Le sénateur UMP Paul blanc donnera-t-il la parole à l’Uncevs et aux salariés précaires EVS-AVS ?

Nicolas Sarkozy a demandé le 4 mars 2011 à Paul Blanc, sénateur (UMP) des Pyrénées-Orientales, de réfléchir aux moyens d’améliorer la scolarisation des jeunes handicapés.
Dans sa lettre de mission, le chef de l’Etat reconnaît que la loi Handicap du 11 février 2005 a permis de réels progrès en matière de scolarisation des enfants handicapés malgré des inquiétudes qui demeurent.
Il demande donc au sénateur, qui a été l’un des principaux artisans de cette loi, de lui faire des propositions dans plusieurs domaines. A charge pour lui de proposer des moyens d’améliorer la pratique des MDPH en matière d’évaluation des besoins des enfants et de prescription d’auxiliaires de vie scolaire.
Paul Blanc devrait réfléchir également aux moyens d’améliorer l’accompagnement des enfants à l’école ordinaire, pour assurer la présence, la qualité du recrutement et la formation de personnels auxiliaires de vie scolaire ainsi que la scolarisation des enfants accueillis en établissements et services médico-sociaux. L’amélioration de la coopération entre éducation ordinaire et éducation adaptée est une autre de ses tâches.
Un rapport prévu pour la mi-mai
Pour cette mission, le Président a demandé au Premier ministre de nommer Paul Blanc, parlementaire en mission, auprès de la ministre des Solidarités pour une période de quatre mois. Le sénateur devra lui remettre son rapport avant le 15 mai.
http://www.gazette-sante-social.fr/actualite/actualite-generale-le-senateur-paul-blanc-charge-d-une-mission-sur-la-scolarisation-des-handicapes-24730.html

Commission des affaires sociales du 9 mars 2011 au sénat (extrait)

Mme Muguette Dini, présidente. – Vous avez certainement appris que notre collègue Paul Blanc devrait être chargé, par le Président de la République, d’une mission sur la scolarisation des enfants handicapés. Il devrait, dans ce cas, démissionner de la présidence du groupe de travail que nous venons de constituer sur les assistants de vie scolaire. Nous avons maintenu la réunion qui était programmée pour cet après-midi, à laquelle il ne pourra d’ailleurs assister, mais je me demande s’il ne serait pas judicieux de mettre le groupe en sommeil le temps de sa mission puis d’auditionner notre collègue sur ses conclusions et faire un travail complémentaire sur cette base.
Je ne crois pas utile de mener une réflexion parallèle à la sienne, d’autant que le délai qui lui est accordé est très court.
Mme Isabelle Pasquet. – L’objet de la mission est différent.
Mme Muguette Dini. – Dès lors que cela concerne la scolarisation des enfants handicapés, il traitera du sujet des AVS.
Mme Annie David. – Cela nous prive de la possibilité de rencontres et aussi de présenter des préconisations et suggérer des modifications législatives, notamment sur la professionnalisation des AVS.
Mme Catherine Procaccia. – Avec Paul Blanc, nous sommes sûrs que le dossier ne sera pas enterré.
Mme Isabelle Debré. – Je suis très contente pour Paul Blanc, bien sûr, et je suis favorable à l’interruption du groupe de travail pendant un temps. Je me demande seulement s’il fallait maintenir l’audition de cet après-midi.
Mme Muguette Dini, présidente. – Les représentants des associations de familles avaient été contactés depuis longtemps et il ne nous a pas paru convenable de les annuler à la dernière minute. Par ailleurs, nous reprendrons bien sûr le cours de nos auditions après la remise du rapport de Paul Blanc car lui-même va entendre les interlocuteurs que nous avions pressentis et je pense inutile de faire ce travail en doublon.
http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20110307/soc.html#toc4

Après l’audition des éminents représentants des familles  n’ayant pour seule légitimité de se positionner  sur l’application de la loi 2005 sur le handicap, l’Uncevs sera ravie de faire entendre à  Monsieur Paul blanc la parole des précaires EVS-AVS, de leurs observations, de leurs attentes et de leurs expertises professionnelles en matière d’accompagnement scolaire des enfants porteurs de handicap.

Ce serait le comble du mépris, du déni social et de la discrimination professionnelle qu’un rapport se devant « réfléchir également aux moyens d’améliorer l’accompagnement des enfants à l’école ordinaire, pour assurer la présence, la qualité du recrutement et la formation de personnels auxiliaires de vie scolaire »  ne fasse pas état de cette parole des salariés EVS-AVS à travers  l’Uncevs et de ses travaux actuels.

