Les contrats EVS de 26h. à 20h: réponse de l’inspection académique 29 au sgen-CFDT Bretagne

 

Notre remarque: Il faut vraiment avoir une forme d’humour très particulière pour considérer qu’en cas de refus de cette « généreuse » proposition de l’employeur par un salarié EVS, son retour « contraint » vers pôle emploi participe de sa démarche d’insertion professionnelle.
 
Advertisements
Cet article, publié dans Informations syndicales, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les contrats EVS de 26h. à 20h: réponse de l’inspection académique 29 au sgen-CFDT Bretagne

  1. psy22 dit :

    Bonjour,
    Je suis malheureusement concernée par cette mesure. J’ai cherché en vain sur le net une réponse plus favorable concernant les personnes de plus de 50 ans, ayant signé un CAV en 2009 suivi d’un CUI en Juillet 2010. Est-il seulement possible de refuser ce contrat sans remettre en cause l’indemnisation chômage ? Une simulation d’allocations me laisse comprendre une meilleure indemnisation. Dans ces conditions…

    • briand0493 dit :

      Bonjour,
      Si votre décision personnelle est de refuser la proposition de reconduction de votre contrat de travail avec les nouvelles conditions de votre employeur (20h au lieu de 26h/hebdo), vous n’êtes pas tenu de renvoyer par écrit votre refus. Ignorez la tout simplement même si on insiste pour ce faire. Votre contrat actuel ira jusqu’à son terme et cela n’aura aucune conséquence sur votre indemnisation chômage si vous vous réinscrivez au Pôle emploi.
      D’une manière générale, quelque soit le document (attestation, contrat de renouvellement…) que vous signez avec votre employeur, vous vous conseillons désormais de rajouter systématiquement avant toute signature, la mention « sous réserve de mes droits ». la multiplication des procédures prudhommales favorables pour des salariés EVS envers leur employeur est telle qu’il multiplie les parades à cette unique fin: vous empêcher d’exercer vos droits de recours à une procédure prudhommale d’abord, vous spolier de vos droits éventuels reconnus par un tribunal des prudhommes ensuite.
      Oser lever la tête et de réclamer devant un tribunal des prudhommes vos droits refusés par votre employeur durant tout le temps que vous avez exercez consciencieusement votre travail.

Les commentaires sont fermés.