Débat et 1ère synthèse provisoire sur la scolarisation des enfants handicapés dans le cadre de la concertation “refondons l’école de la république”

Forum

Depuis le 7 juillet 2012, 2 représentants de l’UNEAVS (Muriel Michelin, présidente et Yves Briand, trésorier) sur invitation du ministre Vincent Peillon, ont participé aux travaux de la commission groupe 2 (les élèves au cœur de la refondation ») dans le cadre de la concertation nationale “refondons l’école de la république”.

Il faut bien le dire:  désabusé par l’attitude méprisante systématique déployée par la gouvernance majoritaire de droite précédente depuis 2006 à l’égard de l’association UNEAVS, il a été conservé tout le long des débats une attitude quelque peu sceptique quant à l’accueil de nos propositions regroupées dans un document de synthèse. Les échanges au sein de la commission furent très courtois, menés avec une remarquable maitrise, par la présidente de la commission, Agnès Buzyn.  Nous avons pu exprimer nos points de vue lors de prises de parole accordées. Ainsi, nous nous sommes étonnés d’y trouver en retour un capital de sympathie de membres participants du groupe de travail de la commission. Nous avons ressenti du plaisir en constatant que bien des propositions exprimées par l’UNEAVS se retrouvaient d’une manière d’une autre dans des propositions d’autres intervenants associatifs, syndicaux, institutionnels….Mais, au fond de nous, demeurait cette question lancinante: nous, les précaires AVS, EVS et AScol,  serons-nous vraiment entendus ?

Pour le savoir, nous avons attendu que le rapporteur auprès du ministre livre une synthèse provisoire des travaux de la commission groupe 2 (les élèves au cœur de la refondation) lors de sa dernière séance plénière du 18 septembre 2012 consacrée à la scolarisation des enfants handicapés. Il s’agit d’une synthèse provisoire. La version définitive sera effective dans un document annexé à cet effet lors de la remise du rapport de propositions pour un  projet de loi “refondons l’école de la république” début octobre au Ministre Vincent Peillon.

Les points forts des débats et synthèse sur la scolarisation des enfants porteurs de handicap

– Oui. la scolarisation des élèves en situation de handicap est en forte augmentation et notamment en second degré

– Oui.  des difficultés persistent , 20 000 élèves handicapés ne sont pas scolarisés dont 5000 n’ont aucune prise en charge

– Constat de la progression des inscriptions des élèves porteur de handicap en milieu ordinaire résultante de deux facteurs : 1) l’ouverture de l’école 2) la nouvelle définition du handicap introduite par la loi 2005 sur le handicap

– La problématique de mener des apprentissages adaptés aux besoins des élèves, d’offrir un véritable parcours d’apprentissage

– Les élèves doivent être dotés d’un PPS (plan personnalisé de scolarisation)

– Première question : comment faire pour progresser encore dans la scolarisation ?

– Deuxième question : comment permettre à chaque élève porteur de handicap de mener des apprentissages de qualités adaptés à ses besoins et ses aptitudes,

– La formation du personnel enseignant et accompagnant

– Travail d’équipe et de coopération au nom du métier que l’on fait ou de la fonction qu’il exerce

– La coopération intérieure au sein d’une équipe pluri-disciplinaire comporte 6 ou 7 métiers. Comment coopérer ?

– Accompagnement humain : définir l’accompagnant en lien avec l’éducation nationale,

– Dépasser les confusions entre AVS et EVS ayant  une même fonction similaire

– Sur les statuts de l’accompagnant humain, la réflexion s’est faite autour de  deux missions distinctes :

  • assistant de scolarisation pour l’aider à faire (aide mutualisée ou aide individualisée ) au sein  de l’éducation nationale
  • assistant de vie  ? à l’extérieur de l’éducation nationale

Suite aux débats , 9 chantiers sont proposés :

1 – Les principes de la Loi 2 – La formation 3- Parcours élève et son insertion 4- Coopération avec le médico-social 5- Les parents, leurs rôles, leurs responsabilités 6- La territoriale  7- l’accompagnement humain 8- Adaptation de l’école à la diversité du handicap 9- Examen, certification  10- “Autres”

Suite à ces 9 propositions de chantiers, le rapporteur a dégagé 42 propositions à inclure dans le projet de loi ‘”refondons l’école de la république” envisagé par le gouvernement.

