Le retour de la semaine à 5 jours dans les écoles à la rentrée 2012-2013 ?: Les précaires EVS-AVS pas très chaud

image

Quelques heures à peine après sa nomination, Vincent Peillon a déjà endossé pleinement son rôle de ministre de l’Education. Invité jeudi matin sur France Inter, il a annoncé le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire. Et ce, dès la rentrée 2013.

Le nouveau résident de la rue de Grenelle a souligné qu’avec 144 jours de classe par an, les écoliers français travaillaient 40 jours de moins par an que les autres enfants européens. Pour combler ce manque, les journées de classe sont actuellement de six heures. « On bourre les journées » et « six ou sept heures » par jour de classe, « ça épuise les enfants », a ainsi fait valoir Vincent Peillon. La cinquième demi-journée sera-t-elle le samedi ou le mercredi? Le ministre laisse l’option ouverte aux collectivités locales. (lire article en cliquant sur le lien ICI)

Nous signalons aimablement au ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, que loin de remettre en cause cette mesure pédagogique “rythme scolaire de l’enfant” de bon sens à leurs yeux, les 57 700 salariés précaires EVS-AVS ne s’en révèlent néanmoins pas du tout chaud partisan. En effet, avec 24 heures de travail hebdomadaire à assurer sur 4 jours actuellement avec une rémunération nette de 625 euros par mois, ce n’est pas franchement le moment de remettre en cause, sans concertation préalable, les rémunérations perçues par les salariés EVS-AVS assurant des activités professionnelles complémentaires hors Education nationale le mercredi et le samedi pour boucler des fins de mois plus que précaires.

Pour tout dire crûment,certes, la semaine de 4 jours « ça épuise les enfants », la semaine de 5 jours en revanche  « ça achèvera » les 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’éducation nationale.

Note du 19 mai 2012

Invité le vendredi 18 mai 2012 sur France Inter, Jean-Marc Ayrault, 1er ministre, a promis une « concertation » avec enseignants, parents d’élèves, professionnels sur ces questions sensibles des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours.

« La méthode, c’est la concertation« 

« La question des rythmes scolaires a été abordée maintes et maintes fois (…) et on a vu que cette question pénalisait les enfants dans leur réussite« , a expliqué le Premier ministre. « Donc la question est posée, la semaine de cinq jours, pas cinq jours, ça fait partie du débat, Vincent Peillon a rappelé la proposition« .

 Les 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’éducation entendent bien effectivement qu’il sera tenu compte de leur avis dans la concertation qui sera mise en place à ce sujet.

Advertisements
Cet article, publié dans Actualités et politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.