Remise des 1ères propositions de l’UNEAVS à Madame Pénélope Komites, présidente du groupe de travail interministériel “Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap" mardi 30 octobre 2012

PenelopeKomites

Réuni, mardi 30 octobre de 14h à 17h, au ministère de l’éducation nationale-rue de Grenelle -Paris, le groupe de travail interministériel sur “la professionnalisation des accompagnants des enfants et adolescents en situation de handicap” s’est attelé à la tâche, sous la présidence de Madame Pénélope Komites.

Une présidente d’association (Fnaseph), madame Sophie Cluzel, invitée  au même titre que d’autres 45 personnes qualifiées d’associations, organisations syndicales, institutionnelles…estime que “les travaux doivent reprendre très précisément là où se sont arrêtées les précédentes réunions interministérielles. Le travail n’est pas à refaire à chaque fois”.

L’UNEAVS n’ayant jamais participé à ses précédentes réunions, malgré des demandes réitérées à maintes reprises et dédaignées par le gouvernement précédent, nous estimons qu’il n’appartient pas à madame Sophie Cluzel d’imposer de manière incongrue, voire inconvenante, au ministre Georges-Pau Langevin et Marie-Arlette Carlotti, à Madame Pénélope Komites, à la représentante de l’UNEAVS et aux autres personnes qualifiées du groupe de travail, de ce qui doit être entendu comme angles de réflexion les plus pertinents pour entreprendre le changement souhaité concernant le personnel accompagnant AVS-I, AVS-M et AVS-CO.

A notre sens, il nous apparait plutôt d’usage sain d’esprit dans un groupe de travail d’établir ensemble d’abord un diagnostic partagé de compréhension de la réalité actuelle de l’accompagnement scolaire des enfants handicapés et d’énoncer ensuite des hypothèses d’amélioration en vue de fixer des objectifs réalistes d’action de changement.

Ainsi, nous le savons bien au sein de l’UNEAVS, pour un accompagnement de qualité, nous pouvons admettre qu’il soit exigé beaucoup professionnellement des auxiliaires de vie scolaire (AVS) de la part des associations de handicap,des parents, des services IA ASH, des équipes enseignantes et/ou éducatives…mais cela ne dispense nullement ces différents acteurs de se pencher sur leur condition d’exercice actuel de leur mission. De fait, Muriel Michelin, présidente de l’UNEAVS a remis à madame Pénélope Komites un document intitulé “ouvrir les yeux sur la précarité des auxiliaires de vie scolaire (AVS)”.

Ce 1er document constitue la première série de constats établis par l’UNEAVS sur la base des témoignages des salariés AVS eux-mêmes, complétés par des propositions en vue d’atteindre une professionnalisation de qualité.

Télécharger le document “Ouvrir les yeux sur la précarité des auxiliaires de vie scolaire (AVS)”

image

Publicités
Cet article, publié dans la précarité au quotidien, professionnalisation des AVS, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Remise des 1ères propositions de l’UNEAVS à Madame Pénélope Komites, présidente du groupe de travail interministériel “Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap" mardi 30 octobre 2012

  1. anonyme dit :

