L’art de se débarrasser de 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’éducation nationale à compter du 1er juillet 2012 par le candidat sortant, le gouvernement UMP sur fond d’idéologie d’extrème droite.

Avec 17, 90 % de voix obtenus, il peut être considéré que l’idéologie de l’extrème droite représentée par Marine le Pen aura fait un grand bon en avant en 2012. Nous laissons le soin aux politologues experts patentés, et navrés après l’heure, d’expliciter le pourquoi, le comment, le qui, le quoi…… Pour notre part, nous retiendrons que, depuis 2008,  nous n’avons pas cessé de dénoncer une ligne de conduite d’une gouvernance majoritaire UMP, de responsables associatifs, institutionnels…… suscitant notre forte crainte de conduire à un vote d’adhésion de citoyens à une pensée idéologique d’extrème droite du fait de comportement de mépris constant, d’arrogance de privilégiés, d’ indifférence affichée, d’une condescendance sociale mal placée, face à la souffrance de centaine de milliers de précaires , salariés ou non. A cultiver sans vergogne dans le terreau nauséabond des idées de droite extrème anti-sociale, on en obtient les fruits désirés de la haine du peuple de l’ombre. 

souffranceDans cette article, nous décryptons une nouvelle fois, façon idéologique UMP/extrème droite, l’art et la manière de susciter la souffrance de milliers de précaires salariés de l’éducation nationale par une gouvernance politique, institutionnelle, associative.

Mettre en place la scène                         

document téléchargeable ICI

Au 30 juin 2011, l’effectif Education nationale du personnel salariés EVS était de 46 096, répartis ainsi: salariés AVS: 24 163; Assistants directeurs d’école: 13 584; Autres: 6730; Médiateurs: 1619.

De septembre 2011 à juin 2012, 10 000  salariés EVS affectés des tâches d’assistants directeurs d’école ont été rajoutés (période électorale oblige, les statistiques de chômage doivent présenter un...bon profil).

Au 30 juin 2012, l’effectif Education nationale du personnel salariés EVS aura atteint environ  57700 salariés EVS dans l’éducation nationale

La particularité de ce personnel salariés EVS est de rentrer dans le dispositif spécifique “contrat aidé” du ministère du travail. Il est précisé dans le document que “ les montants inscrits dans la PLF 2012 devraient servir à co-financer en moyenne 30 200 contrats aidés en 2012.

Conséquence actée par loi de finance 2012: 

27 700 salariés EVS sont assurés de retrouver le pôle emploi  le 1er juillet 2012. Les salariés EVS assistant direction administrative, autres, médiateurs seront les principales victimes de ce plan dégraissage massif concocté par la gouvernance UMP après les élections présidentielles et législatives.

Justifier la mise en scène avec l’aide d’une association et associés complices dans un silence navrant

Une lettre de Nicolas Sarkozy adressée à la Fnaseph le 15 avril 2012 permet de mesurer l’ampleur de la justification  de cette 1ère disparition programmée de 27 700 salariés EVS.Répondre à 6 jours d’un scrutin majeur  aux attentes d’une association, c’est bien évidemment s’attirer les bonnes grâces de ses adhérents et sympathisants. Que ladite association prône, à visage à peine masqué, la discrimination personnelle et professionnelle entre salariés AVS/EVS depuis 2006 n’est pas apparue pour le candidat sortant et la gouvernance UMP un problème majeur, surtout ces derniers temps, cela va de soit.

Quels sont donc les justifications apportées ?

L’analyse de la réponse du candidat sortant  est édifiante. On lui donnera pour seule excuse de ses ignorances par ci par là que le contenu de sa lettre  aurait pu tout aussi bien être écrit ou dicté par les responsables de la dite association. II suffira de remplacer “je m’engage” par “nous voulons” pour retrouver in-extenso le programme d’orientation de l’association et associés

“Lors de la 2ème Conférence nationale du Handicap, je m’étais engagé à améliorer considérablement la qualité de l’accompagnement des élèves handicapés pour corriger son caractère parfois aléatoire, instable et inéquitable entre les départements. J’ai ainsi voulu que les Contrats aidés soient progressivement remplacés par des Assistants de scolarisation, mieux formés, mieux rémunérés et bénéficiant de contrats plus sécurisés avec de véritables perspectives de carrière.”

