Le mépris de Xavier Darcos, du gouvernement, du groupe parlementaire UMP dans toute sa splendeur odieuse face à 30 000 EVS jetés dans la rue !

Emplois de Vie Scolaire (EVS) :

30 juin, 30 000 SALARIES a la rue

 

                                                                                              Paris, le 19 juin 2009

 

Il reste 11 jours avant
que  30000 EVS, embauchés dans le cadre du plan de cohésion sociale de
JL Borloo par le ministère de l’Education nationale soient renvoyés au
Pôle Emploi.

Embauchés
en 2006 pour remplir des fonctions d’aide à la direction d’école ou
d’accompagnement des enfants handicapés, les EVS ont rempli leur
mission dans les écoles.

L’Etat,
le ministère du Travail et le ministère de l’Education nationale et
leurs représentants (préfets, directeurs départementaux du travail et
de la formation professionnelle, recteurs), n’ont pas rempli leur part
du contrat : la formation et l’accompagnement de ces salariés. Pendant
trois ans, ces EVS n’ont rien eu de l’accompagnement prévu dans leur
contrat en terme de formation et de suivi de projet d’insertion
professionnelle.

Réservés
aux bénéficiaires du RMI et des allocations de fin de droits ou de
l’AAH, l’accès aux emplois d’EVS avait permis à beaucoup d’entre eux de
sortir de la situation de grande précarité dans laquelle ils étaient et
de retrouver une reconnaissance professionnelle et sociale.

Arrivés
au terme de leurs contrats, le gouvernement fait fi des expériences
qu’ils ont acquises au sein des équipes et auprès des élèves en
situation de handicap ; Il organise un turn-over général, s’abstenant
ainsi d’offrir des solutions et des perspectives aux         30 000 personnes concernées.

Dans
le contexte de crise économique et sociale actuelle, la fin du contrat
signifie , pour eux, un retour à la case départ, au Pôle Emploi, à une
plus grande précarité.

Le Gouvernement, les ministères de l’Emploi et de l’Education nationale doivent prendre  en compte la situation de ces salariés dans le cadre du plan de lutte contre le chômage et la protection des plus démunis.

 

Nous exigeons une prolongation de leur contrat au delà de juin 2009.

Nous exigeons que l’Etat, le ministère du Travail et le ministère de l’Education  nationale
respectent leurs engagements en terme d’accompagnement et de formation
et donnent à leurs représentants les moyens de les mettre en oeuvre.


Les 100 000 signataires de la pétition unitaire n’acceptent pas que le 1er juillet 30 000 EVS soient jetés à la rue.

 

Nous renouvelons notre demande de rendez-vous auprès du premier ministre.

 

                                                                                               

Thierry Cadart,  Secrétaire Général du SGEN-CFDT

Christian Chevalier, Secrétaire Général du SE-UNSA

Gilles Moindrot, Secrétaire Général du SNUipp-FSU

Catherine Perret, Co-secrétaire Générale de l’UNSEN-CGT

Murielle Michelin, Présidente de l’UNCEVS


La réponse "odieuse", "méprisante" de Monsieur Xavier Darcos, du gouvernement
avec l’approbation du groupe parlementaire UMP à l’assemblée Nationale

Extrait de la séance des questions d’actualité


du 17 juin 2009


Question de Me M.Faure


(Groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche


– Gironde)

Auxiliaires de vie scolaire

M. le président. La parole est à Mme Martine Faure, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et
divers gauche.

Mme Martine Faure. Ma question s’adresse à M. le ministre de l’éducation nationale : elle concerne
l’avenir des emplois de vie scolaire et des auxiliaires de vie scolaire.

Ces personnels interviennent dans les écoles pour remplir les tâches d’aide administrative,
d’assistance pédagogique au sein des équipes éducatives, ou d’accompagnement des élèves
porteurs de handicap. Pourvus de contrats d’accompagnement dans l’emploi ou de contrats
d’avenir dont la durée ne peut excéder six ans dans le meilleur des cas, les deux tiers d’entre eux
arrivent au terme des possibilités de reconduction prévues par le plan de cohésion sociale Alors
qu’ils ont acquis une vraie qualification, tout ce qui leur est proposé, c’est un retour à la case Pôle
emploi à partir du 30 juin prochain : couperet redoutable, surtout si l’on songe aux terribles
difficultés que connaît ce service.
Pourtant, leurs missions méritent d’être pérennisées avec des personnels stables, une formation
sérieuse, une rémunération décente et un véritable statut parce que les besoins auxquels ils
répondent aujourd’hui ne vont malheureusement pas disparaître par miracle. Les élèves concernés,
leurs parents, les équipes enseignantes demandent que soit mis un terme à la précarité au sein des
écoles, ainsi qu’au mouvement perpétuel des personnels qui résulte de la durée limitée des
contrats.
Nous savons que les entreprises sont des monstres froids. Les services publics, et singulièrement
l’éducation nationale, ressemblent de plus en plus aux entreprises régies par des normes concurrentielles. Monsieur le ministre, allez-vous contribuer à accroître le nombre de chômeurs ?
N’est-il pas préférable de pérenniser ces emplois indispensables au bon fonctionnement des
établissements scolaires ? (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et sur plusieurs