    Je suis devenue avs ou evs tout à fait par hasard, ayant fait auparavant différents métiers dans ma vie ,expériences diverses, travails à l’étranger, voyages etc… Nous avons la chance de vivre en France et avoir droit à l’éducation gratuite ce qui n’est pas le cas dans certains pays encore, je suis offusquée de me rendre compte que tous ses « dys »… dont certains se cachent derrière est un manque ou un mauvais apprentissage des bases élémentaires qui ne sont pas approfondies, pas d’échec, pas de redoublemment, collège unique, c’est le chaos ! Nous sommes tous différents, nos enfants sortent bacheliers et ne savent pas rédiger une lettre et encore moins compter. Nos grands-parents avec un certificat d’étude en poche savaient lire, écrire et compter. J’aime ce que je fais, profession non reconnu mais ns adultes responsabilisons, nous, surtout les parents laissant grandir nos enfants seuls dans la nature, et ne pas confondre, ce n’est pas à l’éducation nationale d’élever les enfants des autres mais de les instruire au mieux et avec une certaine discipline et un respect d’autrui : les bases élémentaires. Leur donner le goût d’apprendre, de rêver et de savoir ce qu’ils voudront faire plus tard, faire le bon choix, aimer un métier qu’ils auront envie de faire. Un métier en main, être polyvalant et s’adapter à toutes situations car nous ne sommes pas à l’abris d’un accident de parcours. Il faut en faire des battants et non des défaitistes, des futurs chomeurs ou des assistés !!! Ce n’est pas normal qu’il y est autant d’échecs scolaires. Notre système éducatif et nos méthodes scolaires n’étaient-ils pas meilleurs 30 ans en arrière ???

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Nous avons quelques difficultés à comprendre votre positionnement.
      Au plan personnel, nous vous reconnaissons le droit citoyen d’exprimer un avis sur le système éducatif actuel, ses méthodes pédagogiques développées aujourd’hui ou par le passé, les résultats sur le niveau scolaire des élèves aujourd’hui (français, calcul…etc…).

      Au plan professionnel, si vous vous positionnez comme salarié AVS de l’éducation nationale pour exprimer cet avis personnel, nous ne le pouvons pas partager. Nous estimons en effet que ce n’est pas du rôle, de la fonction d’un salarié AVS ou EVS exerçant au sein d’une école, collaborant avec une équipe d’enseignant de juger de la pertinence des méthodes pédagogiques à développer auprès des élèves et des résultats qui en découlent. Un devoir strict de réserve de notre part doit s’appliquer dans la mesure où le cadre de notre mission ne consiste pas à remplacer, se substituer, s’imposer, écarter un enseignant mais à collaborer ensemble au mieux des besoins de l’élève. L’enseignant dispose d’un ensemble de compétences professionnelles lui permettant d’exercer un cadre d’apprentissage auprès des élèves, passant par des méthodes pédagogiques lui appartenant en propre. Remettre en cause cet ensemble de compétences professionnelles par un salarié AVS ne nous apparait pas une bonne option pour une collaboration saine.

      Cordialement,

  2. tulipe dit :

    Bonjour

    Je viens de lire le message de Capucine pour laquelle apparemment l’Equipe éducative a l’air de se sentir concernée, ce qui est rare voire inexistant comme attitude en région parisienne. Je me dis qu’elle a bien de la chance que l’on se préoccupe de son avenir car je peux vous dire que tous corps de métier confondus, du prof au chef d’établissement en passant par l’Inspection Académique (si vous etes recrutés par eux!), tout le monde s’en moque ou s’en fout carrément!! En ce qui concerne le message provenant de glbljcl (lettre adressée à F.Hollande), je la rassure, les gens de plus de 50 ans n’ont pas plus de droit que les autres ayant été embauchée moi-même en octobre 2010 à presque 52 ans pour un pauvre CUI renouvelé « haut la main » 3 fois donc jusqu’à fin avril 2012, pour ne pas avoir à payer les vacances!? Je n’ai jamais rien demandé, j’ai fait profil bas parce que seule au monde et isolée comme nous sommes toutes, sauf dans certains départements où les gens se serrent les coudes! Qu’en est-il de la région parisienne par exemple??

