Faute de salariés EVS renouvelés, rentrée scolaire 2012 “plombée” à la Réunion.

rentréeàlaREUNIONNos collègues de la Réunion n’ont pas manqué de nous le faire savoir en urgence. Nos craintes d’une rentrée scolaire 2012 sous haute tension, faute d’une prise en compte “sérieuse” et “responsable” par le ministère de l’Education nationale depuis mai 2012 des conséquences d’une politique de l’emploi liée aux contrat aidés depuis janvier 2012, se révèlent une fois de plus fondées.

Panorama de la situation du désastre en cours à la Réunion

En France, des députés attendent toujours la réponse à leur préoccupation de cette rentrée scolaire 2012-2013

image

image

image

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Faute de salariés EVS renouvelés, rentrée scolaire 2012 “plombée” à la Réunion.

  1. Anne-Marie dit :

    Bonjour,
    Je fais partie des EVS dont les postes n’ont pas été reconduits à l’issue des 6 mois.
    Bien sûr, dans un monde parfait, je préférerais être embauchée par l’Education Nationale, avoir un poste pérenne, une rémunération constante et une « reconnaissance » de mon travail et de mon utilité (il va sans dire que sur place, à l’école, les deux ont été plus qu’appréciés).
    Néanmoins, dans un premier temps, je souhaiterais surtout qu’on me reconduise pour la durée qu’il me reste encore à effectuer (18 mois). Ce serait au moins une première (petite) victoire. Là, où je suis très en colère, c’est que semble-t-il, toutes les instructions ont été données au niveau des Ministères, mais que la haute administration ne bouge (volontairement) pas. C’est inadmissible. Alors, j’attends la rentrée, en espérant…

  2. Nous vous ressentons comme conditionné par les discours ambiants et convenus du politiquement correct. Quand nous écrivons « vraie gauche », où voyez-vous que nous nommons, sans le-s citer, certain-s parti-s politique-s ? Vous faites de l’interprétation. Nous, nous parlons de la vraie gauche dans son sens le plus idéal que l’on puisse imaginer, sans absolument aucune connotation.
    Nous ne parlons pas, non plus, seulement des EVS et des AVS qui travaillent dans l’éducation Nationale, mais de tous les salarié-e-s qui subissent la précarité où vont la subir comme les demandeurs d’emploi. Tous les emplois des secteurs privés et publics étant touchés, le chômeur par conséquent est potentiellement travailleur précaire puisque le CDI n’est plus la norme.
    Nous évoquons le « fond » du problème quand vous vous le ramenez à la « forme », et qui plus est, seulement avec les vôtres !
    Avec cette précarité galopante généralisée on aggrave le problème. Cela soulage, momentanément, les bien-pensants et les nantis incommodés par le chômage qui font leur BA pour soulager leur conscience en appelant aux renouvellements de postes au lieu d’appeler aux créations d’emplois. Mais après, que deviennent les précaires ? Vous les entendez tout comme nous tous : ils souffrent d’avoir perdu leur emploi où ils étaient si bien intégré-e-s alors qu’on les oblige à retourner pointer. Idem pour cette notion, nous évoquons tous les salarié-es précaires et demandeurs d’emploi du privé comme du public, y compris des associations….
    Hors de question pour nous « que le plaisirs des uns fasse le malheur des autres ». Il s’agit là de turn-over immoral quand on remplace sur un poste un ancien demandeur d’emploi par un autre au bout de quelques mois ou bien au bout de 2 ou 3 ou 4 voire 5 ans. Nous parlons de création de poste pour chacun et chacune qui le souhaite, qu’il soit demandeur d’emploi, en CDD classique, en CDD contrats aidés ou bien intérimaire…
    Du corporatisme et des incantations dans ce que nous avons écrit ? C’est celui qui le dit qui le fait !
    Le 1er post ci-dessus ne vous mettait pas en cause, nous ne comprenons donc pas votre agressivité à notre égard. En revanche, nous adhérons totalement à votre idée : <>. Mais c’est aussi pensé et organisé pour assurer la désolidarisation, la mésentente et l’implosion des collectifs, des associations, des syndicats et des partis politiques qui luttent contre la précarisation des emplois dans le privé et dans le public…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,

      Touché les collègues !!!. Beaucoup de pertinences dans vos propos.
      Depuis le raté lamentable de la reconduction des contrats EVS fin juin, je serais plutôt mal à l’aise avec les discours ambiants de l’actuel ministère de l’education nationale, du travail, de la santé et de la famille, aux personnes handicapés….Oui, je suis , dans l’immédiat, « conditionné » dans une fidélité à ces discours ambiants. Particulièrement « éprouvés » pour la énième fois par la détresse de mes collègues EVS-AVS depuis fin juin, obligés d’aller pointer au pôle emploi…oui, le politiquement correct de la gauche actuelle que je me sens « user » à mon corps et esprit défendants m’indispose. Je suis demeuré agressif à votre égard dans ma réponse précédente et je m’en excuse.
      De septembre à novembre, j’aurais l’occasion de demander des explications à nombre de responsables élus politiques au national. J’espère bien que d’ici là, ils m’auront donné des réponses à des pratiques de gouvernance politique plus en phase ce que je crois des valeurs de la justice et de la solidarité sociale, de la démocratie sociale.
      amicalement,

  3. carla dit :

    Bonjour,
    Moi mon contrat est finie depuis le 30 juin apres 6 mois d’emploi..
    Je me suis reéinscrite à pole emploi pour avoir un minimum de revenus durant l’ete..
    Pensez vous que je serez renouveler à la rentrée??