Observation: 1

Les contrats aidés cités font référence à 24 163 salariés dit EVS exerçant des missions AVS (base effectif juin 2011). Leur durée de contrat (de droit privé) est de 24 mois ( 60 mois pour les + de 50 ans et/ou TH). leur rémunération est le smic horaire, temps de travail: 24H/hebdomadaire. Sous réserve d’éligibilité au contrat aidé, ce personnel est recruté initialement sous les mêmes critères que les assistants éducation-AVS (Bac ou  niveau V sanitaire et social et expériences secteur enfance et/ou handicap significatives)

Observation 2

Les assistants de scolarisation cités dans cette lettre  bénéficient du statut d’assistant éducation (statut publique). Critères de recrutement identiques au personnel précédent. Durée de contrat : 2 x 3 ans – temps de travail: théorique: 35H/hebdomadaire. Dans la réalité: systématiquement, 25H/hebdomadaire. Rémunération: Smic. Les assistants de scolarisation sont amenés à intervenir sur plusieurs écoles et auprès plusieurs enfants. Les conditions de travail imposées aux assistants de scolarisation ont fait l’objet d’une dénonciation ferme sur ce site (lire article)

Observation 3

Il n’existe aucune perspective de carrière développée depuis 2003 pour le personnel exerçant des missions AVS et pour cause: L’expérience professionnelle acquise par un salarié quelque que soit la durée de son contrat ne fait l’objet d’aucune certification professionnelle reconnue.

Notre constat final: les assistants de scolarisation ont pour objet de remplacer les contrats aidés. Pour ces derniers, la question de leur devenir personnel et professionnel ne se pose donc même pas !!!! Des salariés expérimentés sont invités à rejoindre le pôle emploi remplacés par d’autres salariés  mieux formés !!! cette mesure concoctée par une gouvernance UMP relève franchement du sadisme et de la perversité mentale.  Au chapitre de la discrimination professionnelle à l’égard d’une catégorie de personnel de l’éducation nationale, on y retrouve là un parfait modèle d’un fond idéologique  de la pensée extrémiste de droite. En effet, comme il est plus commode depuis 2006, date de création de la catégorie salarié EVS dans l’éducation nationale, d’ étiqueter ces derniers comme des perpétuels assistés des psychopathes, des analphabètes, des ivrognes, des ignares, des incompétents, des sans diplômes, et nous en passons…s’appuyant en cela sur une pseudo expertise  de terrain de la dite association et de ses associés, cela donne toujours aussi une justification à usage des naïfs pour se débarrasser au plus vite des déclarés “assistés” comme des Kleenex.

“D’ici 2013, 7200 Assistants de scolarisation seront recrutés. Tous ceux qui exerceront des missions d’accompagnement bénéficieront de 60 heures de formation, et leurs contrats pourront être pérennisés pendant 6 ans.”

Observation: une pérennisation pendant…… 6 ans !!!!!!!! un vrai progrès social et 60 heures de formation pour un salarié AVS se devant suivre un enfant atteint, par exemple, de troubles autistiques, c’est comme proposer à un pompier de se former à éteindre un incendie de forêt avec un goutte à goutte.(lire article paru sur ce site)

Si je suis réélu, dans la continuité de ce que nous avons entrepris, je m’engage à faire aboutir la réflexion pour l’établissement d’un référentiel de formation des AVS. Nous développerons un partenariat stable et fructueux entre les associations et les établissements scolaires et définirons avec tous les acteurs concernés le métier « d’accompagnant de vie scolaire et sociale ». Je veux que cette réflexion intègre une possible évolution professionnelle des accompagnants qui le souhaitent, en particulier vers le secteur médico-social afin que leur expertise au service des enfants handicapée puisse être valorisée.