    Il faudrait faire une manif carrément car les profs sont tout le temps en train de lever le poing à tort ou à raison, et nous alors?? Tout le monde s’en fout! je viens encore de tomber sur une annonce pour être AVS il y a 2 jours mais c’est encore un fichu CUI et je n’y ai plus droit car « j’ai bien profité »!! rendez-vous compte, j’ai travaillé 1 an et demi à raison de 640 € nets! alors maintenant je n’ai plus droit qu’aux « contrats purement AVS » à 579 € nets!! vu qu’ils ne sont pas «  » » »aidés » » »!
    Ne rêvons pas mes amis, que ce soit Hollande ou quelqu’un d’autre, ce sera pareil!! Personne ne nous écoute du moment qu’on trouve des pigeons pour faire ce boulot!! Il attendent que les gens soient « sur la touche » où on les y a collés de force, soient au chômage et craquent parce qu’ils ne veulent pas rester à la maison à ne rien faire, parce qu’ils ont mauvaise conscience de «  » »profiter » de leurs pauvres indemnités et qu’ils rejoignent à nouveau les rangs des AVS disciplinés, profil bas et complètement mais alors complètement à leurs bottes!!
    Merci pour votre site qui nous permet de canaliser virtuellement notre colère! mais peu impressionnant aux yeux de tous ces politiques qui nous regardent nous débattre comme des mouches autour d’un pot de miel!!!!

    S’il y a des AVS de l’Essonne, anciennes, nouvelles ou autres, nous pourrions peut-être échanger nos points de vue?? A bientôt

    • briand0493 dit :

      Bonsoir,
      Et bien, le message d’invitation aux collègues de l’Essonne pour échanges de point de vue est lancé. L’administrateur et les modérateurs de site se fera le plaisir de faire le relais. A signaler qu’un forum privé d’échanges, accessible par code personnel, peut être mis en place sur demande.
      Je partage votre point de vue que le site aurait une fonction virtuelle de canaliser notre colère. A son origine, il a été créé réellement pour cela par un petit groupe d’EVS, d’AVS, isolé dans son coin désireux d’échanger (les colères comme les joies de temps en temps),de trouver les moyens de sortir de la galère. Surprise: il a été vite un point de ralliement de tous les collègues EVS, AVS, mais aussi de membres éducatifs d’école, des parents d’élèves…et nous comptons aujourd’hui, des inspecteurs d’académie, des responsables IA ASH, un ex-recteur (et oui), des représentaux syndicaux, de élus politiques (François Hollande a été un des tous premiers élus politiques d’importance à nous apporter leur soutien). Nous ne savons pas si ce site est impressionnant aux yeux des politiques qui suivraient notre activité, mais nous pouvons supposer qu’ils apprécient l’honnêteté de la démarche du site : traduire la colère du peuple de l’ombre, ne jamais la dénaturer et de manière constante, appeler à la nécessité d’un dialogue social sain,sans à priori, sans rejet.

      amicalement,

  3. Alexandra 54 dit :

    Bonsoir , je suis « passée » d EVS en collège l année dernière à AVS cette année en école primaire je m occupe principalement d un enfant . J ai passe un entretien auprès d un EPLE . Pouvez vous me dire qu elle est la différence pour moi « Evs avs  » ? SVP . À qui dois je m adresser pour pouvoir suivre une formation ? Mon contrat s arrête fin juin 2013 vais je retourner à pôle emploi ensuite ? Beaucoup de questions …!!!!! Je suis en meurtre et Moselle 54 . Merci . Cordialement

    • briand0493 dit :

      Pour répondre à vos interrogations
      Pouvez vous me dire qu elle est la différence pour moi « Evs avs » ? vous trouverez dans le document téléchargeable ci-après un descriptif ce qui différenciait un salarié EVS et un salarié AVS : https://briand0493.files.wordpress.com/2012/08/lespropositionsuneavsc3a0laconcertation.pdf.
      Fin août 2012, le Ministère de l’éducation nationale a décidé qu’il n’y avait pas lieu de distinguer des salariés exerçant des missions strictement similaires par la nature de leur contrat de travail (assistant éducation ou CUI-CAE). c’est le cas des salariés exercant des missions accompagnant enfants handicapés. ils sont indistinctement appelés AVS. Le terme EVS est réservé pour les salariés exerçant des missions adjoint administratif, vie scolaire, autres.
      . À qui dois je m adresser pour pouvoir suivre une formation ? vous vous adressez à votre employeur EPLE qui vous en indiquera les modalités.
      Mon contrat s arrête fin juin 2013 vais je retourner à pôle emploi ensuite ? impossible de répondre à votre question. il faudrait pour cela un examen de votre contrat initial (+ la convention -le feuillet jaune ou vert) au collège et votre contrat actuel (+ la convention). Ensuite d’ici fin juin 2013, beaucoup de choses peuvent évoluer en la matière à la suite de décisions politiques. Je vous invite à vous tenir au courant de l’actualité sur ce site, régulièrement.