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Je suis désolé mais ma réponse va vous paraître très brutale. Non,vous ne serez pas renouvelée pour la rentrée si vous n’avez pas été contactée par votre agence pour l’emploi ou votre employeur Lycée depuis le 30 juin.
      Les informations en notre possession confirment que dans les services déconcentrés de l’Etat (Préfecture, Pôle emploi…), les mesures dérogatoires permettant la reconduction d’un contrat à la rentrée malgré une rupture comprise entre le 30 juin et le 31 août n’ont pas été appliquées par des hauts fonctionnaires malgré les injonctions du ministre Sapin, Peillon. Vous faites parti vraisemblablement des 7 000 salariés EVS de l’éducation nationale ayant disposé d’un contrat entre janvier 2012 et juin 2012 ayant été ‘dupée » par une manipulation politique sur les chiffres du chômage des ministres du gouvernement précédent sous ordre de l’ex-président, Nicolas Sarkozy.Les hauts fonctionnaires des services déconcentrées nommés par ces ministres précédents sont toujours en place. Protégés par leur statut réservé, ils ne dissimulent nullement leur intérêt à « nuire » pour préserver leur carrière. En effet, quoi de plus efficace pour se rendre indispensable que créer d’abord la désorganisation administrative pour s’empresser ensuite de proposer ses services de sauveteur à la rentrée.

      • carla dit :

        ah ben génial..surtout que mon college contacteur m’avait dit de reprendre contact avec eux le 22 aout…

        • briand0493 dit :

          Bonjour,

          Et bien, contactez le collège dès le 22 août. Il aura peut être du nouveau à vous annoncer. Et n’hésitez pas non plus à relancer votre agence pour l’emploi sur l’éventualité d’une reconduction de contrat à la rentrée. Il faudra juste croire qu’un brin d’humanité durant leurs vacances d’été a atteint les différents acteurs en charge de la reconduction des contrats (préfet, pôle emploi,…
          amicalement,

  4. Le désastre n’est pas là où l’on veut vous le faire croire. Le désastre est dans les faits concrets que ces contrats aidés ne remplissent pas leur rôle d’emploi-tremplin vers un un emploi traditionnel, vers une insertion professionnelle et sociale durable, mais conduisent tout droit au pointage à pôle-emploi. Ces contrats ne doivent pas être reconduits dans leur forme actuelle, mais ils doivent être renouvelés par la titularisation des personnels en poste. Voilà la vraie réinsertion professionnelle. Voila la vraie politique de la vraie gauche. Tous le reste n’est que fumisterie. Il ne faut pas tomber dans ce piège et être aveuglé par des discours menteurs et des textes législatifs qui ne respectent pas la Constitution et les droits de l’homme… Faite un retour rapide en arrière et vous constaterez que la précarité dans le monde du travail du secteur privé et public explose et se généralise. Pourquoi ? Pour enrichir le patronat, les actionnaires, les gouvernants, tout ceux qui s’acharnent à casser les droits des salariés dans le but de s’enrichir sur leur dos. La précarité devient une institution et s’installe, c’est ça le désastre. Il faut réagir en refusant ces pratiques susceptibles de constituer des abus de position dominante. Il faut refuser en manifestant pour restaurer une vraie politique de l’emploi. Pour installer un réel mécanisme de lutte contre le chômage.

    • briand0493 dit :

      Bonsoir,

      Au sein de l’UNEAVS, nous avons maintes fois souligné depuis 2006 qu’il ne peut être misé sur la spontanéité des personnes, ni sur l’émergence des effets attendus d’un changement, par exemple, du statut de précaire en non-précaire par un seul coup de baguette magique. De même, elle a estimé depuis 2006 qu’elle ne peut miser aussi sur le seul argument incantatoire, par exemple « titularisation des postes pour tous les evs-avs pour obtenir une satisfaction immédiate de la part de l’institution Education Nationale.Depuis 2006, elle a tenté de développer des actions auprès des organisations syndicales, associatives, politiques, citoyennes permettant de prendre en compte les attentes exprimées par les salariés EVS et AVS, en poste actuellement ou en chômage actuellement.
      Depuis 2006, les salariés EVS et AVS en poste actuellement ou en chômage sont au nombre de 250 000 environ. Au nom de la justice sociale et de la solidarité sociale à l’égard de tous les salariés EVS et AVS, nous ne voyons pas en quoi la « titularisation réclamée » à corps et à cris ne concernerait aujourd’hui que les salariés EVS et AVS en poste. Si la politique sociale de la « vrai gauche » au sujet de la précarité de salarié EVS et AVS consiste à faire de la sélection selon que vous êtes dans ou hors de l’Education nationale, désolé: c’est non pour le respect de la constitution, et les droits de l’homme

      Part ailleurs, je vous invite à consulter, sur la page consacrée à la concertation dans l’éducation nationale, la proposition n° 4 que nous défendons suite à à une pétition nationale « contre la précarité dans l’Education nationale ». Cette pétition a obtenu + de 120 000 signatures en 2009. Ne soyez pas trop surpris si des responsables entre autres de la « vraie gauche » auquel vous faites allusion ne vous évoquent pas cette action européenne développée avec succès par des salariés EVS-AVS au sein de l’UNEAVS depuis 2009. Nous les comprenons parfaitement bien: c’est gênant, pour l’égo politique de responsables de la « vrai gauche », des citoyens précaires tenant un discours pragmatique, de bon sens, agissant en conséquence et non sur la seule base d’incantations corporatistes mal venues
      Amicalement,

Les commentaires sont fermés.