Observation: Nous passerons sur le souhait d’être réélu pour signaler que le référentiel de formation AVS auquel il est fait mention est celui …développé par la dite association Fnaseph depuis 2008. Laquelle est estimée par les acteurs de terrain comme discriminatoire car posant comme principe de base d’être réservé uniquement en direction du personnel Assistant éducation-AVS.  Nous passerons également sur l’insistance frôlant l’incompétence des responsables de la dite association Fnaseph et associés à vouloir développer à tout prix une réflexion pour l’établissement de leur  référentiel de formation des AVS. En effet, globalement, tous les salariés EVS/ AVS s’accordent à reconnaitre la nécessité de s’interroger en priorité sur le schéma de relation professionnelle à mettre en œuvre  au sein du binôme  enseignant-AVS  au profit de la réussite de l’inclusion scolaire ordinaire d’un enfant handicapé, avant de poser la question de leur compétences et savoirs faire.  Pour “user d’une image”, ils estiment qu’il ne sert à rien d’être un architecte expert du bâtiment pour intervenir, là où le besoin exprimé  relèvera en réalité de l’assistance d’un plombier. (lire article téléchargeable :les relations entre enseignant et auxiliaire de vie scolaire) et (découvrir un témoignage)

Conforter l’exlusion future des 57 700 salariés précaires EVS de l’éducation nationale

jetercommedeskleenex

Nous l’avons compris. La mise en place des assistants de scolarisation sur les recommandations du rapport du sénateur UMP Paul Blanc, à l’issue de la conférence nationale sur le handicap (juin 2011) sert d’alibi pour se débarrasser dans un premier temps le 1er juillet 2012 de 27 700 salariés EVS effectuant des mission autres qu’AVS.

Mais pour les 30 000 salariés EVS exerçant des missions AVS, qu’en sera t-il ?

Un décret en préparation relative à la mise en place de l’aide “mutualisé et “individualisé” des enfants handicapés depuis novembre 2011 permet de de comprendre pourquoi, pour le gouvernement Fillon, il est primordial de faire reculer  la sortie de ce décret au 7 mai 2012, c’est à dire après le résultat des élections présidentielles. Ce décret (version téléchargeable en cliquant ICI) est tout simplement l’arrêt de mort futur des 30 000 salariés précaires EVS-AVS à compter de la rentrée 2012 jusque »à la rentrée 2013.

Première pierre de l’édifice

Par amendement législatif relatif au fonctionnement des  MDPH acté en novembre 201, la « mutualisation » ( !) de l’aide individuelle a été  instaurée au titre de la compensation inscrite dans la loi « handicap » du 11 février 2005.

La deuxième pierre de l’édifice

Un décret d’application en cours permet aux équipes de MDPH de décider du type d’accompagnant associé à la nature du handicap d’un enfant inclus ordinairement dans un établissement scolaire.

L’article D.351-16-2 à D.351-16-3 est relatif à l’aide mutualisée. Elle précise non seulement les conditions d’attribution mais sans ambigüité aussi que cette aide “mutualisée” sera assurée par des accompagnants disposant du statut d’assistant éducation (les fameux assistants de scolarisation)

L’article D.351-164 est relatif à l’aide individuelle. Elle précise les conditions d’attributions de manière très flou.. Et nous noterons en fin de compte que L’article D-351 –16-4 transfère l’aide individualisée au titre de la continuité de l’accompagnement. Ceci impliquerait que l’Aide individualisée serait effectuée exclusivement par des assistants éducation AVS-i recrutés par des association ayant signé une convention nationale spécifique avec le Ministère de l’Education nationale.

Ces derniers articles impliqueraient  tout simplement  un désengagement complet de l’Etat en matière d’aide et d’accompagnement des enfants handicap. Ensuite, le dispositif de “continuité de l’accompagnement par un biais associatif” est entièrement réservé à des salariés ayant disposé d’un  statut d’assistant d’éducation AVS-i au sein de l’Education nationale. En effet, les associations signataires des conventions nationales avaient exigé la non prise en compte des salariés EVS exerçant des missions AVS similaires.

D’évidence,le devenir professionnel du personnel précaire de l’éducation nationale dit EVS, exerçant des missions d’assistant de vie scolaire dit AVS, soit un total de 30 000 salariés expérimentés n’a jamais été au centre des préoccupations du gouvernement Fillon mais pire, des membres constitutifs (associatifs, syndicaux, autres) de la CNCPH, de la CNH, des commissions parlementaires et autres depuis la conférence nationale du handicap en Juin 2011 ayant participé aux discussions autour des amendements MDPH depuis septembre 2011. Pourtant, il signe inéluctablement à terme l’arrêt de mort de leurs missions sans autres perspectives que le retour au pôle emploi.

