L’insoutenable attente de 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’Education nationale

attendre

A l’heure où ces lignes sont écrites , le site vient d’atteindre, pour la première fois de son existence,son  record de visites sur le seul mois de mai 2012 : 9 789 visiteurs, en dehors de ses 351 abonnés usuels. La moyenne mensuelle se situait jusqu’à présent autour de 6000 visiteurs.

Nous pourrions éprouver un sentiment légitime de fierté à ce que le site soit ainsi  reconnu par ces fidèles lecteurs dans sa finalité, envers et contre tous, d’être l’écho de la voix du “peuple de l’ombre” de l’Education nationale, les salariés EVS-AVS. Nous en éprouvons au contraire des sentiments de  profondes inquiétudes. En effet, ce record de visites sur notre site ne doit pas masquer une réalité bien tangible: celle d’une attente angoissante de 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’Education nationale de connaitre en définitive leur sort fin juin 2012.

Dans un article publié le 29 avril 2012 (voir article), nous avions alerté les dangers d’une programmation de suppression de postes EVS-AVS concoctée insidieusement depuis septembre 2011 par une gouvernance majoritaire de droite. 27 700 suppressions de postes EVS-AVS par non reconduction de contrat fin juin 2012, disparition progressive d’ici fin 2013 de 30 000 autres salariés précaires EVS-AVS.

Le 12 mai 2012, François Hollande est élu président de la république. Il s’en est ensuivi la constitution d’un nouveau gouvernement, de gauche cette fois ci. Ce dernier suscite bien évidemment des espoirs légitimes  parmi les 57 700 salariés précaires EVS-AVS pour un réexamen de leur situation ne débouchant pas  sur un retour à la case  pôle emploi, fin juin 2012.

Toutefois, les responsables de ce site, eux mêmes salariés EVS-AVS en attente insoutenable de connaitre leur devenir fin juin 2012, ont pleinement conscience: leurs espoirs peuvent être remis en cause à l’issu des élections législatives du  10 et du 17 juin. La réacosphère UMP continue d’agir et tous les moyens sont bons pour les ex-membres du gouvernement de droite/clan UMP pour vouloir espérer, imposer même un régime de cohabitation à l’issu de ces législatives. Ainsi, ne sommes nous pas surpris qu’un journal comme le FIGARO se fasse l’écho détourné de nos préoccupations en permettant à un de ses lecteurs de s’exprimer haineusement à l’égard du ministre actuel de l’Education nationale, Vincent Peillon en….reprenant tout simplement mot à mot un de nos articles publié sur ce site. Un Journal national de droite éditant, détournant sans vergogne des analyses de salariés EVS-AVS qu’il a toujours superbement ignoré, méprisé depuis 2006,voilà une prise en considération dont nous nous serions franchement passés. Nous estimons  ce détournement d’un de nos articles  simplement comme un pitoyable aveu de la réacosphère UMP à être plus attachée à préserver ses privilèges de strapontins ministériels ou d’élus députés de la nation  que de considérations de justice et de solidarité sociale à notre égard.

Cette réacosphère UMP se révèle encore plus pitoyable à nos yeux depuis la parution récente des rapports “cachés” de l’Education nationale.

Dans la “Note de synthèse sur le suivi de la réforme de l’enseignement primaire : pilotage local et suivi des élèves” Note n° 2011-075 juillet 2011 de l’IGEN, nous pouvons lire ceci

page 11 “….L’assistance aux directeurs par des emplois aidés constitue également un apport qui a pu être maintenu dans un certain nombre d’écoles malgré la réduction du nombre de contrats ou leur réorientation vers l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Cette ressource reste perçue par les directeurs comme une aide précieuse pour le fonctionnement quotidien ; elle leur permet de se consacrer davantage aux contacts avec les familles, avec les partenaires, ainsi qu’au portage des projets tout en réduisant l’emprise d’« actions de logistique chronophages et souvent peu prévisibles ». Les observations montrent que ces emplois vie scolaire jouent le plus souvent un rôle important dans le secrétariat administratif, y compris parfois pour la mise en place et le suivi de la « base élèves » du premier degré. De ce fait, une réduction significative, voire la disparition éventuelle, de ces emplois poserait problème, notamment pour les écoles de taille moyenne, ce qui pourrait entraîner des difficultés, en particulier pour trouver des candidats à la fonction de direction…

Un petit alinéa en fin de page de rajouter « Il s’agit bien d’une mission de service public, souligne le rapporteur pour l’académie de Rennes, avec un besoin pérenne ».

Dans le rapport,” les classes pour l’inclusion scolaire (CLIS) en 2010”, Rapport n° 2011-104 septembre 2011, nous pouvons lire ceci:

page 22, un petit alinéa en fin de page précise “Dans plusieurs classes, l’EVS (« emploi vie scolaire ») nommé pour aider le directeur, intervient dans la CLIS.

Comme à son habitude la réacosphère UMP, est bien dotée d’une sacrée  dose de perversité mentale pour  avoir voulu concocter un plan massif depuis septembre 2011 de suppression de 27 700 postes de salariés précaires EVS-AVS fin juin 2012 tout en ne tenant pas compte des avis  d’Inspecteur de l’IGEN actant dans des rapports que ces salariés EVS-AVS occupent bien une mission de service publique avec un besoin pérenne (sic!!!!) et constatant que des salariés adjoint administratif interviennent dans une CLIS (!!!).

