignes de conduite politique tenues (passées comme présentes). Nous apprécions que François Hollande et Jean Marc Ayrault en tiennent compte, le mépris en moins, mais nous n’allons tout de même pas jusqu’à les considérer comme des nuls de ne pas faire en 8 mois ce que 2 présidents et des gouvernements de droite n’ont pas su faire en 9 ans (entre 2003 et 2012) à notre sujet.

      Selon vous, nous aurions gagné une aide à la complémentaire santé; Monsieur Hollande, en nous faisant cette aumône, reconnait donc que nos salaires ne nous garantissent pas une autonomie financière et se propose d’y apporter une petit lot de consolation.Ce faisant, il consacre la précarité et se satisfait de travailleurs dans la fonction publique qui sont maintenus au-dessous du seuil de pauvreté. Quelle belle avancée que celle-là! Nous ne saurions nous satisfaire d’aumônes!

      Rien ne vous obligera en tant que salarié à accepter de la part de votre employeur une prise en charge de la complémentaire santé, ni de réclamer l’aide à la complémentaire santé (CMU-C). Si vous souhaitez sur une consultation de médecin à 28 euros, régler par vous même les 13 euros pris en charge normalement par une complémentaire santé considérée à vos yeux comme une aumône, et bien faites…

      Il n’y a qu’un seul chemin vers l’insertion, c’est la reconnaissance de la valeur du travail effectué et cette reconnaissance ne passe elle-même que par un seul chemin: la création d’un véritable statut, une formation qualifiante, la pérennisation de nos emplois et un véritable salaire qui garantit l’autonomie financière; un seul chemin, celui de la dignité

      oui

      Cette façon de penser, je la partage avec la grande majorité des EVS que je connais; aussi vos propos qui réhabiliteraient Mr Hollande dans notre estime n’engagent que vous.

      Nous essayons de rester modeste sur ce site. Ce dernier enregistre une fréquentation moyenne de 600 visiteurs/Jour. Notre seul motif satisfaction est que chaque visiteur puisse trouver un espace d’information, de débats, de réflexion qui lui soit utile à soi même d’abord, lui permette ensuite d’imaginer des formes de résistance, d’action sur son propre terrain en coopération d’organisation, d’associations, de collectifs, d’élus ou citoyens qu’il juge plus conforme, plus approprié à sa façon de penser. Depuis 2007, Monsieur François Hollande l’a très bien compris: nous ne faisons qu’annoncer les orages, les avis de tempête, à charge pour lui, d’annoncer les avis d’éclaircies en cours et de beau temps au final.

      Cordialement

  2. certain dit :

    c’est tellement plus facile à chasser un contrat CAE diminution Pôle Emploi et après on jette voilà la société à l’heure actuelle

  3. nous dit :

    Bonjour, d apres ce que je lis les evs auront des contrat de plus longue durée car nous en moselle on nous a annoncé que l on ne pourrait pas renouveller apparament une decision du prefet qui veut faire des contrats de 6 mois maximum, pensez vous que sa va vraiment se faire? Je voudrais tellement renouveller.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      L’attitude rigoriste du préfet du département Moselle s’agissant la durée maximale des contrats CUI-CAE et appliquée dans l’éducation nationale est pour le moins curieuse.
      1- La circulaire DGEFP n°2012-10 du 28 juin 2012 relative à la programmation des contrats aidés au 2ème semestre, toujours en vigueur, est sans ambiguité. « l’objectif quantitatif des prescriptions ne doitpas prendre le pas sur la qualité des contrats »
      2- le gouvernement vient de le rappeler dans ce plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale: L’allongement de la durée des contrats aidés (contrat CUI-CAE), qui devra tendre vers une durée moyenne de 12 mois, pour donner plus de souplesse et, quand cela est nécessaire, plus de temps aux parcours d’insertion des personnes éloignées de l’emploi durable.

      Un préfet,serviteur de l’Etat, se doit respecter la volonté et les consignes gouvernementales, anticiper ces décisions à venir dans ses arrêts sans les nuire.

      • nous dit :

        Merci pour votre reponse, effectivement on nous a expliqué que c est une histoire de gros chiffre pour faire semblant de faire baisser le chomage,c est de la pure hypocrisie. Surtout que c est vraiment contraire au annonce du gouvernement. J espere que cela ne va pas se faire, car j aimerai vraiment etre renouveller meme si a la formation on nous traite comme des moins que rien, on nous a dit mettez vous en tete que ce que vous faite ce n est pas un travail c est rien c est juste un petit contrat un petit job mais c est surtout pas un emploi, ils prennent les avs de haut heuresement dans l ecole ou je travaille ils sont tres contents et tout se passe bien. Pensez vous que je pourrais renouveller que le prefet change d avis d ici la fin de l année.?

        • briand0493 dit :

          Et bien, si ce préfet persiste dans une ligne de conduite qui va à l’encontre de la volonté gouvernementale, il est fort probable qu’il sera invité tôt ou tard à exercer ses talents d’opposant ailleurs que dans une préfecture.
          Je ne peux pas répondre à votre question par l’affirmative. La démarche à faire serait de contacter une organisation syndicale, des élus, les alerter,exposer votre situation, les anomalies constatées au sujet du préfet…Vous avez à être acteur de changement futur de votre situation. Avec plusieurs de vos collègues AVS, ensemble, à prendre en main votre destinée, à oser lever la tête, à exiger des réponses en accord à vos attentes, vous serez ce que vous êtes: des citoyens dignes de respect et non des asservis « méprisables ».

Les commentaires sont fermés.