Darcos : souriez ! Vous êtes surveillés

 

Nous avons un faible pour le site Rue89, alors nous ne résistons pas au plaisir de retranscrire cette enquête de Chloé Leprince en notant au passage notre satisfaction de savoir, enfin, notre cher ministre de l’Education Nationale, Xavier Darcos, préoccupé de notre "influence" sur l’opinion publique. Au fait, Monsieur Darcos, vous envisagez bien toujours de mettre progressivement 45 000 précaires evs au chômage à compter de Janvier 2009, non ? 


 

Enquête

Education : 220 000 euros par an pour surveiller l’opinion

Par Chloé Leprince | Rue89 | 09/11/2008 | 17H24

Xavier Darcos, déjà très décrié pour ses saillies sur les couches à la maternelle et ses 11 900 suppressions de postes, ne pouvait pas mieux s’y prendre pour crisper davantage les enseignants: depuis quelques jours circule sur le Net un document officiel de huit pages intitulé "Cahier des clauses particulières – Objet: veille de l’opinion".

Ce document, qui relève d’un appel d’offre, émane de la délégation à la Communication du ministère de l’Education nationale et date du 15 octobre, soit il y a trois semaines:

"Article 1: Les présents marchés portent sur la veille de l’opinion dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. (…)

Article 4 : Chaque marché est conclu du 1er janvier 2009 jusqu’au 31 décembre 2009."

C’est un peu plus loin que la volonté des ministères concernés apparait le plus explicitement ("description des prestations"):

"Le dispositif de veille vise, en particulier sur Internet, à:

  • identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles, émergents)
  • identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l’opinion
  • repérer les leaders d’opinion, les lanceurs d’alerte, et analyser leur potentiel d’influence et leur capacité à se constituer en réseau
  • décrypter les sources des débats et leur mode de propagation
  • anticiper les risques de contagion et de crise.

En clair: le ministère de l’Education nationale va débourser 100 000 euros par an, et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 120 000 euros, pour surveiller l’opinion dans la Toile.

Suit une liste des espaces à surveiller de plus près, blogs et sites participatifs notamment, auxquels s’ajoutent, selon les termes de l’appel d’offre, médias traditionnels, dépêches d’agences, baromètres et enquêtes annuelles.

Non, ce n’est pas un canular: sur le site du Journal officiel, on retrouve bien cet appel d’offre pour le marché public de la veille de l’opinion parmi les personnels de l’Education nationale.

 

article 2 


Pour en savoir plus sur cet article, cliquer sur le lien suivant  Darcos rue89

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.