1- Impulser les principes de la loi

2- Relier les propositions dans une perspective plus large, telle la construction, et la réalisation optimum dans le PPS

3- Préciser les répartitions des rôles dans le PPS, définir clairement le PPS

4- Insérer dans la loi “ l’école inclusive” en respect d’application des 22 règles standard de l’ONU sur l’égalité des chances des personnes handicapées,

5- Eviter que l’on étende le mot handicap de façon continue et centrer plus vers les moyens humains

6- Rendre obligatoire la formation initiale du personnel Education nationale par un module de 30 heures de formation

7- Dispositif de formation continue et apporter une formation de 3 à 4 jours pour tous les enseignants accueillants un enfant porteur de handicap

8- Redéfinir les formations de spécialisation et les options, les adaptées, et les rendre plus attractives dans le second degré

9- Conforter le rôle du INSHEA , au point de vue de la recherche

10- Développer des formations d’équipe autour d’un élève ou groupe d’élèves

11- Formation inter catégorielle : Enseignants/AVS/EVS

12- Concevoir des modalités spécifiques/orientations/construction d’un projet pour l’élève handicapé

13- Mieux préparer donc anticiper et accompagner les élèves porteurs de handicap vers l’insertion professionnelle tant que le monde n’est pas organisé pour lui.

14- Développer les SESSAD

15- Intégrer un article de loi concernant la collaboration entre le médico-social et l’éducation nationale. Favoriser la perméabilité des deux modes de scolarisation et les passages de l’un à l’autre

16- Augmenter le temps de passage dans le médico-social

17- Nécessité de développer des lieux de réflexion pour débattre sur des questions , des échanges pour provoquer des rencontres

18- Accès aux services d’aides extérieures , les aides spécialisées

19- Renforcer la place des parents dans le PPS , s’appuyer sur leur responsabilité et leurs expertises

20- Aider les familles les plus démunies qui n’ont pas les moyens ni  les ressources de se battre pour trouver une solution à leur enfant

21- Homogénéité territoriale, Améliorer la qualité des équipes pluridisciplinaires d’évaluation

22- Fixer, par décret, une “norme” pour les équipes pluridisciplinaires d’évaluation

23- Elaboration d’un tableau de bord national de la scolarisation des enfants handicapés partagé avec d’autres institutions publiques

24- Equité interne dans un département

25- Définir pour  l’accompagnant ,  le ou les métiers, en tenant compte de la diversité de 2 missions distinctes: dans le monde scolaire un seul statut, fonction de  assistant de scolarisation “mutualisé” ou assistant de * (spécialité type de handicap)   et hors monde scolaire, assistant de * sur les autres temps de vie (pour ce dernier “métier” le rapporteur précise qu’à son sens, cela relève du monde socio-médical)

25 bis – avoir un même accompagnement pour le scolaire et péri’-scolaire (accompagnement continu)

26- Pour le personnel AVS et EVS, installer des dispositifs de formation, ouvrir des perspectives d’avenir professionnel en prenant en compte que l’expérience  professionnelle en cours débouche sur une certification, dessiner des profils de carrière en établissant des  bilans individualisés  de compétences

27- Proposition faite pour une prise en charge d’une demande de VAE (cout et maintien du salaire)

28- définir la responsabilité des AVS et EVS sur le plan juridique

29- Formation du binôme Enseignant/AVS ou EVS

30- Soutenir les écoles maternelles

31- Instaurer pour les AVS et EVS un premier module de formation préalable à la prise de fonction

32- Evaluation du dispositif pour les malentendants (les AVS et EVS se doivent recevoir une formation spécifiques sur tous les codages de communication)

34- Prise en compte des élèves DYS

35- Revoir la typologie des dispositifs CLIS , et notamment les clis 1, revoir les nomenclatures avec la mise en place d’un chantier technique

36- Revoir le cadre sur le numérique (usage, apprentissage, formation…)

37- ULIS pour tout élève. C’est le PPS qui doit infléchir la décision d’affectation

38- Revoir les textes régissant les aménagements d’examens

39- Le livret de compétences est à aménager

40 – Comptabiliser les élèves de CLIS/ULIS dans et non hors des effectifs de référence d’un établissement scolaire

