Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUIPP, écrit à Xavier Darcos

 

Le collectif précaires CAV/CAE Finistère ne peut que souligner ses remerciements au secrétaire général SNUIPP, Gilles Moindrot, pour son soutien ferme à la reconnaissance de leur droit à  reconduction de leur contrat refusée jusqu’à présent par l’Inspection Académique du Finistère en particulier, et départements bretons en général, ce, sur ordre de Xavier Darcos.

Le fait que des reconductions de contrat soient accordées dans des départements et pas dans d’autres constituent une discrimination morale intolérable et une attitude de perversité politique exercée à l’encontre  de salariés précaires par un ministre ne faisant nullement honneur à sa haute fonction républicaine. 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

 

Paris, le 28 mai 2008

Gilles MOINDROT

Secrétaire Général à

Monsieur Xavier DARCOS

Ministre de l’Education Nationale

110 rue de Grenelle

75357 Paris 07 SP

Monsieur le Ministre,

J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la situation des personnels EVS recrutés au moyen des contrats d’avenir.

En effet, dans de nombreux départements, les inspections académiques refusent de renouveler ces contrats jusqu’à leur terme possible qui s’élève à 36 mois, voire 60 mois pour

les bénéficiaires âgés de plus de 50 ans ou reconnus travailleurs handicapés.

 

Cette décision est inacceptable tout autant pour les personnels concernés qui ont besoin de renouveler leur contrat pour mieux réussir leur réinsertion dans le monde du

travail que pour les équipes enseignantes pour qui cette présence a permis de mettre en place des modalités de fonctionnement différentes, notamment avec l’aide administrative à la

direction d’école ou l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

 

L’école, les élèves, les enseignants ont besoin d’une stabilité pour assurer au mieux leurs missions et mettre en place les situations d’apprentissage les meilleures.

 

Nous vous demandons d’intervenir auprès des inspections académiques pour permettre le renouvellement jusqu’à leur terme des contrats des personnels sous contrat qui

le souhaitent. Il s’agit d’une mesure de justice sociale et de respect du bon fonctionnement des écoles.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux.

 

Gilles MOINDROT

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Informations syndicales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.