bancs du groupe GDR.)

M. le président. La parole est à M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale.

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. Madame Faure, je me demandais si vous
alliez vous enquérir si la promesse du Président de la République de faire accueillir les élèves
handicapés dans le milieu scolaire avait été honorée. Je me demandais si vous alliez rappeler qu’en
2007, nous avons créé 10 000 d’agents de vie scolaire, et qu’à la rentrée 2008, nous en avons créé
10 000 de plus, soit 50 % de plus en un an ! (Exclamations sur les bancs des groupes SRC et sur
plusieurs bancs du groupe GDR.) Je me demandais aussi si vous alliez rappeler que nous avons
recruté 4 700 agents de vie scolaire et créés 470 unités pédagogiques d’intégration à la rentrée
dernière !

M. Jean-Paul Lecoq. Et les licenciements ?

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. Je vous aurais dit, madame Faure : « Oui,
nous avons accompli la promesse du Président de la République, et ce sont 10 000 enfants
handicapés de plus, à chaque rentrée, qui sont accueillis à l’école. »
Mais votre question est tout autre : allons-nous créer un corps de fonctionnaires supplémentaires
pour s’occuper des enfants en difficulté ? Ma réponse est « non », car ce n’est pas ainsi que nous
concevons les choses. Nous considérons la fonction d’auxiliaire de vie scolaire comme une mission
qui doit s’accomplir dans un moment de sa vie, à condition, évidemment, que soit garantie la
continuité du service rendu aux élèves et aux familles, notre seule préoccupation. Cette mission
peut venir à s’interrompre, et quelqu’un viendra alors prendre la place de celui qui l’exerçait.
Cela étant, nous n’oublions pas les AVS. Un plan de formation leur permet, dans le cadre des

travaux que nous conduisons avec les divers services de Pôle emploi,…

M. Jean-Paul Lecoq. Ce sont des salariés kleenex !

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. …d’utiliser dans d’autres métiers de
l’accompagnement l’expérience qu’ils ont acquise. Nous avons en effet besoin des métiers
d’accompagnement.

M. Pierre Gosnat. Vous n’avez rien fait pendant trois ans pour les former !

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. L’avenir des élèves, la satisfaction des familles
aussi bien que le destin de ces agents, tout cela est assuré car nous y travaillons : le
Gouvernement, dans cette affaire, est à l’oeuvre.

(Applaudissements sur de nombreux bancs du
groupe UMP.)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Commentaire du collectif CAV-CAE 29/Uncevs:  Il n’y en a pas. C’est le dégoût suprême pour une classe politique dominante de droite

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le mépris de Xavier Darcos, du gouvernement, du groupe parlementaire UMP dans toute sa splendeur odieuse face à 30 000 EVS jetés dans la rue !

  1. TATINCLOUX dit :

    C’est scandaleux!!!! je suis moi meme aller au pole emploi , il ne savait meme pas quoi me dire, à part qu’il faudrait que je prenne ce qu’il y a ( n’importe quoi si je veux de l argent) et travailler, j’ai été reçu avec un total mépris ,en me disant qu’il ne fallait pas que j ‘attende le dernier jour pour chercher du travail, je suis ressortie encore plus déprimée, je n’ose meme plus y mettre les pieds, pour ma part je crois que je vais me tourner vers d’autres organismes plus humains qui seront plus à l ‘écoute de notre détresse!! j’avais un contrat CAE( 2 ans) donc impossible de faire une VAE et de plus EVS n’est pas un métier ALORS QU ILS ARRETE DE NOUS BASSINER AVEC CA!!!!!!!!!!!!!!!ET LEURS FORMATIONS NON RENUMERE!!!!!!!!!! IL Y EN A MARRE!!!!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.