41- Ouvrir une réflexion sur les rythmes de vie des élèves porteurs de handicap

Après avoir entendu cette synthèse provisoire du rapporteur du ministère ce mardi 18 septembre, il nous faut l’avouer que nous sommes restés un peu” baba”. Bien des propositions défendues par l’UNEAVS et ses partenaires associées se retrouvent dans leur esprit ou en toute lettre parmi les 42 propositions en vue du projet de loi “refondons l’école de la république”.  Certes, elles demanderont à être reprécisées ultérieurement notamment sur le chapitre de la professionnalisation des AVS et EVS mais c’est un fait: la parole des précaires AVS, EVS et AScol, n’a pas seulement été entendue au niveau du ministère de l’Education nationale, leurs propositions établies dans un souci d’apporter leur contribution citoyenne à un débat national ont été retenues. Très certainement un premier pas important pour un dialogue social sain dans une démocratie institutionnelle française ayant effacé, entre 2007 et 2012, le sens du respect de l’expression et de la dignité sociale des citoyens, de tous les citoyens.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Débat et 1ère synthèse provisoire sur la scolarisation des enfants handicapés dans le cadre de la concertation “refondons l’école de la république”

  1. Lola dit :

    Dans une circulaire du 06 septembre 2012 envoyée aux directions des écoles l’intitulé « EVS-ASEH » disparait pour une nouvelle dénomination d’ « AVS-i », mais toujours sous CUI. « Enfin »!certains diront ! Mais ils vont vite déchanter . Le CUI étant un contrat de droit privé, comment peuvent-ils transformer des CUI d’appellation EVS en AVS-I lors d’un renouvellement ?Sachant que, dans le cadre d’un contrat à durée déterminé de droit privé, l’intitulé de l’emploi change, il s’agit là d’un nouveau contrat et non pas d’un renouvellement.
    Malheureusement de nombreux CUI qui n’ont pas atteint leur 24 mois vont être remplacés par de nouveaux contrats.

    • legall dit :

      bonjour,

      et moi, je peux vous dire ceci : c’est que les postes, fonctions dits AVS ou AVS-i sont quasi exclusivement en contrat CUI !!! et confirmé par le service ASH Quimper car si vous êtes toujours ou à nouveau éligible au CUI ; c’est automatiquement cette formule qui est mise en place.
      Enfin, qui peut honorer la proposition de contrat suivant : qui ??
      intitulé : poste AVS :
      contrat de 20 heures MAIS de 26 HEURES HEBDOMADAIRES effectuées ! cause congés scolaires à DEDUIRE !! ??
      contrat et présence : travail sur 5 JOURS pour 20 heures hebdos au contrat !!
      AVS pour 3 élèves avec handicap ; 6eme – 3eme – seconde – 3 élèves !!
      les horaires sont dispatchés dans la journée = présence matin et fin de journée ! pour contrat de 20 h hebdos sur CINQ JOURS !!
      LE MI TEMPS PASSE DESORMAIS AU PLEIN TEMPS – 20 h = 35 h temps de travail mais SMIC / 2 = 500 – 600 € pour quasi 35 H …
      cette proposition est dans le secteur privé mais est-ce le même schéma dans le public ?
      merci de répondre,
      Non, ma « colère saine » n’a plus cours 🙂
      où est le changement annoncé ??
      ce contrat est il LEGAL et HONNETE ??
      Yohan

    • briand0493 dit :

      Bonsoir,
      Pour répondre à votre interrogation succinctement car un article prochain consacré à ce sujet est en voie de préparation.
      Il ne faut pas confondre la nature du contrat (CUI) et mission confiée (accompagnement élèves handicapés) à un personnel recruté à cet effet.Or L’usage s’était installée depuis 2008 environ que pour désigner ce personnel (de statut privé comme vous le notez), au gré des humeurs des IA, ils étaient susnommés EVS-ASEH, EVS tout court, EVS-AVS,etc…etc….
      Cette désignation avait pour but de les distinguer du personnel AVS disposant d’un contrat assistant éducation (statut public) et exerçant des missions similaires (accompagnement élèves handicapés). D’un point de vue historique, cela s’explique: la création des AVS sous contrat assistant éducation remonte à 2003.

      le résultat de la désignation de 2 catégories de personnel (AVS ou EVS) effectuant des missions similaires ont été une source profonde de confusion, de tension, de conflit voire de discrimination. Elle a créé des dissensions profondes ces trois dernières années entre les acteurs éducatifs,institutionnels, associatifs, syndicaux, et…..politiques. Sans rentrer dans les détails, la circulaire du 06 septembre 2012 met fin à cette opposition artificielle entre salarié qui pouvait aller jusqu’à une différence artificielle de traitement par les IA : les AVS d’un côté, les EVS de l’autre. Désormais, tout salarié (quelque soit la nature son contrat privé ou publique) effectuant une mission d’accompagnement individualisé auprès d’un enfant handicapé sera dénommé AVS-I -I pour individualisé). Modifier l’intitulé EVS par AVS-i ne changera pas la nature d’un contrat CUI.
      Le message politique sous-jacent de cette circulaire est également très clair: les acteurs éducatifs,institutionnels, associatifs, syndicaux, et…..politiques sont invités à ne plus effectuer une opposition artificielle entre salariés dans l’éducation nationale. Cela s’appelle: vouloir apaiser le climat scolaire.