      Je suis en meurtre et Moselle 54: et bien, nous allons essayer de vous mettre en contact avec des collègues EVS ou AVS dans votre département.A plusieurs, c’est plus sympa pour récolter les infos et se sentir moins isolé.

      Cordialement,

  4. CAPUCINE GERARD dit :

    C’est assez drôle…Pierre Besnard m’a envoyé mot pour mot la même réponse…!
    Voilà le courrier que mes collègues lui ont adressé (à plusieurs autres ministres également..)

    Equipe éducative Poligny, le 08/06/2012
    Ecole J.Brel
    Place Louis Loulier
    39800 POLIGNY
    03/84/37/17/25
    ecole.
    à Monsieur le Ministre de l’Education
    Nationale, Vincent Peillon

    Monsieur le Ministre,

    L’Ecole Elementaire Publique Jacques Brel de Poligny (39800) accueille depuis de nombreuses années une Classe d’Inclusion Scolaire (CLIS), destinée aux élèves porteurs de troubles importants des fonctions cognitives.

    Ces élèves en situation de handicap ayant des besoins particuliers, l’Education Nationale a mis à leur disposition un poste d’enseignant spécialisé et un poste d’AVSCo indispensables pour permettre leur inclusion comme le stipule la Loi du 11 février 2005.

    Mme Capucine Gérard a, au cours de ces dernières années, fait preuve d’une grande efficacité et d’une implication certaine pour favoriser les apprentissages et l’inclusion des élèves en situation de handicap dans l’école. Elle dispose de toutes les qualités requises pour ce poste: sens de l’initiative, écoute et disponibilité, gestion des situations de crise, excellente collaboration avec l’enseignante et les services de soin, bon contact avec les élèves, mise en oeuvre des adaptations pédagogiques, observation des élèves…

    Le recrutement d’une nouvelle personne pour ce poste d’AVS-co risquerait de mettre en péril l’équilibre fragile de la CLIS. Il nous semblerait dommageable pour les élèves de se priver de l’expérience et des compétences d’une personne qui a largement fait ses preuves à ce poste difficile.

    C’est pour toutes ces raisons que nous sollicitons de votre bienveillance le maintien de Capucine Gérard à son poste. Dans l’attente d’une réponse favorable de votre part, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations les plus distinguées.

    L’Equipe éducative,

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Je pense qu’il ne faut guère s’étonner des similitudes des réponses apportées par les services de cabinet de ministre. Pour l’anecdote, avec le service du cabinet Chatel (ex-ministre de l’éducation nationale), dans les derniers mois de sa présence, nous en étions arrivés à recevoir des réponses pour du courrier jamais envoyé ou pour du courrier mais de nature autre. A décharge, à le lui signaler, il s’en excusait de suite et nous informait du suivi de l’affaire… même pour celle dont nous n’étions pas au courant. Nous espérons donc que Monsieur Pierre Besnard ne s’est pas contenté de répondre à votre courrier et « penser » à agir en conséquence auprès de la direction académique ASH de votre département au sujet du règlement de la situation de Madame Capucine Gérard et en ayant à l’esprit l’intérêt des élèves de la CLIS de votre école.
      Votre témoignage a trait à cette problématique récurrente de la reconduction des contrats AVSco en cours d’année scolaire mettant en péril l’accompagnement des élèves « différents », Nous ne manquerons pas dans le cadre du groupe de travail de souligner cette problématique et en exigeant une résolution adaptée.
      cordialement,

  5. bantignie florence dit :

    CV Privas,
    15 octobre 2012

    Monsieur le Ministre de l’Education Nationale
    Madame la Ministre Déléguée à la Réussite Educative

    Dans quelques jours va s’achever comme pour beaucoup d’autres de mes collègues mon contrat CAE CUI d’ AVS/EVS.

