Actions prudhommales EVS : des autorités académiques bien nerveuses, ces temps-ci…

Notre commentaire :
Les documents que nous publions ci-après révèlent à quel point les autorités académiques sont particulièrement inquiètes des procédures prudhommales engagées par du personnel précaires EVS-AVS en poste ou ex-EVS actuellement au pôle emploi.
Loin de reconnaitre l’absence d’accompagnement et de formation de ce personnel précaires EVS-AVS durant la durée de leur contrat, ces autorités académiques n’hésitent pas à se tourner vers leur directeur d’établissement scolaire pour exiger après coup des preuves « accablantes » (sic) que des obligations contractuelles d’accompagnement et de formation ont bel et bien été réalisées.
Le commentaire par le Snuipp-Fsu 21, publié ci-après,nous parait largement suffisant comme dénonciation d’une manoeuvre « pitoyable » et « grotesque ». 
Formation des EVS :
une manip’ de l’IA à la dernière minute
L’administration a demandé hier (mardi 14septembre) à certains directeurs de remplir une « attestation de formation interne dispensée à un EVS ». Il s’agirait de permettre à l’EVS de « valoriser la formation reçue ». Mais comme par hasard, ces EVS sont ceux qui ont déposé un recours aux Prud’hommes contre leur employeur pour non-respect de l’obligation de formation !
Nous ne sommes pas dupes ! Cette demande tardive et urgente vise à tenter de dédouaner l’Éducation Nationale. Or :
– Deux conseils de Prud’hommes ont déjà établi que l’adaptation au poste des EVS ne peut pas être considérée comme une formation, elle n’a pas fait l’objet d’actions programmées et encadrées, ni d’un dispositif de suivi et d’évaluation.
– De plus, la formation des contrats aidés doit avoir un lien avec le projet professionnel de l’EVS.
– Enfin, puisque cette formation n’est pas qualifiante, une telle attestation n’est pas reconnue (elle pourrait uniquement servir à postuler pour un emploi similaire, c’est-à-dire dans l’éducation, ce qu’on leur refuse par ailleurs).
Le but réel de cette manoeuvre n’est donc pas d’aider les EVS !!!
Si l’administration voulait réellement « valoriser la formation » des EVS, elle leur faciliterait l’accès à la Validation des Acquis de l’Expérience…Ce n’est pas en qualifiant de « résidentielle » (!) cette pseudo-formation et en la parant de tout un vocabulaire pompeux qu’on pourra masquer l’indigence des actions de formations que l’Éducation Nationale a proposées aux EVS.
Les directrices et directeurs seraient-ils devenu-e-s à l’insu de leur plein gré des « Monsieur Jourdain », des professionnels de la formation et de la réinsertion professionnelle ?
Nous vous invitons à renvoyer cette attestation avec la mention « état néant » et à utiliser les moyens de décharge généreusement accordés pour d’autres tâches en attente, le choix ne manque pas !
site internet: http://21.snuipp.fr
 
Advertisements
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Actions prudhommales EVS : des autorités académiques bien nerveuses, ces temps-ci…

  1. Roulie dit :

    Je ne suis qu’une AED en plus dans ce cas là alors ?! Mon cas est similaire à celui de mes collègues AVS….. Je suis AED dans 2 écoles primaires (à mi-temps, mais je préfère dire temps partiel !) depuis bientôt 6 ans. Lors de ma prise de poste (03/01/06), je n’ai reçu aucune formation concernant l’emploi que j’allais occuper (mes fonctions devaient être d’encadrer les élèves, accompagnement lors de sorties scolaires, et du soutien ponctuel)…. Et au fur et à mesure des mois, mon emploi a beaucoup évolué, je suis passé d’AED à enseignante d’informatique (élaboration de leçons et d’évaluations corrigées par moi même), bibliothécaire, aide à la direction, professeur de soutien en maths et lecture…. Et bien d’autre activités très enrichissantes et très prenantes ! Est-il utile de préciser que je n’ai reçu aucune formation quel qu’en soit l’intitulé ?
    Je vais me joindre à mes collègues mosellans et apporter mon dossier aux prud’hommes parmi les 13 autres dans l’affaire.

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      J’approuve « d’oser de relever la tête » face à votre situation imposée de précaire AED de l’Education nationale. Vous avez d’évidence acquis dans vos missions successives une expérience professionnelle reconnue par la communauté éducative. Vous notez avec beaucoup de justesse qu’à l’instar de vos collègues AVS, vous n’avez jamais reçu de formation.
      La formation en cours d’emploi est un droit pour le salarié quelque soit les fonctions qu’il puisse occuper au sein d’un établissement scolaire.
      Pour les salariés AED exerçant des missions AVS, ce droit se traduit par une obligation de formation de 60h la 1ére année, 24h les années suivantes (au prorata de leur temps effectif de travail).
      Pour les salariés AED exerçant des missions autres (c’est votre cas), c’est au …petit bonheur de la chance que veut bien accorder l’inspection académique lors de la mise en place annuelle du plan de formation académique.

      Votre décision de rejoindre vos collègues mosellans dans une action « collective » aux prudhommes est honorable.. Toutefois, je voudrais rappeler un point important: une action prudhommale pour un salarié n’est possible que si il relève de par son contrat de travail du droit privé. Ce doit être le cas de vos 13 collègues mosellans.Votre statut de AED relèvant de la fonction publique, il appartiendra à un tribunal administratif d’examiner votre dossier. Je ne saurais que trop dès lors de vous conseiller de contacter au plus vite l’organisation syndicale suivant vos collègues mosellans. Cette dernière saura vous accompagner efficacement, j’en suis certain, dans votre démarche salutaire de dignité professionnelle.

  2. Gervis Andrea dit :

    Bonjour c’est Andrea Gervis
    C’est absolument scandaleux c’est une honte j’en suis abasourdie
    à bientôt
    PS : quand verrons-nous les avocates ??

    • briand0493 dit :

      Pour les avocates, je les rencontre le 27 septembre avec Jean Michel. Ensemble, nous allons programmer les RV à venir avec tout le monde dans la foulée.
      Cette saisine n’aura pas de conséquences pour nous. Ce sera pris en charge par la CNAS, mais quand même, oui, c’est scandaleux.

Les commentaires sont fermés.