Une honte politique pour les valeurs de la république, une infamie sociale intolérable au regard de la souffrance de ces 30 000 salariés expérimentés ayant pour seul tort d’avoir accepté un emploi aidé !!!

Nous pourrons tout de même noter cette initiative récente d’un député socialiste .

jeronecahuzacCourrier adressé par Jérôme Cahuzac au Ministre de l’éducation nationale sur l’avenir des Assistants Vie Scolaire (AVS) et des Emplois Vie Scolaire (EVS).

Monsieur le Ministre,
Je souhaite attirer, une fois encore, votre attention sur la situation particulière des Assistants Vie Scolaire (AVS) et des Emplois Vie Scolaire (EVS).
Ces personnels ont acquis des compétences, accepté de faire des heures supplémentaires non rémunérées, effectué des déplacements sans être remboursés, agi avec une conscience et un professionnalisme unanimement reconnu.
A la fin du mois de juin, le contrat de bon nombre d’entre eux arrive à terme. Durant leur période d’emploi, rares sont ceux à qui l’on a proposé une formation. Sans validation d’acquis de l’expérience, sans proposition de reconversion, ils risquent se retrouver sur le marché du travail sans solution.

De graves carences existent pourtant toujours concernant l’accueil des enfants et des adolescents dans les établissements scolaires, en particulier pour ceux en situation de handicap. Cette situation génère des difficultés très importantes pour les familles concernées et la communauté éducative.
On connait l’intérêt de mettre des personnels au service d’un accompagnement à l’intégration scolaire, individuelle ou collective, des élèves handicapés. Il apparait donc nécessaire aujourd’hui de s’interroger sur la pérennisation de ces emplois pour un besoin que l’on sait durable.
Compte tenu de ces éléments objectifs, je vous sollicite pour connaitre les mesures que vous avez décidées concernant le renouvèlement des contrats des Assistants Vie Scolaire et des Emplois Vie Scolaire qui arrivent à leur terme.
Vous remerciant par avance des informations que vous voudrez bien me transmettre,
Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.


57 700 salariés précaires EVS de l’éducation nationale attendent en effet la réponse du ministère.

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’art de se débarrasser de 57 700 salariés précaires EVS-AVS de l’éducation nationale à compter du 1er juillet 2012 par le candidat sortant, le gouvernement UMP sur fond d’idéologie d’extrème droite.

  1. Ping : Le changement, c’est pas maintenant ! | Le blog du collectif EVS AVS 35

  2. REYMOND V dit :

    Les candidats s’engagent pour le meilleur…
    Des propositions ont été entendues des deux côtés (suite au grenelle du parcours scolaire social et formation professionnelle des jeunes handicapés – FNASEPH/ janvier 2012)

    Mais voilà… qu’en sera-t-il en réalité ? Comment grandir en société ?

    Quel que soit le prochain gouvernement, la rentrée scolaire 2012 devra être préparée le plus tôt possible…
    Les procédures et les pratiques pourront-elles voir une harmonisation ?
    Les accompagnements mis en place pourront-ils enfin devenir pérennes et de qualité ?

    Le monde des AVS – bien désolant – ne se fait pas d’illusion quant aux promesses, et même peut s’attendre au pire !
    Cependant du chemin a été parcouru, alors gardons espoir !

    Haut les cœurs !
    Chacun trouvera sa place dans ce bas-monde.

    • briand0493 dit :

      je regrette beaucoup de le dire. le seul résultat de l’action depuis 2006 de la Fnaseph et ses associés est d’avoir apporté la justification au gouvernement de l’application de la discrimination sociale et professionnelle entre salariés AED et EVS exerçant des missions AVS strictement similaires. Comme chemin parcouru, il s’agit en l’occurrence d’une régression inadmissible des valeurs républicaine de la solidarité et de la justice sociale. Je ne pense pas qu’il y a nature à garder espoir pour des salariés AVS quand des responsables associatifs nationaux au nom de l’inclusion des enfants handicapés persistent et signent dans cette ligne de conduite discriminatoire à l’égard d’un personnel précaires EVS qui comptent dans ses rangs des salariés reconnus travailleurs handicapés. il ne peut pas être exigé l’inclusion ordinaire des personnes handicapés dans la société d’un côté pour exiger leur exclusion de l’autre.
      Amicalement,

Les commentaires sont fermés.