Information sur la mobilisation nationale unitaire syndicale/Uncevs -mercredi 27 mai – Finistère

Dans le cadre d’une mobilisation nationale unitaire syndical/Uncevs "spéciale evs",

 Je vous invite à un

 rassemblement devant le Lycée Thépot, Quimper mercredi 27 mai à 11 heures.

Une
délégation unitaire syndicale (Sgen-cfdt,Snuipp-fsu, Unsa, CGT
Educ’action, Snudi-Fo, Sud-education) / représentant Uncevs, FCPE, FOL,
DDEN

demandera à être reçu par le proviseur du Lyçée, chargé de la gestion des salariés evs sur l’inspection académique du Finistère.

Une motion (texte ci-après) lui sera remise et nous espérons qu’il acceptera de répondre à nos interrogations  concernant le devenir des 450 salariés du département.    

D’avance, je vous remercie de votre participation à ce rassemblement.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°  

Je
rappelle que ce rassemblement départemental  vient en soutien direct 
d’une demande d’audience  au 1er ministre, François Fillon le même jour
à Matignon.


     

Motion EVS/missions de l’école

Destinataires :

proviseur lycée Thépot ( audience inter organisation du mercredi 27.05.2009)

Depuis
3 ans, des personnels sous contrats aidés type CAE ou CAV interviennent
dans les écoles pour effectuer des tâches aussi variées que l’aide
administrative aux directrices et directeurs d’école ou
l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Au niveau
national, ils sont à l’heure actuelle 42.500. Les contrats des deux
tiers de ces salariés, soit près de 30.000 personnes, arrivent à leur
terme en juin 2009.

Dans
le Finistère, ce ne sont pas moins de 450 personnels qui sont employés
au service de ces missions (sans compter ceux qui travaillent dans les
établissements du second degré, sur des missions d’équipe éducative,
maintenances informatique et encore tout récemment de médiateurs de la
réussite scolaire).

Et sur ces 50 personnels, environ 240 susceptibles de sortir du dispositif à cette même date.

Les
statuts de ces employés de vie scolaire sont précaires. Pourtant, les
tâches qui leur sont confiées correspondent à des missions pérennes qui
nécessitent des personnels stables bénéficiant d’un statut fondant un
véritable métier, une véritable formation et une rémunération décente.

L’aide à la direction est importante pour un meilleur fonctionnement de l’école.

La scolarisation des enfants en situation de handicap est une priorité nationale.

Le gouvernement affirme faire
de l’emploi sa priorité et pourtant il laissera en juin prochain une
majorité de ces salariés sans perspective d’emploi durable parce qu’ils
n’ont pas bénéficié des formations nécessaires à leur insertion
professionnelle.

Les
intitulés de ces contrats, soit disant aidés, soit disant « d’Avenir »
, soit disant « d’Accompagnement à l’Emploi » nous apparaissent
mensongers. Le parcours d’insertion annoncé n’est qu’un trompe l’œil.

Nous
ne pouvons accepter que la seule solution soit pour eux de se retrouver
au chômage alors que le ministère de l’éducation nationale n’a pas
rempli les obligations qui sont les siennes en terme de gestion, de
formation et de suivi des personnels recrutés sous contrats aidés.

Nous
vous demandons de considérer ces situations qui n’ont que trop duré et
d’intervenir pour permettre à ces salariés de bénéficier d’une
prolongation de contrat afin que des mesures soient prises pour mettre
en œuvre les formations donnant accès à un véritable parcours
d’insertion professionnelle.

Avec
l’ensemble de la communauté éducative, nous vous demandons que soit mis
un terme à la précarité au sein des écoles, ainsi qu’au turn-over
instauré par la succession des personnels, résultat de la durée limitée
des contrats en pérennisant les emplois de vie scolaire et en
aménageant des possibilités d’accès à des emplois statutaires pour les
personnels en place !

Les salariés que sont les EVS méritent mieux que le manque de reconnaissance manifeste qui leur est renvoyé publiquement.

Tant
pour les personnels concernés que pour les équipes d’écoles ainsi que
les familles d’enfants handicapés intégrés ( ou en attente
d’intégration) , il n’est pas admissible que les conditions
d’organisation du service dans les écoles ne soient pas connues à ce
jour, à à peine plus d’un mois des congés d’été

Nous vous
demandons de transmettre le texte de cette motion ce jour même à
Monsieur le Premier Ministre qui devrait recevoir demain une délégation
des organisations nationales sur ce sujet.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.