Amis lecteurs, vous êtes nombreux ces jours ci à visiter ce site. Nous savons que vous souhaitez pouvoir y lire des raisons fermes “d’espérer,  que vous serez maintenus, reconduits à votre poste pour la rentrée 2012-2013 dans des conditions d’existence moins précaires.  Le site ne peut pas apporter cette réponse actuellement. Il est, comme vous, comme tous les acteurs de l’Education nationale, suspendu aux résultats des élections législatives du 10 et 17 juin. De ces résultats dépendront soit le maintien du gouvernement actuel soucieux de restaurer le dialogue, la concertation sociale en fidélité de valeurs de justice et de solidarité sociale, soit l’application implacable du déni social du peuple de l’ombre par une gouvernance de droite.

Advertisements
Cet article, publié dans Actualités et politique, UNEAVS, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’insoutenable attente de 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’Education nationale

  1. Marulier Maryline dit :

    J’ai passé 3 ans comme surveillante dans un collège en contrat aed puis j’ai découvert le travail AVSi qui est pour moi un travail très enrichissant et qui me passionne. Cela fait 3 ans que j’accompagne des enfants en tant qu’AVSi puis assistante de scolarisation (AS). Malheureusement tous ces contrats ont sous le statut AED et ne peuvent pas dépasser 6 ans. Je me retrouve donc sans travail en septembre. Je fais tout pour réussir à refaire une année avec des contrat cae mais c’est galère. J’espère vraiment que le gouvernement va faire quelque chose; nouveau contrat ou mieux encore pérénisation de ce travail. Si quelqu’un a des infos sur d’éventuelles formes de contrat… Cordialement

    Maryline

  2. lklk dit :

    Bonjour, je suis également en contrat aidé (CUI CAE) au sein de l’éducation nationale mais l’intitulé de mon poste n’est pas EVS ou AVS mais CTI (conseiller tuteur en insertion, spécialité picto-charentaise…).
    Mon contrat a débuté le 6 février 2012 et se clot le 5 août 2012, la personne gestionnaire dans le lycée m’a dit devoir attendre les directives pour savoir si je peux prétendre au renouvellement….
    Je ne comprends pas d’ailleurs, une fois qu’un contrat de cette nature est signé, il est sensé être automatiquement renouvelable 2 fois non?
    C’est à l’issue de ces renouvellements qu’est sensé se poser le problème de la pérennisation du poste….
    Donc je suis comme vous dans l’attente des décisions politiques, mais je me demande si tout cela est bien légal, j’ai à peine le temps de m’adapter à un poste que je suis sensée pouvoir occuper 18 mois au maximum et on me dit qu’en fait là on signe pour six mois mais que nous verrons le renouvellement plus tard en fonction des résultats des élections (et des décisions prises suite à celles ci).

  3. Ping : Quel avenir pour les contrats aidés d’aide à la direction d’école ? | SGEN-CFDT DUNKERQUE

  4. Reblogged this on Le Militant.

    Note de l’administrateur site humeur et fureur des précaires

    Site signalé par notre lecteur, actuellement en cours de validation pour référencement par le comité consultatif des référent UNEAVS

  5. meunier dit :

    RECONVERSION ! tu es reconnu Travailleur Handicapé? si oui demande à la MDPH de ton département une formation dans un centre de rééducation professionnel !

  6. sel dit :

    Attendre les résultats du 17 juin, c’est déjà se priver d’ une possibilité de CDI .
    la solution existe , il faut faire requalifier son contrat aux prud’hommes avant son terme .
    http://www.midilibre.fr/2012/05/11/accorde-par-la-justice-son-cdi-n-est-pas-reconnu-par-l-education-nationale,499656.php

    bon courage à tous !

    • briand0493 dit :

      oui. Sel, cette attente des résultats législatives quelque soit son résultat et son influence sur la « couleur » du gouvernement, ne doit pas faire oublier que les droits bafoués des salariés EVS’AVS continuent à exister. Ta réponse est très très pertinente. Et rappeler la situation de dame de trèfle de Castelnaudray n’est pas inutile.

  7. Nordine dit :

    Être là sans être là….Tel est l’Art d’être un bon E.V.S…. Être assistant auprès de l’enfant, magicien pour décrocher un renouvellement de contrat et enfin silencieux face aux absurdités ordinaires de notre joli métier. J’attaque mon énième période de stress, à savoir, quoi faire l’an prochain ? Déplacé d’école en école depuis des années,7éme rentrée sous divers contrat tout de même ! j’ai la méga « chance » , d’après les dires de l’un de mes employeurs (!) d’avoir une reconnaissance c.o.t.o.r.e.p….. Bon, je dis rien hein….On est pas obligatoirement employeur ET bien élevé….Tout ça pour dire quoi en fait ? Que je suis fatigué de voir notre énergie inutilement dépensée sinon au regard de l’enfant. Presque content de ne pas être reconduit à la rentrée, car j’ai trop de frais kilométriques pour notre salaire 😦 60 km/jour)….J’ai appris qu’une de mes écoles a eu le droit à une prolongation de mon contrat….ET c’est forcement Uniquement dans l’établissement le plus éloigné de chez moi…..J’ai un doute sur la légalité du nombre de contrat signés, mais, j’ai jusqu’à mardi pour donner une réponse……Mais surtout, je suis harassé de savoir que dans six mois, voire l’an prochain, ce sera du même acabit….. Alors, s.v.p, si quelqu’un a une seule raison, une seule idée pour que je dise oui…..Cordialement.
    Nordine

Les commentaires sont fermés.