Advertisements
Cet article, publié dans UNCEVS (union nationale des collectifs EVS, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le sénateur UMP Paul blanc donnera-t-il la parole à l’Uncevs et aux salariés précaires EVS-AVS ?

  1. briand0493 dit :

    Pour répondre à l’ensemble des commentaires ci-après:
    La compétence du Sénateur paul Blanc sur le dossier de l’application de la loi 2005 sur le handicap ne saurait être mis en doute.
    Toutefois, l’Uncevs suit attentivement les travaux du Sénat en la matière de longue date. S’agissant la réflexion autour de la professionnalisation des accompagnants AVS, le sénateur Paul Blanc, à travers ses propositions ou débats, possède une singulière propension à établir de facto une « discrimination » entre salarié accompagnant AVS de l’Education nationale selon la nature de leur statut publique ou privé, ce qui se traduit en acte d’élu sénatorial de la nation depuis 2005 à travers les travaux de commission jusqu’à présent, par un souhait non dissimulé de professionnalisation exclusivement pour les 9000 Assistants éducation AVS-I ou AVS-co et la mise à l’écart de cette professionnalisation pour 34 000 salariés EVS-AVS-i ou AVS-co.
    L’Uncevs ne considére pas à l’instar des organisations syndicales que la discrimination par le statut de salariés précaires de l’Education exerçant des missions strictement similaires doit avoir sa place dans la mission actuelle du sénateur Paul Blanc confiée par le président Nicolas sarkosy. Il appartient au Sénateur Paul Blanc de tenir compte dans son rapport futur des constats établis par l’Uncevs à partir des attentes des 42 500 salariés précaires EVS-AVS et des organisations syndicales, associations médico-sociales, handicap associées à ces constats.
    La légitimité des salariés EVS-AVS à évoquer eux-mêmes leur situation parce que se trouvant au coeur même du système d’accompagnement scolaires des enfants handicapés ne saurait être contestée et méprisée par un élu de la nation dans une démocratie.

  2. finck dit :

    bonjour
    actuellement auxiliaire de vie scolaire et auxiliaire de vie social nous sommes très peu et le métier d’auxiliaire de vie scolaire n’est même pas reconnu nous avons seulement un statut c’est dommage et la rémunération est minime pour faire seulement un poste je travaille avec 2 patron pour avoir un salaire correct et faudrait vraiment laisser la chance a ses enfants dans le milieu scolaire normal

  3. Nordine dit :

    « …..Le sénateur devra lui remettre ( au Président !) son rapport avant le 15 mai. »
    Donc, 2 mois pour rendre un rapport….. C’est trop ou pas assez…..Et j’ai rien contre ce monsieur….Par contre, j’ai comme l’impression, qu’on pourrait quand même mettre quelqu’un en place une bonne fois pour toute et que cette personne est dans son c.v, quelques connaissances et compétences dans le domaine du handicap qui ne s’arrêtent pas à une simple formule rajoutée à un texte de loi.
    Voyez les groupes d’études de ce monsieur :
    -Membre du groupe d’études Artisanat et services, du groupe chasse et pêche, du groupe d’études fruits et légumes et de la section oléiculture et de la section trufficulture, du groupe d’études Médias et nouvelles technologies, du groupe d’études sur le développement économique de la montagne, du groupe d’études sur le thermalisme et le climatisme, du groupe d’études de la vigne et du vin…..etc….

    Codialement
    Nordine

  4. mariekin dit :

    Monsieur le sénateur Paul Blanc avait la présidence d’un groupe de travail sur les AVS; il se voit confier par le Président de la République d’une mission sur la scolarisation des handicapés. De ce fait, le groupe se met en sommeil .
    Il est à mon humble avis, fort dommageable, que le groupe se mette en sommeil ; la scolarisation de l’enfant porteur d’un handicap est un domaine tellement vaste (même pour un des rédacteurs de la loi de 2005 ,réclamée depuis bien longtemps par les parents , les éducateurs , les soignants des hôpitaux de jour …)qu’il lui faut bien un mois et demi pour faire d’un côté un audit de la situation /2005 ,faire des propositions chiffrés sur les possibilités d’amélioration et rédiger et publier son rapport .
    On arrivera bien fin juin avant que l’on sache si il y aura des modifications à la rentrée prochaine . Nombre d’entre nous , vont passer un été à se creuser la tête en vivant leur situation de » précaires « .
    Oui dommage que le groupe se mette en sommeil !

Les commentaires sont fermés.