      amicalement,

      • briand0493 dit :

        A yohan,

        Bonjour,

        En réponse à vos interrogations
        les postes, fonctions dits AVS ou AVS-i sont quasi exclusivement en contrat CUI !!! et confirmé par le service ASH Quimper car si vous êtes toujours ou à nouveau éligible au CUI ; c’est automatiquement cette formule qui est mise en place. OUI

        contrat de 20 heures MAIS de 26 HEURES HEBDOMADAIRES effectuées ! cause congés scolaires à DEDUIRE !! ??
        contrat et présence : travail sur 5 JOURS pour 20 heures hebdos au contrat !!
        AVS pour 3 élèves avec handicap ; 6eme – 3eme – seconde – 3 élèves !!
        les horaires sont dispatchés dans la journée = présence matin et fin de journée ! pour contrat de 20 h hebdos sur CINQ JOURS !!

        Il me faudrait examiner la convention + le contrat de travail + le planning horaire sur pièce pour vous décortiquer les anormalités de ce contrat, les PPS + existence ou non des notifications AVS-I (MDPH) pour ces 3 élèves.
        A priori, le nombre d’heures hebdomadaire me parait excessif. Quant à l’organisation du planning, cela me parait plus relever plus d’un service d’accompagnement à la carte sans considération et respect pour un salarié AVS et ses droits de disposer d’un minimum de cadre de travail respectueux de sa vie privé. AVS-I pour 3 élèves, je suis d’accord avec vous. il y a abus. On demeure AVS-I pour un élève pas pour 2 ni 3.
        Non, dans le secteur public à ma connaissance, le service à la carte d’accompagnant d’AVS-I selon les commodités d’une direction sans égard pour le salarié n’existent pas. Illégal, je ne m’avancerai pas mais malhonnête et à vomir très certainement sur ces conditions de travail imposés.

        • Anne-Marie dit :

          Bonsoir,
          Si je peux me permettre un petit rectificatif : bien sûr que si dans le public (et dans l’enseignement privé) on peut être AVS i de plusieurs enfants. Tout simplement parce que les enfants n’ont pas nécessairement un droit à l’AVS (droit reconnu par la MDPH) sur la totalité de leur scolarité, mais souvent sur 12 heures par semaine par exemple. Donc nécessairement, le temps de travail de l’AVS-i est partagé entre plusieurs enfants car sinon le temps de travail n’est pas rempli. Je connais donc plusieurs AVS qui se partagent entre deux enfants, qui ne sont parfois pas dans la même école. Personnellement, j’ai exercé un peu de temps dans un collège privé où 3 AVS se « partageaient » 4 enfants, avec des droits différents, certains à 12 h, d’autres à 18 h de mémoire. Les AVS -en totale autonomie !- faisaient leur emploi du temps en fonction des cours principaux des enfants et de certaines priorités (comme les contrôles) signalées par les professeurs. Les enfants n’avaient pas tout le temps la même AVS et parfois n’en n’avaient pas du tout lorsque les 3 étaient occupées (3 AVS pour 4 enfants, évidemment ça peut bloquer à un moment). Pas l’idéal du tout, mais néanmoins grâce au dialogue entre les AVS et leur conscience professionnelle, ça fonctionnait tant bien que mal.

          • briand0493 dit :

            Bonsoir Anne-Marie, bonsoir Yohan,

            Je fais une réponse commune car d’un côte Anne Marie a raison et d’un autre, Yohan a raison.

            Anne-Marie a raison

            Tout d’abord, une observation rectificative bienvenue de sa part: on peut être AVS-i de plusieurs enfants. Il faut bien évidemment raisonner en temps de travail partagé en fonction du temps d’accompagnement notifié pour chaque enfant.

