YONNE : la préfecture dans toute sa splendeur d’incompétence

 

Notre vigilance durant l’été n’est pas inutile. Le collectif précaires CAV/CAE 29 – UNCEVS constate qu’il est mis à profit la période des vacances d’été pour permettre à Monsieur le Préfet de l’Yonne d’interpréter à sa convenance les textes de loi de la république (loi de cohésion sociale 2005)envers une collègue evs de l’Yonne . Sa célérité cynique à vouloir mettre au chômage les précaires CAV/CAE de – de 55 ans au plus vite est absolument remarquable et assurément son haut  sens du service publique républicain  prend sa pleine mesure durant les vacances d’été. Si…si… Monsieur le Préfet, ne soyez pas modeste. Nous insistons beaucoup pour faire connaitre votre éminent courage à éliminer durant les mois de juillet et août ces minables "assistés" qui font décidément tâche  dans la société française..

Nous espérons qu’il sera un tantinet sensible de prêter attention à la demande du ministre Xavier Darcos de s’abaisser à réexaminer avec un peu plus d’attention humaine  la situation de notre collègue de l’Yonne.

 

Courrier adressé par le préfet de l’Yonne à notre collègue

Numériser0001 - Copie

 

Courrier adressé au président de la république par notre collègue de l’Yonne  

Monsieur le Président de la République,

Vous n’êtes pas sans savoir que de nombreux E.V.S. (Emploi Vie Scolaire) n’ont pas été renouvelés pour la prochaine rentrée scolaire.

Est-il normal alors que les textes (circulaire DGEFP n°2005/13 relative à la mise en place des contrats Avenir et art. L322-4-11 du Code du Travail) sont clairs à ce sujet que Mr le Préfet de l’Yonne ait décidé que pour être renouvelé il fallait avoir + de 55 ans ou seule avec 3 enfants à charge ?

Il me semble que le gouvernement met en place des mesures pour les personnes dites fragiles (personnellement je vis seule et j’ai + de 50 ans) alors il est difficilement compréhensible pour moi que ma situation, aux yeux du Préfet, relève d’un cas où je suis sensée retrouver rapidement du travail. J’ai effectué 20 mois de contrat et pour espérer une validation des acquis pour entamer une formation diplômante, il me faudrait 36 mois d’activité dans ce secteur. 

La création de ces emplois précaires qui, il semblerait, était destinée à recadrer les gens en recherche d’emploi depuis longtemps (dans l’opinion en général, on a tendance à penser que ces gens sans activité se levaient à midi et attendaient les subsides de l’Etat). Pour ma part, cela n’a jamais été le cas. Bien au contraire, le fait d’être employée en tant qu’E.V.S m’a apporté un intérêt pour le monde des enfants et je me suis investie avec passion concoctant même le week end des activités d’arts plastiques.

Croyez-moi, dans les campagnes où les classes sont à double voire triple niveau, les E.V.S. sont utiles pour délester de certaines tâches, les directrices, directeurs et les enseignantes, enseignants et la journée est bien remplie.

Pourquoi ne pas se servir de ces emplois, qui ont remporté un franc succès, pour les gens dits fragiles et pérenniser ces contrats ? En tant que chômeurs, nous coûtons cher à la société et nous n’avons pas d’activité car les mentalités n’ont pas changé en ce qui concerne l’emploi des séniors.

Vous remerciant de bien vouloir me répondre,

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma considération très distinguée.  

( signature)

 

 

Réponse reçue par notre collègue de l’Yonne  

  1. Réponse de l’Elysée  

"Le Président de la République a bien reçu votre message.

Chargé de vous répondre, je puis vous assurer qu’il a été pris connaissance avec attention de vos préoccupations avant de les signaler au Ministre de l’Education nationale. Bien cordialement.

Le Chef de Cabinet – Cédric GOUBET"

  1. Réponse de Xavier Darcos  

    "Le Ministre de l’Education nationale a pris connaissance de la correspondance que vous avez adressée au Président de la République.

    La question que vous évoquez relève de la compétence de Monsieur le Préfet du département de l’Yonne, qui sera désormais votre correspondant.

    Le Ministre m’a donc chargé de lui transmettre votre courrier, en lui demandant de l’examiner avec attention et de vous répondre directement dans les meilleurs délais."

 

Le collectif précaire CAV/CAE 29 – UNCEVS attend aussi cette réponse du préfet en prévenant d’avance Monsieur le ministre de l’Education Nationale qu’à son retour de vacances nous lui demanderons des explications éventuelles sur des interprétations non conforme de textes de loi.

 ( à suivre donc……)

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.