Et maintenant, on fait quoi ?

 

 

Nous publions cet article du journal « le Télégramme » paru le 06 juin 2008. La galère de ces 2 jeunes gens fait rappeler à certains membres du collectif précaires CAV/CAE Finistère, par expérience similaire vécue, toute la difficulté de se réapproprier un projet de vie fiable et stable aussi bien personnel que professionnel quand des accidents de vie se produisent.

Pour beaucoup des membres du collectif, la déstabilisation mentale sciemment organisée, le découragement voulu, le constat accablant d’ être au final considéré comme des citoyens de seconde zone, la négation du respect qui leur est dû en tant que personne humaine dans leur vécu passé et dans leur engagement professionnel, apparaissent comme autant de forme de méthode méprisable de gouvernance développé par un pouvoir politique dominant.

  

Numériser0002

Le titre de cet article « maintenant, on fait quoi ? » renvoie à cette interrogation bien réelle des actuels précaires EVS/AVS tout entier de l’Education Nationale.

Le ministre de l’Education Nationale peut s’enorgueillir de la mise en place d’un » nouveau programme scolaire» pour la rentrée 2008-2009, il peut très certainement aussi se vanter publiquement d’avoir « souillé » la probité des précaires CAV/CAE engagés dans les écoles primaires et maternelles.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.