    Vous aviez annoncé, Monsieur le Ministre ,que les contrats d’AVS qui se terminaient en juin 2012 seraient prolongés, ce qui ne fut pas vraiment le cas à ce jour et depuis pour les contrats aidés. Il en sera de même pour ceux du mois d’octobre 2012.
    Cela fait presque 10 ans que je suis AVS/EVS auprès des enfants en situation d’handicap (2 ans avec l’association Réussir l’insertion en Ardèche, 6 ans avec l’Education Nationale, 2 ans en contrat aidé dans le même département) . Quand on me demande quel est mon métier et que je réponds AVS en milieu scolaire, on me dit « quel beau métier ! »..Oui mais, voilà cela n’en n’est pas un, aucun statut..

    Notre Président de la République, ainsi que vous même Monsieur le Ministre, aviez déclaré « que tous les enfants de France et vivant en France étaient les vôtres, que vous les considériez comme les vôtres ». Vous ne désirez donc pas le meilleur pour vos enfants ?!.
    Le fait de créer contrats sur contrats ,sans créer un vrai statut , est un véritable gâchis pour nous personnels de l’Education Nationale, un grand manque de respect vis-à-vis des de ces jeunes en situations d’handicaps ainsi que pour leurs familles. Cela ne vous gène –t-il pas d’entendre ? : « que l’on met des cas sociaux avec des cas sociaux.. » Moi cela me gène énormément, surtout quand on touche à la dignité humaine.. Vous parlez de faire la moralité laïque : comment pouvez-vous dire à des enfants de se respecter entre eux quand autour d’eux ils voient des adultes qui ne respectent pas les différences …Nous ne sommes pas des cas sociaux ,nous le sommes devenu!!!
    Dans la refonte de l’école, que vous avez prévue qui a donné lieu à une circulaire ministérielle adressée à Mesdames et Messieurs les Recteurs académique le 19 juillet 2012, sauf erreur de ma part :rien n’a vraiment été mentionné au sujet les enfants en situation d’handicap…
    .
    Comme je l’ai souligné, cela fait 10 ans que je suis auprès de ces jeunes et la réalité du terrain je la connais donc très bien ; mais ,vous Monsieur le Ministre, ainsi que Messieurs et Mesdames les Députés , Sénateurs, Conseillers Régionaux et Généraux, et tous ceux qui sont occupés à écrire dans les bureaux la connaissez- vous vraiment la réalité du terrain ?

    Remplir un dossier MDPH, trouver un médecin scolaire, accepter que son enfant soit différent, sans compter les parcours du combattant pour les soins, avoir le matériel, les transports : c’est l’enfer au quotidien, pour les parents

    Accueillir, un enfant dit différent dans une classe, oui ! les enseignants et enseignantes sont prêts à le faire mais à quel prix, au prix de la bonne conscience, ce que je ne crois pas…

    Etre AVS/EVS, Monsieur le Ministre de l’Education nationale et Madame la Ministre Déléguée, c’est « un métier » d’écoute, de patience d’amour et de conviction l’obligation avec ces enfants, c’est que l’on n’a pas le droit de « tricher ». Alors, il serait donc temps que ce « métier » soit reconnu et respecté. Il n’est pas juste pour mes collègues, ainsi que pour moi même, de se retrouver au chômage en ayant des enfants à charge alors que tant d’enfants ont besoin de nous.

