[Coup d’arrêt sur les contrats aidés jusqu’à la fin de l’année par les « ECHOS »]

 

Avec 520.000 contrats aidés au total, l’année 2010 marquera un record en matière de traitement social du chômage. Alors que, il y a cinq ans, leur réforme par le plan de cohésion sociale lancé par Jean-Louis Borloo avait provoqué une rupture de charge, l’instauration d’un contrat unique d’insertion décliné en marchand et non marchand n’a pas eu d’effet pervers cette année. Au contraire, ces dispositifs sont victimes de leur succès. Si bien que le robinet des emplois aidés va être quasiment fermé jusqu’à la fin de l’année.
Le coup de frein date déjà de la fin juin pour les CUI-CIE, qui sont les contrats aidés du secteur marchand (voir graphique). Les signatures, qui ont atteint jusqu’à 6.000 par semaine au printemps, sont devenues infinitésimales : quelque 600 dans la première quinzaine de novembre. Le nombre de contrats aidés dans les entreprises signés depuis le 1 er janvier atteignait 114.552 à la fin octobre et un peu plus de 115.000 à la mi-novembre, selon le ministère du Travail, pour un objectif de 120.000 sur l’année.
Sur les contrats du secteur non marchand, les CUI-CAE, le coup de frein a été plus tardif mais, aujourd’hui, la quasi-totalité de l’enveloppe budgétaire a également été consommée. Les statistiques font état d’une chute brutale des prescriptions en novembre. Leur rythme a été divisé par deux par rapport à octobre, avec près de 10.000 CUI-CAE créés sur la première quinzaine de novembre (contre 40.000 sur tout octobre).
Quotas régionaux
Le nombre de contrats aidés signés dans les collectivités, associations et autres hôpitaux atteignait ainsi 388.000 au 15 novembre, très proche du plafond de 400.000 pour l’année. Et certaines régions, qui avaient été prolixes sur l’octroi de contrats, ont dû arrêter d’en accepter depuis déjà plusieurs semaines. Selon une instruction du ministère du Travail, à la fin septembre, plus de 90 % des enveloppes de contrats avaient déjà été consommées en Auvergne, Bourgogne, Bretagne et Lorraine. Seules la Guadeloupe et l’Ile-de-France avaient utilisé moins de 80 % des contrats aidés qui leur étaient dévolus pour 2010. Pour la région parisienne, il restait 10.000 CUI-CAE disponibles fin septembre, contre 650 en Bourgogne. Sans qu’il soit possible de modifier les quotas régionaux.
Seule souplesse concédée par le gouvernement : des contrats pourront toujours être signés en fin d’année pour certains publics prioritaires. Pour l’essentiel, il s’agit de renouvellements de postes dans les chantiers d’insertion, et d’emplois d’auxiliaires de vie sociale chargés d’accompagner les élèves handicapés. Pour les autres, il faudra attendre janvier. Sachant que, en 2011, il est prévu 340.000 contrats aidés dans le secteur non marchand (moins 15%) , et 50.000 (moins 60%) dans les entreprises.
22/11/10 | 07:00 | Leila de Comarmond Les Echos
Advertisements
Cet article, publié dans Actualités et politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.