            En collège ou lycée, le planning temps scolaire d’un élève s’inscrit du lundi au vendredi. De fait la conscience professionnelle impose d’être présent dans les intervalles de temps (cours) où l’accompagnement est jugé nécessaire. Les horaires de travail discontinus étalés sur 5 jours sont bien évidemment une réalité à prendre en compte. La gestion de ces horaires discontinus autour de X enfants participent de la meilleure mise en place possible d’accompagnement.
            Chef d’établissement, équipe enseignants, autorités académiques ne demandent pas autre chose de l’AVS-I : faire en fonction de l’intérêt de l’enfant.

            Yohan a raison
            En collège ou lycée, le planning temps scolaire d’un élève s’inscrit du lundi au vendredi. De fait, des horaires de travail discontinus imposent une organisation de vie personnelle, familiale discontinue. La gestion de l’organisation de vie personnelle, familiale discontinue participent de la meilleure mise en place d’un équilibre économique, financier, matériel fiable lui permettant d’assurer des horaires de travail discontinus
            Chef d’établissement, équipe d’enseignants, autorités académiques ne se posent pas cette question: la rémunération d’un AVS-i (disposant d’un contrat CUI et avec temps de travail modulable) lui permet-il d’assurer des horaires de travail discontinus étalés sur 5 jours ?

            Mon avis personnel: je n’estime pas que faire professionnellement pour l’intérêt de l’enfant doit signifier se sacrifier personnellement et à perpétuité pour les beaux yeux d’une administration qui n’aura aucun état d’âme à vous remplacer en fin de contrat.

        • legall dit :

          bonjour et merci pour la réponse,
          Non, pas de contrat en place avec cet établissement avec moi ! pas possible vu l’abus ! le directeur a rencontré une VINGTAINE de candidats ! et il ne semble pas trop s’étonner des refus… il dit simplement, il faut s’adapter à l’élève et à ses conditions de présence , il ne s’intéresse pas à l’AVS et à ses conditions de travail sur 5 jours pour 20 h hebdos payées, mais 26 h hebdos effectuées …etc… etc…
          nb : les notifications pour les 3 élèves sont 6 h + 12 h + 12 h répartis dans la semaine.
          comment favoriser le bien être de chacun dont l’AVS dans ces conditions ?
          ah oui, la solution pour être partout ici s’appelle un devoir de sacerdoce au sens  » Fonction jugée respectable par le dévouement qu’elle exige. » l’AVS doit alors par ailleurs détenir déjà de l’argent pour vivre … et une super vie équilibrée…et ce n’est pas mon cas.
          merci de nous tenir informés par ce blog Mr Briand ! 🙂
          ce qui a de terrible, c’est que ce sont tous ces différents abus (dans public et ou privé) qui nous conduisent nous AVS à ces questionnements, prudence voire au recul !!
          comment sortir alors de ce cercle vicieux ?
          qui considère correctement les conditions d’accompagnement de l’enfant et de son AVS ? si l’AVS n’est pas respecté dans sa fonction ! les témoignages sont pourtant bien portés à la connaissance des institutions…
          enfin, les contrats CUI ne disparaissent pas !? où est le changement ?
          @ +

          • legall dit :

            bonjour et merci pour les multiples réponses 🙂
            ah oui, j’oubliais ceci dans mon dernier commentaire et je cite le contenu du « Dossier EVS-ASEN Compte rendu d’audience IA 29 –Sgen-CFDT Bretagne Mardi 7octobre 2010″ :
             » Le Sgen-cfdt Bretagne souligne que l’annualisation suggérée du temps de travail des CAE type CUI est contraire au code privé de travail. L’article 3141-29 du code privé de travail reste et est toujours en vigueur. Cet article prévoit que les salariés doivent se voir attribuer une indemnité égale à leur salaire pendant la durée de fermeture des établissements au delà des 6 semaines légales. (En clair, pour un EVS, en application de cet article 3141-29, le Sgen-CFDT Bretagne considère qu’un contrat CAE-CUI de 20h hebdomadaire doit être payé 20h et un contrat de 24h doit être payé 24h). »

            ET JE RAJOUTERAI : 26h hebdomadaire doit être payé 26h ! 🙂
            Où en est « l’interprétation » de la Loi à ce sujet en septembre 2012 ?? et dans le secteur privé-catholique ? au cas où je serais à nouveau confronté à cet abus majeur selon moi.

            merci de répondre
            Yohan

          • briand0493 dit :

            Pour répondre à la question

            Depuis le 1er janvier 2010, tous les salariés en contrats CAE-CUI peuvent se voir appliquer par leur employeur la modulation temps de travail sous 2 conditions: 1-la convention rattachée au contrat de travail doit expressément la prévoir 2- qu’un planning prévisionnel temps de travail prévoyant cette modualtion soient fixé par avenant dans les 15 jours qui suivent la signature du contrat

