EVS-AVS: Du discours à la réalité « inhumaine »… article à paraître dans le journal Sgen-CFDT Bretagne

Sur le site du gouvernement, on n’y peut y lire : « La scolarisation des enfants handicapés est une priorité du Gouvernement ». À quelques jours de la rentrée scolaire, Luc Chatel a rendu visite le 24 août, aux équipes de la cellule de l’Éducation nationale « Aide Handicap École » qui informe et guide les familles sur les démarches à suivre. Reçu par Philippe Van den Herreweghe, Luc Chatel a souligné que le « devoir de l’Education nationale est d’être aux côtés de ces personnes et de donner une réponse à leurs inquiétudes. »

Le mardi 21 septembre une délégation du Sgen-CFDT a été reçue pendant une heure trente, par Luc Chatel, ministre de l’Education nationale. Lors de cette audience, Le Sgen-CFDT a dénoncé les contrats des EVS/AVS non renouvelés ou bien les missions de ces personnels redéfinies sans information préalable. De plus, les suppressions des EVS direction d’école au moment de la rentrée mettent en difficulté les collègues directeurs alors que ces EVS ont fait la preuve de leur utilité. Le ministre a précisé que « cette décision était liée à l’augmentation de la part « Education nationale » dans le financement des contrats aidés. Dans le cadre budgétaire, cette évolution entraine de facto la réduction du nombre de ces emplois sauf pour les AVS chargés de l’accompagnement des élèves handicapés ».

De fait, entre le discours-slogan à l’intention des nigauds et le discours-explicatif de Luc Chatel en réponse à la délégation Sgen-CFDT, se profile une série de mesures « inhumaines » touchant les salariés précaires EVS-ASEN* et ce depuis fin juin 2010 ( !). le Sgen-CFDT Bretagne, alerté depuis cette date, n’a pas cessé de dénoncer ces invraisemblables mesures « inhumaines » et continuera de le faire.

Qu’en pourrait-il donc être autrement ?

  • Peut-on accepter que des salariés précaires un jour affectés à des missions aide administrative se retrouvent le lendemain sur des missions aide à la scolarisation d’enfants handicapés ?
  • Peut-on accepter que des salariés précaires soient contraints de travailler dans des établissements scolaires privés en dépit de leur droit à la liberté de conscience ou de leur attachement ou non à des valeurs de laïcité ?
  • Peut-on accepter que  des postes de salariés EVS adjoint administratifs ayant démontré leur utilité disparaissent laissant des directeurs d’école « désemparés » devant leur charge de travail toujours aussi accrue ?
  • Peut-on accepter que des postes AVS-co disparaissent de CLIS, d’UPI, mettant à mal  les conditions d’accueil des élèves et « déstabilisant les équipes éducatives, les parents ?
  • Peut-on accepter que l’on impose à des salariés précaires rémunérés 632 euros/mois (parfois moins) des déplacements domicile-travail de 0dizaines de  km/jour sans indemnité de déplacement adaptée ?
  • Peut-on accepter que des formations obligatoires de 60 heures pour des salariés EVS-ASEN en mission AVS ne soient pas mises en place faute de moyens dégagés à cet effet ?
  • Peut-on accepter que des salariés précaires soient recrutés sur des missions AVS sans un minimum d’information et de formation préalable à leur prise de fonction ?

Notre réponse à toutes ces questions est : NON

Que pouvons-nous faire ?

Depuis la rentrée, le Sgen-CFDT Bretagne s’est engagé dans une série d’actions faisant écho aux préoccupations et attentes des salariés précaires EVS-ASEN et  d’équipes éducatives.

  • Le 7 octobre, une délégation Sgen-CFDT Bretagne sera reçue en audience à l’IA29 et aura l’occasion de prendre connaissance des orientations prises sur le dossier EVS-ASEN par l’inspectrice d’académie et d’aborder tous les points litigieux. D’autres demandes d’audience auprès des IA35,  IA22, IA56 sont en cours.
  • Des réunions d’informations en direction des salariés précaires EVS-ASEN et enseignants seront programmées d’ici peu sur les départements bretons.
  • Le Sgen-CFDT Bretagne demande à toutes les écoles concernées : d’alerter le maire, le conseiller général … pour qu’ils envisagent un courrier en direction du Préfet et des parlementaires, d’informer l’association de parents, de faire un courrier à l’IA (signé par tous les enseignants de l’école), de continuer à nous informer des initiatives prises dans votre école…

Au discours politique qui n’assure ni la qualité du service rendu, ni le respect des personnes (enfants, familles, personnels salariés), le Sgen-CFDT Bretagne préfère  l’action, celle qui reste fidèle à ses valeurs syndicales: l’exigence de  solidarité et de justice sociale envers tous les salariés sans exception.

YB –référent précaires EVS-ASEN Sgen-CFDT Bretagne-

*EVS-ASEN : Employés de Vie Scolaire – Assistant d’Education Nationale. Ce qui distingue ces 2 catégories de salariés est leur appartenance à un statut. Pour les EVS, il s’agit d’un statut de droit privé, pour les ASEN, il s’agit d’un statut de droit publique. Les missions AVS exercées par ces salariés sont strictement identiques. On retrouve la dénomination ASEN sous la forme AED dans d’autres départements.

Publicités
Cet article a été publié dans Informations syndicales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour EVS-AVS: Du discours à la réalité « inhumaine »… article à paraître dans le journal Sgen-CFDT Bretagne

  1. sel dit :

    Cette décision de supprimer les EVS aide à la direction est « liée à l’augmentation de la part « Education nationale » dans le financement des contrats aidés. Dans le cadre budgétaire, cette évolution entraine de facto la réduction du nombre de ces emplois »

    La part à payer pour l’ employeur (fonction publique d’ État ) passe de 10 % à 20 % , les CUI restent financés à 80% par des aides publiques …

    10% de plus d’ un côté, 14 000 emplois de moins d’ un autre , qui viennent déséquilibrer les budgets de l’ assurance chômage …

    Heureusement , la logique « inhumaine » qui consiste à adapter les besoins au budget ne s’applique pas (encore)au pôle , sans quoi les allocations seraient » de facto » réduites à chaque nouvel inscrit .

    Plus il y a de fous, moins il y a de riz , constatait déjà Coluche, mais à la longue, moins il y a de riz, plus il y a de fous aussi .
    Il faudra bien sortir de ce cercle vicieux , par le haut si possible .

Les commentaires sont fermés.