    Que faut-il faire pour que l’on nous entende ? :« la grève de la faim » (on n’aura pas trop de mal vu les indemnités que nous allons percevoir), « mettre le feu » « prendre en otage « !!!

    J’espère que mon courrier ne reste pas sans suite, et que celui-ci vous sera vraiment
    transmis personnellement.
    Avec le grand l’espoir d’une réponse rapide, je vous prie de croire Monsieur le Ministre de l’Education Nationale , Madame la Ministre Déléguée à la réussite scolaire, à mon dévouement pour le service auprès des enfants ,de leurs parents et dans les communautés éducatives , avec l’assurance de mes pensées respectueuses..

    Florence

    • magali dit :

      euh bonsoir ….
      qu’en est il à propos de la MODULATION et de l’article :  » De l’interdiction de moduler le temps de travail d’un contrat aidé. Dans un arrêt rendu le 25 janvier 2012, la Cour de cassation rappelle qu’aucune variation de la durée hebdomadaire du travail ne peut être mise en oeuvre pour ce type de contrat, ( CUI – CAE)
      En effet, l’article L 5134-26 du code du travail n’autorise pas les employeurs de droit privé ayant conclu un contrat aidé à moduler son temps de travail.  »
      je ne l’ai pas vu dans le rapport ! hormis les comparatifs AVS-I ou AVS-CO / contrat assistant éducation en premières pages … mais que dit la LOI ? n’est ce pas une priorité ? car c’est tout de même d’actualité pour de nombreux « employés » encore plus précarisés , non ?
      Vous rendez vous compte que ce qui intéresse les employeurs EPLE privés comme publics … c’est l’ EXPLOITATION ! point barre .
      Bon courage
      bye

      magali

      • briand0493 dit :

        Bonjour Magali,

        La participation au groupe de travail implique que nous en acceptons les règles de fonctionnement fixées d’un commun d’accord par les membres présents sous présidence de Madame Pénélope Komites. Une des règles est un temps de parole accordé, forcément limité et à user au mieux en pertinence du débat en cours. Nous compensons cette limite de temps de parole par la remise de document synthétique sur la base de témoignages reçus, d’analyses à l’intention de tous les participants et de la présidence en charge du rapport final du groupe de travail.
        Force aussi de nous obliger de présenter des documents synthétiques allant à l’essentiel avec cette difficulté de sélectionner les problématiques convergentes des salariés enseignement secteur public, privé, agricole et relatif au premier degré, deuxième degré et supérieur en y apportant des propositions concrètes d’amélioration.
        En ce qui concerne la modulation du temps de travail, le rythme temps de travail des salariés (horaires discontinues, la semaine de 4 jours et demi…), son application est et sera très disparate selon les secteurs, le lieu d’exercice (enseignement privé ou public, par exemple), les périodes (temps scolaires ou péri-scolaires). Elle mérite tout simplement que ce soit traité à part dans un document ultérieur consacré à la problématique de l’accompagnement tout temps de vie.
        amicalement,

  6. glbljcl dit :

    Dans l’impossibilté de répondre directement sur votre site (page introuvable), je copie ci-dessous, à titre de témoignage le courrier que j’ai adressé à Monsieur Français Hollande et la réponse que j’ai reçue.

    En matière de pratique de la langue de bois de la part du Gouvernement, je pense qu’on peut difficilement faire mieux !