            Lors d’une audience à l’IA29 le 7 octobre 2010, le sgen-CFDT Bretagne avait pris effectivement cette position sur l’illégalité de l’application de la modulation temps de travail appliquée à des salariés disposant d’un contrat CAE-CUI sur la base du constat que leurs convention initiale soit n’indiquait pas que la modulation temps de travail était envisagé, soit tout simplement la case réservée à cet effet était cochée « non ». L’employeur EPLE présent à cette audience avait fait procéder immédiatement à la régularisation des salariés en CAE-CUI dans cette situation. Il est à noter que cette position de l’employeur EPLE dans le 29 a été également appliquée par d’autres employeurs EPLE de la région Bretagne. Par la suite, la rédaction des contrats CAE-CUI + convention conforme au code du travail applicable au CAE-CUI sur l’application de la modulation temps de travail ne permettait pas au sgen-CFDT de s’y opposer. Ce qui n’empêche pas d’être très vigilant et de vérifier les conventions aujourd’hui sur ce sujet.

      • Lola dit :

        Il faut quand même noter que les AVS disposant d’un contrat d’assistant d’éducation (statut public), contrat de 3 ans initial, renouvelable dans la limite d’un engagement de 6 ans. Nous EVS (requalifié en AVS I), sommes sous CUI (contrat privé), renouvelable 2 fois dans la limite de 24 mois. Effectuant des missions similaires, nous ne sommes toujours pas sur le même pied d’égalité……..

        • briand0493 dit :

          D’après ce que les représentants UNEAVS ont cru comprendre lors du rapport final du rapporteur et d’un entretien personnel avec ce rapporteur, le ministère (et le gouvernement) a bien conscience que l’existence actuelle de 2 contrat (l’un public, l’autre privé) au sein du personnel AVS-I crée des disparités de traitement. (durée du contrat- etc….). Ces disparités de traitement (que l’UNEAVS a toujours considéré comme discriminatoire depuis 2006) sont le fait du gouvernement précédent entre 2006 et 2012. Le Ministère de l’Education nationale (et le gouvernement)actuel étudie actuellement une solution à appliquer pour gommer ces disparités (très probablement, un seul statut pour tous).

          Vous allez peut être scandalisée mais l’idée que du personnel AVS-I (disposant d’un contrat CAE-CUI) puisse être à égalité de droit qu’un AVS-I (disposant d’un contrat assistant éducation) indispose beaucoup, des autorités académiques, ici ou là, quelques associations de parents, quelques organisations syndicales au niveau national en ce moment. C’est ces réticences actuelles que le Ministère éducation nationale et le gouvernement s’emploient à vaincre, ce au nom de valeurs intangibles de justice et de solidarité sociales envers tout citoyens sans exception.

      • Lola dit :

        Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page795.htm

        Présentation du décret n° 2012-903 du 23 juillet 2012

        Principales mesures :
        Les contrats aidés seront progressivement remplacés par des contrats d’assistants d’éducation

        Circ. du 4 juillet 2011
        A terme, l’accompagnement des élèves handicapés sera pris en charge exclusivement par des assistants d’éducation mieux formés, plus qualifiés et recrutés sur des contrats de 3 ans renouvelables une fois pour accompagner dans la durée les enfants handicapés.
         
        Dans le but d’améliorer la qualité de l’accompagnement, les EVS (souvent appelés « contrats aidés ») sont appelés à disparaître progressivement. Le ministère recrutera un nombre plus important d’assistants d’éducation.
         
        Il y aura encore des recrutements d’EVS à la rentrée 2011 et peut-être 2012 – le calendrier n’est pas précisé – pour répondre aux besoins d’accompagnement des élèves handicapés. Mais il est mis fin dès la rentrée 2011 à tout recrutement sur des contrats correspondant aux EVS assistants administratifs de directeurs d’école et aux autres fonctions.
         
        A terme, l’accompagnement des élèves handicapés sera donc pris en charge exclusivement par des assistants d’éducation mieux formés, plus qualifiés et recrutés sur des contrats de 3 ans renouvelables une fois pour accompagner dans la durée les enfants handicapés. Les procédures de recrutement des AVS ne sont pas modifiées

  2. ahhh!!! ça met du baume au coeur … je commançais à désespérer !!!!

Les commentaires sont fermés.