    XXXXXXXXXXX                                                                   Rochefort, le 10 octobre 2012 XXXXXXXXXXX XXXXXXXXXXXX Tél fixe : XXXXX Tél mobile : XXXX e.mail : XXXXXXX                                                                                                 Monsieur François Hollande                                                                                                 Président de la Republique                                                                                                 Palais de L’Elysée                                                                                                 55 rue du Faubourg Saint Honoré                                                                                                 75008 PARIS             Monsieur Le Président,   Je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps ………   Je n’ai pas le talent d’un Boris Vian et encore moins les compétences pour assurer les fonctions qui me sont confiées, à savoir AVS I (auxiliaire de vie scolaire individuel).   Pourtant j’exerce ce métier, qui n’en est pas un, selon l’inspection d’académie de La Rochelle depuis le 7 avril 2010.   Je n’ai, jusqu’à ce jour, soit 18 mois de travail, bénéficié d’aucune formation. Formation prévue au contrat nonobstant. Je « fais au feeling », système D. Je consulte internet pour savoir comment appréhender l’accompagnement d’un petit garçon dyspraxique (entre autres). Je me débrouille comme je peux puisque je ne puis obtenir aucun soutien de l’équipe pédagogique (enseignants, rased et autres). D’autant que je n’ai pas le droit de par les termes de mon contrat de communiquer avec les familles.   Je me sens désemparée mais je continue avec détermination à faire ce que je peux, du mieux que je peux, ce travail qui me tient à cœur.   Seulement, seulement, Monsieur Le Président, voici que mon contrat aidé (CUI) vient à expiration le 6 avril 2013 et qu’en dépit de mes demandes d’information auprès de l’académie de La Rochelle, personne n’est en mesure de me dire s’il sera reconduit une année de plus, encore moins pérennisé.           Selon les textes, les personnes de plus de 50 ans sous contrat CUI ont le « droit » à 3 ans de contrat aidé (12 mois reconduits 3 fois). J’ai 58 ans. Suis-je dans les « normes » et pourrais-je bénéficier de cette mesure ? Il semble que ce soit au bon vouloir du Préfet de Région, selon l’Inspection d’académie de La Rochelle. Je ne donne pas de nom mais je le ferai si « on » me le demande gentiment.   Alors, Monsieur Le Président, je vous le dis tout net, moi, je m’en fiche que mon contrat ne soit pas reconduit. Je serai à la retraite en 2014 et quelques mois de chômage de plus ou de moins, après tout …….   Mais, vous, enfin votre gouvernement qui vous prétendez tellement concernés par la scolarisation en milieu « normal » des enfants « différents », pourriez intervenir auprès des autorités compétentes (dont il est malaisé de savoir qui elles sont, qui fait quoi, qui décide ?), pour qu’au moins je puisse terminer l’année scolaire (2012/2013) avec les deux enfants que j’assiste (en CP et en CE2).   Je vous en saurais infiniment gré car c’est pour eux que j’agis. Moi « j’ai fait mon temps ».   Je vous remercie Monsieur le Président, (ou du moins Monsieur le Chef de Cabinet, car je gage que ce courrier, jamais François Hollande n’en aura connaissance), de l’attention que vous porterez à la présente et je compte, sans trop de conviction, sur une réponse d’ici …………… les prochaines élections présidentielles ?   Je vous prie de croire, Monsieur Le Président en l’assurance de ma considération profonde et je précise que ceci n’est qu’une formule de politesse ……….     XXXXXXXXX

    Le chef de Cabinet du Président de la Republique                                                   xxxxxxx                                                                                                    xxxxxxx                                                                                                    xxxxxxx                                                                                                      Paris, le 17 octobre 2012         Chère Madame, Le Président de la République m’a confié le soin de répondre au courrier que vous lui avez adressé le 10 octobre 2012. Je puis vous assurer qu’il a été pris attentivement connaissance de vos préoccupations avant de les signaler au ministre de l’éducation nationale. Je vous prie d’agréer, Chère Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.   Pierre BESNARD.       Références à rappeler PDR/SCP/UT/TR/A086876

    • briand0493 dit :

      l’article en cause et le document Uneavs « ouvrir les yeux sur la précarité des auxiliaires de vie scolaire ne sera consultable qu’à compter de ce jour 14h en respect de demande de partenaires associés.

Les commentaires sont fermés.